Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Au rythme de l'année liturgique - Page 7

  • Hymne en l'honneur de la Sainte Vierge (saint Pierre Damien)

    IMPRIMER

    HYMNE EN L'HONNEUR DE LA SAINTE VIERGE (source)

    (Composée par saint Pierre Damien.)

    Que toute la terre soit en jubilation, que les astres retentissent de nos chants, et qu'un double chœur, au ciel et sur la terre, répète l'épithalame de la Vierge.

    Cette Vierge que remplit le Verbe, devient la Porte du Paradis ; elle a rendu Dieu au monde, elle nous a ouvert les cieux.

    Heureuse Mère! affranchie de la loi d'Eve, elle a conçu sans le secours de l'homme, enfanté sans gémissement.

    Sein de Marie, riche trésor ! Il a porté le prix du monde, ce prix glorieux de notre rachat, à nous qu'il a dégagés d'une dette accablante.

    Le Fils du Père repose en elle, l'Esprit-Saint la couvre de son ombre ; les très pures entrailles de la Vierge sont devenues le ciel.

    Louange soit à vous, Très-Haut, né d'une Vierge ; ineffable honneur soit au Père et au Saint-Esprit.

    Amen.

  • O Clavis David (20 décembre)

    IMPRIMER

    Les antiennes O de l'Avent (voir ICI)

    20 décembre

    O Clavis David, et sceptrum domus Israël ; qui aperis et nemo claudit ; claudis et nemo aperit : veni et educ vinctum de domo carceris, sedentem in tenebris et umbra mortis.

    O Clé de David, ô Sceptre d’Israël, tu ouvres et nul ne fermera, tu fermes et nul n’ouvrira : Viens, Seigneur, et arrache les captifs établis dans les ténèbres et la nuit de la mort.

  • Saint Dominique de Silos (20 décembre)

    IMPRIMER

    De Marie-Christine Lafon sur le site de Famille Chrétienne :

    Saint Dominique de Silos - Père parmi ses frères

    "Señor ! Dom Domingo est ici. - Un saint vient à nous, quelle aubaine !" Ferdinand le Grand, roi de Castille et d'Aragon, s'empresse d'accueillir dans son palais celui qu'il considère comme un envoyé de Dieu. Mais ce dernier demande au monarque de se retirer dans un ermitage hors de Burgos, loin des fastes et des honneurs de la Cour. Permission accordée.

    En cette fin 1040, qu'est-ce qui amène Domingo chez le roi de Castille où, semble-t-il, sa réputation de sainteté l'a précédé ? L'exil. Parce que l'abbé bénédictin de San Millan (près de Nájera, en Navarre) osa refuser humblement une somme exorbitante au gouverneur pris par les nécessités de la guerre.

    Après quelques semaines de vie solitaire, le moine fugitif se voit offrir un abbatiat par son protecteur.

    Silos. Au coeur de la Vieille-Castille, entre Burgos et Osma, un site montagneux et austère à plus de 980 mètres d'altitude, où l'air est pur et l'hiver sévère. Le monastère Saint-Sébastien, probablement fondé au VIe siècle et ruiné par les guerres arabes, est quasi abandonné. Lorsque Domingo, la quarantaine, y arrive en janvier 1041, une poignée de moines y végètent tristement. Lorsqu'il y meurt, parmi ses nombreux fils, en décembre 1073, l'abbaye - qui portera désormais son nom - est fervente.

    Tout d'abord, l'abbé y rétablit la louange divine jour et nuit. Puis il y ouvre un atelier d'écriture - bientôt très réputé - où les moines copient de magnifiques manuscrits. En outre, le bon père fait libérer quantité d'esclaves détenus chez les Maures : il devient l'un des hommes les plus populaires d'Espagne.

    Domingo entrera dans l'Histoire de l'art en faisant ciseler à Silos le joyau le plus original dans son style : un cloître à deux étages dont les colonnes sont surmontées de merveilleux chapiteaux et accompagnées de lumineux bas-reliefs. Dans ce cloître, les pèlerins d'Emmaüs côtoient Jessé, le Déposement de Croix fait écho à la Cène, les rois de l'Ancien Testament tutoient Joseph, le Cénacle voisine avec l'arche de Noé, et l'on met sa main dans le côté du Ressuscité avec l'apôtre Thomas, etc. Un ensemble magnifiquement et évangéliquement orchestré, qui donne une joyeuse catéchèse à Ciel ouvert.

  • Hymne pour le temps de l'Avent (saint Ambroise)

    IMPRIMER

    HYMNE POUR LE TEMPS DE  L’AVENT (source)

    (Composée par saint Ambroise; elle est  au Bréviaire Ambrosien, au IV° Dimanche de l’Avent.)

    C’est un mystère de l'Eglise, c'est une Hymne  que nous chantons au Verbe du Père, devenu le fils d'une Vierge.

    Seule entre toutes les femmes, vous avez été choisie dans le monde, et jugée digne de porter le Seigneur en vos saintes entrailles.

    Ce mystère est grand ! A Marie seule le privilège de voir naître de son sein le Dieu qui a créé toutes choses.

    Vraiment vous êtes pleine de grâce, et votre gloire demeure à jamais ; car de vous est né le Christ par qui toutes choses furent faites.

    Peuples, implorons la Vierge Mère de Dieu, afin qu'elle nous obtienne à tous paix et indulgence.

    Gloire à vous, Seigneur , qui êtes né de la Vierge ; gloire au Père et au Saint-Esprit, dans les siècles sans fin.

    Amen.

  • 19 décembre : O radix Jesse

    IMPRIMER

    Les antiennes O de l’Avent (source)

    Par Monique Brulinthéologienne, Professeur honoraire à l’ICP

    Avec les antiennes des Vêpres qui se chantent au Magnificat dans les sept jours qui précèdent Noël, du 17 au 23 décembre, la liturgie de l’Avent atteint sa plénitude. Ces antiennes, que l’Eglise romaine chantait déjà avec une grande solennité au temps de Charlemagne, commencent toutes par l’interjection O : O Sagesse, O Adonaï et Chef de la maison d’Israël, O Rameau de Jessé, O Clé de David, O Soleil de justice, O Roi des nations, O Emmanuel.

    Elles donnent lieu à une forme originale d’énoncé des noms divins inspirés des Saintes Ecritures dans l’admirable articulation du Premier et du Nouveau Testament. Vers l’an 830, Amalaire de Metz faisait remarquer à propos de ces grandes antiennes que les ô marquent l’admiration et introduisent dans l’ordre de la vision et du regard, plus que dans celui de la narration et de l’exhortation (De Ordine Antiphonarii, ch. 13). L’horizon qu’elles laissent apercevoir ouvre sur une dimension eschatologique, celle de la nouvelle venue du Seigneur. Leur Veni est porteur de toute l’espérance actuelle de l’Eglise.

    Les fidèles de l’époque baroque seront très sensibles à cette attente vibrante si proche de leur ethos. Comme l’observait un commentateur du XVIIe siècle, ce sont « des exclamations en forme de désir » auxquelles l’âme fidèle doit se disposer et qui prendront tout leur effet à partir « des actes de vertu, de foi, d’espérance, du double amour de Dieu et du prochain ».

    « Il n’y a guère de chrétien qui ne se sente touché d’une piété plus particulière dans ces saints jours, et lorsqu’il voit cette union de toute l’Eglise, les ministres de Dieu dans le chœur, les âmes religieuses dans leur solitude ; les laïcs de toute condition et de tout sexe dans les églises ; enfin tous les fidèles occupés d’un même désir, faire retentir les mêmes voix, réitérer si souvent les mêmes prières ; il éprouve en lui-même que son cœur s’attendrit et que les désirs si ardents des âmes saintes, attirent la grâce de Dieu sur les autres, qui les fait aussi désirer comme elles. Le zèle des parfaits en donne aux imparfaits et ces derniers se trouvant heureusement mêlés avec les premiers, ils se sentent échauffés par le feu des autres. » (Les ô de l’Avent selon l’usage de Paris et de Rome avec l’office de Noël, Paris, 2e édition, 1690).

    Ces antiennes inspireront bien des musiciens – notamment, Marc-Antoine Charpentier. Elles ont été l’objet, dans l’ancienne France, d’un investissement de piété populaire en des cérémonies où, dans certains villages, on pouvait faire participer les enfants.

    Comme le faisait observer Dom Guéranger, « l’instant choisi pour faire entendre cet appel à la charité du Fils de Dieu est l’heure des Vêpres, parce que c’est sur le Soir du monde (vergente mundi vespere) que le Messie et venu. » On chante ces antiennes à Magnificat pour marquer que le Sauveur que nous attendons nous vient par Marie.

    O Radix Jesse, qui stas in signum populorum, super quem continebunt reges os suum, quem gentes deprecabuntur : veni ad liberandum nos, jam noli tardare.

    O Rameau de Jessé, étendard dressé à la face des nations, les rois sont muets devant toi tandis que les peuples t’appellent : Viens, Seigneur, délivre-nous, ne tarde plus.

  • Ave Maria : offertoire grégorien du 4e dimanche de l’Avent

    IMPRIMER

    « Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum :

    * Benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui.

    I) Quomodo in me fiet hoc, quae virum non cognosco ?

    Spiritus Domini superveniet in te et virtus Altissimi obumbrabit tibi.

    II) Ideoque, quod nascetur ex te Sanctum, vocabitur Filius Dei.

    * Benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui.

     

    Salut Marie, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi :

    Tu es bénie parmi toutes les femmes et le fruit de ton sein est béni.

    I) Comment cela se fera-t-il en moi qui ne connais point d’homme ?

    L’Esprit du Seigneur descendra sur toi et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre.

    II) C'est pourquoi, celui qui naîtra de toi sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.

     

    Tout commence par le mot de l'ange Gabriel : « Je te salue, Marie ». Au lieu que d'y trouver une expression assurée, – pensez : un ange est d'une nature bien supérieure à celle des hommes – le grégorien nous offre au contraire un Ave interminable, presque hésitant. Faut-il, comme Fabrice Hadjadj, voir dans cette guirlande mélodique le bégaiement d'un ange troublé ?

    Il y aurait de quoi car cette annonce constitue en vérité un tremblement, non de terre, mais de l'Univers tout entier. A quel autre moment de l'histoire de toute la création un ange est-il venu annoncer que Dieu en Personne allait se faire homme ? Et cet événement sans précédent était suspendu à la réponse d'une jeune fille d'Israël ! Dieu même a eu besoin du oui de Marie pour s'incarner, nous montrant par là quelle merveilleuse et redoutable prérogative est la liberté…

    Et si Marie avait refusé de prêter son sein virginal pour que le Fils de Dieu y prît chair, c'eût été comme si la création toute entière avait refusé d'accueillir son Dieu car, dans cette virginité de l'Immaculée, c'est toute créature qui est représentée. En Marie, c'est la capacité d'accueil elle-même qui trouve un visage. Dans le oui de Marie, tous les oui à Dieu de tous les temps trouvent leur justification et leur modèle. Ce oui de l'Immaculée a quelque chose d'éternel car il a une portée métaphysique. 

    Ainsi, telle une majestueuse icône sonore, l'Ave Maria grégorien nous entraîne vers le mystère de l'Immaculée Conception. La si surprenante hésitation de l'ange, qui résonne à travers les siècles, va finalement devenir la nôtre, face au mystère insondable. La question (Quomodo in me fiet hoc ? …) de Marie, ô combien touchante et délicate, est appelée à devenir elle aussi la question où chacun de nous se demande comment Dieu peut se faire si proche. Et le chant annonce ici que l'Esprit du Seigneur (Spiritus Domini), tel l'Esprit sur les eaux primordiales (Genèse I-2) viendra encore et encore donner forme divine à toute âme prête à le recevoir.

    Je te salue, ô Marie, pleine de grâce ! »

    JPSC

  • Joseph a-t-il douté de Marie? (une lecture de Mt. 1. 18-24 pour le 4e dimanche de l'Avent)

    IMPRIMER

    Annonciation Joseph

    En ce 4e dimanche de l’Avent, la liturgie nous donne d’entendre le récit de ce que l’on pourrait appeler l’Annonciation à Joseph : la péricope de l’Evangile selon Saint Matthieu au Chapitre 1er, versets 18 à 24. 

    Dans ce passage, l’évangéliste nous raconte les « origines » de Jésus-Christ. 

    Marie, la mère de Jésus, qui avait été accordée en mariage à Joseph, « fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint », « avant qu’ils aient habité ensemble » précise Saint Matthieu – pour exprimer combien Joseph est étranger à cette naissance ; pour nous signifier qu’il n’est pas lui-même le géniteur de cet enfant. 

    Joseph, « qui était un homme juste » poursuit le texte, prit donc la décision de répudier Marie. 

    Quoi de plus « normal » jusque là ? Voici une fiancée promise à son époux – au point que dans le judaïsme de l’époque, on les considérait déjà comme mariés – qui tombe enceinte avant d’avoir commencé une vie commune avec son époux… La conclusion s’impose comme une douloureuse évidence : Marie a trompé son époux ; elle a commis un péché d’adultère – du moins Joseph le croit-il – et il paraît juste à l'humble charpentier de Nazareth de s’en séparer légalement par un acte de répudiation... jusqu'à ce que l'Ange du Seigneur intervienne pour lui faire comprendre sa méprise et lui révéler l'origine divine de l'enfant de Marie. 

    Lire la suite

  • L'obéissance à Dieu, une urgence particulière (4ème dimanche de l'Avent)

    IMPRIMER

    L'homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 4ème dimanche de l'Avent (18 décembre 2022) :

    Parmi les thèmes qui traversent les lectures de ce jour, il y en a un qui m’a semblé d’une urgence particulière : celui de l’obéissance à Dieu. Acaz refuse la main tendue de Dieu. Le psaume chante l’homme qui ne livre pas son âme aux idoles. Paul veut amener toutes les nations à l’obéissance de la foi. C’est de cette obéissance de Marie et Joseph que dépend la venue de l’enfant qui s’appelle « le Seigneur sauve », Jésus. Je voudrais détailler cela avec vous.

    Le royaume de Juda est dans l’inquiétude. Ses deux voisins menacent de l’envahir s’il n’entre pas dans leur alliance politique. Dans l’épreuve, dans la crainte, le Seigneur veut donner un signe de sa protection, un signe de salut. Mais le roi Acaz veut s’en sortir tout seul, il ne veut pas demander ce signe. Il veut professer une « foi » adulte et autonome ; il est le prototype d’un monde qui ne veut pas compter sur Dieu, et même d’une Église qui veut se gérer elle-même à vues humaines, oubliant le pari de la foi et de l’obéissance à Dieu. Il y a en effet, dans le monde et dans l’Église, la possibilité de vivre sans Dieu même si on prétend le respecter. J’ai même entendu des gens dire que pour respecter la transcendance de Dieu, le fait qu’il est le Tout autre, il ne fallait pas même imaginer qu’il interviendrait dans nos vies. Allons bon ! Voilà de dignes descendants d’Acaz.

    Mais Dieu va quand même donner son signe, qu’on le veuille ou non. Par la bouche d’Isaïe il annonce cet enfant d’une jeune femme, qu’on appellera Emmanuel, c’est-à-dire « Dieu avec nous ». Un enfant pour l’immédiat, peut-être un héritier direct du trône. Mais vu l’immensité de l’annonce, dont nous avons entendu une description au tout début de l’Avent, rappelez-vous, ce descendant de David qui fera que l’enfant jouera sur le trou de la vipère… vu l’immensité de l’annonce, le peuple juif a rapidement compris qu’il devrait encore venir un fils bien plus grand que celui qu’on a connu, un fils qui serait, lui, fils d’une vierge. C’est ainsi que la traduction grecque de la Bible, faite 250 ans avant le Christ, traduit « voici que la jeune femme est enceinte » par « voici que la vierge est enceinte ». Et 250 ans plus tard, c’est ce qui arrive, et même Joseph en est étonné, au point qu’il faut l’intervention de l’ange du Seigneur pour le persuader.

    Et à l’époque de la naissance du Christ comme à l’époque du roi Acaz, Dieu ne demande pas l’avis ou la permission pour donner son signe, le signe de sa prévenance et de son amour. Il ne dit pas : si vous ne voulez pas, je vous laisse tranquilles. Non, il vient quand même, car il nous aime, car il ne veut pas nous abandonner à nos propres forces, il ne veut pas que nous soyons condamnés à nous fier à nos propres conceptions et qu’ainsi nous buttions sur nos impasses. Dieu ne demande pas la permission de donner son signe, et il ne demande pas davantage la permission de venir dans notre monde dès que la foi du peuple juif a suffisamment mûri. Il ne demande pas la permission, mais cela nécessite pourtant l’obéissance de la foi, d’abord pour Marie, pour Joseph, et finalement pour l’humanité à qui cette venue de Dieu sera annoncée.

    Quand saint Paul explique sa mission aux Romains, il dit qu’il est apôtre « pour amener à l’obéissance de la foi toutes les nations païennes » (Rm 1,5). Nous gagnons beaucoup à regarder le monde à travers les lunettes de la foi, pour y voir un monde visité par Dieu, plutôt que de vivre comme des orphelins, des gens qui ne peuvent compter que sur une vision humaine des choses et prendre leurs décisions en fonction de cela. Le monde qui refuse les lunettes de Dieu ne peut qu’être myope, se contenter de courte vue, et finalement il fait le malheur de ses enfants. Mais la foi n’est pas facile car elle est une obéissance, ce qui veut dire que notre intelligence et notre volonté doivent accepter de s’y soumettre, de renoncer à des idées plus confortables. Il faut choisir la lumière, il faut acquiescer à l’espérance. Elles sont venues dans le monde avant que nous y soyions, mais elles ne nous feront pas vivre de l’extérieur. Heureux celui qui accueille en lui cette visite de Dieu ! Il découvrira une vie nouvelle et forte, une paix profonde qui lui permettra, malgré ses blessures, de devenir une femme, un homme de paix. Plus jamais nous ne serons seuls. Nous nous attachons au Christ, Jésus dont le nom signifie « Dieu sauve », et qu’on appelle aussi Emmanuel, « Dieu avec nous ».

  • 18 décembre : "O Adonaï"

    IMPRIMER

    Commentaires sur les grandes Antiennes « Ô »
    par Dom Guéranger dans « l’Année Liturgique » 

    18 décembre : « Ô Adonaï » (source)

    « Ô Adonaï, guide du peuple d'Israël, qui êtes apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent, et lui avez donné vos commandements sur le mont Sinaï, armez votre bras, et venez nous sauver. »

    Ô Seigneur suprême ! Adonaï ! venez nous racheter, non plus dans votre puissance, mais dans votre humilité. Autrefois vous vous manifestâtes à Moïse, votre serviteur, au milieu d'une flamme divine ; vous donnâtes la Loi à votre peuple du sein des foudres et des éclairs : maintenant il ne s'agit plus d'effrayer, mais de sauver. C'est pourquoi votre très pure Mère Marie ayant connu, ainsi que son époux Joseph, l'Edit de l'Empereur qui va les obliger d'entreprendre le voyage de Bethléhem, s'occupe des préparatifs de votre heureuse naissance. Elle apprête pour vous, divin Soleil, les humbles langes qui couvriront votre nudité, et vous garantiront de la froidure dans ce monde que vous avez fait, à l'heure où vous paraîtrez, au sein de la nuit et du silence. C'est ainsi que vous nous délivrerez de la servitude de notre orgueil, et que votre bras se fera sentir plus puissant, alors qu'il semblera plus faible et plus immobile aux yeux des hommes. Tout est prêt, ô Jésus ! vos langes vous attendent : partez donc bientôt et venez en Bethléhem, nous racheter des mains de notre ennemi.

  • Nuit de Noël à Notre-Dame de Stockel (Bruxelles - Woluwe-Saint-Pierre)

    IMPRIMER

    Noël approche à grand pas !  Dimanche dernier, celui du Gaudete, nous avons allumé la troisième bougie de la couronne de l'Avent.  Les décorations de Noël sont installées, le sapin est illuminé, les idées de cadeaux fusent en nous, des paquets joliment emballés commencent à remplir nos maisons, la crèche trône au plus bel endroit, Marie et Joseph attendent, Eux aussi, la venue du Divin Enfant !

    Mais la crèche de notre cœur est-elle prête ?

    Venez expérimenter la douce Miséricorde du Père, en recevant le sacrement du pardon ....

    Faites de votre cœur une crèche, en prenant un temps de proximité avec Jésus dans l’Adoration...

    Veillez et priez en ce temps de l'Avent à la lueur des bougies chaque mercredi matin à 6h30 : Messe RORATE suivie d'un petit déjeuner préparé et servi par une merveilleuse équipe de paroissiens.

    Toutes les informations concernant ces activités préparatoires se trouve sur www.ndstockel.be/

    Et la nuit de Noël à Stockel ... :  une nouveauté cette année !

    À l’issue de la messe, un repas tout en simplicité et plein d’amour est organisé dans la nuit de Noël ; Jésus est né dans l’humilité d’une crèche... : voyez l’invitation en annexe.

    Quand ?  Le 24 décembre dès 20h30 (après la messe de 18h30) jusqu’à 22h30.

     ?  Dans la salle catéchèse

    Pour qui ?  Pour toutes les personnes esseulées ou isolées qui recherchent de la compagnie et l’affection en ce soir de Noël.

    2022_12_17_09_37_04_Greenshot.pngcliquer sur l'image pour l'agrandir

    Pour s'inscrire, cliquer ICI

  • Récits de la Nativité : des fadaises ?

    IMPRIMER

    Sur youtube, ce nouvel épisode des Hommes en Noir (l'Homme Nouveau) :

    Le récit de la Nativité est-il véridique ? Quelles sont les annonces de l'Ancien Testament sur la naissance du Sauveur ? L'analyse du Club des Hommes en noir avec cette semaine autour de Philippe Maxence l'abbé Célier, le père Thomas, Jeanne Smits et Olivier Figueras. 

  • Saint Jean de Matha, pour la libération des captifs (17 décembre)

    IMPRIMER

    Du site des Trinitaires de France :

    Saint Jean de Matha – Trinitaires

    La vie et l'oeuvre de Saint Jean de Matha

    Le 24 juin 1160 naissait à Faucon, Jean de Matha.

    Son père Euphème de Matha était un seigneur espagnol qui avait reçu de Raymond Bérenger le jeune, comte de Barcelone et de Provence, la terre de Faucon.Pour lui donner une instruction et une éducation digne de son rang, la famille se fixe à Marseille où Jean commence ses études. Sa mère, Marthe, lui apprend à connaitre les pauvres, les malheureux et à les aimer. Elle le conduit aussi dans les hopitaux et les prisons. Il poursuivra ses études à Aix en Provence, puis à l'université à Paris où il prend ses grades de docteur en théologie. Il est encouragé à devenir prêtre par Maurice de Sully, évêque de Paris, qui avait remarqué sa valeur et sa piété.

    Le 28 janvier 1193, fête de Ste Agnès, lors de sa première messe, Jean de Matha voit le Christ, dans une apparition, libérant 2 captifs un noir et un blanc et décide de se consacrer à la libération des prisonniers. Un tableau représentant cette vision se trouve dans l'église de Faucon, au dessus de l'autel qui lui est dédié. Il se retire dans la forêt de Cerfroid (dans le département de l'Aisne) auprès de Félix de Valois et avec quelques ermites et universitaires il constitue la première Fraternité Trinitaire.

    Se rendant à Rome avec Félix de Valois, ils exposent au Pape Innocent III, leur projet. Jean connaissait le pape pour avoir étudié avec lui à l'université de Paris.

    Le 17 décembre 1198 : le pape approuve la règle de l'ordre de la Très Sainte Trinité pour la rédemption des captifs. Jean de Matha parcourt l'Europe pour récolter de grandes sommes d'argent afin de racheter les prisonniers esclaves des musulmans.

    Le mouvement connait un développement fulgurant.(en 1789 on comptera plus de 600000 libérations par les Trinitaires)Epuisé par la fatigue et les privations il meurt à Rome à l'age de 53 ans le 17 décembre 1213. Sa fête est célébrée le 17 décembre.

    Canonisation de Jean de Matha: si durant les premiers siècles de son existence l'ordre Trinitaire n'a développé aucun culte particulier envers Jean de Matha, il faudra attendre le XVIIe siècle pour que les Trinitaires tentent une canonisation. En 1665 le père Jean de la Conception présenta une requête au vicariat de Rome avec des arguments prouvant que Jean de Matha (ainsi que Félix de Valois) avait été qualifié de saint par plusieurs papes. Le 31 juillet 1665, le cardinal vicaire de Rome rend un décret constatant le culte accordé de temps immémorial à Jean de Matha et à Félix de Valois sentence confirmée par la Sacrée Congrégation des rites le 14 août 1666 et par le pape Alexandre VII le 21 octobre.

    Les noms de Jean et de Félix seront insérés dans le martyrologue romain le 27 janvier 1671 par un décret d'Innocent XI

    Le 14 mars 1694 les fêtes des 2 saints seront étendus à l'église universelle.