Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Parce que la pornographie tue la relation

    IMPRIMER

    De Mariolina Ceriotti Migliarese sur Didoc.be :

    La pornographie tue la relation

    .

    Le 10 juin dernier, le pape François a reçu les représentants de la FAFCE (Fédération des associations familiales catholiques en Europe), à l’occasion du 25ème anniversaire de sa fondation.

    Lorsqu’il exprime son inquiétude face à la propagation de la pornographie, le pape utilise des mots très forts : il parle d’une « attaque permanente contre la dignité de l’homme et de la femme » et d’une « menace pour la santé publique ».

    Une position nette et bien différente de l’opinion courante : pour la plupart, en effet, la question de la pornographie relève de la sphère des libertés individuelles, et ne devient un problème à traiter que lorsque surgit une dépendance pathologique ; la question se déplace alors dans le domaine psycho-sanitaire, tout en restant un problème individuel, qui ne concerne éventuellement que la personne elle-même et sa fragilité personnelle.

    Mais est-ce vraiment le cas ? La sexualité humaine a toujours été une source de grandes contradictions et il ne pourrait en être autrement : pour l’être humain, le sexe est et sera toujours une pierre d’achoppement et une source de scandale, car le sexe représente le point de rencontre crucial entre la nature et la culture.

    La clé de voûte de toute culture passe par la manière dont l’homme parvient à symboliser les questions centrales de l’existence, qui concernent la vie et la mort, et la sexualité se trouve précisément au carrefour de ces questions : à travers la rencontre sexuelle, en effet, surgit la transmission de la vie, mais transmettre la vie nous pousse aussi vers la mort, pour faire place à la nouvelle génération.

    La pulsion naturelle du sexe devient culture à travers les significations que nous savons introduire, au moyen de la capacité toute humaine de transcender les valeurs purement biologiques pour les enrichir de questions et de réponses. C’est l’histoire de notre civilisation : lier la sexualité au thème de l’amour, de la fidélité, de la valeur de l’autre, a permis de donner de plus en plus de place au respect des femmes et de valoriser les relations.

    Il ne s’agit pas d’une transition naturelle, mais d’un parcours culturel : un parcours dont la culture chrétienne est un protagoniste indiscutable. Or, la diffusion de la pornographie signale le danger d’un retour en arrière, vers une sexualité-besoin, déconnectée de la relation, sans aucun sens ni aucune valeur. Le cri d’alarme du pape nous aide à voir plus clairement le danger de glisser vers un monde qui considère inévitable et peut-être même souhaitable de revenir à la séparation de l’expérience sexuelle de celle de l’amour et de la relation.

    Le message que nous recevons de notre époque semble être le suivant : le sexe n’est qu’une activité récréative pour les adultes et un exutoire pulsionnel auquel nous avons droit ; pourquoi alors se compliquer la vie en liant inextricablement sexe et relation ? Mais au fond de lui, l’homme sait bien que faire l’amour est bien plus que jouer au sexe : c’est une expérience qui nous demande un peu plus, pour nous donner infiniment plus. Elle nous demande d’aimer, pour nous faire éprouver la merveille d’être aimé. Rappelons-nous donc ce qu’a dit Jean-Paul II : le contraire d’aimer n’est pas de haïr mais d’utiliser. La pornographie n’est que cela, une façon d’utiliser l’autre pour son propre plaisir. C’est pourquoi la pornographie tue l’amour.

    Mariolina Ceriotti Migliarese est médecin neuropsychiatre pédiatrique et psychothérapeute. Ce texte a été traduit de l’italien par Stéphane Seminckx. Source : https://www.avvenire.it/opinioni/pagine/con-papa-francesco-contro-la-pornografia-che-uccide-la-relazione.

  • Prouver Dieu, la différence homme-femme, le sacerdoce : une émission (Esprit des Lettres) à ne pas manquer sur KTO

    IMPRIMER

    De KTO Télévision, une émission à ne pas manquer :

    L’Esprit des Lettres de juin 2022 : P. François Euvé, René Écochard, P. François Potez

    01/07/2022

    Jean-Marie Guénois a choisi pour vous des lectures de vacances plus exigeantes que beaucoup de ses confrères. Mais l’été n’est-il pas l’occasion de méditer sur l’essentiel ? Le père François Euvé, aiguillonné par des publications récentes proposant des preuves de l’existence de Dieu, enrichit le débat, de sa plume alerte (La science, l’épreuve de Dieu? chez Salvator). René Écochard fait un remarquable travail de compilation des découvertes et savoirs sur la différence homme-femme, aujourd’hui souvent relativisée. Il nous offre Homme, femme... ce que nous disent les neurosciences chez  Artège. Enfin, le père François Potez, dans « La grave allégresse » - être prêtre aujourd’hui, chez Mame, délivre une réflexion sur le sacerdoce fondée sur des années de ministère et d’accompagnement. UNE COPRODUCTION KTO-JDS-LA PROC.

  • Ce qu'on perd à ne plus enseigner le grec et le latin

    IMPRIMER

    D'Eugénie Boilait sur le site du Figaro (via "Pour une école libre au Québec") :

    « Ne plus enseigner le latin et le grec, c’est nous couper de nos racines culturelles »

    Le Figaro. — Seuls 535 candidats (sur plus de 380 000) ont présenté la spécialité « littérature, langues et cultures de l’antiquité - Latin » au bac 2022, et 237 en « littérature, langues et cultures de l’antiquité - Grec ancien ». Et seuls 3 % des lycéens ont suivi l’option latin en 2021-2022. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

    Andrea MARCOLONGO. — Je suis bouleversée par ces chiffres et réellement préoccupée. On parle désormais d’une toute petite minorité qui étudie le grec et le latin en France. Je le dis d’abord en tant qu’helléniste, mais aussi en tant qu’italienne, pays où les chiffres sont tout de même différents. Pour moi, c’est très grave. Si on laisse les choses se dérouler ainsi, dans quelques années, il n’y aura plus d’élèves ou d’étudiants français qui suivront des cours de langues anciennes.

    —  Quelles en sont les raisons ?

    — Cette situation nous la devons d’abord à un conformisme de la classe politique et intellectuelle. On ne peut pas reprocher aux élèves et étudiants français de ne pas faire du latin et du grec car ces langues, et les références à ces langues, ont entièrement disparu du débat public. Lors de la dernière campagne électorale, je ne me rappelle pas en avoir entendu parler. Par ailleurs, depuis une dizaine d’années, on a commencé à juger la culture avec un paramètre d’utilité. On a pensé que ces langues n’étaient plus utiles et que le but de l’école était de former des travailleurs. Dans cette perspective, l’enseignement du grec et du latin était inefficient. Il n’y a même pas de débat intellectuel à ce sujet. Le conformisme à l’état pur, c’est de dire que l’on passe à autre chose et que ce n’est pas important.

    — La paresse intellectuelle est-elle l’une des raisons de ce déclin ?

    — Oui, c’est une paresse intellectuelle généralisée. Cela ne concerne pas que les élèves.

    — Il est très rare de voir quelqu’un, issu de la classe politique ou intellectuelle, parler de L’Odyssée, de L’Iliade, d’Homère, des classiques ou des humanités. Les jeunes élèves de 14 ans ne se mettront pas au latin ou au grec seuls. Il faut assumer une responsabilité et pour moi elle est très claire : c’est d’abord celle de la classe politique et intellectuelle.

    — Cette baisse de l’enseignement des langues anciennes en France fait écho à la décision de l’université de Princeton en avril 2021 de supprimer de son cursus de lettres classiques l’obligation d’un enseignement du latin et du grec. Les langues anciennes sont-elles rejetées par l’occident ?

    — Il faut même parler ici de renoncement intellectuel. Ce n’est plus une remise en cause ou un rejet, c’est un effacement. Pourtant, les classiques servent à réfléchir. Italo Calvino disait que l’enseignement classique est fait pour se définir en rapport, être pour ou contre. Il faut toujours remettre en cause, la discussion avec l’enseignement classique est essentielle, mais pour cela il faut qu’il existe… Sinon, le risque est celui d’un véritable monologue intellectuel. «Je ne suis pas d’accord avec cela, donc la seule solution est d’effacer et supprimer» : c’est très grave de fonctionner comme cela. On forme une génération habituée au monologue et non pas au dialogue. Pour apprendre le dialogue avec l’autre, il faut connaître, et les classiques servent à cela.

    Lire la suite

  • Une émission KTO dans la série « La foi prise au mot » : l’Eglise en Afrique

    IMPRIMER

    Dans le cadre de la programmation spéciale autour de la venue du pape François au Congo et au Soudan du sud, Régis Burnet réunit deux experts de l’Eglise en Afrique pour évoquer non seulement l’histoire de l’évangélisation mais aussi ses enjeux aujourd’hui. L’annulation, ou plutôt le report du voyage du Pape, n’empêche pas KTO de proposer cette fois ci, pour les francophones d’Europe mais aussi pour les centaines de milliers d’Africains qui attendent avec beaucoup d’espoir cette visite, ce complément à notre programmation. Le bibliste Régis Burnet reçoit Jean Pirotte et Mathieu Zana.