Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un écrivain catholique parmi les Immortels

    IMPRIMER

    De C.P sur InfoChretienne.com :

    L’écrivain catholique François Sureau élu à l’Académie française

    François Sureau le haut-fonctionnaire devenu avocat et écrivain a été élu au premier tour au fauteuil de Max Gallo à l’Académie française.

    Ce jeudi 15 octobre, l’écrivain et avocat, François Sureau, rejoint les immortels de l’Académie française.

    Célèbre pour son attachement à la liberté et pour avoir publié une vingtaine de romans, il avait obtenu le grand prix du roman de l’Académie française en 1991 pour L’Infortune, publié chez Gallimard.

    François Sureau est également connu pour être un fervent catholique, en mai 2020, il n’avait pas hésité à affirmer son attachement à la religion dans un entretien publié dans Le Monde :

    « Je suis extrêmement attaché à la religion catholique. Elle nous donne comme maître quelqu’un qui a échoué sur la Terre, qui n’a pas voulu exercer le pouvoir, qui s’est trouvé environné de filles perdues, de soldats paumés, de percepteurs, et qui a choisi pour lui succéder un imbécile qui ne brillait pas par le courage, saint Pierre. Il n’y a rien au monde de plus encourageant. »

    L’homme de lettres français a été élu au premier tour au fauteuil de Max Gallo, le numéro 24, vacant depuis le 20 février 2020.

    La nouvelle annoncée aujourd’hui est déjà célébrée sur les réseaux sociaux.

    La directrice de Franceinter, Laurence Bloch, s’est notamment exprimée sur Twitter à propos de cette élection « tellement juste et réjouissante ».

    C’est également le cas de la librairie chrétienne, La Procure, qui a félicité François Sureau, »un écrivain très apprécié », sur le compte Twitter de la chaine de magasins.

     

  • Les Eglises face à la persécution des chrétiens en Orient : un silence dramatique

    IMPRIMER

    Lu sur Kathnet :

    Le silence sur la persécution des chrétiens en Orient est vraiment dramatique

    15 octobre 2020

    La chercheuse allemande sur l'Islam Suzanne Schröter accuse les Eglises de ne pas critiquer suffisamment l'Islam

    Berlin (kath.net)

    Dans une interview accordée à la "Jüdische Allgemeine", la chercheuse allemande sur l'islam, Susanne Schröter, a accusé les Eglises en Allemagne d'agir de manière beaucoup trop peu critique et trop réservée envers l'islam. (...) Mme Schröter, professeur à l'Institut d'ethnologie de l'Université Goethe de Francfort-sur-le-Main et directeur du Centre de recherche sur l'Islam mondial, a rappelé dans ce contexte que, lors d'un cercle de dialogue à Francfort il y a quelque temps, un pasteur protestant a présenté la Constitution de Médine comme un modèle nouveau et prometteur de coopération interreligieuse. Cet ordre de l'an 622 promouvait une société à deux vitesses, dans laquelle les musulmans étaient présentés comme de vrais croyants, les tribus juives étant expulsées et une même massacrée. Selon Schröter, cela a cependant été reçu sans aucune critique dans ce cercle.

    La chercheuse islamologue a également critiqué dans le journal le comportement du président du conseil de l'EKD (Evangelische Kirche in Deutschland), Heinrich Bedford-Strohm, et du cardinal Reinhard Marx lors de leur visite à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, lorsqu'ils ont caché leurs croix épiscopales. "Avec toute ma sensibilité culturelle, je crois qu'il n'est pas mauvais de défendre ses propres valeurs, et cela peut être aussi le port de la croix dans une mosquée". Selon M. Schröter, il est un peu triste qu'il n'y ait pas d'engagement envers sa propre tradition. "À Jérusalem, les dirigeants de l'Église ont posé un signe qui a été interprété - probablement aussi par les musulmans - en vertu duquel leur propre foi n'était pas vraiment prise en considération à part entière".

    M. Schröter est également très critique à l'égard du silence sur la persécution des chrétiens dans les pays musulmans par les représentants de l'Église. "Le silence sur la persécution des chrétiens en Orient est vraiment dramatique. Je ne comprends pas cela. Pourquoi rester silencieux à ce sujet ? Les Eglises élèvent toujours la voix lorsque des injustices sont commises à l'encontre des musulmans. C'est correct. Mais maintenant, les chrétiens sont expulsés de force des pays orientaux - et les juifs aussi, d'ailleurs - et elles se taisent à ce sujet". Selon M. Schröter, les chrétiens sont massivement persécutés dans presque tous les pays islamiques. Leur nombre et celui des Juifs ne cessent de diminuer, la construction d'églises est rendue plus difficile ou interdite. La justification de ce silence est souvent avancée en raison du fait que les Eglises ici ne veulent pas ajouter de l'huile sur le feu et rendre la tâche encore plus difficile aux frères et sœurs de foi discriminés.

  • Sainte Marguerite-Marie, grand témoin de l'Amour divin (16 octobre)

    IMPRIMER

    marguerite.jpgSur le site du Secrétariat des oeuvres du Sacré Coeur :

    En la fête de Saint-Jean, le 27 décembre 1673, à Paray le Monial, une religieuse du monastère de la Visitation, Marguerite-Marie Alacoque (que l'on fête aujourdhui ndblg) fit la rencontre du Christ et s’est approchée du Cœur de Dieu. "Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son cœur qu’il m’avait toujours tenus cachés jusqu’alors". (Autobiographie n° 53).

    Lire la suite

  • Artsakh : Erdogan contre l’Arménie – l’appel des Arméniens

    IMPRIMER

    Du site EEChO :

    Erdogan contre l’Arménie – l’appel des Arméniens

    L’Azerbaïdjan verrait bientôt ses réserves de pétrole épuisées, et le dictateur Erdogan chercherait, étant stoppé en Syrie, en Libye et dans l’est de la Méditerranée, une nouvelle expansion « néo-ottomane » tandis que s’effondre l’économie turque : telles seraient les raisons de la relance de la guerre du Haut-Karabakh (Arménie) par l’Azerbaïdjan, indubitablement poussé et encadré par les Turcs. Ici comme ailleurs, la guerre de la désinformation ne manquera pas de se développer (elle est organisée parfois par des société privées, comme on l’a vu en rapport avec la Syrie).

    En union avec les Communautés arméniennes, nous ne pouvons jamais oublier le génocide de 1915 et ses suites, et nous relayons volontiers l’appel des chefs religieux arméniens de France, que voici :

    DECLARATION COMMUNE ET APPEL AU PEUPLE

    Nous, chefs religieux de la communauté arménienne de France, qui représentons des centaines de milliers de citoyens français, nous nous sommes réunis dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Paris le jeudi 1er octobre 2020 pour prier Dieu pour la paix en Artsakh (Nagorno-Karabakh) et en Arménie. Suite à notre prière commune, nous évoqué la situation aux frontières de l’Arménie et de l’Artsakh. Sur cette base, nous déclarons ce qui suit:

    1. Le peuple d’Artsakh qui vit sur ses terres ancestrales depuis des siècles, avant même que la Turquie et l’Azerbaïdjan n’existent, a le droit inaliénable de continuer à vivre librement sur la même terre que leurs ancêtres, en paix avec leurs voisins.

    2. Comme nous l’enseigne la Sainte Bible, nous appelons toutes les parties impliquées dans le conflit à retourner à la table des négociations pour la paix dans la région et à suspendre toutes les activités militaires qui ne servent que à tuer et nuire aux vies innocentes des deux côtés et ne causer que la destruction et la mort.

    3. Nous condamnons les atrocités de tout pays contre ses voisins en général, et aujourd’hui nous condamnons spécifiquement les agressions militaires de l’Azerbaïdjan et de la Turquie contre l’Artsakh et l’Arménie.

    4. Nous demandons à la communauté internationale et spécialement à notre gouvernement de condamner vigoureusement cette agression, d’exprimer son soutien à la paix, d’intervenir et de mettre fin â cette violation préméditée des droits de l’homme et des traités internationaux.

    5. Nous prions Dieu de sauver la vie innocente des personnes victimes du conflit et de ramener la paix entre ces pays voisins. Nous invitons nos fidèles et tous les citoyens épris de paix à se joindre à nous pour une prière commune du soir, demain, vendredi le 2 octobre 2020 à 19h30 dans l’Église apostolique arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu à d’Issy-les-Moulineaux.

  • Etats-Unis : une campagne présidentielle sans programme ni idées

    IMPRIMER

    De Robert Chaouad en "Tribune" sur le site d'IRIS :

    Élection américaine 2020 : une campagne sans programme ni idées

    Pour des raisons différentes, aucun des candidats à l’élection présidentielle américaine n’ a décidé de faire campagne sur des propositions précises. Pour Joe Biden, la stratégie de campagne vise à faire de l’élection un référendum contre Donald Trump ; tandis que pour D. Trump, en l’absence de programme et de stratégie, différentes tactiques de diversion et de division adoptées au gré de l’actualité tiennent lieu de plan de campagne pour éviter le débat autour de son bilan à l’heure du Covid-19.

    Attaques personnelles, débat inaudible, mensonges répétés, coups bas, comportement erratique – surtout de la part du président sortant –, la campagne présidentielle américaine, qui s’achèvera le 3 novembre, a été marquée jusque-là par à peu près tout ce qui peut rebuter des électeurs de voter et par l’absence de ce qui pourrait, au contraire, les inciter à se mobiliser et à se déterminer, des idées et des programmes électoraux. Il faut donner crédit à Joe Biden et au parti démocrate de disposer d’un certain nombre de propositions, plus ou moins précises (augmentation des impôts pour les plus riches, extension de l’offre du système de protection de santé avec l’instauration  d’une option publique, investissements dans les énergies vertes et renouvelables, etc.), qui, en comparaison au vide proposé par le parti républicain et la campagne de Donald Trump, font figure de véritable programme de gouvernement. Cependant, il convient de remarquer qu’à quelques exceptions, comme l’extension de la protection de santé, les propositions démocrates s’apparentent, bien souvent, à des propositions générales, des principes et des orientations, dont les modalités et le chiffrage budgétaire restent relativement vagues. Quand les montants des programmes envisagés sont mentionnés, leurs sommes apparaissent tellement faramineuses et sans réalité pour le commun des Américains – il est question pour Joe Biden d’investissements de 2 000 milliards de dollars dans la lutte contre le changement climatique, pour les énergies vertes et les infrastructures par exemple – que bien souvent celles-ci sont immédiatement traduites en nombre d’emplois qui seront potentiellement créés – 10 millions d’emplois bien payés espérés du fait des investissements dans les énergies vertes et renouvelables. La référence au nombre d’emplois escomptés sert souvent de baromètre à l’aune duquel juger les engagements économiques, les promesses et… les extravagances des candidats.

    Depuis que la campagne est entrée dans sa phase active, durant l’été, aucun candidat ne fait véritablement campagne sur un programme précis de mesures et de politiques publiques à mettre en place. Même dans le camp de Joe Biden, qui a au moins le mérite de disposer d’une plateforme électorale, le programme n’occupe pas le centre de la stratégie de campagne. Les raisons pour lesquelles les idées et propositions ne sont pas au cœur de l’élection varient d’un candidat à l’autre et expliquent pour beaucoup les tournures prises par leur campagne respective.

    Lire la suite

  • Ces collaborateurs de Pie XII qui sauvaient des juifs

    IMPRIMER

    les juifs de Pie XII

    De Jean-Baptiste Noé sur Aleteia.org :

    Les hommes de Pie XII qui sauvaient des juifs

    15/10/20

    Autour du pape travaillait une petite équipe organisant les secours et les fuites des juifs, transmettant les informations, servant de relais entre le Vatican et les réseaux de résistance européens.

    Un nouveau livre vient compléter les nombreuses informations que l’on connaît déjà quant à l’action menée par Pie XII pour sauver des juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Avec Le Bureau. Les juifs de Pie XII (Michel Lafon), Johan Ickx met en forme les informations et documents découverts au cours de ses recherches dans les archives. Archiviste de la Secrétairerie d’État depuis dix ans, auteur de nombreux livres et articles sur la diplomatie du Saint-Siège, Ickx maîtrise parfaitement les pièces du dossier. Ce qu’il présente dans cet ouvrage, c’est la structure créée par Pie XII pour s’occuper des réfugiés et maintenir les liens avec les réseaux de résistance en Italie et en Europe. Autour du pape travaillait une petite équipe organisant les secours et les fuites, transmettant les informations, servant de relais entre le Vatican et les réseaux européens. On y retrouve Mgr Luigi Maglione, le Secrétaire d’État, mais aussi Giovanni Battista Montini, futur Paul VI. Ces hommes ont travaillé en étroite collaboration autour du pape, permettant le sauvetage de milliers de juifs romains ainsi que de leurs frères européens. 

    La grande histoire par des petites histoires

    Johan Ickx a fait un choix rédactionnel qui peut surprendre de prime abord. Son livre est organisé en une série de petites histoires qui racontent des situations, des opérations et la vie des personnes rencontrées dans les archives. Toutes ces histoires sont documentées et référencées par de nombreuses notes de bas de page qui renvoient aux documents d’archives et aux sources. Choix surprenant, car il contrevient aux livres d’histoire classique, mais choix qui permet de rendre la lecture de l’ouvrage plus agréable et facile et qui a le mérite de donner une vie aux archives et aux documents. 

    Lire la suite sur aleteia.org

  • La présence des catholiques dans le monde de 2013 à 2018

    IMPRIMER

    De Vatican News, tout en nous étonnant de cette corrélation établie entre l'analyse statistique de l'évolution du catholicisme entre 2013 et 2018 et le pontificat du pape François ... :

    La présence des catholiques dans le monde depuis l'arrivée du Pape François

    Le Bureau central des statistiques de l’Église analyse la manière dont la présence des catholiques dans le monde s’est transformée lors des cinq premières années du pontificat du Pape François. Elle a globalement augmenté de 6%, pour atteindre 1,329 milliard de baptisés.

    Bureau central des statistiques de l'Église

    Le nombre de catholiques baptisés est en augmentation au niveau planétaire. Ils étaient 1,254 milliard en 2013 contre 1,329 milliard en 2018, ce qui représente une hausse de 6%. En confrontant ces données à l’évolution de la population mondiale lors de la même période – elle est passée de 7,094 à 7,496 milliards de personnes, on note que la présence relative des catholiques a légèrement augmenté de 17, 68% à 17,73%

    Des activités pastorales efficaces en Afrique

    L’analyse géographique des variations observées lors de la période examinée montre une augmentation stimulante de quelque 18% en Afrique où la population a accru d’un peu plus de 15%. La confrontation entre ces deux chiffres met bien en évidence combien l’activité pastorale a été efficace dans les pays africains.

    Sur le continent américain, une hausse des catholiques supérieure à celle de la population a été observée (4,6% contre 4,4%). Le chiffre est plus élevé encore en Asie où les catholiques augmentent de 7,6% contre une hausse de 4,4% pour la population. En Océanie, la croissance des catholiques par rapport à celle des habitants de ce continent est sensible (9,6% contre 8,1%) En revanche, en Europe, le nombre de catholique baisse de 0,4% alors que la population augmente faiblement, de 0,2 %.

    48% des catholiques vivent en Amérique

    La répartition des catholiques, en fonction du poids démographique des différents continents, varie selon les zones géographiques de la planète.

    Des tendances se confirment, comme l'augmentation du poids que représente l'Afrique où les catholiques sont passés de 16,4 % à 18,6 % de la population mondiale ou, au contraire, la baisse continue en l'Europe, où le pourcentage du total mondial diminue, en 2018, de près d'un point et demi par rapport aux 22,9 % de 2013. Près de la moitié des catholiques dans le monde (48,3 %) vivaient sur le continent américain en 2018. Près de 58 % d'entre eux se trouvent en Amérique du Sud.

    L'incidence dans le monde catholique du continent asiatique, qui représente 60 % de la population mondiale, est en légère augmentation. Elle se maintient autour de 11,1 %, tout au long de la période analysée. En ce qui concerne les catholiques baptisés en Océanie sur le total mondial, il reste stable, en dessous de 0,8%.

    Faible présence catholique en Asie

    La lecture des données, continent par continent, du nombre relatif de catholiques par rapport à la population est également particulièrement intéressante : on obtient un quotient qui donne le nombre de catholiques pour 100 habitants sur le continent. Ces valeurs montrent combien la présence des catholiques à la fin de 2018 est radicalement différente selon les zones géographiques: elles vont de 63,7% de catholiques présents dans la population en Amérique, 39,7% en Europe, à 3,3% en Asie.

    Il est important de souligner que la situation est très différente au nord et au sud du continent américain. Si au Nord le pourcentage de catholiques n'est que de 24,8%, il est de 86,5% au Sud et de 88,5% en Amérique centrale, où leur présence apparaît beaucoup plus visible.

    Une lecture diachronique des quotients permet de mettre en évidence les tendances qui prévalent dans les zones géographiques à partir de 2013, et qui, en tout état de cause, présentent toujours des variations assez faibles. Ainsi, si la présence des catholiques au niveau planétaire se traduit au fil du temps par une situation de quasi-stationnarité, dans chaque zone continentale - et en particulier en Afrique et en Amérique - la tendance est à une croissance lente. Ce résultat apparemment contradictoire est probablement dû à la prépondérance démographique de l'Asie, où la présence catholique semble faible.

  • La rencontre de François d'Assise et du sultan ou l'exploitation abusive d'un joli mythe

    IMPRIMER

    On ne cesse de nous présenter la rencontre de François d'Assise avec le sultan d’Égypte Al-Malik al-Kâmil comme un précédent emblématique du dialogue interreligieux et en particulier de celui entre le christianisme et l'islam actualisé par la rencontre entre le pape et le grand imam d'Al-Azhar qui a débouché sur la déclaration commune d'Abou Dhabi. Cette récupération d'un évènement historique - consistant pour François d'Assise non à rechercher un dialogue avec l'Islam mais visant à obtenir la conversion du sultan - pour justifier la ligne de conduite adoptée par le pape François est pourtant abusive et ne correspond pas à la réalité historique comme l'a démontré l'historien John Tolan (Le saint chez le sultan (Seuil, Paris, 2007) :

    Un si joli mythe (Témoignage chrétien (Philippe Clanché), 31 octobre 2019)

    La célèbre rencontre entre François d’Assise et le sultan d’Égypte, en 1219, a-t-elle été le premier dialogue entre chrétiens et musulmans ? Pour l’historien John Tolan*, rien n’est moins sûr.

    On célèbre cette année le huit centième anniversaire de la rencontre de François d’Assise et du sultan d’Égypte Al-Malik al-Kâmil ? Qu’en sait-on historiquement ?

    La scène se déroule durant la cinquième croisade. En 1219, les croisés étaient alors ensablés devant la ville portuaire de Damiette, en Égypte, que le sultan défendait avec succès. Deux chroniqueurs de l’époque racontent que François est arrivé dans le camp des croisés et qu’il est passé voir le sultan, avec un compagnon nommé Illuminé, lors d’une période de trêve et de négociation de paix. On sait que certains parmi leurs proches les ont prévenus du danger et ont tenté de les décourager. Les récits rapportent que François et Illuminé sont revenus quelques jours plus tard, sains et saufs.

    Que se sont dit François et Al-Kâmil ?

    On pense que le dialogue fut plutôt paisible et respectueux. Sur son contenu, les versions divergent. L’hagiographie franciscaine avance que François a cherché activement le martyr, ou du moins qu’il était prêt à cette éventualité. D’autres récits mettent l’accent sur son désir de convertir son hôte musulman. La première raison n’exclut pas l’autre. En créant ce qui allait devenir l’ordre franciscain, François cherchait à recréer une vie apostolique, en prenant pour modèle les apôtres et leur désir de pauvreté et d’humilité. Ceux-ci ont tous prêché l’évangile aux infidèles et tous ont été martyrisés. Il est logique que François ait vu ainsi son destin, mais il a fait preuve d’humilité et de respect envers le sultan. Ce dernier, qui vivait entouré de chrétiens et de juifs, ne voulait pas se convertir, mais ne voulait aucun mal à un visiteur comme François. L’épisode, événement mineur dans la Croisade, est passé presque inaperçu sur le moment. Certains chroniqueurs ne le mentionnent pas.

    Comment l’événement s’est-il intégré dans l’histoire franciscaine ?

    L’épisode fait débat dès les premières hagiographies. À partir du XIVe siècle, la mémoire de François fait l’objet d’une tension au sein de l’ordre entre deux courants : les spiritualistes et les conventuels. Un des biographes du saint a écrit que François était prêt à convertir le sultan, mais que la division des siens l’a obligé à abandonner la mission en Égypte.

    À partir de quand le geste de François est-il devenu un symbole du dialogue interreligieux ?

    Au XXe siècle, de nombreux auteurs et théologiens ont voulu faire de François un apôtre du dialogue avec les musulmans. Cette relecture historique s’est renforcée avec le concile Vatican II, et plus encore après les attentats de 2001. Giulio F. Basetti-Sani (1912-2001), frère franciscain, a affirmé que François avait pour but, à Damiette, d’entreprendre un dialogue pour la paix. Selon lui, le saint d’Assise avait compris que la croisade était contraire à l’amour prêché par l’Évangile et aurait tout fait pour l’en empêcher. Ne pouvant convaincre les papes, François aurait d’abord cherché à rejoindre un mouvement pacifiste en France, puis serait parti dans les rangs des croisés pour les enjoindre de renoncer. De nombreux franciscains ont suivi cette théorie. Des auteurs littéraires ont également défendu cette vision de François. Le romancier grec Níkos Kazantzákis, dans Le Pauvre d’Assise, présente un François initialement favorable à la croisade qui change d’avis en voyant les tueries et les pillages commis par les soldats chrétiens lors du siège de Damiette. Dans Frère François, Julien Green raconte que le saint a tenté d’éviter l’assaut des croisés et qu’en désespoir de cause il est allé chez le sultan. Selon lui, en échangeant avec cet homme érudit et agréable, François a acquis une très bonne image de l’islam. En réalité, rien n’indique cela. N’oublions pas le contexte de l’événement, un temps de violence.

    Comment vos travaux sont-ils reçus par les héritiers de François ?

    Les franciscains, très impliqués dans le dialogue interreligieux, et particulièrement avec les musulmans, m’invitent régulièrement. Je leur dis que l’image de François homme de dialogue est un joli mythe, mais pas la réalité. Je suis entendu par beaucoup, mais certains n’arrivent pas à accepter ma thèse.

    Qu’en est-il dans le monde arabo-musulman ?

    L’épisode y est très peu connu. Je n’ai quasiment rien trouvé dans les sources ou auprès de mes collègues. D’un point de vue arabe, on regarde aujourd’hui les croisades moins dans leur dimension religieuse que comme un phénomène précurseur du colonialisme européen.

    Propos recueillis par Philippe Clanché.

    * Professeur d’histoire à l’université de Nantes, spécialiste des études médiévales, auteur de Le Saint chez le Sultan. La rencontre de François d’Assise et de l’Islam. Huit siècles d’interprétation (Seuil, 2007).

    On peut aussi lire - avec la prudence qui s'impose - cette étude parue ICI.