Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • RDC : Bulu-bulu na bango

    IMPRIMER

    Violences, corruption, anarchie et instabilité  (même sous le règne autoritaire du « Maréchal »), ruine économique et sociale : au fond rien n’a changé depuis l’effondrement des structures de l’Etat congolais quatre ou cinq jours après que son tuteur belge lui eût jeté l’indépendance à la figure le jeudi 30 juin 1960. Soixante ans plus tard, les élections truquées par un deal inopérant conclu entre les deux fistons des papas Laurent Kabila et Etienne Tshisekedi perpétuent la tradition du poto-poto national. Christophe Rigaud (*) fait le point sur le site Afrikarabia :

    Kabila Tshisekedi 400x225_929973.jpg« Œil pour œil, dent pour dent. Cela fait maintenant plusieurs mois que Félix Tshisekedi et Joseph Kabila sont à couteaux tirés, et passent pas le plus clair de leur temps à se mettre des bâtons dans les roues. Le premier cherchant à grignoter un peu de pouvoir à un FCC tout puissant, et le second tentant de récupérer par tous les moyens le fauteuil présidentiel en 2023. Depuis son arrivée à la tête de la RDC en janvier 2019, Félix Tshisekedi ne démérite pas pour tenter de barrer la route à l’hégémonie du FCC sur les institutions congolaises et use de toutes ses prérogatives, quitte à composer un peu avec la Constitution.

    CENI,justice,armée…Tshisekedi tente de peser

    Lorsque le FCC veut imposer le très contesté Ronsard Malonda à la tête de la Commission électorale (CENI), Félix Tshisekedi bloque sa désignation. Lorsque que des députés pro-Kabila présentent une réforme électorale censée caporaliser les magistrats par le ministre de la justice FCC, le président Tshisekedi obtient la démission dudit ministre et réussit à retarder l’examen du projet loi. Dans l’armée, où les relais de Joseph Kabila sont encore omniprésents, le nouveau chef de l’Etat parvient à écarter John Numbi, un proche de l’ancien président, et à mettre sous les verrous le colonel Christian Ngoy, soupçonné d’avoir participé au double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana.

    Cet été, Félix Tshisekedi a également voulu faire le ménage au sein de la très stratégique Cour constitutionnelle qui reste, avec la CENI, les deux organes d’organisation et de contrôle des élections de 2023. Le président nomme deux juges de la Constitutionnelle, proches de l’ancien président Kabila, à la Cour de cassation alors qu’ils exerçaient encore leurs mandats. Une permutation très politique qui a provoqué l’ire du FCC, mais aussi de l’opposant Martin Fayulu, qui a accusé Félix Tshisekedi de « trahison » pour avoir « violé la Constitution ».

    Lire la suite

  • Un livre détonnant du cardinal Müller : "La Vérité, ADN de l'Eglise"

    IMPRIMER

    De KathNet.news :

    "Seule la vérité vous rendra libre !"

    - À Lohmann/Kard Müller : "La vérité - l'ADN de l'Église"

    17 septembre 2020

    Entretiens de Martin Lohmann avec Gerhard Cardinal Müller - Martin Lohmann dans l'interview de kath.net sur le nouveau livre : "Au cours des derniers mois, certaines personnes ont cru devoir chercher et trouver l'ADN de l'Eglise ailleurs."

    Cologne-Rome (kath.net) Il s'agit d'une "provocation nécessaire, un appel pour sortir de l'auto-anesthésie qui existe surtout malheureusement dans l'Eglise en Allemagne", dit Martin Lohmann à propos de son nouveau livre, qu'il a écrit avec le cardinal Ludwig Müller. Kath.net s'est entretenu exclusivement avec le journaliste et théologien catholique, dont la devise est depuis des décennies le passage bien connu de l'Evangile de Jean 8,32 : "Veritas Liberabit Vos - La vérité vous rendra libre".

    kath.net : M. Lohmann, votre nouveau livre est publié juste à temps pour l'automne d'une année qui est aussi un défi pour l'Église. Il s'agit d'une vaste conversation avec le cardinal allemand Ludwig Müller, l'ancien gardien suprême de la foi de l'Église. Il porte le simple titre de "Vérité". Dans le sous-titre, nous lisons "L'ADN de l'Eglise. Pourquoi ce titre simple mais provocateur ?

    Martin Lohmann : Vous avez raison. Ce titre est aussi naturel que provocateur. Mais surtout, ce dont il s'agit est tellement nécessaire et urgent. Prenez-le au pied de la lettre : il s'agit d'inverser le courant des priorités. Car dans l'Eglise, il y a en effet le danger, bien visible à la lumière du jour, de voir s'évaporer le goût de Dieu et la fidélité à la vérité. Beaucoup ne savent plus que, par exemple, Jésus de Nazareth n'était pas seulement Jésus, mais aussi le Christ, le Fils de Dieu. Et ce Christ, avec l'autorité de son être, par exemple, a dit qu'il était le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père si ce n'est par Lui.

    Lire la suite

  • Rencontre du pape avec une association LGBT

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    Le pape rencontre une responsable d’une association de chrétiens LGBT

    Les faits 

    Le pape François s’est brièvement entretenu, mercredi 16 septembre après l’audience générale, avec la mère d’un homme homosexuel de 40 ans qui « a quitté l’Église parce qu’il ne se sentait pas accueilli ».

    « Le pape aime vos enfants comme ils sont, parce qu’ils sont tous enfants de Dieu. » C’est ce qu’a affirmé François, mercredi 16 septembre à l’issue de l’audience générale, où il s’est brièvement entretenu avec Mara Grassi, l’une des responsables de l’association catholique Tenda di Gionata (« La tente de Jonathan »), qui regroupe des personnes homosexuelles et leurs proches.

    Alors que Mara Gassi, foulard arc-en-ciel autour du cou, lui parlait de son fils homosexuel de 40 ans qui « a quitté l’Église parce qu’il ne se sentait pas accueilli », le pape a répondu : « l’Église aime vos enfants tels qu’ils sont », selon des propos rapportés par plusieurs journaux italiens.

    « Je voulais dire au pape que ce que nous avons compris, c’est que l’Église doit faire en sorte que beaucoup d’autres parents comme moi le comprennent, afin qu’ils ne souffrent pas comme j’ai souffert », a expliqué cette femme dans un entretien accordé au quotidien La Repubblica.

    Expériences difficiles

    En tout, une quarantaine de membres de l’association, tous parents d’enfants homosexuels, assistaient à l’audience dans la Cour Saint Damase, au Vatican. Mara Grassi a remis au pape un livre intitulé « Genitori fortunati » (« parents chanceux », en français), spécialement traduit en espagnol pour l’occasion, qui recueille des témoignages, faisant parfois état d’expériences difficiles, de parents dont les enfants sont homosexuels.

    → EXPLICATION. Propos du pape sur l’homosexualité : pourquoi a-t-il parlé de « psychiatrie » ?

    « Dans l’Église du pape François qui veut abattre les murs et construire des ponts d’accueil et de compréhension surtout avec les personnes les plus fragiles et les plus marginalisées, la rencontre de ce matin est apparue à de nombreux parents comme un tournant extraordinaire », commente dans son édition du 17 septembre le quotidien l’Avvenire, le journal des évêques italiens.

    Fondée en 2018, l’association « La tente de Jonathan » a été fondé par un prêtre qui « rêvait » d’« élargir la tente » – une expression présente dans le livre d’Isaïe- pour donner dans l’Église une place aux personnes LGBT.

    Il est évident que les enfants sont des enfants de Dieu, mais ce qui est embarrassant, c'est le contexte idéologique dans lequel cette rencontre s'est déroulée. Le pape portera-t-il le tee-shirt qui lui a été offert à cette occasion (cfr Aleteia.org)? "Les membres de l’association ont également remis au Pape un tee-shirt aux couleurs de l’arc en ciel avec ce message : « Il n’y a pas de crainte dans l’amour » (1 Jn 4, 18)." On imagine en tout cas l'exploitation qui sera faite de cet "évènement" dans les médias acquis à la cause LGBT et on ne s'étonnera pas que ce soit déjà chose faite dans les colonnes du journal des évêques italiens. Qui défend encore l'éthique catholique en la matière telle qu'elle est exposée dans le catéchisme ?

    2357 L’homosexualité désigne les relations entre des hommes ou des femmes qui éprouvent une attirance sexuelle, exclusive ou prédominante, envers des personnes du même sexe. Elle revêt des formes très variables à travers les siècles et les cultures. Sa genèse psychique reste largement inexpliquée. S’appuyant sur la Sainte Écriture, qui les présente comme des dépravations graves (cf. Gn 19, 1-29 ; Rm 1, 24-27 ; 1 Co 6, 10 ; 1 Tm 1, 10), la Tradition a toujours déclaré que " les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés " (CDF, décl. " Persona humana " 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas.

    2358 Un nombre non négligeable d’hommes et de femmes présente des tendances homosexuelles foncières. Cette propension, objectivement désordonnée, constitue pour la plupart d’entre eux une épreuve. Ils doivent être accueillis avec respect, compassion et délicatesse. On évitera à leur égard toute marque de discrimination injuste. Ces personnes sont appelées à réaliser la volonté de Dieu dans leur vie, et si elles sont chrétiennes, à unir au sacrifice de la croix du Seigneur les difficultés qu’elles peuvent rencontrer du fait de leur condition.

    2359 Les personnes homosexuelles sont appelées à la chasteté. Par les vertus de maîtrise, éducatrices de la liberté intérieure, quelquefois par le soutien d’une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, elles peuvent et doivent se rapprocher, graduellement et résolument, de la perfection chrétienne.

  • Irak : 25 villages chrétiens pilonnés par l'aviation turque

    IMPRIMER

    D'InfoChretienne.com :

    25 villages chrétiens bombardés en Irak, les survivants fuient pour échapper aux attaques

    En Irak, des villages chrétiens pris pour cibles. Les villages de Chalik, Bersiveh et Sharanish seraient parmi les plus touchés.

    Dans le Kurdistan irakien le long de la frontière avec la Turquie, des villages chrétiens sont le théâtre de violents conflits. Selon Asia News, les frappes aériennes d’Ankara cibleraient les membres du Parti des travailleurs kurdes. Depuis le début de l’année, ce serait au moins 25 villages chrétiens qui auraient été vidés de leur population.

    Samir Youssef, pasteur du diocèse d’Amadiya, raconte :

    « Depuis des mois, ils ont bombardé nos montagnes pour tuer des membres du PKK ou attaquer les Kurdes, qu’ils portent des armes, de la nourriture ou autre chose. »

    Il ajoute que plusieurs « villages chrétiens » ont été « bombardés avec plus d’intensité » et que « des nouvelles de familles fuient leurs maisons pour échapper à ces attaques ».

    Le curé d’Enishke déplore quant à lui une intensification de la violence :

    « Le mois dernier, ils ont tué beaucoup de gens, simplement parce qu’ils étaient proches de zones contrôlées. Dans certains cas, les attentats à la bombe ont également frappé les maisons de la population civile. »

    Une source a rapporté à Asia News que les bombardements sont toujours suivis d’incendies qui détruisent les maisons et les cultures.

    M.C.

  • Joseph de Cupertino (18 septembre), un saint extraordinaire et déroutant

    IMPRIMER

    (Missel.free.fr) La vie de Joseph de Cupertino est assurément l’une des plus extraordinaires et des plus déroutantes de l’hagiographie, mais que son procès de canonisation se soit déroulé sous les yeux desLumières, suffit à garantir que l’Eglise s’est posé toutes les questions qu’on était en droit d’attendre en pareil cas.

    Le père de Joseph Désa, un menuisier de grande vertu, avait si peu d’entendement dans les affaires que sa femme, pour se protéger des agents de justice, dut se cacher dans une étable où elle accoucha (17 juin 1603). L’enfant fut baptisé à Notre-Dame-des-Neiges de Cupertino (diocèse de Nardo), petite ville du royaume de Naples, entre Brindes et Otrante, où il vécut toute son enfance sous la conduite énergique de sa mère, Françoise Zanara. Si, comme le disent les actes de sa canonisation, dès sa plus tendre enfance, à l’âge de cinq ans, il donna de tels signes de sainteté que, pour être déjà vénéré comme un homme parfait, l’âge seul lui manquait, il n’en n’était pas moins extrêmement maladroit, manuellement et intellectuellement. Atteint d’une étrange maladie, il attribua sa guérison à la Sainte Vierge et, résolu à consacrer sa vie à Dieu, il s’imposa de grandes mortifications.

    Lire la suite

  • Plus politique que chrétienne, la gestion du Vatican crée tensions et insécurité

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register (NCR) :

    La culture de gestion du Vatican crée des tensions et de l'insécurité

    Les employés passés et présents affirment que la culture reflète davantage une entité politique que chrétienne.

    16 septembre 2020

    "Je n'avais aucun droit", a déclaré Eugenio Hasler, un ancien fonctionnaire laïc qui a travaillé aux plus hauts niveaux du gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican, le principal bureau administratif du Vatican.

    Un fonctionnaire respecté, licencié en 2017 sans raison formelle après une décennie de service, Hasler aurait été licencié parce qu'il aurait attiré l'attention sur la corruption présumée de son supérieur. Il a été convoqué à la résidence du Pape à Santa Marta où le Saint-Père lui a posé plusieurs questions avant de le licencier et d'attribuer au supérieur de Hasler une responsabilité accrue le lendemain.

    "Dans une monarchie absolue, malheureusement, que peut-on faire ?" a déclaré Hasler au NCR.

    D'autres ont reçu un traitement aussi brutal, notamment l'ancien médecin papal, Patrizio Polisca, que le pape François a renvoyé soudainement et sans raison en 2015, ainsi que trois fonctionnaires de la Congrégation pour la doctrine de la foi, renvoyés pour des raisons non précisées en 2017. Peu après, le pape a décidé de ne pas renouveler le mandat de cinq ans de l'ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Gerhard Müller, également sans motif précis. Le cardinal Müller a qualifié ces deux cas d'"inacceptables".

    Une telle tendance s'étend également aux supérieurs d'autres départements du Vatican.

    En juillet, le NCR a fait état de la manière dont une culture générale de mauvaise gestion au Vatican contribue à favoriser la corruption, en particulier dans le contexte des finances, ce qui a conduit à des affaires très médiatisées telles qu'un accord immobilier mal géré à Londres, récemment rendu public.

    Pour cet article et celui-ci, plus d'une douzaine de fonctionnaires du Vatican, actuels et anciens, ont été interrogés avant et pendant la pandémie COVID-19. Presque tous ont parlé de l'absence d'"État de droit" et de responsabilité de certains hauts fonctionnaires de la Curie romaine. La plupart des sources ont parlé sous couvert d'anonymat par crainte de représailles.

    "Le comportement n'est ni catholique ni chrétien - ni même simplement humain", a déclaré l'une d'entre elles au NCR dans un café près du Vatican. Le fonctionnaire a déclaré qu'il connaissait des personnes qui avaient été "licenciées avec très peu de préavis ou de raisons, on leur dit juste de rentrer chez elles dans les semaines qui suivent, le meilleur scénario étant quelques mois, alors qu'elles auraient pu travailler ici pendant huit à dix ans".

    Selon lui et d'autres membres du personnel, la culture de la direction ressemble à celle d'un tribunal où ceux qui ont les oreilles du pouvoir ont de l'influence. D'autres sont allés plus loin, la décrivant comme plus proche d'un environnement mafieux que de l'Eglise. Certains cadres moyens et inférieurs ont déclaré qu'ils se sentaient vulnérables aux caprices de supérieurs sans scrupules et sans comptes à rendre, et incapables de s'exprimer par crainte de représailles, y compris un probable licenciement.

    Lire la suite

  • Apparitions d'Amsterdam : le rejet par le Vatican est-il définitif ?

    IMPRIMER

    Apparitions d'Amsterdam : le rejet en septembre 2020 par le Vatican est-il définitif ? (19 mn)

    https://youtu.be/e2n_DAf92i0 

    Par Arnaud Dumouch

    En 2014, suite à ce qui me semblait être une reconnaissance canonique diocésaine officielle des apparitions d'Amsterdam (Notre dame de tous les peuples), j'avais réalisé cette série en de 6 vidéos qui en racontent la richesse :

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_2gEXLCe4bQ7UV7KoHGxC8C 

    Hier est sorti dans Aleteia.org un article dont le titre semble indiquer une condamnation définitive : "Les apparitions d’Amsterdam sont fausses". En réalité, les choses sont plus complexes : Le titre aurait dû être : "Il n'est pas prouvé que les apparitions d'Amsterdam sont vraies". 

    Dans cette vidéo, je voudrais montrer la nécessité d’une amélioration des procédures canoniques de reconnaissance des apparitions privées.  

    1° Le plus important est de sortir de la terminologie absconse « Constat de non-surnaturalité / non constat de surnaturalité » qui produit chez les journalistes des confusions multiples. L'apparition d'Amsterdam est dans le statut "Non constat de surnaturalité" qui signifie : "L'Eglise ne sait pas trancher. On n'a pas de preuves définitives".  

    2° Il est essentiel d'instaurer des procédures claires comme pour la canonisation des saints, avec exigence d’un miracle final pour trancher définitivement. 

    3° Le Vatican a pris confirmé une décision pastorale de découragement des pèlerinages et de la vénération de l'image de Notre Dame de tous les peuples, alors que la piété populaire était jusqu'ici autorisée. Lorsque l’apparition n’a pas encore eu de reconnaissance ou de condamnation définitives, mais qu’elle ne présente pas de dangers pour la foi (hérésies) ou la morale, ne vaut-il pas mieux laisser le peuple de Dieu exprimer sa piété et entourer cette piété grâce à un clergé respectueux et formé, comme le pape François l'a organisé à Medjugordjé en y nommant Monseigneur Hoser ?