Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'engagement d'Amazon en faveur de l'avortement

IMPRIMER

De Tommaso Scandroglio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Avortement et Amazon, l'utilisation de l'argent contre la vérité

10-05-2022

Le géant fondé par Bezos remboursera les frais de déplacement pour les avortements. La démarche d'Amazon, également suivie par d'autres grands groupes, est une réponse au projet anti-avortement de la Cour suprême américaine. Les motivations sur le plan juridique trouvent une réponse dans le levier de l'argent, afin d'influencer la conscience collective et donc le niveau social.

Amazon finance l'avortement. Oui, c'est vrai. Jeff Bezos, fondateur et président exécutif de la société de logistique la plus importante et la plus florissante du monde, a décidé de rembourser à ses employés et à leurs maris/partenaires les frais de déplacement vers une clinique d'avortement. Un remboursement pouvant aller jusqu'à quatre mille dollars. Une somme non négligeable, si l'on tient compte du fait que les employés d'Amazon sont plus d'un million dans le monde.

Pourquoi les frais de voyage ? Parce que de nombreux États américains ont récemment rendu plus difficile l'accès à l'avortement, et que certaines femmes sont donc heureusement obligées de se rendre dans un État plus permissif. Par exemple, l'année dernière, au Texas, 1 400 femmes ont décidé de se faire avorter dans un autre État.

Une autre question, peut-être encore plus significative : pourquoi cette décision de Bezos maintenant ? Il s'agit d'une réponse au projet de la Cour suprême visant à annuler l'arrêt Roe vs. Wade de 1973 qui a légalisé l'avortement procuré dans tout le pays (cliquez ici et ici pour une discussion plus approfondie), projet qui a été publié il y a quelques jours par le journal Politico. Le choix de Bezos montre la voie : les groupes Yelp et Citigroup ont également annoncé qu'ils prendraient des décisions similaires.

Après la publication frauduleuse du projet de la Cour suprême, la rue, les médias, de nombreux politiciens et VIP ont protesté et se sont déchaînés. Mais, comme nous l'avons vu, les géants du monde des affaires se mobilisent également pour empêcher que la guerre contre les enfants à naître, qui dure depuis près de 50 ans aux États-Unis, ne prenne fin.

Il est intéressant de noter la nature des adversaires dans cette affaire : d'un côté un tribunal et de l'autre une société multinationale. Une entité juridique et une entité économique. Le premier lance l'attaque contre l'arrêt de 1973 sur l'avortement, naturellement sur le plan juridique. Le second, pour défendre cet arrêt, utilise un instrument économique - la prime à l'avortement - pour créer un débat médiatique et ainsi influencer la conscience collective, produisant finalement des effets significatifs sur le plan social. Les pro-choix ont compris que si la perception collective rejette le contenu du projet de la Cour, il a peu de chances de devenir définitif. En effet, le principe d'efficacité joue un rôle fondamental en droit. Une loi peut aussi être valide, c'est-à-dire qu'elle peut être efficace et donc produire des effets juridiques tels que prévus par la loi elle-même, mais si elle n'est pas efficace - c'est-à-dire si elle n'est pas suivie par la majorité des citoyens - elle devient une loi inutile, car si tout le monde désobéit à cette loi, il est irréaliste de pouvoir sanctionner tout le monde. Si un gouvernement avait toute la place publique contre lui, la société serait ingouvernable et ses lois ne seraient que du papier brouillon.

Bezos & Co. le savent bien. En fait, son initiative fait partie de la stratégie politique qui consiste à opposer le peuple aux institutions - dans notre cas, une partie des institutions, car l'administration Biden, par exemple, est fortement favorable à l'avortement -, à isoler ces dernières et à les forcer ainsi à changer de cap pour éviter de prononcer une sentence qui, si elle va bien, resterait lettre morte, mais qui, si elle va mal, déclencherait une guerre civile culturelle, sociale et juridique presque pérenne (par exemple, le nombre de cas d'avortement déposés dans les tribunaux du pays serait infini). Ce deuxième scénario serait le plus probable, et il est donc absolument essentiel que les réalités pro-vie manifestent, comme elles le font déjà, tout leur soutien aux juges de la Cour suprême qui ont signé le projet, car la bataille de l'avortement ne sera gagnée que si un certain nombre de batailles individuelles sont gagnées dans différentes sphères, telles que les sphères juridique, sociale, culturelle, économique, religieuse, politique, etc. On ne peut donc pas penser qu'un jugement suffit à changer les choses. Il faut également créer un environnement social et culturel approprié pour que cette décision puisse croître, s'épanouir et porter ses fruits.

Une dernière remarque. Les réactions désordonnées et furieuses que l'avis des juges de la Cour suprême déclenche dans le monde entier étaient prévisibles. C'est toujours le cas lorsque la vérité est en jeu. En fait, ce qui est arrivé il y a deux mille ans à Étienne, le protomartyr, se répète : "En entendant ces choses, ils tremblaient dans leur cœur et grinçaient des dents contre lui. [...] Alors ils poussèrent de grands cris et se piquèrent les oreilles, et tous s'assemblèrent contre lui, le traînèrent hors de la ville et se mirent à le lapider" (Ac 7, 54, 57-58).

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel