Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Plus de 80% des évêques allemands présents approuvent le texte de la Voie synodale demandant l'ordination des femmes

    IMPRIMER

    D'Andreas Wailzer sur LifeSiteNews :

    Plus de 80% des évêques allemands présents approuvent le texte de la Voie synodale demandant l'ordination des femmes

    Le texte hétérodoxe appelle à une réévaluation du document magistériel "Ordinatio sacerdotalis" de Jean-Paul II.

    12 septembre 2022

    FRANCFORT AM MAIN (LifeSiteNews) - Les membres de l'assemblée de la voie synodale ont approuvé un document demandant au pape François d'autoriser l'ordination des femmes. Près de 82% des évêques présents ont voté en faveur du document. 

    Le texte hétérodoxe appelle à une réévaluation du document magistériel du pape saint Jean-Paul II "Ordinatio sacerdotalis" (1994) dans lequel le pape confirmait l'enseignement bimillénaire constant de l'Église d'un sacerdoce exclusivement masculin. Dans sa lettre apostolique, Jean-Paul II a cité le pape Paul VI dans son affirmation de l'enseignement de l'Église en la matière : 

    Elle [l'Église catholique] considère qu'il n'est pas admissible d'ordonner des femmes au sacerdoce, pour des raisons très fondamentales. Ces raisons comprennent : l'exemple rapporté dans les Saintes Écritures du Christ choisissant ses Apôtres uniquement parmi les hommes ; la pratique constante de l'Église, qui a imité le Christ en ne choisissant que des hommes ; et son autorité pédagogique vivante qui a constamment soutenu que l'exclusion des femmes du sacerdoce est en accord avec le plan de Dieu pour son Église. (Ordinatio sacerdotalis 1)

    Jean-Paul II a ajouté cette déclaration emphatique concernant la question de l'ordination sacerdotale des femmes : 

    C'est pourquoi, afin de dissiper tout doute sur une question de grande importance, qui concerne la constitution divine de l'Église elle-même, en vertu de mon ministère de confirmation des frères (cf. Lc 22, 32), je déclare que l'Église n'a aucune autorité pour conférer l'ordination sacerdotale aux femmes et que ce jugement doit être tenu pour définitif par tous les fidèles de l'Église. (Ordinatio Sacerdotalis 4)

    L'évêque Rudolf Voderholzer de Ratisbonne, l'un des deux seuls évêques à avoir voté contre tous les documents proposés à l'Assemblée synodale, a exprimé sa désapprobation à l'égard de la proposition d'ordination des femmes. S'adressant à l'Assemblée elle-même, il a déclaré : 

    Le texte met un point d'interrogation derrière la lettre Ordinatio sacerdotalis, qui a été promulguée avec une autorité doctrinale quasi suprêmement contraignante, et veut élargir ce point d'interrogation et le transmettre à l'Église universelle, [...] cela est théologiquement légitime, mais en tant qu'évêque, je ne peux pas y souscrire de cette manière. Je ne considère pas que ma tâche consiste à élargir le point d'interrogation, mais à mettre un point d'exclamation derrière Ordinatio sacerdotalis avec de bonnes raisons théologiques, dont je suis convaincu. 

    Les autres évêques allemands qui ont voté contre l'appel à l'ordination des femmes sont le cardinal Rainer Maria Woelki et les évêques Josef Graf, Gregor Maria Hanke, Matthias Heinrich, Wolfgang Ipolt, Stefan Oster, Dominikus Schwaderlapp, Rupert Stolberg et Florian Wörner. 

    Les évêques qui se sont abstenus de voter sont Stephan Burger, Herwig Gössl, Thomas Löhr, Ansgar Puff et Stefan Zekorn.

    La journaliste Dorothea Schmidt, qui a assisté à l'Assemblée synodale, a écrit que la Voie synodale s'écartait de l'anthropologie chrétienne et qu'elle transformerait l'Église allemande en une "Église libérale-féministe germano-nationale de genre." 

    La coprésidente de la Voie synodale, Irme Stetter-Karp, a déclaré dans une interview peu après l'approbation du document sur les ordinations des femmes : "Mais bien sûr, cette résolution n'est qu'une étape dans ce que nous, les femmes, voulons", insinuant qu'il est prévu de présenter des propositions et des politiques plus féministes et hétérodoxes. 

    La quatrième assemblée de la voie synodale allemande s'est tenue du 8 au 10 septembre 2022 à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne. L'Assemblée synodale est composée des 56 évêques allemands, de 69 représentants de l'organisation laïque "Comité central des catholiques allemands" et de plusieurs autres membres du clergé et des laïcs. Pour qu'un texte soit approuvé, une majorité des membres de l'Assemblée, ainsi qu'une majorité des deux tiers des évêques, sont nécessaires.

  • Londres possède désormais le premier sanctuaire pour les chrétiens persécutés en Europe

    IMPRIMER

    De Marco respinti sur Bitter Winter :

    Londres possède désormais le premier sanctuaire pour les chrétiens persécutés en Europe

    09/08/2022

    Une initiative du père Benedict Kiely, qui rappelle au monde que les chrétiens sont la minorité la plus persécutée au niveau international.

    The icon at the new shrine of Mary, Mother of Persecuted Christians. Courtesy of Father Benedict Kiely.

    L'icône du nouveau sanctuaire de Marie, Mère des chrétiens persécutés. Avec l'aimable autorisation du père Benedict Kiely.

    Depuis le 8 septembre 2022, les chrétiens persécutés disposent du premier sanctuaire qui leur est dédié en Europe, inauguré à Londres, en Angleterre, à l'église de l'Ordinariat de Notre-Dame de l'Assomption et de Saint-Grégoire, dans le quartier de Soho. Le sanctuaire est officiellement intitulé "Marie, mère des chrétiens persécutés".

    En Europe (et, en fait, dans le monde entier), il existe bien sûr d'autres chapelles et lieux saints où les croyants peuvent prier pour les martyrs modernes, mais il s'agit du premier lieu du Vieux Continent spécifiquement dédié à cet objectif. C'est un projet du père Benedict Kiely, un prêtre anglais qui consacre sa vie aux chrétiens persécutés depuis l'été 2014.

    Né à Londres il y a 59 ans, et ordonné à Canterbury en 1994, le père Kiely partage son ministère sacerdotal entre l'Angleterre et les États-Unis. Il est incardiné dans l'Ordinariat personnel de Notre-Dame de Walsingham, établi le 15 janvier 2011 pour les anciens anglicans (principalement conservateurs) d'Angleterre et du Pays de Galles, conformément à la constitution apostolique de 2009 du pape Benoît XVI "Anglicanorum coetibus". L'Ordinariat fait partie du territoire de la Conférence des évêques catholiques d'Angleterre et du Pays de Galles, qui englobe également l'Écosse, et est directement soumis au Saint-Siège. Répandu dans de nombreux pays du monde, il est placé sous le patronage de l'ancien anglican John Henry Newman (1801-1890), devenu un saint catholique romain, et tire son nom du titre donné à la Vierge Marie dans le village de Walsingham, dans le Norfolk, en Angleterre. C'est là qu'eurent lieu des apparitions mariales en 1061, qui furent ensuite approuvées par le pape Léon XIII (1810-1903) et le pape Pie XII (1876-1958). Il est très intéressant de noter que Notre-Dame de Walsingham n'est pas seulement vénérée par les catholiques romains, mais aussi par les orthodoxes de rite occidental et certains anglicans.

    L'attention du P. Kiely pour les chrétiens persécutés (qu'il décrit comme un appel vocationnel au sein de son appel sacerdotal) a commencé face au terrible fardeau des chrétiens au Moyen-Orient, dans certains quartiers desquels ils sont menacés de génocide. Cela se reflète clairement dans Nasarean.org, l'organisation caritative qu'il a fondée à Stowe, dans le Vermont.

    Le sanctuaire londonien est construit autour d'une icône de Marie, peinte par Sœur Souraya, une religieuse syrienne grecque melkite catholique de l'ordre Basilien, qui a un studio d'art à Zouk, au Liban, près de Beyrouth. L'icône porte l'inscription "Mère des persécutés" en araméen, qui est censé être la langue parlée par Jésus.

    Le sanctuaire vise à attirer l'attention, par la prière, sur les plus persécutés de tous les groupes religieux du monde. Open Doors documente en effet que plus de 360 millions de chrétiens, soit environ un septième du total, souffrent de graves persécutions et discriminations dans le monde, tandis que Persecution.org a décerné le "Prix du persécuteur de l'année 2022" à l'Afghanistan et aux bergers fulanis au Nigeria.

    Tout en exhortant les évêques intéressés par la création de sanctuaires analogues à se mettre en contact avec lui, le père Kiely annonce déjà l'inauguration du prochain, qui aura lieu dans une église de Worcester, dans le Massachusetts, en octobre. Ce sera la deuxième en Amérique. La première a été inaugurée dans l'église St. Michael, à Manhattan, New York, le 12 juin 2018.

    Commentant le nouveau, premier sanctuaire européen qui honore les chrétiens persécutés à Londres, le père Kiely a déclaré à "Bitter Winter" : "C'est très important. Cela montrera que l'Église occidentale se soucie de la persécution des chrétiens dans le monde. De nombreuses fois, des évêques et des prêtres irakiens, syriens et nigérians m'ont dit qu'ils croyaient, au fond d'eux-mêmes, que l'Église occidentale ne s'en souciait pas."

  • Invitation à l’inauguration de la Croix de Jeumont (17 septembre)

    IMPRIMER

    Du site de la Fraternité de Tibériade :

    Invitation à l’inauguration de la Croix de Jeumont

    Le samedi 17 septembre à 16h, le doyen Jules Solot, vicaire épiscopal, célébrera l'Eucharistie et bénira la Croix.

    Quelques témoins partagerons sur l'histoire de la Croix, sa conception, sa mise en œuvre et sa symbolique. Prenez votre parapluie. Pour les plus aînés, prenez une chaise pliante si vous le souhaitez.

    Pour nous rejoindre, deux possibilités :

    Depuis Wellin :

    1– Au rond-point de Wellin prendre la direction de Halma,

    2– Au rond-point de Halma, prendre la rue de Dinant (à gauche). Vous passez devant le grand garage Dozot,

    3– Prendre la deuxième petite route à droite.

    Depuis l'autoroute :

    1– Prendre la sortie 23 [Wellin]

    2– Prendre la rue de Dinant en direction de Wellin

    3– Prendre la première petite route à gauche.

    Les voitures seront garées sur l'ancienne route [des jeunes vous guideront]. Les personnes âgées prendront des voitures relais pour arriver au pied de la colline.

    Aider au financement de la croix

  • Saint Jean Chrysostome (13 septembre)

    IMPRIMER

    De Patristique.org :

    1. Famille et formation intellectuelle

    Jean naît en 344 à Antioche de parents chrétiens. Son père, Secundus, est un officier (princeps militum), peu de temps après la naissance de son fils, il meurt. Sa mère, Anthousa, très pieuse, est une grecque de pure race. Elle demeure veuve à 20 ans, elle perd aussi sa fille aînée et elle se dévoue entièrement à l’éducation de son fils unique. 
    Après avoir parcouru le cycle de la paideia (programme d’éducation classique des jeunes Grecs), Jean étudie sous la direction du célèbre rhéteur Libanios, païen convaincu. Parmi ses condisciples, il faut mentionner Théodore, le futur évêque de Mopsueste. 
    Les empereurs comblaient Libanios d’honneurs ! Jean raconte lui-même qu’un jour son maître fit publiquement l’éloge de sa mère. Apprenant qu’âgée maintenant de 40 ans, elle était veuve depuis 20 ans, il s’était écrié : « Ah ! Quelles femmes il y a chez les chrétiens ! » Devenu vieux, il aurait répondu à quelqu’un qui lui avait demandé qui il désirait avoir pour successeur : « Jean, mais les chrétiens me l’ont enlevé ! »

    2. Baptême, formation théologique et monachisme

    En 369, Jean reçoit le baptême. Il aimerait vivre en moine avec son ami Basile, le futur évêque de Raphanée en Syrie, dans l’école cléricale et monacale de Diodore de Tarse, mais sa mère s’y oppose ! Tandis que Basile devient moine, Jean demeure élève externe ! Pendant trois ans, il s’initie dans cette célèbre école d’Antioche aux côtés de son ami, Théodore de Mopsueste, à l’exégèse littérale et à la théologie. 
    En 370, il est ordonné lecteur par Mélèce, l’évêque d’Antioche. C’est en cette même année qu’à Césarée en Cappadoce, Basile le Grand était élu évêque. 
    En 374, Jean épris de perfection fuit au désert malgré sa répugnance instinctive.

    • Je me demandais d’où me viendraient les provisions nécessaires, s’il me serait encore possible de manger du pain frais du jour, si l’on ne m’obligerait pas à me servir de la même huile pour ma lampe et pour ma nourriture, si l’on ne me réduirait pas au pauvre régime des légumes et si l’on ne m’obligerait pas à un travail pénible comme de bêcher, de porter du bois et de l’eau et de faire toutes sortes de travaux de ce genre. Je me souciais beaucoup de tout ce qui est confortable.
      De compunctione ad Demetrium, 1, 6

    Pendant quatre ans, Jean mène la vie cénobitique. Ensuite, il passe deux ans solitaire dans une caverne. Son austérité, sans être extravagante, est effrayante et sa santé en demeurera marquée.

    • Pendant deux ans, il passa la plus grande partie du temps sans dormir. Il apprit par cœur le Testament du Christ afin de se débarrasser complètement de l’ignorance. Jamais il ne s’est couché ni de jour ni de nuit.
      Palladius, V

    Lire la suite

  • Evocation de Jean Chrysostome (fêté aujourd'hui) par Benoît XVI

    IMPRIMER

    505px-Johnchrysostom.jpgLors de l'audience générale du mercredi 19 septembre 2007, le pape a consacré sa catéchèse à cette grande figure de l'Eglise au IVème siècle : saint Jean Chrysostome (source : Vatican.va):

    Chers frères et sœurs!

    On célèbre cette année le seizième centenaire de la mort de saint Jean Chrysostome (407-2007). Jean d'Antioche, appelé Chrysostome, c'est-à-dire "Bouche d'or" en raison de son éloquence, peut se dire encore vivant aujourd'hui, également en raison de ses œuvres. Un copiste anonyme écrivit que celles-ci "traversent le monde entier comme des éclairs foudroyants". Ses écrits nous permettent également, ainsi qu'aux fidèles de son temps, qui furent à plusieurs reprises privés de sa présence en raison de ses exils, de vivre avec ses livres, malgré son absence. C'est ce qu'il suggérait lui-même dans l'une de ses lettres (cf. A Olympiade, Lettre 8, 45).

    Né autour de 349 à Antioche de Syrie (aujourd'hui Antakya, au sud de la Turquie), il y exerça son ministère pastoral pendant environ onze ans, jusqu'en 397, puis, ayant été nommé Evêque de Constantinople, il exerça le ministère épiscopal dans la capitale de l'Empire avant ses deux exils, qui se suivirent à brève distance l'un de l'autre, entre 403 et 407. Nous nous limitons aujourd'hui à prendre en considération les années de Chrysostome vécues à Antioche.

    Lire la suite

  • Le discours de l'Eglise sur la contraception va-t-il changer ?

    IMPRIMER

    De l'abbé Stéphane Seminckx sur didoc.be :

    Des changements dans le discours de l’Eglise sur la contraception ?

    Stéphane Seminckx | Publié le .

    La publication récente des actes d’un congrès de l’Académie Pontificale pour la Vie a donné lieu à quelques conjectures sur un changement d’attitude de l’Eglise face à la contraception.

    Il y a quelques années, le 5 mars 2014, dans une interview au Corriere della Sera, répondant à un journaliste à propos d’une possible révision de la doctrine de l’Eglise sur le contrôle des naissances, le pape François déclarait : « Tout dépend de la manière dont l’encyclique Humanae Vitae est interprétée. Paul VI lui-même, à la fin de sa vie, recommandait aux confesseurs d’être très miséricordieux et attentifs aux situations concrètes. Mais sa génialité a été prophétique, il a eu le courage de se dresser contre la majorité, de défendre la discipline morale, de faire jouer un frein culturel, de s’opposer au néo-malthusianisme présent et futur. La question n’est pas celle d’un changement de doctrine, mais d’un travail en profondeur, qui fasse en sorte que la pastorale tienne compte des situations et de ce que les gens sont en mesure de faire. »

    En 1968, Humanae Vitae, l’encyclique de saint Paul VI « sur le mariage et la régulation des naissances, s’exprimait déjà dans le même sens : « Ne diminuer en rien la salutaire doctrine du Christ est une forme éminente de charité envers les âmes. Mais cela doit toujours être accompagné de la patience et de la bonté dont le Seigneur lui-même a donné l’exemple en traitant avec les hommes. Venu non pour juger, mais pour sauver (cf. Jn 3, 17), il fut certes intransigeant avec le mal, mais miséricordieux envers les personnes. Au milieu de leurs difficultés, que les époux retrouvent toujours, dans la parole et dans le cœur du prêtre, l’écho de la voix et de l’amour du Rédempteur. » (n. 29)

    Le pape François en appelle donc à un « travail en profondeur » dans le domaine pastoral. Mais « la question n’est pas celle d’un changement de doctrine ».

    Ce qui ne peut changer

    Dans l’exhortation apostolique Amoris Laetitia, qui a suivi les deux synodes récents sur la famille, au n. 80, il y a une phrase qui est pratiquement passée inaperçue : rappelant le sens de l’acte conjugal, dans lequel union et procréation sont indissociables, le pape François conclut en affirmant que « donc, aucun acte génital des époux ne peut nier ce sens », avec une référence explicite aux nn. 11-12 de l’encyclique Humanae Vitae de Paul VI.

    Cette affirmation du pape François confirme l’enseignement de cette encyclique sur un point essentiel : on ne peut jamais, pour aucune raison, dans aucune circonstance, priver de son sens l’acte conjugal. Humanae Vitae le signale au n. 14 : « C’est donc une erreur de penser qu’un acte conjugal rendu volontairement infécond et, par conséquent, intrinsèquement déshonnête, puisse être rendu honnête par l’ensemble d’une vie conjugale féconde. »

    C’est un rappel de la pierre angulaire de tout l’agir moral : on ne peut jamais adhérer consciemment et délibérément à une action mauvaise. C’est ainsi qu’on ne peut jamais voler, même si on respecte habituellement la propriété d’autrui. On ne peut jamais tromper son conjoint même si on lui est généralement fidèle. On ne peut jamais mentir, même si on dit d’ordinaire la vérité. De même, on ne peut jamais contrefaire l’acte conjugal, même si on le vit bien la plupart du temps.

    Lire la suite

  • USA : déchaînement contre les pro-vie; Kamala Harris attise le feu

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    La violence contre les pro-vie. Kamala Harris attise le feu

    12-09-2022

    Un nouveau rapport du Religious Freedom Institute atteste du nombre et de la gravité des agressions par vandalisme et réaffirme la nécessité d'une action préventive et punitive décisive de la part du gouvernement fédéral. "Les conditions demeurent pour la survenue de nouvelles attaques contre des entités et des personnes pro-vie pour les mois restants de 2022 et pour l'année à venir 2023". Et les autorités fédérales sont priées d'intervenir. Mais l'administration Biden elle-même, notamment la vice-présidente Kamala Harris, promeut la lutte contre les pro-vie "obscurantistes". 

    Les avorteurs à l'attaque

    Les controverses et les initiatives pro- et anti-avortement aux Etats-Unis ne s'apaisent pas. Un nouveau "rapport" atteste du nombre et de la gravité des actes de vandalisme et réaffirme la nécessité d'une action préventive et punitive décisive de la part du gouvernement fédéral. Les "champions de l'avortement", Pelosi et Harris, réaffirment leur engagement en faveur de la libéralisation du meurtre des innocents, les pro-vie célèbrent la "Journée nationale" du souvenir des enfants avortés, le nombre d'États interdisant ou restreignant l'avortement augmente, tandis que la Cour suprême serait sur le point de découvrir les voyous qui ont volé le projet de la phrase Dobbs.

    Le nouveau rapport du Religious Freedom Institute (RFI), publié le 6 septembre, quantifie et analyse les nombreux incidents de violence à l'encontre des personnes et des entités pro-vie aux États-Unis, évaluant les plaintes déposées depuis mai dernier et offrant des recommandations, sur la manière de prévenir et de poursuivre le vandalisme et la violence, aux responsables gouvernementaux. Cette évaluation de la menace post-Dobbs fait partie de l'enquête pluriannuelle de RFI sur les attaques criminelles contre les institutions religieuses aux États-Unis et les réponses étonnamment passives de Joe Biden, des responsables gouvernementaux, des forces de l'ordre et des médias. Depuis la fin du mois de mai 2020, des attaques ont été perpétrées contre au moins 174 cibles catholiques dans 38 États et le district de Columbia, notamment des incendies criminels, des profanations et des dégradations, des destructions de biens, des vols et d'autres crimes d'État et fédéraux. L'organisation RFI s'efforce d'obtenir une large acceptation et le respect de la liberté religieuse en tant que droit humain fondamental, source de bien-être individuel et social, pierre angulaire d'une société prospère et moteur de la sécurité nationale et internationale. Elle travaille avec un large groupe d'experts et d'associations aux États-Unis et dans le monde entier.

    Dans son analyse finale, elle note que "les conditions restent réunies pour que de nouvelles attaques contre des entités et des personnes pro-vie se produisent au cours des mois restants de 2022 et de l'année 2023". Depuis l'évasion illégale du "projet de jugement" en mai dernier et jusqu'à la fin du mois d'août 2022, des attaques ont été menées contre au moins 63 organisations pro-vie, dans 26 États et dans le district de Columbia. "Vingt-huit des 63 organisations pro-vie sont religieuses". Le nombre d'attaques documentées contre des sites catholiques est élevé : en moyenne, au moins une tous les trois jours depuis la fuite du 2 mai, selon la Catholic News Agency (CNA), des actes violents explicitement pro-avortement ont touché au moins 32 églises catholiques aux États-Unis et au moins 50 centres d'aide à la maternité. Le dernier en date est le vol, le 30 août, de la statue de Notre-Dame de Fatima dans l'église catholique de Saint-André l'Apôtre (Gibbsboro, New Jersey), qui a été retrouvée après l'arrestation de l'auteur le 7 septembre.

    Lire la suite

  • Le Saint Nom de Marie (12 septembre)

    IMPRIMER

    17thcentury163-1683-austria-siege-of-vienna-03.jpg

    De missel.free.fr :

    La fête du Saint Nom de Marie, disparue aujourd'hui du calendrier liturgique, venait de la ville de Cuenca, en Espagne (Nouvelle-Castille), à qui elle fut concédée en 1513, sous le rite double. Un temps abrogée par saint Pie V (1570), la fête du Saint Nom de Marie fut rétablie par Sixte V (1585-1590) et assignée au 17 septembre. Réservée à Cuenca, au diocèse de Tolède, puis à toute l'Espagne, la fête du Saint Nom de Marie fut ensuite permise par Clément X au royaume de Naples (1671) ; le diocèse de Milan la célébra le 11 septembre et d'autres le 22 septembre. La fête du Saint Nom de Marie ne fut instituée à Rome qu'en 1683, par Innocent XI, en action de grâce pour la délivrance de Vienne assiégée par les Turcs (12 septembre 1683).

    Tandis que la Hongrie se révoltait contre les Habsbourgs, les trois cent mille hommes des armées turques conduites par le grand vizir de Mehmed IV, Kara Mustapha Pacha, et guidées par le comte hongrois et protestant Tököly, bloquaient Vienne depuis le 14 juillet 1683. L'empereur Léopold I° (1640-1705) et son beau-frère, Charles de Lorraine, avaient déserté la ville où treize mille hommes attendaient sous le commandement du comte de Sarhenberg. Innocent XI qui eût voulu former une ligue catholique contre les Turcs, ne put compter que sur l'alliance de Jean III Sobieski  (1624-1696), roi de Pologne depuis 1674, que l'on joignit lors d'un pèlerinage à Chestokowa dont il partit le 15 août. Le dimanche 12 septembre 1683, Jean Sobieski servit la messe, communia, arma son fils chevalier et prit le commandement de l'armée catholique où, en plus de ses troupes polonaises, il y avait celles du duc de Lorraine et du prince de Waldeck ; « Aujourd'hui, s'écria-t-il, il y va tout ensemble de la délivrance de Vienne, de la conservation de la Pologne et du salut de la chrétienté entière ! » Puis, il se mit à la tête des coalisés et chargea en criant : « Non nobis, Domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam ! » Les Ottomans furent battus à Kahlenberg et, dans Vienne délivrée, Jean Sobieski vint se prosterner avec ses généraux devant la statue de Notre-Dame de Lorette vénérée dans l'église des Augustins où l'on chanta un Te Deum ; ce jour-là, on avait fait à Rome une grande procession suivie, malgré sa goutte,  par la pape ; le 24 septembre, le cardinal-vicaire prescrit des sonneries de cloches et des prières d'action de grâces et, le 25 novembre, un décret établissait la fête du Saint Nom de Marie et l'assignait au dimanche dans l'octave de la Nativité de la Bienheureuse Vierge.

    Innocent XIII étendit la fête du Saint Nom de Marie à l'Eglise universelle en 1721. La fête du Saint Nom de Marie fut placée au 12 septembre par Pie X lors de la grande réforme du  Bréviaire romain[1]. La fête du Saint Nom de Marie a disparu lors de la réforme du calendrier par Paul VI (1969), mais lui a laissé une messe votive ce qu'a ratifié Jean-Paul II dans Les messes en l'honneur de la Vierge Marie, publié à Rome le 15 août 1986, où la vingt-et-unième messe est en l'honneur du saint Nom de Marie.


    [1] Pie X : constitution apostolique « Divino afflatu », 1° novembre 1911.

  • Elizabeth II a su maintenir fermement le rôle du monarque en tant que représentant symbolique et factuel de toute la nation

    IMPRIMER

    D'Eugenio Capozzi sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Elizabeth II, gardienne de l'identité en des temps troublés

    09-09-2022

    Elizabeth II, en 70 ans de règne et 96 ans de vie, des décennies de révolutions et de turbulences, a réussi un exploit qui n'était pas du tout aussi évident qu'on pourrait le considérer rétrospectivement aujourd'hui : elle s'est tenue fermement au rôle du monarque en tant que représentant symbolique et factuel de la nation entière. Un "miracle séculaire". Le successeur de Charles sera-t-il à la hauteur ?

    L'émotion presque unanime suscitée dans le monde par la nouvelle de la mort d'Elisabeth II, reine d'Angleterre et du Royaume-Uni, après 70 ans de règne et 96 ans de vie, n'est pas seulement due au fait que, bien sûr, son très long mandat a fait d'elle une présence familière pour des générations de personnes dans tous les pays, qui se sont habituées à la voir comme presque inébranlable par le temps. En réalité, cette émotion découle surtout de la prise de conscience générale de la mesure dans laquelle, au cours de ses soixante-dix ans de mandat, Elisabeth a accompli une sorte de miracle séculaire, d'autant plus évident qu'il contraste avec sa discrétion innée : assurer la continuité d'institutions politiques séculaires, d'une tradition, d'une identité nationale et d'une civilisation à une époque - comme celle qui va de l'après-guerre à nos jours - parmi les plus instables et les plus parsemées de bouleversements politiques, économiques et socioculturels dont l'histoire de la civilisation euro-occidentale puisse se souvenir.

    On peut dire que dès l'enfance et l'adolescence, la vie d'Elisabeth a été marquée par les défis posés par les changements traumatiques. D'abord l'abdication soudaine et scandaleuse de son oncle Edward VIII et l'accession inattendue au trône de son père George VI. Puis le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les mois terribles des bombes allemandes sur Londres et d'autres villes, le témoignage courageux de résistance et de proximité avec le peuple britannique donné par toute la famille royale. À la fin victorieuse du conflit, la désintégration de l'empire, les souffrances de la reconstruction, le rideau de fer de la guerre froide s'abat sur l'Europe, la mort prématurée de George qui amène Elizabeth sur le trône, première femme à régner depuis Victoria à l'âge de 26 ans.

    Le début du règne d'Elizabeth coïncide avec la nouvelle prospérité croissante de la Grande-Bretagne et de l'Occident dans son ensemble, avec une plus grande sécurité sociale, avec l'euphorie des nouvelles générations qui grandissent dans la paix et aspirent à une vie plus heureuse, ce qui conduit à la période de grande créativité du swinging London qui a amené la culture pop britannique à exercer une grande influence dans le monde. Mais cette croissance a eu lieu dans un climat d'opposition idéologique radicale et de politique internationale, sous le cauchemar constant de l'apocalypse atomique, dans un processus de transformation rapide de l'euphorie juvénile en rébellion générationnelle dans les années 1960 et 1970.

    Lire la suite

  • Saint Guy d'Anderlecht (12 septembre)

    IMPRIMER

    Lu sur wikipedia :

    Saint Guidon d'Anderlecht (également connu comme Guy d'Anderlecht), né vers 950 à Anderlecht et mort le 1, parfois surnommé « le pauvre d'Anderlecht », fut sacristain à la chapelle Notre-Dame de Laeken. Il devint marchand, puis pèlerin à Rome et à Jérusalem, avant de revenir enseigner dans son Brabant natal. Liturgiquement il est commémoré le .

    Biographie

    Fils de pauvres paysans brabançons Guidon se fait très tôt remarquer pour sa charité chrétienne, si bien qu'à l'âge de 15 ans, on le surnommait déjà « l'ange du village » (d'Anderlecht). Ce village du duché de Brabant se trouvait à quelques kilomètres à l'ouest de la ville de Bruxelles. Anderlecht est aujourd'hui une commune de Bruxelles.

    D'après des récits dont la valeur historique est incertaine, un riche négociant lui propose, un jour, de le prendre à son service l'assurant qu'avec un travail rétribué il lui serait plus facile d'aider les pauvres. Quelques jours plus tard, la cargaison dont Guy avait la responsabilité est perdue lorsque le bateau qui la transportait coule dans la Senne. Son employeur le chasse.

    Guidon part alors pour un long pèlerinage à Rome, puis à Jérusalem. À Rome, il rencontre le doyen du chapitre d'Anderlecht, Wonedulphe (ou Onulphe), qui le supplie de revenir dans son village pour le faire profiter de ses conseils de piété. Ses compagnons de voyage meurent les uns après les autres au cours du voyage de retour. Guy rentre seul en Brabant.

    Le , Guidon meurt de dysenterie à Anderlecht après de longues années d'enseignement.

    Culte et souvenir

    Dans les années qui suivent sa mort des miracles se produisent sur sa tombe. La vénération des fidèles augmente.

    • Guidon a été canonisé le , sous Odon évêque de Cambrai, ceci explique pourquoi on a fêté longtemps la Saint Guidon le 2, mais liturgiquement il est en fait commémoré le . Les reliques de ce saint homme sont conservées dans la basilique Saint-Servais, à Grimbergen, sous l'autel de saint Servais.
    • Guidon est le saint patron des commerçants, des marchands de bestiaux, des paysans, des domestiques, des sacristains, des carillonneurs et sonneurs de cloches, des pèlerins, des célibataires3 et des transporteurs de marchandises. On l'invoque également contre la dysenterie.
    • À Anderlecht, la collégiale Saints-Pierre-et-Guidon perpétue sa mémoire car elle a donné son nom au quartier populaire du centre d'Anderlecht et à la station de métro qui le dessert.

    -------------------

    1. Le prénom de Guy se transforme parfois en Guidon.
    2.  Histoire de Saint Guidon [archive]
    3.  « Célibataires, il existe un saint pour vous ! » [archive], sur fr.aleteia.org.