Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les chrétiens arméniens exposés à un risque de nettoyage ethnique

    IMPRIMER

    De Rebecca Tinsley sur Independent Catholic News (ICN) :

    Quelle est la prochaine étape pour les Arméniens chrétiens ?

    5 décembre 2022

    Le risque de nettoyage ethnique auquel sont confrontés les chrétiens arméniens est souligné cette semaine à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. Les avocats feront valoir que si le monde s'est concentré sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie cette année, d'autres conflits ont été négligés. Selon eux, les nations devraient être tenues de respecter leur obligation de prévenir les génocides en vertu du droit international, plutôt que d'attendre de réagir une fois que les atrocités de masse ont commencé.

    La professeure Hannah Garry, de l'université de Californie du Sud, a déposé un dossier juridique de 200 pages auprès du bureau du procureur de la CPI, présentant des preuves détaillées d'assassinats ciblés fondés sur l'identité dans l'enclave arménienne du Nagorno Karabagh, en Éthiopie et au Cameroun. Elle et ses collègues appellent à un examen préliminaire des conflits dans chaque pays, où la violence a été négligée par la communauté internationale et les médias.

    Des chercheurs de l'université de Gand ont récemment annoncé que près d'un demi-million de personnes pourraient avoir été tuées dans la guerre qui sévit dans la région du Tigré, en Éthiopie. Malgré un récent cessez-le-feu, les groupes de défense des droits de l'homme signalent que les troupes érythréennes continuent de piller et d'agresser les civils tigréens. Par ailleurs, pour la troisième année consécutive, le Conseil norvégien pour les réfugiés cite la crise du Cameroun anglophone parmi les conflits les plus négligés au monde.

    Le patrimoine chrétien menacé

    En août, un groupe multipartite de parlementaires a mis en garde contre le risque croissant de violence dans l'enclave du Haut-Karabakh, où 94 % de la population est arménienne. Les forces armées azerbaïdjanaises utilisent des drones, des lance-grenades et des armes anti-aériennes contre les civils, en violation du droit international et de l'accord de cessez-le-feu le plus récent. En outre, des monuments et des sites du patrimoine chrétien arménien sont détruits dans les zones désormais sous contrôle azerbaïdjanais. Les parlementaires accusent les forces armées azerbaïdjanaises d'agir en toute impunité alors que l'attention du monde est ailleurs.

    La professeure Garry cite l'Arménie, l'Éthiopie et le Cameroun comme exemples de violations des droits de l'homme qui devraient invoquer le devoir de prévenir le génocide en vertu de la doctrine de la responsabilité de protéger adoptée par les États membres des Nations unies en 2005. Les groupes de défense des droits de l'homme ont été frustrés par le fait que cette doctrine, qui oblige tous les pays à agir de manière proactive pour prévenir les génocides avant qu'ils ne commencent, n'a pas été appliquée. Les preuves juridiques détaillées de la professeure Garry seront présentées à l'Assemblée des États parties de la CPI.

    Par ailleurs, Lord Alton a exhorté le ministère britannique des Affaires étrangères à saisir la CPI pour qu'elle enquête sur les violences commises au Cameroun anglophone. Depuis quelques années, Lord Alton défend un projet de loi sur la détermination du génocide qui donnerait à un tribunal compétent le pouvoir de rendre une décision préliminaire sur l'éventualité d'un génocide dans des circonstances données ou sur l'existence d'un risque sérieux de génocide, obligeant ainsi le Royaume-Uni à saisir la CPI. Fin octobre, le projet de loi a fait l'objet d'une deuxième lecture à la Chambre des Lords, atteignant ainsi le stade de la commission. Auparavant, l'amendement sur le génocide de tous les partis de Lord Alton, qui était basé sur le projet de loi, avait été adopté par la Chambre des Lords avec une majorité de plus de cent voix, avant d'être rejeté par le gouvernement.

    Comme l'a commenté Lord Alton : "Malgré l'obligation de longue date de prévenir le génocide, énoncée à l'article I de la Convention sur le génocide, les États font peu, voire rien, pour identifier les situations de risque grave de génocide et pour agir afin d'empêcher que ce risque ne se transforme en atrocités répétées. Les États doivent passer à la vitesse supérieure, transformer les discours grandiloquents en réalité et s'acquitter de leurs obligations en vertu de la convention sur le génocide. La prévention du génocide ne peut être laissée au hasard."

  • Trop nombreux sur la Terre ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    Sommes-nous trop nombreux sur Terre ?

    Sommes-nous irrémédiablement trop nombreux sur la planète bleue ? La Terre a atteint le cap symbolique des 8 milliards d’habitants en novembre dernier, selon les estimations des Nations-Unies. La population mondiale est ainsi passée de 1 milliard en 1800 à 2 milliards en 1900, avant de littéralement exploser au XXe siècle. Avec elle, l’activité humaine et ses conséquences sur la planète ont aussi augmenté de façon exponentielle : besoin de répondre aux besoins alimentaires, pollution, émissions de gaz à effet de serre… Depuis les années 1960, on alerte quant à la future « bombe démographique ». Le cap des 7 milliards d'habitants avait été atteint en 2011. Pour l’instant, les démographes de l’ONU estiment que la population humaine va se stabiliser autour de 10,5 milliards d’habitants entre 2050 et 2100.

    Mais les projections des Nations-Unies sont régulièrement révisées à la baisse. En effet, déjà, la population mondiale croît à un rythme plus lent, et ce depuis les années 1950. Les pays développés connaissent une chute importante du taux de fécondité, qui s'établit à 2,3 enfants par femme à l'échelle mondiale. Pour l'instant, en tout cas. En effet, dans vingt ans, l’humanité devrait commencer à voir sa population décroître : la concentration moyenne de spermatozoïdes a été réduite de moitié entre 1973 et 2018, passant de 100 M/ml à 49 M/ml. Une baisse rapide qui pourrait tout simplement menacer à terme l’avenir de l’humanité. Le seuil des 15 M/ml, celui de la stérilité, pourrait être atteint à l'horizon 2040. Les différentes causes : la pollution, l'évolution des modes de vie, mais aussi les perturbateurs endocriniens. « La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les vingt prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement », soulignait ainsi James Pomeroy, économiste chez HSBC, dans une étude parue le 22 août dernier. « Au rythme où vont les choses, la population mondiale aura diminué de moitié avant 2070, le continent européen risquant de perdre 400 millions d'habitants d'ici à 2100 ». Le pic pourrait être atteint en 2043, avant que la population mondiale ne retombe à environ 4 milliards d’habitants en 2100. Et ce, bien sûr, sans prendre en compte les éventuelles guerres et pandémies meurtrières...

    Si l’Europe sera bientôt submergée, ce ne sera pas par la montée des eaux, mais par celle des peuples. Le continent européen est donc appelé à voir fondre sa population pendant que celles des autres continents ne cessera d’augmenter. On peut même dire que la catastrophe démographique est certaine pour le « Vieux Continent ». Au total, 61% de la population mondiale vit déjà en Asie. L'Inde, proche des 1,4 milliard d'habitants, dépassera officiellement la Chine dès 2023. L'Afrique est appelée à être le continent connaissant l'évolution la plus forte, sa population devant doubler d'ici à 2050. Huit pays devraient surtout, selon l'ONU, concentrer la croissance démographique future : République démocratique du Congo, Égypte, Éthiopie, Inde, Nigeria, Pakistan, Philippines et Tanzanie. Ainsi, à la fin de ce siècle, les trois villes les plus peuplées au monde seront africaines : Lagos au Nigeria, Kinshasa, en République démocratique du Congo, et Dar Es Salaam, en Tanzanie. Aujourd’hui, en Europe et en Amérique du Nord, on compte 1,4 enfant par femme en moyenne, 1,9 en Asie et 1,8 en Amérique latine. L’Afrique, elle, compte un peu plus de quatre enfants par femme. Moralité : la pression démographique africaine sur l'Europe, que l'on ressent déjà avec les flots d'immigrés clandestins actuels, ne pourra aller que s'accentuant. La deuxième partie du 21e siècle sera sans doute celle de l'effondrement de l'Occident et de l'Asie, puis de l'omniprésence de l'Afrique.

    La démographie est la clé de l’avenir. Celui de l’Europe comme du monde, et plus largement de l’espèce humaine. Si l'inéluctable question migratoire posée par l'évolution de la démographie mondiale n'est pas posée, hors de tout pathos et de toute idéologie, la peur risque de l'emporter sur la raison. Comme le soulignait récemment Gilles Pisonauteur de L’Atlas de la population mondiale, pour Vatican News, « les politiques sont impuissants face aux courbes démographiques. La fécondité ne se décrète pas en conseil des ministres. » Son conseil aux jeunes ? Faites autant d’enfants que vous le souhaitez, mais enseignez-leur à être plus respectueux de l’environnement et plus économes en ressources. En effet, « la vraie question, celle dont dépend la survie de l’espèce humaine à terme, est finalement moins celle du nombre que celle des modes de vie ».

    Pour aller plus loin :

    8 milliards d'habitants sur Terre, sommes-nous trop nombreux ?

    >>> Lire l'article sur Vatican News

  • La vraie histoire de saint Nicolas

    IMPRIMER

    De C NEWS via ce site :

    Saint Nicolas, fêté le 6 décembre

    Aymeric Pourbaix et ses invités Véronique Jacquier et l’abbé Amar, prêtre du diocèse de Versailles.
     


     

  • Ukraine : volte-face du Pape François

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Ukraine. La volte-face du Pape François. En soutien à la lutte armée d’un peuple martyr

    Infatigable, le Pape François continue à se positionner comme médiateur pour la paix. Mais sa dernière proposition de négociation, lancée il y a une semaine dans une interview accordée à l’hebdomadaire des jésuites de New York « America Magazine », a suscité une réaction de Moscou pour le moins brutale.

    « Ce n’est même plus de la russophobie, c’est une perversion de la vérité » : c’est par ces mots que la porte-parole des affaires étrangères russes, Maria Zakharova, a accueilli les arguments du Pape. L’ambassadeur russe près le Saint-Siège, Alexander Avdeev, a également fait part de son « indignation » face aux « insinuations » papales. Et enfin, le ministre des affaires étrangères en personne, Sergueï Lavrov, n’a pas hésiter à qualifier les déclarations du Pape de « non chrétiennes ». En ajoutant : « Le Vatican a dit que cela ne se répétera plus et qu’il s’agit probablement d’un malentendu, mais ça n’aide pas à augmenter l’autorité de l’État pontifical ».

    Ce qui a déclenché l’ire de Moscou, c’est un passage de l’interview où le Pape déclare avoir « beaucoup d’informations sur la cruauté des troupes » envoyées pour agresser l’Ukraine, avec la précision malheureuse que « généralement, les plus cruels sont peut-être ceux qui viennent de Russie, mais pas de la tradition russe, comme les Tchétchènes, les Bouriates, et ainsi de suite ». Donc non plus seulement les « mercenaires », comme le Pape l’avait déjà dénoncé à plusieurs reprises, mais également les troupes régulières d’ethnies particulières, dont les chefs, avec en tête le Tchétchène Ramzan Kadyrov, ont également vigoureusement protesté.

    Il n’en demeure pas moins – erreurs de communication mises à part, même si elles sont bien trop fréquentes – que dernièrement, ce que le Pape François dit et pense sur la guerre en Ukraine a beaucoup changé.

    Il faut faire remonter cette volte-face à la rencontre que le Pape a eue au Vatican le 7 novembre avec l’archevêque majeur de l’Église grecque-catholique ukrainienne, Sviatoslav Shevchuk (photo). Et elle s’est principalement matérialisée dans cette « Lettre du Saint-Père au peuple ukrainien » diffusée le 24 novembre, que Mgr Shevchuk lui-même avait demandé au Pape François d’écrire, et qui est très proche quant au style et au contenu aux messages que le chef des grecs-catholiques ukrainiens adresse à ses fidèles.

    Lire la suite

  • Succès de la mobilisation pro-vie à La Valette

    IMPRIMER

    Du Times of Malta (Giulia Magri) :

    Des milliers de personnes se rassemblent à La Valette pour protester contre la réforme de la loi sur l'avortement

    Les manifestants ont défilé de Castille jusqu'au palais de justice, pour protester contre les projets du gouvernement.

    4 décembre 2022

    Des milliers de manifestants, hostiles aux amendements proposés à la loi sur l'avortement à Malte, se sont rassemblés à La Valette dimanche après-midi, répondant à l'appel des organisateurs pro-vie.

    Les militants se sont rassemblés autour d'une grande affiche d'un nouveau-né qui a été étalée dans les escaliers menant à Castille, le bureau du Premier ministre. Les manifestants ont également déployé des drapeaux maltais et des posters de nouveau-nés sur la place.

    Les officiers de police supervisant l'événement ont refusé de fournir une estimation de la taille de la foule, qui semblait se compter par milliers, remplissant la place Castille et se répandant dans les rues voisines. Les organisateurs ont déclaré qu'ils pensaient qu'environ 20 000 personnes avaient assisté à l'événement.   

    Des hommes et des femmes, jeunes et vieux, ont été vus portant des pancartes roses et blanches disant "Zomm l-abort l'barra minn Malta" (Maintenez l'avortement hors de Malte), "Ipproteġu lil uliedna" (protégez nos enfants) et "Jien m'għandix vuċi" (Je n'ai pas de voix). La foule a scandé " le għall-abort, iva għall-ħajja " (non à l'avortement, oui à la vie) en défilant de Castille à la rue de la République et vers le palais de justice. 

    La manifestation était organisée par la Life Network Foundation, en collaboration avec Doctors for Life et I See Life.  

    Participants et orateurs

    L'ancienne présidente Marie-Louise Coleiro Preca a pris la tête de la manifestation, marchant aux côtés des organisateurs derrière une bannière sur laquelle on pouvait lire "L-emenda tal-gvern iddaħħal l-abort" (L'amendement du gouvernement introduira l'avortement).

    Parmi les participants se trouvaient l'archevêque Charles Scicluna et le leader du parti nationaliste Bernard Grech, qui plus tôt dimanche a exhorté les députés travaillistes à s'élever contre les plans du gouvernement. 

    Pendant que les manifestants défilaient, des bénévoles se promenaient avec des panniers, sollicitant des dons. Un organisateur a déclaré à la foule que l'argent collecté serait utilisé pour financer leur campagne anti-avortement. 

    Diverses chansons pop ont été diffusées par un système de haut-parleurs installé pour l'événement. Parmi les morceaux choisis, on trouve " Life is Life " d'Opus et " Don't You Want Me Baby " de The Human League. 

    Les discours ont été précédés d'une minute de silence à la mémoire de Bernice Cassar, une mère de deux enfants assassinée il y a deux semaines, et de Jean-Paul Sofia, un ouvrier de 20 ans mort dans l'effondrement d'un chantier de construction samedi. 

    Coleiro Preca a déclaré à la foule qu'elle souhaitait que l'amendement proposé soit modifié pour apaiser les esprits. "Le manque de clarté de cet amendement me préoccupe, ainsi que beaucoup d'autres personnes", a-t-elle déclaré. "Il ne nous rassure pas sur le fait que l'avortement n'entrera pas dans notre pays". La question, a-t-elle dit, dépasse les clivages politiques ou religieux, et mérite une discussion sérieuse et mature. "Nous appelons le gouvernement à rencontrer des experts, des organisations civiles, à discuter avec les parties prenantes et à prendre note du document de position", a déclaré Mme Coleiro Preca, faisant référence à un document de position publié par un groupe d'universitaires et approuvé par elle-même et un ensemble d'ONG. L'ancienne présidente a également exhorté les médias à faire preuve d'"éthique" dans leurs reportages et à refléter "les droits de la mère et de l'enfant qui n'ont pas voix au chapitre".

    Dans un appel vidéo, le juge à la retraite Giovanni Bonello a déclaré que la nouvelle loi ouvrirait la porte à "l'avortement sur demande". Les femmes, les médecins et les infirmières sont déjà protégés par la loi dans sa forme actuelle, a-t-il fait valoir. "Aucune infirmière, aucun médecin, aucune femme n'a été poursuivi en justice parce que la grossesse a été interrompue pour sauvegarder la vie de la mère", a déclaré M. Bonello.

    S'exprimant au nom du groupe I See Life, Maria Formosa a déclaré qu'ils étaient là pour défendre les enfants à naître. "Avec un avortement, vous perdez toujours une vie", a-t-elle déclaré. "Nous savons qu'il y a des femmes qui souffrent de nombreux problèmes, des problèmes de santé et des problèmes sociaux, mais l'avortement n'est pas la réponse. La réponse est de fournir le bon soutien."

    Miriam Sciberras, leader de la Fondation Life Network et organisatrice de la manifestation, a conclu les discours. "A quelques jours de Noël, cet amendement a été présenté, pour tuer un bébé, sans aucune forme de discussion", a-t-elle déclaré. Les amendements présentés par le gouvernement sont remplis de mots "vagues" et "peu clairs", a-t-elle dit, et ne font aucune mention de la vie des enfants à naître. "Ce n'est pas une porte ou une fenêtre vers l'avortement, mais une route vers l'avortement", a-t-elle déclaré. "Nous sauvegardons tant de minorités, tant de lois pour protéger les animaux, l'environnement, les lois protègent les œufs de tortue- mais nous ne soutenons pas la vie dans un utérus ?". Miriam Sciberras a demandé si la loi était adoptée à la hâte par le Parlement parce qu'Andrea Prudente, une femme dont la situation difficile a incité les législateurs à rédiger les amendements, poursuit maintenant le gouvernement. 

    Elle a demandé aux députés de représenter les préoccupations de la population et a déclaré que la Fondation Life Network envisagerait d'intenter une action en justice si les amendements étaient imposés par le Parlement. Mme Sciberras a également annoncé que la Fondation organiserait une veillée le mercredi 7 décembre à 18 heures devant le Parlement. Les personnes qui y assisteront devront apporter des bougies rouges, a-t-elle précisé. 

    Pourquoi les manifestants protestent-ils ?

    Un projet de loi qui rendra l'avortement légal lorsque la vie d'une femme enceinte est en danger ou que sa santé est "gravement menacée" est actuellement en discussion au Parlement. Les amendements, annoncés pour la première fois le mois dernier, visent à libérer les médecins et les femmes enceintes de la menace de poursuites pénales en cas d'interruption de grossesse pour des raisons de santé. 

    Malte est le seul pays de l'UE à interdire totalement l'avortement et, en vertu du code pénal maltais, toute personne qui cherche à avorter ou aide à le faire est passible d'une peine de 18 mois à trois ans de prison.

    Le Premier ministre Robert Abela a déclaré qu'il reviendrait à chaque médecin de décider si la santé ou la vie d'une femme est "gravement menacée". 

    Alors que le gouvernement a fait valoir que les amendements sont destinés à protéger les médecins et les mères dans des cas extrêmes - et rares - les critiques affirment que la formulation des amendements est si vague qu'elle conduira à l'introduction de l'avortement dans la loi.  

    Ils affirment que le gouvernement se hâte d'adopter les changements juridiques sans débat public et craignent que la formulation des amendements ne permette d'obtenir un avortement pour des raisons futiles ou sur la base d'un diagnostic de santé mentale. 

    Outre le mouvement pro-vie, l'Église et l'opposition s'opposent à la réforme. 44 autres organisations, plus de 80 universitaires et 450 médecins s'opposent également aux changements juridiques proposés par le gouvernement.