Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Belgique - Page 3

  • Liège, 1er juin : grand messe pontificale de la Fête-Dieu célébrée par Mgr Delville

    IMPRIMER
    Solennité de la Fête-Dieu
    célébrée par Mgr Jean-Pierre DELVILLE, évêque de Liège
    ***
    avec le concours de la
    Schola gregoriana Cardinalis Stephani Wyszynski de Varsovie (dir. Michal SLAWECKI)

    unnamed (3).jpg

  • À Liège pour la Fête-Dieu : le vendredi 31 mai à 19h45 : une audition internationale (entrée libre) de chant grégorien à l’abbaye des Bénédictines (Bd d’Avroy, 54)

    IMPRIMER

    Flyer Concert Schola 20242.jpg

  • Liège : célébration de la Fête-Dieu ce jeudi 30 mai

    IMPRIMER

    778E FÊTE-DIEU CE JEUDI 19H ST-MARTIN

    Jour J pour les liégeois et 450 millions de catholiques qui ont un jeudi férié (oui, oui) pour la Fête du Saint Sacrement ou Corpus Christi, comme par exemple les 210 millions de brésiliens.

    A l'invitation de Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, leucharistie solennelle de 19h sera présidée par Mgr Luc Terlinden, nouvel archevêque de Malines-Bruxelles. Arrivez assez tôt avant 19h pour avoir une place dans la basilique Saint-Martin. Le parking de l'école Saint-Laurent sera ouvert.

    L'Eucharistie sera suivie de la procession des peuples du monde vers la cathédrale Saint-Paul au son des trompes de chasse. Elle marquera des pauses à la collégiale Sainte-Croix, Place Saint-Lambert, l’Opéra, la Vierge de Del’Cour en Vinâve d’ile. Notez qu'une représentation temporaire et géante de saint Lambert sera déployée lors de l'étape place Saint-Lambert où aucune statue ou image ne le représente depuis la démolition de la Cathédrale vers 1800.

    A l’arrivée à la cathédrale Saint-Paul, une grande soirée aura lieu : 21h30-23h00 NightFever & 1.000 bougies pour la paix,

    Des navettes de bus sont prévues à 22h00, 22h30 et 23h00 pour remonter les participants vers Saint-Martin.

    Ensuite une nuit d'adoration est prévue dans notre magnifique cathédrale restaurée.

  • Avortement, euthanasie : la position du MR

    IMPRIMER

    A la question :

    "Pourriez-vous m'indiquer le(s) nom(s) de candidat(e)(s) qui s'engageraient à ne pas voter un allongement du délai permettant aux femmes de recourir à l'avortement et à ne pas voter de lois qui élargiraient davantage le recours à l'euthanasie ? Bref qui s'engageraient dans la voie du respect de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle."

    Le MR répond :

    "Face à la poussée du fait religieux et des obscurantismes, le MR propose d’intégrer dans la Constitution le droit à disposer librement de son corps afin de sanctuariser des droits fondamentaux, comme celui de pouvoir accéder à l’interruption volontaire de grossesse, dépénalisée depuis 1990 en Belgique, ou le droit à l’euthanasie. Si le législateur l’estime nécessaire, il peut restreindre cette liberté mais il devra le justifier en respectant le principe de proportionnalité.

    Par ailleurs, le débat sur l’extension des délais d’accès à l’IVG est un sujet bioéthique. Sur tous ces sujets, le MR laisse la liberté de vote à ses parlementaires, qui se prononcent en leur âme et conscience."

  • Le pape au Luxembourg : une faveur à l'un de ses amis et alliés les plus proches ?

    IMPRIMER

    D'Elise Ann Allen sur Crux :

    La visite du pape en Belgique et au Luxembourg sera à la fois un message et une récompense

    27 mai 2024

    ROME - Lorsque le pape François se rendra en Belgique et au Luxembourg dans le courant de l'année, ce voyage ne constituera pas seulement une faveur à un allié clé, mais il sera également l'occasion pour le pape François de renforcer plusieurs priorités de son pontificat.

    Le Vatican a officiellement annoncé la visite du pape en Belgique et au Luxembourg du 26 au 29 septembre le 20 mai, en précisant dans un communiqué qu'il ferait une escale au Luxembourg le 26 septembre en route vers la Belgique, où il séjournera du 26 au 29 septembre et visitera les villes de Bruxelles, Louvain et Louvain-la-Neuve.

    C'est à Bruxelles que se trouve le siège d'institutions internationales, ce qui signifie que François s'adressera probablement à elles lors de sa visite dans la ville, et qu'il devrait visiter les universités catholiques de Louvain et de Louvain-la-Neuve.

    Les premières allusions à un voyage papal en Belgique cette année ont été faites par le pape François lui-même lors d'une interview accordée en décembre 2023 à Valentina Alazraki, journaliste mexicaine et observatrice chevronnée du Vatican.

    À l'époque, les évêques belges avaient déclaré que cette visite marquerait le 600e anniversaire de la fondation des universités de Louvain et Leuven, même si cet anniversaire n'aura lieu officiellement qu'en 2025, au cours d'une année jubilaire qui devrait être riche en engagements papaux.

    Dans une déclaration officielle saluant l'annonce de la visite du pape, l'archevêque de Bruxelles Luc Terlinden, ancien étudiant des deux universités, a qualifié le voyage papal de surprise et de joie pour l'Église locale.

    "Il faut garder à l'esprit que le pape ne se rend pas souvent dans les pays européens, en particulier dans les pays d'Europe occidentale. C'est pourquoi nous ne nous attendions pas vraiment à cette visite", a-t-il déclaré, tout en se disant convaincu que François "voulait venir en Belgique depuis longtemps".

    Ce voyage, a-t-il ajouté, marque "une occasion très spéciale, puisque le pape rencontrera également les communautés intellectuelles et scientifiques de notre pays et, par extension, divers acteurs de la société belge dans son ensemble".

    Les universités remontent à 1425, lorsqu'elles ont été fondées à l'origine en tant qu'institution unique par le pape Martin V. Cependant, elles se sont scindées dans les années 1960, donnant lieu à la création de deux universités distinctes : la KU Leuven néerlandophone et l'Université catholique de Louvain (UCL) francophone.

    Le pape François, qui s'est exprimé à plusieurs reprises sur sa vision d'une Europe renouvelée, unie et fortifiée qui s'appuie sur ses racines chrétiennes et accueille les nouveaux arrivants, profitera sans doute de son étape à Bruxelles pour délivrer un autre message fort sur sa vision de l'Europe après les élections législatives de cet été, et pour la communauté internationale qui traverse des conflits majeurs tels que les guerres en Ukraine et à Gaza.

    Toutefois, outre le message politique qu'il enverra à Bruxelles, sa visite en Belgique sera probablement l'occasion de renforcer son engagement à mettre en œuvre les réformes du concile Vatican II, car il existe un lien historique entre l'université catholique de Louvain et le concile.

    Avant même le début du concile en 1962, l'université catholique de Louvain était considérée comme un précurseur du type de pensée et d'action théologique que le concile lui-même a fini par adopter.

    Par exemple, les documents du Concile mettent fortement l'accent sur un rôle accru et renforcé des laïcs, soulignant qu'en vertu de leur baptême, les laïcs et le clergé sont tout autant appelés à participer à la vie de l'Église et à prendre des initiatives, même si c'est de manière différente. À l'époque, l'Université catholique de Louvain avait déjà commencé à former des laïcs à la théologie avant même le début du concile.

    En 1970, l'université a créé le Centre d'étude du Concile Vatican II, qui fonctionne encore aujourd'hui dans le but de collecter des documents sur l'histoire du Concile et d'encourager et de soutenir les recherches en cours sur ce sujet.

    Le dernier pape à s'être rendu en Belgique a été saint Jean-Paul II en 1995, lorsqu'il a béatifié le père Damien de Molokai, un missionnaire belge de l'ordre des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie qui a passé sa vie au service d'une léproserie à Hawaï avant de succomber lui-même à la maladie en 1889.

    Dix ans auparavant, Jean-Paul II avait effectué en 1985 une tournée plus importante en Belgique, s'arrêtant à Louvain, Namur, Beauraing, Anvers, Banneux, Liège et Malines.

    Outre le message que François pourrait délivrer sur Vatican II et l'état de l'Europe, il évoquera probablement aussi la crise des abus commis par des clercs en Belgique, puisque sa visite interviendra dans le cadre d'une enquête parlementaire sur les abus sexuels dans l'Église catholique, qui a débuté à l'automne dernier et qui a demandé la création d'un poste de commissaire spécial pour les abus sexuels et la violence à l'égard des mineurs et des personnes vulnérables.

    Quoi que le pape dise et fasse en Belgique, il le fera dans l'ombre de l'enquête sur les abus sexuels et de ses résultats, ce qui signifie qu'il devra gérer les retombées de cette enquête tout en essayant de faire passer son message.

    La brève escale du pape François au Luxembourg est considérée comme une faveur faite au cardinal Jean-Claude Hollerich, un confrère jésuite qui est archevêque de Luxembourg depuis 2011 et membre du Conseil des cardinaux du pape.

    Mgr Hollerich a été président de la Commission des épiscopats de l'Union européenne (COMECE) et est actuellement rapporteur général du Synode des évêques sur la synodalité, un processus consultatif mondial pluriannuel qui doit s'achever par une deuxième rencontre à Rome en octobre prochain.

    Considéré comme un proche allié du pape qui partage une grande partie de l'agenda et de la stratégie pastorale du pape François, Mgr Hollerich a également un lien personnel avec le pape en raison d'une affinité commune pour l'Asie.

    Peu après son élection à la papauté, le pape François a déclaré dans une interview qu'en tant que jeune jésuite, il avait voulu se rendre au Japon en tant que missionnaire, compte tenu de l'histoire des missions jésuites dans le pays et de la période de persécution qu'elles ont endurée, qui a servi de prémisse au film de Martin Scorsese de 2016, "Silence".

    Hollerich s'est rendu au Japon pour la première fois en 1985 et y a passé quatre ans, s'immergeant dans la culture locale et apprenant la langue japonaise, qu'il parle encore couramment aujourd'hui.

    Il a terminé ses études théologiques à l'Université Sophia de Tokyo et a obtenu une licence à l'Université de philosophie et de théologie Saint Georgen de Francfort en 1989-1990, avant de retourner au Japon, où il est resté jusqu'à sa nomination au Luxembourg en 2011.

    Avant d'être président de la COMECE de 2018 à 2023, Mgr Hollerich était considéré comme un défenseur des migrants et comme un promoteur du leadership laïc dans son diocèse. Il a été choisi pour participer au synode des évêques sur la famille organisé par le pape François en 2015, ainsi qu'au synode sur la jeunesse organisé par le pape en 2018.

    Il a été créé cardinal par le pape François en 2019 et a continué à se distinguer en tant qu'ami et allié clé du pape François. Compte tenu de son rôle dans l'actuel synode sur la synodalité et en tant que membre du Conseil des cardinaux du pape, il est chargé de conseiller François sur d'importantes questions de gouvernance et de réforme de l'Église et est responsable de la mise en œuvre de ces réformes dans l'Église mondiale.

    Le pape Jean-Paul II s'est rendu au Luxembourg pour une excursion d'une journée en 1985, ce qui signifie que cela fait près de 40 ans que le pays n'a pas reçu de visite papale. L'étape du pape François est donc considérée en partie comme une visite de retour tardive du berger de l'Église catholique, mais aussi comme une faveur à l'un de ses amis et alliés les plus proches.

  • De Paray-le-Monial à Cornillon : grand entretien avec le recteur du sanctuaire de Paray

    IMPRIMER

    Du site de l'évêché de Liège :

    DE PARAY-LE-MONIAL À CORNILLON : GRAND ENTRETIEN AVEC LE PÈRE ETIENNE KERN

    22 mai 2024

    Lundi 27 mai, à 20h, au sanctuaire de Cornillon, le père Etienne Kern, recteur du sanctuaire de Paray-le-Monial, donnera une conférence dans le cadre des festivités de la Fête-Dieu à Liège. Mais quel lien peut-on établir entre Cornillon et Paray ? 

    Les apparitions de Paray-le-Monial à sainte Marguerite-Marie Alacoque (entre décembre 1673 et juin 1674) vont faire sortir la dévotion au Sacré Coeur de Jésus des monastères et la rendre accessible au peuple chrétien. Le sanctuaire de Paray-le-Monial sont un lieu source pour la dévotion au Sacré Coeur qui existait bien avant le 17e siècle, notamment sous la plume de Saint Jean, des pères de l’Eglise et de certains mystiques. Paray-le-Monial fait en quelque sorte la synthèse et permet sa popularisation auprès du plus grand nombre. Le Sacré Coeur de Jésus serait même l’une des clés de compréhension du pontificat de François…

    Pour le père Etienne Kern, actuel recteur du sanctuaire, Paray est avant tout un lieu d’expérience vivante et transformante, un lieu qui brûle … depuis 350 ans ! Il nous a accordé un grand entretien au cours duquel nous avons abordé l’histoire de Paray, le lien entre le Sacré Coeur de Jésus et la Fête-Dieu mais aussi la question des abus dans l’Eglise et du partenariat indispensable entre paroisses et sanctuaires. 

    Quelle est la nature du message délivré à Paray à sainte Marguerite-Marie ? 

    Le message lui a été délivré en trois temps : tout d’abord, Jésus proclame son amour (“Dieu a tant aimé le monde; voici le coeur qui a tant aimé le monde”) à une époque où la France est marquée par le jansénisme qui prône une vision morale et austère, très intellectuelle de la foi, avec un Dieu distant. A Paray, Dieu lance une invitation à ne pas avoir peur de Lui mais aussi à ne pas se montrer indifférent face à ce cœur qui n’a rien économisé en se consumant d’amour pour l’homme.

    Ensuite, Jésus exprime une plainte (“Il a aimé et il n’est pas aimé”) surtout envers ceux qui devraient l’aimer le plus. Il pointe nos ingratitudes et notre indifférence, notamment envers l’eucharistie. Il souffre de cette absence de réponse à son amour. A cette époque, ce n’est pas un problème de pratique, les fidèles vont à la messe, mais un problème d’amour intérieur qui s’est éteint.

    Enfin, Il demande que nous rendions amour pour amour et donc de nous engager. Il s’adresse à Marguerite-Marie: “Veux-tu m’aimer et réparer?” Et cela ne signifie pas seulement, déjà à l’époque, de faire pénitence mais de revenir à la prière et à des considérations d’ordre plus spirituel. Car oui, on peut réparer par l’adoration, la louange et en manifestant du souci envers les plus petits.  

    Lire la suite

  • 12 raisons de croire aux apparitions de Beauraing

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Snyers :

    12 raisons de croire aux apparitions de Beauraing
     
    Le sanctuaire de Beauraing fête en cette année 2024 le 75è anniversaire de la reconnaissance des 33 apparitions de la Vierge Marie en ce lieu. Ces apparitions sont-elles crédibles? Voici 12 raisons de croire en celles-ci, tout en sachant d'avance que si elles sont vraies, c'est tout le christianisme qui s'en trouve authentifié...
     
    -Dès que la Vierge apparaissait, les 5 visionnaires tombaient simultanément et brutalement à genoux sur les pavés et cela, sans aucune douleur. "C'est comme si ces pavés étaient des coussins", disaient-ils.
     
    -Interrogés séparément de très nombreuses fois par des spécialistes qui essayaient par tous les moyens de les piéger, jamais les 5 enfants n'ont pu être confondus.
     
    -Durant les apparitions, des médecins se sont livrés à des tests (tels que pincements, piqûres, brûlures...) sur les voyants. Résultat? Aucune réaction.
     
    -Si un objet (un chapeau par exemple) était placé devant leurs yeux pendant qu'ils voyaient, immédiatement ils l'écartaient car cela les empêchaient de voir. Ce fait indique clairement qu'il s'agit d'une vision extérieure et non simplement intérieure.
     
    -Si ces apparitions ne sont que des hallucinations, comment soutenir que 5 cerveaux d'enfants se soient "détraqués" au même instant à 33 reprises, tout en percevant la même "hallucination"? Aucun psychiatre ne soutiendra pareille absurdité.
     
    -Appelés à choisir entre 44 teintes de bleus, la couleur la plus proche d'un reflet sur la robe de Marie, les 5 enfants choisirent la même teinte sans avoir pu se concerter.
     
    -Le mercredi 28 décembre, la Vierge annonce que ce sera bientôt sa dernière apparition. Bientôt? En effet, ce mot prend tout son sens. A cette date, 27 apparitions se seront déjà déroulées et il n'en restera plus que 6 par la suite. Prophétie annoncée, prophétie réalisée.
     
    -Le 2 janvier 1933, Marie affirme qu'elle dira le lendemain quelque chose de particulier à chacun des enfants. A nouveau, prophétie réalisée. Je jour suivant, trois de ceux-ci reçoivent un secret et les deux autres un message particulier.
     
    -Pour décourager la foule, les Soeurs du pensionnat avaient lâché deux chiens agressifs qui aboyaient abondamment sur celle-ci. Mais dès que la Vierge apparaissait, ils se taisaient et se couchaient, devenant quelque part ainsi les premiers qui ont cru les 5 enfants.
     
    -Deux guérisons furent reconnue miraculeuse par l'Eglise
     
    -Tous les cinq enfants ont été toute leur vie d'une fidélité totale à ce qu'ils avaient vécu.  Ayant connu 3 de ceux-ci, j'ai toujours été impressionné par leur certitude absolue quant au fait que la Mère du Christ leur est apparue.
     
    -Beaucoup de bons fruits ont été constaté à Beauraing. On n'y compte plus le nombre de conversions, de grâces et de guérisons. Tant de personnes peuvent en témoigner.
  • Liège : Fête-Dieu 2024

    IMPRIMER

    Liège Fête-Dieu pour la 778è fois autour du jeudi 30 mai 2024, date de la célébration solennelle de la Fête-Dieu à la basilique Saint-Martin à 19h.

    25 propositions pour tous. Culture, conférences, adoration, balades, marionnettes, rencontres, ciné-débat, exposition, prière, musique.

    Tout le programme sur www.liegefetedieu.be

    La Fête-Dieu, née à Liège est la fête du Corps et du Sang du Christ. Elle célèbre la présence de Jésus à nos côtés, dans notre quotidien. Il est réellement présent dans le pain et le vin consacrés. Il nous donne vie. La Fête-Dieu, aussi appelée « Corpus Christi », est un jour férié dans de nombreux pays, comme dans huit länders allemands, Autriche, Brésil, Pérou, Pologne, Portugal, etc. Elle donne lieu à de grandes célébrations, processions et fêtes populaires, comme à Rome en présence du pape.

  • Les souffrances cachées de l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du site des AFC (Associations Familiales Catholiques) :

    Les souffrances cachées de l’euthanasie Témoignages et expériences, bientôt une réalité en France ? Alors que le projet de loi sur l’euthanasie se précise, les AFC sont allées en Belgique pour écouter les voix divergentes. Celles qui dénoncent l’euthanasie et ses conséquences. Au travers de témoignages et d’expériences poignantes, découvrez le véritable enjeu qui se joue dans les familles. Les souffrances cachées de l’euthanasie, ou comment l’euthanasie déplace les souffrances sur les proches et les soignants. Une production CNAFC (Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques) grâce au soutien de ses bienfaiteurs. Scénario et réalisation par Benoît Hautier Tournage et montage par Owlview Production

  • Herve : grand succès de la procession "Del Céqwemme"

    IMPRIMER

    De France Fouarge sur le site de L'Avenir :

    262 marcheurs ont pris la route dès 5h du matin ce lundi pour la plus ancienne tradition de Herve

    La procession Del Céqwemme a attiré encore un regain supplémentaire de participants ce lundi 20 mai 2024.

    21-05-2024

    Peut être une image de 11 personnes et foule

    L’année dernière, le président du Comité des processions de Herve, Joseph Hagelstein, se réjouissait déjà d’une hausse du taux de participation. La procession Del Céqwemme, établie depuis 1230, a encore connu un petit regain supplémentaire, ce lundi 20 mai 2024. “En matinée, à 5 heures, on était 262 marcheurs avec pas mal d’adultes de la quarantaine. C’est quelques-uns de plus que l’année passée, on était à 256. Et pour la rentrée à 14h dans l’église, elle était remplie, donc cela tourne dans les 800 personnes !”

    Les participants clôturaient alors une marche de 15 km, au rythme des tambours de la Clique de la Royale Garde Saint-Jean, qui a animé Herve, Bolland, Battice, Bruyères,… Le parcours avait été amputé cette année d’un peu moins d’un kilomètre pour des raisons de sécurité et évitait Sur Les Vignes en restant Sur la Commune. “Le but de la procession, c’est de prier pour tous les quartiers que l’on traverse mais pas que… Il y a assez de motifs dans le monde, de personnes martyrisées, envoyées au front pour lesquelles formuler des intentions !”

    Si des participants sont mus par des motivations religieuses, d’autres viennent pour le folklore. L’appel aux bénévoles avait également été entendu (gestion des reposoirs, porteurs,…).“Les pompiers ont participé à midi, c’était une première !”

    sur facebook : https://www.facebook.com/search/top/?q=ceqwemme

  • Le Pape se rendra en Belgique et au Luxembourg en septembre prochain

    IMPRIMER

    De Vatican News (Delphine Allaire) :

    Le Pape se rendra en Belgique et au Luxembourg en septembre

    La Salle de presse du Saint-Siège a officialisé le voyage apostolique de François au Luxembourg et en Belgique au mois de septembre. L’évêque de Rome se rendra dans le grand-duché le 26 septembre et dans le royaume belge, du 26 au 29 septembre, s’arrêtant à Bruxelles, Louvain et Louvain-la-Neuve.

    20 mai 2024

    «Accueillant l’invitation des chefs d’État et des autorités ecclésiastiques respectives, le Pape François effectuera un voyage apostolique au Luxembourg le 26 septembre prochain, et en Belgique du 26 au 29 septembre, en se rendant à Bruxelles, à Louvain et à Louvain-la-Neuve», a annoncé la Salle de presse du Saint-Siège, lundi 20 mai, lundi de Pentecôte, férié en Belgique et au Luxembourg. Le programme du voyage sera publié ultérieurement.

    Moins de deux semaines après un périple asiatique de douze jours, le Souverain pontife de 87 ans reprend la route des voyages apostoliques pour les deux pays francophones du Benelux. Le Pape François avait annoncé à un média mexicain le 12 décembre dernier son intention de visiter la Belgique en 2024. Une nouvelle qui avait réjoui les treize évêques du plat pays. Selon la conférence épiscopale belge, l’occasion serait le 600e anniversaire de l’université catholique de Louvain (UCLouvain), francophone, et de la KU Leuven, néerlandophone. Les deux universités étaient unies jusqu’en 1968.

    Dans ce pays qui finance les cultes, le Pape visitera une Église sécularisée marquée par la crise des abus, relancée ces derniers temps par la diffusion le 10 novembre 2023, par la télévision flamande du reportage Godvergeten. Les évêques belges ont été auditionnés le 23 février dans le cadre de la nouvelle commission parlementaire spéciale sur les abus. 

    Comme en France voisine toutefois, une nouvelle vitalité spirituelle se dessine. Le nombre de catéchumènes a connu un bond exceptionnel cette année en Belgique. 362 adultes ont reçu le sacrement du baptême à Pâques, soit presque le double d'il y a dix ans.

    François et la Belgique

    Le 14 septembre 2023, le roi Philippe et la reine Mathilde étaient reçus en audience privée par le Successeur de Pierre au Vatican. Les anciens souverains, le roi Albert (89 ans) et la reine Paola (86 ans), avaient eux rencontré le Pape en avril 2023. François ne s’est jamais rendu en Belgique, son passage éclair dans les institutions européennes l’ayant conduit au Parlement de Strasbourg en novembre 2014.

    Pour la succession du cardinal Jozef de Kesel, le Pape a nommé un jeune archevêque de 54 ans, Mgr Luc Terlinden, à la tête du diocèse de Malines-Bruxelles le 22 juin dernier lui remettant le pallium une semaine plus tard en la fête des saints Pierre et Paul.

    Les visites pastorales de Jean-Paul II

    Jean-Paul II s’était rendu deux fois en Belgique: en mai 1985, arpentant presque tous les diocèses du royaume: Bruxelles, Louvain, Beauraing, Namur, Anvers, Malines, Gand, Ypres, Louvain-la-Neuve, Banneux et Liège. Le Pape polonais est revenu en juin 1995 pour béatifier le père Damien, missionnaire à Hawaï, apôtre des Lépreux. Bien avant d'être élu sur le trône de Pierre, Karol Wojtyla avait même séjourné au collège pontifical belge à Rome de 1946 à 1948. 

    Luxembourg, une Église européenne de frontières

    Dans le Grand-Duché aux 600 000 âmes, terre historiquement catholique, François visitera l’Église conduite par le cardinal Jean-Claude Hollerich, archevêque de Luxembourg et par ailleurs rapporteur général du synode sur la synodalité dont la deuxième session commence à Rome trois jours après la fin de ce voyage apostolique. 

    En cette année électorale européenne cruciale pour le continent, le Pape pourrait évoquer une nouvelle fois la construction européenne à Luxembourg, la ville accueillant d’importantes institutions de l’UE. Le 9 mai dernier, journée de l’Europe, huit évêques des diocèses de l’Euregio (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg) ont d’ailleurs prône l’union dans la diversité dans une lettre intitulée «Un nouveau souffle pour l’Europe». Le Pape Jean-Paul II s’était rendu au Luxembourg lors de son voyage apostolique en Belgique de 1985.

    Le Luxembourg et le christianisme

    Christianisée dès le IVe siècle à partir de Trèves, capitale romaine chrétienne, la région fut parsemée de vastes paroisses lors d’une phase de consolidation au VIe et VIIe siècle qui vit venir saint Willibrord (658-739), missionnaire anglo-saxon actif en Frisonie; il s’installa à Echternach où il fonda une abbaye bénédictine à grand rayonnement culturel.

    Le Luxembourg, marqué par une forte présence d’ordres religieux médiévaux et modernes (jésuites), élit Notre-Dame Consolatrice des Affligés comme patronne de la Ville (1666) et du pays (1678) - dévotion nationale qui se poursuit aujourd’hui par l’«octave» mariale annuelle après Pâques. Le diocèse créé en 1870 fut érigé en archidiocèse par Jean-Paul II en 1988.

    Lire également : Les évêques de Belgique se réjouissent à l'annonce d'une visite «exceptionnelle»

  • Aidons l'Institut Thomas More à contester le guide pour l'EVRAS

    IMPRIMER

    De Christian Boon Falleur (Institut Thomas More) :

    Rhode-Saint-Genèse, le 1er mai 2024

    Pourquoi suis-je contre le décret EVRAS

    La Communauté française a ajouté en juillet 2012 l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle dans les missions de l’enseignement obligatoire. Toutefois jusqu’à la publication de la première version du Guide pour l’EVRAS en avril 2022 le contenu de ce programme d’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle n’était pas défini.

    Cette première version du Guide EVRAS a d’emblée suscité de vives réactions de la part de professionnels (pédopsychiatre, psychologues) , de personnes engagées depuis longtemps dans l’animation dans les écoles de sessions sur la vie relationnelle, affective et sexuelle et de parents quant à son contenu, ce qui a amené la Ministre de l’Enseignement Obligatoire, Madame Caroline Désir, à le faire revoir.

    Une nouvelle version « amendée » est sortie début juillet 2023 qui à l’examen n’a rien changé de fondamental. Dans la foulée le Parlement de la Communauté française a voté le 7 septembre 2023 le décret portant assentiment à l’accord de coopération du 7 juillet 2023 entre la Communauté française, la Région wallonne et Commission communautaire française, ainsi qu’à l’Accord de coopération d’exécution entre les mêmes parties ayant adopté le « Guide pour l’EVRAS » comme cadre de référence commun pour les animations EVRAS rendues obligatoires.

    Or qu’est-ce que ce guide nous démontre ? Fondamentalement que cette éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle, telle que conçue par les promoteurs de cet EVRAS, ne peut pas être donnée de façon neutre car elle s’inscrit nécessairement dans une conception de la condition humaine et de sa destinée, ou non destinée, et dont découle les objectifs d’une éducation.

    Ce qui frappe de premier abord dans ce projet d’« éducation », c’est sa très grande permissivité, voire totale permissivité, pour autant que le consentement de l’autre soit respecté, ce qui est la moindre des choses. Cette très grande permissivité se retrouve dans tous les sujets traités dans ce guide.

    Nous sommes confrontés ici à une profonde divergence de vue quant à l’ « éducation » à donner à nos enfants. Je crois que de nombreux parents n’estimeront pas nécessaire ni opportun de parler dès l’âge des maternelles de la reproduction, du « plaisir non reproductif » et de la sexualité, d’apprendre à leurs enfants de 5 – 8 ans à exprimer leurs sentiments « amoureux », d’aborder la question des « intersexuations avec les 9 – 11 ans ni de leur parler de la possibilité de procréer autrement que par la pénétration vaginale, ni à encourager des relations amoureuses à leurs jeunes adolescents de 12 – 14 ans.

    Il est aussi assez évident que de nombreux passages de ce guide pour l’EVRAS sont fortement influencés par la théorie du genre. Cette théorie relève plus d’une opinion convictionnelle que d’une donnée scientifique objective et de nombreux aspects de cette théorie vont à l’encontre du bon sens le plus élémentaire. C’est un choix des auteurs qui ne sera pas nécessairement partagé par de nombreux parents et ce de façon tout-à-fait légitime. Un tel guide et le programme qui y est développé n’a pas sa place en tant qu’animation obligatoire dans l’enseignement organisé ou subventionné par la Communauté française car ce serait là une grave atteinte au principe de neutralité que celle-ci doit respecter dans les matières obligatoires.

    Ce qui dérange aussi profondément dans un certain nombre de passages de ce Guide c’est la place réservée aux parents, « personnes ressources des enfants » parmi d’autres, à l’influence desquels on n’hésite pas à chercher à distancier les enfants.

    Ces quelques considérations, qui ne se prétendent pas exhaustives loin de là, me convainquent que l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle relève d’abord de la responsabilité des parents, comme toute éducation d’ailleurs. Dans la mesure où une telle éducation découle nécessairement de la vision d’un chacun quant à la condition humaine et sa destinée, ou non, ce n’est pas à l’État à intervenir dans ces questions « morales ». Son rôle à cet égard doit strictement se limiter à ce qui est nécessaire pour bien vivre-ensemble et favoriser l’information objective liée aux questions de santé publique.

    2024_05_20_08_58_25_Greenshot.png

    2024_05_20_08_59_10_Greenshot.png

    2024_05_20_09_01_20_Greenshot.png

    2024_05_20_09_02_23_Greenshot.png