Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ONU : grand retour en force contre l'idéologie du genre

IMPRIMER

De Stefano Gennarini sur le Friday Fax :

ANALYSE : Le grand retour en force de l'ONU contre l'idéologie du genre

15 décembre 2022

NEW YORK, 16 décembre (C-Fam) Les délégués des puissants pays occidentaux pensaient pouvoir faire passer les questions relatives aux homosexuels et aux transgenres à l'Assemblée générale cet automne. Ce qu'ils ont découvert, c'est la résistance croissante du monde en développement.

Au cours de l'Assemblée générale qui s'achèvera bientôt, les délégués occidentaux se sont heurtés à un mur de résistance à toute nouvelle mention de politiques sociales controversées, qu'elle soit explicite ou implicite. Les pays traditionnels ont bloqué les références à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre, à la diversité et à l'éducation sexuelle complète. En outre, ces gouvernements ont fait des dizaines de déclarations contre le programme sexuel de la gauche. Au total, plus de 60 pays se sont opposés à ce qu'ils considèrent comme un langage dangereux, voire radical.

Le contraste est saisissant avec l'année dernière, où les pays occidentaux s'étaient réjouis de l'ajout de l'"orientation sexuelle et de l'identité de genre" à une résolution sur la démocratie, la deuxième seulement à inclure cette expression très controversée. Cette nouvelle résistance n'est pas le fruit du hasard.

De plus en plus de pays réalisent que les États-Unis, l'Union européenne et les pays donateurs de Scandinavie utilisent la politique internationale et les droits de l'homme comme prétexte pour contourner et saper les débats législatifs démocratiques. La gauche sexuelle veut imposer au monde l'idéologie du genre et un droit international à l'avortement sans jamais avoir de débat démocratique à ce sujet.

Les pays occidentaux ont inondé les résolutions de termes ambigus comme "santé sexuelle et reproductive" et "formes croisées de discrimination" pour promouvoir des sujets controversés. Au départ, cela n'affecte que les politiques et les programmes de l'ONU par le biais des agences de l'ONU, mais il est prévu que cela se transforme en obligations à part entière en vertu de la théorie du droit international coutumier.

La théorie juridique avancée par les défenseurs de l'avortement et des homosexuels/transsexuels est que l'adoption continue de ces termes ambigus dans les résolutions des Nations unies, combinée aux pratiques des organisations internationales, peut, avec le temps, être interprétée comme un consentement au développement de normes internationales contraignantes. Une nouvelle norme internationale coutumière peut émerger lorsque des pays agissent universellement selon la même pratique, en se basant sur la croyance qu'elle est requise par la loi, mais elle ne peut pas être appliquée contre un pays qui s'oppose de manière persistante à son développement. De nombreux pays s'y opposent désormais.

Si les délégués des pays traditionnels bloquent régulièrement les références expresses à l'orientation sexuelle, à l'avortement et à d'autres questions controversées, ils ne bloquent pas toujours carrément les termes ambigus en raison de la pression exercée par les pays occidentaux sur leurs capitales. Ils se limitent donc à exprimer des réserves qui précisent leur compréhension des termes ambigus lors des réunions officielles. Ces déclarations ne peuvent pas empêcher le développement de politiques controversées, mais elles contribuent à empêcher le développement d'un nouveau droit international coutumier.

Le fait que les résolutions de l'ONU et leur mise en œuvre par les agences de l'ONU puissent être considérées comme la preuve de nouvelles normes internationales coutumières est bien attesté, même s'il n'est pas universellement accepté par les spécialistes. C'est ce qu'a déclaré la Commission du droit international.

Le gouvernement des États-Unis répète souvent des réserves générales affirmant que l'adoption de résolutions spécifiques avec lesquelles il est en désaccord n'a aucun effet sur le droit international coutumier. Étant donné que le gouvernement américain est le seul à émettre cette réserve et qu'il ne la formule souvent que lorsqu'il s'oppose au contenu de résolutions spécifiques, cela ne fait que renforcer la crédibilité des résolutions des Nations unies en tant qu'éléments constitutifs du droit international coutumier. Il est vrai que les résolutions des Nations Unies ne sont pas contraignantes pour les États et ne peuvent pas changer le droit international coutumier en elles-mêmes, mais elles peuvent néanmoins contribuer à la formation du droit international coutumier par la manière dont elles sont mises en œuvre par les agences internationales, combinée à leur adoption répétée au fil du temps.

Commentaires

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel