Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le bel optimisme du cardinal Hollerich

IMPRIMER

La praxis pastorale va-t-elle prendre le pas sur l'orthodoxie doctrinale ? C'est ce que l'on peut penser à la lecture des propos qui suivent.

Une interview du cardinal Hollerich par Hugues Lefèvre est parue sur "El Debate" :

Cardinal Hollerich : "Il ne s'agit pas de construire une sous-culture chrétienne, ou une Eglise fermée sur elle-même".

Jean-Claude Hollerich est le rapporteur du Synode sur la Synodalité, il a passé 23 ans comme missionnaire au Japon et a maintenant, à la demande du Saint Père, la tâche de rassembler les différentes sensibilités au sein de l'Eglise afin que la communion de Dieu puisse émerger.

16/01/2023

Le cardinal Jean-Claude Hollerich est progressivement devenu une figure centrale du pontificat du pape François, qui l'a choisi pour assumer le rôle de rapporteur du synode sur la synodalité.

L'homme, qui a passé 23 ans comme missionnaire au Japon, met également en garde contre le bouleversement anthropologique à venir : un tsunami auquel l'Église doit savoir s'adapter si elle ne veut pas disparaître.

Êtes-vous satisfait du travail accompli jusqu'à présent par le Synode ?

-Je suis tout à fait satisfait. Il s'agit d'un résumé honnête de ce que les gens ont dit et de ce que les conférences épiscopales ont déjà synthétisé. Il ne s'agit pas d'un document théologique qui positionne l'Église. Naturellement, nous trouvons des points communs, mais aussi des différences entre les pays et les continents.

Vous avez dit que vous n'aviez aucune idée de l'instrument de travail qu'il faudrait rédiger. Les choses se précisent-elles pour vous ?

-J'en sais un peu plus, mais il y a encore du chemin à parcourir. Cela dépendra également du travail des assemblées continentales. Mais nous pouvons déjà nous réjouir car il s'agit de la plus grande participation que nous ayons jamais eue dans l'Église. Il y a eu 112 conférences sur 114. C'est presque un miracle !

Il y a des gens qui sont revenus à l'Église, des gens qui s'étaient éloignés, des gens qui ont retrouvé leur confiance dans l'Église.
Cardinal Hollerich

Êtes-vous surpris ?

-Oui, les Eglises orientales ont également toutes répondu. C'est une bonne chose. Maintenant, nous devons écouter ce que les gens ont dit. Cela ne signifie pas nécessairement que nous devons tout exécuter. Nous devons écouter, réfléchir, prier, discerner.

-En un an, l'Église catholique a-t-elle déjà changé à vos yeux ?

-Je pense que oui. Il y a des gens qui sont revenus dans l'Église, des gens qui s'étaient éloignés, qui ont repris confiance. Et je tiens à souligner qu'il s'agit de personnes très diverses, des deux côtés, de la "gauche" et de la "droite".

En Europe, l'exercice de la synodalité semble être quelque chose de nouveau, comment l'expliquez-vous ?

-Rome fait partie de l'Europe. Lorsque le Saint-Siège ne veut pas que les évêques soient trop actifs, cela a des conséquences. Aujourd'hui, le Saint-Siège souhaite que les évêques soient plus actifs. D'autre part, en Europe, nous avons des conférences épiscopales nationales très fortes et nous pouvons sentir la fierté de chaque Église.

Si nous marchons sans regarder le Christ, alors c'est un accident de train !
Cardinal Hollerich

Peut-on faire un parallèle avec l'Union européenne qui, sur certains points, n'a pas réussi à faire l'unité entre l'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest ?

-Nous avons les mêmes tensions, c'est vrai. Mais nous devons éviter de regarder les différences. Nous devons regarder ce que nous avons en commun : où le Christ nous appelle-t-il à être l'Église en Europe ?

D'autre part, il faut noter que même au sein des Églises particulières, il existe des tensions. Nous devons éviter de parler des tensions comme d'une catastrophe. Nous devons même comprendre qu'ils peuvent être fructueux.

Mais certains disent qu'il y a des tensions qui menacent la communion de l'Église aujourd'hui ?

-J'aime cette image : l'Église est le peuple de Dieu en voyage avec le Christ. Sur ce chemin, il y en a qui vont vite et d'autres un peu plus lentement, certains marchent à gauche et d'autres à droite. C'est normal. L'essentiel est que chacun regarde vers Jésus. Et vous remarquerez que si je suis du côté droit de la route et que je regarde Jésus, je verrai aussi ceux qui sont à gauche. Et quand je serai à gauche et que je regarderai Jésus, je verrai les gens à droite, et je dois les inclure dans mon amour pour Jésus, sans jamais douter de leur fidélité au Christ. Si nous marchons sans regarder vers le Christ, alors c'est un accident de train !

Parfois, j'ai l'impression que le bateau coule et que nous nous disputons pour savoir quel cap il aurait dû prendre.
Cardinal Hollerich

Sentez-vous dans ce Synode que le lieu de la prière est présent, que les regards sont tournés vers le Christ ?

-Je pense que oui. Je pense que dans une Église plus synodale, le Saint-Esprit aura une place beaucoup plus grande. De cette façon, nous corrigeons une particularité occidentale, dans laquelle l'Église est très christocentrique - ce qui est bien - mais dans laquelle nous avons un peu oublié l'Esprit Saint.

Le Synode sur la synodalité, qui se veut une communion, ne va-t-il pas plutôt mettre en lumière les divisions ?

-Du point de vue de Dieu, la communion est là, à travers les sacrements de l'Église. Mais nous devons aussi avoir cette communion dans nos esprits et dans nos manières d'agir. Nous avons le droit d'être en désaccord. Mais il s'agit de comprendre l'autre, sans le juger.

Comment concilier des positions aussi différentes sur des questions aussi sensibles que la pastorale des homosexuels ou l'ordination des femmes ?

-Je ne sais pas si nous pouvons tout réconcilier immédiatement. Le Saint-Esprit agit dans le temps. Nous ne pouvons pas faire de miracles. Je voudrais être neutre, écouter tout le monde, mettre de côté mes propres positions, car je crois que la responsabilité que j'ai reçue du Saint-Père implique cette ouverture.

La récente position des évêques flamands sur la pastorale des homosexuels ne risque-t-elle pas d'alourdir les débats entre épiscopats ?

-Bien sûr. Mais tant que nous parlons de soins pastoraux, les possibilités sont nombreuses. En Europe, nous n'avons pas la même culture ecclésiastique. Mais l'Église doit vivre dans une culture. Cela ne signifie pas qu'elle dépende totalement de la culture ; non, nous ne pouvons pas tout accepter. Mais il y a une inculturation du message de l'Évangile qui a toujours un double sens : l'Évangile interpelle la culture, mais la culture agit aussi sur l'Évangile.

Les vocations et la pratique religieuse diminuent en Europe. Un nouveau départ est-il possible ?

-Nous sommes dans une Église vieillissante en Europe. Partout, même à l'Est, où les fidèles sont plus nombreux, on constate un déclin important. Nous devrions en parler. Parfois, j'ai l'impression que le bateau coule et que nous nous disputons sur la direction qu'il aurait dû prendre. Cette phase continentale est l'occasion de se concentrer sur la mission de l'Église : proclamer le Christ mort et ressuscité pour nous.

Dans cette crise, nous devons marcher humblement avec notre Dieu, en proclamant l'Évangile dans un langage que le monde peut comprendre. Il ne s'agit pas de construire une sous-culture chrétienne, une Église fermée sur elle-même.

Le monde à venir est un monde dont nous ne savons encore presque rien. Nous devons donc prier
Cardinal Hollerich

Comment avez-vous reçu la note du Saint-Siège demandant aux Allemands de ne pas créer de nouvelles structures et de ne pas changer de doctrine ?

-La note dit aussi que l'Église allemande doit remettre le résultat de son voyage synodal au Synode universel. Il s'agit d'une contribution parmi tant d'autres. Ce qui est important dans cette note, c'est le rappel que toutes les Églises particulières et toutes les Conférences épiscopales doivent savoir marcher ensemble.

Donc, ce n'était pas le cas ?

-Lorsque le parcours synodal allemand a commencé, j'ai regretté que les pays voisins n'aient pas été invités à participer ensemble à ce processus. Si nous l'avions fait, cela aurait été moins radical. Je comprends les évêques allemands : les affaires d'abus sexuels font d'énormes dégâts en Allemagne. La crédibilité de l'Église a été perdue et je vois que les évêques veulent réagir.

Ne craignez-vous pas que cette consultation ait suscité des attentes chez certaines personnes - ordination d'hommes mariés, changement de la morale sexuelle, femmes diacres - qui seront finalement déçues ?

-Ce que nous devons faire, c'est maintenir le dialogue. Nous reconnaissons les attentes et nous devons continuer à dialoguer avec les gens. Sinon, ils auront des attentes frustrées et ce serait pire que de ne pas avoir demandé. C'est un dialogue sincère, presque de cœur à cœur, que nous devons entretenir.

Le défi de ce Synode est de faire résonner le "flair du peuple de Dieu", le fameux Sensus Fidei. Quels sont les instruments pour discerner ce qui vient de la prière et ce qui vient du monde ?

-Pour le discernement, je pense que c'est la familiarité avec Dieu qui peut nous aider à voir clair. De même, lorsque nous étudions une synthèse, nous regardons l'universalité, s'il y a des points qui émergent de partout. Je pense que ce sont des points qui doivent être considérés comme prioritaires. Le monde à venir est un monde dont nous ne savons encore presque rien. Nous devons donc prier.

Qu'est-ce que vous entendez par ce monde à venir ?

-Nous devons être plus conscients des grands changements culturels qui ont lieu. C'est comme un barrage qui s'ouvre lentement.
Ces terribles bouleversements sont de nature anthropologique. Transhumanisme, intelligence artificielle ? Nous n'en sommes qu'au début. "Qu'est-ce que la vie ? Qu'est-ce que la personne humaine ? Ce sont les questions qui seront posées.

Face à la lente disparition du catholicisme en Europe, nous devons éviter deux tendances. L'une d'elles consisterait à dire : "Le monde est faux et nous devons nous fermer complètement". Dans cette perspective, nous suffoquerons, nous n'aurons plus d'air et l'Église disparaîtra. L'autre tentation est de dire : "Oui, accueillons tout". Mais dans ce cas, il n'y aura plus d'identité ecclésiastique. Il y a un besoin urgent de discerner la présence de Dieu dans le monde qui est en train de naître.

Le Saint-Esprit nous montrera le chemin pour savoir où aller.
Cardinal Hollerich

Comment pouvez-vous en être sûr ?

-Lorsque je suis arrivé au Japon, avec le peu de japonais que je connaissais, je me suis demandé comment je pouvais annoncer le Christ. J'ai passé de nombreuses heures dans la chapelle à dire à Jésus : "Tu es présent. Mais montre-moi où tu es, où tu travailles déjà, pour que je puisse te proclamer". C'est la même chose que nous devons faire aujourd'hui : ne pas avoir peur du monde, mais découvrir la présence de Dieu dans ce monde.

Pensez-vous que les débats actuels dans l'Église ne sont pas les bons ?

-Je pense que oui. Mais cela ne doit pas détourner l'attention des personnes homosexuelles ou divorcées et remariées. Nous devons avoir une réponse.

J'ai fait trois grands voyages avec une centaine de jeunes en Thaïlande, où nous avons vécu avec des villageois, aidé à construire des églises, des chapelles, etc. Certains de ces jeunes étaient homosexuels, d'autres venaient de familles "compliquées". Ils sont venus me parler et j'ai réagi comme un père. Je comprends quand le Pape dit que personne ne doit être exclu. Je crois qu'à long terme, l'Esprit Saint nous montrera le chemin pour savoir où aller.

La situation de l'homosexualité a-t-elle changé avec le pontificat du pape François ?

-Je pense qu'il a fait bouger les lignes parce que François ne pense pas de manière dogmatique. Il pense de manière pastorale. Ce n'est plus une Église qui défend avec lui un système de vérité. C'est le Christ et l'Évangile qui vont à tous. Et cela change la perspective. Je suis parfaitement à l'aise avec ça.

Commentaires

  • Ecouter, dialoguer... Il vient un moment où l'Eglise doit prendre position clairement. Tout ce que dit ce cardinal est du "en même temps".

  • En bref, le cardinal nous dit : l'Eglise ne doit plus enseigner, elle doit écouter les fidèles et s'ajuster. l'Eglise ne doit plus être une référence, elle doit se laisser conduire. Remarquez qu'il ne parle pas de ce qui est bien ou mal selon le dessein de Dieu : l'essentiel pour lui c'est l'écoute, le dialogue et la prise en compte du point de vue de chacun. Et pire, on colle le nom de l'Esprit Saint à ce processus de perdition.

    Dans 100 ans, le synode sur la synodalité abolira les 10 commandements.

  • Je le cite :
    " des gens sont revenus à l'Église". Pas chez nous en tout cas, faudra nous passer la recette.
    " j'ai parfois l'impression que le bateau coule", je vous rassure Votre Éminence, ce n'est pas qu'une impression.

  • Qu'attend Mgr Hollerich pour rejoindre l'Eglise anglicane ou protestante libérale? Plutôt que de miner l'Eglise catholique de l'intérieur et de bafouer 2000 ans de tradition, ne serait-il pas plus transparent qu'avec de multiples autres évêques et cardinaux, il rejoignent ceux qui pensent comme lui?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel