Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une rencontre avec la "femme pro-vie" de l'année

IMPRIMER

De Maisy Sullivan sur Catholic News Agency (CNA) :

Rencontrez la "femme pro-vie de l'année" : Lauren Muzyka, de Sidewalk Advocates for Life.
 
Lauren Muzyka, who was named Pro-Life Woman of the Year last month.
 
Lauren Muzyka, qui a été nommée femme pro-vie de l'année le mois dernier. | Sidewalk Advocates for Life

9 juilet 2022

Lauren Muzyka, présidente et directrice générale du groupe pro-vie Sidewalk Advocates for Life (SAFL), a été nommée femme pro-vie de l'année lors de la conférence des femmes pro-vie qui s'est tenue à Indianapolis le mois dernier.

Les efforts de Mme Muzyka, ainsi que l'aide de tous les défenseurs des trottoirs, permettent de sauver près de "4 500 bébés par an... Ce sont des statistiques où une mère a réellement choisi la vie pour son bébé", a-t-elle déclaré à CNA.

Muzyka supervise le programme de la SAFL, où elle soutient pacifiquement la mission et la vision de l'organisation, qui consiste à offrir aux femmes des alternatives à l'avortement qui leur permettent de vivre en dehors des cliniques d'avortement. 

L'énoncé de mission de la SAFL dit : "Nous avons pour mission de transformer le trottoir devant chaque clinique d'avortement en Amérique et au-delà en un lieu d'aide et d'espoir réels et de mettre fin à l'avortement."

Sa foi catholique, dit-elle, joue un rôle majeur dans son travail de leader pro-vie. 

"Quand vous savez que chaque vie humaine qui vient à l'existence est faite à l'image et à la ressemblance de Dieu, cela vous aide à réaliser ce qui est en jeu dans la bataille de l'avortement et dans le mouvement pro-vie dans son ensemble, n'est-ce pas ?" a-t-elle demandé. "C'est donc beau et motivant de savoir que chaque âme éternelle qui croise notre chemin dans un centre d'avortement a une histoire."

Mme Muzyka a également raconté à CNA l'expérience la plus émouvante qu'elle ait vécue en tant que militante sur le trottoir. 

Elle a parlé à une femme qui était sur le point d'entrer dans un centre d'avortement et l'a orientée vers un centre de grossesse favorable à la vie. La femme a écouté, mais s'est tout de même rendue dans le centre d'avortement afin de pouvoir évaluer ses options. La femme a ressenti l'obscurité du centre d'avortement et a choisi la vie. Quelques mois plus tard, Muzyka a pu tenir cet enfant dans ses bras. C'est le premier bébé qu'elle a pu rencontrer et dont elle a personnellement aidé la mère en tant qu'avocate de trottoir.

Elle se souvient d'avoir prié pour pouvoir vivre cette expérience et qualifie sa prière exaucée de "moment très spécial".

Pour son travail, Mme Muzyka a reçu le prix de la femme pro-vie de l'année. Abby Johnson, militante pro-vie et fondatrice de la conférence, lui a remis ce prix à la fin de la conférence.

"Grâce à la vision de Lauren, à ses efforts, à la vision de Dieu, à Sa main dans sa vie, à la formation qu'elle a mise en place et aux personnes qui se trouvent sur le trottoir, [ces femmes] ont pris une décision différente et ont choisi la vie", a déclaré Mme Johnson.

Mme Muzyka a accepté le prix au nom de tous les "saints défenseurs des trottoirs" et a déclaré à CNA qu'elle était touchée par cet "honneur incroyable". 

La conférence a débuté le 24 juin, le jour où la Cour suprême a annulé l'arrêt Roe v. Wade, qui a légalisé l'avortement dans tout le pays en 1973. En réaction, Mme Muzyka et de nombreuses autres femmes pro-vie ont fait la fête ensemble.

"C'était une célébration comme vous n'en avez jamais vu auparavant", a déclaré Muzyka dans un communiqué de presse. "Je suis en admiration devant ce que Dieu a fait. Ces moments resteront à jamais gravés dans mon cœur."

L'expérience de plus de 20 ans de Muzyka dans la défense des trottoirs pro-vie ne se termine pas avec le renversement de Roe v. Wade. Au contraire, elle a déclaré que "le cœur de ce ministère consiste à donner aux [femmes] des options, des ressources, de l'espoir et de l'aide" et qu'il y aura toujours des femmes prêtes à franchir les frontières des États pour obtenir des services d'avortement.

"Ce n'est pas parce que l'arrêt Roe est terminé que les grossesses inattendues sont terminées", a déclaré Mme Muzyka. La principale question du mouvement pro-vie est donc la suivante : "Comment pouvons-nous atteindre au mieux les femmes de notre communauté avant qu'elles ne soient tentées de franchir les frontières de l'État et de considérer l'avortement comme une solution ?"

Muzyka a invité "toute personne qui a le cœur à atteindre les mères en crise". Elle a ajouté que toute personne qui plaide en faveur de services de grossesse favorables à la vie peut faire une "différence incroyable".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel