Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le port du masque obligatoire : un réel problème de conscience

IMPRIMER

Des propos recueillis par Pauline Quillon sur le site de Famille Chrétienne :

Martin Steffens : « Qu’aurait fait saint François à l'heure du masque obligatoire ?»

1/09/2020

Steffens

Martin Steffens ©N.LEBLANC-ITEM

Le port du masque est désormais obligatoire en entreprise, à l'école, et dans de très nombreuses villes de France. Le philosophe Martin Steffens estime que cette obligation généralisée pose un réel problème de conscience. Entretien avec un « prophète de malheur ».

La décision de faire porter des masques à tous, partout, y compris à l’école ou à l’extérieur, est-elle critiquable ?

Quand une décision politique concerne toute la population, il doit y avoir une réflexion libre, donc critique. Problématiser la généralisation du masque est un devoir citoyen. Il ne faut pas craindre de se trouver pris entre deux préoccupations légitimes : la remontée de l’épidémie et l’adoption progressive et irréversible d’habitudes incompatibles avec une vie sociale épanouie. Le déconfinement se révèle comme l’extension du confinement à toutes les sphères de notre vie. Ce n’est pas rien !

Sur le plan politique, on doit se demander par exemple quel est le statut légal de ces mesures. Est-ce un décret ? L'état d'urgence, dont on est censé être sorti, est en toute rigueur de termes ce qu’on appelle une dictature, c'est-à-dire la délégation, normalement temporaire, de toutes les décisions au seul gouvernement. Or la dictature n’est ni un état politique normal, ni donc quelque chose à quoi s’habituer.

D’autant que, sur le plan des faits fermement établis, aucun cluster en plein air n’est à signaler. Ainsi, quand Jean Castex a évoqué de la nécessité d’étendre le port obligatoire du masque en extérieur, Martin Blachier, médecin épidémiologiste et spécialiste en santé publique, confiait dans La Croix, avec quelques autres collègues médusés (13 août 2020) : « En entendant cela, j’ai failli tomber de ma chaise. »

Et le masque à l'école...

Pour les enfants, suivre six heures de cours avec un masque, c’est terrible. Le philosophe italien Giorgio Agamben dit que le camp de concentration est le modèle de la gestion des corps dans nos démocraties. Ce propos, choquant, trouve dans les mesures sanitaires imposées à nos enfants une terrible illustration. Pourquoi se soucie-t-on si peu de la violence qu’on leur inflige ?

Que change le port du masque dans notre relation aux autres ?

Bruno Chenu disait que la religion chrétienne est la religion du visage. Nous sommes la civilisation du visage et, dans notre Histoire, ce n’est jamais impunément que le visage a disparu. Car qu’est-ce que le visage ? C’est ce que je confie à autrui. Car le visage est la part de moi que mon interlocuteur voit mais que, moi, je ne peux voir. Je le lui offre, nu, en espérant qu’il saura l’accueillir et l’habiller d’un sourire. Avoir un visage, c’est ainsi accepter de ne pas s’appartenir tout à fait. Dans le visage à découvert, il y a tout le risque de la relation.

Il est vrai que dans nos vies urbaines, nous sommes souvent dévisagés, tant nos regards furtifs se croisent ou se toisent, sans jamais s’envisager. Mais c’est accroître le mal de la solitude que d’y ajouter une couche.

Le masque, en protégeant l’autre, se présente pourtant comme un acte de bienveillance envers les plus fragiles ?

Attention ! Les plus fragiles, d’accord, mais ce ne sont pas seulement les plus de 65 ans. Dans l’ordre de la vie, ce sont d’abord les enfants. Est-ce qu’on a le droit de leur imposer ce discours permanent de la peur, puis ce masque qui en est le symbole ? On peut bien leur parler d’accueil et de tolérance en classe, mais on les élève dans une société organisée autour d’hygiène, de la peur de la mort et de la méfiance. L’humanité de nos enfants est une chose fragile autant que précieuse, qui ne croît pas dans n’importe quelles conditions.

Et puis il y a une autre population, qui est la fragilité absolue : nos morts. Un mort, ne pouvant plus rien pour lui, nous est absolument confié. Plus encore qu’un bébé ou un vieil homme. Or qu’a-t-on vu ? Des milliers d’inhumation se sont faites sans ce rite qui était pourtant leur dernière volonté, sacrée. L’anthropologie nous montre que l’humanité commence par le soin qu’elle prit du corps du défunt. On peut craindre aussi qu’elle finisse avec lui.

Jusqu’où doit donc s’appliquer la vertu de prudence ?

La prudence consiste en une juste articulation des moyens à la fin. Si je ne me donne pas les moyens d’arriver sain et sauf à mon lieu de vacances, si je ne révise pas ma voiture par exemple, c’est imprudent. Mais cette juste articulation se perd aussi si je déploie des moyens fous : si, par exemple, au lieu de partir en vacances, je passe mon temps à faire réviser la voiture. Justement, n’est-on pas en train de mettre entre parenthèses notre humanité pour la sauver ?

« La peur de ne pas mourir d’amour, devrait être plus grande que la peur de tomber malade »

Je crois que l’explosion des moyens mis en œuvre vient de ce que la fin n’est pas bien fixée. Nous visons par ces mesures la conservation de la vie. Mais la conservation de la vie n’est pas un but, c’est un moyen ! Je ne vis pas pour continuer de vivre indéfiniment, mais pour vivre pleinement l’expérience humaine. « Celui qui veut garder sa vie la perd, disait le Christ. Et qui la donne la reçoit en abondance. » Certes, la vie n’est pas faite pour la mort. Mais elle n’est pas non plus faite pour elle-même. La vie s’accomplit bien au-delà d’elle-même si bien que cette vie qu’on veut seulement conserver perd en même temps tout son sens et que le monde finirait par ressembler à un immense EHPAD.

La question est : où est-ce qu’on met notre peur ? Si on avait dit aux Résistants qu’ils devaient être prudents, c’est-à-dire veiller à rester le plus longtemps possible en vie, la Résistance n’aurait pas eu lieu. Mais eux se souvenaient qu’il y a pire que la mort du corps. La peur de ne pas mourir en état de grâce, ou pour le dire de façon contemporaine, la peur de ne pas mourir d’amour, devrait être plus grande que la peur de tomber malade.

Le chrétien a pour lui l’exemple de saint François d’Assise qui embrasse le lépreux.

Oui. Mais il s’entend dire que ce n’est pas chrétien d’embrasser un lépreux parce que vous risquez peut-être de lui filer le rhume qui l’emportera. « Quand on aime ses proches, on ne s’approche pas trop. » Aimer son prochain, c’est désormais s’en tenir à distance. Qu’aurait fait saint François aujourd’hui ? Aurait-il embrassé ?

Jacques Lacan disait que l’Histoire est celle des épidémies. Comme exemple, il donnait le christianisme qui s’est répandu irrésistiblement, rapidement, touchant l’humanité entière. Le Christ n’a pas craint de toucher, de se laisser toucher, et de propager ainsi cette chose infiniment dérangeante qu’est la charité. Mère Geneviève Gallois remarquait, à la fin de sa vie : « Ce qui me dérange est le moyen d’union à Dieu. » Dieu, c’est cette intrusion du prochain dans ma vie. Ce sont les petits-enfants qui veulent faire un câlin à leurs grands-parents.

Comment réagir, devant une telle inflation de mesures sanitaires ?

C’est délicat. Deux attitudes peu pertinentes s’affrontent. On peut être tétanisé par la peur, peur d’être infecté et d’infecter et ne pas oser dire son malaise. Se taire et se terrer… Suite à un article que j’ai publié dans le Verbe sur le masque, non seulement beaucoup m’ont écrit pour me dire merci, mais quelques personnes m’ont demandé si je n’avais pas eu de problèmes. C’est fou. La peur est là.

On peut aussi faire le malin. Snober la peur des autres. Or nous ne pouvons pas mépriser la mort. Même les chrétiens ont peur de la mort, comme Jésus à Gethsémani. Mais ils ont plus peur encore de ne pas vivre ce qu’il y a à vivre quand on est humain. Si Jésus s’était arrêté à Gethsémani, il n’y aurait certes pas eu la Passion, mais non plus la Résurrection.

« Nous avons les chefs que nous méritons »

On peut aussi faire l’indigné. Posture injuste ! Nous avons les chefs que nous méritons, ils ont la puissance que nous leur donnons. Ce sont les Français eux-mêmes qui ont réclamé des masques, qui ont demandé à être protégés. De même, j’entendais un intellectuel, athée militant, s’indigner : un membre de sa famille, mort du Covid, avait été « mis dans un sac poubelle », puis incinéré après une cérémonie expéditive à suivre un réseau social. Que fait l’Église catholique, demandait-il, en rappelant que c’est l’attachement aux formes symboliques qui fait l’homme. Or cet homme a toujours combattu et méprisé le rite chrétien et ses dogmes. Ce qui lui arrivait de terrible, c’est qu’il avait gagné. Il obtenait en retour le traitement du déchet humain.

Ainsi, au lieu de s’indigner, demandons-nous aussi si nous n’avons pas voulu ce qui nous arrive…

Comment vivez-vous les consignes sanitaires liées à la Covid à l’Église ?

Le zèle de l’Église est encore plus violent que le zèle à l’école : le saint chrême au bout d’un coton-tige, des billets avec QR-code pour réserver sa place à la messe, des flèches au ruban adhésif sur le sol... La dernière fois que je suis allé à la messe, le distributeur de désinfectant était dans le bénitier. Le prêtre nous parlait des consignes de façon infantilisante. On se dit que le protocole a fini de vaincre les mœurs, d’effacer les bonnes manières qui nous restaient. Nous chrétiens sommes de moins en moins dans le monde, puisque le monde partagé disparaît sous nos yeux, et de plus en plus « du monde », demandant à la technique de nous sauver de la mort.

« Nous enseignions de manière artisanale, avec nos corps et en présence. C’est sans doute fini. »

Ce ne fut qu’une parenthèse ?

Précisément, ce qui est sacré, c’est ce qu’on ne met pas entre parenthèse. Et puis, vous savez, le temps fléché de l’Histoire ne connaît que la première des parenthèses : quand l’une s’ouvre, rien ne la referme. Hiroshima n’est pas une parenthèse qui fut autorisée par la guerre : c’est l’impossibilité de revenir en arrière. Les événements reconfigurent notre façon de vivre, d’être en relation.

En réalité, je crois que les enfants et les professeurs, avec le téléenseignement, vivent ce qu’ont vécu les paysans et les ouvriers au moment des Révolutions industrielles. Nous enseignions de manière artisanale, avec nos corps et en présence. C’est sans doute fini. On regarde les images de Charlie Chaplin emporté par un mécanisme immense. Au moins arrive-t-il, à cause de sa maladresse, à l’enrayer un peu… Mais la machine qui nous tient est, quant à elle, purement virtuelle.

Y a-t-il de quoi s’inquiéter d’une tendance totalitaire de nos sociétés ?

On s’imagine le totalitarisme avec des bottes battant le pavé, parce que nous viennent les images de la guerre 39-45. Mais dans son fonctionnement normal, le totalitarisme repose sur un État souvent faible, incapable d’assurer la sécurité intérieure, mais omniprésent, incirconscrit dans ses missions, s’occupant de tout et de rien. L’État totalitaire, nous dit Arendt, est souvent désorganisé, multipliant les ordres contradictoires… mais il est partout. Il flotte dans l’air, entre chez vous et, comme ces masques, colle à votre peau, au plus près de votre respiration. Il ressemble moins à un parent autoritaire qu’à un parent possessif.

Autre contresens : on croit que le totalitarisme vient d’en-haut alors qu’il repose sur le zèle de quelques-uns et la peur collective. Hannah Arendt pensait ce système édifié sur la « banalité du mal », soit sur la soumission à des ordres mortifères exécutés sans réfléchir. Mais puisque ce nouvel ordre est sanitaire, il se fonde plutôt sur la banalité du bien, la bonne volonté qui en ajoute, le bénévolat de ceux qui collent des flèches partout.

Ne craignez-vous pas d’être taxé de prophète de malheur ?

Si vous regardez la Bible, il n’y a de prophète que de malheur. Car sa fonction est de réveiller. L’acte prophétique est d’indiquer un malheur, non parce qu’il va arriver – comme le fait Tirésias, dans la tragédie grecque – mais pour qu’il n’arrive pas. Comment tenir ensemble liberté et protection ? Le prophète, contrairement au devin, ne croit pas au destin, mais en une difficile liberté, à reconquérir toujours sur nos idoles. Parler de totalitarisme, on pourra dire que c’est faire sonner trop vite les cloches. Oui, mais après, ça sera trop tard.

Comment peut-on résister à cette tentation totalitaire ?

Je ne sais pas. Pas par des coups d’éclat. Polyeucte en détruisant les idoles va au-devant du martyre. Nous sommes pour l’heure appelés à une autre forme de résistance. Je pense à un ami prêtre qui, depuis la reprise des messes, n’a jamais parlé du Covid dans son église. Surtout ne pas en rajouter. Dans la préface de mon prochain livre, Marcher la nuit, je rappelle que les grands régimes totalitaires s’effondrent par la somme des non-consentements individuels. Chacun faisait un peu moins bien sa tâche. Les régimes ont besoin de cœurs de pierre façonnés par la peur, la haine, l’endurcissement. Il faut donc cultiver un cœur de chair qui se tient à l’écart de tout zèle et travailler chaque jour à souffrir de cette situation. Dire à qui veut l’entendre qu’on en souffre, que la situation ne va pas de soi, qu’il ne faut jamais s’y faire, sans s’enfermer dans une posture de mépris pour les autres. Cela finira par avoir un effet. Car la souffrance n’est pas purement passive, celle du Christ sauve le monde.

Propos recueillis par Pauline Quillon

Martin Steffens publie en octobre Marcher la nuit aux éditions Desclée De Brouwer.

Commentaires

  • "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu"

  • Que pourrait-on encore rajouter qui n'ait déjà été révélé ?
    Qu'on veut crucifier l'Eglise ? Il s'en trouvera toujours pour dire que ce n'est qu'une invention de complotistes !

    https://youtu.be/Q3dkcjtxrY8
    01.05 Le comble, ... mais de quoi ! Pourquoi pas de masque pour les présentateurs TV ? Pour éviter un climat anxiogène à l’antenne !
    02.39 Plainte contre la préfète de Strasbourg : le tribunal lui impose de revoir la copie de son décret concernant le port obligatoire du casque sinon, annulation du décret.
    05.10 ”Vous nous prenez pour des cons ?” - ”C’est quoi votre problème ?”
    06.50 Le ”verrouillage”, dix fois plus meurtrier que le sars-cov-2.
    07.50 Une maman ”avorte” de son fils à l’école.
    10.49 Infirmière toujours positive sars-cov-2 depuis 4 mois, mais toujours en vie et en bonne santé. Concluez !
    11.50 Rien n’arrête le virus, sauf .... (devinez ... ! ) …. le masque pardi ! Bingo !

    Entracte :
    https://youtu.be/j-48Xg2cKyg
    version avant la mascarade
    https://youtu.be/Mjt_ngwnN2Y
    version depuis la mascarade
    (De quoi pouvoir se faire une petite idée du changement d’air et d’ère)

  • Suite
    12.35 Ce qui ressemble le plus à l’air qu’on avale au travers du masque : la fumée de cigarette.
    13.00 Démonstration avec vapoteur
    16.35 Vidéo allemande : on n’est pas en mars 2020.
    18.20 Prof. Didier Raoult : 30 à 40 % des tests sont faux.
    18.40 : Est-ce vraiment le citoyen qui ne respecte pas la loi ou la loi qui ne respecte pas l'être citoyen humain ? (Quelle question idiote ! Comme si les lois concernant ce qu’ils appellent l’I.V.G. n’y avaient déjà pas suffisamment répondu)
    (Pour info : seule la police peut réclamer un document justifiant la dispense du port du casque)
    23.20 Cette ”plan-démie”
    24.20 La France de Campagnol.
    28.00 Une preuve flagrante qu’on nous trompe.

    En supplément gratuit : Ce qu’on peut ”cultiver” dans les masques :
    https://fr.sott.net/article/35928-Une-pharmacienne-espagnole-a-mis-en-culture-en-laboratoire-des-masques-et-le-resultat-n-est-pas-beau-a-voir
    On a raison de nous rappeler que le tabac tue. Mais c’est tout aussi dangereux de sniffer du staphylocoque, même si c’est pas marqué sur la boîte de snyphettes.

    Terminons le sujet en saluant et remerciant vivement notre chère amie Jeanne Smits pour son ardent dévouement à la cause catholique. Au passage, idem pour Béatrice Bolhy (benoit-et-moi) qui « surf » abondamment sur la « vague » du cocoricovide. Et bien sûr, tout autant de tout cœur ❤ pour Belgicatho.
    https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2020/09/australie-une-femme-enceinte-arretee.html
    A quand notre tour ?
    ”Cœurdialement” vôtre.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel