Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité - Page 3

  • Omnis terra adóret te, Deus, et psallat tibi (introit du 2e dimanche du TO)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 65, 4  
    OMNIS terra adóret te, Deus, et psallat tibi: psalmum dicat nómini tuo, Altíssime. Ps. ibid., 1-2 Iubiláte Deo, omnis terra, psalmum dícite nómini eius: date glóriam laudi eius. Que la terre T'adore et chante en Ton honneur, qu'elle dise une hymne à Ton nom. Ps. Poussez vers Dieu des cris de joie, ô terre entière; chantez un psaume à Son Nom : rendez glorieuse Sa louange.
  • Accueillir l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde (homélie pour le 2ème dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    L'homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 2ème dimanche du temps ordinaire (15 janvier 2023) :

    Baptisés dans l’Esprit

    Nous voilà plongés dans la grâce des commencements, et en assistant aux premières heures de la vie publique du Seigneur Jésus nous avons l’occasion d’explorer la question : qui est-il et que vient-il apporter au monde ? Il est, dit Jean le Précurseur, « l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ». Cela signifie que dans une situation de faiblesse, vulnérable comme un petit agneau, il sera capable de s’offrir lui-même comme l’agneau du sacrifice, et que cette offrande résoudra le gros problème de l’humanité : le péché. Le péché est une désunion avec Dieu. Que ce soit un grave problème, il suffit d’ouvrir les yeux autour de nous pour le comprendre. D’où viennent tant de malheurs, d’où vient la guerre, la haine dans les familles, la pauvreté, tant de personnes abandonnées, désorientées, découragées, exploitées, rejetées ? C’est le péché, celui que nous commettons et celui que nous subissons. Si nous vivions dans la paix de Dieu, en harmonie avec Dieu, tout cela n’arriverait pas. Si nous nous laissions aimer et guérir par Dieu plutôt que de devenir blessants parce que nous avons été blessés, tout cela n’arriverait pas. Si nous laissions les commandements de Dieu guider notre vie plutôt que de n’en faire qu’à notre tête, tout cela n’arriverait pas. Et comment pourrions-nous sortir de cette situation catastrophique ? En accueillant l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, qui réconcilie l’humanité avec son Créateur qui l’aime tant et se trouve tant de fois rejeté. Il n’opérera pas cette réconciliation en imposant un ordre nouveau, mais en donnant sa vie. Et nous accueillons cette démarche du Seigneur en y reconnaissant son amour. C’est ce que nous vivons dans chaque messe, qui s’appelle eucharistie, c’est-à-dire action de grâce : nous disons au Seigneur notre reconnaissance pour tant d’amour. C’est pourquoi aussi nous mettons un crucifix dans nos maisons : pour nous rappeler à quel point nous avons été aimés puisque le Fils de Dieu a donné sa vie pour enlever le péché du monde alors que nous étions menacés de désespérance devant tout ce mal.

    Répondre à l’Agneau de Dieu qui donne sa vie en y reconnaissant tout l’amour de Dieu, voilà qui nous met sur la piste de cette deuxième chose que le Seigneur nous apporte, d’après Jean-Baptiste : il vient baptiser dans l’Esprit Saint. Qu’est-ce que ce baptême dans l’Esprit, que Jésus donne ? Jean baptisait dans l’eau, Jésus baptise dans l’Esprit Saint, car il nous branche sur la vie de Dieu. L’Esprit Saint est la personne de la Sainte Trinité qui nous rend capables de vivre du don de Dieu. Il est lui-même le « don de Dieu », comme on le dit à la confirmation. Par exemple, sans l’Esprit Saint, lorsque nous entendons parler de l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde, nous disons « bof, ça ne me dit rien ». Avec l’Esprit Saint, nous nous laissons toucher par tant d’amour et nous devenons capables de changer notre vie en fonction de cet amour, pour faire de tous nos choix une réponse d’amour.

    Le baptême dans l’Esprit est une pratique courante du Renouveau charismatique, mais en réalité il est déjà contenu dans notre baptême et notre confirmation. Je voudrais citer un discours du cher pape Benoît XVI à la Pentecôte 2008 : « chers frères et sœurs, redécouvrons la beauté d’être baptisés dans l’Esprit Saint ; reprenons conscience de notre baptême et de notre confirmation, sources de grâce toujours actuelle. Demandons à la Vierge Marie d’obtenir aujourd’hui aussi pour l’Église une Pentecôte renouvelée, qui insuffle en chacun, spécialement les jeunes, la joie de vivre l’Évangile et d’en témoigner » (Benoît XVI, Pentecôte 2008)

    Demandons au Seigneur : viens me baptiser dans l’Esprit Saint ! Renouvelle en moi la vie que tu y as déposée le jour de mon baptême, le jour de ma confirmation ! Fais de moi une chrétienne nouvelle, un chrétien nouveau, ébloui de ton amour, désireux de te répondre amour pour amour ! Fais de moi un témoin de cette bonne nouvelle : Dieu, le Créateur de tout l’univers, nous invite à être ses enfants !

  • Sainte Thérèse de Lisieux : une "petite voie" toujours d'actualité

    IMPRIMER

    De sur le site de Correspondance Européenne :

    Sainte Thérèse, une “petite voie” toujours d’actualité

    Cette année marque également les 100 ans de sa béatification (29 avril 1923), qui a précédé de deux ans seulement sa canonisation (17 mai 1925). Le Jubilé des Carmélites consacré à sainte Thérèse a été inauguré le 8 janvier dans la Basilique de Lisieux par l’ouverture de la Porte Sainte par Monseigneur Habert, évêque de Bayeux et Lisieux.

    La dévotion à sainte Thérèse, qui s’était déjà manifestée parmi les soldats français pendant la Première Guerre mondiale, s’est considérablement accrue après sa canonisation, et bientôt, avec l’arrivée de grandes foules de pèlerins, il est devenu nécessaire de construire une grande basilique dans la ville où la sainte avait vécu et quitté la terre le 30 septembre 1897. C’est surtout le pape Pie XI, très attaché à la sainte de Lisieux, au point d’en faire l’inspiration centrale de son pontificat, qui a soutenu activement le projet. En 1926, l’architecte parisien Jules Barbier présente sa proposition : un grand bâtiment néo-gothique non loin du couvent des Carmes, inspiré du sanctuaire de Lourdes. L’année suivante, l’architecte lillois Louis-Marie Cordonnier fait une autre proposition, totalement différente, inspirée de la basilique du Sacré-Cœur de Paris, et c’est ce projet qui est approuvé.

    Sainte Thérèse est proclamée patronne des missionnaires le 14 décembre 1927. Quinze jours plus tard, Mgr Lemonnier meurt et son successeur, Emmanuel Suhard, craint que le projet soit trop ambitieux par rapport aux ressources disponibles. Cependant, les importantes donations qui parvenaient au Carmel, les offres qui arrivaient du monde entier et le soutien du Pape ont permis de poursuivre le travail. Le chantier est ouvert le 30 septembre 1929 avec la pose de la première pierre par le cardinal Alexis-Armand Charost, archevêque de Rennes et légat du pape. La crypte a été inaugurée le 11 juillet 1937 à l’issue du Congrès eucharistique national tenu par le cardinal Eugenio Pacelli, alors légat papal et futur pape Pie XII. La basilique a été consacrée le 11 juillet 1954 par l’archevêque de Rouen et primat de Normandie, Joseph-Marie-Eugène Martin, en présence de l’archevêque de Paris, Maurice Feltin.

    Lire la suite

  • Saint Hilaire, défenseur de la foi et premier docteur de l'Eglise latine

    IMPRIMER

    saint_hilaire_poitiers_m.jpgBenoît XVI a consacré son enseignement à cette grande figure du 4e siècle lors de l'audience générale du 10 octobre 2007 :

    Chers frères et sœurs,

    Aujourd'hui, je voudrais parler d'un grand Père de l'Eglise d'Occident, saint Hilaire de Poitiers, l'une des grandes figures d'Evêques qui ont marqué le IV siècle. Au cours de la confrontation avec les ariens, qui considéraient le Fils de Dieu Jésus comme une créature, certes éminente, mais toutefois uniquement comme une créature, Hilaire a consacré toute sa vie à la défense de la foi dans la divinité de Jésus Christ, Fils de Dieu et Dieu comme le Père, qui l'a engendré de toute éternité.

    Nous ne disposons pas d'informations certaines sur la plus grande partie de la vie d'Hilaire. Les sources antiques disent qu'il naquit à Poitiers, probablement vers l'année 310. Issu d'une famille aisée, il reçut une solide formation littéraire, bien évidente dans ses écrits. Il ne semble pas qu'il ait grandi dans un milieu chrétien. Lui-même nous parle d'un chemin de recherche de la vérité, qui le conduisit peu à peu à la reconnaissance de Dieu créateur et du Dieu incarné, mort pour nous donner la vie éternelle. Baptisé vers 345, il fut élu Evêque de sa ville natale autour de 353-354. Au cours des années suivantes, Hilaire écrivit sa première œuvre, le Commentaire à l'Evangile de Matthieu. Il s'agit du plus ancien commentaire en langue latine qui nous soit parvenu de cet Evangile. En 356, Hilaire assiste comme Evêque au Synode de Béziers, dans le sud de la France, le "synode des faux Apôtres", comme il l'appelle lui-même, car la réunion fut dominée par des Evêques philo-ariens, qui niaient la divinité de Jésus Christ. Ces "faux apôtres" demandèrent à l'empereur Constance la condamnation à l'exil de l'Evêque de Poitiers. Hilaire fut ainsi obligé de quitter la Gaule au cours de l'été 356.

    Lire la suite

  • En mémoire du Cardinal Pell. Ces journaux de prison si chers à Benoît XVI

    IMPRIMER

    De Settimo Cielo (Sandro Magister) :

    En mémoire du Cardinal Pell. Ces journaux de prison si chers à Benoît XVI

    Pell

    Dans la soirée du mardi 10 janvier, jour de la fête de saint Grégoire de Nysse, le cardinal George Pell est décédé à Rome. Ses dernières apparitions publiques ont été le 5 janvier la messe sur la place Saint-Pierre pour les funérailles de Benoît XVI et, les 6 et 7 janvier, la prédication d'une retraite spirituelle à San Giovanni Rotondo.

    Entre lui et Joseph Ratzinger, il y avait une forte proximité de vision, rassurée pour les deux par un fil d'ironie, malgré la différence de caractère. Dans le livre à paraître du secrétaire du défunt pape, il est écrit que dans la dernière période de sa vie, le soir, après les vêpres, il aimait qu'on lui lise des articles ou des livres à haute voix. Et "parmi les textes que Benoît XVI a tant appréciés figurent les mémoires du cardinal George Pell sur son procès et son emprisonnement en Australie".

    Pell est l'auteur du mémorandum signé "Demos" qui a circulé parmi les cardinaux au printemps dernier, en vue d'un futur conclave, publié par Settimo Cielo le 15 mars.

    De son journal de prison, voici un petit florilège révélateur.

    *

    LA DOULEUR DU TRAVAIL, LA MIENNE ET CELLE DE MES AMIS CHINOIS

    (du lundi 4 mars au samedi 15 juin 2019)

    Dans le bréviaire, les troubles de Job se poursuivent et s'aggravent, car on laisse Satan l'infecter d'ulcères malins. Mais Job n'a pas condamné Dieu, même si sa femme amère l'a incité à "maudire Dieu et à mourir". Job n'a pas prononcé de paroles pécheresses. "Si de Dieu nous acceptons le bien, pourquoi n'accepterions-nous pas le mal ?" (Job 2, 9-10).

    En de nombreuses occasions, lorsqu'on m'a interrogé sur la souffrance imméritée, j'ai répondu que même "pour le Fils de Dieu, Jésus, cela ne s'est pas passé sans heurts". Pour les chrétiens, cela les amène toujours à s'arrêter et à réfléchir, et je leur ai parfois demandé de se souvenir aussi des moments de bénédiction. [...]

    Je n'ai jamais aimé les écrivains, même les grands écrivains chrétiens comme saint Jean de la Croix, qui soulignent le rôle essentiel et nécessaire de la souffrance si nous voulons nous rapprocher de Dieu. Je n'ai jamais lu beaucoup de ses œuvres, les trouvant un peu effrayantes, alors que j'ai réussi à terminer "Le château intérieur" de Sainte Thérèse d'Avila [1588], qui suit une théologie espagnole robuste similaire.

    Mon approche est plus proche de celle du grand-père de Jude Chen, [...] qui invoquait les petits ennuis de Dieu, parce que sans eux il serait devenu orgueilleux et qu'à cause d'eux il voulait éviter les plus gros ennuis. [...]

    Le temps que j'ai passé en prison n'est pas une partie de plaisir, mais cela devient une fête quand on le compare à d'autres expériences d'emprisonnement. Mon bon ami Jude Chen, originaire de Shanghai et vivant désormais au Canada, m'a écrit au sujet de l'emprisonnement de sa famille sous le régime communiste chinois.

    En 1958, le frère de Jude, Paul, un séminariste, et sa sœur Sophie, une lycéenne, ont été emprisonnés pour avoir été catholiques et ont passé 30 ans dans deux prisons différentes, pour Sophie dans le froid du nord de la Chine. La famille a eu droit à une visite mensuelle de quinze minutes lorsqu'elle était dans une prison de Shanghai et à une lettre de cent mots par mois pendant trois décennies.

    Lire la suite

  • Benoît XVI : C'est le temps de l'Antéchrist

    IMPRIMER

    De Rod Dreher sur The American Conservative :

    Benoît XVI : C'est le temps de l'Antéchrist

    En 2015, Benoît XVI a écrit une lettre à l'homme d'État catholique Vladimir Palko, l'exhortant à prier contre "l'expansion du pouvoir de l'Antéchrist".

    10 janvier 2023

    En novembre, j'étais en visite à Bratislava, et j'ai dîné avec mes amis Vladimir Palko, mathématicien et homme d'État à la retraite, et Jaroslav Daniška, rédacteur en chef du magazine conservateur Standard. Vlado était l'une de mes sources pour Live Not By Lies. Nous parlions du pape Benoît XVI, malade. Vlado a mentionné qu'en 2015, il avait reçu une lettre de Benoît XVI, en tant que pape émérite. Ah bon ? Vlado, un membre de l'Église catholique clandestine qui a ensuite été ministre de l'Intérieur dans l'un des gouvernements post-communistes du pays, avait écrit un livre intitulé The Lions Are Coming : Why Europe And America Are Heading for a New Tyranny, sur la nature anti-chrétienne croissante de la vie et de la politique occidentales. Le livre avait été traduit en allemand, et un évêque autrichien en avait fait parvenir un exemplaire à Benoît XVI.

    Vlado était grave lorsqu'il a parlé de la lettre. Elle était très courte, a-t-il dit, et appréciait le livre. Et à la fin, le pape émérite parlait de l'Antéchrist. Vlado n'a pas voulu dire précisément ce que Benoît XVI avait dit. Il nous a dit qu'il ne publierait la lettre qu'après la mort de Benoît.

    La semaine dernière, j'ai rencontré Jaroslav pour dîner à Rome. Nous étions tous les deux là pour les funérailles de Benoît. Je lui ai demandé si Vlado se préparait à publier la lettre. Il m'a répondu qu'il n'en était pas sûr, parce que Vlado avait des doutes. Vlado est un catholique de la vieille école et il avait peur d'être une pierre d'achoppement pour la foi des autres. J'ai exhorté Jaro à encourager Vlado à dire la vérité, car il est important que le monde sache comment le saint pape qui vient de nous quitter lisait les signes des temps.

    Aujourd'hui, le Standard a publié une courte interview que Jaro a réalisée avec Vlado, dans laquelle il a révélé le contenu de la lettre de Benoît XVI. Voici un extrait de l'interview, que j'ai traduit en anglais via Google :

    Lorsque vous avez rapporté la lettre pour la première fois, vous avez décidé de ne pas publier une partie du texte, en faisant remarquer que ce n'était pas le bon moment pour le faire. La raison en était le contenu sensible et les préoccupations que le défunt pape exprimait sur l'état de l'Église catholique. Pourriez-vous préciser de quoi il s'agissait exactement ?

    Oui, c'est comme ça. La lettre n'est pas longue, elle comporte douze lignes. Dans la deuxième moitié de la lettre, il y a une phrase, d'environ trois lignes, dans laquelle le pape émérite fait des affirmations frappantes.

    La phrase se lit comme suit : "Nous voyons comment le pouvoir de l'Antéchrist s'étend, et nous ne pouvons que prier pour que le Seigneur nous donne des bergers forts qui défendront son Eglise en cette heure de nécessité contre le pouvoir du mal."

    En allemand, cela se lit comme suit : "Man sieht, wie die Macht des Antichrist sich ausbreitet, und kann nur beten, dass der Herr uns kraftvolle Hirten schenkt, die seine Kirche in dieser Stunde der Not gegen die Macht des Bösen verteidigen."

    Qu'avez-vous pensé alors ? Et qu'en pensez-vous aujourd'hui ?

    Des concepts tels que l'expansion du pouvoir de l'Antéchrist, l'Eglise à l'heure du besoin, et la nécessité de défendre l'Eglise contre la puissance du mal sont sérieux et lourds de sens. D'autant plus qu'ils ont été prononcés par une personne dont l'expression, tout au long de sa vie, alliait la justesse à l'adéquation des termes utilisés. Il a délivré des messages publics sérieux même en tant que pape, mais ces formulations sont plusieurs degrés plus urgentes. La situation du monde et de l'Eglise a beaucoup troublé le Pape émérite. Il en souffrait visiblement.

    J'y pense très souvent, mais je n'ose pas interpréter ses déclarations. Je trouverais cela présomptueux à ce stade. Je ne suis qu'un ancien politicien chrétien et je ne me sens pas compétent. En tant que politicien, j'ai adhéré au magistère de l'Église catholique et je n'ai reculé devant aucun combat. Cependant, je commente rarement l'Eglise et seulement sur des détails. Pour exprimer des jugements fondamentaux sur son état en général, il faut à la fois une personne qui soit un meilleur exemple des vertus chrétiennes et une personne plus compétente sur le plan théologique. C'est un travail pour les saints.

    Lire la suite

  • Les fins dernières, ces grandes oubliées de la prédication

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae (janvier 2023) :

    Prêcher et catéchiser sur les fins dernières

    En conclusion d’un chapitre sur la crise de la prédication des fins dernières (la mort, le jugement particulier et le jugement général, l’enfer, le paradis, et aussi le purgatoire, Guillaume Cuchet écrit : « Cette rupture au sein de la prédication catholique a créé une profonde discontinuité dans les contenus prêchés et vécus de la religion de part et d’autre des années 1960. Elle est si manifeste qu’un observateur extérieur pourrait légitimement se demander si, par-delà la continuité d’un nom et de l’appareil théorique des dogmes, il s’agit bien toujours de la même religion[1]. »

    Érosion préconciliaire de cette prédication

    En ce domaine comme en d’autres, le « grand déménagement » (Guillaume Cuchet) qu’a provoqué Vatican II, y compris dans les doctrines qu’il n’a pas lui-même revisitées, ce qui est le cas des fins dernières, a été précédé d’une longue et progressive dégradation interne. Celle-ci s’est accélérée, en tous domaines, à partir de la dernière guerre, avant l’affaissement brutal qui a suivi. Ainsi de la crise des vocations sacerdotales et religieuses, dont la courbe s’abaissait depuis longtemps, avant de s’effondrer à partir de 1965. Une image nous vient, trop forte sans doute, celle de la cité fantomatique du Sertão brésilien, décrite par Michel Bernanos dans L’envers de l’éperon, ville rongée par les termites dont murs et monuments vont s’effondrer à la moindre poussée.

    À la fin des années cinquante, Julien Green, dans son Journal, faisait des allusions répétées au fait que l’on parlait déjà avec réticence des fins dernières. Un bon témoignage de cette gêne se trouve chez Jacques Maritain qui, dans un écrit de 1961, « Idées eschatologiques », qui sera publié de manière posthume dans Approches sans entraves[2], élabore un étonnant conte qui revient à évacuer le désespoir des damnés : finalement pardonnés après le jugement dernier, ils seraient transportés dans les limbes (auxquelles Maritain croyait donc encore) où ils jouiraient de la félicité naturelle que connaissent les enfants morts sans baptême. C’était une reprise, sur la pointe des pieds, de la théorie d’Origène, dite apocatastase, « rétablissement », qui soutenait que les peines de l’enfer n’étaient pas éternelles, et qui a été condamnée par le second concile de Constantinople.

    Évanouissement postconciliaire

    Cependant, ici comme ailleurs, le grand bouleversement dans la prédication est intervenu à partir du Concile. Au sein d’une bibliographie très important, on cite toujours la thèse d’histoire religieuse d’Yves Lambert, Dieu change en Bretagne : La religion à Limerzel de 1900 à nos jours[3]. Sur le point qui nous intéresse, il montre que, dans le bulletin paroissial de Limerzel, on a parlé du purgatoire et de l’enfer jusqu’en 1965, lorsque s’achève le Concile, puis qu’on avait cessé d’un coup et définitivement de le faire.

    On ne saurait traiter Hans Urs von Balthasar de progressiste. Or, sa thèse sur l’enfer, à laquelle a répondu Mgr Christophe J. Kruijen, auteur de l’article qui suit, n’est pas marginale dans sa pensée mais elle tient au cœur de sa théologie. L’Écriture interdit de nier la possibilité de la damnation, concédait Balthasar, mais il s’interrogeait sur la possibilité de facto et même de jure de la damnation : « Nous ne savons pas si une liberté humaine est capable de se refuser jusqu’au bout à l’offre que lui fait l’Esprit de lui donner sa liberté propre et véritable[4]. » Autrement dit, selon lui, nous ne savons pas si l’homme est capable de pécher sans rémission. Le théologien de Bâle, qui n’hésitait pas en définitive à mettre au paradis les pires criminels non repentis, n’était pas suivi par des confrères bien plus progressistes, tel Edward Schillebeeckx, op, qui voyait pour les pires pécheurs la mort comme la fin de tout. Quant à Gustave Martelet il empruntait à Jean Elluin « l’enfer chirurgical », sorte de super-purgatoire qui détruirait dans l’âme des grand pécheurs toute la part mauvaise de leur volonté et laisserait, après une « division déchirante », le petit reste de bonne volonté dans la béatitude).

    Lire la suite

  • Benoît XVI était le Saint Augustin de notre temps (cardinal Müller)

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Interview

    Cardinal Müller : Benoît XVI était le Saint Augustin de notre temps

    9-1-2023

    "Le pape Benoît n'a pas parlé du Christ, mais il a parlé au Christ. En lui, il y a une unité entre la réflexion théologique au plus haut niveau et la spiritualité qui entrait directement dans le cœur des gens". "Il était conscient de son expertise, mais il l'utilisait non pas pour s'élever au-dessus des autres, mais pour servir le bien de l'Église et la foi des gens simples." "Confusion" ? Il y a trop de pensée politique dans l'Église aujourd'hui". "L'Église est revenue 200 ans en arrière, comme disait le cardinal Martini ? Impossible Jésus est la plénitude de tous les temps".

    Le cardinal Müller, rédacteur de l'ouvrage théologique de Ratzinger-Benoît XVI, prend la parole.

    Pour moi, le pape Benoît est presque un Saint Augustin rendu à la vie, indépendamment d'un éventuel processus de canonisation, il est déjà de facto un docteur de l'Église. Le cardinal Gerard Ludwig Müller a toute l'autorité nécessaire pour le dire : théologien lui-même, il a édité toute l'œuvre théologique de Joseph Ratzinger-Benoît XVI, tout en étant l'un de ses successeurs comme préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il nous accueille dans son appartement près de Saint-Pierre qui a été celui du cardinal Ratzinger pendant 24 ans, depuis qu'il a été appelé à Rome par saint Jean-Paul II en 1981 jusqu'en avril 2005, lorsqu'il a été appelé à lui succéder au pontificat. De cette époque, il ne reste dans l'appartement que les vitraux de la petite chapelle, qui ont été offerts au cardinal Ratzinger et qui représentent l'Eucharistie.

    Cardinal Müller, de quelle manière voyez-vous saint Augustin dans le pape Benoît ?

    Je crois que le pape Benoît représente pour la théologie du 20e et du 21e siècle ce qu'Augustin a représenté pour son époque, ses écrits sont la foi catholique expliquée d'une manière appropriée pour les personnes contemporaines, une forme de réflexion éloignée du style du manuel de théologie. Quant à Augustin, il ne s'agit pas d'une simple question de capacité intellectuelle, même s'il était un grand théologien.

    Quel est donc le "secret" ?

    Comme Augustin, Benoît ne traite pas du Christ comme s'il s'agissait d'un sujet à développer, il ne parle pas du Christ mais parle au Christ. Dans les Confessions de saint Augustin, tout est un dialogue avec Dieu, l'homme en dialogue avec Dieu, l'explication de sa vie. Ainsi, chez Benoît XVI, il y a une unité profonde entre la réflexion théologique au plus haut niveau et la spiritualité qui entre directement dans les cœurs, unité entre l'intellect et l'amour. Il le disait toujours, notre foi catholique n'est pas une théorie sur un sujet, mais elle est relation, relation avec Jésus, nous participons à la relation intratrinitaire. Benoît a donc été capable d'ouvrir le cœur des gens. Et nous l'avons vu en ces jours après sa mort et lors des funérailles : il est resté très vivant dans le cœur des fidèles, de nombreuses personnes. Beaucoup pensaient que dix ans après son renoncement, le monde l'avait oublié ; au contraire, il est bien présent dans les mémoires.

    À votre avis, y a-t-il une œuvre de Ratzinger-Bénoît XVI qui exprime le mieux cette unité ?

    Il a écrit de nombreux livres et essais, mais je crois que la trilogie sur Jésus de Nazareth (publiée déjà comme pontife, entre 2007 et 2012, éd.) est la clé pour interpréter tout le reste. Ce livre sur Jésus exprime l'unité de la théologie cognitive et de la théologie affective, et quand je dis affective, je ne veux pas dire sentimentale, mais une expression de l'amour, de la relation avec Dieu. C'est pourquoi des millions de fidèles qui n'ont pas étudié la théologie, qui ne sont pas des experts en philosophie ou en histoire de la pensée européenne, ces fidèles qui prient chaque jour, qui vont à l'église et qui ont une relation quotidienne avec Jésus, ont pu lire et comprendre cette trilogie comme la clé intellectuelle, sapientielle et affective de la rencontre avec Jésus.

    Lire la suite

  • L’origine des séquences et l’usage de l’encens dans la liturgie, par le Dr Denis Crouan

    IMPRIMER

    Liturgie 31 : L’origine des séquences et l’usage de l’encens dans la liturgie, par le Dr Denis Crouan

    https://youtu.be/V7eSlyaKnuY  

    Le docteur Denis Crouan aborde les séquences qui sont des chants populaires introduits dans la liturgie.  Au Moyen Âge, on les appelait « proses » ou parfois « hymnes ». Elles sont le fruit d’une étroite collaboration de la science humaine avec l’inspiration divine. Les séquences approuvées par l’Eglise ont une grande profondeur théologique qui devient de plus en plus marquée au cours des siècles.  

    L’usage de l’encens est attesté dès la plus haute autiquité. Puisque nous sommes des êtres de chair, nous appréhendons les réalités qui nous entourent par nos sens. Quant à la fumée de l’encens qui s’élève et parfume l’espace sacré, elle « aiguise » notre esprit en utilisant deux de nos sens pour évoquer les choses de Dieu : la vue et l’odorat. Malachie 1, 11 : « Du levant au couchant du soleil, mon Nom est louable parmi les nations. En chaque lieu, on brûle de l’encens pour mon Nom et on présente une offrande pure, car mon Nom est grand parmi les nations, dit le Seigneur de l’univers. » 

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022-2023 

    Pour accéder à la totalité de la playlist :  

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan 2023. 

  • Qui est Jésus et ce qui l'anime (homélie pour le Baptême du Seigneur)

    IMPRIMER

    De l'abbé Christophe Cossement (archive 2011) :

    Qui est Jésus et qu'est-ce qui l'anime?

    Homélie du baptême du Seigneur

    Résultat de recherche d'images pour "battesimo cristo"

    Qui est le Christ que nous voulons suivre tandis que d’autres suivent Mahomet ou Bouddha, et que beaucoup plus d’autres encore autour de nous considèrent que Dieu est vraiment une affaire trop compliquée ou trop abstraire et qu’il sera assez tôt sur son lit de mort pour y penser, si du moins il en reste encore la force ?

    Qui est le Christ ? Voici une des questions que l’épisode du baptême de Jésus veut aborder. A Noël nous apprenions par les bergers que celui qui était né serait un sauveur ; les mages sont venus le saluer comme roi et lui ont apporté l’encens des dieux, avec la myrrhe des défunts. Aujourd’hui Jésus vient au baptême de Jean, ce baptême dont nous avons fait connaissance au temps de l’Avent, dont Jean lui-même dit :

    « Moi, je vous baptise dans l’eau, pour vous amener à la conversion... Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche... Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion... Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu... Celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. » (Mt 3,1-12)

    Or celui qui doit venir comme un plus fort vient se faire baptiser comme ceux qui ont besoin de conversion ; ce à quoi Jean tente de s’opposer, mais Jésus lui dit qu’en le faisant ils accompliront quelque chose de juste. Et nous découvrons que ce qui est juste c’est ceci : que celui qui est le Saint de Dieu vienne parmi les pécheurs. Non pas pour leur dire que ce n’est pas grave de pécher, mais pour leur tendre la main et les inviter à vivre comme lui. Voilà la première indication du jour sur l’identité de Jésus : lui qui n’a pas besoin du baptême de conversion vient le recevoir pour exhorter les hommes à la sainteté, les pousser à vivre comme lui.

    Et comment vit-il ? La vie intérieure de Jésus est comme traduite en images dans l’évangile d’aujourd’hui : il vit comme le fils bien aimé du Dieu très-haut, et c’est l’Esprit Saint venant sur lui qui lui permet de vivre ainsi.

    Plus tard Jésus vivra un autre baptême, dont il dira à ses disciples : « Je dois recevoir un baptême, et comme il m’en coûte d’attendre qu’il soit accompli ! » (Lc 12,50) Ce second baptême, c’est sa passion, vécue pour affronter le mal qui mine le cœur de l’homme et toute la société. L’Esprit qui vient encore sur lui fera qu’il ressuscitera pour la vie éternelle.

    Notre baptême à nous n’est pas seulement un remake du baptême de Jésus au Jourdain, mais il nous fait vivre aussi le second baptême de Jésus. Notre baptême est comme la synthèse de deux baptêmes : le baptême qui nous fait enfant de Dieu comme Jésus, et le baptême qui doit surmonter en nous l’obstacle du mal, du refus, du « non » dit à Dieu et à ce qu’il demande. Il faut ces deux aspects du baptême. C’est cela que nous offre Jésus dont nous sommes les disciples.

    Vivre en enfant de Dieu est la source d’une joie immense, débordante, mais tant de « non » nous empêchent de vivre en enfants de Dieu ! Qui veut connaître la joie doit prendre le chemin de la conversion, doit accueillir vraiment le Christ qui descend dans les eaux du Jourdain à sa rencontre.

    Enfin je voudrais terminer par deux petites réflexions. Par son baptême Jésus inaugure sa mission, qui sera une mission difficile, où il devra affronter beaucoup de contradictions, où son message sera déformé, où il sera rejeté de tous. Qu’est-ce qui lui donnera la force de vivre tout cela ? C’est le lien d’amour avec son Père. La voix vient du ciel dire : celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui j’ai mis tout mon amour... C’est ce lien d’amour vécu avec le Père qui donne à Jésus, qui donne à tous la force de la mission et tout simplement la force de vivre.

    Enfin, directement après son baptême, Jésus sera tenté. Ce n’est pas parce qu’il existe un lien d’amitié très douce avec Dieu qu’on est à l’abri des épreuves intérieures et extérieures. Mais cela n’empêche pas la joie d’être fils, fille de Dieu.

  • Le baptême du Seigneur commenté par Benoît XVI

    IMPRIMER

    De l'homélie du pape Benoît XVI en la chapelle Sixtine, le 9 janvier 2011 :

    (...) Selon le récit de l'évangéliste Matthieu (3, 13-17), Jésus va de la Galilée au fleuve du Jourdain pour se faire baptiser par Jean; en effet, on accourait de toute la Palestine pour écouter la prédication de ce grand prophète, l'annonce de l'avènement du Royaume de Dieu, et pour recevoir le baptême, c'est-à-dire se soumettre à ce signe de pénitence qui appelait à la conversion du péché. En dépit de son nom de «baptême», il n'avait pas la valeur sacramentelle du rite que nous célébrons aujourd'hui; comme vous le savez, c'est en effet par sa mort et sa résurrection que Jésus institue les sacrements et donne naissance à l'Eglise. Celui qui était conféré par Jean était plutôt un acte pénitentiel, un geste qui invitait à l'humilité devant Dieu, pour un nouveau commencement: en se plongeant dans l'eau, le pénitent reconnaissait avoir péché, implorait de Dieu la purification de ses fautes et était invité à changer ses comportements erronés en mourant pour ainsi dire dans l'eau et en ressuscitant à une vie nouvelle.

    C'est pourquoi, lorsque Jean-Baptiste voit Jésus, qui, dans la file avec les pécheurs, vient se faire baptiser, il est stupéfait; reconnaissant en Lui le Messie, le Saint de Dieu, Celui qui est sans péché, Jean manifeste sa perplexité: lui-même, Jean-Baptiste, aurait voulu se faire baptiser par Jésus. Mais Jésus l'exhorte à ne pas opposer de résistance, à accepter de faire ce geste, pour faire ce qui est nécessaire pour «accomplir parfaitement ce qui est juste». Par cette expression, Jésus montre qu'il est venu dans le monde pour faire la volonté de Celui qui l'a envoyé, pour accomplir tout ce que le Père lui demande; c'est pour obéir au Père qu'il a accepté de se faire homme. Ce geste révèle avant tout qui est Jésus: il est le Fils de Dieu, vrai Dieu comme le Père; il est Celui qui «s'est abaissé» pour se faire l'un de nous; Celui qui s'est fait homme et a accepté de s'humilier jusqu'à la mort de la croix (cf. Ph 2, 7). Le baptême de Jésus, que nous célébrons aujourd'hui, se situe dans cette logique de l'humilité: c'est le geste de celui qui veut se faire en tout l'un de nous et se mettre dans la file avec les pécheurs; Lui, qui est sans péché, se laisse traiter comme un pécheur (cf. 2 Co 5, 21), pour porter sur ses épaules le poids de la faute de l'humanité tout entière. Il est le «Serviteur du Seigneur » dont le prophète Isaïe nous a parlé dans la première lecture (cf. 42, 1). Son humilité est dictée par sa volonté d'établir une communion plénière avec l'humanité, par le désir de réaliser une véritable solidarité avec l'homme et avec sa condition. Le geste de Jésus anticipe la Croix, l'acceptation de la mort pour les péchés de l'homme. Cet acte d'abaissement par lequel Jésus veut se conformer totalement au dessein d'amour du Père, manifeste la pleine harmonie de volonté et d'intention qu'il y a entre les personnes de la Très Sainte Trinité. Par cet acte d'amour, l'Esprit de Dieu se manifeste comme une colombe et vient au-dessus de Lui, et à ce moment-là, l'amour qui unit Jésus au Père est témoigné à ceux qui assistent au baptême par une voix d'en-haut, que tous entendent. Le Père manifeste ouvertement aux hommes la communion profonde qui le lie au Fils: la voix qui résonne d'en-haut atteste que Jésus est obéissant en tout au Père, et que cette obéissance est l'expression de l'amour qui les unit entre eux. C'est pourquoi le Père place sa complaisance en Jésus, parce qu'il reconnaît dans l'action du Fils le désir de suivre en tout sa volonté: «Celui-ci est mon Fils bien-aimé; en lui j'ai mis tout mon amour» (Mt 3, 17). Et cette parole du Père fait allusion aussi, de façon anticipée, à la victoire de la résurrection et nous dit comment nous devons vivre pour plaire au Père, en nous comportant comme Jésus. (...)

  • Les 150 ans de la naissance de Péguy

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    Péguy, sur le seuil

    7 janvier 2023

    par Gianni Valente

    "Un enfant chrétien", écrivait Charles Péguy, "n'est rien d'autre qu'un enfant à qui l'enfance de Jésus a été mille fois présentée devant ses yeux". Lui, le grand poète français qui a su raconter et confesser avec une intimité sans pareille la survenance du mystère chrétien au cœur de la modernité "non chrétienne", est venu au monde à Orléans il y a exactement 150 ans, le 7 janvier 1873. Il ouvre les yeux sur un monde où les œuvres et les jours des hommes et des femmes de l'époque apparaissent encore irrigués des traces et des humeurs de la chrétienté française, faite de pauvres gens " qui bourraient les chaises avec le même esprit que celui avec lequel ils sculptaient leurs cathédrales ". Mais sa vie courte et intense se déroule en grande partie au milieu de personnes et de contextes qui semblent avoir rejeté l'Église et la doctrine chrétienne comme des vestiges d'un passé révolu, des fossiles de l'Ancien Régime. Il vit parmi les générations de ceux qu'il décrirait lui-même comme "les premiers, après Jésus, sans Jésus".

    Jeune militant républicain et socialiste, après s'être libéré à l'adolescence des héritages de sa première éducation chrétienne, il passe sa saison d'engagement volcanique parmi les athées, les agnostiques et les libres penseurs, ceux qui fréquentent la coterie intellectuelle des Cahiers de la Quinzaine, la revue qu'il a fondée. C'est là, immergé dans ce monde, qu'il a redécouvert la foi chrétienne comme un pur don de la grâce. Un nouveau départ qu'il ne vivra jamais lui-même comme une abjuration et un reniement de sa vie passée jusqu'alors "in partibus infidelium". C'est aussi pour cette raison que, 150 ans exactement après sa naissance, les traits inégalés de son aventure existentielle peuvent offrir de précieux indices de réconfort à tous ceux qui se soucient de la mission de confesser le nom du Christ à l'heure actuelle, surtout dans les pays où - comme l'a dit le Pape Benoît XVI - "la foi court le danger de s'éteindre comme une flamme qui ne trouve plus de nourriture".

    De la terre non chrétienne

    A dix-sept ans, Péguy n'est plus chrétien. Il écrivait à l'époque : "Tous mes compagnons se sont débarrassés du christianisme comme moi. Les treize ou quatorze siècles de christianisme implantés chez mes ancêtres, les onze ou douze années d'enseignement et parfois d'éducation catholique sincèrement et fidèlement reçues sont passés sur moi sans laisser de trace". Son tempérament généreux s'enflamme des mythes de la foi républicaine révolutionnaire, pour aboutir à un socialisme mystique. Jeune universitaire, il épouse civilement Charlotte Beaudin, 18 ans, membre d'un clan familial vivant dans le mythe de la Commune de Paris.

    C'est à cette terre non chrétienne, qui considère le christianisme comme un passé qui ne la concerne pas, qu'appartient Péguy lorsque, dix ans plus tard, il retrouve par grâce le fil d'or qui unit sa vie à Jésus et à son Salut.

    Lire la suite