Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité - Page 4

  • Homélie pour la solennité de l'Epiphanie : Sortons de nous-mêmes pour entrer dans sa joie !

    IMPRIMER

    Une homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le dimanche de l'Epiphanie (année A) (archive 2017) :

    Laon, vitrail, détail,

    Sortons de nous-mêmes pour entrer dans sa joie !

    Comment vient-on à Dieu ? Comment le découvre-t-on ? Il y a tant de chemins selon les personnalités, les histoires et les situations de chacun. Il y a le chemin de Marie, celui de Joseph, celui des bergers surpris dans leurs champs. Aujourd’hui la liturgie nous fait regarder le chemin des mages. Ils viennent à Dieu à partir de ce qu’ils connaissent, l’observation des astres, l’interprétation des signes du ciel. Ils ont pu se mettre en mouvement parce qu’ils sont des chercheurs, des gens qui ne se contentent pas d’une vision superficielle pour passer ensuite à autre chose. Ils voulaient approfondir, creuser ce qu’ils pressentaient de grand, sans se dire : cette question est trop difficile, remettons-la à plus tard. Les mages nous apprennent à creuser les grandes intuitions, sans nous laisser divertir par une vie trépidante.

    Il fallait une autre attitude importante aux mages pour venir à Dieu : ils étaient capables de sortir de ce qu’ils connaissaient, de leurs sécurités. On ne vient pas à Dieu sans sortir de soi-même. Dieu a l’initiative de l’amour, il vient, puis nous devons sortir nous aussi à sa rencontre. Nous le faisons aujourd’hui en nous arrêtant pour Lui, en prenant le temps de la prière. Nous sortons à sa rencontre en ouvrant notre cœur à ceux qui vivent près de nous et auxquels nous nous sommes trop habitués et que nous regardons distraitement : nos enfants, notre mari, notre épouse, nos condisciples, nos amis, nos parents, nos voisins, etc.) Les regarder avec un regard d’amour neuf, c’est aussi sortir de soi vers Dieu. Nous le faisons aussi en considérant comment nous pouvons venir en aide aux chrétiens d’Orient, aux habitants d’Afrique qui vivent dans une pauvreté et une injustice indescriptibles, et tant d’autres. Il faut sortir de soi vers Dieu, pour ne pas ressembler à Hérode. Lui n’est pas sorti, car il voulait plutôt tout ramener à lui, il ne voulait pas prendre le risque de servir Dieu, il voulait que tout aille comme il l’avait décidé lui-même.

    Les mages ne sont pas seulement sortis à la rencontre du Fils de Dieu, ils lui ont apporté des cadeaux. Des cadeaux assez peu utiles pour un enfant, pas de hochet ni de dromadaire en peluche. Mais des cadeaux qui disent leur reconnaissance. Ils disent ce qu’ils savent de cet enfant et qu’ils en sont heureux. Nous allons leur emboîter le pas. Offrons de l’or en disant au Christ que nous sommes heureux qu’il soit roi et que nous aimerions qu’il le soit davantage. Nous lui présentons notre cœur pour qu’il y règne. Nous lui présentons le cœur de tant d’autres personnes, pour qu’il y apporte la paix et le désir de servir.

    Offrons de l’encens au Christ, en lui disant que nous sommes heureux qu’il soit Dieu, en l’exaltant de tout notre cœur, en contemplant l’infini qui est en lui. Tressaillons de joie car Dieu qui nous semble parfois loin est en réalité si proche, couché dans la crèche de notre cœur, faisant de nous son temple, des gens qui abritent Dieu et le rayonnent autour d’eux.

    Enfin, offrons de la myrrhe au Christ, en pensant à tout ce qu’il fera pour nous, jusqu’à accepter de mourir sur la croix trahi, méprisé, insulté, abandonné de tous. Offrons cette myrrhe en considérant qu’il est présent jusque dans les moments les plus durs de notre vie, lui le Fils de Dieu qui n’a jamais abandonné l’humanité, qui lui a tenu la main dans les situations les plus incompréhensibles. Et avec tous ces cadeaux dans les bras, laissons le Christ nous introduire déjà dans sa gloire, dans son monde où l’amour vaut plus que son pesant d’or, où la vie illumine les plus profondes ténèbres, où la joie d’exister s’empare de nous car il nous appelle à l’éternité avec lui.

  • Saint Raymond de Peñafort (7 janvier)

    IMPRIMER

    Du site "Nouvelle Evangélisation" :

    Né près de Barcelone, dans le château familial de Villafranca de Penades, probablement vers 1175, Raymond de Penafort était apparenté aux comtes de Barcelone et aux rois d'Aragon. Il étudia à l'école cathédrale de Barcelone où, à peine âgé de vingt ans, il enseigna la rhétorique et la logique. En 1210, il partit étudier le droit civil et le droit canonique à Bologne. En compagnie de Pierre Ruber, il fit la route à pied, par Arles et Turin ; il s’arrêtèrent quelques jours à Briançon pour constater un miracle que venait d’opérer Notre-Dame de Delbeza qui rendit les yeux et les mains à un jeune homme mutilé par des brigands. Après avoir été reçu docteur (1216), il resta à Bologne où, pendant trois ans, il enseigna le droit canonique avec tant de succès que les Bolonais lui offrirent des appointements prélevés sur les ressources de la ville ; après avoir donné le dixième de son salaire au clergé de sa paroisse, il distribuait le reste aux pauvres, ne gardant pour lui que le strict nécessaire.

    L'évêque de Barcelone, Bérenguer de Palou[1], qui passait par Bologne, au retour d’un pèlerinage à Rome, entendit si fort chanter les louanges de Raymond de Penafort qu'il le recruta pour le séminaire qu'il voulait fonder dans son diocèse, et l'emmena avec lui (1219). A Viterbe où résidait le pape Honorius III, ils rencontrèrent saint Dominique qui leur donna quelques uns de ses frères. Raymond de Penafort fut nommé chanoine de la cathédrale de Barcelone, puis prévôt du chapitre, archidiacre, grand vicaire et official (1220) ; outre qu'il fit donner une grande solennité à l'Ascension, il travailla fort au soin des pauvres qu'il nommait ses créanciers.

    Le Vendredi Saint 1222, il quittait le clergé séculier pour les Dominicains, sans perdre pour autant son influence sur l'évêque et le diocèse de Barcelone. Voyant que ses supérieurs ne le traitaient pas comme les autres novices, le frère Raymond de Penafort demanda qu’on lui imposât une pénitence particulière pour les fautes commises pendant sa vie séculière ; c’est pour répondre à sa demande que le provincial lui ordonna d’écrire la « Summa de pænitentia », premier ouvrage du genre, qui rassemble les cas de conscience à l'usage des confesseurs.

    Lorsque Pierre Nolasque[2], ancien marchand, fonda l'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie de la Merci pour la rédemption des captifs (1223)[3], pour le rachat des prisonniers faits par les Musulmans, c'est Raymond de Penafort qui, dans la cathédrale de Barcelone, en présence de l'évêque et du roi Jacques I° d'Aragon[4], donna l'habit et le scapulaire aux premiers mercédaires ; il rédigera aussi la règle de ce nouvel ordre pour laquelle il obtiendra l'approbation du pape Grégoire IX (1235).

    Quelques années plus tard (1229), le cardinal de Sainte-Sabine, Jean d'Abbeville[5], fut envoyé comme légat en Espagne pour prêcher la Croisade[6] contre les Maures, et mettre en application les décrets du quatrième concile du Latran ; [7] il devait aussi déclarer nul le mariage de Jacques I° d’Aragon avec Eléonore de Castille. Le légat s'adjoignit Raymond de Penafort qui le précéda dans toutes ses visites canoniques et prit part à tous les actes importants de la légation. Le cardinal de Sainte-Sabine en rendant compte de sa mission au Pape (Pérouse le 25 novembre 1229), mit en avant la coopération efficace de Raymond de Penafort qui, le 28 novembre, fut chargé par Grégoire IX[8] de prêcher dans les provinces d'Arles et de Narbonne la Croisade dirigée par Jacques I° d’Aragon pour chasser les Maures de Majorque.

    Lire la suite

  • Quand le cardinal Sarah évoque le pape Benoît XVI, son ami

    IMPRIMER

    Du site du Figaro via Il Sismografo :

    «Benoît XVI, mon ami», par le cardinal Robert Sarah

    (Robert Sarah*, Le Figaro) Pour la plupart des commentateurs, Benoît XVI laissera le souvenir d’un immense intellectuel. Son œuvre durera. Ses homélies sont déjà devenues des classiques à l’instar de celles des Pères de l’Église. Mais à ceux qui ont eu la grâce de l’approcher et de collaborer avec lui, le pape Benoît XVIlaisse bien plus que des textes. Je crois pouvoir affirmer que chaque rencontre avec lui fut une véritable expérience spirituelle qui a marqué mon âme. Ensemble, elles dessinent un portrait spirituel de celui que je regarde comme un saint et dont j’espère qu’il sera bientôt canonisé et déclaré docteur de l’Église.

    À son arrivée à la curie romaine en 2001, le jeune archevêque que j’étais - j’avais alors 56 ans - regardait avec admiration la parfaite entente entre Jean-Paul II et celui qui était alors le cardinal Ratzinger. Ils étaient tellement unis qu’il leur était devenu impossible de se séparer l’un de l’autre. Jean-Paul II était émerveillé par la profondeur de Joseph Ratzinger. De son côté, le cardinal était fasciné par l’immersion en Dieu de Jean-Paul II. Tous les deux cherchaient Dieu et voulaient redonner au monde le goût de cette quête.

    Joseph Ratzinger était reconnu comme un homme d’une grande sensibilité et pudeur. Je ne l’ai jamais vu afficher le moindre mépris. Au contraire, alors qu’il était submergé de travail, il se rendait tout entier disponible pour écouter son interlocuteur. S’il avait l’impression qu’il avait offensé quelqu’un, il cherchait toujours à lui expliquer les raisons de sa position. Il était incapable d’un acte tranchant. Je dois dire aussi qu’il faisait preuve d’un grand respect pour les théologiens africains. Il acceptait même volontiers de rendre des services pratiques, ou de faire passer un message à Jean-Paul II. Cette profonde bienveillance et délicatesse respectueuse envers chacun sont caractéristiques de Joseph Ratzinger.

    À partir de 2008, j’ai remplacé le cardinal Dias, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples dans un certain nombre de rencontres, car il souffrait d’une maladie invalidante. Dans ce contexte, j’ai eu la chance d’avoir de nombreuses séances de travail avec le pape Benoît XVI. En particulier, je devais lui présenter les projets de nomination d’évêques des plus de 1000 diocèses des pays de mission. Nous avions des séances parfois assez longues, de bien plus d’une heure. Il fallait discuter et soupeser des situations délicates. Certains pays vivaient en régime de persécution. D’autres diocèses étaient en crise. J’ai été frappé par la capacité d’écoute et l’humilité de Benoît XVI. Je crois qu’il a toujours fait confiance à ses collaborateurs. Cela lui a d’ailleurs valu des trahisons et des déceptions. Mais Benoît XVI était tellement incapable de dissimulation qu’il ne pouvait croire qu’un homme d’Église soit capable de mentir. Le choix des hommes ne lui était pas aisé.

    Lire la suite

  • Homélie du pape François pour les funérailles du pape Benoît XVI

    IMPRIMER

    Homélie du pape François pour les funérailles du pape Benoît XVI

    (source)

    « Père, entre tes mains je remets mon esprit » (Lc 23, 46). Ce sont les dernières paroles que le Seigneur a prononcées sur la croix ; son dernier soupir – pourrait-on dire -, qui confirme ce qui a caractérisé toute sa vie : une permanente remise de soi entre les mains de son Père. Des mains de pardon et de compassion, de guérison et de miséricorde, des mains d’onction et de bénédiction qui le poussèrent à se livrer aussi aux mains de ses frères. Le Seigneur, ouvert aux histoires qu’il rencontrait sur son chemin, s’est laissé ciseler par la volonté de Dieu en prenant sur ses épaules toutes les conséquences et les difficultés de l’Évangile, jusqu’à voir ses mains meurtries par amour : « Vois mes mains », dit-il à Thomas (Jn 20, 27), et il le dit à chacun de nous. Des mains meurtries qui vont à la rencontre et ne cessent de s’offrir, afin que nous connaissions l’amour que Dieu a pour nous et que nous croyions en lui (cf. 1 Jn 4, 16).[1]

    « Père, entre tes mains je remets mon esprit » est l’invitation et le programme de vie qui inspire et veut modeler comme un potier (cf. Is 29, 16) le cœur du pasteur, jusqu’à ce que palpitent en lui les mêmes sentiments que ceux du Christ Jésus (cf. Ph 2, 5). Dévouement reconnaissant de service au Seigneur et à son Peuple qui naît du fait d’avoir accueilli un don totalement gratuit : “Tu m’appartiens… Tu leur appartiens”, susurre le Seigneur ; “Tu es sous la protection de mes mains, sous la protection de mon coeur. Reste dans le creux de mes mains et donne-moi les tiennes”.[2] C’est la condescendance de Dieu et sa proximité capable de se placer dans les mains fragiles de ses disciples pour nourrir son peuple et dire avec lui : prenez et mangez, prenez et buvez, ceci est mon corps qui s’offre pour vous (cf. Lc 22, 19).

    Un dévouement priant, qui se façonne et s’affine silencieusement entre les carrefours et les contradictions que le pasteur doit affronter (cf. 1 P 1, 6-7) et l’invitation confiante à paître le troupeau (cf. Jn 21, 17). Comme le Maître, il porte sur ses épaules la fatigue de l’intercession et l’usure de l’onction pour son peuple, surtout là où la bonté doit lutter et où les frères voient leur dignité menacée (cf. He 5, 7-9). Dans cette rencontre d’intercession, le Seigneur continue à générer la douceur capable de comprendre, d’accueillir, d’espérer et de parier au-delà des incompréhensions que cela peut susciter. Une fécondité invisible et insaisissable, qui naît du fait de savoir dans quelles la confiance a été placée (cf. 2 Tm 1, 12). Une confiance priante et adoratrice, capable d’interpréter les actions du pasteur et d’adapter son cœur et ses décisions aux temps de Dieu (cf. Jn 21, 18) : « Être le pasteur veut dire aimer, et aimer veut dire aussi être prêt à souffrir. Aimer signifie : donner aux brebis le vrai bien, la nourriture de la vérité de Dieu, de la parole de Dieu, la nourriture de sa présence ».[3]

    Un dévouement soutenu par la consolation de l’Esprit, qui le précède toujours dans la mission : dans la quête passionnée de communiquer la beauté et la joie de l’Évangile (cf. Exhort. Ap. Gaudete et exsultate, n. 57), dans le témoignage fécond de ceux qui, comme Marie, restent de bien des manières au pied de la croix, dans cette paix douloureuse mais solide qui n’agresse ni ne soumet ; et dans l’espérance obstinée mais patiente que le Seigneur accomplira sa promesse, comme il l’avait promis à nos pères et à sa descendance à jamais (cf. Lc 1, 54-55). Nous aussi, fermement attachés aux dernières paroles du Seigneur et au témoignage qui a marqué sa vie, nous voulons, en tant que communauté ecclésiale, suivre ses traces et confier notre frère aux mains du Père : que ces mains de miséricorde trouvent sa lampe allumée avec l’huile de l’Évangile qu’il a répandue et dont il a témoigné durant sa vie (cf. Mt 25, 6-7).

    Saint Grégoire le Grand, à la fin de la Règle pastorale, invite et exhorte un ami à lui offrir cette compagnie spirituelle : « Au milieu des tempêtes de ma vie, je me console par la confiance que tu me tiendras à flot sur la table de tes prières, et que, si le poids de mes fautes m’abat et m’humilie, tu me prêteras le secours de tes mérites pour me relever ». C’est la conscience du pasteur qu’il ne peut pas porter tout seul ce que, en réalité, il ne pourrait jamais supporter tout seul et, par conséquent, il sait s’abandonner à la prière et au soin du peuple qui lui est confié.[4] C’est le peuple fidèle de Dieu qui, rassemblé, accompagne et confie la vie de celui qui a été son pasteur. Comme les femmes de l’Évangile au sépulcre, nous sommes ici avec le parfum de la gratitude et l’onguent de l’espérance pour lui démontrer, encore une fois, l’amour qui ne se perd pas. Nous voulons le faire avec la même onction, sagesse, délicatesse et dévouement qu’il a su prodiguer au cours des années. Nous voulons dire ensemble: “Père, entre tes mains nous remettons son esprit”.

    Benoît, fidèle ami de l’Époux, que ta joie soit parfaite en entendant sa voix, définitivement et pour toujours !
    ___________________________
    [1] Cf. Benoît XVI, Enc. Deus caritas est, n. 1.
    [2] C. ID., Homélie de la Messe Chrismale, 13 avril 2006.
    [3] ID., Homélie de la Messe inaugurale du pontificat, 24 avril 2005.
    [4] Cf. ibid

  • "Il s'est toujours battu pour la foi des simples"

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    INTERVIEW AVEC LE CARDINAL KOCH

    "Benoît XVI Docteur de l'Église : il a combattu pour la foi des simples".

    5-1-2023

    Benoît XVI immédiatement un saint ? "Le pape décidera, je pense qu'il était un docteur de l'Église avec son magistère. Il s'est toujours battu pour la foi des simples. La centralité de la question de Dieu et le christocentrisme sont les deux points forts de sa théologie". Une interview du cardinal Koch, que Ratzinger voulait à tout prix avoir avec lui au Vatican et qui est devenu l'un de ses collaborateurs les plus sûrs : "Je lui ai dit que je ne voulais pas quitter mon diocèse, il m'a répondu : "Je vous comprends, mais venez"". 

    Lorsque le nouveau Schülerkreis est né, composé de théologiens qui n'avaient pas étudié avec le professeur Joseph Ratzinger, mais qui avaient approfondi par eux-mêmes son œuvre sans limites, Benoît XVI a voulu avoir pour mentor le cardinal Kurt Koch. Le prélat suisse pouvait compter sur la pleine confiance du pape émérite récemment décédé, dont les funérailles auront lieu ce matin à Saint-Pierre, qui le considérait comme le plus fiable pour présenter l'interprétation correcte du concile Vatican II et sur la réforme liturgique. Le préfet du Dicastère pour la promotion de l'unité des chrétiens, sans doute l'un des membres du Sacré Collège les plus proches de Ratzinger, a reçu la Bussola dans son bureau de Via della Conciliazione pour une interview sur la figure de son maître. 

    Votre Éminence, un souvenir personnel de Benoît XVI.

    J'ai fait sa connaissance par le biais de livres. Au début de mes études, en effet, j'ai lu tous les livres du professeur Joseph Ratzinger et en particulier "Introduction au christianisme". Ensuite, en tant qu'évêque de Bâle, j'ai eu des contacts lorsqu'il était préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. En 2010, alors qu'il était déjà pape, il m'a appelé à travailler à Rome. Et cette rencontre a été très intéressante pour moi. 

    Parlez-nous en.

    Il avait exprimé son désir de m'avoir à la Curie. J'ai alors répondu qu'après quinze ans d'épiscopat, il n'était pas facile de quitter mon diocèse. Sa réponse a été la suivante : "Oui, je vous comprends, mais quinze ans, ça suffit. Alors venez'. 

    A-t-il expliqué pourquoi il voulait que vous dirigiez le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens ?

    Oui. Il m'a dit qu'après le mandat du cardinal Walter Kasper, il voulait à nouveau un évêque qui connaisse les communautés ecclésiales nées de la Réforme non seulement dans les livres mais aussi par expérience personnelle. Cette motivation m'a fait comprendre que l'œcuménisme était très proche du cœur de Benoît XVI. En tant que président du Conseil pontifical, j'ai eu une étroite collaboration avec lui et chaque audience était très agréable car il était très intéressé par la progression de l'œcuménisme. Ensuite, lorsqu'il était Pape émérite, j'ai eu la joie de le rencontrer à plusieurs reprises et c'était toujours une richesse pour moi.

    Avez-vous continué à vous intéresser à son travail pour la promotion de l'unité chrétienne après sa démission ?

    Nous avons surtout parlé du travail des groupes d'élèves, car il voulait que je sois son mentor. Mais il est clair qu'il s'intéressait aussi au reste et ses questions étaient les suivantes : "Comment sont les relations avec Constantinople ? Comment ça se passe avec Moscou ? Comment ça se passe avec les églises luthériennes ?". Il était toujours très intéressé, oui.

    Dans un texte que vous avez écrit à l'occasion du 90e anniversaire du pape émérite, vous avez souligné la coïncidence de sa naissance, qui a eu lieu le samedi saint. Sa mort, en revanche, est survenue pendant l'Octave de Noël. Quelle lecture faites-vous de cette circonstance temporelle ?

    Oui, cela s'est produit précisément pendant la période de Noël qui tenait à cœur à Benoît XVI. Mais je pense qu'il y a un autre fait à souligner : son élection au trône papal a eu lieu le même jour que celle de Léon IX, tandis qu'il est mort le même jour que le pape Silvestre. Le Samedi Saint était très important pour lui car ce jour indique la situation de chaque chrétien : nous sommes sur le chemin de Pâques mais nous n'avons pas encore l'expérience de Pâques. Et aujourd'hui Benoît XVI peut célébrer Pâques, la Résurrection et la rencontre avec son Maître. 

    Que trouvons-nous dans la pensée et le magistère de Joseph Ratzinger-Benoît XVI sur la vie éternelle ?

    Le but de la vie chrétienne est la vie éternelle. Le professeur Joseph Ratzinger a déclaré que son livre le plus étudié était "Eschatologie". La mort et la vie éternelle". Alors que la deuxième encyclique qu'il a écrite en tant que pape portait sur l'espérance. L'espérance chrétienne est l'espérance de la résurrection. C'est le but de tout chrétien : se convertir dans la vie terrestre afin d'atteindre la vie éternelle.

    Il y a ceux qui demandent sa canonisation immédiate. Comment Benoît XVI voyait-il les saints et quelle place leur accordait-il dans la vie de l'Église ?

    Il était convaincu que les véritables réformateurs de l'Église étaient toujours les saints, car la sainteté est le but de la vie chrétienne. Il y a une belle homélie dans laquelle le pape Benoît dit que la sainteté n'est pas la propriété exclusive de quelques-uns mais une vocation pour tous car il y a tant de fleurs dans le jardin de Dieu. Il a comparé l'étonnement provoqué par la vision d'un jardin avec une variété de fleurs à l'étonnement qui nous saisit devant la communion des saints avec une pluralité de formes de sainteté. La communion des saints était un thème si important pour lui qu'il l'a déjà mentionné dans son homélie pour la messe au début de son ministère pétrinien. Mais la communion des hommes est tout aussi importante : sa priorité, en effet, est de réfléchir à la foi de la communauté ecclésiale, et non à la théologie. 

    À cet égard, pourquoi entend-on encore ces jours-ci dans les commentaires le décrire comme un pasteur incapable de s'adresser aux simples fidèles, alors qu'il s'est toujours conçu lui-même et le rôle de l'évêque comme celui d'un défenseur de la foi du peuple de Dieu ?

    Il s'est toujours battu pour la foi des simples. La théologie est secondaire, la foi vient en premier. La théologie, soutient-il, doit être orientée par la foi, et non la foi orientée par la théologie. On ne peut pas du tout dire qu'il était éloigné du peuple. Il ne privilégiait pas la relation avec les masses mais celle avec l'individu. En fait, il a toujours prêté une grande attention à ses interlocuteurs. 

    Est-il exact de dire que l'ecclésiologie de Ratzinger nous enseigne que l'Église n'est pas seulement une organisation sociale ?

    Oui. Il y a déjà une belle définition de l'Église dans sa thèse de doctorat sur St Augustin. Dans ce texte, il est dit que l'Église est le peuple de Dieu qui vit du corps du Christ. Il s'agit d'une ecclésiologie eucharistique : l'Église est le lieu où les croyants célèbrent, sous la présidence du prêtre, l'Eucharistie. 

    Ses derniers mots, "Jésus, je t'aime", représentent-ils le cœur de sa spiritualité théologique ?

    Au centre de sa théologie se trouve la question de Dieu, mais pas n'importe quel Dieu, mais un Dieu qui veut avoir des contacts avec le monde, qui veut avoir des relations avec l'homme, qui aime l'homme, et qui s'est révélé dans l'histoire du salut d'abord en Israël et ensuite surtout en Jésus-Christ. En Jésus-Christ, Dieu a montré son visage. Je suis convaincu que le pape Benoît a voulu écrire son livre sur Jésus de Nazareth, en prenant du temps et de l'énergie sur son pontificat, pour en faire son héritage. La centralité de la question de Dieu et le christocentrisme sont les deux points forts de sa théologie. Et ces derniers mots, "Jésus je t'aime", sont la conclusion parfaite de toute la vie et de la théologie de Benoît XVI. 

    Est-il légitime de s'attendre à ce que nous le voyions "saint immédiatement" ?

    Tout d'abord, c'est Dieu qui est le juge de ce qui est saint, je dois donc lui laisser le soin de juger. Deuxièmement, c'est le pape qui décide. Je pense que Benoît XVI a été un grand professeur, un docteur de l'Église avec sa théologie et son magistère, et c'est pour moi ce qui compte le plus. Mais nous sommes tous appelés à être des saints.

  • Les deux maîtres-mots que Benoit XVI laisse en héritage

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso (traduction française de Diakonos.be) :

    Foi et raison. Les deux maîtres-mots que Benoit XVI laisse en héritage

    (S.M.) En ces jours de “Noël” de Joseph Ratzinger à la vie éternelle, nous vous proposons ci-dessous une anthologie de quelques-uns de ses discours essentiels, ceux qui condensent sa vision de la mission de l’Église dans le monde d’aujourd’hui, en dialogue constant entre foi et raison. 

    On trouvera un lien vers le texte intégral de chaque discours dont nous reproduisons les passages les plus marquants. 

    Le premier discours est celui avant Noël du 22 décembre 2005 à la Curie romaine, dans lequel le Pape Benoît XVI a éclairci sa clé d’interprétation du Concile Vatican II : non pas en tant que rupture avec le passé et nouveau départ mais plutôt en tant qu’“herméneutique de la réforme, du renouvellement dans la continuité de l’unique sujet-Église”. Principalement dans le but de prendre la défense du décret conciliaire sur la liberté religieuse, le plus contesté par les traditionnalistes. 

    Le second est celui qu’il a prononcé le 12 décembre 2006 à l’Université de Ratisbonne et dans lequel il présente comme essentielle à la foi chrétienne la rencontre entre le message biblique et la pensée grecque, une rencontre plusieurs fois contestée au cours de l’histoire, et qui est pourtant selon lui essentielle, encore aujourd’hui, pour la mission de l’Église. 

    Le troisième discours, celui du 22 décembre 2006 à la Curie romaine, est repris ici comme corollaire du précédent, pour la réponse implicite fournie par Benoît XVI aux violentes réactions qui ont enflammé le monde musulman à la suite d’un passage de son discours de Ratisbonne. L’espoir du Pape, c’est que l’islam aussi passe à travers le crible de la raison des Lumières, comme cela s’est déjà produit – fastidieusement mais avec succès – pour le christianisme. 

    Le quatrième est celui du 12 septembre 2006 au Collège des bernardins de Paris. C’est celui dans lequel Benoît XVI le Pape Benoît XVI montre que le fondement de la civilisation de l’Europe et de l’Occident réside dans le “quaerere Deum”, la recherche de Dieu des moines du Moyen Âge, avec tout ce que cette dernière a produit dans le domaine de l’exégèse biblique, de la théologie, de la liturgie, des arts, de la littérature, de la société. 

    Le cinquième est celui du 22 septembre 2011 au Reichstag, le parlement de Berlin. Dans celui-ci, Benoît XVI met en garde contre les risques de la dictature dominante du positivisme juridique, qui mine précisément cette rencontre décisive entre Jérusalem, Athènes et Rome, entre la foi en Dieu d’Israël, la raison philosophique des Grecs et la pensée juridique romaine, qui a édifié la civilisation occidentale. 

    On constate entre tous ces discours une extraordinaire cohérence. Mais on voit également à quel point ils sont incontournables et exigeants pour l’Église qui les reçoit en héritage.

    Lire la suite

  • Le pape Benoît XVI bientôt promu "docteur de l'Eglise" ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    LETTRES DE ROME : #1

    À L'OCCASION DU DÉCÈS DE JOSEPH RATZINGER, PAPE ÉMÉRITE BENOÎT XVI

    3 janvier 2023

    Dans les jours qui ont suivi sa mort le 31 décembre, plusieurs commentateurs ont exprimé l'espoir que Joseph Ratzinger, devenu le pape Benoît XVI puis le pape émérite, soit un jour nommé docteur de l'Église. À la lumière de ces espoirs, j'ai pensé qu'il serait intéressant de revenir sur une conversation que j'ai eue avec le cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, lorsque je préparais Témoin de l'espérance, le premier volume de ma biographie en deux volumes du pape Jean-Paul II.

    C'était le 20 septembre 1997 et nous avons parlé, comme nous le faisions habituellement, dans le bureau du cardinal au Palazzo Sant'Ufficio. Comme toujours, le cardinal était vêtu simplement d'une soutane noire de maison, sans croix pectorale. Après avoir discuté de plusieurs autres sujets, je l'ai interrogé sur la récente décision de Jean-Paul II de nommer sainte Thérèse de Lisieux, la Petite Fleur, docteur de l'Église, après avoir reçu une pétition en ce sens de la part (si ma mémoire est bonne) de plus de deux mille évêques, dans le cadre d'une campagne menée par un évêque auxiliaire retraité de New York, Patrick Ahern. Cette décision avait suscité une certaine controverse, car ce titre rare était généralement attribué à d'éminents théologiens.

    Lorsque j'ai demandé au cardinal Ratzinger, à brûle-pourpoint, "Pourquoi Thérèse de Lisieux est-elle docteur de l'Église ?", le cardinal a ri (ce qu'il faisait volontiers, malgré les caricatures de sa personnalité) et, s'abstenant de tout commentaire sur la franchise, voire l'impertinence, de ma question, il a commencé à parler - par paragraphes complets, comme il en avait l'habitude. Ce qui suit est une transcription directe de sa réponse, qui, je pense, nous éclaire sur sa propre conception de la sainteté et ses nombreuses expressions :

    Nous avons eu des formes distinctes de docteurs de l'Église, même avant Antoine de Padoue. Nous avons d'une part les grands docteurs scolastiques, Bonaventure et Thomas d'Aquin, qui étaient des professeurs et des académiciens et de grands docteurs au sens scientifique ; à l'époque patristique, nous avions de grands prédicateurs qui développaient la doctrine non pas dans la discussion théologique mais dans la prédication, dans les homélies ; nous avons aussi Ephraïm, qui développait sa théologie essentiellement dans les hymnes et la musique. Maintenant, à notre époque, nous avons de nouvelles formes de docteurs et il est important de relever la richesse des différents moyens d'enseignement dans l'Église. Nous avons Thérèse d'Avila avec ses expériences mystiques et ses interprétations de la présence de Dieu dans l'expérience mystique. Nous avons Catherine de Sienne avec sa théologie expérientielle. Et maintenant, nous avons Thérèse de Lisieux, qui a créé, d'une manière différente, une théologie de l'expérience.

    Il est important, dans notre société à l'esprit scientifique, d'avoir le message d'une expérience simple et profonde de Dieu, et un enseignement sur la simplicité d'être un saint : donner, à notre époque, avec son approche extrêmement orientée vers l'action, d'enseigner qu'être un saint n'est pas nécessairement une question de grandes actions, mais de laisser le Seigneur travailler en nous.

    C'est également intéressant pour le dialogue œcuménique. La doctrine de la justification de Luther a été provoquée par sa difficulté à se comprendre justifié et racheté à travers les structures complexes de l'Église médiévale. La grâce n'arrivait pas dans son âme et nous devons comprendre l'explosion du "sola fide" dans ce contexte : il a finalement découvert qu'il n'avait qu'à donner sa fiducia, sa confiance, au Seigneur, à se remettre entre les mains du Seigneur - et je suis racheté. Je pense que, d'une manière très catholique, cela est revenu chez Thérèse de Lisieux : Tu n'as pas besoin de faire de grandes choses. Je suis pauvre, spirituellement et matériellement, et il suffit de me remettre entre les mains de Jésus. Il s'agit d'une véritable interprétation de ce que signifie être racheté ; nous n'avons pas à faire de grandes choses, nous devons être confiants, et dans la liberté de cette confiance nous pouvons suivre Jésus et réaliser une vie chrétienne. Il ne s'agit pas seulement d'une contribution importante au dialogue œcuménique, mais aussi à notre question commune : comment puis-je être racheté, comment suis-je justifié ? La "petite voie" [de Thérèse] est une redécouverte très profonde du centre de la vie chrétienne.

    Lire la suite

  • "Ce n'est pas pour rire que je t'ai aimée" (Angèle de Foligno - 4 janvier)

    IMPRIMER

    Résultat de recherche d'images pour "angela foligno"

    On fête aujourd'hui Angéle de Foligno, une mystique ombrienne du XIIIe siècle. Le "blog du Mesnil-Marie" a mis en ligne un célèbre passage du "Livre des Révélation" où fut adressée à Angèle cette parole interpellante : "ce n'est pas pour rire que je t'ai aimée" :

    L’Amour vrai et l’amour menteur.

    (chapitre 33ème du livre des révélations de Sainte Angèle de Foligno)

    … C’était le quatrième jour de la semaine sainte, j’étais plongée dans une méditation sur la mort du Fils de Dieu, et je méditais avec douleur, et je m’efforçais de faire le vide dans mon âme, pour la saisir et la tenir tout entière recueillie dans la Passion et dans la mort du Fils de Dieu, et j’étais abîmée tout entière dans le désir de trouver la puissance de faire le vide, et de méditer plus efficacement.

    Alors cette parole me fut dite dans l’âme : «Ce n’est pas pour rire que je t’ai aimée

    Lire la suite

  • Angèle de Foligno (4 janvier)

    IMPRIMER

    Angele73604-1024x768.jpgLors de l'audience générale du mercredi 13 octobre 2010, Benoît XVI  consacrait sa catéchèse à cette grande mystique italienne (source) :

    Chers frères et sœurs,

    Aujourd’hui je voudrais vous parler de la bienheureuse Angèle de Foligno, une grande mystique médiévale ayant vécu au XIIIe siècle. D’habitude, on est fasciné par les sommets de l’expérience d’union avec Dieu qu’elle a atteints, mais on ne prend sans doute pas assez en compte ses premiers pas, sa conversion, et le long chemin qui l’a conduite du point de départ, «la grande crainte de l’enfer», jusqu’au but ultime, l’union totale avec la Trinité. La première partie de la vie d’Angèle n’est certainement pas celle d’une disciple fervente du Seigneur. Née aux alentours de 1248 dans une famille aisée, elle devint orpheline de père et fut éduquée par sa mère de façon plutôt superficielle. Elle fut très tôt introduite dans les milieux mondains de la ville de Foligno, où elle connut un homme, qu’elle épousa à l’âge de 20 ans et dont elle eut des enfants. Sa vie était insouciante, au point de mépriser ceux que l’on appelait les «pénitents» — très répandus à l’époque —, c’est-à-dire ceux qui, pour suivre le Christ, vendaient leurs biens et vivaient dans la prière, dans le jeûne, dans le service à l’Eglise et dans la charité.

    Plusieurs événements, comme le violent tremblement de terre de 1279, un ouragan, l’antique guerre contre Pérouse et ses dures conséquences, ont une influence sur la vie d’Angèle, qui prend progressivement conscience de ses péchés, jusqu’à accomplir un pas décisif: elle invoque saint François, qui lui apparaît en vision, pour lui demander conseil en vue d’une bonne confession générale à accomplir: nous sommes en 1285, Angèle se confesse à un frère à San Feliciano. Trois ans plus tard, la voie de la conversion prend un nouveau tournant: la dissolution des liens affectifs, étant donné qu’en quelques mois, à la mort de sa mère suit celle de son mari et de tous ses enfants. Elle vend alors ses biens et, en 1291, rejoint le Tiers-Ordre de saint François. Elle meurt à Foligno le 4 janvier 1309.

    Lire la suite

  • Benoît XVI : un chantre de la beauté

    IMPRIMER

    De Stefano Chiappalone sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Benoît XVI : la beauté qui ouvre le cœur à Dieu

    2-01-2023

    Un fil conducteur important du riche enseignement de Joseph Ratzinger est le concept de "raison élargie". Une raison qui ne rejette pas l'étonnement et ne s'enferme pas dans l'horizon matériel, mais reste capable d'accueillir les diverses expressions de l'art et de la beauté comme autant de manières d'être fasciné par le Mystère de Dieu.

    Malgré la profondeur intellectuelle qui le place à juste titre parmi les "grands" de la pensée contemporaine et - en perspective - parmi les "docteurs" de facto de l'Église, Benoît XVI était aussi une "petite voie" - comparable en quelque sorte à celle de la "petite" Sainte Thérèse de Lisieux - capable de s'émerveiller de la beauté comme voie privilégiée pour trouver (ou redécouvrir) la foi. Tout le contraire de l'étiquette de panzerkardinal ou de " berger allemand ", qui ne pourrait être crue que par ceux qui n'ont jamais fait l'effort (pourtant agréable) d'approcher ses discours, préférant ingurgiter la rumeur injuste répandue chez de nombreux catholiques (plus enclins à un sentimentalisme bon marché compatible avec les sirènes du conformisme médiatique).

    Benoît XVI ne s'oppose pas à l'émerveillement et à la lucidité de la pensée, mais il les intègre dans la perspective de ce qu'il a lui-même défini à plusieurs reprises comme une "raison élargie", c'est-à-dire capable d'englober également la beauté, l'amour, toutes ces réalités qui ne sont pas "mesurables" et dont l'existence et la nécessité ne peuvent être niées. Au contraire, "une raison qui voudrait en quelque sorte se dépouiller de la beauté serait réduite de moitié, ce serait une raison aveuglée". Cette complémentarité est inhérente au christianisme, puisque " le "Logos" créateur n'est pas seulement un "logos" technique ", mais " est amour et donc de nature à s'exprimer dans la beauté et la bonté ", a-t-il affirmé en été 2008 à Brixen (reprenant en partie la lectio de Ratisbonne). C'est pourquoi le pape émérite était convaincu que "l'art et les saints sont la plus grande apologie de notre foi".

    S'il faut lui coller une étiquette, Benoît XVI était plutôt le pape de la beauté, qu'il définissait comme "la grande nécessité de l'homme ; c'est la racine d'où jaillissent l'arbre de notre paix et les fruits de notre espérance" : c'est ainsi qu'il s'exprimait à l'occasion de son voyage apostolique en Espagne en novembre 2010, à Saint-Jacques-de-Compostelle et à Barcelone, où il est allé consacrer la basilique de la Sagrada Familia. Il a souligné le lien entre la beauté du bâtiment et la spiritualité de l'architecte Antoni Gaudí, qui n'était pas une star de l'architecture, mais "un architecte brillant et un chrétien conséquent, dont le flambeau de la foi a brûlé jusqu'à la fin de sa vie, vécue avec une dignité et une austérité absolues". À partir des trois livres de la Création, de l'Écriture et de la Liturgie, Gaudí a donné vie au "miracle architectural" de la Sagrada Familia, "un espace de beauté, de foi et d'espérance, qui conduit l'homme à la rencontre de Celui qui est la vérité et la beauté même".

    Depuis son enfance, Joseph Ratzinger voit dans la beauté un chemin privilégié vers Dieu. De sa Bavière festive et très catholique, il a rapporté "le parfum émanant des tapis de fleurs et des bouleaux verdoyants ; les ornements de toutes les maisons, les drapeaux, les chants ; j'entends encore les instruments à vent de la fanfare locale". Une jubilation qui trouve son fondement dans le matin de Pâques, ou plutôt le samedi saint : le jour même de sa naissance (16 avril 1927), une coïncidence qui constituait pour lui - comme il l'a rappelé dans son autobiographie Ma vie, publiée en 1997 - un "signe prémonitoire" sur le plan personnel mais aussi "une caractéristique de notre existence humaine, qui attend encore Pâques, n'est pas encore en pleine lumière, mais s'en approche avec confiance". Et il le fait aussi à travers l'art, la beauté du paysage et des bois, et la musique, qui chez les Ratzinger est dans l'air depuis l'enfance (après tout, ils vivaient aux frontières de la Salzbourg de Mozart), dans une continuité naturelle avec la liturgie. Et c'est leur père qui jouait et expliquait les lectures pour les préparer à la messe du dimanche : à l'époque, "lorsque le Kyrie commençait, c'était comme si le ciel s'ouvrait".

    Lire la suite

  • 7 janvier : célébration festive de la fête de l'Epiphanie à l'église du Saint-Sacrement à Liège

    IMPRIMER

    epiphanie20222.jpg

  • Hommage à Benoît XVI : un dossier gratuit de 30 pages

    IMPRIMER

    De Denis Sureau :

    Hommage à Benoît XVI

    En hommage au défunt pape émérite, j'ai réalisé un dossier PDF sur des publications importantes de Joseph Ratzinger / Benoît XVI en matière de théologie politique et de liturgie.

    Ce PDF gratuit de 30 pages peut être téléchargé sur le site Transmettre :

    https://www.transmettre.fr/produit/hommage-a-benoit-xvi-dossier-pdf/