Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un pape a-t-il jamais entendu le récit de telles atrocités ?

IMPRIMER

De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro via Il Sismografo :

En Afrique, le Pape François «sous le choc» des violences subies et racontées par de jeunes rescapés

1er février 2023

Mercredi, le chef de l'Église catholique, en visite en République démocratique du Congo, a rencontré des jeunes victimes des conflits qui ravagent l'est du pays depuis trois décennies. -- Mercredi, le chef de l'Église catholique, en visite en République démocratique du Congo, a rencontré des jeunes victimes des conflits qui ravagent l'est du pays depuis trois décennies. 

Un pape a-t-il jamais entendu le récit de telles atrocités ? Mercredi, à la nonciature de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, François a reçu une délégation de victimes. Il devait initialement les rencontrer à Goma, ville du Nord-Kivu, à l'est du pays mais l'insécurité qui y règne l'a empêché de célébrer la messe prévue dans un camp de réfugiés. De fait, les témoignages de victimes entendus en direct par François ont donné une idée aussi précise que terrible de l'insoutenable terreur qu'ils ont vécue. 

Ladislas Kambale Kombi, 17 ans, raconte comment son «grand frère a été tué» puis, ajoute : «mon père a été tué en ma présence (…) par des hommes en pantalon training et chemise militaire». Le jeune homme se souvient : «depuis ma cachette, j'ai suivi comment ils l'ont découpé en morceaux, puis sa tête tranchée a été placée dans un panier». Il dit ne plus dormir et «ne pas comprendre une telle méchanceté, cette brutalité quasi animale». La voix nouée, il assure avoir « pardonné à (nos) bourreaux». Léonie Matumaini, encore à l'école primaire, ajoute : «Tous les membres de ma famille ont été tués en ma présence». 

Le témoignage de Bijoux Makumbi Kamala, est ensuite lu par son amie. Elle raconte comment elle a été « violée comme un animal» pendant 19 mois par le chef de la bande de «rebelles» qui l'avait kidnappée. Elle relate que «les enfants» dont les parents ont été tués «sont exploités dans les mines», les filles subissant «le calvaire des violences sexuelles». 

L'abbé Guy-Robert Mandro Deholo, dont les mains ont été «mutilées», lit le témoignage de Désiré Dhetsina, disparu aujourd'hui : «j'ai vu la sauvagerie, des gens découpés comme on découpe la viande à la boucherie», des «femmes mutilées sans aucune raison». Deux d'entre elles lèvent leur bras… Sans main. Silence de mort dans l'assistance. 

Enfin, Aimée, lit un dernier témoignage, celui d'Emelda M'karhungulu, «retenue comme esclave sexuelle», qui raconte : «on nous faisait manger la viande des hommes tués.» Celui qui refusait, «on le découpait et on nous le faisait manger». Mais elle termine contre toute attente : «nous pardonnons à nos bourreaux tout ce qu'ils nous ont fait». 

Le reflet glaçant des lames 

Ces récits atroces se terminent par le dépôt, devant une croix du Christ placée à la droite du pape, d'instruments identiques à ceux qui ont blessé ou tué : machette, couteaux, marteau, lance, hachoir… Le reflet des lames posées à même le carrelage est glaçant. En quarante voyages pontificaux, peu de scènes n'auront été aussi poignantes. 

Toutes ces victimes ont moins de trente ans. L'âge de ces violences et guerres multiples dans l'Est de la RDC, zone ravagée par la convoitise de l'extrême richesse des sous-sols et de ses minerais rares. Selon les estimations, il y a eu entre cinq et dix millions de morts, à la 2e place du classement de l'horreur de ce continent après le génocide du Rwanda. 

François, qui veut que «le monde sache ce qui se passe ici» - il avait parlé de «génocide caché» la veille - confesse «face à la violence inhumaine que vous avez vue de vos yeux et éprouvée dans votre chair, on reste sous le choc. Et il n'y a pas de mots ; il faut seulement pleurer, en restant en silence.» (ICI)

Puis il liste, un à un, les noms des zones concernées à l'Est de la RDC : «Bunia, Beni-Butembo, Goma, Masisi, Rutshuru, Bukavu, Uvira, des lieux que les médias internationaux ne mentionnent presque jamais : ici et ailleurs, beaucoup de nos frères et sœurs, enfants de la même humanité, sont pris en otage par l'arbitraire du plus fort, par celui qui tient en main les armes les plus puissantes, des armes qui continuent à circuler». 

Il poursuit : «vos larmes sont mes larmes, votre souffrance est ma souffrance. À chaque famille en deuil ou déplacée en raison des villages brûlés et d'autres crimes de guerre, aux survivants des violences sexuelles, à chaque enfant et adulte blessé, je dis : je suis avec vous, je veux vous apporter la caresse de Dieu. (...) Alors que les violents vous traitent comme des objets, le Père qui est aux cieux voit votre dignité (…) l'Église est et sera toujours de votre côté. Dieu vous aime et ne vous a pas oubliés». 

Puis il change de ton : «je condamne les violences armées, les massacres, les viols, la destruction et l'occupation des villages, le pillage des champs et du bétail qui continuent d'être perpétrés en République démocratique du Congo. Et aussi l'exploitation, sanglante et illégale, de la richesse de ce pays, ainsi que les tentatives de partition dans le but de pouvoir le gérer.» 

Insatiable avidité 

Ne cachant pas son «indignation», François dénonce «le fait que l'insécurité, la violence et la guerre qui frappent tragiquement tant de personnes sont honteusement alimentées, non seulement par des forces extérieures, mais aussi de l'intérieur, pour en tirer des intérêts et des avantages.» 

Il analyse : «Ce sont des luttes partisanes où s'entremêlent des dynamiques ethniques, territoriales et de groupes ; des conflits qui ont affaire avec la propriété foncière, l'absence ou la faiblesse des institutions, les haines où le blasphème de la violence au nom d'un faux dieu s'infiltre. Mais c'est surtout une guerre déchaînée par une insatiable avidité de matières premières et d'argent, qui alimente une économie armée laquelle exige instabilité et corruption. Quel scandale et quelle hypocrisie : les personnes sont violées et tuées alors que les affaires qui provoquent violences et morts continuent à prospérer !» 

Il lance alors «un vibrant appel à toutes les personnes, à toutes les entités internes et externes qui tirent les ficelles de la guerre en République démocratique du Congo, en la pillant, en la flagellant et en la déstabilisant. Vous vous enrichissez par l'exploitation illégale des biens de ce pays et le sacrifice cruel de victimes innocentes. Entendez le cri de leur sang, prêtez l'oreille à la voix de Dieu qui vous appelle à la conversion, et à celle de votre conscience : faites taire les armes, mettez fin à la guerre. Cela suffit ! Cela suffit de s'enrichir sur le dos des plus faibles, cela suffit de s'enrichir avec des ressources et de l'argent entachés de sang !» 

Le chef de l'Église catholique demande alors : «je vous prie de désarmer votre cœur. Cela ne veut pas dire cesser de s'indigner devant le mal et ne pas le dénoncer ; ceci est un devoir ! Cela ne signifie pas non plus l'impunité et l'annulation des atrocités, en allant comme si de rien n'était. Ce qui nous est demandé, au nom de la paix, au nom du Dieu de la paix, c'est de démilitariser le cœur : ôter le poison, rejeter la haine, désamorcer l'avidité, effacer le ressentiment.» 

Ce qui signifie aussi dire «non à la résignation. Un avenir de paix ne tombera pas du ciel ; il pourra advenir si les cœurs sont débarrassés du fatalisme résigné et de la peur de s'impliquer avec les autres.» Et dire «oui à la réconciliation». François propose cette image : «Faites comme les arbres qui absorbent la pollution et restituent l'oxygène. Ou, comme dit le proverbe : dans la vie, fais comme le palmier : il reçoit des pierres, il rend des dattes». 

Cette rencontre émouvante se termine par une prière commune : «nous nous engageons à nous pardonner mutuellement et à fuir tout chemin de guerre et de conflit pour résoudre nos divergences». Et par un chant final à la Vierge Marie chanté avec dignité par les victimes. François les écoute, plongé dans une méditation silencieuse et comme sidéré par les atrocités qu'il vient d'entendre.

Commentaires

  • Personne ne désigne clairement les auteurs de telles atrocités. Pour le pape, ce sont des "entités". Je crois savoir qu'il y a des musulmans. Le pape ne pourrait-il pas demander à son cher ami Al-Tayeb de condamner ces actes barbares ? Je sais que les musulmans se dédouanent en disant que Al-Tayeb n'est pas un kalife et qu'il n'a aucune autorité sur ces criminels mais tout de même...
    Tout le monde a peur, semble-t-il, de démasquer ces monstres de peur de les rendre encore plus féroces.
    L'affaire est complexe.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel