Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Nicaragua, 26 anciens chefs d'État et de gouvernement demandent au Pape de prendre position

    IMPRIMER

    De Marinellys Tremamunno sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Nicaragua, d'anciens chefs d'État et de gouvernement demandent au Pape de prendre position

    19-08-2022

    Alors que le dictateur Ortega intensifie son harcèlement de l'Église catholique au Nicaragua (un autre prêtre a été arrêté dimanche), 26 anciens chefs d'État et de gouvernement du forum international non gouvernemental IDEA lancent un appel au pape François lui demandant "une position ferme pour défendre le peuple nicaraguayen et sa liberté religieuse". Parmi les signataires figurent Aznar (Espagne), Macri (Argentine), Piñera et Frei (Chili), Calderon (Mexique) et Chinchilla (Costa Rica). "La dictature d'Ortega-Murillo veut détruire les racines culturelles et spirituelles du peuple nicaraguayen pour le laisser dans l'anonymat et en faire une proie facile pour la domination". 

    Alors que le dictateur Daniel Ortega intensifie son harcèlement de l'Église catholique au Nicaragua, 26 anciens chefs d'État et de gouvernement, membres du forum international non gouvernemental "Initiative démocratique de l'Espagne et des Amériques" (IDEA), ont lancé un appel public au pape François, lui demandant de "défendre fermement le peuple nicaraguayen et sa liberté religieuse", en tant que "chef de l'Église catholique universelle". Ils invitent "l'opinion publique à maintenir une réaction de rejet de cette morbidité qui menace la paix", tout comme ils encouragent "les différentes confessions religieuses à exprimer leur censure".

    Le document a été distribué par les médias latino-américains le mercredi 17 août, et hier, il a été officiellement envoyé au cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Saint-Siège. C'est ce qu'a rapporté en exclusivité à The Compass le secrétaire général d'IDEA Group, le Dr Asdrúbal Aguiar, avocat vénézuélien et membre de l'Académie royale hispano-américaine des sciences, des arts et des lettres d'Espagne.

    "Je viens d'envoyer une communication à Son Excellence, Pietro Parolin, Secrétaire d'État du Vatican, dans laquelle je joins la déclaration signée par 26 anciens chefs d'État, membres de l'Idea Group, Initiative démocratique de l'Espagne et des Amériques, appelant le Saint-Père, le pape François, à se montrer sensible à la tragédie que vivent les Nicaraguayens. En particulier, l'aggravation de la persécution de la liberté de conscience et de religion, qui s'est traduite par l'emprisonnement ou l'expulsion d'évêques, de prêtres, de religieuses, et même par la fermeture de l'Académie de la langue, comme si, en définitive, la dictature Ortega-Murillo cherchait la déconstruction culturelle, la rupture des racines culturelles et chrétiennes au sein de cette nation centraméricaine tant aimée", a rapporté le Dr Asdrúbal Aguiar.

    La Bussola Quotidiana a eu accès en exclusivité au texte de la lettre, dans laquelle l'ancien magistrat de la Cour interaméricaine des droits de l'homme explique au cardinal Parolin que les 26 anciens chefs d'État adressent un "appel urgent au Saint-Père", "afin qu'il élève sa voix autoritaire face à la persécution aggravée de la liberté religieuse qui se produit sous la dictature d'Ortega-Murillo au Nicaragua". De même, il a assuré que cette situation "n'est pas un accident", car il estime qu'elle "ressemble à l'incendie de livres et de bibliothèques dans l'Allemagne nazie en 1933" et, par conséquent, "constitue une menace pour la paix".

    La déclaration publique intitulée "Déclaration sur le régime d'Ortega et Murillo et la persécution aggravée de la liberté de religion au Nicaragua" est signée par d'importants dirigeants politiques tels que José María Aznar (Espagne), Vicente Fox (Mexique), Sebastián Piñera (Chili), Álvaro Uribe (Colombie) et Mauricio Macri (Argentine), entre autres, et souligne que la liberté de religion est "la pierre angulaire de l'affirmation et de la préservation de la paix". Et encore : Felipe Calderón du Mexique, Eduardo Frei R. du Chili et Laura Chinchilla M. du Costa Rica.

    Ainsi, les anciens présidents ont exprimé leur "préoccupation aggravée" face à "ce qui se passe au Nicaragua sous la dictature primitive d'Ortega-Murillo, qui après avoir persécuté et criminalisé des leaders politiques et sociaux, ainsi que restreint radicalement toute liberté d'expression et de presse, avance maintenant vers la persécution des leaders épiscopaux, prêtres et religieux catholiques, allant jusqu'à les expulser - comme dans le cas des emblématiques Missionnaires de la Charité - du territoire national", peut-on lire dans le communiqué.

    "Pour le reste, nous sommes préoccupés par le fait que l'incendie des églises et la destruction gratuite des images du culte catholique avancent dans une ligne de destruction des fondements sociaux et anthropologiques qui rappelle l'incendie de livres juifs, socialistes et pacifistes et de bibliothèques entières par les partisans du régime national-socialiste allemand en 1933". La cible ? Les dirigeants préviennent que la dictature d'Ortega-Murillo a l'intention de "détruire les racines culturelles et spirituelles du peuple nicaraguayen pour le laisser dans l'anonymat et en faire une proie facile pour la domination, en détruisant sa dignité et en fracturant ses racines culturelles".

    Entre-temps, le dimanche 14 août, le prêtre Óscar Benavides, pasteur de l'église " Espiritu Santo Mulukukú ", a été arrêté. L'information a été diffusée par le diocèse de Siuna, via ses réseaux sociaux : " Nous ne connaissons ni les causes ni les raisons de son arrestation ", peut-on lire dans le communiqué. Lundi, Benavidez aurait été transféré à la prison de Chipote, où se trouvent actuellement 180 prisonniers politiques.

    Selon la presse locale, Óscar Benavides serait le troisième prêtre détenu depuis le début de l'année au Nicaragua et le dixième en garde à vue, si l'on compte Monseigneur Rolando Álvarez et les six autres prêtres détenus dans le diocèse de Matagalpa depuis jeudi dernier, 4 août (informations ici).

    "Notre force et notre puissance, c'est la prière", a déclaré Monseigneur Rolando José Alvarez Lago sur la page Facebook du diocèse de Matagalpa, où on le voit prier quotidiennement pour le peuple du Nicaragua.

  • Ce qu'est devenue la référence au catholicisme dans l'enseignement libre

    IMPRIMER

    Dans un article de Monique Baus publié sur le site de La Libre ce 19 août, on apprend que le réseau libre a redéfini sa référence à la religion catholique. A la question : "Que signifie encore "enseignement catholique" dans un siècle sécularisé?", il est répondu que "La référence au christianisme est clairement assumée et inscrite dans l'évolution d'un monde en crise."

    Ainsi a-t-il fallu choisir entre quatre scénarios :

    D'abord, celui de la sécularisation. "Les écoles catholiques cesseraient alors de se référer exclusivement au christianisme et à l'Évangile et de se dire chrétiennes dans la définition de leur projet, explique Etienne Michel, le directeur général. Nous n'avons pas retenu cette idée. Dans l'acte d'éduquer se joue quelque chose de la transmission d'une culture, dont la religion est une composante."

    Ensuite le scénario de la reconfessionnalisation. Les écoles catholiques se recentreraient alors sur leur identité confessionnelle sans considération pour le pluralisme des publics qui s'y est développé. "Cette option n'est pas compatible avec un enseignement catholique de masse qui est doté d'un statut de service public fonctionnel. Dans la réalité, le risque serait grand que la sélection selon le caractère confessionnel se confonde avec une sélection selon l'origine sociale." Et d'ajouter qu'elle ne correspondrait pas non plus au mode d'organisation de l'enseignement à partir d'associations issues de la société civile devenue largement pluraliste.

    Un troisième scénario consistant à réduire la référence chrétienne à ce que tout le monde peut en accepter en termes de valeurs (respect du prochain, etc.) est écarté aussi "car il conduirait à la banalisation de la référence chrétienne".

    Reste la voie choisie de la recontextualisation ou de la réinterprétation d'une tradition éducative. "La référence à la tradition chrétienne est mobilisée pour contribuer à la formation de l'identité des élèves dans un contexte de pluralité des convictions, pose Étienne Michel. La référence au christianisme n'est pas banalisée, mais assumée explicitement comme une valeur éducative. On n'attend pas de nous que nous encouragions l'utilitarisme, l'individualisme."

    L'école catholique se réfère à ses sources, mais dans un dialogue avec la société contemporaine. Importante précision : "Il s'agit toutefois de s'interdire tout prosélytisme en encourageant la liberté de penser et la capacité à se forger ses propres opinions."

    Autant dire que, dans les écoles du Libre, la référence au catholicisme a déjà bel et bien disparu de la pratique quotidienne et n'est pas près d'y revenir. Ce langage alambiqué dissimule mal la réalité d'un enseignement pluraliste aligné sur les valeurs de la culture ambiante. Si le sel perd de sa saveur... YW

  • L'Assemblée générale de l'ONU sur le point de déclarer l'avortement comme un droit humain

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur C-Fam :

    L'Assemblée générale de l'ONU sur le point de déclarer l'avortement comme un droit humain

    18 août 2022

    L'Union européenne, ainsi que l'administration Biden, tentent de forcer l'Assemblée générale à adopter une résolution qui déclare que l'avortement est un droit humain.

    Les délégués en sont aux dernières phases de négociation d'une résolution de l'Assemblée générale qui déclare que "l'accès à l'avortement sans risque" est une politique que les gouvernements devraient poursuivre pour "assurer la promotion et la protection des droits humains de toutes les femmes et de leur santé sexuelle et reproductive".

    Malgré les objections répétées des pays qui protègent la vie des enfants dans l'utérus ou qui ont des lois restrictives en matière d'avortement, la résolution est examinée avec la nouvelle formulation controversée en vue de son adoption d'ici la fin du mois.

    La résolution serait une victoire significative pour le droit à l'avortement après des années de stagnation dans les débats de l'ONU et donnerait un mandat clair aux agences de l'ONU pour que l'avortement soit promu comme un droit humain. La formulation de l'"avortement sans risque" dans la résolution a été rejetée lors de multiples négociations d'autres résolutions au cours de la dernière décennie.

    Forcer l'inclusion de cette formulation est devenu une priorité pour les pays occidentaux progressistes qui ont soutenu la résolution dès le début, y compris les grandes puissances de l'Union européenne et l'administration Biden. Le diplomate japonais qui dirigeait les négociations était inflexible sur le fait que les délégations ne pouvaient ni supprimer ni ajouter quoi que ce soit au texte sur l'avortement, ce qui a eu pour effet de bloquer les négociations. Malgré des objections répétées tout au long de l'été, la formulation est restée inchangée dans le projet.

    Les délégués ont été déconcertés et déçus par cette intransigeance, remettant même en question la bonne foi des délégations qui parrainaient la résolution. Des personnes proches des négociations ont déclaré au Friday Fax que pas un seul paragraphe de l'ensemble de la résolution n'avait fait l'objet d'un consensus avant que le projet ne soit présenté cette semaine, s'écartant ainsi de la procédure diplomatique suivie de longue date dans les négociations de l'Assemblée générale. Quinze pays ont donc tenté de bloquer la présentation de la résolution, en vain.

    Les délégués ont été encore plus déconcertés par le fait que l'Union européenne semblait manipuler les négociations. Les États membres de l'UE, qui figurent parmi les principaux partisans de la résolution, ont négocié de manière agressive. Ce n'est pas le protocole normal dans les négociations de l'Assemblée générale. Dans le cours normal des choses, les principaux parrains d'une résolution ne négocient pas la résolution. Ils ne font que faciliter les négociations.

    Les délégations se sont non seulement opposées à la formulation de l'avortement dans la résolution, mais elles ont également exprimé leurs préoccupations quant à la formulation et aux termes qui pourraient être utilisés pour soutenir des politiques qui promeuvent l'homosexualité et le transsexualisme sous le prétexte de lutter contre la violence sexuelle, dont les femmes sont principalement victimes.

    Le texte sur l'avortement se rapproche de l'établissement de l'avortement comme un droit de l'homme international, mais n'est pas une déclaration catégorique car il inclut la réserve "lorsque ces services sont autorisés par la loi".

    Le terme spécifique "avortement sans risque" n'a pas été largement accepté par les États membres de l'ONU. Et la formulation liant l'avortement aux droits de l'homme a été encore plus controversée lors des négociations.

    L'Égypte, le Bahreïn et l'Arabie saoudite ont proposé un amendement visant à supprimer le terme "avortement sans risque" d'une résolution du Conseil des droits de l'homme en juin. Cet amendement a été soutenu par près de la moitié des membres votants du Conseil.

    À l'Assemblée générale, le terme n'a jamais été inclus de manière controversée que dans une résolution bisannuelle sur la violence à l'égard des femmes parrainée par la France et les Pays-Bas. Ces deux délégations sont de fervents partisans d'un droit international à l'avortement.

    La promotion de l'accès à l'avortement en tant que droit de l'homme est largement considérée comme une atteinte au consensus de l'Assemblée générale, défini en 1994 lors de la Conférence internationale sur la population et le développement qui s'est tenue au Caire, selon lequel l'avortement est une question qui doit être tranchée par la législation nationale sans interférence extérieure, et selon lequel les gouvernements devraient aider les femmes à éviter l'avortement et veiller au bien-être des mères et de leur enfant avant et après la naissance.

    Depuis près de trois décennies, les pays occidentaux progressistes tentent d'éroder ces réserves de la conférence du Caire par le biais des agences des Nations unies.

    Les agences de l'ONU promeuvent régulièrement la notion d'"avortement sans risque" sous la rubrique "santé et droits génésiques", en particulier l'Organisation mondiale de la santé, le Fonds des Nations unies pour la population et l'Agence des Nations unies pour les femmes. Mais elles l'ont fait en grande partie de leur propre initiative, sans mandat de l'Assemblée générale.

  • Saint Jean Eudes (19 août) : l’amour de Dieu dans «  le cœur sacerdotal du Christ  »

    IMPRIMER

    Le 19 août 2009, dans le cadre de l’Année sacerdotale, Benoît XVI consacrait la catéchèse de ce mercredi au saint dont c’est aujourd'hui la mémoire liturgique : saint Jean Eudes, apôtre du Coeur de Jésus et Marie.

    Voici le texte intégral de sa catéchèse publié sur le site de zenit.org :

    L’amour de Dieu dans «  le cœur sacerdotal du Christ  »

    Chers frères et sœurs !

    C’est aujourd’hui la mémoire liturgique de saint Jean Eudes, apôtre inlassable de la dévotion aux Sacrés Cœurs de Jésus et Marie, qui vécut en France à la fin du XVIIe siècle, un siècle marqué par des courants religieux opposés et également par de graves problèmes politiques. C’est l’époque de la guerre de Trente ans, qui a non seulement dévasté une grande partie du centre de l’Europe, mais qui a également dévasté les âmes. Pendant que se diffusait le mépris pour la foi chrétienne de la part de certains courants de pensée alors dominants, l’Esprit Saint suscitait un renouveau spirituel plein de ferveur, avec des personnalités de grande envergure comme de Bérulle, saint Vincent de Paul, saint Louis M. Grignion de Montfort et saint Jean Eudes. Cette grande « école française » de sainteté porta parmi ses fruits également saint Jean-Marie Vianney. Par un mystérieux dessein de la providence, mon vénéré prédécesseur Pie IX proclama saints ensemble, le 31 mai 1925, Jean Eudes et le curé d’Ars, offrant à l’Eglise et au monde entier deux exemples extraordinaires de sainteté sacerdotale.

    Dans le contexte de l’Année sacerdotale, j’ai à cœur de m’arrêter pour souligner le zèle apostolique de saint Jean Eudes, particulièrement tourné vers la formation du clergé diocésain. Les saints sont la véritable interprétation de l’Ecriture Sainte. Les saints ont éprouvé, dans l’expérience de leur vie, la vérité de l’Evangile ; ainsi, ils nous introduisent dans la connaissance et la compréhension de l’Evangile. Le Concile de Trente, en 1563, avait promulgué des normes pour l’érection des séminaires diocésains et pour la formation des prêtres, dans la mesure où le Concile était tout à fait conscient que toute la crise de la réforme était également conditionnée par une formation insuffisante des prêtres, qui n’étaient pas préparés pour le sacerdoce de manière juste, intellectuellement et spirituellement, dans leur cœur et dans leur âme. Cela eut lieu en 1563 ; mais comme l’application et la réalisation des normes tardaient aussi bien en Allemagne qu’en France, saint Jean Eudes comprit les conséquences de ce retard. Animé par la conscience lucide du grave besoin d’aide spirituelle, dont les âmes étaient victimes également en raison du manque de préparation d’une grande partie du clergé, le saint, qui était un curé, institua une Congrégation consacrée de manière spécifique à la formation des prêtres. Dans la ville universitaire de Caen, il fonda son premier séminaire, une expérience extrêmement appréciée, qui se diffusa bientôt largement dans d’autres diocèses. Le chemin de sainteté, qu’il parcourut et qu’il proposa à ses disciples, avait pour fondement une solide confiance dans l’amour que Dieu a révélé à l’humanité dans le Cœur sacerdotal du Christ et dans le Cœur maternel de Marie. A cette époque de cruauté, de perte d’intériorité, il s’adressa au cœur, pour dire au cœur une parole des Psaumes très bien interprétée par saint Augustin. Il voulait attirer à nouveau au cœur les personnes, les hommes et surtout les futurs prêtres, en montrant le cœur sacerdotal du Christ et le cœur maternel de Marie. Chaque prêtre doit être témoin et apôtre de cet amour du cœur du Christ et de Marie. Et nous arrivons ici à notre époque.

    Aujourd’hui aussi, on ressent le besoin que les prêtres témoignent de l’infinie miséricorde de Dieu à travers une vie entièrement « conquise » par le Christ, et apprennent cela dès les années de leur préparation dans les séminaires. Après le Synode de 1990, le pape Jean-Paul II a publié l’Exhortation apostolique Pastores dabo vobis dans laquelle il reprend et met à jour les normes du Concile de Trente et souligne en particulier la nécessaire continuité entre le moment initial et le moment permanent de la formation ; pour lui, pour nous, cela est un véritable point de départ pour une authentique réforme de la vie et de l’apostolat des prêtres, et c’est également le point central afin que la « nouvelle évangélisation » ne soit pas simplement un slogan attrayant, mais se traduise en réalité. Les fondements placés dans la formation du séminaire, constituent l’« humus spirituel » irremplaçable, dans lequel on peut « apprendre le Christ » en se laissant progressivement configurer à Lui, unique prêtre suprême et bon pasteur. Le temps du séminaire doit donc être considéré comme la réalisation du moment où le Seigneur Jésus, après avoir appelé les apôtres et avant de les envoyer prêcher, leur demande de rester avec Lui (cf. Mc 3, 14). Lorsque saint Marc raconte la vocation des douze apôtres, il nous dit que Jésus avait un double objectif : le premier était qu’ils soient  avec Lui, le second qu’ils soient envoyés pour prêcher. Mais, allant toujours avec Lui, ils annoncent réellement le Christ et apportent la réalité de l’Evangile au monde.

    Au cours de cette année sacerdotale, je vous invite à prier, chers frères et sœurs, pour les prêtres et pour tous ceux qui se préparent à recevoir le don extraordinaire du sacerdoce ministériel. J’adresse à tous, en concluant, l’exhortation de saint Jean Eudes qui dit aux prêtres : « Donnez-vous à Jésus, pour entrer dans l’immensité de son grand Cœur, qui contient le Cœur de sa Sainte Mère et de tous les saints, et pour vous perdre dans cet abîme d’amour, de charité, de miséricorde, d’humilité, de pureté, de patience, de soumission et de sainteté » (Cœur admirable, III, 2).

    Dans cet esprit, chantons à présent le Notre Père en latin.

    Au terme de l’audience générale, le pape a adressé la salutation suivante en français :

    Je suis heureux de vous saluer, chers amis de langue française, en ce jour où l’Eglise fait mémoire de saint Jean Eudes, qui fut un modèle de sainteté sacerdotale. Le chemin de sainteté qu’il suivit et qu’il proposa à ses disciples avait comme fondement une solide confiance en l’amour que Dieu a révélé à l’humanité dans le cœur sacerdotal du Christ et dans le cœur maternel de Marie. Je vous invite à prier pour que les prêtres d’aujourd’hui, à l’exemple de saint Jean Eudes, soient aussi des témoins ardents de cet amour à travers leur vie et leur ministère, afin que le Peuple de Dieu tout entier puisse en bénéficier. Avec ma Bénédiction apostolique !

  • La Chine utilise des prisonniers d’opinion incarcérés comme réservoir d’organes

    IMPRIMER

    Lu sur "The Conversation" :

    Quand la Chine exécute ses prisonniers d’opinion pour alimenter le trafic d’organes

    18 août 2022

    auteurs : (Transplant Nephrologist, Assistant Professor of Medicine, McMaster University) et (Clinical professor, Faculty of Health Sciences, McMaster University)

    C’est, sans conteste, l’une des plus grandes réussites de la médecine moderne. La greffe d’organes a, en effet, sauvé des millions de vies. Cependant, l’offre limitée de donneurs associée à une demande massive de greffes a créé une pénurie (5 273 transplantations ont ainsi été réalisées en France en 2021, alors que près de 20 000 patients sont en liste d’attente d’un rein, d’un cœur, etcndlr).

    Ce manque a alimenté une industrie mondiale du trafic d’organes, qui exploite en premier lieu les membres les plus pauvres, défavorisés voire persécutés de la société, parfois considérés comme de simples « sources » à la disposition de ceux qui sont capables de s’offrir leurs organes.

    Bien que cette pratique existe dans de nombreux pays, la situation en Chine est particulièrement préoccupante. Ce pays est le seul au monde à organiser le trafic d’organes à une échelle industrielle, en prélevant des organes sur des prisonniers d’opinion exécutés. Cette pratique est connue sous le nom de prélèvement forcé d’organes.

    Un trafic aussi odieux que rentable

    Considérons un instant l’hypothétique scénario suivant : au Canada, un patient atteint d’une maladie cardiaque en phase terminale a besoin d’une greffe de cœur pour survivre.

    Ses médecins l’informent qu’il doit s’inscrire sur une liste d’attente jusqu’à ce qu’un donneur compatible décède dans des conditions appropriées… ce qui peut se produire des semaines, des mois, voire des années plus tard. Mais, en se renseignant un peu, le patient découvre un programme de greffe en Chine qui peut lui garantir une greffe cardiaque à partir d’un donneur compatible quelques semaines à l’avance.

    Cela soulève plusieurs questions importantes.

    Une transplantation cardiaque ne peut provenir que de donneurs décédés. Alors, comment un hôpital peut-il mettre en relation ce patient avec un donneur potentiel « décédé » des semaines à l’avance ? Comment l’hôpital a-t-il trouvé ce donneur ? Comment les responsables de l’hôpital savent-ils quand ce donneur va mourir ? Ce dernier a-t-il consenti à ce que ses organes soient prélevés ?

    Lire la suite

  • Il n'y a "pas d'éléments permettant d'ouvrir un procès contre le cardinal Ouellet pour agression sexuelle"

    IMPRIMER

    Déclaration du directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, 18.08.2022

    En ce qui concerne les allégations rapportées ces derniers jours dans la presse au sujet de Son Eminence le Cardinal Marc Ouellet, P.S.H., le Directeur du Bureau de Presse du Saint-Siège, Matteo Bruni, déclare que : ayant terminé l'enquête préliminaire confiée par le pape au père Jacques Servais, S.I., dont la conclusion était qu'il n'y a pas d'éléments permettant d'ouvrir un procès contre le cardinal Ouellet pour agression sexuelle, ayant consulté à nouveau le père Servais et ayant reçu la confirmation que "Il n'y a aucun motif fondé pour ouvrir une enquête pour agression sexuelle de la personne F. de la part du cardinal Ouellet". M. Ouellet. Ni dans son rapport écrit et envoyé au Saint-Père, ni dans le témoignage via Zoom que j'ai recueilli par la suite en présence d'un membre du Comité diocésain ad hoc, cette personne n'a porté une accusation qui fournirait matière à une telle enquête. Après d'autres consultations pertinentes, le pape François déclare qu'il n'y a pas d'éléments suffisants pour ouvrir une enquête canonique pour agression sexuelle par le cardinal Ouellet contre la personne F. "

    Le commentaire de Radio Canada :

    Le pape François exclut l'ouverture d'une nouvelle enquête par l'Église catholique contre le cardinal Marc Ouellet, qui fait l’objet d’allégations d'agressions sexuelles.

    Dans une déclaration relayée par le Vatican jeudi, le souverain pontife affirme que les preuves sont insuffisantes pour que l'Église catholique relance une telle investigation à l'endroit de l'influent cardinal québécois.

    Le pape François déclare qu'il n'y a pas d'éléments suffisants pour ouvrir une enquête canonique pour agression sexuelle de la part du cardinal Ouellet, a affirmé le porte-parole du Vatican Matteo Bruni dans un bref communiqué.

    Le cardinal Ouellet s'est retrouvé sur la sellette deux jours plus tôt : son nom est cité dans de nouveaux documents déposés en Cour supérieure dans le cadre d'une action collective, autorisée en mai dernier, visant l’ensemble des agressions sexuelles qui auraient été commises par des personnes sous l’autorité du diocèse de Québec depuis 1940.

    Les paroles d'une présumée victime d'agression sexuelle n'auront pas suffi. Le Vatican annonce qu'il n'y aura pas de nouvelle enquête sur les allégations contre Marc Ouellet. L'influent cardinal fait partie des 88 membres du clergé qui sont cités dans une action collective contre le diocèse de Québec. La plainte de la victime a-t-elle été traitée équitablement par le Vatican? Entrevue avec Solange Lefebvre, professeure à l’Institut d’études religieuses de l’Université de Montréal.

    Près de 80 membres du clergé sont ciblés par la requête, des prêtres pour la plupart, pour des gestes qui remonteraient généralement aux années 1950 et 1960 et qui toucheraient plus d’une centaine de victimes, dont la plupart étaient des personnes mineures au moment des faits.

    Dans le cas de Mgr Ouellet, la requérante, dont l’identité se résume à la lettre F dans les documents, faisait un stage comme agente de pastorale, de 2008 à 2010, au moment où les faits se seraient produits, lors d’événements publics.

    Lire la suite

  • Affaire Ouellet : le Vatican n’a pas suivi ses propres règles

    IMPRIMER

    Sur le site canadien d'information religieuse "Présence", François Gloutnay fait cette analyse :

    Le Vatican n’a pas suivi ses propres règles

    Affaire Marc Ouellet

    L’enquêteur nommé par le pape dans cette affaire n’a toujours pas remis les résultats de son enquête à «la personne qui affirme avoir été offensée» par l’ex-archevêque de Québec.

    Vos estis lux mundi

    En mai 2019, le pape François a promulgué le motu proprio Vos estis lux mundi qui rappelle aux évêques et prélats du monde entier qu’ils peuvent eux aussi faire l’objet de mesures disciplinaires s’ils ont commis des inconduites ou des abus sexuels ou encore s’ils ont dissimulé de tels gestes qui auraient été commis par des personnes sous leur juridiction.

    Dans ce texte juridique de 19 articles, en vigueur depuis le 1er juin 2019, il est clairement précisé que tous les évêques, peu importe leur rang, qu’ils soient de simples évêques diocésains ou encore des cardinaux, des patriarches (des Églises orientales) et «des légats du pontife romain», peuvent faire l’objet de plaintes.

    Une agente de pastorale de l’archidiocèse de Québec, sans même le savoir, a obligé, il y a plus de dix-huit mois, les autorités diocésaines à se conformer aux règles édictées par le motu proprio (en français: de son propre mouvementde sa main propre) papal.

    C’est qu’au Canada, chaque diocèse catholique est tenu de mettre en place un comité chargé de recevoir et d’étudier avec célérité toutes les allégations d’abus contre les personnes mineures ou vulnérables. Au terme de ses enquêtes, ce comité diocésain remet ses recommandations à l’évêque local qui doit alors décider si le prêtre ou le laïc qui a fait l’objet d’une plainte doit être sanctionné.

    En janvier 2021, les membres du Comité-conseil pour les abus sexuels envers mineurs et personnes vulnérables de l’Église catholique de Québec ont reçu un signalement rédigé par une agente de pastorale, appelée F. dans les documents déposés hier dans le cadre d’un recours collectif contre l’archidiocèse.

    Dans une longue lettre, F. allègue avoir été victime de gestes répréhensibles de la part d’un prêtre diocésain.

    Elle évoque toutefois, avant d’en venir aux faits principaux, différents événements, déplacés ou déplorables, vécus depuis qu’elle travaille en Église, soit une quinzaine d’années. C’est ainsi qu’elle raconte qu’en 2008, l’archevêque de Québec lui-même se serait montré trop insistant envers elle, alors une jeune stagiaire, allant jusqu’à lui masser les épaules publiquement à leur toute première rencontre.

    Lire la suite