Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique - Page 3

  • Belgique : les interrogations du nonce apostolique

    IMPRIMER

    De La Libre (Bosco d'Otreppe) de ce 16 juin, pp. 34-35; extraits :

    "Je m’interroge : le financement des cultes rend-il l’Église vraiment libre ?"

    Nonce apostolique, Franco Coppola est depuis cette année le "diplomate du Pape" en Belgique. Son rôle est capital : il contribuera à nommer une génération de quatre nouveaux évêques. Il interpelle le catholique sur son rapport à Dieu, à l’argent et à l’avenir. (...)

    L’ambassadeur du Pape, qui entretient des relations aussi bien avec l’État (auprès duquel il défend la liberté religieuse) qu’avec l’Église locale, aura la lourde tâche, en moins de deux ans, de conseiller le Pape en vue de la nomination de quatre nouveaux évêques (devraient en effet partir à la retraite - si le Pape le permet - Mgr Hudsyn dans le Brabant wallon, le cardinal De Kesel à Malines-Bruxelles qui fête ses 75 ans ce 17 juin, Mgr Harpigny à Tournai et Mgr Warin à Namur). (...)

    Vous voici en Belgique, avec ses églises vides et sa crise des vocations. La Belgique inquiète-t-elle le Vatican ?

    Je suis présent depuis quatre mois, je constate la difficulté qu’a l’Église de transmettre la foi, et le fait que les Belges ne semblent pas (je dis bien semblent) avoir besoin du catholicisme pour vivre. Je ne voudrais cependant pas souligner des causes ou des conclusions trop hâtives.

    Vous avez été dans des pays où l’Église n’était pas reconnue par l’État. En Belgique, celui-ci la finance. Est-ce un modèle à revoir, alors que les Belges semblent ne plus avoir besoin du catholicisme ? Est-ce que cette situation rend l’Église suffisamment libre ?

    C’est une question délicate et je souhaite rester prudent, mais je ne suis pas certain que cela la rende très libre. Je vous confie une réflexion. Dans la Bible, lorsque le petit David doit affronter le géant Goliath, le roi Saül lui offre son armure. David la prend avant de la retirer : elle lui assure une belle protection, mais elle est trop lourde pour lui, le bloque et entrave ses mouvements. Il préfère s’armer de sa seule fronde.

    Que voulez-vous dire ? Que les catholiques devraient se départir de toute armure financière pour être plus audacieux et plus libres de secouer l’époque contemporaine ?

    Les moyens financiers sont une garantie, mais ils sont aussi un poids et une tentation : celle de l’autosuffisance. Or, l’Église doit vivre et avancer en faisant confiance en Dieu, pas en se reposant uniquement sur des garanties financières. J’aime beaucoup une phrase d’un ancien archevêque de Paris qui disait que l’Église doit vivre d’une façon qu’on ne peut pas expliquer, sinon par la foi. Elle doit donc se jeter à l’eau, comme l’apôtre Pierre dans l’Évangile qui veut rejoindre Jésus qui marche sur les eaux. Si elle ne regarde que les dangers et les risques qu’elle prend en se jetant à l’eau, elle coulera. Si elle garde les yeux rivés sur Jésus, elle avancera. J’ajoute également un point suite à votre question. Les catholiques ne doivent pas être dans une position frontale face à l’époque dans laquelle ils vivent. Lorsqu’il rencontre les pèlerins d’Emmaüs qui ne croient pas en sa résurrection, Jésus "fait route avec eux" pour discuter et les comprendre davantage. Voilà l’attitude de l’Église, elle doit se faire compagnon de route, comprendre les problèmes, les défis et la fatigue de nos contemporains. Vous savez, quelque chose me marque en Belgique. Tout y est bien organisé par rapport à des pays d’Afrique ou d’Amérique du Sud que j’ai pu connaître. L’aisance matérielle y est réelle pour de nombreuses personnes, l’entraide est développée… Une chose m’interroge cependant : pourquoi tant de personnes y recourent-elles à l’euthanasie ? Ce n’est pas un jugement, mais une vraie question pour moi, et qui affleure comme une note étrange dans le beau tableau que la Belgique offre à voir. Je crois que sans donner une réponse, l’Église doit se faire compagnon de route du pays dans lequel elle est, et chercher à comprendre : pourquoi cela ?

  • Semaine de la Fête-Dieu à Liège (12-19 juin 2022)

    IMPRIMER

    Huit animations se succèdent à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132) du 12 au 19 juin :

    ouverture Fête-Dieu 2022 287703863_10227283873783765_884615990145021230_n.jpg

    ouverture Fête-Dieu 2022 287657068_10227283915864817_7883238987882572823_n.jpg

    Le dimanche 12 juin près d’une centaine de personnes ont assisté au concert « Bach inspiration IV » donné par le Chœur polyphonique « Praeludium » et l’Ensemble instrumental « Darius ».

    A l’issue du concert elles ont pu visiter l’exposition « La Fête-Dieu, mémoire de Liège, souvenirs et traditions populaires » qui ouvrait ses portes dans l'église : visites accessibles tous les jours de la semaine de 10h00 à 12h00 et de 14h00  à 16h00 (sauf le jeudi) et prolongation le dimanche 19 juin de 14h00 à 16h00.

    VE PN 106 Magnificat des vêpres liégeoises de la Fête-Dieu .jpg

    Prochaine animation, le mardi 14 juin à 17h00 : vêpres chantées selon l’office liégeois de la Fête-Dieu du XIIIe siècle composé par sainte Julienne (1193-1258) et Jean de Cornillon : ces vêpres (extrait ci-dessus) seront interprétées par des membres de la schola grégorienne du Saint-Sacrement et suivies de l’adoration eucharistique.

    A suivre...

  • Belgique : la dépénalisation de la prostitution, un modèle inspirant ?

    IMPRIMER

    Du site d'Alliance Vita :

    La Belgique dépénalise la prostitution, un modèle qui inspire ?

    Parmi les arguments avancés pour cette réforme par le personnel politique ou des associations de prostituées, sont souvent cités les mots :  “donner un cadre à une activité dans l’ombre”, “faire évoluer la loi aux problématiques actuelles”, ou encore “criminaliser c’est créer des zones de non-droits”.

    L’Allemagne, terrain expérimental de la légalisation de la prostitution.

    Sur la question de l’encadrement d’une activité existante et de ses bénéfices potentiels, l’exemple de l’Allemagne peut éclairer le débat. Une réforme législative portée par le parti des Verts en 2002 et votée au Parlement fédéral supprimait l’interdiction générale de la promotion de la prostitution et permettait aux prostituées d’obtenir des contrats de travail. Dans une interview à Public Sénat, la Sénatrice et ancienne ministre Laurence Rossignol rappelle que le marché de la prostitution a été multiplié par 4 en 10 ans dans ce pays (2003-2013). La légalisation avec encadrement a entraîné en fait une forte hausse de la demande. La hausse de la demande nécessitant une hausse de l’offre, il ne semble pas que l’objectif de combattre la traite humaine en supprimant les “zones de non-droits” selon l’expression des promoteurs de la légalisation, soit atteint. Une étude approfondie datant de 2012 et portant sur 150 pays a conclu que l’effet de la légalisation de la prostitution sur la traite humaine était négatif. Selon les termes des économistes auteurs de l’étude, l’effet d’échelle, c’est-à-dire la hausse de la demande, l’emporte sur l’effet de substitution, qui verrait une préférence des clients pour des prostituées “légales” réduire la demande pour des prostituées en situation illégale. “En moyenne, les pays où la prostitution est légale expérimente des flux plus importants de traite humaine” selon les termes de l’étude.

    La dignité humaine, irréductible à une approche marchande.

    Les facteurs conduisant aux situations de prostitution sont complexes. L’approche choisie par la Belgique est d’inspiration néo-libérale : “laissez faire” afin que l’offre et la demande trouve un “équilibre”, la légalisation de ce “marché” solutionnant magiquement la question des trafics illégaux.

    Ce choix de la Belgique va à l’opposé de celui de la France qui reste dans une approche abolitionniste. La loi du 13 avril 2016 visant à “renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées” a institué une pénalisation des clients. La notion de non-marchandisation du corps humain, entre autres, soutient la philosophie de cette loi.  La dignité humaine n’est tout simplement pas compatible avec une approche marchande. Criminaliser les atteintes à la dignité humaine, ce n’est pas favoriser des trafics, c’est fonder en droit et garantir le combat contre ces atteintes.

  • Le grand retour de la Fête-Dieu à Liège du 12 au 19 juin 2022

    IMPRIMER

    "La Fête-Dieu, fête du Corps et du Sang du Christ, est liée à la ville de Liège depuis plus de 770 ans. C’est en effet en 1246 qu’elle fut célébrée pour la première fois à Liège, après que l’évêque Robert de Thourotte ait reconnu les visions de Julienne de Cornillon dans lesquelles elle voyait une lune échancrée, rayonnante mais incomplète, qui représentait l’hostie. Cette fête solennelle en l’honneur du Saint-Sacrement fut instituée dans l’Eglise universelle en 1264." (voir ici le communiqué du diocèse)

    "Du 12 au 19 juin prochains, après deux ans de limitations à cause de l’épidémie du coronavirus, les célébrations à l’occasion de la Fête-Dieu auront bien lieu cette année; et ce, avec un programme complet et varié qui est disponible en ligne sur: www.liegefetedieu.be"

    L'église du Saint-Sacrement au Boulevard d'Avroy 132 (face à la statue équestre de Charlemagne) est l'un des lieux où cette fête du "Corpus Christi" est mise particulièrement en lumière: 

    Liège

    EGLISE DU SAINT-SACREMENT

    Boulevard d’Avroy, 132 à Liège

    affiche fête dieu 2022.jpg

     

    affiche fête dieu 20222.jpg

    Nota bene:

    le concert d'ouverture du 12 juin aura lieu à 17h00 (au lieu de 16h00)

    et le vernissage subséquent de l'exposition "Fête-Dieu, mémoire de Liège: souvenirs et traditions", à 18h00.

    Autres renseignements : Tel. 04 344 10 89 ou  Email : sursumcorda@skynet.be

  • Le Grand Séminaire francophone de Belgique (Namur) a la joie d’annoncer plusieurs ordinations

    IMPRIMER

    Le Grand Séminaire francophone de Belgique (Namur) a la joie d’annoncer plusieurs ordinations. Tous les ordinands mentionnés ci-après ont suivi leur formation sacerdotale à Namur:

    -Fr. Faustin, moine trappiste de Scourmont (Chimay) sera ordonné prêtre le samedi 14 mai à 11h en son abbaye par Mgr G. Harpigny, évêque de Tournai 

    -M. Marc GIRAUD sera ordonné prêtre le dimanche 19 juin à 15h en la Cathédrale Ss-Michel-et-Gudule à Bruxelles, par le Cardinal J. De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles

    -M. Boris HOUENGNISSOU sera ordonné prêtre le dimanche 26 juin à 15h en la Cathédrale St-Aubain à Namur, par Mgr P. Warin, évêque de Namur

    -M. Allan AZOFEIFA, membre du Chemin Néo-Catéchuménat, sera ordonné prêtre le dimanche 26 juin à Arras par Mgr O. Leborgne, pour ce même diocèse.

    -M. Guillaume GIROUL sera ordonné prêtre le dimanche 3 juillet à 15h en la Cathédrale St-Paul à Liège, par Mgr J.-P. Delville, évêque de Liège

    -Fr. Luc et Fr. Jean-Baptiste, moines bénédictins de Maredsous/Gihindamuyaga seront ordonnés respectivement diacre et prêtre le samedi 16 juillet en leur abbaye au Rwanda. 

    Avec action de grâce, portons ces ordinands dans la prière. Invitation cordiale à tous.

  • Le bienheureux Edouard Poppe (10 juin)

    IMPRIMER

    De Dom Antoine Marie, abbé de l'abbaye Saint-Joseph de Clairval (Lettre mensuelle du 15 novembre 2000 reproduite ici avec l'aimable autorisation de son auteur) :

    «N'avez-vous pas remarqué quel nimbe de lumière enveloppe les saints prêtres et illumine tout autour d'eux? Quelles transformations ils suscitent par la silencieuse prédication de leur sainte vie! Que d'imitateurs ils attirent à leur suite, les entraînant dans leur idéal sacerdotal! Puisse Jésus nous faire la grâce d'entrer en contact avec un tel prêtre!» L'auteur de ces lignes, l'abbé Édouard Poppe (1890-1924) – que le Pape Jean-Paul II a béatifié le 3 octobre 1999 –, ne se doutait pas que ses paroles allaient s'appliquer à sa propre histoire.

    Édouard Poppe est né le 18 décembre 1890, dans une famille flamande profondément catholique. Son père, Désiré, et sa mère, Josefa, habitent une modeste maison dans la petite ville de Temse, près de Gand (Belgique). Boulanger de son métier, Désiré travaille dur pour faire vivre les siens. Dans les épreuves, il a coutume de dire: «Il faut toujours être content de la volonté de Dieu». Josefa met dans son ménage une chaude affection en même temps qu'une ferme discipline. Elle assiste chaque jour à la Messe, autant qu'elle le peut, car la famille s'agrandit rapidement. Onze enfants viendront réjouir le foyer: trois mourront en bas âge, les deux garçons deviendront prêtres, cinq filles seront religieuses, une seule restera auprès de sa mère.

    Un enfant espiègle et têtu

    Dès ses premières années, Édouard manifeste un naturel aussi heureux que remuant. Mais il n'est pas un enfant facile: il bouscule tout, au risque de casser bien des choses et de se faire mal. Espiègle et têtu, il ne peut laisser ses soeurs en paix. Celles-ci prennent leur revanche lorsqu'elles le surprennent en train de se peigner devant une glace, prenant alors plaisir à le décoiffer. Édouard va volontiers à l'école, mais préfère tout de même rester à la maison où son exubérance peut plus facilement se donner libre cours. Gourmand, comme beaucoup d'enfants, Édouard s'attaque fréquemment aux friandises de la boulangerie. Cependant, on remarque en lui franchise et gaieté. À douze ans, il fait sa première Communion, puis reçoit la Confirmation. Alors, sous l'influence bienfaisante des sacrements, Édouard devient plus sérieux: farces et taquineries se raréfient.

    Au printemps 1904, M. Poppe s'ouvre à Édouard de projets d'agrandissement de son commerce; il souhaite le voir entrer en apprentissage de pâtissier. Édouard reste tout d'abord muet, car il a résolu de devenir prêtre. Il répond finalement à son père qu'il ne veut pas être boulanger. Quelques temps après, un prêtre ami exprime à M. et Mme Poppe un avis favorable sur la vocation d'Édouard. M. Poppe dit à son épouse: «Je préfère ce que Dieu veut. D'ailleurs ne soyons pas égoïstes. Dieu ne nous a pas donné nos enfants pour nous». C'est ainsi qu'à l'automne, le garçon part pour le Petit-Séminaire Saint-Nicolas à Waas.

    Le 10 janvier 1907, M. Poppe meurt d'épuisement. Édouard, qui a 16 ans, envisage de renoncer pour un temps aux études et de prendre en mains la boulangerie, mais sa mère lui dit: «Papa m'a fait promettre avant de mourir de te laisser poursuivre tes études. Je veux tenir ma promesse».

    En septembre 1910, Édouard est appelé au service militaire, dans la Compagnie universitaire, où il pourra commencer ses études de philosophie. À la caserne, on apprend bientôt son désir du sacerdoce, ce qui lui attire moqueries et provocations. La trivialité et la débauche de ses compagnons lui deviennent insupportables, un «enfer», dira-t-il. De plus, il ne peut assister à la Messe et communier en semaine. Cette privation lui coûte beaucoup. En revanche, l'expérience de la vie militaire l'éclaire sur la misère humaine, et lui sera utile lorsqu'en 1922 on lui confiera le soin des séminaristes et des religieux tenus au service militaire. Après quelques mois, il retrouve la sérénité et puise dans l'Eucharistie, qu'il peut recevoir à nouveau, la force pour transformer l'épreuve en occasion d'apostolat. Il comprend mieux maintenant la vie et les difficultés des soldats et se met au service de tous. Il constate combien les fortes têtes ont besoin d'amitié; grâce à sa gentillesse, à sa serviabilité et à sa bonne humeur, il réussit à ouvrir les coeurs et à porter les âmes à la vie spirituelle.

    Un jour, il découvre la vie de sainte Thérèse de Lisieux: «Ce livre, écrira-t-il, m'a donné plus de plaisir et de profit que n'importe quel ouvrage de philosophie; j'y ai appris des choses que des années d'étude ne m'auraient pas fait découvrir». Ce qui le charme chez la jeune Carmélite, c'est sa façon d'entendre la contemplation, qui correspond si bien à ses goûts: une prière toute simple, familière, pratique, épousant les contours de tous les événements et de toutes les occupations, faisant corps avec la vie, devenue elle-même la vie et sanctifiant tout. Ainsi disparaît le conflit entre prière et travail. Saint Louis-Marie Grignion de Montfort lui apporte le sourire maternel de Marie, mais il semble que le saint préféré de l'abbé Poppe soit saint François d'Assise, à cause de son amour pour la Croix de Jésus.

    Lire la suite

  • Six prêtres seront prochainemengt ordonnés en Belgique

    IMPRIMER

    De Geert De Kerpel sur KerkNet :

    Quatre ordinations sacerdotales début juillet dans la cathédrale de Malines

    8 juin 2022

    Le 10 juillet, le cardinal Jozef De Kesel ordonnera Geert Narinx, Anthony Jude Okafor, Kevin Pluym et Jan Van Achter comme prêtres pour l'archidiocèse.

    Geert Narinx (°1992) est né à Geistingen (Kinrooi). En 2012, il a commencé ses études sacerdotales au séminaire Jean XXIII de Louvain. Après le cycle théologique, il prend un congé sabbatique pour approfondir sa connaissance de la spiritualité de saint Philippe Neri et se consacre au projet de l'oratoire en construction à Scherpenheuvel. Il obtient un baccalauréat en théologie et suit une formation d'enseignant en cours du soir. En 2019, il a été accepté comme candidat-prêtre pour l'archidiocèse et nommé collaborateur du CCV pour le vicariat du Brabant flamand et de Malines et membre de l'équipe pour la région pastorale de Tirlemont. Il a été ordonné diacre le 29 mai 2021.

    Anthony Jude Okafor (°1984) a grandi à Enugu, au Nigeria. Après son baccalauréat en philosophie, il est venu en Belgique en 2013 pour un master en anthropologie sociale et culturelle (KU Leuven). De 2015 à 2016, il a suivi des cours de langue en néerlandais et a poursuivi sa formation sacerdotale au séminaire Jean XXIII de Louvain. Il a fait son stage dans le secteur pastoral Effata à Opwijk où il est nommé depuis qu'il a été ordonné diacre le 12 juin 2021. Il poursuit un master de recherche en théologie à la KU Leuven.

    Kevin Pluym (°1988) a grandi à Berlaar. Il a suivi une formation d'enseignant à Thomas More, campus de Vorselaar. Il a ensuite étudié à la KU Leuven, où il a obtenu une licence et une maîtrise en théologie. Après avoir effectué un stage pastoral de deux ans à Haacht, il a reçu sa première nomination pastorale à Kapelle-op-den-Bos en septembre 2021. Le 30 octobre 2021, il a été ordonné diacre.

    Jan Van Achter (°1974) a grandi à Halle, a obtenu des diplômes en droit (VUB), en droit notarial (KU Leuven) et un master en droit des sociétés (KU Bruxelles), et a travaillé pendant plus de dix ans dans différentes études notariales. Il a suivi une formation de prêtre à Bovendonk (Pays-Bas) et a fait son stage dans les hôpitaux de Halle et Bonheiden et dans une paroisse à Anderlecht et Asse. Il a reçu sa première nomination pastorale à Vilvoorde en septembre 2021 après avoir été ordonné diacre le 19 juin 2021.

    Du côté francophone, selon Geert De Kerpel sur cathobel, il y aura deux ordinations à la cathédrale de Bruxelles :

    Ordination presbytérale de Marc Giraud et de Nguyen Van Dung. Dimanche 19 juin, cathédrale Bruxelles

    Le dimanche 19 juin 2022, à 15h, à la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule à Bruxelles, le Cardinal Jozef De Kesel ordonnera Marc Giraud prêtre pour l’Archidiocèse Malines-Bruxelles et Nguyen Van Dung prêtre pour la congrégation des Augustins de l’Assomption.

    Marc Giraud a 41 ans. Il est français d’origine et vit en Belgique depuis l’âge de 10 ans. Il est le quatrième d’une famille de six enfants. Il a une formation d’ingénieur civil et a enseigné les mathématiques. Il est entré en 2015 au séminaire diocésain et a été envoyé au Grand Séminaire francophone à Namur, où il a suivi l’année propédeutique, le cycle de philosophie et où il termine cette année un baccalauréat en théologie, conjointement avec la faculté de théologie de l’UCLouvain. Durant sa formation, Marc a été inséré à la paroisse Saint-Etienne de Braine-l’Alleud, à l’Unité pastorale Père Damien de Koekelberg et, après un stage de deux ans à Nivelles, il est actuellement en stage à l’Unité pastorale l’Olivier de Jette, où il a été ordonné diacre le 10 octobre 2021.

    Nguyen Van Dung est né en 1987 dans la région de Vinh, au centre du Vietnam, dans une famille catholique. Il est le troisième d’une fratrie de cinq. Après des études universitaires en sociologie, à Saigon, il est entré en relation avec la congrégation des Augustins de l’Assomption et, après deux ans de postulat, il a été envoyé en France. Au terme de deux années d’étude de la langue française, à Lyon, il a fait le noviciat de vie religieuse à Juvisy, près de Paris et a prononcé ses premiers vœux en septembre 2016. Il a alors été envoyé à Bruxelles, où il a entrepris les études de philosophie et de théologie, d’abord à l’Institut d’Etudes Théologiques des jésuites, puis à Louvain-la-Neuve, où il a obtenu la licence canonique et le Master en théologie à la fin de l’année académique 2020-2021. Le frère Van Dung a prononcé ses vœux perpétuels le 5 septembre 2020 et a ensuite été ordonné diacre le 26 septembre 2021. Au terme de son stage diaconal, exercé dans l’Unité pastorale Saint Père Damien et la Communauté Maranatha, son Supérieur général l’a appelé à l’ordination presbytérale.

  • Les victoires d’outre-tombe de la libre-pensée

    IMPRIMER

    Site logo image

    De Paul Vaute sur son blog "Le passé belge" :

    Les victoires d’outre-tombe de la libre-pensée

    Paul Vaute. Historien belge, journaliste honoraire, blogueur

    6 juin 2022

       La lutte entre forces laïques et chrétiennes, catholiques surtout, pour le contrôle de l'espace public, grandissante à partir de la seconde moitié du XIXè siècle, est aussi culturelle. Ce n'est pas pour rien que dans l'Allemagne de Bismarck, elle s'appelle le Kulturkampf. Dans cette guerre, les rites funéraires et les cimetières constituent un champ de bataille privilégié.

       Jeffrey Tyssens et Christoph De Spiegeleer (Vrije Universiteit Brussel) ont braqué leurs projecteurs sur ce volet de la marche à la sécularisation en Belgique. Un récent article du second s'attache à le replacer dans une perspective européenne plus large, tout en montrant comment ses protagonistes réussirent à marquer points sur points à Bruxelles [1]. Sans surprise, c'est l'action conjuguée des associations de laïcité militante et des pouvoirs politiques épousant leurs vues qui s'avère décisive. La capitale belge, où le parti libéral est alors dominant sans discontinuer, constitue à cet égard un terrain des plus favorables.

    Lire la suite

  • Le grand retour de la Fête-Dieu à Liège

    IMPRIMER

    Lu sur le site web du diocèse de Liège :

    "Du 12 au 19 juin prochain, après deux ans de limitations à cause de l’épidémie du coronavirus, les célébrations à l’occasion de la Fête-Dieu auront bien lieu cette année; et ce, avec un programme complet et varié, ainsi que quelques nouveautés.

    La Fête-Dieu, fête du Corps et du Sang du Christ, est liée à la ville de Liège depuis plus de 770 ans. C’est en effet en 1246 qu’elle fut célébrée pour la première fois à Liège, après que l’évêque Robert de Thourotte ait reconnu les visions de Julienne de Cornillon dans lesquelles elle voyait une lune échancrée, rayonnante mais incomplète, qui représentait l’hostie. Cette fête solennelle en l’honneur du Saint-Sacrement fut instituée dans l’Eglise universelle en 1264.

    C’est le jeudi 16 juin que la Fête-Dieu sera célébrée cette année avec comme point d’orgue la traditionnelle eucharistie à la Basilique Saint-Martin, à 19h, concélébrée par Mgr Jean-Pierre Delville et le nonce apostolique Mgr Franco Coppola, arrivé en Belgique en novembre 2021.

    Prier pour la paix

    A la suite de l’eucharistie, la procession du Saint-Sacrement descendra vers la ville pour arriver à la Cathédrale Saint-Paul. La soirée s’y poursuivra avec la NightFever, à partir de 21h, une veillée de prière et d’adoration, avec animation musicale et la possibilité pour tous de venir allumer une bougie pour la paix, comme signe d’espérance face à l’obscurité de la guerre, particulièrement en Ukraine. 

    L’église du Saint Sacrement à Liège est un autre lieu où la fête du Corpus Christi est particulièrement célébrée. Le dimanche 12 juin, aura lieu le vernissage de l’exposition “La Fête-Dieu, mémoire de Liège: souvenirs et traditions populaires, accessible toute la semaine. Le samedi 18 juin, à 18h, la Solennité de la Fête-Dieu y sera célébrée selon le missel de 1962 par Mgr Delville

    Le Sanctuaire Sainte Julienne de Cornillon propose également un programme accessible à tous, le samedi 18 juin avec, entre autres, un colloque sur l’origine du Sanctuaire et une animation pour les familles et enfants. 

    Une nouveauté cette année: la renaissance de la confrérie du saint Sacrement (1575) qui sera présentée lors d’une conférence, le lundi 13 juin, à 20h, à la Basilique Saint-Martin.

    Et un peu partout dans le diocèse auront lieu des temps d’adoration. Des processions traverseront villes et villages, en particulier dans les paroisses germanophones, comme à La Calamine ou à Burg-Reuland.

    François DELOOZ"

    Le programme complet est en ligne sur: www.liegefetedieu.be.

  • Belgique : TV-Il était une foi… Georges-Louis Bouchez

    IMPRIMER

    Dans une interview récente le président du MR déclarait: « Je crois en moi. Et je crois en Dieu ». Qui est Dieu pour Georges-Louis Bouchez ? La quête de sens peut-elle inspirer la politique ? Les religions peuvent-elles contribuer aux débats de société ? Découvrez les réponses de l’homme politique.

    Explicitation dans un entretien réalisé par le site web des diocèses francophones de Belgique : propos recueillis par Christophe HERINCKX

     

    Ref. TV-Il était une foi… Georges-Louis Bouchez

  • L'évêque émérite de Gand Luc Van Looy va devenir cardinal

    IMPRIMER

    De Kerknet :

    L'évêque émérite de Gand Luc Van Looy va devenir cardinal

    29 mai 2022

    Aujourd'hui, dimanche 29 mai '22, le pape François a annoncé la création de 21 nouveaux cardinaux, dont Luc Van Looy, évêque émérite de Gand.

    Luc Van Looy est un salésien de Don Bosco, il a été missionnaire en Corée et a travaillé à Rome au Généralat de sa Congrégation. Le 19 décembre 2003, il a été nommé 30e évêque de Gand. Il a notamment été président de Caritas Europa et a participé à deux reprises à un synode des évêques à l'invitation du pape. 

    Il a pris sa retraite le 23 février 2020, le jour où son successeur Lode Van Hecke, moine et abbé à Orval, a été consacré évêque. Depuis lors, Monseigneur Van Looy vit dans le lieu de pèlerinage marial de Scherpenheuvel.

    Seize des vingt-et-un nouveaux cardinaux ont moins de 80 ans et sont donc éligibles pour voter lors d'un conclave. L'évêque Luc Van Looy a atteint l'âge de 80 ans le 28 septembre 2021. La création des nouveaux cardinaux a lieu le samedi 27 août à Rome. 

    Le cardinal Jozef De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles et président de la Conférence épiscopale de Belgique, a déjà félicité le nouveau cardinal par téléphone au nom de ses collègues. Il participera à la célébration de la Création le 27 août à Rome. Mgr Lode Van Hecke a également félicité chaleureusement son prédécesseur.

    Qui est Luc Van Looy ? (source)

    Van Looy est devenu prêtre dans les années 1970 et a étudié la théologie. Il a ensuite été actif pendant des années en tant que missionnaire en Corée du Sud. Il a également travaillé à Rome et est parti en mission en Afrique et en Amérique centrale. Il y a vingt ans, Van Looy a été nommé évêque de Gand par le pape Jean-Paul II ; en 2018, il a officiellement démissionné de cette fonction. À cette époque, il avait déjà dépassé l'âge de 75 ans et a pris sa retraite. Lode Van Hecke, ancien abbé de l'abbaye d'Orval, lui succède à Gand.

    Le titre de cardinal est une reconnaissance pour des années de travail en tant que prêtre, missionnaire et évêque. Il a également été président de Caritas Europa pendant un certain temps et a été membre de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les communautés de vie apostolique, un dicastère, un ministère du Vatican, pendant huit ans. Une telle congrégation conseille le pape et met en œuvre les décisions papales dans le monde entier. Van Looy lui-même a réagi avec surprise à la nouvelle qu'il allait devenir cardinal et a déclaré qu'il n'avait pas été informé au préalable.

  • Liège : Bach inspiration le dimanche 12 juin 2022 à 17h00 en l’église du Saint-Sacrement,Bd d’Avroy, 132 :

    IMPRIMER

    icone 300px.jpgDans le cadre de l’ouverture de la Semaine liégeoise de la Fête-Dieu (12-19 juin 2022) nous vous invitons à un après-midi musical autour de Jean-Sébastien Bach dans la jolie église du Saint-Sacrement:

    Bach inspiration 20190623_175956.jpg

    Bach Inspiration.jpg