Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Abus : des journalistes contredisent les accusations de "dissimulation" contre Jean-Paul II avant qu'il ne soit pape

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Des journalistes contredisent les allégations de "dissimulation" contre Jean-Paul II avant qu'il ne soit pape

    7 décembre 2022

    Des journalistes enquêtant sur des sources laïques et de l'Église catholique en Pologne ont remis en question les allégations d'un écrivain néerlandais selon lesquelles saint Jean-Paul II aurait "couvert" des abus sexuels alors qu'il était encore évêque en Pologne.

    Le 2 décembre, Ekke Overbeek, un journaliste néerlandais vivant en Pologne, a déclaré avoir trouvé "des cas concrets de prêtres abusant d'enfants dans l'archidiocèse de Cracovie, où le futur pape était archevêque. Le futur pape était au courant et les a quand même transférés, ce qui a conduit à de nouvelles victimes." Overbeek fait référence au cas du prêtre Eugeniusz Surgent et de "beaucoup d'autres" que Karol Wojtyla aurait "couvert".

    La publication néerlandaise NOS, dans laquelle sont parues les déclarations d'Overbeek, a indiqué que le journaliste avait passé trois ans à éplucher "les archives polonaises". "Presque tous les documents recueillis directement sur Wojtyla ont été détruits. Cependant, dans d'autres documents survivants, il est mentionné très souvent. Et si vous les mettez tous ensemble, ce sont les pièces d'un puzzle qui donnent une image de la façon dont il a géré la situation", a déclaré l'écrivain, sans dire à quelles archives il faisait référence.

    Les journalistes polonais Tomasz Krzyżak et Piotr Litka, de Rzeczpospolita, ont publié une enquête qui contredit les accusations d'Overbeek, affirmant que saint Jean-Paul II n'a couvert aucun abus et qu'il a systématiquement agi contre de tels cas lorsqu'il était archevêque de Cracovie, de 1964 à 1978. Les journalistes soulignent que le prêtre en question, Surgent, n'était pas originaire de l'archidiocèse de Cracovie mais du diocèse de Lubaczów. En tant qu'archevêque de Cracovie, le cardinal Karol Wojtyla a pris plusieurs décisions concernant Surgent, expliquent-ils, "dans le cadre de ses compétences, laissant le dernier mot sur une éventuelle sanction du prêtre à son ordinaire, l'évêque de Lubaczów." Les journalistes ont ajouté que "l'archevêque de Cracovie de l'époque ne pouvait rien faire contre le fait que Surgent travaillait dans deux autres diocèses." 

    Les reporters polonais ont également fait référence à un autre incident illustrant la manière dont le cardinal Wojtyla de l'époque traitait les abus, à savoir le cas du prêtre Józef Loranc, accusé d'avoir abusé sexuellement de jeunes filles. "L'absence de mesures punitives par le tribunal ecclésiastique n'annule pas le crime et ne défait pas la culpabilité", a écrit le cardinal Wojtyla dans une lettre adressée à Loranc en 1971, après sa libération de prison.

    Pour Krzyżak et Litka, "ce comportement" du futur pape Jean-Paul II "diffère considérablement de la pratique de la clémence envers ceux qui avaient commis de tels crimes, qui était courante à l'époque." Dans le cas de Loranc, prêtre de l'archidiocèse de Cracovie jusqu'à sa mort en 1992, "le cardinal Wojtyla a pris des décisions immédiates conformément au droit canonique. Et s'il a progressivement levé les sanctions canoniques et fait preuve d'une grande clémence, il est resté toujours vigilant", écrivent les journalistes.

    Lorsque le cardinal Wojtyla a eu connaissance de l'affaire en 1970, sa décision est intervenue quelques jours seulement après avoir appris les accusations portées contre Loranc. Dans une lettre, le futur pape Jean-Paul II a déclaré que le prêtre accusé était "suspendu" et "ne pouvait exercer aucune fonction sacerdotale" et devait "vivre au monastère pendant un certain temps, faire une retraite et recevoir de l'aide."

    Lire la suite

  • Un archiviste du Vatican critique un nouveau livre sur Pie XII et les juifs

    IMPRIMER

    De katholisch.de :

    Un archiviste du Vatican critique un livre sur Pie XII et les juifs

    6/12/2022

    ROME - Il estime qu'il est condamnable d'utiliser les documents mis à disposition par le Vatican pour ensuite en faire un compte-rendu erroné : L'archiviste du Vatican Johan Ickx critique vivement un livre récent sur Pie XII - et défend le pape Pacelli.

    L'archiviste du Vatican et historien flamand Johan Ickx a critiqué le livre sur le pape Pie XII publié cette année par le sociologue américain David Kertzer. Il trouve condamnable d'utiliser les documents mis à disposition par le Vatican pour ensuite en faire un compte-rendu erroné, a déclaré Ickx mardi aux journalistes. Le livre de Kertzer "The Pope at War : The Secret History of Pius XII, Mussolini and Hitler" jette une lumière très critique sur la volonté d'aide du Vatican envers les juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Il devrait être publié en allemand en 2023.

    Il n'est pas vrai, selon Ickx, que le Vatican n'a aidé que les juifs baptisés. Il existe également des cas de juifs non baptisés qui ont été sauvés grâce à l'intervention de la Secrétairerie d'Etat du Vatican, a affirmé l'historien du Vatican. En fin de compte, il s'agissait de nombreux juifs baptisés à partir de 1938, car sinon ils seraient passés complètement à travers les mailles du filet de l'aide.

    Pie  XII n'a pas gardé le silence sur les crimes.

    Ickx a défendu une nouvelle fois l'action du pape Pie XII, qui a dirigé l'Eglise catholique de 1939 à 1958. Celui-ci n'aurait pas gardé le silence sur les crimes si cela n'avait pas été nécessaire en raison des efforts diplomatiques. Selon lui, il existe de nombreux discours à l'époque de la Seconde Guerre mondiale, il faut les lire correctement. Déjà à l'époque où il était "ministre des Affaires étrangères" du Vatican dans les années 1930, Eugenio Pacelli avait clairement indiqué qu'il fallait aider le plus grand nombre possible de Juifs.

    L'archiviste du Vatican a réaffirmé sa volonté de transparence absolue en ce qui concerne les documents relatifs à la Seconde Guerre mondiale. Le reproche récurrent selon lequel tout n'est pas accessible ou que quelque chose est caché est faux. Mais il est important d'évaluer les documents avec prudence et dans leur contexte. Ainsi, le fait de ne considérer que les documents d'un seul pays pourrait conduire à des conclusions erronées. Des documents de 30 à 35 pays concernant les années de guerre sont archivés.

    Depuis l'annonce de l'ouverture des archives du Vatican sur le pontificat de Pie XII par Benoît XVI (2005-2013), les collaborateurs des archives du Vatican ont préparé le matériel pendant neuf ans afin que les chercheurs en histoire puissent travailler avec. L'ouverture des archives par le pape François a suivi en 2020. Selon les informations, tous les documents du pontificat de Pie XII datant de 1939 à 1948 ont été numérisés et sont accessibles. (KNA)

  • Education affective et sexuelle : le nouveau guide de l'EVRAS suscite des réactions

    IMPRIMER

    De Chantal Monet et Pascal Noriega sur le site de RTL INFO :

    Identité sexuelle, sexto: ce guide destiné aux écoles, dès les maternelles, présenterait "un risque d'intrusion psychique", selon une pédopsychiatre

    2022_12_08_08_55_44_Greenshot.png

    Des pédo-psychiatres interpellés par le nouveau guide EVRAS

    Vidéo publiée le 06/12/2022

    Dans les écoles, un document controversé sera bientôt publié et distribué dans les établissements. Il s'agit de la nouvelle version du guide EVRAS, le "guide d’Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle", qui est utilisé dès les classes maternelles. C'est un guide "à destination des acteurs et actrices" de l'EVRAS, et pas directement des enfants. Il n'empêche, son contenu interpelle plusieurs pédopsychiatres. Ils estiment que certains passages sont "inadéquats", voire "dangereux" pour les jeunes enfants.

    Eduquer les jeunes dès la maternelle à la vie relationnelle, affective et sexuelle est le rôle d'opérateur labellisé EVRAS. Leur nouveau guide a été rédigé par l'ASBL O'YES et la Fédération laïque des centres de planning familial. Quatre publics sont visés: les 5-8 ans, 9-11 ans, 12-14 ans et les 15-18 ans.

    Un guide qu'a parcouru une pédopsychiatre spécialiste de la petite enfance. "Il y a des parties qui sont très bien faites, je tiens à le souligner, mais il y a aussi des parties qui ne répondent pas du tout aux besoins des enfants, qui répondent à des questions que les enfants ne se posent pas", estime Sophie Dechêne. 

    Exemple: l'identité sexuelle. Dès 5 ans, prendre conscience que son identité de genre peut correspondre ou ne pas correspondre à celle assignée à la naissance. Dès 9 ans, âge où se produit la grande partie du développement pour les corps mâles et les corps femelles, la notion de transgenre apparaît. Il s'agit d'informer l'enfant sur la possibilité de prendre des hormones ou de recourir à des opérations chirurgicales.

    Il y a un risque de conséquences sur la santé mentale au long terme et même sur la vie sexuelle d'adulte

    "Il y a évidemment un risque d'intrusion psychique chez l'enfant qui est potentiellement traumatique avec un risque de conséquences sur la santé mentale au long terme et même sur la vie sexuelle d'adulte", ajoute Sophie Dechêne. "De toute façon, l'enfant qui ne se sent pas dans le bon corps va de toute façon le manifester à un moment donné, de manière assez spontanée. Il ne faut pas faire d'une rareté, une généralité."

    Le sexto dès 9 ans ? 

    Le guide prévoit aussi de sensibiliser l'enfant, dès 9 ans, à la liberté de choisir son, sa ou ses partenaires. Et toujours à 9 ans, reconnaître que les partages de sextos ou de photos de nudes peuvent être excitants et être source de plaisir. Se sentir ainsi libre d'en envoyer dans le consentement. 

    "C'est tout à fait inadmissible. Cela doit être revu et corrigé. Un enfant de 9 à 11 ans ne doit pas faire de sexto, et s'il en fait un, c'est que quelque chose ne tourne pas rond dans sa vie quotidienne et il faut consulter", souligne Sophie Dechêne.

    Plusieurs associations ont leur logo sur ce guide, notamment la Fédération des associations de parents de l'enseignement officiel. "C'est un très bon guide. C'est clair que tout le monde ne partage pas cette vision, mais il est grand temps que ces formations prennent en compte les problématiques actuelles", explique Véronique De Thier, la responsable politique de Fapeo.

    Du côté de l'enseignement catholique, c'est beaucoup plus mitigé. "Quelques éléments peuvent poser des questions sur la réelle adéquation entre les contenus et les besoins des enfants en fonction des tranches d'âge. Nous restons ouverts au débat", estime Christian Carpentier, le porte-parole du Segec.

    Les associations de parents de l'enseignement catholique évoquent un dossier problématique et disent avoir été mises devant le fait accompli. Au cabinet de la ministre de l'Enseignement, on nous répond que le document n'est pas encore finalisé.

    Qu'est-ce que l'EVRAS ?

  • “Raciste”, “transphobe”, “xénophobe”... les risques d'une nouvelle censure

    IMPRIMER

    Une chronique “J’assume !” d’Aymeric de Lamotte, avocat et Directeur général adjoint de l’Institut Thomas More, parue sur le site de la Libre :

    "Prenons garde à la censure venant de groupements d’activistes qui fondent en meute"

    6-12-2022

    Il me remonte des réminiscences de messieurs en costumes trois-pièces assis roidement autour d’interminables tables en chêne massif au milieu de salons continûment plongés dans un demi-jour extrait d’un tableau de Caravage. Tout en expirant des volutes de fumée, ils dressent solennellement l’index de la main droite et, invoquant l’Histoire, déclarent de leur voix éraillée par l’âge que l’avis de la majorité n’est pas toujours celui ni de la raison ni de la vérité. La jeune version de moi-même, écrasée par le poids de leur expérience et de leur sagesse, craintive à l’idée qu’une inaction de sa part puisse être interprétée comme un signe d’inattention ou de lenteur cognitive, opine du chef en d’appuyés et dociles mouvements verticaux.

    Ces messieurs ne faisaient que reprendre à leur compte l’avertissement d’Alexis de Tocqueville que l’on retrouve dans son maître-livre De la démocratie en Amérique à propos du risque d’un “despotisme de la majorité” dans le cadre démocratique. Dès 1960, le philosophe Raymond Aron tempère toutefois ce propos avec la clairvoyance qu’on lui connaît et affirme, dans un article Idées politiques et vision historique de Tocqueville, que Tocqueville “se trompe. Ou, du moins, il méconnaît la force des minorités fanatiques. ” Aron ne croyait pas si bien dire.

    Par le passé, la censure venait d’en haut et tombait comme un couperet sous la forme d’un décret gouvernemental. C’était une censure de jure, de droit. Aujourd’hui, elle surgit à l’horizontale de groupements d’activistes huilés à la caisse de résonance que sont les réseaux sociaux. Il s’agit d’une censure de facto, de fait. Ces activistes fondent en meute sur tel ou tel, qui a le bon goût de ne pas partager leur vision douteuse du progressisme, avec l’indécence et l’outrance pour seuls arguments, drapés de leur habituelle complainte victimaire. En quelques heures, la charge de la preuve s’inverse. Un respectable scientifique ou intellectuel doit soudain se défendre des pires infamies. Il est éjecté du périmètre de respectabilité à coups d’anathèmes comme “raciste”, “transphobe”, “xénophobe”, c’est-à-dire la classique et usée reductio ad Hitlerum. Pour certains, cette charge, aussi violente qu’inattendue, représente une claque psychologique dont ils peinent parfois à s’en remettre.

    Soyons de bon compte. N’incluons pas toutes les minorités. Ne parlons pas non plus de tyrannie des minorités, car cette approche englobante pourrait courroucer à juste raison d’honnêtes citoyens issus de celles-ci. Il est plus exact de dire que la tyrannie est exercée par quelques représentants autoproclamés. Il s’agit de militants et d’associations transgenres, écologistes, végans, antiracistes ou encore néoféministes.

    Les cas de censure sont nombreux et de plus en plus fréquents. L’anthropologue française Florence Bergeaud-Blackler a été assimilée à une situation de harcèlement en ligne et à une plainte pour “islamophobie”. Cela a entraîné son ostracisme progressif du paysage audiovisuel francophone belge. En juin dernier, une conférence de l’Institut Thomas More avec l’essayiste québécois Mathieu Bock-Côté à propos du wokisme s'est tenue dans les locaux de la Haute École Léonard de Vinci. Elle a été annulée trois jours avant. Les 17, 20 et 24 novembre dernier, les pédopsychiatres françaises Caroline Eliacheff et Céline Masson, qui, de manière générale, alertent sur la médication des mineurs, ont vu leurs conférences annulées. Lors d’un entretien donné au quotidien Le Figaro du 28 novembre, elles ne mâchent pas leurs mots : “Sur la question trans, nous vivons un climat de terreur intellectuelle. ” Le 30 novembre dernier, la sociologue française, Nathalie Heinich, a vu sa conférence sur le thème “L’écriture inclusive, ennemie du féminisme universaliste” chahutée par une vingtaine d’activistes et les locaux vandalisés. Et cetera, et cetera. Ces nouveaux censeurs sont aussi des nouveaux régulateurs, car ils imposent leur agenda au pas de charge et le vent dans le dos au politique et au chef d’entreprise qui s’exécutent en tremblant.

    À l’inverse, aujourd’hui, la majorité, supposément être un despote en puissance, représente l’immense majorité paisible de citoyens éberlués par la comédie enfantine et lamentable qui se joue sous leurs yeux, et dont la patience a ses limites. Vous, cher lecteur, et moi.

  • France : l’épiscopat n’est pas sorti de la tourmente

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    L’épiscopat français n’est pas sorti de la tourmente

    Il devient difficile de suivre les « affaires » de mœurs auxquelles sont confrontés les évêques de France. Jean-Marie Guénois s’y essaie avec succès dans un long article du Figaro (en lien ci-dessous). Tentons un résumé.

    Plus d’un an s’est écoulé depuis la publication en octobre 2021 du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE – dont les méthodes d’investigation ont été critiquées par huit membres de l’Académie catholique de France et par l’épiscopat italien). Mais loin de s’acheminer vers une sortie de crise, l’épiscopat français est plus que jamais sur la sellette, à cause de sa communication sur des affaires concernant des évêques.

    En parlant le 7 novembre dernier, à Lourdes, de 11 évêques « mis en cause » devant la Justice canonique et/ou civile, Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence épiscopale, a pu laisser croire que 10% des évêques de France se seraient rendus coupables d’affaires de mœurs. Il est essentiel de distinguer les évêques mis en cause personnellement, et les évêques accusés de ne pas avoir communiqué à la justice des plaintes contre des prêtres.

    Deux évêques ont été condamnés par la justice civile pour non dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs : Mgr Pierre Pican, ancien évêque de Bayeux et Lisieux (décédé), condamné en 2018 à 3 mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé à la justice l'abbé René Bissey (18 ans de prison) ; et Mgr André Fort, ancien évêque d’Orléans, condamné en 2018 à 8 mois de prison avec sursis pour n'avoir pas dénoncé l'abbé Pierre de Castelet (3 ans de prison, dont un avec sursis). Le cardinal Philippe Barbarin, ancien archevêque de Lyon, ne fait pas partie des onze évêques actuellement « mis en cause » : il a été relaxé en 2020 de l'accusation de « non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs » et « non-assistance à personnes en danger » relativement à l'affaire du Père Bernard Preynat (5 ans de prison en 2020).

    Trois évêques ont reconnu avoir commis des abus sexuels quand ils étaient prêtres : Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, a avoué des « faits graves à l'encontre d'une jeune femme majeure » alors qu’il était religieux franciscain ; le cardinal Jean-Pierre Ricard, ancien archevêque de Bordeaux, ancien président de la conférence des évêques, a reconnu s’être « conduit de façon répréhensible avec une jeune fille de 14 ans ». Tous deux sont visés par la justice canonique et civile. Quant à Mgr Michel Santier, ancien évêque de Créteil, il a reconnu en 2020 dans sa lettre de démission au pape, avoir pratiqué, alors qu’il était prêtre, des « strip-confessions » (il demandait au pénitent de se déshabiller progressivement pendant la confession). Il a été sanctionné par Rome pour « voyeurisme » aggravé par son autorité spirituelle et l’instrumentalisation du sacrement de pénitence. C’est la révélation par Famille chrétienne de mesures disciplinaires romaines prises contre Mgr Santier en 2020 mais tenues secrètes qui a provoqué une nouvelle tempête dans l’Église. Depuis, d’autres victimes se sont manifestées et une enquête judiciaire visant Michel Santier a été ouverte sur signalement de l’Église.

    Le compte de « 11 évêques mis en cause » inclut six autres évêques qui nient avoir commis les abus dont ils sont accusés : Mgr Di Falco, ancien évêque de Gap et Embrun, accusé de « viols et d’agressions sexuelles sur mineur » quand il était aumônier d’un collège à Paris (procédure relancée au civil en juillet dernier) ; Mgr Emmanuel Lafont, ancien évêque de Cayenne, accusé par un migrant haïtien (procédures civile et canonique en cours) ; Mgr Hervé Gaschignard, ancien évêque d’Aire-et-Dax, accusé d’« attitudes pastorales inappropriées » (enquête classée sans suites par le parquet de Dax). Deux autres évêques émérites dont les noms n’ont pas été divulgués à Lourdes par Mgr de Moulins-Beaufort, font l’objet d’enquêtes de la part de la justice civile et d’une procédure canonique. Un sixième évêque « a reçu du Saint-Siège des mesures de restriction de son ministère ».

    Ces « affaires » en cours annoncent de nouveaux orages. Mais c’est actuellement l’omerta sur le cas de Mgr Santier qui révolte le plus les catholiques, souligne Jean-Marie Guénois. Alors que l’épiscopat avait promis la transparence sur tous ces dossiers en octobre 2021, à Lourdes, il a continué pendant un an à taire la vraie raison de la démission de Mgr Santier, avalisant la fable des problèmes de santé plaidés par celui-ci devant ses diocésains. Or la Conférence des évêques de France ne pouvait ignorer la sanction romaine, communiquée au nouvel évêque de Créteil, Mgr Dominique Blanchet, vice-président de l'épiscopat, en décembre 2020... Cette omission était en réalité « un mensonge » a fini par reconnaître à Lourdes Mgr de Moulins-Beaufort, dans son discours de clôture de l'Assemblée plénière, le 8 novembre.

    Pour aller plus loin :

    Affaire Santier : comment l'épiscopat catholique français a finalement reconnu un « mensonge »

    >>> Lire l'article sur : Le Figaro

  • L'Immaculée Conception

    IMPRIMER

    3051290373_1_3_MRhoagDW.jpg

    Lire : A Massabielle, Marie en dit plus que le dogme de 1854

    Et sur homélies.fr, du Frère Elie :

    A la plénitude des temps Dieu a envoyé son Fils. Pour lui façonner un corps, il a voulu la libre coopération d’une femme, qu’il choisit de toute éternité pour être sa Mère. Celle-ci, une jeune juive de Nazareth en Galilée, « une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David », s’appelait « Marie » (Lc 12, 27). Ainsi, la promesse faite à Eve après le péché originel d’avoir une descendance victorieuse du Malin et d’être la mère des vivants (cf. Gn 3, 15.20) allait s’accomplir. Avec Marie apparaissait l’aube d’une genèse nouvelle. La grâce originelle refleurissait. La terre de notre humanité allait bientôt pouvoir à nouveau donner un fruit de vie.

    Sans que cela n’enlève rien à la liberté de son « oui », pour pouvoir enfanter le Sauveur, Marie devait être préservée indemne de toute tâche du péché originel. Elle devait être, dès le premier instant de sa conception, rachetée par Dieu. Ainsi, c’est bien sur sa maternité divine que se fonde le mystère de sa conception immaculée.

    Lire la suite

  • Acte de consécration à l'Immaculée

    IMPRIMER

    Acte de consécration à l'Immaculée (Saint Maximilien Kolbe)

    Daignez recevoir ma louange, ô Vierge bénie !

     

    Immaculée Conception, Reine du ciel et de la terre, Refuge des pécheurs et Mère très-aimante, à qui Dieu a voulu confier tout l'ordre de la miséricorde, me voici à vos pieds, moi, pauvre pécheur.

     

    Je vous en supplie, acceptez mon être tout entier comme votre bien et votre propriété.

     

    Agissez en moi selon votre volonté, en mon âme et mon corps, en ma vie et ma mort et mon éternité.

     

    Disposez avant tout de moi comme vous le désirez, pour que se réalise enfin ce qui est dit de vous : La Femme écrasera la tête du serpent et aussi : Vous seule vaincrez les hérésies dans le monde entier.

     

    Qu'en vos mains immaculées, si riches de miséricorde, je devienne un instrument de votre amour, capable de ranimer et d'épanouir pleinement tant d'âmes tièdes ou égarées.

     

    Ainsi s'étendra sans fin le règne du Cœur divin de Jésus.

     

    Vraiment, votre seule présence attire les grâces qui convertissent et sanctifient les âmes, puisque la grâce jaillit du Cœur divin de Jésus sur nous tous, en passant par vos mains maternelles.

  • Gaudens gaudebo in Domino (Introït de la fête de l'Immaculée Conception)

    IMPRIMER

    Introït de la fête de l'Immaculée Conception

    "Ant. ad Introitum. Is. 61, 10. Introït Gaudens gaudébo in Dómino, et exsultábit ánima mea in Deo meo : quia índuit me vestiméntis salútis : et induménto iustítiæ circúmdedit me, quasi sponsam ornátam monílibus suis.

    Je me réjouirai avec effusion dans le Seigneur, et mon âme sera ravie d’allégresse en mon Dieu : car il m’a revêtu des vêtements du salut : et il m’a entouré des ornements de la justice, comme une épouse parée de ses bijoux. Ps. 29, 2

    Exaltábo te, Dómine, quóniam suscepísti me : nec delectásti inimícos meos super me.

    Je vous exalterai, Seigneur, parce que vous m’avez relevé, et que vous n’avez pas réjoui mes ennemis à mon sujet."

  • L'Immaculée Conception de la Vierge Marie

    IMPRIMER

    conception.jpgLors du traditionnel hommage à la Vierge devant la statue de Marie située place d'Espagne, à Rome, Benoît XVI a médité en ces termes le mystère de l'Immacule Conception; c'était le 8 décembre 2008

    "Chers frères et sœurs!

    Il y a environ trois mois, j'ai eu la joie de me rendre en pèlerinage à Lourdes, à l'occasion du 150e anniversaire de l'apparition historique de la Vierge Marie à sainte Bernadette. Les célébrations de cet anniversaire particulier se concluent précisément aujourd'hui, en la solennité de l'Immaculée Conception, car la « belle Dame » - comme l'appelait Bernadette - en se montrant à elle pour la dernière fois dans la grotte de Massabielle, lui révéla son nom en disant : « Je suis l'Immaculée Conception ». Elle le dit dans la langue locale, et la petite voyante rapporta à son curé cette expression pour elle inconnue et incompréhensible. (illustration : L'Immaculée par Velasquez)

    Lire la suite