Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Le "Christ russe" de Dostoïevski

    IMPRIMER

    De Madeleine Vatel et Odile Riffaud sur RCF :

    Le Christ russe de Dostoïevski

    12/09/2022

    Qui n'a pas entendu la célèbre phrase : "La beauté sauvera le monde" ? Elle est extraite de "L'Idiot", l'un des romans de Dostoïevski. Ce géant de la littérature russe était profondément chrétien, son œuvre est traversée par la foi chrétienne. Mais plus que la religion, Dieu ou l'Église, c'est la personne du Christ qui le fascinait. Le seul être parfaitement beau. Un Christ fortement associé à la Russie et au salut de son pays.

    Dostoïevski en 1876 ©Wikimédia commons
    Dostoïevski en 1876 ©Wikimédia commons
     
    Pour écouter l'émission : LE CHRIST RUSSE DE DOSTOÏEVSKI (Durée: 58 min)

    Le Christ et l'incarnation au fondement de la pensée philosophique et religieuse de Dostoïevski

    Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881) est considéré comme un véritable géant de la littérature russe. Aujourd'hui encore son œuvre - "Crime et châtiment" (1866) ou de "L'Idiot" (1868-1869) ou "Les Frères Karamazov" (1880) - ne cesse de captiver. Notamment pour sa conception de la religion. Dostoïevski était très chrétien, rappelle Marguerite Souchon, professeure agrégée de russe en classe préparatoire, auteure de "Le Dieu de Dostoïevski" (éd. Première Partie, 2021). Mais plus que la religion, Dieu ou l'Église, c'est la personne du Christ qui le fascinait. Le Christ, c'est-à-dire Dieu fait homme : l'incarnation est au fondement de sa pensée philosophique et religieuse.

    Le Christ de Dostoïevski est fortement associé à la Russie et au devenir de son pays. "Il croyait très fort à l'âme russe, précise Marguerite Souchon, il était persuadé que les Russes avaient un être à part, une spiritualité à part." Dans la conception de l'écrivain, "l'homme russe était le seul capable de conduire l'humanité sur le chemin de la vérité et de la rédemption, qui devait être chrétienne..."

    Dostoïevski contre le socialisme, vu comme le christianisme sans le Christ

    Dans la Russie du XIXe siècle, Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881) est parti en croisade contre le matérialisme, le nihilisme et l'athéisme de ses contemporains. En lutte contre une conception du monde où l'être humain est déresponsabilisé de tout puisqu'il est déterminé par son environnement. Si en effet l'homme n'est pas responsable de ses actes, il n'est pas libre... Dostoïevski ne cesse d'interroger le péché originel et la culpabilité dans son œuvre. Il considère que si nous portons le mal, nous sommes irrésistiblement attirés par le beau et le bien. Et qu'il nous faut considérer notre incomplétude et la parcelle de divin qui nous manque, pour accepter le salut offert par le Christ.

    Dans "Le Grand Inquisiteur" célèbre passage des "Frères Karamazov" (1880), Dostoïevski raconte une parabole qui se passe dans l'Espagne du XVIe siècle, où un vieil évêque voit le Christ revenir et déranger tout ce qui avait été organisé. Mis en prison, il est condamné à mort par le Grand Inquisiteur, qui prononce un réquisitoire contre le Christ. Le Grand Inquisiteur trouve que ce que le Christ demande aux hommes, c'est trop dur. Ce qu'il défend, c'est le christianisme sans le Christ. Une religion qui se soucie du bonheur matériel de l'humanité mais qui prive les hommes de leur idéal et de la liberté de tendre vers cet idéal. Ce passage, véritable métaphore du socialisme, représente pour Marguerite Souchon, "le couronnement philosophique de l'œuvre de Dostoïevski".

    "La beauté sauvera le monde"

    Qui n'a pas entendu la célèbre phrase : "La beauté sauvera le monde" ? Elle est extraite de "L'Idiot" (1868-1869), l'un des romans de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881). En réalité, dans le roman, elle est formulée sous forme de question. C'est un jeune nihiliste révolté qui demande avec agressivité au héros de l'histoire, le Prince Mychkine (un avatar du Christ) : "Est-il vrai, prince, que vous ayez dit une fois que la « beauté » sauverait le monde ?" Dans la pensée de Dostoïevski, "la beauté est apocalypse au sens propre du terme", nous dit l'auteure du "Dieu de Dostoïevski". C'est-à-dire qu'elle est "révélation, dévoilement de la vérité". Une beauté associée au Christ, car pour le grand écrivain russe, seul le Christ est parfaitement beau.

    La grande idée de Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881), c'est que l'homme contient en puissance ce dont Dieu est capable. La dualité traverse son œuvre, rappelle Marguerite Souchon : dualité entre la foi et l'athéisme, le sale et le pur, le passionné et le rationnel, le bien et le mal, le céleste et le terrestre... Ses romans rendent compte du germe du mal en l'homme et de sa capacité à faire le bien. Il y a dans "Les frères Karamazov" (1880) un très beau passage sur la prière, cette communion entre les hommes sur terre et ceux qui sont au ciel. "Et puis, Dieu vous regardera tous les deux avec plus de clémence ; car du moment que tu l’as tellement plaint, combien Il le plaindra, Lui dont la miséricorde et l’amour sont infiniment plus grands que les tiens. Et Il lui pardonnera pour l’amour de toi."

  • Eglise d'Allemagne : le schisme bientôt consommé?

    IMPRIMER

    De Michael Warsaw sur le National Catholic Register :

    Le problème allemand

    NOTE DE L'ÉDITEUR : Les tactiques de pression crûment exposées lors de la dernière réunion de la "Voie synodale" allemande sont complètement étrangères au fonctionnement sain d'une Église collégiale et fraternelle; essentiellement, elles trahissent le concept de synodalité lui-même.

    16 septembre 2022

    Les derniers développements concernant la "Voie synodale" allemande, de plus en plus désastreuse, sont bien plus que troublants. En fait, l'Église locale de la nation la plus peuplée et la plus puissante économiquement d'Europe occidentale a maintenant viré au bord du schisme formel.

    Considérez ce qui s'est passé ce mois-ci : Les évêques catholiques allemands, et les délégués catholiques laïcs qui participent sur un pied d'égalité avec eux au processus de la Voie synodals, ont approuvé des documents qui demandent l'approbation de l'homosexualité et du transgenderisme et qui préconisent l'ordination des femmes - en contradiction flagrante avec ce que l'Église enseigne sur ces questions de morale et de foi. 

    Les délégués ont également approuvé formellement la création d'un Conseil synodal permanent qui supplanterait l'autorité épiscopale sur certains des aspects les plus fondamentaux de la vie de l'Église dans chaque diocèse d'Allemagne - en contradiction flagrante avec l'ecclésiologie catholique.

    Et lorsqu'une minorité d'évêques catholiques du pays a fait pression, en votant en nombre suffisant pour empêcher l'approbation d'un autre document qui s'écarte ouvertement et radicalement des enseignements de l'Église sur la sexualité, la majorité progressiste a réagi avec indignation. Une partie des délégués a quitté la salle de réunion en signe de protestation, et l'évêque Georg Bätzing, président de la Conférence épiscopale allemande et coprésident du sentier synodal, a manifesté son soutien inconditionnel en insistant sur le fait que le document devait être considéré comme approuvé et en promettant de le présenter personnellement à l'attention du Vatican lors de la prochaine visite ad limina des évêques allemands en novembre. Cette mascarade montre la duplicité de l'ensemble du chemin synodal allemand. Pour ce groupe, la synodalité, définie en bref comme "faire route ensemble", n'a d'importance que lorsqu'elle fait avancer son propre programme de dissidence.

    Après le vote perdant, la Voie synodale a enfreint ses propres règles afin de se passer de la disposition relative au vote secret lors du vote sur les documents. L'intention de cette manipulation procédurale était évidente : à l'avenir, les progressistes dominants ont l'intention de "nommer et de faire honte" aux évêques orthodoxes et aux délégués laïcs qui restent assez courageux pour s'opposer au raz-de-marée de la dissidence en Allemagne. La manœuvre a eu l'effet dissuasif escompté. Seule une petite minorité de délégués était prête à voter contre les autres documents controversés lorsqu'ils ont été soumis au vote.

    Lire la suite

  • Un déprogrammeur chinois honoré par Xi Jinping

    IMPRIMER

    De sur Bitter Winter :

    Un déprogrammeur chinois honoré par Xi Jinping

    16/09/2022

    Liu Yanfu, l'architecte de l'un des plus grands réseaux de centres de déprogrammation en Chine, a reçu un prix lors de la Conférence nationale de félicitations.

    Les médias de Mongolie intérieure (que ses habitants non han préfèrent appeler Mongolie du Sud) et nationaux publient de somptueux éloges de Liu Yanfu, chef de section au Comité politique et juridique du Comité municipal de Wuhai du Parti communiste chinois. Liu a été récompensé par Xi Jinping le 30 août par l'un des prix décernés aux "fonctionnaires dont le peuple est satisfait" lors de la Conférence nationale de félicitations de la Chine.

    Wuhai est une ville de niveau préfecture en Mongolie intérieure, et la section que Liu dirige s'appelle la section de coordination anti-Xie-Jiao. Liu est également connu pour avoir contribué à la création, en Mongolie intérieure, de l'un des plus grands réseaux chinois de "maisons de soins" (关爱之家), c'est-à-dire de centres où les membres du xie jiao sont emmenés pour être déprogrammés. Comme les lecteurs de Bitter Winter le savent, "xie jiao" est souvent traduit par "sectes", mais cette traduction est à la fois anachronique et inexacte. Le "xie jiao" est utilisé en Chine depuis le Moyen Âge pour désigner des formes de religion "illégale" et des mouvements religieux considérés comme hostiles au gouvernement.

    Le Falun Gong, l'Église de Dieu Tout-Puissant et l'Association des Disciples sont considérés comme les principaux xie jiao en Chine aujourd'hui, et il existe une liste des xie jiao mise à jour périodiquement. Cependant, la sécurité publique et les tribunaux ont une grande latitude pour désigner comme xie jiao les groupes inclus ou non dans la liste.

    La machinerie anti-xie-jiao en Chine est énorme. Le prix décerné à Liu met en lumière sa taille et ses caractéristiques. Liu est un ancien militaire de haut rang, qui s'est reconverti à plein temps dans l'anti-xie-jiao en 2007. Les motivations de la récompense nous apprennent qu'il a appliqué la stratégie militaire à la lutte contre le xie jiao dans la région de Wuhai, et qu'il a organisé plus de 1 850 événements anti-xie-jiao. Il a également tiré parti du système de grille, qui a divisé toute la Chine en grilles de 100×100 mètres pour la surveillance, en installant un correspondant anti-xie-jiao dans chaque grille de Wuhai.

    Le principal succès de Liu réside toutefois dans la mise en place en Mongolie intérieure d'un réseau de 83 "maisons de soins", centrées à Wuhai, où les membres du xie jiao sont emmenés pour être déprogrammés, ce qui, en Chine, est parfois appelé "résoudre la confusion idéologique".

    Selon les motivations du prix, Liu a remporté un grand succès avec ses "Caring Homes", qui sont devenus un modèle national. Le fait qu'il y ait 83 établissements de ce type dans une région de Mongolie intérieure donne une idée de l'ampleur des opérations de lutte contre le xie-jiao et des efforts de déprogrammation des membres du xie-jiao en Chine aujourd'hui.

  • Des cardinaux pour quoi faire ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Pourquoi le pape a-t-il créé de nouveaux cardinaux ? Quelles conséquences pour la réforme de la curie ? Pourquoi les cardinaux Kasper et Ouellet s'opposent-ils à cette réforme ? Le Club des Hommes en noir composé des abbés Célier, Barthe et Guelfucci, ainsi que de Guillaume de Thieulloy, sous la direction de Philippe Maxence, s'attelle à nous apporter quelques réponses dans ce premier épisode de la saison 2022-2023.

    16 septembre 2022

  • D'après le pape, l'Occident se fourvoie

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Pape François : "L'Occident sur de mauvaises voies".

    15 sept. 2022

    Discutant, sur le vol entre le Kazakhstan et l'Italie, de la dégradation morale de l'Occident, en particulier concernant l'avancée de l'euthanasie légale, le pape François a déclaré que la région a pris le mauvais chemin et que la mise à mort devrait être laissée "aux animaux."

    "Il est vrai que l'Occident dégénère", a déclaré le pape lors de sa conférence de presse en vol du 15 septembre, en réponse à une question sur la perte des valeurs en Occident, et en particulier sur la poussée de l'euthanasie légale en France, en Italie et en Belgique.

    "Il n'est pas, en ce moment, au plus haut niveau d'exemplarité ... L'Occident a pris de mauvaises voies", a déclaré le pape.

    Pressé sur le problème de l'euthanasie, le pape François a déclaré : "Tuer n'est pas humain, un point c'est tout. Si vous tuez - avec motivation, oui - à la fin vous tuerez davantage. Ce n'est pas humain. Laissons le meurtre aux animaux".

    Le pape François a visité le Kazakhstan du 13 au 15 septembre, participant au septième congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles, un sommet interreligieux, et rendant visite aux catholiques et aux fonctionnaires de cet État d'Asie centrale.

    Au cours de la conférence de presse en vol, le pape a également abordé la guerre russo-ukrainienne et le droit de l'Ukraine à se défendre, les relations entre le Saint-Siège et la Chine, et a critiqué le fait que la participation au congrès interreligieux kazakh risque l'indifférentisme.

    Concernant les préoccupations relatives à la liberté religieuse en Chine, et en particulier à Hong Kong, le pape François a déclaré : "Pour comprendre la Chine, il faut un siècle. Et nous ne vivons pas dans les siècles. La mentalité chinoise est une mentalité riche, et quand elle devient un peu malade, elle perd sa richesse. Pour comprendre, nous avons choisi la voie du dialogue."

    "Il y a une commission bilatérale Vatican-Chine qui, a-t-il dit, se déroule bien."

    "C'est lent parce que le rythme chinois est lent. Ils ont une éternité pour aller de l'avant. Un peuple d'une patience infinie. Mais des expériences que nous avons eues avant, nous pensons aux missionnaires italiens qui sont allés là-bas et qui étaient respectés comme des scientifiques. Nous pensons aussi aujourd'hui aux nombreux prêtres ou croyants appelés dans les universités chinoises parce qu'ils valorisent la culture", a-t-il déclaré.

    "Il n'est pas facile de comprendre la mentalité chinoise mais il faut la respecter. Je respecte toujours. Et ici au Vatican, il y a une commission de dialogue qui avance bien, le cardinal Parolin la préside et il est, en ce moment, l'homme qui connaît le mieux la Chine et le dialogue avec les Chinois. C'est une chose lente, mais on avance toujours d'un pas."

    Le pape a mis en garde contre une "classification" de la Chine dans un binaire démocratie-antidémocratie, "parce que c'est un pays tellement complexe avec ses rythmes."

    "Et il est vrai qu'il y a des choses qui nous semblent non démocratiques, c'est vrai", a-t-il ajouté.

    "Plus que de classer, j'essaie de soutenir la voie du dialogue", a dit le pape. "Dans la voie du dialogue, tant de choses sont clarifiées. Et pas seulement de l'Eglise mais d'autres domaines ; par exemple l'étendue de la Chine, les gouverneurs des provinces sont tous différents, il y a aussi différentes cultures à l'intérieur de la Chine, qui est un géant. Comprendre la Chine est une chose énorme, mais il ne faut pas perdre patience, cela demande beaucoup. Mais nous devons poursuivre le dialogue".

    Se tournant vers l'Ukraine, le Saint-Père a déclaré que l'armement du pays "peut être moralement acceptable", rappelant que "se défendre est non seulement légal mais aussi une expression de l'amour de la patrie." Il a affirmé le droit d'une nation à se défendre lorsque cela est nécessaire.

    A propos du dialogue avec la Russie, le Pape François a déclaré qu'"il est toujours difficile de comprendre le dialogue avec les Etats qui ont commencé la guerre... C'est difficile, mais nous ne devons pas l'écarter, pour donner l'opportunité du dialogue à tous, à chacun. Parce qu'il y a toujours la possibilité qu'avec le dialogue les choses puissent changer, même en offrant un autre point de vue, un autre point de considération."

    Il poursuit : "Mais je n'exclus pas le dialogue avec toute puissance qui est en guerre, même si elle est l'agresseur. Parfois, le dialogue doit se faire comme ça, mais il faut le faire. Ça pue, mais il faut le faire. Toujours un pas en avant. La main tendue, toujours, parce qu'avec le contraire on ferme la seule porte raisonnable pour la paix. Parfois, ils n'acceptent pas le dialogue - c'est dommage - mais le dialogue avance toujours, il est au moins proposé. Et c'est bon pour celui qui offre".

    Sur le risque d'indifférentisme, le pape François a déclaré que "s'il n'y a pas de dialogue, il y a l'ignorance ou la guerre. Mieux vaut vivre en frères ; nous avons une chose en commun, nous sommes tous humains. Vivons comme des humains, avec de bonnes manières : Qu'est-ce que tu penses, qu'est-ce que je pense ? Mettons-nous d'accord, parlons, apprenons à nous connaître".

    Développant sa discussion sur la dégénérescence de l'Occident, le pape François a demandé : "Qu'est-ce que l'Occident a perdu, pour oublier d'accueillir ?" Il a noté son besoin de croissance démographique, considérant "l'hiver démographique que nous avons. Nous avons besoin de personnes, tant en Espagne, en Espagne surtout, mais aussi en Italie."

    À cette fin, il a souligné la nécessité d'accueillir, de promouvoir et d'intégrer les immigrants.

    Le pape a mis en garde contre le populisme et a déclaré que l'Occident "est peut-être (...) en train d'expirer un peu."

    "Mais nous devons reprendre les valeurs. L'Europe doit reprendre les valeurs des pères qui ont fondé l'Union européenne - ces grands", a-t-il dit, en faisant auparavant référence à Ven. Robert Schuman, Konrad Adenauer et Alcide De Gasperi.

  • Birmanie : la junte profane une nouvelle église catholique dans l’État Shan

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    La junte birmane profane une nouvelle église catholique dans l’État Shan

    16/09/2022

    La semaine dernière, l’église de la Mère de Dieu de Moe Bye, une localité de l’État Shan dans le sud de la Birmanie, a été profanée par des soldats de la junte alors que des combats ont repris entre l’armée et les Forces de défense populaires locales. La paroisse de Moe Bye dépend du diocèse de Pekhon, où au moins six paroisses ont dû être abandonnées et où plusieurs églises, dont la cathédrale du Sacré-Cœur, ont été attaquées au cours des conflits internes depuis le coup d’État du 1er février 2021, selon des sources ecclésiales locales.

    L’église de la Mère de Dieu (localité de Moe Bye, dans l’État Shan), a été profanée par des troupes de la junte, qui ont également posé des mines à proximité.

    Une nouvelle église catholique a été profanée par des soldats de la junte, qui l’ont utilisée comme cuisine et qui ont posé des mines autour de l’édifice, selon des sources ecclésiales. L’armée birmane continue de cibler des églises et des infrastructures chrétiennes depuis le début du conflit interne, alors que la minorité religieuse subit les violences déclenchées par le coup d’État du 1er février. L’affaire a eu lieu dans la ville de Moe Bye, dans l’église de la Mère de Dieu dans l’État Shan, dans le sud du pays, quelques jours avant de se retirer de l’église cette semaine après avoir subi des pertes au cours de violents combats contre les Forces de défense locales.

    Moe Bye, où la majorité de la population est catholique, dépend du diocèse de Pekhon. Sur une vidéo publiée par les Forces de défense populaire de la région, devenue virale sur les réseaux sociaux, on peut voir le sol couvert de poussière et de détritus et des bancs renversés, ainsi que des casseroles et des uniformes militaires à même le sol. Les paroissiens ont été appelés à ne pas tenter de s’approcher de l’église, l’armée ayant posé des mines à proximité.

    De nouveaux combats ont éclaté la semaine dernière entre l’armée et les Forces de défense locales dans les environs du canton de Moe Bye, les militaires ayant eu recours à des frappes aériennes et des armes lourdes après la mort de plusieurs dizaines de soldats. Plus de 5 000 personnes auraient fui leur domicile à cause des combats, et plus d’une centaine d’habitations auraient été détruites par les frappes aériennes de la junte.

    Selon des sources locales, l’armée a occupé l’église pour prévenir des attaques des Forces de défense locales. « Ces dégâts subis par l’église, qui est un lieu saint, résultent d’une attaque du malin », a déploré un prêtre birman sur Facebook. « C’est triste à voir, c’est comme si nos cœurs mêmes étaient brisés », a également réagi une paroissienne catholique.

    « Il y a de plus en plus de preuves de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre »

    Le diocèse de Pekhon se trouve dans l’une des régions les plus affectées par les violences dans le pays, avec le diocèse voisin de Loikaw situé dans l’État Kayah. Au moins six paroisses du diocèse de Pekhon ont dû être abandonnées, tandis que plusieurs églises, dont la cathédrale du Sacré-Cœur, ont été attaquées et endommagées à plusieurs reprises à cause des conflits internes, selon des sources ecclésiales locales.

    Plus de 150 000 civils, dont des catholiques des États Kahah et Shan, ont dû trouver refuge dans des églises, des camps de fortune ou dans la jungle, alors que l’armée a également ciblé des prêtres et des pasteurs, et bombardé et profané des églises dans les régions majoritairement chrétiennes de Kahah, Chin et Kachin.

    Le 12 septembre, lors d’une session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, Nicholas Koumjian, responsable du Mécanisme d’enquête indépendant pour la Birmanie, a déclaré que « depuis le coup d’État militaire de février de l’an dernier, il y a eu de plus en plus de preuves de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, dont des cas de meurtre, de torture, de déportation et de déplacements forcés, de persécution et d’emprisonnement, avec la population civile prise pour cible ». « Les coupables de crimes internationaux les plus graves en Birmanie doivent savoir que nous sommes unis afin de mettre fin au cycle d’impunité et d’assurer que les responsables de tels crimes seront amenés devant la justice », a-t-il ajouté.

    (Avec Ucanews)

  • Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l'Eglise (17 septembre)

    IMPRIMER

    HILDEGARDE DE BINGEN, PROPHÉTESSE ET DOCTEUR DE L’ÉGLISE

    Hildegarde de Bingen, prophétesse et docteur de l’Église

    Sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179) est une religieuse bénédictine allemande du Moyen Âge devenue Docteur de l’Église en 2012, notamment grâce à ses écrits dans lesquels elle raconte ses visions. Elle est aujourd’hui très connue pour ses connaissances exceptionnelles en matière d’alimentation et de médecine naturelle notamment.

    Sainte Hildegarde, sous la plume d’Emmanuelle Martin, responsable de l’école Sainte-Hildegarde à Fallais (Belgique) (source) :
     
    Une enfant extraordinaire. Je m’appelle Hildegarde. Je suis née à Bermersheim, en Rhénanie (Allemagne), le 16 septembre 1098 sous le Saint Empire romain germanique. Mes parents s’appelaient Hildebert et Mechtilde et j’étais leur dixième enfant. Ils me vouèrent à Dieu dès ma naissance, comme on offre la dîme à l’Église. Ils étaient nobles et ne manquaient pas de richesses, mais ce sont de richesses spirituelles que Dieu, à qui je fus vouée, me combla dès mon plus jeune âge. « Depuis mon enfance, lorsque mes os, mes nerfs et mes veines n’étaient pas encore développés (…) j’ai toujours dans mon âme le don de voir. Dans la vision, mon esprit, selon la volonté de Dieu, s’élève dans les hauteurs célestes porté par les différents courants… tout ce que j’ai vu ou appris dans ces visions, j’en garde le souvenir. Je vois, j’entends et je connais et j’apprends ce que je connais en un même instant. »[i] « Dans la 3e année de mon jeune âge, je vis une lumière tellement grande que mon âme en fut effrayée, mais à cause de mon jeune âge, je n’ai rien pu expliquer. » [ii] Mes parents se rendirent compte très tôt de ce que leur dernière petite fille avait des dons extraordinaires. Ainsi, lorsque j’avais 5 ans, je dis un jour à ma nourrice devant une vache prête à mettre bas : « Regarde, comme il est joli le petit veau, blanc et marqué de nombreuses taches sur le front, les pattes et le dos. »[iii] Le veau naquit comme je l’avais décrit. Je compris un jour que j’étais seule à voir tout cela après avoir posé des questions à ma nourrice qui me dit ne rien voir de ce que je voyais. Alors, je fus saisie d’une grande frayeur et je n’osais plus en parler à personne. Pendant longtemps, très longtemps, « jusqu’au moment où Dieu a voulu que par sa grâce cela fut manifesté, j’ai caché tout cela sous un paisible silence »[iv]. Ma santé était très fragile, j’étais une enfant chétive et je le restai toute ma vie. Dieu m’a expliqué plus tard qu’il voulait m’abaisser afin que je ne m’enorgueillisse pas de tous ces dons.

    Lire la suite

  • Sainte Hildegarde de Bingen, une grande prophétesse (17 septembre)

    IMPRIMER


    1442hildegardjp_00000000882.jpg

    Benoît XVI, lors des audiences générales des mercredis 1er et 8 septembre 2010, a consacré deux catéchèses à l'évocation de sainte Hildegarde de Bingen :

    Chers frères et sœurs,

    En 1988, à l’occasion de l’Année mariale, le vénérable Jean-Paul II a écrit une Lettre apostolique intitulée Mulieris dignitatem, traitant du rôle précieux que les femmes ont accompli et accomplissent dans la vie de l’Eglise. «L'Eglise — y lit-on — rend grâce pour toutes les manifestations du génie féminin apparues au cours de l'histoire, dans tous les peuples et dans toutes les nations; elle rend grâce pour tous les charismes dont l'Esprit Saint a doté les femmes dans l'histoire du Peuple de Dieu, pour toutes les victoires remportées grâce à leur foi, à leur espérance et à leur amour: elle rend grâce pour tous les fruits de la sainteté féminine» (n. 31).

    Egalement, au cours des siècles de l’histoire que nous appelons habituellement Moyen Age, diverses figures de femmes se distinguent par la sainteté de leur vie et la richesse de leur enseignement. Aujourd’hui, je voudrais commencer à vous présenter l’une d’entre elles: sainte Hildegarde de Bingen, qui a vécu en Allemagne au XIIe siècle. Elle naquit en 1098 en Rhénanie, probablement à Bermersheim, près d’Alzey, et mourut en 1179, à l’âge de 81 ans, en dépit de ses conditions de santé depuis toujours fragiles. Hildegarde appartenait à une famille noble et nombreuse, et dès sa naissance, elle fut vouée par ses parents au service à Dieu. A l’âge de huit ans, elle fut offerte à l’état religieux (selon la Règle de saint Benoît, chap. 59) et, afin de recevoir une formation humaine et chrétienne appropriée, elle fut confiée aux soins de la veuve consacrée Uda de Göllheim puis de Judith de Spanheim, qui s’était retirée en clôture dans le monastère bénédictin Saint-Disibod. C’est ainsi que se forma un petit monastère féminin de clôture, qui suivait la Règle de saint Benoît. Hildegarde reçut le voile des mains de l’évêque Othon de Bamberg et en 1136, à la mort de mère Judith, devenuemagistra (Prieure) de la communauté, ses concours l’appelèrent à lui succéder. Elle accomplit cette charge en mettant à profit ses dons de femme cultivée, spirituellement élevée et capable d’affronter avec compétence les aspects liés à l’organisation de la vie de clôture. Quelques années plus tard, notamment en raison du nombre croissant de jeunes femmes qui frappaient à la porte du monastère, Hildegarde se sépara du monastère masculin dominant de Saint-Disibod avec la communauté à Bingen, dédiée à saint Rupert, où elle passa le reste de sa vie. Le style avec lequel elle exerçait le ministère de l’autorité est exemplaire pour toute communauté religieuse: celui-ci suscitait une sainte émulation dans la pratique du bien, au point que, comme il ressort des témoignages de l’époque, la mère et les filles rivalisaient de zèle dans l’estime et le service réciproque.

    Lire la suite

  • Robert Bellarmin (fêté aujourd'hui) affirmait déjà le droit de résister à une loi injuste

    IMPRIMER

    Le droit de résistance passive et active à une loi injuste (source : missel.free.fr)

    L’encyclique Evangelium vitæ (25 mars 1995) relance le débat sur la résistance passive aux lois injustes (prudemment appelée objection de conscience) et la race des journalistes mondains qui parlent de tout sans en rien connaître, ont cru y découvrir une nouveauté. Il m’a semblé intéressant, puisque nous célébrons la fête de saint Robert Bellarmin[1], de nous rappeler ce qu’il enseignait du droit de résistance passive et active à une loi injuste.

    C’est la révolte des Vénitiens contre Paul V (1606)[2] qui força Robert Bellarmin à exposer ses idées sur la légitimité de la résistance à une loi injuste, quand les théologiens de la Sérénissime République qui affirmaient que L’homme n’est pas tenu d’obéir au pape quand ce que celui-ci commande est contraire à la loi de Dieu, et même dans quelques autres cas, et qui déclaraient coupables de péché mortel ceux qui avaient obéi à Paul V. Certes, Bellarmin souligne que lorsque le commandement d’un homme est manifestement contraire à la loi de Dieu, c’est un devoir de lui désobéir ; ainsi en va-t-il pour les princes séculiers qui commandent à tous leurs sujets de renier le Christ ou de sacrifier aux idoles, ainsi en va-t-il pour un pape, homme de mauvaise vie, comme l’ont été quelques-uns au temps passé (si les récits qui nous sont parvenus sont véridiques), et voulant user de fait d’une injuste violence (...) si, par exemple, un pape voulait ruiner l’église de Saint-Pierre, pour en bâtir un palais à ses parents, ou s’il voulait déposer tous les évêques, et par ce moyen mettre l’Eglise en trouble, ou s’il voulait faire la guerre sans occasion ni sujet, pour ôter les Élats à leurs vrais possesseurs, ou en gratifier ses proches, les docteurs indiquent les remèdes suivants : avoir recours à Dieu par l’oraison, admonester ledit pape avec tout respect et révérence, n’obéir point à ses commandements notoirement injustes, et enfin lui résister, et empêcher qu’il ne fasse le mal projeté. A Paolo Sarpi[3] qui objectait : Si le prince me commande quelque chose qui soit au détriment des biens temporels, je lui dois obéir, d’autant que le bien particulier doit céder au bien commun, Bellarmin répondait : Je dis que cette raison n’est de mise, d’autant qu’il peut arriver que le prince commande injustement la perte de biens temporels ; et si cette injustice est évidente, je ne lui dois pas obéir ; l’exemple de Naboth est trop clair qui refusa d’obéir au roi Achaz[4].

    Lire la suite

  • Saint Robert Bellarmin (17 septembre) : l'illustration claire et efficace de la doctrine catholique

    IMPRIMER

    Résultat de recherche d'images pour "robert bellarmin"

    De BENOÎT XVI, lors de l'AUDIENCE GÉNÉRALE du Mercredi 23 février 2011 (source) :

    Saint Robert Bellarmin

    Chers frères et sœurs,

    Saint Robert Bellarmin, dont je désire vous parler aujourd’hui, nous ramène en esprit à l’époque de la douloureuse scission de la chrétienté occidentale, lorsqu’une grave crise politique et religieuse provoqua l’éloignement de nations entières du Siège apostolique.

    Né le 4 octobre 1542 à Montepulciano, près de Sienne, il est le neveu, du côté de sa mère, du Pape Marcel II. Il reçut une excellente formation humaniste avant d’entrer dans la compagnie de Jésus le 20 septembre 1560. Les études de philosophie et de théologie, qu’il accomplit au Collège romain, à Padoue et à Louvain, centrées sur saint Thomas et les Pères de l’Eglise, furent décisives pour son orientation théologique. Ordonné prêtre le 25 mars 1570, il fut pendant quelques années professeur de théologie à Louvain. Appelé par la suite à Rome comme professeur au Collège romain, il lui fut confiée la chaire d’«Apologétique »; au cours de la décennie où il occupa cette fonction (1576-1586), il prépara une série de leçons qui aboutirent ensuite aux « Controverses », œuvre devenue immédiatement célèbre en raison de la clarté et de la richesse de son contenu et de son ton essentiellement historique. Le Concile de Trente s’était conclu depuis peu et pour l’Eglise catholique, il était nécessaire de renforcer et de confirmer son identité notamment face à la Réforme protestante. L’action de Robert Bellarmin s’inscrit dans ce contexte. De 1588 à 1594, il fut d’abord père spirituel des étudiants jésuites du Collège romain, parmi lesquels il rencontra et dirigea saint Louis Gonzague, puis supérieur religieux. Le Pape Clément VIII le nomma théologien pontifical, consulteur du Saint-Office et recteur du Collège des pénitenciers de la Basilique Saint-Pierre. C’est à la période 1597-1598 que remonte son catéchisme, Doctrine chrétienne abrégée, qui fut son œuvre la plus populaire.

    Le 3 mars 1599, il fut créé cardinal par le Pape Clément VIII et, le 18 mars 1602, il fut nommé archevêque de Capoue. Il reçut l’ordination épiscopale le 21 avril de la même année. Au cours des trois années où il fut évêque diocésain, il se distingua par son zèle de prédicateur dans sa cathédrale, par la visite qu’il accomplissait chaque semaine dans les paroisses, par les trois synodes diocésains et le Concile provincial auquel il donna vie. Après avoir participé aux conclaves qui élurent les Papes Léon XI et Paul V, il fut rappelé à Rome, où il devint membre des Congrégations du Saint-Office, de l’Index, des rites, des évêques et de la propagation de la foi. Il reçut également des charges diplomatiques, auprès de la République de Venise et de l’Angleterre, pour défendre les droits du Siège apostolique. Dans ses dernières années, il rédigea divers livres de spiritualité, dans lesquels il résuma le fruit de ses exercices spirituels annuels. Le peuple chrétien tire aujourd’hui encore une profonde édification de leur lecture. Il mourut à Rome le 17 septembre 1621. Le Pape Pie XI le béatifia en 1923, le canonisa en 1930 et le proclama docteur de l’Eglise en 1931.

    Lire la suite

  • Saint Lambert, patron du diocèse de Liège (17 septembre)

    IMPRIMER

    Buste-saint-Lambert.pngSa biographie par Godefroid Kurth (Biographie nationale T. IX pp. 143 et suiv., publiée par l'Académie royale des sciences, des lettres et des Beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 1897). (source)

    LAMBERT (Saint) , LANDBERTUS, LANTPERTUS, LANDEBERTUS, naquit à Maestricht pendant le second quart du VIIe siècle. Ses parents, qui étaient riches et chrétiens de longue date, semblent avoir fait partie de l'aristocratie de cette ville. Un remaniement de sa première biographie donne à son père le nom d'Aper, et à sa mère celui de Herisplendis ; mais le texte primitif de ce document ne nous a pas conservé leurs noms.

       Lorsqu'il eut atteint l'âge des études, son père le confia aux soins de saint Théodard, alors évêque de Maestricht, qui, comme tous les prélats de l'époque, dirigeait l'éducation des jeunes clercs de son diocèse. La cour royale siégeait parfois à Maestricht. Lambert eut l'occasion d'y vivre dans l'entourage du roi et d'y être remarqué de lui. On ne sait ce qu'il faut croire de l'assertion d'un écrivain du Xe siècle, d'après lequel son premier maître aurait été un prêtre romain du nom de Landoald (voir ce nom), qui aurait vécu quelque temps avec son disciple à Wintershoven, dans une ferme de ses parents, où des miracles auraient fait éclater les vertus de l'enfant. Ce qui est certain, c'est que, de bonne heure, Lambert paraît avoir eu un rang élevé dans le clergé de Maestricht, et y avoir rallié, grâce à sa famille et à ses qualités personnelles, un grand nombre, de sympathies. Lorsque, en 668 ou 669, saint Théodard périt assassiné dans le pays de Spire, ce fut Lambert qui, au dire de la Vita Theodardi, alla redemander ses ossements aux habitants de cette contrée.

    Lire la suite

  • "Un supermarché des religions"

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    L'évêque du Kazakhstan met en garde contre la rencontre interreligieuse à laquelle le pape a participé

    L'évêque Athanasius Schneider a parlé avec EWTN du rassemblement dans son pays, qui s'est terminé aujourd'hui.

    15 septembre 2022

    NUR-SULTAN, Kazakhstan - Une grande conférence interreligieuse à laquelle le pape François a assisté au Kazakhstan cette semaine avait l'objectif bienvenu de promouvoir la paix et l'harmonie, mais risquait aussi de donner l'impression d'un "supermarché des religions" qui relativise la seule vraie religion de l'Église catholique, a déclaré Mgr Athanasius Schneider. 

    L'évêque auxiliaire d'Astana, au Kazakhstan, qui a participé à la visite du pape dans ce pays d'Asie centrale du 13 au 15 septembre, a déclaré que l'objectif de la rencontre, à savoir promouvoir l'harmonie et la paix, était "bon", mais a ajouté "qu'il y a aussi un danger que nous, l'Église catholique, n'apparaissions pas simplement comme une des nombreuses religions."

    "Nous ne sommes pas l'une des nombreuses religions, nous sommes la seule vraie religion que Dieu a ordonné à tous les peuples de croire", a déclaré l'évêque Schneider à Alexey Gotovskiy d'EWTN à Nur-Sultan, la capitale de la nation. "Il n'y a pas d'autre voie vers le salut". 

    Le pape s'est rendu à Nur-Sultan (anciennement Astana) principalement pour s'adresser au septième congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles. Cette rencontre, qui a lieu tous les trois ans, a rassemblé près de 100 délégations de 60 pays, et comprenait des représentants du christianisme, de l'islam, du judaïsme, du shintoïsme, du bouddhisme, du zoroastrisme et de l'hindouisme.

    Dans ses commentaires à M. Gotovskiy, Mgr Schneider s'est dit préoccupé par le fait que lorsque les responsables de l'Église participent à de tels événements, ils donnent l'impression que l'Église appartient à "un supermarché des religions - tout le monde est là et vous pouvez choisir ce que vous voulez. Mais Jésus-Christ n'est pas dans le supermarché des religions. Il est le seul [vrai Dieu]". 

    Il a préconisé de trouver des moyens d'améliorer ces réunions, et a recommandé qu'il serait préférable d'avoir des réunions locales à un "niveau humain", atténuant ainsi "le danger du relativisme, de l'indifférentisme et du syncrétisme." 

    L'évêque Schneider a exprimé des préoccupations similaires dans son livre à succès de 2019, Christus Vincit : Le triomphe du Christ sur les ténèbres de l'époque. Il a déclaré à la journaliste Diane Montagna qu'en ne prêchant pas clairement la vérité du Christ aux membres d'autres religions, il pense que les clercs d'aujourd'hui commettent un "grand péché par omission." 

    Depuis le Concile Vatican II, a-t-il poursuivi, le dialogue interreligieux a donné l'impression que tous les peuples "voyagent sur des voies parallèles vers le même Dieu et parviendront tous à la même fin", mais il a estimé que c'était une "trahison de l'Évangile". Si les Apôtres avaient utilisé cette méthode, a-t-il dit, "ils n'auraient pas converti tant de gens au Christ" et seraient morts "non pas en martyrs mais dans leur lit". 

    Au cours du congrès, le pape, qui était assis aux côtés d'autres chefs religieux comme un parmi tant d'autres, a partagé avec eux son espoir que la rencontre conduise à un chemin "fraternel" vers la paix construit sur "le respect, le dialogue sincère, le respect de la dignité inviolable de chaque être humain et la coopération mutuelle." 

    "Les religions nous rappellent que nous sommes des créatures, que nous ne sommes pas omnipotents, mais des hommes et des femmes qui cheminent vers le même but céleste", a-t-il déclaré aux participants lors d'un discours-programme mercredi. Le lendemain, dans ses commentaires de clôture du congrès, il a exhorté toutes les religions et sociétés à impliquer les femmes et les jeunes dans la quête de la paix mondiale.

    Remarques à Reuters

    Mgr Schneider a critiqué publiquement le pape par le passé, mais il a déclaré aux journalistes à Nur-Sultan le 15 septembre, alors qu'il attendait l'arrivée du pape François à la cathédrale Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours pour une réunion d'évêques, de membres du clergé, de religieux et de laïcs, que ces critiques étaient l'expression de la "collégialité" et qu'elles étaient utiles à l'Église. 

    "Nous ne sommes pas des employés du pape, des évêques. Nous sommes des frères", a-t-il déclaré, selon l'agence Reuters. "Quand en toute conscience je sens que quelque chose n'est pas correct ou ambigu, je dois le lui dire, avec respect, fraternellement". 

    Les évêques qui ne sont pas d'accord avec le pape doivent être francs, a-t-il poursuivi, et ne doivent pas se laisser prendre aux "adulations et à l'encens" ou "se comporter comme un employé envers un patron", selon Reuters. 

    Le pape François a déclaré par le passé qu'il accueillait favorablement ces "critiques constructives" et est connu pour apprécier la franchise et l'honnêteté de ses amis et associés, mais il a critiqué "ceux qui sourient tout en vous poignardant dans le dos".

    Edward Pentin a commencé à faire des reportages sur le pape et le Vatican à Radio Vatican avant de devenir le correspondant à Rome du National Catholic Register d'EWTN. Il a également réalisé des reportages sur le Saint-Siège et l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications, dont Newsweek, Newsmax, Zenit, The Catholic Herald et The Holy Land Review, une publication franciscaine spécialisée dans l'Église et le Moyen-Orient. Edward est l'auteur de The Next Pope : The Leading Cardinal Candidates (Sophia Institute Press, 2020) et The Rigging of a Vatican Synod ? Une enquête sur les allégations de manipulation lors du Synode extraordinaire sur la famille (Ignatius Press, 2015).