Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une énième attaque contre le Pape émérite

IMPRIMER

De Nico Spuntoni sur le Daily Compass :

La campagne de dénigrement contre Ratzinger reprend de plus belle

11-01-2022

Ratzinger a été accusé par l'hebdomadaire Die Zeit de couvrir un prêtre pédophile. Les faits remontent à 1980, lorsque le pape émérite était archevêque de Munich et Freising. Mais l'affaire est déjà bien connue et s'est retrouvée sous les feux des projecteurs en mars 2010. Que se cache-t-il derrière cette énième attaque contre le Pape émérite ?

La campagne de dénigrement contre Ratzinger a recommencé. Celui qui restera dans les mémoires pour avoir d'abord dénoncé "la saleté de l'Eglise" lors du Via Crucis de 2005, puis pour l'avoir combattue une fois devenu pape, est accusé par l'hebdomadaire Die Zeit d'avoir couvert un prêtre pédophile.

Les faits remonteraient à 1980, alors que le pape émérite était archevêque de Munich et Freising. Selon le magazine allemand, la charge explosive se trouve dans un document de 2016 rédigé par le tribunal ecclésiastique archidiocésain, qui affirme que les évêques d'Essen et de Munich ont manqué à leur devoir de protection des mineurs.

Le protagoniste de l'affaire est le "Père H.", un prêtre du diocèse d'Essen, qui est accusé d'avoir forcé un garçon de 11 ans à pratiquer une fellation en 1979 et qui a été transféré dans le diocèse principal de Bavière en 1980 pour une thérapie avec le consentement de l'archevêque de l'époque, Mgr Ratzinger. Le "Père H.", comme il est désigné dans les articles sensationnalistes qui paraissent actuellement, n'est autre que Peter Hullermann, et l'implication présumée de l'actuel pape émérite dans son cas avait déjà été mise en lumière en mars 2010.

À l'époque, en effet, Der Spiegel avait publié cette révélation les jours mêmes où était rendue publique la Lettre pastorale aux catholiques d'Irlande, document-symbole du pontificat de Benoît XVI sur le sujet de la pédophilie. Le timing n'était probablement pas accidentel et a eu pour effet de porter un coup à la crédibilité avec laquelle le Pontife régnant de l'époque entendait nettoyer l'Église.

Aujourd'hui, presque douze ans plus tard, cette histoire est rappelée par un autre hebdomadaire allemand avec pour seule nouveauté un document de 2016 du tribunal ecclésiastique de l'archevêché qui s'est retrouvé entre les mains de la presse juste avant la publication annoncée - entre le 17 et le 22 janvier - du rapport sur les abus et les dissimulations à Munich dans la période 1945-2019. Le rapport a été préparé par WSW, le même cabinet d'avocats qui a produit le premier rapport commandé par l'archevêché de Cologne, qui a ensuite été bloqué par le cardinal Rainer Maria Woelki parce qu'il aurait présenté d'importantes lacunes juridiques et violé les droits des personnes concernées.

L'arrêt de la publication a coûté à l'archevêque de Cologne une campagne de diffamation massive, qui a été suivie d'une visite apostolique et d'une pause ordonnée par Rome. Cependant, même à Munich, la publication initialement prévue du rapport n'a pas été respectée, puisque le cardinal Reinhard Marx l'avait annoncée pour l'été 2021. L'article de Die Zeit, repris par tous les médias du monde, pourrait avoir pour effet de braquer les projecteurs sur la publication à venir puisque - comme l'expliquent les auteurs - l'équipe juridique aurait dû accorder une "attention particulière" au cas du "Père H.".

L'accusation contre Ratzinger d'avoir couvert le prêtre pédophile, de toute façon, a déjà été démantelée en 2010 après la publication de l'article du Spiegel avec l'explication fournie, grâce aux documents en sa possession, par l'archidiocèse de Munich et Freising anciennement dirigé par le cardinal Marx : l'ancien archevêque a donné son accord pour le transfert du prêtre à Munich mais pas pour son retour à l'activité pastorale. Les faits sont les suivants : informé des violences commises sur un garçon de 11 ans au retour d'une excursion, le diocèse d'Essen a ordonné à Hullermann de suivre un traitement psychothérapeutique pour lequel il devait se déplacer dans la capitale bavaroise. Le prêtre a alors demandé un hébergement à l'archevêché de Munich et sa demande, discutée lors d'une réunion le 15 janvier 1980 à laquelle assistait l'archevêque de l'époque, Joseph Ratzinger, a été acceptée.

Le feu vert de l'actuel pape émérite s'est limité à accepter le transfert, et non à conférer des fonctions pastorales, comme l'a souligné le porte-parole de l'archidiocèse Bernhard Kellner en 2010. Un mois plus tard, cependant, Hullermann s'est vu confier une charge paroissiale par le vicaire général de l'époque, Gerhard Gruber. Cette décision a été prise "contrairement à ce que Ratzinger avait décidé", selon Andrea Tornielli - l'actuel directeur éditorial du Dicastère pour la communication du Saint-Siège - et Paolo Rodari, qui a soutenu la thèse défensive dans "Attaque contre Ratzinger". Gruber, qui est toujours en vie, a reconnu sa responsabilité dans une lettre datée du 12 mars 2010, parlant de sa "grave erreur". De 1980 à 1982, il n'y a pas eu de rapports ou d'accusations de comportement criminel de la part de Hullermann, qui a été transféré à Grafing en décembre 1982 sur ordre du cardinal Friedrich Wetter, qui a succédé à la tête de l'archidiocèse de Munich après la promotion de Ratzinger au poste de préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Dans la commune bavaroise, le "Père H." s'est de nouveau rendu coupable de pédophilie, ce qui lui a valu d'être condamné à dix-huit mois de probation en 1986. Également soupçonné d'avoir commis des abus à Garching, où il a séjourné de 1987 à 2008, il a été suspendu en 2010 de l'archevêché de Munich et Freising pour avoir violé deux ans plus tôt l'interdiction faite par le cardinal Marx d'apporter une assistance spirituelle à des mineurs.

Il y a une douzaine d'années, lorsque l'affaire a été rapportée par Der Spiegel et relancée par le New York Times avec l'accusation que Ratzinger avait été informé de la réaffectation du prêtre malgré sa thérapie, l'archevêché de Munich a tenu bon, affirmant par l'intermédiaire de son porte-parole qu'il croyait que l'archevêque de l'époque n'était pas au courant de la décision de son vicaire général. Or, aujourd'hui, le contenu de ce document du tribunal de l'archidiocèse de Marx, daté de 2016 - Benoît XVI ne régnant plus - a été divulgué, qui présenterait des jugements négatifs sur la gestion du cas Hullermann par l'archevêque de l'époque.

Une interprétation intéressante du scandale qui a éclaté il y a douze ans et qui a visé Benoît XVI, avec des appels à sa démission, a été proposée par Massimo Introvigne, interviewé dans le livre précité de Tornielli et Rodari - précisément en raison des révélations concernant l'affaire Hullermann. Il vaut la peine de la proposer à nouveau à la lumière des attaques subies par le pape émérite en ces heures qui ont suivi l'article publié dans Die Zeit :

"Les controverses qui ont éclaté en mars 2010 montrent une caractéristique typique des paniques morales : des faits remontant à de nombreuses années, dans certains cas à plus de 30 ans, et dans certains cas déjà connus, sont présentés comme 'nouveaux'. Le fait que - avec une certaine insistance sur la zone géographique de la Bavière, d'où est originaire le pape (aujourd'hui émérite, ndlr), et la période pendant laquelle le cardinal Ratzinger a dirigé la Congrégation pour la doctrine de la foi - ces faits soient présentés à la une des journaux des années 1980 ou même 1970 comme s'ils étaient arrivés hier, et que de furieuses polémiques surgissent, avec une attaque concentrique qui crie chaque jour de nouvelles "découvertes", démontre clairement comment la panique morale est promue par les "entrepreneurs de morale" de manière organisée et systématique. Le cas de Munich, qui - comme l'ont titré certains journaux - "implique le Pape", est à sa manière un exemple d'école".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel