Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Le Document préparatoire du Synode des évêques de 2023 a été publié

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    7 septembre 2021

    Le Document préparatoire du Synode des évêques de 2023 a été publié

    Le Secrétariat Général du Synode des évêques a rendu public ce mardi 7 septembre le Document préparatoire et le Vademecum qui accompagneront le prochain Synode sur la synodalité. Celui-ci sera ouvert les 9-10 octobre à Rome et le 17 octobre dans les Églises particulières, et se conclura par l'assemblée générale au Vatican en 2023.

    Salvatore Cernuzio - Cité du Vatican

    Écouter, «sans préjugés». Prendre la parole, «avec courage et parresia». Dialoguer avec l'Église, la société et les autres confessions chrétiennes. Le Secrétariat général du Synode a publié le Document préparatoire et le Vademecum, textes essentiels indiquant les lignes directrices du prochain chemin synodal.

    Une boussole et non «un livre de règles»

    Le Document préparatoire se veut avant tout «un outil» pour faciliter la première phase d'écoute et de consultation du Peuple de Dieu dans les Églises particulières, qui débutera en octobre 2021 et se terminera en avril 2022. Le Vademecum est quant à lui conçu comme «un manuel» offrant un «soutien pratique» aux référents diocésains pour préparer le peuple de Dieu. Il comprend des prières en ligne, des exemples de synodes récents, un glossaire des termes relatifs au processus synodal. Ce n’est «pas un livre de règles», mais «un guide pour soutenir les efforts de chaque Église locale».

    Une question fondamentale sous-tend ces deux publications: «Comment se réalise aujourd'hui, à différents niveaux (du local à l'universel), ce "marcher ensemble" qui permet à l'Église d'annoncer l'Évangile, conformément à la mission qui lui a été confiée, et quels pas l'Esprit nous invite-t-il à faire pour grandir en tant qu'Église synodale ?»

    Inclure tous les baptisés

    Pour répondre à cette question, le Secrétariat du Synode souligne la nécessité de «vivre un processus ecclésial participatif et inclusif» qui offre à chaque personne, en particulier à celles qui sont en marge, la possibilité de s'exprimer et d'être entendues; puis de reconnaître et d'apprécier la variété des charismes et d'examiner «comment la responsabilité et le pouvoir sont vécus dans l'Église». Il s’agit aussi d'«accréditer la communauté chrétienne en tant que sujet crédible et partenaire fiable» sur les voies du dialogue, de la réconciliation, de l'inclusion et de la participation. Et aussi de «régénérer les relations» avec les représentants d'autres confessions, les organisations de la société civile et les mouvements populaires.

    Des mesures concrètes, donc, qui s'inscrivent dans un cadre historique marqué par la «tragédie» du Covid et dans un contexte où l'Église est confrontée à un manque de foi interne, à la corruption et aux abus. Mais c'est précisément dans ces «sillons creusés par la souffrance» que fleurissent les «voies nouvelles» pour «refonder le chemin de la vie chrétienne et ecclésiale».

  • 8 septembre : fête de la Nativité de la Vierge

    IMPRIMER

    Du Père Simon Noël osb sur son blog :

    Nativité de la Vierge


    Celle dont nous fêtons aujourd'hui la Nativité est par excellence un enfant de la Grâce. A de nombreuses reprises, la liturgie byzantine appelle Marie la Toute-Sainte et Immaculée Mère de Dieu. Jamais Marie n'a été effleurée par l'ombre du péché. Le péché ! Lorsque quelqu'un, consciemment et volontairement, fait quelque chose de mal, il commet un péché. Il en est responsable. Il est coupable. Bien sûr, il existe de faux sentiments de culpabilité, mais cela relève du psychiatre.

    Mais le péché est plus que la simple culpabilité. Le péché est d'abord et essentiellement un état de séparation avec Dieu. Tous ont péché et sont privés de la Gloire de Dieu, a dit Saint Paul. Nous sommes tous nés dans le péché, séparés de Dieu. Or, c'est évident, à notre naissance, nous n'avons pas encore commis de faute personnelle. Mais nous avons déjà besoin d'être sauvés par le Christ.

    Marie elle n'a jamais été, depuis le début, séparée de Dieu. C'est pourquoi l'archange Gabriel la salue ainsi : Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi, tu as trouvé grâce aux yeux de Dieu. La plénitude de la Grâce a toujours été en Marie, la Toute-Sainte.

    Marie est l'aurore du salut. L'aurore, ce n'est pas la pleine lumière du midi, mais c'est déjà l'annonce de cette lumière. Le Christ est notre seul Sauveur et Marie, elle aussi, comme chacun d'entre nous, a été sauvée par le Christ. Elle est donc de notre race. Et donc elle est toute proche de nous. Tout en elle est don gratuit de l'amour divin.

    Marie est notre Mère, dit-on, et c'est vrai. Mais elle est aussi notre sœur en humanité, elle est la nouvelle Eve. Bernanos aimait dire de Marie qu'elle était la sœur cadette du genre humain. La plus jeune de nos sœurs, la plus petite, la plus humble, la plus aimante. Aujourd'hui nous la contemplons petite enfant. Nous pouvons avoir avec elle la plus grande familiarité. Elle s'occupe de notre vie, même des petits détails, comme elle le fit à Cana pour le vin qui manquait à la fête.

    Elle est, disent les moines d'orient, la Mère de la prière incessante. Elle peut nous communiquer la grâce de la prière du cœur, qui lorsqu'elle sera enracinée en nous, fera que nous ne serons plus séparés de Dieu. Notre vie chrétienne connaîtra alors son plein épanouissement.

  • Canada : destruction de livres jugés néfastes à l'égard des autochtones dont Tintin et Astérix

    IMPRIMER

    De Thomas Gerbet sur le site de Radio Canada :

    Des écoles détruisent 5000 livres jugés néfastes aux Autochtones, dont Tintin et Astérix

    Ils ont été jetés, certains brûlés et enterrés, par un conseil scolaire de l’Ontario qui les accuse de propager des stéréotypes. Les auteurs sont consternés.

    Obélix et une Autochtone légèrement vêtue, aux formes généreuses.

    Le livre Astérix et les Indiens a été retiré des bibliothèques du Conseil scolaire Providence.

    PHOTO : LES ÉDITIONS ALBERT RENÉ

    2021-09-07

    Une grande épuration littéraire a eu lieu dans les bibliothèques du Conseil scolaire catholique Providence, qui regroupe 30 écoles francophones dans tout le Sud-Ouest de l’Ontario. Près de 5000 livres jeunesse parlant des Autochtones ont été détruits dans un but de réconciliation avec les Premières Nations, a appris Radio-Canada.

    Une cérémonie de purification par la flamme s’est tenue en 2019 afin de brûler une trentaine de livres bannis, dans un but éducatif. Les cendres ont servi comme engrais pour planter un arbre et ainsi tourner du négatif en positif.

    Une vidéo destinée aux élèves explique la démarche : Nous enterrons les cendres de racisme, de discrimination et de stéréotypes dans l’espoir que nous grandirons dans un pays inclusif où tous pourront vivre en prospérité et en sécurité.

    Extrait d'une vidéo destinée aux élèves dans laquelle on voit une partie de la cérémonie où des cendres de livres ont été déposées dans un trou pour planter un arbre.

    Extrait d'une vidéo destinée aux élèves dans laquelle on voit une partie de la cérémonie où des cendres de livres ont été déposées dans un trou pour planter un arbre.

    PHOTO :  CSP PROVIDENCE

    Des cérémonies semblables devaient se tenir dans chacune des écoles, mais la pandémie les a reportées à plus tard. L’idée initiale de brûler tous les livres a aussi été écartée, par crainte de susciter un tollé chez les parents d’élèves et les enseignants.

    Ces livres ont été recyclés ou sont en voie de l’être, explique la porte-parole du Conseil scolaire Lyne Cossette. Elle ajoute que les ouvrages retirés des bibliothèques avaient un contenu désuet et inapproprié.

    Il s’agit d’un geste de réconciliation avec les Premières Nations, et un geste d’ouverture envers les autres communautés présentes dans l’école et notre société.

    Une citation de : Lyne Cossette, porte-parole du Conseil scolaire catholique Providence

    Le Conseil scolaire catholique Providence accueille près de 10 000 élèves, au sein de 23 écoles primaires et 7 écoles secondaires francophones, réparties majoritairement dans les régions de Windsor, London et Sarnia.

    Un document de 165 pages, que nous avons obtenu, détaille l'ensemble des titres éliminés, ainsi que les raisons invoquées. On y retrouve des bandes dessinées, des romans et des encyclopédies.

    Un comité formé de membres du conseil scolaire et d’accompagnateurs autochtones a analysé des centaines de livres jeunesse au sujet des Premières Nations. Quant au ministère de l’Éducation de l’Ontario, il a participé au projet de cérémonie, mais pas à la sélection des livres.

    Lire la suite

  • Pas facile d'être un "catholique conservateur"

    IMPRIMER

    Un billet (déjà ancien) de Dominique de la Barre sur le blog "La Ligne claire" :

    De la difficulté d’être un catholique conservateur

    Lire la suite

  • Le 52e Congrès eucharistique international s'est ouvert à Budapest

    IMPRIMER

    De Kath Net News :

    Le 52e Congrès eucharistique international a commencé - des pèlerins de 80 pays

    Cardinal Erdő : « Le Christ est avec nous dans l'Eucharistie. Il ne quitte jamais l'Eglise, les nations ou l'humanité. Toutes nos forces et nos espoirs résident dans l'Eucharistie » - 1 200 jeunes célèbrent leur première communion lors de la messe d'ouverture - VIDEO

    Budapest (kath.net/pm/pl) kath.net documente le communiqué de presse du Congrès eucharistique de Budapest dans sa propre traduction - (c) pour la traduction : kath.net

    Le 52e Congrès eucharistique international a débuté par une triple célébration sur la Place des Héros à Budapest. Les pèlerins sont venus d'environ 80 pays pour assister à l'un des plus grands rassemblements du monde catholique, l'événement d'une semaine qui a lieu régulièrement tous les quatre ans. Le congrès était initialement prévu pour l'automne 2020, mais en raison de la pandémie mondiale, les organisateurs devaient le reporter d'un an.

    83 ans se sont écoulés depuis la dernière fois que la Hongrie a accueilli l'Événement mondial catholique. Maintenant, pour la deuxième fois, le pays a le privilège d'accueillir à nouveau. La grandiose cérémonie d'ouverture comprenait le Veni Sancte, la sainte messe d'ouverture de l'année scolaire des écoles catholiques de l'archidiocèse d'Esztergom-Budapest, ainsi que la première communion de plus de 1200 jeunes.

    Le 52e Congrès eucharistique international de Budapest s'est ouvert en présence de dignitaires ecclésiastiques et publics.

    "Hongrie, le pays de Marie" était le nom de la cérémonie d'ouverture d'une demi-heure. Le spectacle a rencontré la présentation des traditions folkloriques chrétiennes autour du bassin des Carpates. 300 danseurs folkloriques et traditionnels ont démontré la relation unique entre les Hongrois, les traditions folkloriques et la religion chrétienne millénaire.

    Dans son discours d'ouverture, le Cardinal Primat Péter Erdő a remercié la Divine Providence pour la tenue du Congrès. Il a également remercié les organisateurs, la Société hongroise et le Comité pontifical pour les Congrès eucharistiques internationaux. Le discours du cardinal a porté sur le contenu de l'événement d'une semaine : « Le Christ est avec nous dans l'Eucharistie. Il ne quitte jamais l'Eglise, les nations et l'humanité. Toutes nos forces et nos espoirs résident dans l'Eucharistie. L'Eucharistie est la source de notre vie chrétienne et de notre mission. »

    Le principal célébrant de la cérémonie d'ouverture était le cardinal Angelo Bagnasco, archevêque émérite de Gênes, ancien président de la Conférence épiscopale italienne et président du Conseil des conférences épiscopales d'Europe.

    « Bien que nos voix soient faibles, des siècles résonnent encore en elles, et le sang des martyrs les fait revivre. La messe d'aujourd'hui a le message que, malgré toutes nos faiblesses et nos péchés, la lumière du Christ brille dans l'Église », a expliqué le cardinal Bagnasco dans son sermon.

    Le Président du Conseil des Conférences épiscopales d'Europe a ajouté que le Saint-Esprit a amplifié la voix des fidèles et a dit aux hommes de notre temps : « Vous n'êtes pas seuls dans l'univers hostile. des jeunes qui faisaient leur première communion et les assuraient qu'ils trouveraient en Jésus un ami qui ne les trahirait jamais.

    Le célébrant principal de la Sainte Messe s'est également adressé aux étudiants catholiques. Le cardinal Angelo Bagnasco a souligné que les jeunes étudiants [dans les écoles catholiques] peuvent étudier dans un environnement qui ne souffre pas de préjugés contre la religion ou le christianisme.

    « Aujourd'hui, on parle de 'faiblesse' de la pensée, ce qui déclenche ainsi les difficultés de la croyance. La foi n'est pas l'ennemie de l'esprit, mais cherche le sens des choses. L'esprit a un besoin urgent de foi pour être lui-même », a déclaré le cardinal italien. Il a averti les étudiants que si vous évitez seulement les erreurs ou les difficultés, la vie ne sera pas belle. Il en va de même pour réussir dans des postes importants. La vie sera belle parce que ce sont des gens utiles. "L'église a beaucoup besoin de vous alors que vous avez besoin de Jésus."

    Angelo Bagnasco s'est également adressé au sacerdoce. Il a remercié tous les prêtres dispersés dans le monde en mission de prêcher les paroles de Jésus le Bon Pasteur. « Ils sont les messagers de l'amour de Dieu, ils sont les prophètes de l'âme dans un monde matérialisé. Ils sont les héritiers de la tradition vivante et les messagers du futur dans un monde perdu."

    Enfin, le cardinal s'est adressé à la communauté, qui fixait désormais son regard et son horizon sur la divine Eucharistie et le cœur du Christ. « Allongé sur ses genoux, il dit les derniers mots. Ce n'est rien de plus qu'un indice encourageant répété : vous tous qui ressentez le poids de la croix, qui pleurez, qui êtes persécuté pour la vérité, qui n'avez ni voix ni terre, dont la douleur est inconnue des autres. Rendez-vous forts ! Le Seigneur est juste au coin de la rue, frappant à la porte de chaque cœur qui s'ouvre à lui. Il n'est pas seulement né pour partager le destin humain, mais pour nous élever à la Sainte Trinité. Ce mystère est immense, mais il est présent ici sur cet autel et nous accompagne chaque jour jusqu'au bout du monde."

    EWTN - Ouverture officielle du 52e Congrès eucharistique international de Budapest et messe avec première communion - Livestream

  • Synodalité : le pape François prépare une réforme radicale des structures de pouvoir dans l'Eglise

    IMPRIMER

    De Jean Kinzler sur le Forum catholique :

    Que veut changer le pape François par le synode sur la synodalité entre 2021 et 2023?

    François veut inverser la structure pyramidale de l'Église. Au lieu de cela, le nouveau processus synodal sera « une spirale ». Cette « nouvelle culture ecclésiale » sera la véritable nouveauté du synode sur la synodalité de 2021 à 2023.

    En fin de compte, le Synode de 2023 changera probablement la dynamique du pouvoir et les relations dans l'Église catholique, mais le changement « doit venir des églises locales, pas de Rome »...

    L'objectif est ambitieux : enseigner aux fidèles, laïcs et religieux, à se rencontrer dans le dialogue pour intégrer la « culture de la rencontre » chère au pape François.

    Gageons que le pour le Jubilé de l'Année Sainte 2025, cette nouvelle organisation de l'Eglise sera mise en valeur à Rome
    JK

    Le pape François prépare une réforme radicale des structures de pouvoir de l'Église

    En octobre, François s'apprête à inaugurer un processus de préparation synodale de trois ans qui a le potentiel de révolutionner la façon dont les décisions sont prises dans l'Église catholique et de promouvoir une structure d'autorité plus décentralisée.

    CITÉ DU VATICAN (RNS)

    2 septembre 2021

    Par Claire Giangravé

    En 2001, le cardinal Jorge Bergoglio était rapporteur pour le sommet des évêques au Vatican — et il n'a pas aimé ce qu'il a vu.

    L'Église catholique avait adopté une approche de haut en bas qui privait les églises locales de tout pouvoir de décision, et le synode des évêques a été réduit à rien de plus qu'un sceau d'approbation pour des conclusions préemballées faites à Rome.

    Lorsque Bergoglio est devenu le pape François lors du conclave de 2013, le processus synodal figurait en tête de sa liste de réformes.

    "Il y avait un cardinal qui nous a dit ce qui devrait être discuté et ce qui ne devrait pas être discuté", a déclaré François à propos de son expérience au Synode général de 2001 dans une interview au journal argentin La Nation en 2014. "Cela n'arrivera pas maintenant", a-t-il ajouté.

    Les 9 et 10 octobre, le pape François inaugurera un processus de préparation de trois ans pour le Synode de 2023, qui se concentrera sur la réforme du processus synodal. Le processus de préparation et le Synode 2023, avec le thème « Pour une Église synodale : communion, participation et mission », ont le potentiel de révolutionner la façon dont les décisions sont prises dans l'Église catholique et de promouvoir une structure d'autorité plus décentralisée.

    « Si les gens pensent simplement à cela comme à une réunion sur des réunions, ils manquent tellement le point », a déclaré le révérend David McCallum, directeur exécutif du Programme pour le discernement du leadership de l'Université grégorienne de Rome et membre de la Commission du Synode sur Méthodologie, dans une interview avec Religion News Service.

    Le processus de révision synodale triennale se déroulera en trois phases : une phase locale au niveau diocésain et paroissial, une phase continentale impliquant les conférences épiscopales du monde entier et une phase universelle, au cours de laquelle les évêques et les laïcs se réuniront à Rome pour discuter les conclusions et les sujets développés au cours des deux premières phases. Pour coordonner et guider l'ensemble du processus, le pape François a créé un comité directeur de cinq membres flanqué de deux commissions sur la méthodologie et la théologie.

    La structure hiérarchique que le pape François a évitée au Vatican en 2001 se reflète actuellement dans les diocèses catholiques du monde entier. Tout au long de l'histoire, « il est devenu très naturel que les évêques, qui étaient souvent les dirigeants les plus instruits et les mieux préparés dans la région particulière où se trouvait l'église, exerçaient leur leadership comme le ferait un maire », a expliqué McCallum.

    S'adressant à La Nation, François a déclaré que la gouvernance de l'église "est entre mes mains, après avoir reçu les conseils nécessaires". Loin d'une imposition autoritaire, les organisateurs du synode affirment que le rôle du pape est celui de garantir l'unité, ce qui permet de distinguer la synodalité d'un débat parlementaire.

    Lire la suite

  • L’école à la maison, une liberté fondamentale

    IMPRIMER
  • La virilité : une vertu qui rend responsable

    IMPRIMER

    D' sur le site du Figaro Vox :

    Martin Steffens: «La virilité est une vertu qui rend responsable»

    Martin Steffens est agrégé de philosophie, professeur de philosophie en Khâgne, conférencier et chroniqueur pour La Croix et La Vie. Il est notamment de nombreux ouvrages dont L'éternité reçue (éd. Desclée de Brouwer, octobre 2017) et L'amour vrai, Au seuil de l'autre (éd. Salvator, septembre 2018). Il a récemment publié Tu seras un homme: La virilité comme promesse (éd. Cerf, 2021, 198 p., 18€).

    FIGAROVOX. - Vous avez publié «Tu seras un homme: La virilité comme promesse ». Comment définissez-vous la virilité ?

    Martin STEFFENS. – Le sous-titre de mon essai est « La virilité comme promesse ». Peut-être aurais-je dû parler de « masculinité » et éviter ainsi un mot piégé, devenu presque tabou. Mais d'abord je n'aime pas le mot « masculinité ». Le son qu'il rend est assez laid, peu engageant. Surtout la masculinité désigne un simple fait, un donné corporel, et non pas encore une vertu. Or la virilité est un certain rapport, vertueux, à ce donné corporel et, plus généralement, à la puissance de vie qui est humainement la nôtre.

    Aristote dit qu'une vertu est « une disposition acquise », une « habitude », c'est-à-dire quelque chose qu'il faut activer et réactiver. La virilité est de ce côté-là. Elle est la vertu de celui qui prend acte de soi-même comme puissance, et donne à cette force la forme d'un bien : protéger ceux qu'on aime de la violence, croître et vivre pleinement, éviter de se laisser imperceptiblement dissoudre dans le cours anonyme des choses… Si la vertu de courage s'entend à partir de la peur qu'il surmonte, la virilité, de son côté, s'oppose à un autre type de tentation : celle d'abdiquer sa vie, de ne pas en jouer le jeu pleinement. En un sens, elle est le premier mot du courage : le courage d'être. Elle travaille au fond de nos fatigues pour nous en faire quotidiennement ressurgir afin que notre vie tienne quelques-unes des promesses qu'elle apportait avec son premier cri. La virilité est pour moi un certain allant, une façon d'aller aux combats, une manière d'oser, c'est-à-dire de se tromper souvent, franchement et, quand il le faut, et non moins franchement, d'en demander pardon. La virilité consiste en des êtres humains consistants.

    Diriez-vous que la virilité est une vertu exclusivement masculine ?

    Non, la virilité n'est pas propre à l'homme. La virilité c'est une façon d'endosser le tragique de la vie, de répondre de nos actes et de leurs conséquences, même imprévues, surtout quand elles sont imprévues. Sur le bureau du président Truman était inscrit : « la responsabilité commence ici » : s'il y a un problème, il faut frapper ici et frapper fort. Il s'agit finalement, dans la vie, de prendre chair… quitte à prendre cher ! Et de refuser ainsi une existence fantomatique.

    Or ce désir de consistance n'est évidemment pas l'apanage des hommes. J'irais même plus loin : si la virilité est une vertu plus proprement masculine, c'est parce que les hommes sont davantage susceptibles d'en manquer. L'homme est un être plus aisément aérien, je dirais même abstrait... idéaliste au risque d'être idéologue. N'étant pas pourvu de l'organe qui porte la vie, il peut longtemps ignorer le drame de la mort, de la fragilité des êtres. L'étude des peuples primitifs, telle qu'elle fut par exemple menée par Alain Testart (1945-2013), nous montre que l'humanité a toujours distingué deux types de sang : d'une part le sang qui coule spontanément et qui donne la vie, le sang des menstrues ; de l'autre le sang qu'on fait délibérément couler, le sang qui donne la mort en vue de donner la vie : le sang de la chasse, de la guerre et des sacrifices. Si aux hommes revenait quasi exclusivement la charge de ces dernières activités, ce n'était sans doute pas pour en priver la femme, mais parce que, privé du sang qui donne la vie, privé de ce creux dans le ventre pour abriter un autre que soi, l'homme est davantage sujet à se désincarner. Et on le voit bien aujourd'hui : à l'heure où le cueilleur de supermarché a définitivement remplacé le chasseur, à l'heure où la guerre se fait surtout dans des jeux vidéo et où le prêtre n'est plus une figure désirable, l'homme peine à se trouver comme homme.

    Lire la suite