Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

environnement

  • Trop nombreux sur la Terre ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    Sommes-nous trop nombreux sur Terre ?

    Sommes-nous irrémédiablement trop nombreux sur la planète bleue ? La Terre a atteint le cap symbolique des 8 milliards d’habitants en novembre dernier, selon les estimations des Nations-Unies. La population mondiale est ainsi passée de 1 milliard en 1800 à 2 milliards en 1900, avant de littéralement exploser au XXe siècle. Avec elle, l’activité humaine et ses conséquences sur la planète ont aussi augmenté de façon exponentielle : besoin de répondre aux besoins alimentaires, pollution, émissions de gaz à effet de serre… Depuis les années 1960, on alerte quant à la future « bombe démographique ». Le cap des 7 milliards d'habitants avait été atteint en 2011. Pour l’instant, les démographes de l’ONU estiment que la population humaine va se stabiliser autour de 10,5 milliards d’habitants entre 2050 et 2100.

    Mais les projections des Nations-Unies sont régulièrement révisées à la baisse. En effet, déjà, la population mondiale croît à un rythme plus lent, et ce depuis les années 1950. Les pays développés connaissent une chute importante du taux de fécondité, qui s'établit à 2,3 enfants par femme à l'échelle mondiale. Pour l'instant, en tout cas. En effet, dans vingt ans, l’humanité devrait commencer à voir sa population décroître : la concentration moyenne de spermatozoïdes a été réduite de moitié entre 1973 et 2018, passant de 100 M/ml à 49 M/ml. Une baisse rapide qui pourrait tout simplement menacer à terme l’avenir de l’humanité. Le seuil des 15 M/ml, celui de la stérilité, pourrait être atteint à l'horizon 2040. Les différentes causes : la pollution, l'évolution des modes de vie, mais aussi les perturbateurs endocriniens. « La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les vingt prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement », soulignait ainsi James Pomeroy, économiste chez HSBC, dans une étude parue le 22 août dernier. « Au rythme où vont les choses, la population mondiale aura diminué de moitié avant 2070, le continent européen risquant de perdre 400 millions d'habitants d'ici à 2100 ». Le pic pourrait être atteint en 2043, avant que la population mondiale ne retombe à environ 4 milliards d’habitants en 2100. Et ce, bien sûr, sans prendre en compte les éventuelles guerres et pandémies meurtrières...

    Si l’Europe sera bientôt submergée, ce ne sera pas par la montée des eaux, mais par celle des peuples. Le continent européen est donc appelé à voir fondre sa population pendant que celles des autres continents ne cessera d’augmenter. On peut même dire que la catastrophe démographique est certaine pour le « Vieux Continent ». Au total, 61% de la population mondiale vit déjà en Asie. L'Inde, proche des 1,4 milliard d'habitants, dépassera officiellement la Chine dès 2023. L'Afrique est appelée à être le continent connaissant l'évolution la plus forte, sa population devant doubler d'ici à 2050. Huit pays devraient surtout, selon l'ONU, concentrer la croissance démographique future : République démocratique du Congo, Égypte, Éthiopie, Inde, Nigeria, Pakistan, Philippines et Tanzanie. Ainsi, à la fin de ce siècle, les trois villes les plus peuplées au monde seront africaines : Lagos au Nigeria, Kinshasa, en République démocratique du Congo, et Dar Es Salaam, en Tanzanie. Aujourd’hui, en Europe et en Amérique du Nord, on compte 1,4 enfant par femme en moyenne, 1,9 en Asie et 1,8 en Amérique latine. L’Afrique, elle, compte un peu plus de quatre enfants par femme. Moralité : la pression démographique africaine sur l'Europe, que l'on ressent déjà avec les flots d'immigrés clandestins actuels, ne pourra aller que s'accentuant. La deuxième partie du 21e siècle sera sans doute celle de l'effondrement de l'Occident et de l'Asie, puis de l'omniprésence de l'Afrique.

    La démographie est la clé de l’avenir. Celui de l’Europe comme du monde, et plus largement de l’espèce humaine. Si l'inéluctable question migratoire posée par l'évolution de la démographie mondiale n'est pas posée, hors de tout pathos et de toute idéologie, la peur risque de l'emporter sur la raison. Comme le soulignait récemment Gilles Pisonauteur de L’Atlas de la population mondiale, pour Vatican News, « les politiques sont impuissants face aux courbes démographiques. La fécondité ne se décrète pas en conseil des ministres. » Son conseil aux jeunes ? Faites autant d’enfants que vous le souhaitez, mais enseignez-leur à être plus respectueux de l’environnement et plus économes en ressources. En effet, « la vraie question, celle dont dépend la survie de l’espèce humaine à terme, est finalement moins celle du nombre que celle des modes de vie ».

    Pour aller plus loin :

    8 milliards d'habitants sur Terre, sommes-nous trop nombreux ?

    >>> Lire l'article sur Vatican News

  • Le Dieu Pan est de retour. Rites, morale et doctrine de la nouvelle religion de la nature

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Le Dieu Pan est de retour. Rites, morale et doctrine de la nouvelle religion de la nature

    Que l’Église catholique subisse, voire soutienne l’avènement d’une nouvelle religion de la nature, avec comme symbole le dieu Pan, n’a rien d’une théorie bizarre. C’est au contraire la thèse, soutenue par des arguments convaincants, de la philosophe française Chantal Delsol dans son dernier essai : « La fin de la Chrétienté », disponible depuis quelques jours en librairie y compris en Italie, aux éditions Cantagalli.

    Delsol ne craint pas une islamisation de l’Europe. Les musulmans européens eux-mêmes sont chamboulés par le changement culturel en cours. « Certainement – écrit-elle dans ‘Le Figaro’ où elle est éditorialiste – les fondements du judéo-christianisme se sont effondrés. Le premier étant la foi en l’existence de la vérité, qui nous vient des Grecs. Puis l’idée du temps linéaire, qui historiquement nous a donné l’idée du progrès, c’est pourquoi on revient au temps cyclique avec l’annonce de catastrophes apocalyptiques. Enfin, c’est la foi dans la dignité substantielle de l’être humain qui est effacée pour faire place à une dignité conférée depuis l’extérieur, sociale et non plus substantielle, comme c’était le cas avant le christianisme. »

    La religion qui émerge est une nouvelle forme de paganisme, avec la nature au centre, sacralisée. Dans le bref extrait de son livre que nous reproduisons ci-dessous, Delsol explique cette mutation, qui n’a plus l’Église mais l’État comme officiant. Les seuls qui pourront encore conserver ce qui reste de la véritable foi chrétienne ne pourront être que des minorités, espérons-le créatives, faites de témoins, d’« agents secrets » de Dieu.

    Delsol n’est pas la seule voix qui s’élève en France pour analyser la mutation culturelle qui traverse et bouleverse le christianisme aujourd’hui. Il est surprenant que dans un pays dans lequel les baptisés ne représentent déjà plus que moins de la moitié de la population et où la pratique catholique s’est effondrée, il y ait un intérêt à ce point extraordinaire pour de telles questions chez des intellectuels et des écrivains, y compris non-croyants.

    Fin octobre dernier, « Le Figaro » organisait à Paris un dialogue de haut vol entre le philosophe catholique Pierre Manent et l’écrivain Alain Finkielkraut, membre de l’Académie française, republié dans son intégralité en Italie par le journal « Il Foglio » du 2 novembre sous le titre : « È morto il tuo Dio, Europa ? Una religione civile ha soppiantato di Dio di Pascal ». Dans ce dialogue, les deux érudits s’accordent avec Delsol pour situer la mutation actuelle du christianisme dans une religion simplement naturelle, humanitaire, dont l’Église s’est rendue complice par sa reddition.

    Lire la suite

  • Un retour à l'abstinence du vendredi pour lutter contre le réchauffement climatique ?

    IMPRIMER

    De Marguerite de Lasa sur le site du journal La Croix :

    Pas de viande le vendredi pour les catholiques, un geste pour le climat ?

    Explication

    Selon une étude publiée le 1er novembre par des chercheurs britanniques, les catholiques pourraient contribuer à la baisse des émissions mondiales de gaz à effet de serre en évitant de manger de la viande le vendredi. Des résultats qui questionnent le sens spirituel de l’abstinence.

    02/11/2022 à 10:26

    Le « maigre » du vendredi pourrait-il devenir un nouveau geste Laudato si’ ? Selon une étude publiée le 1er novembre par des chercheurs de l’université de Cambridge, les catholiques pourraient contribuer à la baisse des émissions mondiales de gaz à effet de serre en reprenant l’habitude de ne plus manger de viande le vendredi. Autrefois, ne pas manger de viande le vendredi, jour de la mort du Christ, s’inscrivait dans une démarche de pénitence.

    Shaun Larcom, chercheur en économie de l’agriculture à l’université de Cambridge et coordonnateur de l’étude, a ainsi estimé dans un communiqué qu’avec plus de 1 milliard de fidèles dans le monde, l’Église catholique était « très bien placée » pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

    « Une source majeure et peu chère de réduction des émissions »

    Dans cette étude, les chercheurs ont évalué l’impact d’un appel lancé en 2011 par les évêques catholiques d’Angleterre et du pays de Galles aux fidèles pour qu’ils s’abstiennent de manger de la viande le vendredi. Si seulement un quart d’entre eux environ ont changé leurs habitudes alimentaires, cela a néanmoins permis d’économiser 55 000 tonnes de carbone par an, selon l’étude, soit le nombre d’émissions évitées si 82 000 personnes de moins prenaient un vol Londres-New York en une année.

    « Si le pape réinstaurait l’obligation de ne pas manger de viande le vendredi au niveau mondial, cela constituerait une source majeure et peu chère de réduction des émissions » de gaz à effet de serre, et cela « même si une minorité de catholiques se pliaient à l’injonction », a ainsi déclaré Shaun Larcom.

    La formulation de cette étude interroge toutefois sur le sens de l’abstinence. Peut-on considérer une pratique spirituelle comme un outil de lutte contre le réchauffement climatique ? Pour Xavier Gravend-Tirole, théologien, aumônier dans les hautes écoles en Suisse et cofondateur du mouvement Détox’ la terre (1), si l’abstinence a de fait un impact positif sur le climat, ce n’est pas pour autant le fondement de la démarche. « En tant que chrétiens, nous cherchons d’abord une connexion à Dieu », souligne-t-il. Et ce faisant, pour lui, l’abstinence réinterroge effectivement notre rapport à la création.

    « De quoi ai-je réellement faim ? »

    « Jeûner, c’est reprendre contact avec son désir intérieur et se demander “de quoi ai-je réellement faim ?” », explique-t-il. « C’est aussi reconnaître que tout ce qui nous permet de vivre dans la nature est don de Dieu. » Par cette pratique, nous prenons ainsi conscience que nous sommes « reliés avec l’ensemble de la création, jusque dans ce que nous mangeons ».

    La conversion écologique commence ainsi, selon lui « par la prise de conscience de cette interdépendance dans cette grande famille du vivant dans laquelle nous sommes investis, engagés ». Et cette prise de conscience, appelle, de fait, au soin de la création.

    Pour autant, quitte à se passer de viande, le théologien recommande plutôt une alimentation végétarienne, plus respectueuse de l’environnement que la consommation de poisson qui, autrefois, se substituait à la viande le vendredi. S’il reconnaît aussi que la régularité peut aider, il est critique du formalisme de la règle : « Faut-il que tous les catholiques sur terre adoptent la même régularité, de la même manière ? », interroge-t-il. D’autant que, rappelle-t-il, « ce n’est pas dans les pays pauvres que l’on mange de la viande à chaque repas ». Davantage qu’une injonction à ne plus manger de viande, Xavier Gravend-Tirole préfère donc parler d’un « appel », partant de « l’amour pour la création ».

    L’obligation du « maigre » le vendredi a été supprimée en janvier 1967. Les évêques français l’avaient décidé à la suite de la parution, quelques mois plus tôt, de la Constitution apostolique Paenitemini. Dans un souci de « réduire le formalisme de la pratique des œuvres de pénitence », lors des conférences épiscopales, le pape Paul VI y conférait la possibilité de « remplacer, pour des raisons valables, les jours de jeûne et d’abstinence par d’autres formes de pénitence, et surtout par des œuvres de charité».

  • Qui se préoccupe du long terme aujourd’hui ?

    IMPRIMER

    D'Olivier Bonnassies sur La Sélection du Jour :

    LE PROBLÈME DE LA DÉMOCRATIE

    « La démocratie est basée sur la vertu » disait Montesquieu dans son analyse des régimes politiques (De l’Esprit des lois, chapitre IV). Il expliquait que ce régime politique « plus fragile » requiert un civisme particulier, une « vertu politique » qui est « un renoncement à soi-même » en ce sens que les citoyens doivent « accorder plus d’importance à l’intérêt général et à la nation qu’à (leur) propre intérêt » en ayant toujours, chevillé au corps, « l’amour des lois et de la patrie ».

    On en est loin aujourd’hui ! Depuis plusieurs décennies, dans la plupart des grandes démocraties occidentales, notre génération a cédé à la facilité. Ce penchant a été facilité par l’évolution des marchés financiers qui ont permis de vivre à crédit, en empruntant des sommes gigantesques qui plombent l’avenir de nos enfants comme jamais : qui pourra rembourser cela ?

    Les peuples réclament toujours plus d’assistance de l’État, alors que, contrairement au sentiment général, la prospérité, la santé, l'hygiène, le confort, les loisirs et la qualité de la vie n’ont jamais atteint les niveaux d’aujourd’hui. Mais l'État est atteint de paralysie évolutive. À la moindre tentative de réforme, il se heurte à une opposition multiforme dans la rue, qui gagne habituellement quand elle a le soutien complaisant des médias.

    Les hommes politiques ont pris l’habitude de flatter ces exigences ou de se coucher devant elles. La dernière campagne présidentielle en France a été l’occasion d’une surenchère surréaliste sur le thème de la hausse du pouvoir d’achat. Trois mois plus tard, Emmanuel Macron change radicalement de discours : ce serait aujourd’hui « la fin de l’abondance » et le temps de la« sobriété ». Le paysage aurait-il radicalement évolué en trois mois ? Ou nous aurait-on menti ?

    En réalité, dans le fonctionnement actuel de nos démocraties l’horizon est au mieux à 5 ans et on ne pense qu’au court terme. Les hommes politiques, leurs entourages, leurs partis, ne sont attentifs qu’aux sondages et ne prennent leurs décisions qu’en fonction de l’opinion publique ; ils ne cherchent qu’à être bien vus dans l’instant ; ils n’ont en tête que leur indice sur les baromètres de popularité en vue de leur réélection (quand ils sont élus !). Et plus on approche des élections plus la démagogie s’en donne à cœur joie : on ne pense qu’au très court terme et les réseaux sociaux, qui s’enflamment vite, aggravent les choses.

    Dans ce contexte, tous les problèmes de long terme sont négligés : la natalité, la politique familiale, l’éducation, l’écologie, la démographie, l’immigration, l’islamisme, les banlieues et les zones de non droit, la partition du pays, la technologie, l’industrie, les retraites et le montant de la dette ne semblent intéresser personne. Évidemment, avec ce type de comportement, les nuages s’accumulent : tous les clignotants passent au rouge et nous nous préparons à une crise sociale et économique inouïe.

    Où serait le remède ? Comment retrouver la « vertu », le sens du « renoncement à soi-même » et la vision longue qui nous manquent tant ?

    Dans le passé, des hommes politiques ont fait ce choix du bien commun contre la popularité. Ce fut le cas, notamment, de Gerhard Schröder, qui, sans être un exemple de moralité personnelle (vie compliquée !), a sauvé l’Allemagne, ou du moins sa prospérité économique, au début des années 2000, en mettant en place « l’agenda 2010 ». Ce paquet de réformes très impopulaires a provoqué la colère de son électorat, une chute de la popularité du chancelier et une lourde défaite électorale, qui l’a contraint à quitter la politique. Mais dix ans après, tout le monde reconnait que la prospérité allemande du début du XXIème siècle lui doit beaucoup.

    Certains peuples peuvent aussi avoir des comportements responsables. C’est le cas parfois en Suisse, où, par référendum, le peuple a été capable de dire « non » à plus de vacances et à davantage de congés payés (2012), « non » à la limitation du salaire des patrons (2013), « non » à une hausse du SMIC à 3 240 euros (2014) et « non » à l’abolition de la redevance audiovisuelle (2018). Mais qui peut imaginer cela ailleurs ?

    Dans l’Ancien Régime, même si cela n’empêchait pas les banqueroutes, les rois savaient que leurs enfants auraient à gérer l’avenir et cela conduisait naturellement à prendre en compte l’intérêt des générations futures. C’est ainsi que Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) a fait l’effort – sans aucun gain de court terme évidemment – de faire planter des forêts de chênes qui ont assuré le bois nécessaire au développement de la marine française et qui ont contribué à la prospérité de la France dans les siècles suivants. Il l'a fait parce que c’était essentiel pour l’avenir de la nation et tout le monde le comprenait à l'époque. Mais qui se préoccupe du long terme aujourd’hui ?

    Pour aller plus loin :

    Les chênes français et le trésor de Colbert

    >>> Lire l'article sur : Le Monde

  • Réchauffement climatique ou échauffement des esprits?

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Snyers :

    Réchauffement climatique ou échauffement des esprits?
     
    Aucun doute: le réchauffement climatique échauffe les esprits. Il devient en effet impossible d'écouter un JT sans entendre parler de ce fichu réchauffement répété comme un mantra. Tout récemment sur RTL TVI, un climatologue est allé jusqu'à dire que les pics de chaleur de 40 dégrés que nous connaissons cet été, seront de 50 degrés dans dix ans. Dix degrés de plus en 10 ans! A ce tarif là, pourquoi pas 20 degrés de plus dans 20 ans, 30 dans 30 ans et 60 dans 60 ans; c'est à dire des canicules jusqu'à 100 degrés en 2082? Plus sérieusement, d'après une étude du magazine Futura science, publiée en 2020, ce n'est pas seulement notre terre mais tout notre système solaire qui se réchauffe. Mars, Vénus, Jupiter ou Uranus... autant de planètes qui subissent à peu près le même sort que le nôtre. L'activité humaine aurait-elle des conséquences sur le climat de celles-là aussi? Hum... En écrivant ces lignes, je ne nie évidemment pas qu'il faille lutter contre la polution produite par les industries, par les émissions de gaz ou par les ondes. Lutter oui, parce que cette pollution engendre des maladies et autres méfaits dont nous sommes victimes, mais à mon sens, pas pour espérer faire baisser nos thermomètres.  N'en déplaise aux idéologues du GIEC et à tous les puissants à leur service, prêts à nous culpabiliser afin de nous taxer davantage et de nous vendre leurs produits, je suis de ceux qui pensent que notre terre n'a jamais cessé de se réfauffer et de se refroidir et que notre taux de CO2, incomparablement plus élevé au temps des dinosaures qu'aujourd'hui, n'a strictement rien d'unique dans l'histoire. De plus, si l'on en croit un certain nombre de scientifiques de renom, qui se basent entre autres sur la diminution des taches solaires qu'ils prévoient effectives dans une quizaine d'années, nos tee-shirts d'aujourd'hui pourraient bien faire place à des pulls à col roulé et nos actuelles sandales à des bottines fourrées. Cela dit, une question demeure: comment refroidir les esprits échauffés par le climat étrange et déroutant de notre société?...
  • Le "jour du dépassement" : une réalité ou une fiction ?

    IMPRIMER

    De Stanislas de Larminat sur la Sélection du Jour :

    28 juillet 2022 - jour du dépassement : réalité ou fiction ?

    La presse s’en est fait largement l’écho : l’humanité aurait commencé, le 28 juillet, à consommer 70% d’une seconde planète qui serait, parait-il, nécessaire à l’humanité pour survivre durablement !

    Dit autrement, l’humanité aurait besoin de 1,7 planète pour vivre ! Que diable ! Mais, comment fait-on le calcul des besoins de l’humanité ? Cet indicateur a été élaboré par Mathis Wackernagel, président de Global Footprint Network et par William Rees, son ancien professeur. Tous les deux ont développé le concept d’empreinte écologique, Footprint en anglais. L’indicateur du « jour du dépassement » calcule le rapport entre ce que les auteurs appellent la capacité biologique de la planète avec la dite « empreinte écologique » de l’humanité. Ces deux quantités seraient, disent les auteurs, évaluées en « hectares globaux ». Une date étant plus évocatrice que le pourcentage de ce rapport, Mathis Wackernagel a imaginé de l’appliquer au nombre de jours d’une année. En 2022, ce prétendu jour du dépassement tombe le 28 juillet !

    Mais ce raisonnement, apparemment simple, ne dit rien du concept d’« hectares globaux ». Les auteurs parlent de coefficient d’équivalence pour pouvoir additionner, par exemple des hectares de terre arables sur lesquelles l’homme produit du blé et des hectares d’océans dans lesquels il prélève des sardines. Un agronome est en droit de s’interroger sur la pertinence de ces coefficients, dont l’origine reste, au demeurant, totalement opaque. À ces « hectares globaux » sont ajoutés des « sols énergétiques » que leurs auteurs appellent des « hectares fictifs » permettant d’absorber le CO2 provenant de la combustion d’énergie fossile.

    Ce concept de jour du dépassement souffre d’un amalgame et d’une lacune grave. L'amalgame consiste à ne mesurer, en fait, que les émissions de gaz à effet de serre : les « surfaces fictives » sont, en effet, fondées sur l’idée que les travaux du GIEC seraient un acquis de la science et qu’il faudrait planter des forêts pour stocker le CO2 émis à partir des ressources fossiles. Or, on sait que les modèles du GIEC ne retiennent que 150 ans d’observations climatiques. Ces modèles ne prennent pas en compte les variations de l’activité magnétique du Soleil qui ont un impact sur les quantités de rayons cosmiques atteignant notre planète et contribuant à la formation des nuages. Ces impacts sont cycliques et expliquent les périodes chaudes romaines, médiévales et contemporaines. Les surfaces de sols énergétiques représenteraient 52% du total ce qui est à la fois considérable et déconnecté du réel. Curieusement, l’énergie nucléaire est incluse dans l’empreinte énergie et comptabilisée comme équivalente à la combustion fossile. « Convention très discutable », commentent laconiquement les auteurs ! Il ne faut donc pas s’étonner que la planète supplémentaire, dont l’humanité aurait besoin, soit une planète de forêts considérée comme un puits de carbone ! L’outil contribue donc à entretenir l’alarmisme climatique.

    Lire la suite

  • En finir avec les véhicules thermiques : un suicide européen ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    La fin des véhicules thermiques, un suicide européen

    C’est sans doute l’équivalent automobile du concept de lâcher la proie pour l’ombre. Et ce par pure idéologie. Déjà, en 2015, le Dieselgate initié par l’Agence Américaine de protection de l’Environnement (EPA) portait un premier coup de boutoir à l’industrie automobile européenne. Vu d'outre-Atlantique, les procès et affaires sont toujours une façon efficace de s’attaquer aux concurrents vous faisant de l’ombre. Mais l’approbation par le parlement européen de la proposition de Bruxelles de réduire à zéro les émissions des automobiles neuves à partir de 2035 devrait être bien pire encore.

    Dans seulement treize ans, seuls les véhicules électriques seront autorisés à la vente sur le Vieux continent, au nom de la réduction de la consommation d’énergies fossiles. Soit, mais est-ce bien raisonnable tant en termes d’économie que d’écologie ? "On ne se base pas sur une décision technologique, mais politique, a pour sa part dénoncé Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA). On demande à une filière européenne n°1 mondial, facteur de souveraineté, où l’on maîtrise toute la chaine de valeur, d’arrêter presque du jour au lendemain"précisait-il récemment sur l’antenne de Sud Radio. Le premier impact de cette décision européenne sera sur l’emploi : l’industrie automobile européenne produit 7% du PIB et emploie 10% de de la main d’œuvre manufacturière. Ce sont 100 000 emplois qui sont directement menacés au sein de la filière industrielle française.

    À cela s’ajoute, surtout, le remplacement d’une dépendance aux producteurs de pétroles par une dépendance minière. "Aujourd’hui, on ne fabrique pas de batteries en France. On a lancé trois gigafactories, mais pour l’instant, elles sont importées de Chine, rappelle Luc Châtel. En termes de souveraineté, nous allons devenir dépendants de la Chine, de la Russie, du Congo, du Cameroun sur l’extraction des métaux rares." Non seulement l’extraction du lithium est tout sauf respectueuse de l’environnement, mais en plus la Chine a littéralement fait main basse sur les gisements à travers le monde, en sus de ceux présents sur son propre territoire. Or les métaux rares et semi rares sont très concentrés à la surface du globe. La moitié des réserves de cobalt se trouve en RDC. Brésil, Chine et Turquie possèdent les deux tiers des réserves de graphite, l’Argentine et le Chili les trois quarts des réserves de lithium…

    Cette décision européenne ouvre aussi un boulevard aux marques automobiles chinoises à bas prix. En effet, le prix de vente moyen – et la marge pour le constructeur – d’un véhicule électrique est actuellement trop élevé pour le commun des clients. En arrêtant de produire des véhicules thermiques, les constructeurs européens vont ainsi laisser le champ libre aux marques chinoises et à leurs petits modèles. Des véhicules produits en Chine, majoritairement à partir d’énergie générée par… des centrales à charbon ! "Grâce au boulevard que nous venons de leur offrir, ce sont près de 80 labels chinois qui pourraient, à relativement brève échéance, débarquer sur l’Ancien continent !", soulignait une tribune récemment publiée par Capital.

    Dans quelques années, y aura-t-il assez de clients pour acheter des voitures électriques coûtant 50% plus cher que les thermiques, accessoirement très rentables pour les marques, qui gagnent plus en vendant moins de véhicules ? Disposera-t-on d’assez de bornes de recharge pour tant de voitures ? Et, dans le nouveau contexte d’économie de guerre engendré par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, disposera-t-on seulement d’assez d’électricité décarbonée pour les faire rouler ? En 2030, après une décennie à marche forcée vers le tout électrique, il sera de toutes façons trop tard pour faire marche arrière.

    Pour aller plus loin :

    La fin du thermique en Europe ouvre un boulevard aux marques chinoises

    >>> Lire l'article sur Capital

  • Les investissements financiers du Saint-Siège ne pourront plus contredire les principes fondamentaux de l'enseignement catholique

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency (Hannah Brockhaus) :

    Une nouvelle politique pour les investissements financiers du Saint-Siège et de l’État du Vatican stipule que les investissements du Vatican ne peuvent pas contredire l'enseignement catholique

    19 juillet 2022

    Une réglementation du Vatican publiée mardi indique que les investissements financiers du Saint-Siège ne peuvent pas contredire l'enseignement catholique.

    La réglementation stipule que les investissements du Vatican doivent "être alignés sur les enseignements de l'Église catholique, avec des exclusions spécifiques pour les investissements financiers qui contredisent ses principes fondamentaux, tels que le caractère sacré de la vie ou la dignité de l'être humain ou le bien commun."

    Les lignes directrices précisent également que les investissements du Saint-Siège et des entités connexes doivent viser à contribuer à un monde plus juste et plus durable et à générer un rendement suffisant de manière durable.

    La politique, qui poursuit la réforme des finances du Vatican engagée par le pape François, entre en vigueur le 1er septembre.

    Les investissements seront effectués par l'intermédiaire d'APSA, le gestionnaire du trésor et de la fortune souveraine du Saint-Siège, et supervisés par un comité d'éthique composé de quatre professionnels de la finance et dirigé par le cardinal Kevin Farrell.

    Selon la nouvelle politique pour les investissements financiers du Saint-Siège et de l’État du Vatican, le Vatican et les entités apparentées ne peuvent pas investir dans des produits et des technologies liés à "la pornographie et la prostitution, les jeux d'argent, l'industrie de l'armement et de la défense, les centres de santé favorables à l'avortement et les laboratoires ou sociétés pharmaceutiques qui fabriquent des produits contraceptifs et/ou travaillent avec des cellules souches embryonnaires".

    Les industries qui, selon la politique, doivent être évitées pour les investissements, mais ne sont pas interdites, comprennent le pétrole et les mines, l'énergie nucléaire et les boissons alcoolisées.

    Les entités du Vatican disposeront d'un délai de grâce d'un an pour se défaire des investissements existants qui ne sont pas conformes aux nouvelles politiques.

    En avril 2021, une émission d'investigation italienne a accusé le trésor du Vatican d'avoir investi 20 millions d'euros (environ 24 millions de dollars à l'époque) dans plusieurs sociétés pharmaceutiques impliquées dans la fabrication de la "pilule du lendemain".

    Selon la politique, les investissements doivent être évalués pour s'assurer qu'ils sont conformes aux principes de la doctrine sociale de l'Église catholique sur la dignité humaine, le bien commun - y compris la destination universelle des biens - la subsidiarité et la solidarité.

    Les directives excluent également les investissements conçus pour être spéculatifs ou relevant d'une stratégie spéculative "à moins qu'ils ne soient nécessaires à l'efficacité des opérations d'investissement ou à la couverture des risques."

    "La décision d'investir dans un endroit plutôt qu'un autre... est toujours un choix moral et culturel", indique la politique.

    Les investissements seront approuvés par un comité de surveillance, qui a été formé le mois dernier après près de deux ans de travail.

    Le 7 juin, le cardinal Kevin Farrell a été nommé président du nouveau comité de surveillance, un organe établi par la nouvelle constitution du Vatican, Praedicate evangelium.

    Farrell, 74 ans, dirigera un comité composé de quatre professionnels des finances : John J. Zona, directeur des investissements du Boston College ; Jean Pierre Casey, fondateur et gestionnaire de RegHedge ; Giovanni Christian Michael Gay, directeur général de Union Investment Privatfonds GmbH ; et David Harris, gestionnaire de portefeuille de Skagen Funds.

    Depuis 2020, le cardinal irlando-américain dirige également un comité chargé de surveiller les décisions financières internes du Vatican qui échappent aux autres normes de responsabilité.

    Selon les statuts du comité, publiés le 19 juillet, les membres sont nommés par le pape François pour un mandat de cinq ans, avec possibilité de reconduction pour un second mandat.

  • Hiver démographique ou surpopulation ? Les nouvelles projections de l'ONU

    IMPRIMER

    Du site d'Alliance Vita :

    Hiver démographique ou surpopulation ? L’ONU publie ses nouvelles projections.

    19/07/2022

    Dans un rapport publié début juillet, l’ONU met à jour ses projections démographiques pour le monde. Ce rapport est la vingt septième édition des estimations officielles et des projections publiées par l’ONU depuis 1951. Le rapport comporte trois grands volets :

    • Une description des tendances démographiques depuis 1950 et les projections les plus probables d’ici 2050,
    • Une évaluation des principaux facteurs de la démographie -fertilité, mortalité, immigration -,
    • Des projections démographiques sur 2100 associées à des probabilités.

    Le cap des 8 milliards d’habitants sera atteint le 15 novembre 2022, et la croissance de la population ralentit.

    Selon ce rapport, la population mondiale devrait atteindre 8 milliards le 15 novembre prochain. Selon les termes des auteurs , “les dernières projections suggèrent que la population mondiale pourrait croître à 8.5 Mds en 2030, 9.7 Mds en 2050 et 10.4 Mds en 2100”. En 2020, la croissance de la population est passée sous la barre de 1% pour la première fois depuis 1950.

    Les deux grands facteurs expliquant les tendances démographiques – la fécondité et la mortalité – font l’objet de projections. Ainsi, l’espérance de vie à la naissance n’a cessé d’augmenter, passant à 72.9 ans en 2019, une hausse de presque 9 ans comparé à 1990. L’espérance de vie serait de 77.2 ans en moyenne en 2050. L’espérance de vie à la naissance reste plus élevée, quelles que soient les régions, pour les femmes. En moyenne, leur espérance dépasse celle des hommes de 5.4 années. L’indice de fécondité est estimé à 2.3 naissances par femme en 2021, une forte baisse comparée à son niveau de 5 en 1950. Il pourrait se situer à 2.1 en 2050. Les tendances démographiques actuelles expliquent la projection pour 2050. Selon le rapport, les politiques mises en œuvre dans certains pays pour réduire l’indice de fécondité impacteront davantage la seconde partie du 21° siècle.

    Les tendances démographiques différent fortement en fonction des régions.

    L’Asie, au total, est la région la plus peuplée, avec 4.4 milliards d’habitants soit 55% de la population. La Chine et l’Inde sont bien sûr les deux pays les plus peuplés. La population de l’Inde devrait dépasser celle de la Chine dès 2023. La moitié au moins de la hausse attendue d’ici 2050 devrait se concentrer sur 8 pays : la République Démocratique du Congo (RDC), l’Egypte, l’Ethiopie, l’Inde, le Nigéria, le Pakistan, les Philippines et la Tanzanie. Le rapport indique que l’Europe et l’Amérique du Nord verraient leur population décliner à partir de la fin des années 2030. La population chinoise devrait entamer sa baisse dès 2023. Le revirement de la politique chinoise, avec un soutien annoncé pour un troisième enfant en mai 2021, ne suffira sans doute pas à enrayer le vieillissement enclenché par des années de politique coercitive imposant une faible natalité. Au total, 61 pays devraient être touchés par une baisse de leur population d’ici 2050, avec parfois des pourcentages élevés. Ainsi la Bulgarie, la Lituanie ou la Serbie, entre autres, verraient leur population décroître de plus de 20%.

    Lire la suite

  • Il parait qu'avoir des enfants nuit à l'environnement...

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur la Sélection du Jour :

    LES FAMILLES NOMBREUSES POLLUENT-ELLES LA PLANÈTE ?

    Désormais, il parait qu'avoir des enfants nuit à l'environnement. Les familles nombreuses s'étaient, à la longue, habituées aux critiques et aux regards parfois acerbes de celles et ceux qui n’ont pas fait ce choix. Mais voilà qu'on leur reproche maintenant leur inconscience, leur égoïsme : elles ne pensent pas aux générations futures. Elle accélèrent le suicide de notre planète, elles exposent un être innocent à un avenir atroce sur une planète inéluctablement brûlante. Peut-être est-ce pour cela que l’on voit, dans les grandes métropoles, de plus en plus de jeunes couples préférant avoir un chien plutôt qu’un enfant. À tel point qu'apparaissent même des poussettes à chien, des psychologues pour chien… Quand l’Espérance n’est pas au rendez-vous, la peur de la fin du monde devient environnementale. Ainsi, avoir des enfants contribuerait à polluer la planète : un enfant génère 58,3 tonnes de dioxyde de carbone par an, selon une étude menée par des chercheurs de l’université suédoise de Lund. Oui, on mesure le degré de pollution d’un enfant comme on pourrait le faire d’une voiture ou d’un smartphone… Quelle étrange vision de l’être humain, notamment à naître !

    Faut-il limiter les naissances pour sauver la planète ? C’est ce que défendait récemment l’essayiste et prospectiviste Antoine Bueno dans un débat avec le philosophe et père d’une famille nombreuse Fabrice Hadjadj, dans les colonnes du Figaro Magazine. Pour Antoine Bueno, reprenant une vieille antienne de l’écologie extrême, c’est le cas. Il va jusqu’à parler de "comportement écocidaire" Fonder une famille nombreuse doit selon lui être considéré comme un comportement d’indifférence ou d’inconscience écologique. On retrouve là un discours prôné depuis des décennies par certains militants écologistes extrêmes, tels Yves Cochet. Le contrôle total des naissances à la chinoise n'est jamais loin derrière un tel discours. Pourtant, l’impact écologique de l’humanité dépend en fait à la fois du nombre d’habitants et de leur mode de vie. Et, comme le rappelait le philosophe dans cet échange, "la vie peut-elle se ramener à des problèmes techniques ? Est-ce une atteinte contre l’environnement de fonder une famille nombreuse ?"

    Après les Dinks ("Double income, no kids", "deux revenus, pas d’enfants") si appréciés des banquiers, place désormais aux Ginks, pour "Green inclinations, no kids " (souci écologique, pas d’enfants). On connaissait déjà la honte de prendre l'avion, voici donc celle d'engendrer. Pour sauver la planète, dans un monde entre guerre, violence et réchauffement climatique, certains jeunes gens ne veulent tout simplement pas avoir d’enfants. Ils contribuent au passage au vieillissement de la population dans leur pays, et amplifient les conséquences du grand défi migratoire auquel est désormais confronté la "vieille" Europe face à la jeune Afrique.

    Le meilleur moyen pour réduire son empreinte carbone est-il vraiment d’avoir moins d'enfants ou de ne pas en avoir du tout ? Posée ainsi, la question peut sembler absurde. Cette réification de l’enfant à naître est en soi aussi inhumaine que désespérée. Pourtant, cette petite musique de la dénatalité se diffuse peu à peu. Jusqu’à l’AFP qui, dans une infographie diffusée il y a quelques mois de cela, citait une étude de l'"Environnemental Research Letters" soulignant le fait d' "avoir un enfant en moins" comme la mesure la plus efficace pour réduire son empreinte carbone. En 1798, Thomas Malthus publiait son Essai sur le principe de la population. Il y expliquait que la population allait augmenter plus vite que les ressources disponibles. Au fond, rien de nouveau sous le (chaud) soleil… Ce malthusianisme revu à la sauce environnementaliste d’un nouveau siècle en revient aux mêmes solutions que celles proposées alors par le prêtre anglican : limiter les naissances en arrêtant d'aider les plus pauvres, afin de ne pas encourager leur reproduction. Demain, avec une population mondiale estimée à 9 milliards de personnes en 2050, puis 11 milliards en 2100, en viendra-t-on à imposer un contrôle démographique à l’échelle mondiale, un planning familial planétaire au nom de La Défense de l’environnement ? Qui sait ?

    Pour aller plus loin : Fabrice Hadjadj, apologie de la maternité et de la paternité

  • Le Saint-Siège adhère à la Convention sur le climat et à l'Accord de Paris : un déraillement ?

    IMPRIMER

    Communiqué sur l'adhésion du Saint-Siège à la Convention sur le climat et à l'Accord de Paris, 08.07.2022

    source

    Le 6 juillet 2022, Son Excellence l'Archevêque Gabriele Giordano Caccia, Observateur permanent auprès des Nations Unies, a déposé auprès du Secrétaire général des Nations Unies l'instrument par lequel le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l'État de la Cité du Vatican, accède à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). À la date la plus proche possible, compte tenu des exigences juridiques de l'Accord de Paris, le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l'État de la Cité du Vatican, déposera l'instrument d'adhésion à ce dernier.

    Avec le présent instrument, ainsi qu'avec le suivant, auxquels il a joint une déclaration, le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l'État de la Cité du Vatican, entend contribuer et apporter son soutien moral aux efforts de tous les États pour coopérer, conformément à leurs responsabilités communes mais différenciées et à leurs capacités respectives, à une réponse efficace et appropriée aux défis que le changement climatique pose à l'humanité et à notre maison commune. Ces défis ont "une pertinence non seulement environnementale, mais aussi éthique, sociale, économique et politique, affectant avant tout la vie des plus pauvres et des plus fragiles. Ils font ainsi appel à notre responsabilité de promouvoir, à travers un engagement collectif et conjoint, une culture de la sollicitude, qui place au centre la dignité humaine et le bien commun" (Pape François, Vidéo-Message pour le Sommet Ambition Climat, 12 décembre 2020).

    Dans ce concours, le Saint-Siège rappelle l'appel urgent du pape François "pour un nouveau dialogue sur la façon dont nous façonnons l'avenir de notre planète. Nous avons besoin d'une conversation qui inclut tout le monde, car le défi environnemental que nous subissons, et ses racines humaines, nous concernent et nous affectent tous" (Lettre encyclique Laudato si' sur le soin de notre maison commune, § 14).

    En répondant à la question "Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui viennent après nous, aux enfants qui grandissent maintenant ?" (Laudato si', n. 160), le Saint-Siège souhaite que la Convention et l'Accord de Paris contribuent à promouvoir "une remarquable convergence sur l'urgente nécessité d'un changement de direction, une volonté décisive de passer de la "culture du jetable" qui prévaut dans nos sociétés à une "culture du soin" pour notre maison commune et ses habitants, maintenant et à l'avenir [...] L'humanité possède les moyens d'effectuer ce changement, qui demande une véritable conversion, tant individuelle que communautaire, et une volonté décisive de s'engager sur cette voie. Il s'agira de passer à un modèle de développement plus intégral et intégrateur, fondé sur la solidarité et la responsabilité" (Message du Pape François à la COP26 de la CCNUCC, 29 octobre 2021). Ce sont deux valeurs fondamentales qui doivent être à la base de la mise en œuvre de la Convention et de l'Accord de Paris, et qui continueront à guider les efforts du Saint-Siège dans ce processus.

    Life Site commente :

    ... Cependant, comme LifeSiteNews l'a déjà rapporté, les défenseurs de la vie ont remarqué depuis longtemps que l'Accord de 2015 comprend un programme sous-jacent visant à promouvoir l'avortement, la contraception et la stérilisation comme moyens nécessaires pour contrôler la population et minimiser la consommation humaine et l'utilisation des ressources de la terre. La façon dont ces choses sont imposées aux pays les plus pauvres en les liant aux fonds et aux ressources désirés le manifeste clairement.

  • La justification de l’avortement est incompatible avec une écologie cohérente

    IMPRIMER

    De Tugdual Derville sur aleteia.org :

    Repenser l’avortement dans une perspective écologique globale

    30/06/22

    Devant l’indignation soulevée en France par le renversement de l’arrêt Roe V. Wade, notamment par les écologistes, notre chroniqueur Tugdual Derville, co-initiateur du Courant pour une écologie humaine, appelle à reconsidérer l’appel du pape François en faveur d’une écologie cohérente, "incompatible avec la justification de l’avortement" (LS, 120).

    Dès sa parution en juin 2015, Laudato si’fut très largement… louée ! L’onde de sympathie d’un texte papal très attendu se propagea dans les milieux écologiques, au-delà des cercles chrétiens. Une des nombreuses éditions françaises était même préfacée par Nicolas Hulot. L’encyclique était saluée, certes, mais fut-elle vraiment comprise et accueillie en totalité ? On peut en douter en mesurant l’onde de choc que le renversement de l’arrêt Roe v. Wade, par la Cour suprême des États-Unis a provoqué en France, notamment chez les écologistes.

    Reconnaissons que le lecteur d’un nouveau texte doctrinal a le choix entre deux stratégies : la première, confortable, consiste à ne retenir que ce qui conforte ses points de vue ou ses modes de vie. Cette lecture n’est pas inutile, mais comporte un risque : l’instrumentalisation auto-justificatrice de la doctrine. Nous mettons volontiers en exergue ce qui nous justifie. La seconde façon de lire, complémentaire, est plus décapante, mais s’avère plus féconde : chacun tentera de se nourrir de ce qui le dérange, l’ébranle, l’incite à changer d’attitude ou de comportement. La conversion écologique n’est-elle pas, pour chacun, dans la reconnaissance que « tout est lié » ?

     

    Lire la suite sur aleteia.org