Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une situation qui préfigure le règne de l'Antéchrist

IMPRIMER

J’ai découvert Juan Manuel de Prada il y a des années (...). Il vient de publier un essai dont AM Valli reproduit ici une recension en italien, sur la situation « apocalyptique » (attention à ne pas se méprendre sur le sens de ce terme) que nous vivons. Je n’essaierais pas de résumer, j’en suis bien incapable. Je me contente de savourer, en invitant le lecteur à en faire autant.

Ces jours que nous vivons. Et le règne de l’Antéchrist

« Il y a une profonde signification surnaturelle dans tout ce qui se passe ». Ce sont les mots de Juan Manuel De Prada, auteur de Enmienda a la totalidad [1], un livre dans lequel l’écrivain espagnol d’origine basque, confronté à l’homologation des forces et des institutions politiques à une idéologie technocratique, récupère la pensée traditionnelle, en partant de la dimension surnaturelle de l’existence humaine, et dénonce la haine de la vie qui prévaut.

Juan Manuel De Prada, brillant écrivain d’origine basque, est l’un des principaux intellectuels du catholicisme espagnol. Il est connu pour son anticonformisme, qui ressort avec force dans son dernier livre : Enmienda a la totalidad, un titre qui fait allusion à la nécessité d’un « amendement total  » concernant les idéologies contemporaines, qui sont fallacieuses dans leurs prémisses et ruineuses dans leurs conclusions.

Dans ce dernier essai, l’écrivain espagnol oppose la pensée traditionnelle à la pensée unique de l’idéologie. Alors que les idéologies, explique De Prada, prônent un « être humain en évolution continue » et indéfiniment modifiable selon les désirs du pouvoir, la pensée traditionnelle défend un « être humain stable qui reconnaît dans sa nature un datum, quelque chose de donné, d’inamovible », une « nature spécifiquement spirituelle, que les idéologies renient ou méconnaissent ».

Lire la suite sur Benoît et moi

Commentaires

  • S'il y a "une profonde signification surnaturelle dans tout ce qui se passe", il faudra bien un jour que nous nous interrogions sur la manière dont l'Eglise a témoigné, a professé le Christ, seul sauveur, a été prophète, ou pas, c'est-à-dire tient le même discours que le monde.

    D'où la notion d'apostasie, d'ailleurs prophétisée, notamment à Akita, si je ne m'abuse.

    Je serais d'ailleurs curieux de savoir ce qu'évoque le chapitre 17 de l'apocalypse pour Juan Manuel De Prada.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel