Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Massacres dans les écoles américaines : et si le vrai problème n'était pas les armes à feu

IMPRIMER

De Riccardo Cascioli sur le Daily Compass :

Massacres dans les écoles américaines : le vrai problème n'est pas les armes à feu

26-05-2022

La réponse courante à une nouvelle fusillade de masse causée par un jeune tireur est l'habituelle polémique sur le droit de garder et de porter des armes aux États-Unis. Mais il s'agit d'une vision réductrice qui ne tient pas compte de tous les facteurs en jeu. Ce qui ressort, c'est le profond désespoir des auteurs de ces massacres, un manque de sens qui les pousse à la mort. Ceci devrait être le point de départ de la réflexion.

Le nouveau massacre d'enfants au Texas, perpétré par un jeune homme de 18 ans lourdement armé qui a fait irruption dans l'école primaire Robb à Uvalde, ne peut laisser indifférent et amène à se demander quelle est la cause de la répétition de ces fusillades de masse. Malheureusement, cela ressemble à un rituel inutile qui se répète à chaque massacre, après les jours de deuil et les polémiques politiques, rien ne change en attendant la prochaine fusillade.

Une des raisons de cette inutilité réside dans le fait que l'on réagit toujours en considérant la réponse comme acquise : c'est la faute du droit de garder et de porter des armes aux Etats-Unis, et donc c'est le lobby des armes qui empêche le Congrès d'intervenir pour limiter ou interdire leur achat. Depuis hier, tous les journaux sont remplis de ces analyses qui disent en chœur la même chose. Mais est-ce vraiment le cas ? Ou bien y a-t-il d'autres facteurs à prendre en compte et qui, à long terme, sont beaucoup plus déterminants que les armes ?

En fait, la thèse "tout est de la faute des armes" est très réductrice, et ce pour plusieurs raisons, notamment le fait que "c'est l'homme qui tue, pas son épée", comme le rappelait Jean-Paul II dans son message pour la Journée de la Paix de 1984. Il est donc nécessaire de regarder de façon plus réaliste l'être humain, son cœur et ses motivations plutôt que son épée ou son fusil automatique.

Peu importe le fait que la possession d'armes personnelles aux États-Unis soit enracinée dans ses origines, qui placent la liberté et la propriété privée comme fondement de l'identité américaine. Il existe d'autres faits concernant la diffusion et l'utilisation des armes à feu qui font douter qu'il s'agisse de la véritable cause du problème. Tout d'abord, les États-Unis ne sont pas le seul pays où il est largement possible de garder les armes à feu chez soi. Il y a seulement deux ans, le Canada a fixé des limites en interdisant l'achat de fusils d'assaut, mais même avant cela, les fusillades de masse ont été des événements très rares. Dans de nombreux autres pays, en outre, il est très facile de se procurer des armes de manière plus ou moins légale - pensez, pour ne pas trop vous éloigner, au Mexique et au Venezuela - mais il n'y a pas de phénomène de ce type, même si la violence y est très répandue. De plus - comme le dit un rapport du FBI, publié il y a quelques jours et cité par la BBC - les attaques armées par des citoyens privés ont doublé depuis le début de la pandémie de Covid-19. Cela réfute une relation directe entre la disponibilité des armes et les fusillades de masse (les armes n'ont pas doublé au cours de la même période). Elle devrait plutôt susciter des interrogations sur les conséquences de certaines politiques de gestion des pandémies.

Bien sûr, il est indéniable que le fait d'avoir des armes à sa disposition facilite et rend plus dramatiquement efficace la tâche de ceux qui, dans leur for intérieur, ont décidé de tourner leur colère contre des innocents. Mais ce facteur serait décisif si ces massacres étaient impétueux. C'est-à-dire qu'il s'agit d'une réaction immédiate à un préjudice prétendument subi, comme c'est le cas, par exemple, dans les conflits de la circulation routière (meurtre pour dépassement ou pour une place de parking "volée") ou dans les crimes passionnels (un mari qui découvre sa femme avec son amant) : dans ces cas, bien sûr, une arme à portée de main fait toute la différence.

Mais les fusillades de masse dont nous parlons sont des massacres soigneusement planifiés, méticuleusement préparés pendant des jours et des semaines, dans certains cas même annoncés sur les médias sociaux. Cela signifie que ceux qui ont ces intentions ont également beaucoup de temps pour se procurer les armes nécessaires d'une manière ou d'une autre, même illégalement. Et face à cette détermination, même s'ils n'avaient pas d'armes, ils pourraient utiliser un autre moyen : par exemple, ils pourraient conduire une voiture à pleine vitesse et faucher la foule à l'entrée ou à la sortie de l'école.

Revenons donc à l'être humain, à son cœur, à son esprit. Qu'est-ce qui pousse à des actes aussi terribles ? Nous ne prétendons pas avoir une réponse exhaustive, car le mystère du mal est impossible à explorer complètement. Mais nous pouvons noter certains facteurs communs à la plupart de ces fusillades de masse. Le premier élément est l'école, certainement le lieu le plus touché : en dix ans, depuis l'attaque de décembre 2012 de l'école primaire de Sandy Hook (Connecticut) qui a fait 27 morts, on a dénombré pas moins de neuf fusillades en milieu scolaire, soit pratiquement une par an. Le plus souvent, les auteurs sont d'anciens élèves de la même école, qui ont le sentiment d'avoir subi dans cet environnement des injustices, accumulé des frustrations, découvert qu'ils étaient des ratés : comme Salvador Ramos, le protagoniste de 18 ans de l'attaque d'hier. Le "rêve américain" est devenu un cauchemar pour eux.

Autre facteur, le jeune âge : à part un cas, tous les protagonistes des agressions scolaires de 2012 à aujourd'hui ont entre 15 et 25 ans. Et tous avaient des situations familiales compliquées, des parents séparés, absents, des antécédents d'abus, et évidemment aussi des problèmes psychologiques ou psychiatriques. Jeunes, solitaires, malheureux, désespérés. Et suicidaires : oui, car chacun d'entre eux s'est suicidé après avoir tiré ou s'est laissé tuer par la police. Ils ont tous tué en voulant mourir eux-mêmes : presque une dernière tentative désespérée de faire l'expérience de la compagnie, au moins dans la mort.

Contrôler les armes, empêcher qu'elles ne tombent entre les mains de personnes déjà signalées pour des problèmes mentaux, prévenir les manifestations extrêmes en n'abandonnant pas les personnes problématiques à elles-mêmes, peut certes aider à limiter les dégâts, peut-être à éviter certaines tragédies, mais cela reste une intervention sur les symptômes.

Ce qui est nécessaire, en revanche, c'est d'aller à la racine du mal : il y a d'abord le besoin d'un sens à la vie, d'une rencontre qui corresponde aux véritables besoins du cœur. Mais c'est un trésor de plus en plus rare à trouver dans une société qui prétend se construire sans ou même contre Dieu. C'est à cela qu'il faut avant tout réfléchir.

Commentaires

  • Une remarque à cet très bon article, à propos du fait que c'est souvent dans des écoles. Dans beaucoup d'endroits aux Etats-Unis, les établissements d'enseignement sont des lieux ou les armes sont interdites. Un tireur n'aura donc aucune opposition, contrairement à de nombreux autres lieux avec du public. Il est donc fort probable qu'il y ait un phénomène d'opportunité au choix d'une école, et pas forcément un lien avec un passé scolaire difficile. Cela ne change rien au fond de l'article.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel