Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité

  • Cardinal Newman : la primauté de la conscience

    IMPRIMER

    Lu sous la signature de Christian Gouyaud dans le mensuel LA NEF n° 318 Octobre 2019, mis en ligne le 29 février 2024 :

    Avec un siècle d’avance, Newman a développé l’idée de la primauté de la conscience, comme personne à son époque. Explications en suivant le cardinal Joseph Ratzinger.

    "Joseph Ratzinger cite fréquemment le mot de Newman dans sa Lettre au duc de Norfolk (1) : « Si, après un dîner, j’étais obligé de porter un toast religieux – ce qui évidemment ne se fait pas –, je boirais à la santé du pape, croyez-le bien, mais à la conscience d’abord, et ensuite au pape ! » Au-delà de cette boutade, la lettre autant que son auteur – qu’il béatifiera – revêtent une importance particulière pour J. Ratzinger. Rappelons le contexte de cet écrit. En 1874, Gladstone, ancien premier ministre de Grande-Bretagne, fit paraître un article aux accents pamphlétaires et au titre évocateur : « Les décrets du Vatican et le loyalisme civil des catholiques ». Selon Gladstone, les catholiques anglais manqueraient de loyauté envers le Royaume, étant en conscience, déterminés par une puissance étrangère : Rome. Newman répondit à Gladstone par La lettre au Duc de Norfolk, qui est un véritable hymne à la conscience. Pour Newman, les catholiques (anglais) ne se déterminent qu’en fonction de leur conscience, laquelle est la « Voix de Dieu » qui parle en chacun. Newman conférait à la conscience une valeur d’abord religieuse avant que psychologique ou éthique. Elle est cette instance à la fois immanente et transcendante. Si elle est la norme ultime et immédiate de l’agir humain, elle n’est pas pour autant autonome. Non seulement le magistère n’a pas condamné les droits de la conscience mais l’autorité ecclésiale est fondée sur la conscience, que Newman n’hésite pas à appeler « le vicaire du Christ » : « On ne verra jamais un pape, dans un document officiel adressé à tous les fidèles, porter atteinte à la doctrine très grave du droit et du devoir d’obéir à l’autorité divine s’exprimant par la Voix de la conscience. Car, en vérité, c’est sur cette Voix de la conscience que l’Église elle-même est fondée. Si le pape se prononçait contre la conscience, il se suiciderait, il ferait crouler le sol sous ses pieds. » Newman va encore plus loin en attribuant à la conscience les prérogatives du pape : « La conscience est le premier de tous les vicaires du Christ. Elle est le prophète qui nous révèle la vérité, le roi qui nous impose ses ordres, le prêtre qui nous anathématise et nous bénit. » A supposer même que, par impossible, « le sacerdoce éternel de l’Église [vienne] à disparaître, le principe sacerdotal survivrait à cette ruine et se poursuivrait, incarné, dans la conscience ». De là, le toast à la conscience.

    Ratzinger, conscience et Magistère

    En 1991, J. Ratzinger a proposé une réflexion puissante sur le rapport entre la conscience et le Magistère (2). Plutôt que d’aborder la question de la conscience de façon abstraite, le préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi préfère partir d’une opinion qui l’a profondément choqué, selon laquelle l’incroyance serait une grâce parce que la conscience erronée permet d’être plus facilement sauvé, dispensant les incroyants du fardeau onéreux de la foi et de ses obligations morales. Cette opinion renvoie à la conception d’un Dieu qui aveuglerait pour sauver et d’une foi qui, inversement, augmenterait la difficulté de se sauver : « La mise à l’écart de la vérité serait plus salutaire à l’homme que la vérité ; ce n’est pas la vérité qui le libérerait, mais au contraire, il devrait s’en libérer. L’homme serait davantage chez lui dans l’obscurité qu’à la lumière, car la foi ne serait pas un don bienfaisant du Dieu de bonté mais au contraire un héritage néfaste. » On peut dire que tout l’effort théologique de J. Ratzinger a consisté à s’insurger contre cette position. La conception qui, considérant la foi et ses obligations morales comme un fardeau trop onéreux quasi-impossible à supporter, préfère laisser les hommes dans leur « bonne conscience » erronée, est, selon J. Ratzinger, sous-jacente à la paralysie de l’évangélisation.
    Si la conscience erronée sauve en tant qu’elle dispense des exigences de la vérité, alors elle n’est plus « une fenêtre ouvrant sur l’intelligence de la vérité commune qui nous porte tous, nous permettant d’être une communauté de vouloir et de responsabilité unie par la reconnaissance de cette vérité ». La conscience apparaît ici comme « un justificatif pour la subjectivité ne souhaitant pas se remettre en cause », la fameuse bonne conscience tranquille bourgeoise ! Si l’on va jusqu’au bout de la conception consistant à suivre sa conscience erronée, abstraction faite de toute référence à une vérité objective, il n’y a pas de raison de qualifier de mauvais des agissements faits en toute bonne conscience comme, sans doute, les crimes perpétrés par les nazis (dont certains devaient bien être de bonne foi) ! Nous verrons Benoît XVI reprendre cette argumentation à Berlin en 2011 devant le Bundestag. De ce raisonnement par l’absurde, J. Ratzinger acquiert la conviction que « quelque chose ne va pas dans la théorie de la puissance justificatrice de la conscience subjective ».

    Un guide précieux

    C’est ici que Newman, « dont la vie et l’œuvre peuvent être considérées comme un unique commentaire sur le problème de la conscience », peut être un guide précieux, quand il envisage le primat du pape conjointement avec le primat de la conscience. J. Ratzinger estime que « la vérité est le moyen terme qui, chez Newman, établit la corrélation entre liberté et autorité ». Dans la tradition augustinienne, Newman comprend la conscience comme « la présence intelligible et impérative de la voix de la vérité dans le sujet lui-même » et non comme « la norme du sujet vis-à-vis des exigences de l’autorité dans un monde dépourvu de vérité et vivant de compromis entre les prérogatives du sujet et celle de l’ordre social ». Newman lui-même ne s’est pas converti au catholicisme par goût personnel – il ne tenait guère en estime les catholiques romains de son époque et il dut affronter l’incompréhension de ses amis – mais un appel impérieux de sa conscience lui fit préférer la vérité au consensus et aux convenances du groupe. Tel est « l’homme de conscience » qui « n’achète jamais conciliation, bien-être, réussite, renommée, ou bien encore une approbation venant de l’opinion dominante, au prix du renoncement à la vérité ».
    J. Ratzinger tient à rendre hommage à la tradition médiévale qui, antérieurement au jugement de la conscience, décèle un niveau ontologique : la « syndérèse ». Saint Thomas d’Aquin y voit un habitus naturel, c’est-à-dire une orientation fondamentale enracinée dans la partie opérative (et non spéculative) de notre âme, qui nous incline vers le bien, une intuition principielle de l’obligation morale. J. Ratzinger préfère substituer le concept platonicien d’« anamnèse » à celui scolastique de « syndérèse », plus en consonance avec la Révélation biblique. Il s’agit d’« une mémoire originelle du bien et du vrai » infusée en nous, « une tendance intime de l’être de l’homme, fait à l’image de Dieu, vers ce qui est conforme à Dieu ». Cette « anamnèse », par laquelle « depuis sa racine, l’être ressent une harmonie avec certaines choses et se trouve en contradiction avec d’autres » est un « sens intérieur, une capacité de reconnaissance, de telle manière que celui qu’elle interpelle, s’il n’est pas intérieurement replié sur lui-même, est capable d’en reconnaître l’écho en lui ».
    C’est cette anamnèse que la prédication de l’Évangile rejoint, c’est même sur elle que « reposent la possibilité et le droit de l’activité missionnaire ». Avec toute la luminosité de son enseignement, J. Ratzinger déclare : « L’Évangile peut et doit être annoncé aux païens car eux-mêmes l’attendent dans le secret. La mission se justifie par ce qu’ils reconnaissent l’objet de leur attente au contact de la Parole de l’Évangile. » Les messagers du Christ savaient que leur prédication correspondait à une attente latente, à « une intuition fondamentale, antérieure à leur annonce », et que celle-ci venait combler. De la même manière, l’autorité, si elle n’est pas arbitraire, et l’obéissance, si elle n’est pas volontariste, s’harmonisent si on considère que « l’anamnèse de notre être a besoin comme d’une aide extérieure afin de pouvoir prendre conscience d’elle-même – un facteur extérieur qui cependant ne lui est pas opposé, mais ordonné ». Par cette mémoire chrétienne, le croyant « a la capacité de discerner de l’intérieur entre ce qui est développement de la mémoire et ce qui pour elle constitue dérangement ou altération » et le rôle du pape en son magistère est précisément d’être de l’intérieur « l’avocat de la conscience chrétienne ». Quant au jugement erroné de la conscience, il peut fort bien en amont « résulter d’une contradiction dans l’anamnèse de l’être, […] dans l’abandon de mon être me rendant sourd à la voix de la vérité et à ses exhortations intérieures ». Voilà pourquoi J. Ratzinger ne peut pas disculper un Hitler ou un Staline, supposés avoir suivi leur conscience ! "

     Christian Gouyaud

    (1) John Henry Newman, Lettre au Duc de Norfolk, textes newmaniens publiés par L. Bouyer et M. Nédoncelle, intr., trad. et notes par B.-D. Dupuy, vol. VII, Desclée de Brouwer, 1970.
    (2) « Conscience et vérité ». Exposé à l’intention des évêques américains lors d’une réunion à Dallas au printemps 1991 in J. Ratzinger, La communion de Foi. Discerner et agir, Communio, Parole et Silence 2009, p. 187-206.

  • Pape François : "le danger le plus terrible est l'idéologie du genre qui efface les différences et rend tout identique"

    IMPRIMER

    DISCOURS DU SAINT-PÈRE FRANCOIS AUX PARTICIPANTS DE LA CONFÉRENCE INTERNATIONALE "HOMME-FEMME IMAGE DE DIEU. POUR UNE ANTHROPOLOGIE DES VOCATIONS".

    Salle du Synode
    Vendredi, 1 mars 2024

    Paroles du Saint Père avant le discours

    Bonjour ! Je demande qu'on fasse la lecture, pour ne pas être trop fatigué ; j'ai encore un rhume et je suis fatigué en lisant pendant un certain temps. Mais je voudrais souligner une chose : il est très important qu'il y ait cette rencontre, cette rencontre entre les hommes et les femmes, parce qu'aujourd'hui, le danger le plus terrible est l'idéologie du genre, qui annule les différences. J'ai demandé des études sur cette vilaine idéologie de notre temps, qui efface les différences et rend tout identique ; effacer la différence, c'est effacer l'humanité. L'homme et la femme, en revanche, sont dans une "tension" féconde. Je me souviens avoir lu un roman du début des années 1900, écrit par le fils de l'archevêque de Canterbury : Le Maître de la Terre. Ce roman parle de l'avenir et est prophétique, car il montre cette tendance à effacer toutes les différences. Il est intéressant de le lire, si vous en avez le temps, parce qu'on y retrouve les problèmes d'aujourd'hui ; cet homme était un prophète.

    Frères et sœurs !

    Je suis heureux de participer à cette conférence promue par le Centre de recherche et d'anthropologie des vocations, au cours de laquelle des chercheurs de différentes parties du monde, chacun avec sa propre expertise, discuteront du thème "Image de Dieu de l'homme et de la femme. Vers une anthropologie des vocations". Je salue tous les participants et je remercie le cardinal Ouellet pour ses paroles : nous ne sommes pas encore des saints, mais nous espérons l'être toujours plus, c'est la première vocation que nous avons reçue ! Et merci surtout parce qu'il y a quelques années, avec d'autres personnes influentes et à la recherche d'une alliance des savoirs, vous avez créé ce Centre pour initier une recherche académique internationale visant à toujours mieux comprendre le sens et l'importance des vocations, dans l'Église et dans la société.

    L'objectif de cette conférence est avant tout de considérer et de valoriser la dimension anthropologique de toute vocation. Cela nous renvoie à une vérité élémentaire et fondamentale, qu'il nous faut aujourd'hui redécouvrir dans toute sa beauté : la vie de l'être humain est vocation. Ne l'oublions pas : la dimension anthropologique, qui sous-tend tout appel au sein de la communauté, est liée à une caractéristique essentielle de l'être humain en tant que tel : l'homme lui-même est vocation. Chacun de nous, aussi bien dans les grands choix qui affectent un état de vie, que dans les multiples occasions et situations dans lesquelles ils s'incarnent et prennent forme, se découvre et s'exprime comme appelé, comme personne qui se réalise dans l'écoute et la réponse, en partageant son être et ses dons avec les autres pour le bien commun.

    Cette découverte nous fait sortir de l'isolement d'un ego autoréférentiel et nous fait nous considérer comme une identité en relation : j'existe et je vis en relation avec celui qui m'a engendré, avec la réalité qui me transcende, avec les autres et avec le monde qui m'entoure, par rapport auquel je suis appelé à embrasser une mission spécifique et personnelle avec joie et responsabilité.

    Cette vérité anthropologique est fondamentale car elle répond pleinement au désir d'épanouissement humain et de bonheur qui habite nos cœurs. Dans le contexte culturel actuel, on a parfois tendance à oublier ou à occulter cette réalité, au risque de réduire l'être humain à ses seuls besoins matériels ou primaires, comme s'il s'agissait d'un objet sans conscience ni volonté, simplement entraîné par la vie dans un engrenage mécanique. Au contraire, l'homme et la femme sont créés par Dieu et sont à l'image du Créateur, c'est-à-dire qu'ils portent en eux un désir d'éternité et de bonheur que Dieu lui-même a semé dans leur cœur et qu'ils sont appelés à réaliser à travers une vocation spécifique. C'est pourquoi il existe en nous une saine tension intérieure que nous ne devons jamais étouffer : nous sommes appelés au bonheur, à la plénitude de la vie, à quelque chose de grand auquel Dieu nous a destinés. La vie de chacun de nous, sans exception, n'est pas un accident de parcours ; notre présence dans le monde n'est pas le fruit du hasard, mais nous faisons partie d'un projet d'amour et nous sommes invités à sortir de nous-mêmes et à le réaliser, pour nous-mêmes et pour les autres.

    C'est pourquoi, s'il est vrai que chacun de nous a une mission, c'est-à-dire que nous sommes appelés à offrir notre contribution pour améliorer le monde et façonner la société, j'aime toujours rappeler qu'il ne s'agit pas d'une tâche extérieure confiée à notre vie, mais d'une dimension qui implique notre nature même, la structure de notre être d'homme et de femme à l'image et à la ressemblance de Dieu. Non seulement nous avons reçu une mission, mais chacun d'entre nous est une mission : "Je suis toujours une mission, tu es toujours une mission, tout baptisé et toute personne baptisée est une mission". Celui qui aime est mis en mouvement, il est poussé hors de lui-même, il est attiré et attirant, il se donne à l'autre et tisse des relations génératrices de vie. Personne n'est inutile et insignifiant pour l'amour de Dieu" (Message pour la Journée mondiale des missions 2019).

    Une éminente figure intellectuelle et spirituelle, le cardinal Newman, a des paroles éclairantes à ce sujet. J'en cite quelques-unes :

    "Je suis créé pour faire et être quelqu'un pour qui personne d'autre n'est créé.

    J'occupe une place qui m'est propre dans les conseils de Dieu, dans le monde de Dieu : une place occupée par personne d'autre. Peu importe que je sois riche ou pauvre, méprisé ou estimé par les hommes : Dieu me connaît et m'appelle par mon nom. Il m'a confié un travail qu'il n'a confié à personne d'autre. J'ai ma propre mission. D'une certaine manière, je suis nécessaire à ses desseins".

    Il poursuit : "[Dieu] ne m'a pas créé en vain. Je ferai le bien, j'accomplirai son œuvre. Je serai un ange de paix, un prédicateur de vérité à la place qu'il m'a assignée sans que je le sache, pourvu que je suive ses commandements et que je le serve dans ma vocation" (J.H. Newman, Méditations et prières, Milan 2002, 38-39).

    Frères et sœurs, vos recherches, vos études et, de manière particulière, ces occasions de discussion sont si nécessaires et importantes pour faire connaître la vocation à laquelle tout être humain est appelé par Dieu, dans les différents états de vie et grâce à ses nombreux charismes. Ils sont également utiles pour s'interroger sur les défis d'aujourd'hui, sur la crise anthropologique actuelle et sur la nécessaire promotion des vocations humaines et chrétiennes. Et il est important que, grâce aussi à votre contribution, se développe une circularité toujours plus efficace entre les différentes vocations, afin que les œuvres qui découlent de l'état de vie laïque au service de la société et de l'Église, avec le don du ministère ordonné et de la vie consacrée, contribuent à générer l'espérance dans un monde sur lequel pèsent de lourdes expériences de mort.

    Générer cette espérance, se mettre au service du Royaume de Dieu pour la construction d'un monde ouvert et fraternel est une tâche confiée à chaque femme et à chaque homme de notre temps. Merci pour votre contribution à cet égard. Merci pour votre travail de ces jours. Je le confie au Seigneur dans la prière, par l'intercession de Marie, icône de la vocation et mère de toute vocation. Et s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi aussi.

    Paroles du Saint-Père à la fin du discours

    Je vous souhaite à tous un bon travail ! Et n'ayez pas peur en ces moments riches de la vie de l'Église. L'Esprit Saint nous demande une chose importante : la fidélité. Mais la fidélité est en chemin, et la fidélité nous amène souvent à prendre des risques. La fidélité muséale n'est pas la fidélité. Allez de l'avant avec le courage de discerner et de prendre le risque de chercher la volonté de Dieu. Je vous souhaite bonne chance. Courage et allez de l'avant, sans perdre votre sens de l'humour !

  • Lettre à Alma qui n’a plus besoin de Dieu

    IMPRIMER

    Lettres à Alma qui n'a plus besoin de Dieu

    Du site des Editions du Cerf :

    Lettres à Alma qui n'a plus besoin de Dieu

    de Luc de Bellescize

    176 pages - févr. 2024

    14,00€

    Minnie vient de mourir. C’était la grand-mère d’Alma. Où estelle maintenant qu’elle est morte ? La retrouvera-t-elle un jour ? « Si Dieu n’existe pas, vous ne la reverrez jamais. Sans âme immortelle, il faut laisser ici toute espérance », lui répond le père Luc de Bellescize, prêtre ami de la famille venu célébrer les funérailles. S’engage alors un échange épistolaire entre la jeune femme et le prêtre. À l’heure d’enterrer son aïeule, le père Luc lui propose de déterrer Dieu des profondeurs de son coeur, d’entrer dans le sens caché de la vie et de la mort, de l’amour et de l’éternité.

    Sans esquiver les questions ni asséner des vérités toutes faites, sans écraser le grand mystère, ces lettres dévoilent avec intimité et pudeur le cheminement d’une âme soucieuse de tisser des liens entre la terre et le Ciel, la culture et la foi, la vocation de l’homme à contempler Dieu et l’existence toute simple du quotidien.

    Une correspondance qui montre que la foi est une source inépuisable de vie et d’audace pour affronter les défis du monde contemporain.

    Prêtre du diocèse de Paris, Luc de Bellescize a étudié à l’Institut jésuite d’études théologiques de Bruxelles. Aujourd’hui vicaire de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul, investi dans la pastorale étudiante, il contribue par ses chroniques aux débats de l’Église catholique en France. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont La Promesse des cendres et Méditations pour prier le rosaire.

     

    Elisabeth Geffroy, sur le site de La Nef, s'est entretenue avec le Père de Bellescize :

    Entretien avec le père Luc de Bellescize : Lettre à Alma qui n’a plus besoin de Dieu

    Le Père Luc de Bellescize, prêtre du diocèse de Paris, vicaire de Saint-Vincent-de-Paul, chroniqueur de La Nef, nous présente son nouveau livre.

    Lire la suite

  • En mars, le Pape François demande de prier pour les nouveaux martyrs

    IMPRIMER

     

    De Vatican News :

    En mars, le Pape François demande de prier pour les nouveaux martyrs

    Dans son intention de prière pour le mois de mars, le Saint-Père met en avant les nouveaux martyrs, témoins du Christ. François demande aux fidèles de prier pour les nouveaux martyrs de notre temps, afin qu’ils «fécondent l’Église de leur courage et de leur élan missionnaire». «Le courage des martyrs, leur témoignage, est une bénédiction pour tous», souligne le Saint-Père dans son message.

    Voici le texte de l’intention de prière du Pape:

    «Ce mois-ci, j’aimerais vous raconter une histoire qui reflète l’Église d’aujourd’hui. C’est l’histoire d’un témoignage de foi peu connu.

    Lors d’une visite dans un camp de réfugiés à Lesbos, un homme m’a dit: «Père, je suis musulman. Ma femme était chrétienne. Des terroristes sont arrivés dans notre pays. Après nous avoir regardés, ils nous ont demandé notre religion. Ils ont vu que ma femme portait un crucifix et lui ont demandé de le jeter par terre. Elle ne l’a pas fait et ils l’ont égorgée devant moi». Ça s’est passé vraiment !

    Je sais que cet homme n’éprouvait aucune rancune. Il se concentrait sur l’exemple d’amour de sa femme, un amour pour le Christ qui l’a amenée à accepter et à rester fidèle jusqu’à la mort.

    Frères et sœurs, il y aura toujours des martyrs parmi nous. C’est le signe que nous sommes sur le bon chemin. 

    Quelqu’un qui s’y connaît m’a dit qu’il y a aujourd’hui plus de martyrs qu’au tout début du christianisme.

    Le courage des martyrs, leur témoignage, est une bénédiction pour tous.

    Prions pour que ceux qui risquent leur vie pour l’Évangile, dans différentes parties du monde, fécondent l’Église de leur courage et de leur élan missionnaire. Et soyons ouverts à la grâce du martyre.»

  • 10 pensées personnelles (Jean-Pierre Snyers)

    IMPRIMER

    10 pensées personnelles proposées par Jean-Pierre Snyers :
     
    "Croire qu'il n'est de connaissance que rationnelle suppose d'être en mesure de prouver rationnellement qu'il n'est de connaissance que rationnelle"
     
    "Si Dieu existe, pourquoi le mal? Si Dieu n'existe pas, pourquoi le bien?
     
    "Je ne crois qu'en ce que je vois, dit l'athée. Moi aussi, dit l'aveugle"
     
    "Le non-être peut-il engendrer l'être, l'inanimé la vie, l'absence de conscience d'être la conscience d'être, la non-intelligence l'intelligence? Si tel état le cas, l'univers ne serait-il pas semblable à un meuble qui fabriquerait un menuisier?"
     
    "Le corps physique est à l'âme ce qu'un ordinateur est à internet. Ce n'est parce que le premier cesse d'exister que le deuxième le cesse aussi"
     
    "Non, ce n'est pas Dieu qui est trop loin; c'est notre vie spirituelle qui est trop courte"
     
    "Le monde est une machine sans âme qui suit une trajectoire aveugle dans l'infini de l'espace et du temps, écrit Bertrand Russel...qui ne semble pas avoir réalisé que s'il a pu écrire cette phrase, c'est parce qu'elle est entièrement fausse"
     
    "Le plus incroyable de tous les miracles serait qu'il n'y en ait jamais eu"
     
    "Si Dieu n'existait pas, ce ne sont pas ceux qui ont cru en Lui qui auraient tort, c'est Lui qui aurait eu le tort de ne pas exister"
     
    "Un croyant est quelqu'un qui n'a pas assez de foi pour être athée"

  • Absurdité de l'esprit du temps

    IMPRIMER

    De Lukas Matuschek sur kath.net/news :

    Absurdité de l'esprit du temps

    29 février 2024

    "En Jésus, nous rencontrons la vérité elle-même. Nous Le connaissons, Lui et Sa volonté, à travers Sa révélation. Malgré tout, cela déstabilise lorsque, dans les médias et les conversations, la science veut rivaliser avec la vérité éternelle." Contribution d'invité de Lukas Matuschek

    Ce n'est pas seulement depuis ces années que l'Eglise est entourée d'erreurs qui masquent la beauté qui l'habite malgré tout, parce qu'elle vient de son époux. Voici une tentative d'aperçu sans prétention d'exhaustivité.

    Nous devons nous opposer à ces erreurs et nous rappeler sans cesse la vérité, afin de pouvoir affronter nos combats la tête haute et plus forts. Surtout lorsqu'il s'agit de notre vocation de prophètes, de rois et de prêtres.

    Prophétisme

    En Jésus, nous rencontrons la vérité elle-même. Nous Le connaissons, Lui et Sa volonté, à travers Sa révélation. Malgré cela, nous sommes déstabilisés lorsque, dans les médias et dans les conversations, la science veut rivaliser avec la vérité éternelle. Pourquoi en effet ? Où se trouvent les sources de la science ? Elles se trouvent dans la recherche, plus précisément dans l'étude de la création de Dieu. La science est un savoir humain et donc limité, donc en partie vrai et en partie entaché d'erreurs. Mais surtout, la science n'est pas un trésor objectif de connaissances, mais chaque thèse est en fin de compte l'opinion d'un individu, sur la base de ses connaissances actuelles limitées.

    L'exigence synodale "on devrait prendre en compte l'état actuel de la recherche" signifie donc en dernier lieu qu'on devrait intégrer les opinions individuelles des scientifiques actuellement célébrés (dans la vérité éternelle ? Le depositum fidei ?). Il semble alors prétentieux, voire ridicule. Avec quelle autorité devons-nous le suivre ?

    Rien d'autre que l'intelligence artificielle en vogue. Là aussi, il s'agit d'un résultat extrapolé sur la base de données existantes. Ici aussi, la source du savoir est humaine, même si de nombreux ordinateurs font des calculs. Ainsi, chaque résultat reste une opinion individuelle. Cela peut être utile pour les prévisions météorologiques (car facilement vérifiables). Pour les systèmes plus complexes avec des prévisions sur plusieurs années, c'est une boule de cristal plus ou moins bonne. Ce qui est plus important ici que les résultats, ce sont les justifications. Et la phrase "c'est l'état actuel de la science" n'est pas un argument, mais une affirmation sur les opinions individuelles des chercheurs.

    La vérité se trouve dans l'Évangile, non pas sur la base d'opinions et de décisions prises à la majorité, mais sur la base de l'autorité de notre Dieu. Soutenir cela est notre droit et notre devoir prophétique.

    Lire la suite

  • Le cardinal Sarah met en garde contre la désunion des chrétiens, qu'il considère comme un contre-témoignage

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Le cardinal Sarah met en garde contre la désunion des chrétiens, qu'il considère comme un contre-témoignage

    26 février 2024

    La désunion entre les disciples du Christ est contre-productive pour la mission de témoignage du message évangélique et d'évangélisation, a récemment déclaré le cardinal Robert Sarah lors d'un symposium au Kenya. 

    Le cardinal Sarah, qui a été préfet du Dicastère pour le culte divin et la discipline des sacrements de 2014 à 2021, a prononcé le discours principal lors du Symposium théologique 2024 organisé par l'École de théologie du Tangaza University College (TUC), basé au Kenya, et a averti que les divisions entre les chrétiens les exposaient à l'"exploitation".

    "Si nous ne sommes pas un, si nous sommes divisés, alors notre témoignage du Christ est divisé et le monde ne croira pas en l'Évangile", a déclaré Sarah le 22 février, le premier jour de cet événement de deux jours.

    Sarah a exhorté les disciples de Jésus-Christ en Afrique à donner la priorité à leur adhésion au message de l'Évangile, en permettant aux principes de la foi chrétienne de l'emporter sur toutes les autres identités, y compris la tribu, la nationalité et la race, entre autres affiliations.

    Cherchez l'unité d'abord dans la foi chrétienne, puis avec nos compatriotes et nos frères africains", a-t-il déclaré dans son discours intitulé "Faites de toutes les nations des disciples" : Le mandat missionnaire du Christ".

    Pour souligner la nécessité de l'unité entre les disciples de Jésus-Christ, le cardinal de 78 ans, d'origine guinéenne, a mis en garde contre les divisions qui rendent les chrétiens "vulnérables à l'exploitation".

    "Si nous ne nous efforçons pas de parvenir à l'unité dans le Christ, notre situation sera encore pire. Les divisions entre nous - religieuses, ethniques et politiques - sont vulnérables à l'exploitation ; elles peuvent être exploitées par des politiciens corrompus ou même par des puissances étrangères", a-t-il déclaré. 

    Sarah a déjà exprimé son opposition à Fiducia Supplicans, la déclaration du Dicastère du Vatican pour la Doctrine de la Foi (DDF) qui a suscité des réactions mitigées et de profondes divisions au sein du peuple de Dieu en général et des évêques catholiques du monde entier en particulier depuis sa publication le 18 décembre 2023.

    Dans une réflexion du 6 janvier qu'il a partagée avec Settimo Cielo, un blog italien, Sarah a maintenu sa position précédente de ne pas s'opposer au Saint-Père.

    "Nous ne nous opposons pas au pape François, mais nous nous opposons fermement et radicalement à une hérésie qui mine gravement l'Église, le corps du Christ", a déclaré Mgr Sarah, précisant son opposition aux recommandations de Fiducia Supplicans, qui autorisent les membres du clergé à bénir les "couples de même sexe" et les couples se trouvant dans d'autres "situations irrégulières".

    Les personnes pratiquant l'homosexualité sont "dans la prison" du péché et ont besoin de la vérité de "la parole de Dieu" pour les libérer, a-t-il ajouté : "La vérité est la première des miséricordes que Jésus offre au pécheur".

    "La liberté que nous devons offrir aux personnes vivant dans des unions homosexuelles réside dans la vérité de la parole de Dieu", a-t-il déclaré. "Comment oserions-nous leur faire croire qu'il serait bon et voulu par Dieu qu'elles restent dans la prison de leur péché ? 

    Le manque de clarté de la déclaration du DDF "n'a fait qu'amplifier la confusion qui règne dans les cœurs, et certains s'en sont même emparés pour appuyer leur tentative de manipulation", a écrit Sarah dans sa réflexion du 6 janvier, faisant référence aux divisions causées par les recommandations de Fiducia Supplicans.

    Dans son discours du 22 février au Kenya, Sarah a établi un lien entre l'unité des disciples de Jésus-Christ et le progrès. "Ce n'est qu'ensemble que nous pourrons prospérer", a-t-il déclaré.

    Selon lui, les défis qui entravent la mission de témoignage du message de l'Évangile et le ministère d'évangélisation peuvent être relevés "en se tournant vers Dieu dans la prière et le jeûne".

    "En nous tournant vers le Seigneur dans la prière et le jeûne, Dieu nous élève. Il nous libère de l'égoïsme et de l'étroitesse et se révèle à nous d'une manière ou d'une autre. Il nous discipline afin que nous ne laissions pas de légères différences nous empêcher de travailler ensemble de toutes les manières possibles", a-t-il déclaré. 

    Le cardinal a ensuite souligné la nécessité de combiner la prière et le jeûne, deux des trois piliers du Carême, avec la charité par l'aumône. 

    "L'évangélisation doit impliquer la prière et le jeûne ensemble, même avec ceux d'autres traditions religieuses, en réponse à des maux que nous reconnaissons ensemble. En priant et en jeûnant, les obstacles à l'évangélisation seront surmontés", a déclaré Sarah.

    Ce récit a d'abord été publiée par ACI Africa, le partenaire d'information de CNA en Afrique, et a été adaptée par CNA.

    ACI Africa (www.aciafricanews.com) est un service de EWTN News Inc. (www.ewtnnews.com) et de Catholic News Agency. Elle a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Basé dans la capitale du Kenya, Nairobi, cet apostolat médiatique s'efforcera de raconter les nouvelles de l'Afrique en fournissant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain et en donnant de la visibilité aux activités de l'Église à travers l'Afrique. Le rédacteur en chef d'ACI Africa est le père Don Bosco Onyalla.

  • Grégoire de Narek, un saint arménien, docteur de l'Eglise (27 février)

    IMPRIMER

    téléchargement.jpgSaint Grégoire de Narek, moine et prêtre arménien du Xº siècle (mort vers 1005) a reçu le titre de Docteur (et non Père) de l'Eglise.

    Saint Grégoire de Narek (source)

    C'est l'un des grands poètes spirituels de la littérature universelle. Son oeuvre principale "Le Livre des Prières" est un ouvrage d'environ 20 000 vers, composé vers l'an mille.

    Grégoire naquit en Arménie, près du Lac de Van en 944. Tout petit, il perd sa mère et son père, entre dans un couvent. Grégoire sera élevé par un oncle maternel au monastère de Narek ; il y passera toute sa vie. Le jeune moine est passionné par l'étude des Pères de l'Eglise, tant Arméniens que Grecs. Reconnu comme maitre spirituel, il est chargé de former les novices de son couvent et chose délicate ! de réformer les monastères voisins.

    Des moines jaloux de son influence et de ses qualités vont le dénoncer coupable d'hérésie ; il est mis à l'écart et rejeté dans l'ombre. On lui rendra quand même justice, à cause de son humilité. Saint Grégoire de Narek reprendra son oeuvre d'écrivain en de nombreux ouvrages. Il entre dans la Vision de Dieu en 1010. Ses Elégies sacrées (poèmes lyriques), où s'exprime son expérience mystique, constitue encore de nos jours le principal Livres de prières de l'Eglise Arménienne.

    Le pape Jean Paul II a rendu hommage à ce grand mystique le 2 février 2001 à l'occasion du 1700ème anniversaire du baptême du peuple arménien : "Parmi les figures illlustres, je désire rappeler ici saint Grégoire de Narek, qui a sondé les profondeurs ténébreuses du désespoir humain et qui a entrevu la lumière fulgurante de la grâce qui en celui-ci resplendit également pour le croyant, et saint Nerses Shnorhali, le Catholicos qui allia un amour extraordinaire pour son peuple et pour sa tradition, à une ouverture clairvoyante aux autres Eglises, dans un effort exemplaire de recherche de la communion dans la pleine unité."

    Rédacteur : Frère Bernard Pineau, OP

  • Des pensées inspirantes

    IMPRIMER

    ... glanées par Jean-Pierre Snyers :

    "Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont il chérissent les causes" (D'après Bossuet)
     
    "Dieu et l'homme sont comme deux amants qui se sont trompés sur le lieu du rendez-vous: l'homme attend Dieu dans le temps et Dieu attend l'homme dans l'éternité" (S Weil)
     
    "Ceux qui ne croient pas en Dieu font preuve d'une crédulité qui n'a rien à envier à celle qu'ils reprochent aux croyants" (J d'Ormesson)
     
    "Dieu existe, le reste n'est qu'hypothèse" (A Frossard)

    "Qui cherche à plaire à tous, finit par ne plus plaire à personne" (D'après J-J Rousseau)

    "L'escalier de la science est comme l'échelle de Jacob; il ne s'achève qu'aux pieds de Dieu" (A Einstein)

    "L'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux" (Lamartine)

    "Alors même que l'univers entier l'écraserait, l'homme serait encore plus grand que lui, car lui n'en saurait rien tandis que l'homme le saurait" (D'après B Pascal)

    "Dieu est la totalité vivante de ce vers quoi notre coeur s'élance" (St Thomas d'Aquin)

    "La vie est un rêve dont la mort nous réveille" (D'après St Jérôme)

    "Qu'Elle était belle; si belle que quand on l'a vue il tarde de mourir pour la revoir" (Ste Bernadette Soubirous)

  • Samedi 16 mars : Pèlerinage de Bruxelles à Louvain en l'honneur de saint Joseph (FSSP)

    IMPRIMER

    unnamed.jpg

    La Paroisse des Saints Jean et Étienne « aux Minimes » vous invite au

    Pèlerinage en l’honneur de saint Joseph :

    Samedi 16 mars 2024 de Bruxelles à Leuven

    Pèlerinage en l’honneur de saint Joseph pour les hommes (à partir 18 ans) :
    « Édifiez-vous sur le fondement de votre très sainte foi » (Jude 20),

    organisé par la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre

    Au programme :

     Messe à 8h à l'église des Saints-Jean-et-Etienne aux Minimes (62 rue des Minimes, 1000 Bruxelles).

     Puis rendez-vous à la gare de Bruxelles-Central pour prendre le train jusque Zaventem. De là, marche jusque Leuven (+- 20km), avec chapelets, chants, enseignements, confessions. Retour en train jusque Bruxelles.

    Inscription obligatoire par mail à fsspbru@gmail.com
    www.fssp.be

  • Dieu d’Israël, délivrez-nous de toutes nos tribulations

    IMPRIMER

    Ant. ad Introitum. Ps. 24, 6, 3 et 22. Introït
    Reminíscere miseratiónum tuarum, Dómine, et misericórdiæ tuæ, quæ a sǽculo sunt : ne umquam dominéntur nobis inimíci nostri : líbera nos, Deus Israël, ex ómnibus angústiis nostris. Souvenez-vous de vos bontés, Seigneur, et de votre miséricorde qui datent des siècles passés. Que nos ennemis ne triomphent jamais de nous. Dieu d’Israël, délivrez-nous de toutes nos tribulations.
    Ps. ibid., 1-2.  
    Ad te, Dómine, levávi ánimam meam : Deus meus, in te confído, non erubéscam. Vers vous, Seigneur, j’ai élevé mon âme ; mon Dieu, je mets ma confiance en vous, que je n’aie pas à rougir.
    V/.Glória Patri.
  • Il fut transfiguré devant eux (2e dimanche du carême)

    IMPRIMER

    Du Père Simon Noël OSB, cette homélie publiée sur son blog :

    La Transfiguration

    27 février 2021


    Le carême est un temps de conversion et de pénitence. Alors on peut se demander pourquoi l’Église nous fait lire en ce dimanche le récit lumineux et glorieux de la Transfiguration. Mais c'est parce que le carême nous prépare à la fête de Pâques, qui sera le triomphe de la lumière divine sur toutes nos ténèbres, la victoire de la vie sur la mort.

    Jésus prend avec lui trois de ses apôtres et monte sur une montagne pour se livrer avec eux à la prière. Ainsi Jésus nous invite à prier avec lui, à nous retirer de nos occupations pour nous livrer à la méditation, à la contemplation et à la prière. Pensons-nous, lorsque nous prions, que nous sommes en compagnie du Christ qui prie avec nous et pour nous ? Notre prière rejoint celle du Christ. Le Saint-Esprit prie en nous, car nous ne savons prier comme il faut, et Jésus au ciel est notre médiateur et notre avocat auprès du Père. Il offre sans cesse ses saintes plaies pour qu'il nous soit fait miséricorde. N'oublions pas aussi la Sainte Vierge, qui nous soutient auprès de son divin Fils par son intercession maternelle et toute-puissante.

    Pendant qu'il priait ainsi sur la montagne, Jésus fut transfiguré devant ses apôtres. La lumière de gloire qui émanait du Christ à ce moment-là était celle de sa divinité éternelle. Bien que tant que nous sommes sur terre, il nous soit impossible de savoir comment cela pourra se faire, quand nous serons au ciel, la vision de la gloire du Dieu Trinité nous remplira d'un bonheur qui ne cessera jamais et dont nous ne nous lasserons jamais. Jamais cela ne nous ennuiera, comme le prétendent certains, car nous ne cesserons de découvrir dans les perfections divines de nouvelles beautés. En outre nous jouirons au ciel d'un nombre incalculable d'autres bienfaits secondaires et notre éternité se passera dans un bonheur qui ne cessera jamais de grandir. Que cette magnifique espérance nous soutienne dans toutes les épreuves de cette vie.

    Avant sa douloureuse passion, qui allait tellement les déconcerter, Notre-Seigneur a voulu aussi par cette transfiguration annoncer sa résurrection à ses apôtres. Ce sont les trois mêmes disciples qui assisteront à l'agonie sanglante du Christ au Jardin des oliviers. Cela nous rappelle que si cette vie sur terre est souvent remplie de peines, de souffrances, de tentations et d'épreuves, après la mort, ce sera la gloire du ciel, si nous avons été fidèles à Dieu.

    Saint Pierre, devant cette vision du Christ transfiguré, va dire à Jésus : Maître, il est bon pour nous d'être ici. Nous ne devons jamais dans la prière et la contemplation rechercher à sentir quoi que ce soit, à rechercher quelque forme de dévotion sensible que ce soit. Souvent notre prière est un combat, nous ne sentons rien, nous sommes dans la sècheresse et l'aridité. Mais si nous persévérons et ne nous décourageons pas, à certains moments et de manière inattendue, le Seigneur nous rend visite et nous remplit de lumière, d'amour et de consolation sensible. Alors nous devons rendre grâce, car ces moments nous sont accordés comme un avant-goût du paradis. Mais tout cela n'arrive que de temps en temps.

    Ensuite, c'est la nuée qui vint les couvrir tous. La nuée c'est la gloire divine et la voix qui va se faire entendre dans cette nuée est celle du Père éternel. Dans cette grâce qui leur était faite, les trois apôtres ne pouvaient qu'adorer Dieu. Dieu est l'être absolu, créateur et souverain maître de tout ce qui existe. Notre premier devoir envers lui est donc celui de l'adoration et de la louange. Car nous lui devons tout et il est infiniment parfait et souverainement aimable en lui-même. On raconte qu'une abbaye connaissait des problèmes communautaires. Lors d'une visite canonique, le visiteur conseilla au père abbé de demander à ses moines de faire sept fois par jour un acte bref mais profond d'adoration de la majesté divine. En peu de temps les problèmes disparurent. L'adoration et la louange gratuite en effet nous libèrent intérieurement et notre vie s'améliore.

    Celui-ci est mon fils bien-aimé ; écoutez-le, dit la voix au sein de la nuée. Peu de temps auparavant, saint Pierre avait confessé que le Jésus était le Christ, le Fils de Dieu. La voix vient confirmer cette profession de foi du premier des apôtres. Le Père glorifie son Fils, et il le fera de manière définitive par la résurrection et l'ascension de Jésus, quand Jésus dira : Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre. Nous devons donc écouter Jésus, le suivre et lui obéir. Nous écoutons Jésus en lisant l’Évangile, la vie des saints et en écoutant l’Église qui nous parle en son nom.

    Voilà quelques points mis en lumière par l'évangile de ce jour. Tournons-nous vers le Christ et servons-le de notre mieux, lui qui est maintenant au ciel dans toute sa gloire, et qui est présent caché dans le saint-sacrement de l'Eucharistie.