Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ne pas oublier les chrétiens persécutés du Kosovo

IMPRIMER

De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

La persécution silencieuse des chrétiens au Kosovo

Arnaud Gouillon, 34, a naturalized Serb since 2015, was recently appointed secretary of state in charge of the diaspora in the Serbian government.

Arnaud Gouillon, un humanitaire chrétien et ministre nouvellement nommé par le gouvernement serbe, évoque la situation critique des communautés serbes chrétiennes au Kosovo et explique pourquoi leur disparition de cette région serait un terrible signal pour toute la chrétienté.

15 janvier 2021

Les Serbes chrétiens du Kosovo ont subi des persécutions sévères et presque systématiques depuis les années 1990 dans le contexte des guerres yougoslaves (1991-2001), en particulier depuis la guerre du Kosovo en 1999. 

Situé au centre des Balkans dans le sud-est de l'Europe et bordé par la Serbie, l'Albanie, le Monténégro et la Macédoine, le Kosovo a longtemps été un territoire contesté, pour des raisons ethniques, religieuses et culturelles. 

Lorsque le Kosovo a déclaré unilatéralement son indépendance de la Serbie en 2008, 100 000 à 150 000 Serbes - dont la plupart sont des chrétiens orthodoxes - ont choisi de rester sur cette terre, qu'ils considèrent comme le berceau de leur culture et de leur foi, malgré le contexte économique difficile qui y règne et la coexistence difficile avec la majorité albanaise musulmane (représentant 90 % de la population). 

Les chrétiens, qui ont été majoritaires sur ce territoire pendant des siècles, ne représentent aujourd'hui qu'environ 6 % de l'ensemble de la population. Pourtant, ce territoire concentre toujours une part impressionnante de l'héritage orthodoxe, ainsi que les plus anciens monastères de Serbie.

Alors que les persécutions sous-rapportées contre la minorité chrétienne du Kosovo se sont produites au cours des 20 dernières années, depuis que la Serbie a perdu le contrôle du territoire, la violence à leur encontre a atteint son apogée avec les pogroms de mars 2004, au cours desquels 935 maisons et une trentaine d'églises et de monastères orthodoxes ont été brûlés, laissant environ 4 000 Serbes déplacés.

C'est dans ce contexte qu'Arnaud Gouillon, alors citoyen français âgé de 19 ans, a décidé de fonder l'ONG "Solidarité Kosovo", afin de venir en aide aux familles vivant dans les enclaves chrétiennes de ce territoire. Avec le soutien de plus de 12.000 donateurs de toute la France, l'association a permis la scolarisation de centaines d'enfants kosovars au fil des ans, ainsi que la fourniture de 400 tonnes de nourriture et de vêtements aux villages chrétiens, qui ont un accès très limité au marché du travail et aux services publics en raison du contexte politique sensible. 

L'engagement infatigable de Gouillon en faveur des Serbes chrétiens du Kosovo lui a valu une renommée remarquable auprès de la population et des autorités religieuses serbes. En effet, la presse nationale l'a classé parmi les 20 personnes les plus populaires de Serbie en 2015, aux côtés du célèbre joueur de tennis Novak Djokovic. Il a également reçu plusieurs distinctions nationales prestigieuses, dont l'Ordre de Saint-Sava, la plus haute distinction de l'Église orthodoxe serbe, qu'il a reçue du patriarche Irénée en 2018. Aujourd'hui âgé de 34 ans et naturalisé serbe depuis 2015, il a récemment été nommé secrétaire d'État chargé de la diaspora au sein du gouvernement serbe en novembre dernier.

En évoquant son parcours singulier dans cet entretien avec le Registre, Gouillon a mis en évidence les enjeux de la survie de cette présence chrétienne au Kosovo. Leur disparition d'une telle terre historique serait sans précédent dans l'histoire de l'évangélisation de l'Europe.

Pourquoi avez-vous fondé Solidarité Kosovo en 2004, et quelle est la signification de l'organisation dans la région aujourd'hui ?

J'ai vu à la télévision les images des pogroms anti-chrétiens menés par les extrémistes albanais contre les populations serbes du Kosovo et j'ai été terriblement ému par cela à l'époque. Les églises et les villages brûlaient. ... C'était horrible - d'autant plus que le Kosovo, qui est aujourd'hui majoritairement albanais et musulman, est le berceau historique de la Serbie et possède l'une des plus grandes concentrations d'édifices religieux chrétiens en Europe. J'ai donc décidé d'agir, au lieu de rester impuissant. J'avais 19 ans à l'époque. Avec mon frère et quelques amis, nous avons organisé un convoi de Noël pour apporter des jouets aux enfants de la région. Seize ans plus tard, Solidarité Kosovo est le premier acteur humanitaire dans la région. Nous finançons des projets à long terme, pour permettre aux habitants des enclaves serbes de survivre en autarcie [indépendance économique ou autosuffisance] (par le biais de fermes, d'écoles...), et nous avons maintenu la tradition symbolique du convoi de Noël ! 

Certains journaux ont rapporté que vous avez été interdit d'entrée au Kosovo en 2018, sans raison officielle. Avez-vous finalement découvert pourquoi ?

Je ne l'ai jamais su officiellement. Officieusement, c'est probablement parce que mes actions humanitaires au service d'une minorité opprimée étaient dérangeantes pour certaines personnes. Aujourd'hui encore, je n'ai pas d'immunité diplomatique, car la plupart des fonctionnaires serbes sont interdits de séjour au Kosovo !

Pourquoi avez-vous organisé une nouvelle campagne pour aider les Serbes du Kosovo et de Metohija en mars dernier ?

Il s'agissait d'une aide d'urgence destinée à faire face aux conséquences de COVID-19. Au-delà de la maladie elle-même, le blocage a eu des effets destructeurs. Sur le plan économique, les plus pauvres ont été particulièrement touchés en raison des pertes d'emplois, du manque d'assistance sociale. ... Avec l'arrivée du printemps, mars est aussi le mois où les chantiers agricoles sont lancés. Là, tout est paralysé. Ainsi, en plus de la crise sanitaire, nous risquions une grave crise alimentaire.

Pour les Serbes du Kosovo, qui étaient déjà isolés dans leurs enclaves pendant toute l'année, le blocage a eu un impact moral très difficile : C'était comme un double enfermement !

Et sur le plan médical, il faut savoir que les chrétiens serbes sont exclus du système de santé du Kosovo. Ils ne peuvent se rendre que dans un hôpital serbe, au nord de la province, ou dans un autre, au sud, où il n'y a que deux respirateurs. Pour toutes ces raisons, il était vital de déclencher une opération d'urgence.

Quelle est la situation des chrétiens au Kosovo aujourd'hui ?

Extrêmement difficile. Les Serbes, qui étaient la population d'origine du Kosovo, ont subi un lent nettoyage ethnique qui s'est accéléré depuis la guerre de 1999. 

Aujourd'hui, ils sont un peu plus de 100 000. Ils vivent dans des enclaves (dans une rue, un quartier, un village...) qui sont des prisons à ciel ouvert d'où ils ne peuvent pas sortir sans risquer une escarmouche. Ils sont régulièrement attaqués, battus, pillés et poussés à partir. Ils vivent dans une grande pauvreté ; ils sont systématiquement discriminés ; leurs écoles sont abandonnées. Ils sont condamnés à une forme d'autarcie. L'objectif de nombreux islamistes radicaux est d'éradiquer la présence serbe et chrétienne au Kosovo ; d'où l'importance d'assurer leur autonomie et leur sécurité. 

Je me souviens d'un couple qui, après le troisième cambriolage qu'ils ont subi, a trouvé une boîte de mort-aux-rats sur la table de la cuisine. C'était le dernier avertissement.

Vous rapportez qu'il y a toujours un nettoyage ethnique silencieux des Serbes dans la région. Pensez-vous que cette hostilité soit encore fondamentalement religieuse, après les pogroms anti-chrétiens de 2004 ? 

Au Kosovo, les questions ethniques et religieuses sont mélangées. Il y a donc une haine générale des Slaves qui touche les Serbes, mais aussi le peuple Gorani, qui est musulman, dans le sud du Kosovo. Solidarité Kosovo leur apporte également un soutien. 

En outre, il y a eu des pogroms anti-chrétiens et la destruction ciblée de 150 églises ou monastères au cours des 20 dernières années. Nous soutenons en particulier le monastère de Visoki Decani, qui est régulièrement pris pour cible par les terroristes islamistes mais aussi par les médias et les hommes politiques albanais du Kosovo. Il a été attaqué avec un lance-roquettes et souillé par une étiquette disant "Le califat arrive". En 2016, les forces de l'OTAN ont arrêté quatre djihadistes armés de kalachnikovs devant la porte du monastère. Ils ont été filmés par les caméras de surveillance dont nous avons équipé le monastère. Nous avons également construit un sas de sécurité, en pierre traditionnelle, avec des portes en fer. Nous espérons toujours l'arrivée, un jour ou l'autre, d'une cohabitation pacifique, car la majorité des Albanais sont modérés. Mais les extrémistes sont très puissants, et la condamnation internationale de leurs abus est très rare. 

En 2017, vous avez participé au documentaire "Kosovo, une chrétienté en péril". Que représente cette présence chrétienne dans la région ? Quelles seraient les conséquences de sa disparition ? 

Pour la première fois depuis l'évangélisation de notre continent, les chrétiens disparaîtraient d'une terre européenne. C'est sans précédent - un signe terrible pour la civilisation européenne, qui ne doit pas se produire.

Sur le plan culturel, la destruction du patrimoine serbe et orthodoxe du Kosovo, classé au patrimoine de l'UNESCO, serait une perte inestimable pour l'humanité, car elle est universelle, tout comme l'étaient les bouddhas de Bamiyan ou les restes de Palmyre. 

Quelles sont vos relations avec les autorités religieuses orthodoxes de la région ?

Excellentes. La plupart de nos projets sont réalisés en partenariat avec le diocèse du Kosovo et Metohija. J'ai reçu l'Ordre de Saint Sava, la plus haute distinction de l'Eglise orthodoxe serbe, des mains du patriarche Irénée. J'ai été très touché par sa mort cette année car je le connaissais et le respectais.

D'où vient votre affection particulière pour la Serbie ? 

La vieille amitié franco-serbe, qui remonte aux années 1870 [après la guerre franco-prussienne], est bien vivante dans ma famille. Pour mon grand-père et mon père, elle s'est renforcée avec les deux guerres mondiales. Personnellement, quand l'OTAN a bombardé la Serbie en 1999, j'ai vu cela comme une injustice. Voir ce pays seul contre tous m'a révolté. Je voulais être du côté des faibles qui sont attaqués dans leur propre pays, contre les puissants qui martyrisent et humilient un peuple. Bien sûr, à l'époque, je n'imaginais pas que, plus tard, je vivrais en Serbie, obtiendrais la citoyenneté et serais nommé à un poste élevé par le gouvernement.

Que signifie pour vous cette nomination au gouvernement serbe ? Qu'espérez-vous accomplir au cours de votre mandat ? 

C'est, bien sûr, une grande distinction pour moi, mais c'est surtout une reconnaissance pour tous ceux qui ont aidé Solidarité Kosovo au cours des 16 dernières années. Je pense en particulier à un retraité qui a économisé sur ses cigarettes pour faire des dons à des personnes plus pauvres que lui ; aux bénévoles qui m'ont accompagné sur des routes dangereuses et qui s'engagent sans compter ; à tous les Serbes du Kosovo qui ont trouvé la force de survivre, de témoigner malgré les persécutions. Ma nomination par le gouvernement symbolise véritablement la reconnaissance de cet effort collectif. Je n'aurais rien fait sans eux.  

Jusqu'à présent, mon énergie s'est concentrée sur le travail humanitaire. Aujourd'hui, je peux me mettre au service de tous les Serbes de la diaspora, en travaillant à construire des ponts, entre leur pays d'origine et leur pays d'accueil. Les Serbes sont travailleurs, intelligents et respectueux : Je veux les aider à exprimer tout leur potentiel où qu'ils soient, partout dans le monde.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel