Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq

IMPRIMER

Le diagnostic répété (93 ans) de Benoît XVI sur les effets sociaux de la pilule contraceptive étonne ou dérange, mais il rejoint aussi celui d’auteurs peu suspects de ringardise, comme Michel Houellebecq. Tous deux, relève Henri Quantin, y ont vu « un palier dans la montée historique de l’individualisme ». Une tribune publiée le 22/09/21 sur le site web « aleteia »:

« Dans l’introduction ajoutée au recueil de ses textes sur l’Europe, le pape émérite Benoît XVI écrit que la pilule a « transformé les consciences des hommes, lentement d’abord, puis de plus en plus clairement ». La séparation entre la sexualité et la fécondité fût en effet « un bouleversement fondamental », menant peu à peu à l’idée que toutes les formes de sexualité étaient équivalentes. Avec la pilule, le monde est entré dans une nouvelle ère aux deux pans symétriques : une sexualité sans procréation ; une procréation sans sexualité.

Un crime de lèse-modernité

benoit-xvi.jpgCertains s’offusqueront sans doute de cette nouvelle attaque contre la pilule, cachet plus adorable, y compris chez certains catholiques déclarés, que l’hostie consacrée. Dans leur certitude de « momies progressistes exsangues » (le terme est de Houellebecq), ils répéteront une fois de plus que l’encyclique Humanae vitae, qui mettait en garde contre la contraception artificielle dès 1968, a vidé les églises. Les historiens sérieux, comme Guillaume Cuchet, ont montré que la dégringolade de la pratique avait eu lieu quelques années plus tôt, mais il reste bien des militants aveugles qui savent, d’une science quasi divine, que l’Église a commis le péché sans rémission, le crime de lèse-modernité.

Lire la suite sur Aleteia.org

Commentaires

  • Problème complexe car imbriqué dans le le rapport de l'égalité entre l'homme et la femme . Il vaut mieux la contraception que l'avortement . Le moindre mal est toujours mieux ....Que l'homme apprenne à se maîtriser et que la femme soit plus pudique

  • Est-ce vraiement en faveur de l'égalité de l'homme et de la femme ? La pilule permet à l'homme d'exiger de la femme de suivre son rythme à lui et ses envies à lui. La femme n'a plus de raison de refuser. Voir l'intéressant écrit de Mark Regnerus : http://aristidebis.blogspot.com/2019/07/cheap-sex-ou-le-grand-mensonge-de-la.html

  • Tout à fait ,d accord avec Étienne, de là beaucoup de tensions dans les ménages qui aboutissent à la séparation, l'homme ne porte plus attention au cycle de la femme.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel