Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Covid 19 et consorts : le porte-parole de l’épiscopat belge confirme le tour de vis des autorités publiques relatif à la liberté des cultes

IMPRIMER

Vu ce jour sur le site interdiocésain "Cathobel":

Ref. Trois questions à Tommy Scholtès

A noter, pour les responsables paroissiaux et autres chargés de l’organisation du culte dans pareilles conditions, que, sauf erreur de notre part, le numerus clausus imposé de 15 personnes par messe s’entend des fidèles présents, à l’exclusion des desservants de la célébration (prêtres, acolytes, organistes, chantres et service d’ordre garant du respect des conditions sanitaires imposées) ainsi que des enfants de moins de 12 ans. Il ne faudrait pas que le porte-parole de l’épiscopat en « rajoute », par omission, dans une situation déjà suffisamment compliquée pour les acteurs de terrain…

JPSC

Commentaires

  • Il y a une chose (parmi d'autres, il est vrai) surréaliste : un journaliste de Cathobel, dans son article, se réfère à La Libre pour indiquer que le ministre de la Justice a rencontré mardi après-midi les représentants du culte, mais ne donne aucun écho officiel (ni démenti) à cette réunion.

  • Contrairement a la communication du porte-parole, des messes sont célébrées tous les jours en semaine et le WE a l'église Sainte Catherine à Bruxelles. Inscription sur www.kelmesse.org. L'église est ouverte tous les jours de 10 h 15 à 19 h.

  • Pierre,

    Comme c'est bizarre de faire comme si Sainte Catherine n'existait pas ...

  • Le porte-parole de l'épiscopat belge est d'une docilité exemplaire, d'abord et avant tout vis-à-vis de l'état.

  • C'est exactement mon avis !
    C'était à prévoir vu la passivité de notre collège épiscopal dont le seul souci semble se résumer à "ne pas faire de vagues!"

    Pourtant la docilité envers le monde et l'esprit du monde n'a jamais apporté la paix !

    Cette limitation à une présence limitée à quinze personnes quelle que soit la grandeur de l'édifice est tout ce qu'il y a de plus arbitraire et injuste. Cela semble plus une véritable provocation des forces "laïques" visant à faire perdre la pratique des croyants dans leurs assemblées liturgiques qu'un souci de lutter contre un ennemi invisible, le covic 19 et ses variants...

    Autrement dit, en compliquant la vie des croyants, on finirait par croire à une persécution larvée, dont nos évêques ne soupçonnent même pas les objectifs et les méthodes....

    MARANA THA !

  • Je vous rappelle que Tommy Scholtes est porte- parole et qu‘à ce titre son rôle est de communiquer la position prise par l‘ensemble de l‘épicopat.

  • Que ferait un évêque comme Jean Chrysostome, Thomas Becket, ou plus près de nous, le cardinal Mercier? Je crois qu'il ordonnerait à ses prêtres de ne pas obéir à des lois scélérates!
    Il vaut mieux plaire à Dieu qu'aux médias : Malheureusement, vous vivez à l'époque des Ringlet et des De Kesel...

  • Faut pas être grand clerc pour deviner à travers ces commentaires que les normes de 15 personnes absolues n'est guère respectée dans certaines églises ...ou lieux de cultes ... où on peut déjà compter le même nombre pour le "service du culte" ...

  • Ne racontons pas n’importe quoi

    Pour mémoire :

    - Selon l’arrêté ministériel du gouvernement fédéral du 11 décembre 2020, le maximum de personnes admises à un exercice collectif du culte (les célébrations liturgiques publiques, les funérailles et les mariages) est de 15 personnes, non compris les enfants jusqu’à l’âge de 12 ans accomplis, ni les desservants du culte. Le chiffre de 15 personnes n’est donc pas un absolu. Cet arrêté reste en vigueur.

    - Le 26 janvier, un arrêté ministériel traitant d’autres matières (non cultuelles) a étendu, pour les bâtiments du culte, la limitation de 15 personnes (applicable jusqu’ici aux fidèles assistant à un acte public du culte) aussi aux fidèles venant prier en même temps mais individuellement en dehors d’une célébration (et ceci indépendamment de la ou des pièces du bâtiment dans lesquels ils se trouvent au même moment).

  • "15 personnes absolues dans le lieu hors enfants de moins de 12 ans et prêtre et organiste ..." On ne parle pas de chantres acolytes... desservants de culte supplémentaires ...ni personnel mais bien de signalisation... Donc l'abbé Sholtés n'en rajoute pas ...car s'il y a plus de "personnel" moins il y a de places pour les pauvres fidèles qui doivent s'inscrire et qui au final doivent renoncer à assister à la messe au vu du nombre déjà présent dans l'église !

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel