Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le coming out des gays catholiques allemands : vers l'épreuve de force finale ?

IMPRIMER

De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

Allemagne, les gays catholiques font leur coming out; une épreuve de force

26-01-2022

125 prêtres et employés de l'Église catholique en Allemagne ont fait leur coming out en tant que personnes homosexuelles et ont appelé à la fin de la discrimination institutionnelle à l'encontre des personnes LGBTQ. Le documentaire diffusé sur la télévision publique présente des prêtres, un évêque et des responsables de structures ecclésiastiques telles que Caritas et la Curie. Le moment de la diffusion coïncide avec les accusations d'abus portées contre le pape Benoît XVI. Et maintenant, l'Église Lgbt veut l'épreuve de force finale. 

Ce n'est pas par hasard, mais dans le cadre du complot qui a été déclenché contre le pape Benoît ces derniers jours, le 24 janvier, 125 prêtres et employés de l'Église catholique en Allemagne ont fait leur coming out en tant que personnes homosexuelles et ont exigé la fin de la discrimination institutionnelle à l'encontre des personnes LGBTQ et l'élimination des "déclarations obsolètes de la doctrine de l'Église" en matière de sexualité et de genre.

Le documentaire a été diffusé sur la télévision publique allemande Ard. Les protagonistes sont des fonctionnaires de Caritas, des employés de la curie de différents diocèses, des prêtres, des moines, des religieuses, des éducateurs, des enseignants, des médecins et des infirmières de cliniques catholiques allemandes. Parmi eux figuraient le prêtre jésuite Ralf Klein, curé de paroisse en Forêt-Noire, le frère franciscain Norbert, des enseignants catholiques, deux religieuses lesbiennes qui ont quitté l'habit et l'évêque d'Aix-la-Chapelle, Helmut Dieser, qui a déclaré que la demande de modification du droit canonique pour permettre aux gays, aux lesbiennes, aux bisexuels et aux transsexuels de travailler pour l'Église était "justifiée" et a présenté ses excuses à toutes les personnes blessées et incomprises par l'Église en raison de leur orientation sexuelle.

Dans l'autonomie accordée par la loi allemande à l'Église, il existe une clause de loyauté qui oblige les employés de l'Église catholique à vivre et à se comporter selon la doctrine catholique, les protagonistes du documentaire risquent donc d'être licenciés. Ces mêmes membres LGBTI de l'Église ont publié sept demandes sur les médias sociaux dans le cadre de l'initiative "OutInChurch".

Les demandes vont de personnes homosexuelles exigeant l'accès à toutes sortes d'activités et de professions dans l'Église sans discrimination, à d'autres demandant à l'Église de réviser ses déclarations sur la sexualité sur la base de "découvertes théologiques et humaines-scientifiques". L'Église devrait également assumer la responsabilité de la discrimination à l'encontre des personnes LGBTI qui a eu lieu tout au long de l'histoire.  

Le moment de la diffusion du documentaire (après cinq ans d'enquête et d'interviews) a certainement été influencé par les attaques dont le pape Benoît XVI a fait l'objet ces derniers jours et par les longs silences incompréhensibles qui accompagnent depuis plus d'un an les extravagances schismatiques de l'église allemande (au moins deux évêques allemands, dont le cardinal Reinhard Marx de Munich, se sont montrés favorables à une sorte de bénédiction "pastorale" des unions homosexuelles).

Les accusations bestiales et les silences loquaces de ces derniers jours à l'égard du Pape Benoît XVI démontrent, comme l'affirme Stefano Fontana dans La Bussola et dans l'interview de Monseigneur Massimo Camisasca dans le Corriere della Sera du 22 janvier, non seulement l'agacement à son égard, mais aussi le désir obstiné de l'effacer au plus vite.

La délectation avec laquelle la presse de gauche du monde entier a exhibé les excuses du pape Benoît XVI après la publication du rapport indépendant sur les abus commis dans le diocèse de Munich est emblématique de la méchanceté à l'égard de Ratzinger. "L'ex-Pape Benoît XVI était au courant des abus sexuels et n'a rien fait", tel était le titre reproduit tel quel que l'on pouvait lire le 20 janvier dans les colonnes des réseaux de médias de masse du monde entier : BBC au Canada, ABC, CNN et NYT aux États-Unis, Reuters et Associated Press, DW en Allemagne, Aljazeera au Moyen-Orient, etc.

Ce que le Cardinal et Pape Joseph Raztinger a fait contre les abus et la saleté dans l'Eglise reste dans l'histoire comme un signe exemplaire inégalé et efficace. Mais c'est l'ensemble de l'enseignement du pape Benoît et les 18 pages de notes publiées dans le mensuel allemand Klerusblatt, reprises intégralement par le Corriere della Sera du 11 avril 2019, sur l'oubli de Dieu, les retards inacceptables de l'Église et le processus de reddition de la morale et de l'Église aux idéologies soixante-huitardes, qui sont la véritable raison des attaques violentes.

Aujourd'hui, le lobby gay et LGBTI dans l'Église et en dehors de l'Église pense manifestement que l'heure de l'épreuve de force finale a sonné. Le silence de l'église allemande sur les représentations blasphématoires de la madone trans et de la sainte famille publiées dans des magazines LGBTI allemands par l'ambassadeur LGBTI européen a été emblématique. Avec l'évaporation du nombre de membres des églises chrétiennes allemandes, en 1990 les catholiques et les protestants représentaient 58 millions, aujourd'hui seulement 41 millions sur 83 millions d'habitants et l'année prochaine (c'est prévisible) encore moins de citoyens donneront leur obole fiscale aux églises, les gens pensent à élever leur propre image avec une belle nappe arc-en-ciel sur l'autel (comme le montre la première image du documentaire allemand). Prenons note des circonstances concurrentes : en condamnant le pape Benoît le Grand à la damnatio memoriae, ils tentent en fait de détruire la doctrine de l'Eglise catholique et du Créateur. Il est temps pour Rome de frapper un grand coup.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel