Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO

  • Le martyrologe des catholiques au Rwanda en 1994

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    Le martyrologe des catholiques au Rwanda en 1994

    13 avril 2024
     

    Rome (Agence Fides) - Dans le Rwanda accablé par l'immense carnage de 1994, qui a atteint le nombre impressionnant d'un million de victimes sur une population à l'époque de 6.733.000 habitants (44% de catholiques), même l'Eglise et ses membres n'ont pas été épargnés par la vague de violence et de mort qui a déferlé sur le pays (voir Fides 03/04/2024). "Il s'agit d'un véritable génocide, dont les catholiques sont malheureusement aussi responsables", a souligné le Pape Jean-Paul II avant de réciter la prière du Regina Coeli, le dimanche 15 mai 1994, et d'avertir : "Je voudrais une fois de plus rappeler la conscience de tous ceux qui planifient ces massacres et les exécutent. Ils conduisent le pays vers l'abîme. Tous devront répondre de leurs crimes devant l'histoire, et d'abord devant Dieu".

    Lors du "Grand Jubilé de l'an 2000", au cours d'une célébration liturgique, les évêques du Rwanda ont adressé à Dieu une demande de pardon pour les péchés commis par les catholiques pendant le génocide. Le 4 février 2004, dix ans après les violences fratricides, les évêques rwandais ont publié un long message, dans lequel ils invitent à "ne pas oublier ce qui s'est passé, et donc à renforcer la vérité, la justice et le pardon". "Nous avons beaucoup souffert d'avoir été les témoins impuissants de la mort ignoble de nos compatriotes, torturés sous le regard indifférent de la communauté internationale ; nous avons aussi été profondément blessés par la participation de certains de nos fidèles aux tueries", écrivent les évêques, qui remercient le pape Jean-Paul II pour sa proximité pendant le génocide et son cri devant la communauté internationale. Rappelant les massacres, qui ont été le résultat d'une méchanceté sans pareille, les évêques ont appelé à "construire l'unité des Rwandais", exhortant la contribution de chacun "à sauvegarder la vérité et la justice", "demandant et accordant le pardon qui vient de Dieu".

    Même le jour de la clôture du " Jubilé de la miséricorde " (8 décembre 2015-20 novembre 2016), les évêques ont publié une lettre qui a été lue dans toutes les églises, avec un nouveau " mea culpa " pour les péchés commis par les chrétiens pendant le génocide. Comme l'a expliqué le président de la Conférence épiscopale rwandaise, Monseigneur Philippe Rukamba, évêque de Butare, " on ne peut pas parler de miséricorde au Rwanda sans parler de génocide ". Le texte réitère la condamnation du crime de génocide perpétré contre les Tutsis en 1994 et de toutes les actions et idéologies liées à la discrimination sur la base de l'appartenance ethnique. Lors de la visite du président rwandais Paul Kagame au Pape François au Vatican le 20 mars 2017, première visite depuis le génocide, l'évêque de Rome "a exprimé sa propre douleur, celle du Saint-Siège et de l'Église pour le génocide contre les Tutsis, a renouvelé la demande de pardon à Dieu pour les péchés et les échecs de l'Église et de ses membres [...] qui ont succombé à la haine et à la violence, trahissant leur mission évangélique."

    Lire la suite

  • Une nouvelle sainte et deux bienheureux martyrs victimes des "rouges espagnols"

    IMPRIMER

    De Vatican News (Alessandro De Carolis) :

    Une future sainte italienne et deux martyrs espagnols bientôt bienheureux

    Le Pape François a reçu samedi 13 avril le cardinal Marcello Semeraro, préfet du dicastère pour la Cause des Saints, et autorisé la canonisation de la fondatrice des Oblats du Saint-Esprit, ainsi que la béatification d'un prêtre et d'un laïc, tous deux assassinés en 1936 en Espagne.

    La vocation d’une femme déterminée à la suivre au-delà des obstacles imposés par sa famille, le courage de deux autres Espagnols qui, pendant la guerre civile, n'ont pas renié l'Évangile devant le canon d'un fusil, et les capacités de médiation d'une femme consacrée représentent les parcours de quatre nouveaux témoins de la foi mis en lumière dans les décrets approuvés samedi 13 avril par le Pape lors de l'audience avec le cardinal Marcello Semeraro, préfet du dicastère pour la Cause des Saints.

    Elena Guerra, bientôt sainte

    Le premier témoignage est celui d'Elena Guerra. La future sainte est né en 1835 à Lucques en Toscane, où elle termina également sa vie en 1914. Elle naquit dans une famille noble qui l'éduqua aux valeurs chrétiennes et, dès l'âge de vingt ans, elle se montra sensible à la vie en communauté. Elle donne vie d'abord au «Giardinetto di Maria», puis aux «Amicizie spirituali», deux formes d'agrégation de femmes laïques qui permettent aux jeunes femmes de bénéficier d'une aide spirituelle réciproque. Lors d'une visite à Rome avec son père, elle est émue par la vue de Pie IX et décide de se consacrer. Sa famille s’y oppose, mais Elena Guerra n'abandonne pas et fonde en 1882 les Oblates du Saint-Esprit. 

    Les dernières années de la vie de la bienheureuse furent marquées par des malentendus avec certaines sœurs, qui l'accusaient de mauvaise gestion, à tel point qu'Elena, âgée et malade, décida de se retirer de la Congrégation et de quitter ses fonctions de supérieure. Jean XXIII la proclame bienheureuse en 1959.

    Les martyrs d'Espagne

    D'Espagne émergent les parcours de deux autres hommes, futurs bienheureux, qui pendant la guerre civile espagnole, comme tant d'autres, ont défié la haine antichrétienne et la férocité persécutrice des milices républicaines avec une constance dans la foi. Il s'agit d'un prêtre diocésain, Gaetano Clausellas Ballvé, né en 1863, originaire de Sabadell, et d'un laïc, père de famille, Antonio Tort Reixachs, né en 1895 près de Barcelone. Tous deux ont été tués en 1936.

    Le premier, aumônier d'une maison de retraite, est arrêté par des miliciens le 14 août 1936 et abattu d'une balle dans le dos le lendemain à l'aube. Le laïc, père de onze enfants, très dévoué à l'Eucharistie et à la Vierge, sera déclaré «coupable» d'avoir donné refuge à des religieux dans sa maison. Dans la nuit du 3 au 4 décembre 1936, Antonio Tort Reixachs est pris d'assaut par des hommes armés, qui saccagent sa maison, dégradent les images sacrées, le torturent dans un couvent transformé en prison, puis l'abattent près du cimetière de Montcada.

    La bienheureuse Elisa Martinez

    Les décrets approuvés par le Pape reconnaissent également les vertus héroïques de la Servante de Dieu Teresa Lanfranco (née Annunziata Addolorata), venant de Gallipoli dans les Pouilles et décédée en 1989 à Rome, à l’âge de 69 ans. Son éducation, imprégnée de valeurs chrétiennes, la prépare pour sa rencontre décisive en 1937 avec la bienheureuse Elisa Martinez, fondatrice d’un institut de vie religieuse consacré à l'apostolat paroissial et à la formation des jeunes filles.

    Teresa rejoint la communauté de Botrugno, dans la région de Lecce, et devient dès lors une fidèle collaboratrice de la fondatrice. Après la Seconde Guerre mondiale, la religieuse se rend avec son noviciat à la Maison générale de Rome. Au sein de la communauté, elle accomplit un travail de pacification et de médiation jusqu’à ce que dans les années 1960, l'Institut connaisse une grave crise interne, due à la rébellion de certaines sœurs.

    En 1987, la bienheureuse Elisa Martinez quitte le poste de supérieure générale pour des raisons de santé, mais Teresa, bien que choisie à sa place, n'accepta pas, préférant rester vicaire de la nouvelle élue. Outre la Vierge, elle était liée par une dévotion particulière à saint Joseph, qu'elle considérait comme le saint de la Providence et à qui elle se confiait constamment.

  • Jubilate Deo omnis terra (Introit du 3e dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 65, 1-2  
    IUBILÁTE Deo, omnis terra, allelúia: psalmum dícite nómini eius, allelúia: date glóriam laudi eius, allelúia, allelúia, allelúia. Ps. ibid., 3 Dícite Deo, quam terribília sunt ópera tua, Dómine ! in multitúdine virtútis tuae mentiéntur tibi inimíci tui. ℣. Glória Patri. Jubilez pour Dieu, ô terre entière, alléluia ; chantez un psaume à Son Nom, alléluia ; rendez glorieuse Sa louange, alléluia, alléluia, alléluia. Ps. 3 Dites à Dieu: Que Tes œuvres sont terribles, Seigneur! A cause de la grandeur de Ta puissance, Tes ennemis T'adressent des hommages menteurs. ℣. Gloire au Père.
  • La raison d’être de l’Église et l’assurance de son avenir (homélie pour le 3ème dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 3e dimanche de Pâques, 14 avril 2024

    Il y a quelques jours, l’archevêque de Malines-Bruxelles était interviewé à la radio par une journaliste pour qui c’était évident que l’Église allait mal et que son avenir passait par une « modernisation ». Il fallait être une Église un peu plus comme tout le monde, et accepter les requêtes de la bien-pensance actuelle. Et qu’importe s’il nous fallait renoncer à tout ce qui est contestation des modes de vie où Dieu n’a rien à dire. Le salut de l’Église viendrait du monde. Mais à ce prix là, pourquoi maintenir une telle institution qui se viderait de l’intérieur ? À la radio, il n’a pas été possible de parler de la mission fondamentale de l’Église, peut-être parce que c’est indécent de parler de Dieu en public ou qu’on aurait l’impression d’être envoyé de la planète Mars. Mais ici, dans l’homélie, nous pouvons apprendre des textes de ce dimanche la raison d’être de l’Église et l’assurance de son avenir.

    Partons d’une conviction centrale : le Seigneur aime son Église. Il l’aime passionnément, parce qu’il aime chacun de ses membres. Et il l’aime en raison de sa mission. Jésus relevé d’entre les morts dit aux apôtres et aux quelques disciples présents : « à vous d’en être témoins » ! C’est cela, l’Église, ceux qui ont fait l’expérience du Christ vivant dans leur vie et qui en deviennent les témoins. Le Christ a invité les apôtres à toucher son corps ressuscité, il leur a prouvé sa présence réelle. Et il leur a donné la mission de proclamer la victoire du Christ, de la donner à voir, à sentir, à toucher. À nous maintenant de demander au Seigneur : donne-moi de te toucher par la foi, d’éprouver ta présence dans ma vie, afin que je sois témoin de ton amour aujourd’hui !

    Ce chemin d’une Église qui témoigne est possible à condition d’un grand renouveau de foi. Faisons des choix, dans notre vie, qui mettent Dieu au centre. Optons pour le bonheur que lui seul peut donner, le bonheur qui naît d’une intimité avec lui ! Mais comment être sûr de cette intimité ? Vous l’avez entendu tout au long des lectures : cette intimité, cette union du cœur au Père, elle est offerte par le pardon des péchés. Nous devrions commencer toute vraie prière en nous reconnaissant pécheurs, éloignés de Dieu par notre faute, et attendu par lui avec un amour si puissant qu’il nous a sauvé. Celui qui se reconnaît pécheur et aimé commence vraiment à ouvrir son cœur à Dieu et à vivre de sa vie, à ressentir le bonheur de sa présence. Et pour les bouchons tenaces, vous le savez bien, il y a le sacrement de réconciliation. Jésus a dit que ce qui serait proclamé en son nom, c’est la conversion, le retournement du cœur vers Dieu, le changement de vie. Tout cela n’est pas facultatif dans le renouveau de notre foi, dans le retour à une Église qui témoigne.

    À cause de cet appel à la conversion, il ne faudra pas s’étonner si l’Église de demain est de plus en plus un signe de contradiction face aux solutions de bonheur au rabais. C’est normal que nous soyons une Église de plus en plus décalée par rapport à la société, une Église dissidente, et une Église incomprise par le plus grand nombre. Mais il nous faut penser à tous ceux qui cherchent à voir le bonheur (Psaume 4) et dont le cœur dit secrètement, à leur insu même : « sur nous, Seigneur, que s’illumine ton visage ! » Soyons témoins de ce bonheur nouveau que Dieu seul peut donner car il en est la source, pour toujours !

  • « La promotion des vocations au sacerdoce est ma priorité absolue » (L'évêque de Clifton)

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    « La promotion des vocations au sacerdoce est ma priorité absolue »

    13 avril 2024

    Nommé évêque MacDonald/Clifton (Royaume-Uni) : « La vie et la mission de l'Église dépendent de la présence de pasteurs fidèles pour mener à bien ce ministère unique de consécration et d'absolution. »

    Clifton (kath.net/pl) « La promotion des vocations au sacerdoce est de la plus haute importance car nous avons un besoin urgent d'un ministère sacerdotal, en particulier compte tenu de l'absence d'Église et de l'indifférence généralisée de nombreuses personnes. Le peuple de Dieu tout entier est responsable de la vocation sacerdotale et nous pouvons tous offrir notre soutien par une prière humble et persistante. » C'est ce que dit l'évêque de Clifton, Bosco MacDonald, (Grande-Bretagne) à la fin de son entretien détaillé avec le « Catholic Herald ». Il a également abordé d'autres questions fondamentales, comme les familles catholiques, les écoles catholiques, son propre cheminement vers le sacerdoce, mais aussi le déclin du nombre de fidèles.

    Au sujet des appels, il explique plus loin : Pour ceux qui envisagent le sacerdoce, la chose la plus importante est d'être ouvert et réceptif à l'appel de Dieu. La vocation au sacerdoce est un don de Dieu et non quelque chose que l'on décide de manière isolée. Le seul désir de devenir prêtre ne suffit pas – vous devez discerner si vous avez vraiment un appel de Dieu et si vous avez les qualités nécessaires pour servir l’Église.

    Il conseille de « prier d’abord à ce sujet. Si vous ne savez pas comment faire ou quoi dire, cela n'a pas d'importance : Dieu vous aidera à trouver les mots justes. Ils doivent également rechercher la direction et l’accompagnement de l’Église, car il est de la responsabilité de l’Église de reconnaître l’aptitude de ceux qui souhaitent entrer au séminaire et de les appeler à l’ordination s’ils possèdent les qualités nécessaires.

    L’évêque nommé déclare expressément : « La promotion des vocations au sacerdoce est ma plus haute priorité, car la vie et la mission de l’Église dépendent de la présence de pasteurs fidèles qui exercent ce ministère unique d’ordination et d’absolution. C’est pourquoi je ferai de mon mieux pour promouvoir la prière pour les vocations, présenter personnellement l’appel au sacerdoce et essayer de témoigner de la joie et de la sainteté de la vie sacerdotale.

    La réponse du futur évêque à la question de savoir quel est le meilleur outil dont dispose l'Église pour la conversion des âmes est également particulièrement instructive. Il dit : « En un mot : Jésus. C'est Lui qui nous appelle à sortir des ténèbres et à devenir ce que nous sommes vraiment. Il est Celui qui nous soutient et est la source de toute notre espérance. Et l'Église administre le sacrement de son corps. En matière de conversion, rien d’autre ne s’en rapproche.

    La Sainte Eucharistie est magnifiquement décrite comme la source et le sommet de la vie chrétienne, toute la richesse spirituelle de l'Église et le plus grand don du Christ à l'Église. Comme sacrement qui représente le sacrifice du Christ pour notre salut. Par conséquent, Jésus dans le Saint Sacrement de l’Autel – l’Eucharistie – est le plus grand atout de l’Église.

    Lien vers l’interview complète dans le « Catholic Herald » :L'évêque élu de Clifton parle du mariage, de la parentalité dans un monde laïc, des pressions auxquelles sont confrontés les prêtres et bien plus encore, y compris du plus grand atout de l'Église

  • Le cardinal Brandmüller ne mâche pas ses mots

    IMPRIMER

    De FSSPX Actualités :

    Cardinal Brandmüller : « Des oasis dans le désert »

    11 avril 2024

    Le cardinal Walter Brandmüller, qui a fêté ses 95 ans au début de l’année, a publié un article sur le site de langue allemande Kath.net, dans lequel il ne mâche pas ses mots contre l’Eglise d’Allemagne – ce qui n’est pas la première fois – mais il développe une réflexion sur la conduite à tenir dans la situation actuelle, qui se tourne assez franchement vers la tradition.

    Le cardinal Brandmüller, qui a signé les deux lettres de dubia adressées au pape François, en 2016 et en 2023, a repris la plume pour déplorer l’état de l’Eglise et pour proposer des solutions aux prêtres et aux fidèles dans la situation de crise actuelle.

    Un constat désabusé sur le résultat du Chemin synodal

    Il note que « comme on pouvait s’y attendre, la “voie synodale” est depuis longtemps en train de se perdre dans l’inconnu ». Le bilan : des millions d’euros d’impôts ecclésiastiques dépensés et « la discorde sur des questions centrales de foi et de morale », même parmi les évêques, qui permettent de parler d’hérésie et de schisme.

    L’état du catholicisme en Allemagne est « une apostasie de masse ». Quant aux séminaires, quand ils ne sont pas fermés, ils sont presque vides. « Mais, constate le cardinal, les lieux de formation de certaines communautés – comme la Fraternité Saint-Pierre, l’Institut du Christ-Roi, la Communauté Saint-Martin, le couvent Heiligenkreuz – (…) jouissent d’une vie active et croissante. »

    Une période de chrétienté révolue

    Le cardinal historien rappelle que « la doctrine sociale catholique a été à la base de la reconstruction et du développement de la République fédérale d’Allemagne sous Konrad Adenauer ». Mais avec le succès du miracle économique allemand « les nuages de plus en plus épais de l’esprit matérialiste de l’époque ont commencé à bloquer la vue du ciel ».

    La vague de biens terrestres « a submergé le pays ». Il en est résulté « une société postchrétienne et athée, dans laquelle le christianisme, l’Eglise, n’a plus qu’une existence de niche. Elle est ignorée, méprisée, combattue. » Ainsi « dans la plupart des régions d’Allemagne, l’Eglise a dû troquer son ancienne place dans la tribune d’honneur contre le banc des accusés ».

    Une société dénaturée et apostate devant laquelle il faut réagir

    Le constat note encore que « la législation récente a fixé des normes dans le domaine du mariage, de la famille et de la santé, qui se moquent de la morale chrétienne et de la doctrine sociale, voire de l’anthropologie développée depuis l’Antiquité classique ». Ainsi « presque toutes les perversions imaginables, de la fécondation in vitro à l’euthanasie et au suicide assisté, ont été admises ».

    Il faut donc réagir : « le chrétien, le catholique doit trouver, créer des oasis dans ce désert humain, culturel, où il peut encore respirer librement et survivre ». Cela nécessitera de passer d’une « Eglise fortement présente à une Eglise de petites communautés ». Cette évolution, pour le cardinal, est inéluctable.

    Redonner sa place au prêtre…

    Pour accomplir cette évolution, le cardinal réclame « une accentuation plus décisive de l’image que les prêtres ont d’eux-mêmes ». Pour décrire cette image, le prélat fait appel à « l’ancien rite d’ordination » qui énumérait les devoirs du prêtre : « offrir le saint sacrifice, bénir, diriger la communauté, prêcher et baptiser ».

    Et il ajoute qu’il « n’est pas fait mention de la gestion du ministère paroissial, des comités ou de la gestion des biens et des institutions sociales ou d’autres “œuvres” ». Il note enfin que « cette liste d’obligations date du Moyen-Age, mais elle contient précisément les activités pour lesquelles le prêtre est aujourd’hui ordonné, comme il l’a toujours été ».

    Il enfonce nettement le clou : « le catholicisme de comité et de réunion, qui a fleuri depuis Vatican II, est de toute façon devenu un modèle en voie de disparition, sur lequel personne ou presque – à l’exception des “fonctionnaires” du Comité central – ne versera une larme ».

    Aussi, « cette distinction, qui ne réserve au prêtre que le “praeesse” – la présidence – la direction de la communauté, devrait être faite pour permettre au prêtre d’être libre d’accomplir sa véritable mission : la prédication, la liturgie, l’administration des sacrements et la pastorale ». Autrement dit, tout ce dont les novateurs veulent le dépouiller.

    … et aux laïcs la leur

    Quant aux laïcs, explique le cardinal Brandmüller, « tout comme les prêtres, ils répondent à une vocation propre. Leur domaine de responsabilité n’est pas la chaire et l’autel, mais, comme le souligne Vatican II, “le monde” dans lequel l’Eglise doit accomplir sa mission. »

    Ainsi, une saine répartition des tâches « à condition que les collaborateurs soient choisis avec soin et que la confiance mutuelle règne » permettrait au prêtre « de gagner le temps nécessaire à la préparation consciencieuse de la prédication, de la catéchèse, de l’entretien pastoral, et à sa propre vie spirituelle ».

    Le cardinal conclut sur ces mots : « des communautés vivantes, telles des îles dans la mer, pourraient offrir un havre de paix aux personnes désorientées qui dérivent sur les vagues de l’esprit du temps ».

    Quoique l’analyse cardinalice vise premièrement et principalement l’Allemagne, elle doit être étendue à tous les pays catholiques, qui subissent, peu ou prou, d’une manière ou d’une autre, cette « apostasie silencieuse » déjà dénoncée par Jean-Paul II. Le plan que le cardinal allemand envisage pour son pays, doit être réalisé dans toute la chrétienté. (...)

  • Comment la Géorgie est devenue l'un des premiers royaumes chrétiens (Jean-Pierre Mahé)

    IMPRIMER

    De Canal Académies :

    Jean-Pierre Mahé : Comment la Géorgie est devenue l'un des premiers royaumes chrétiens


    Avec Jean-Pierre MAHÉ
    Membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

    C’est l’histoire d’un roi païen du nom de Mirian. Un jour, il rencontre sur sa route Nino, une jeune femme aussi belle que charitable. De religion chrétienne, Nino convertit le jeune roi qui devient alors le premier souverain chrétien de son royaume : le royaume du Kartli. Ne vous méprenez pas, cette histoire n’est pas une fable : le Kartli est un territoire qui a réellement existé ! Situé dans la Géorgie actuelle en plein cœur du Caucase, il fut l’une des premières régions du monde à se convertir au christianisme au IVᵉ siècle. La chronique qui raconte l’histoire de cette conversion a intéressé durant des années l’orientaliste Jean-Pierre Mahé. Membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, cet éminent spécialiste du Caucase raconte au micro de Canal Académies l’histoire captivante de ce texte, qui brosse le tableau d’une chrétienté qui « revendique fièrement ses racines juives ».

    Icône orthodoxe de Sainte-Nino avec des inscriptions cyrilliques et géorgiennes, E. I. Fesenko, 1894
  • IVG : les députés européens ont voté un texte symbolique qui va loin dans l’ingérence

    IMPRIMER

    De Gènéthique magazine :

    IVG : les eurodéputés votent un texte symbolique qui va loin dans l’ingérence

    12 avril 2024

    Le 11 avril, les députés européens ont adopté une résolution non contraignante en faveur de l’inscription du « droit à l’avortement » dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne (UE). Un vote avant tout symbolique, mais qui va loin dans l’ingérence.

    La résolution avait déjà été discutée le 7 juillet 2022, mais elle avait alors suscité l’opposition de plusieurs États membres (cf. L’avortement dans la Charte des droits fondamentaux : une simple déclaration symbolique ?). Le débat a été relancé après l’inscription de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution française (cf. Inscrire l’IVG dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE ? Un débat au Parlement). Opportunisme politique ?

    La résolution a été présentée par les groupes Socialistes et démocrates (S&D), Renew Europe (centristes et libéraux), les Verts et The Left (gauche radicale). Elle a été approuvée, sans pour autant obtenir la majorité. En effet, le texte a été voté avec 336 voix pour, 163 contre et 39 abstentions, sur les 705 députés européens que compte le Parlement. Parmi les eurodéputés français, seuls 2 se sont opposés à la résolution, Nicola Bay (Reconquête) et Mathilde Androuet (RN).

    Atteinte à la souveraineté des Etats

    Le Parlement européen demande que l’article 3.2 de la Charte soit modifié comme suit : « toute personne a le droit à l’autonomie corporelle, et un accès libre, éclairé, complet et universel aux droits génésiques et sexuels ainsi qu’à tous les services de soins de santé connexes sans discrimination, notamment à un avortement sans risque et légal ». La résolution ne se limite toutefois pas à cela.

    Les députés condamnent « avec la plus grande fermeté le recul des droits des femmes et toutes les tentatives réactionnaires visant à restreindre ou à supprimer les garanties en matière de santé sexuelle et génésique et d’égalité des genres dans le monde ». Ils prient « instamment les États membres de dépénaliser pleinement l’avortement, conformément aux lignes directrices de l’OMS de 2022, et de supprimer et combattre les obstacles à l’avortement sûr et légal » (cf. Comment l’OMS est manipulé pour promouvoir l’avortement et le contrôle démographique). La Pologne et Malte sont ici directement visés, et exhortés d’« abroger leurs lois et autres mesures concernant les interdictions et restrictions à l’avortement » (cf. Avortement : Malte pointée du doigt par l’Europe). Outrepassant les traités de l’UE, le Parlement empiète sur la souveraineté des Etats membres. Conformément au principe de subsidiarité inscrit dans le traité de Lisbonne, la réglementation de l’avortement devrait pourtant être laissée à l’appréciation des pays membres de l’UE.

    Le 9 avril, la Commission des épiscopats de l’Union européenne (Comece) s’est opposée à la résolution, soulignant que la charte « ne peut inclure des droits qui ne sont pas reconnus par tous et qui sont source de division »[1]. Elle a enjoint l’Union européenne de « respecter les différentes cultures et traditions des États membres et leurs compétences nationales », de ne pas « imposer aux autres » « des positions idéologiques sur la personne humaine, la sexualité et le genre, le mariage et la famille » (cf. Avortement : vers un « droit universel et effectif » ?). Un appel qui ne semble pas avoir été entendu des députés.

    « Donner la priorité à des agendas politiques radicalisés au détriment des droits fondamentaux »

    La clause de conscience est également visée par la résolution qui « condamne le fait que, dans certains États membres, certains médecins, voire des établissements médicaux entiers, refusent de pratiquer des avortements, sur la base de la “clause de conscience” ». Encore une remise en cause de cette clause pourtant essentielle pour l’exercice des soignants (cf. IVG : « la disparition de la clause de conscience conduirait des soignants à démissionner »).

    Enfin, les députés invitent la Commission à mettre fin au financement européen « des organisations qui luttent contre l’égalité entre les hommes et les femmes et les droits des femmes, y compris les droits en matière de reproduction ». Il y a de quoi s’interroger sur les conséquences pour la liberté d’expression. L’existence d’un débat restera-t-il possible ? (cf. « Deuil caché » : « une réhabilitation de la souffrance » des femmes qui ont avorté) ou s’agit-il de réduire au silence les associations pro-vie ?

    « Il est profondément inquiétant de voir le Parlement européen donner la priorité à des agendas politiques radicalisés au détriment des droits fondamentaux et des droits de l’homme » a déclaré Marina Casini, présidente de la fédération européenne One of Us. Avec le vote de cette résolution, le Parlement européen s’écarte de manière significative des principes de respect de la vie et de la dignité humaine, qui sont pourtant à la base du projet européen et figurent dans la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne[2] (cf. « L’avortement n’est pas un droit. Il demeure une dérogation au respect de la vie. »). Pour plaire au lobby féministe, faut-il de violer les principes juridiques de l’Union européenne ?

    Comme le rappelait la COMECE dans sa déclaration, l’avortement « ne pourra jamais être un droit fondamental. Le droit à la vie est le pilier fondamental de tous les autres droits de l’homme » (cf. GPA, euthanasie, genre : « dénoncer ces violations de la dignité humaine est un devoir »). L’avortement va « à l’encontre d’une véritable promotion de la femme et de ses droits » (cf. Inscrire le « droit à l’avortement » dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE : une initiative politique qui ne sert pas les femmes). « L’être humain est une fin en soi et jamais un moyen pour résoudre d’autres problèmes. Si l’on perd cette conviction, on perd aussi la base solide et durable de la défense des droits de l’homme, qui seront toujours soumis aux caprices passagers des puissants ».

    Un texte qui n’aboutira pas

    La résolution va désormais être transmise au Conseil et à la Commission. Elle n’a toutefois aucune chance d’aboutir, toute révision de la charte nécessitant l’accord unanime des 27 pays membres de l’UE. Or, la manière de légiférer sur le « droit à l’avortement » diffère dans chaque pays. Certains Etats ne l’autorisent que dans des circonstances particulières.

    Ainsi, en Pologne, l’IVG n’est autorisée qu’en cas de viol ou d’inceste, ainsi que lorsque la vie de la mère est en danger (cf. Pologne : la loi sur l’avortement hors de cause dans le décès d’une femme enceinte). Les députés polonais ont toutefois ouvert le 11 avril des discussions visant à assouplir la législation sur l’avortement. La Coalition civique du Premier ministre Donald Tusk a en effet présenté un projet de loi destiné à légaliser l’avortement jusqu’à la 12e semaine de grossesse, et trois autres propositions similaires, émanant de ses partenaires dans la coalition gouvernementale, seront également débattues (cf. Pologne : deux propositions de loi pour légaliser l’avortement). Un premier vote aura lieu le 12 avril. Son issue est incertaine.

    A Malte, la législation a, elle, été assouplie en juin 2023, et l’avortement est autorisé si la vie de la mère est en danger, ou si le fœtus n’est pas viable (cf. Malte : Le Parlement adopte une loi sur l’avortement).

    --------------

    [1] Pour la Comece, l’avortement ne sera jamais un droit fondamental, Vatican news (09/04/2024)

    [2] L’article 1 de la Charte des droits fondamentaux de l’UE stipule que : « La dignité humaine est inviolable. Eelle doit être respectée et protégée ». L’article 2 indique que « toute personne a droit à la vie » et que « nul ne peut être condamné à la peine de mort ni exécuté ».

  • La vie de l’Eglise catholique dans le monde, du 1er décembre 2021 au 31 décembre 2023

    IMPRIMER

    Du site de l'Osservatore Romano :

    Publication de l’annuaire pontifical 2024 et de l’Annuarium Statisticum Ecclesiae 2022

    L’Eglise catholique dans le monde

     L’Eglise catholique dans le monde  FRA-015

    11 avril 2024

    L’annuaire pontifical 2024 et l’Annuarium Statisticum Ecclesiae 2022, dont la rédaction a été réalisée par le Bureau central de statistiques de l’Eglise, sont depuis quelques jours en vente en librairie, édités par la Typographie vaticane.

    La lecture des données rapportées dans l’Annuaire pontifical fait apparaître les informations relatives à la vie de l’Eglise catholique dans le monde, du 1er décembre 2021 au 31 décembre 2023.

    Au cours de cette période, neuf nouveaux sièges épiscopaux et une administration apostolique ont été érigés; deux sièges épiscopaux ont été élevés au rang de sièges métropolitains, et un vicariat apostolique a été élevé au rang de siège épiscopal.

    Les données statistiques de l’Annuarium Statisticum Ecclesiae permettent de dresser un cadre synthétique des principales tendances concernant l’évolution de l’Eglise catholique dans le monde.

    Ci-dessous sont reportées les informations sur certains aspects fondamentaux de l’Eglise catholique entre 2021 et 2022:

    — Le nombre de catholiques baptisés au niveau mondial a augmenté, passant de 1.376 millions en 2021 à 1.390 millions en 2022, soit une augmentation relative de 1,0%.

    Le taux de variation diffère d’un continent à l’autre: en effet, tandis qu’en Afrique, on enregistre une augmentation de 3%, avec un nombre de catholiques qui est passé, au cours de la même période, de 265 à 273 millions, à l’inverse, en Europe, se manifeste une situation de stabilité (en 2021 et en 2022 le nombre de catholiques s’élève à 286 millions). Des situations intermédiaires s’enregistrent en Amérique et en Asie, où la croissance des catholiques est importante (respectivement +0,9% et +0,6%), mais entièrement en ligne avec le développement démographique de ces deux continents. Une situation stationnaire, sur des valeurs absolues évidemment plus faibles, s'applique également à l'Océanie;

    — le nombre des évêques au cours des deux années 2021-2022 a augmenté de 0,25%, passant de 5.340 à 5.353 unités. Ce mouvement de croissance se manifeste en Afrique et en Asie, avec des variations relatives respectivement de 2,1 et 1,4%. Une situation de stabilité s’enregistre en Amérique (avec 2.000 unités) et en Océanie (avec 130), tandis que l’on enregistre une légère baisse (-0,6%) en Europe (de 1.676 à 1.666 unités);

    — l’année 2022 marque une baisse ultérieure du nombre de prêtres par rapport à l’année précédente, en continuité avec la tendance à la baisse qui a caractérisé les années à partir de 2012.

    Le nombre total de prêtres dans le monde en 2022, par rapport à 2021, a subi une diminution de 142 unités, passant de 407.872 à 407.730 unités. Alors que l’Afrique et l’Asie enregistrent une croissance soutenue (respectivement +3,2% et +1,6%) et que l’Amérique se maintient à peu près stationnaire, l’Europe, ayant le poids le plus important sur le total, et l’Océanie enregistrent en revanche des taux de variation négatifs, respectivement de 1,7 et de 1,5%;

    — la population des diacres permanents continue d’enregistrer une évolution dynamique importante: le nombre de diacres augmente, en 2022, de 2% par rapport à la même date un an auparavant, passant de 49.176 à 50.150 unités. Le nombre augmente sur tous les continents à des ryth-mes significatifs. En Afrique, en Asie et en Océanie, où il n’atteignent pas encore 3% du total, ils augmentent de 1,1%, s’attestant à 1.380 unités en 2022. Ce nombre augmente également dans les régions où leur présence est quantitativement importante. En Amérique et en Europe, où résident environ 97,3% de la population totale, le nombre de diacres a augmenté, dans l’intervalle de temps considéré, respectivement de 2,1 et de 1,7%;

    — Le groupe des religieux profès non prêtres constitue un groupe en baisse au niveau mondial: on en comptait 49.774 unités en 2021, qui sont devenues 49.414 en 2022. La baisse est due, par ordre d’importance, au groupe européen, au groupe africain, et au groupe océanique, tandis qu’en Asie, le nombre de ces agents augmente, ainsi qu’en Amérique, bien que dans une moindre mesure;

    — les religieuses professes constituent une population d’une certaine importance: en 2022, elles dépassaient de près de 47% le nombre de prêtres dans le monde entier et sont actuellement en nette diminution. Au niveau mondial, elles passent de 608.958 unités, en 2021, à 599.228 en 2022, soit une baisse relative de 1,6%. L’analyse des évolutions temporelles pour chaque région territoriale fait apparaître des différences de comportements. L’Afrique est le continent ayant connu la plus grande augmentation de religieuses, qui sont passées de 81.832 unités en 2021 à 83.190 en 2022, soit une augmentation relative de 1,7%. Suit la région de l’Asie du sud-est, où le nombre de religieuses professes est passé de 171.756 en 2021 à 171.930 en 2022, soit une augmentation d’à peine 0,1%. Le sud et la région centrale d’Amérique enregistrent une baisse: on passe de 98.081 religieuses en 2021, à 95.590 en 2022, soit une baisse totale de 2,5%. Enfin, trois régions continentales partagent une baisse évidente: il s’agit de l’Océanie (-3,6%), de l’Europe (-3,5%) et de l’Amérique du Nord (-3,0%);

    — La baisse qui caractérise depuis 2012 déjà l’évolution des vocations sacerdotales se poursuit: en 2022, le nombre de grands séminaristes s’élevait à 108.481 unités, soit une variation de

    -1,3% par rapport à la situation un an auparavant. Une analyse sommaire accomplie au niveau des sous-continents révèle une différence dans les comportements locaux. En Afrique, par exemple, le nombre de grands séminaristes, au cours des deux années étudiées, a augmenté de 2,1%. Dans toutes les régions d’Amérique a eu lieu une diminution des vocations qui s’est traduite par une variation de -3,2%. En Asie on enregistre une diminution qui porte le nombre des grands séminaristes en 2022 à un niveau inférieur de 1,2% par rapport à celui de 2021. La crise des vocations qui a touché l’Europe depuis 2008 ne semble pas s’arrêter: au cours des deux années 2021-2022, le nombre des séminaristes a diminué de 6%. En Océanie, les vocations sacerdotales en 2022 dépassent de 1,3% celles de 2021. Sur les 108.481 séminaristes du monde entier, en 2022, le continent qui enregistre le plus grand nombre de sémina-ristes est l’Afrique avec 34.541 unités. Il est suivi de l’Asie avec 31.767, l’Amérique avec 27.738, l’Europe avec 14.461 et enfin l’Océanie avec 974 grands séminaristes.

  • La grande annonce de Trump sur l'avortement est une grande déception

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    La grande annonce de Trump sur l'avortement est une grande déception

    ÉDITORIAL : Alors que le document du Vatican "Dignitas Infinita" est moralement cohérent, l'annonce du candidat républicain à la présidence concernant l'avortement, publiée le même jour, est tout sauf cohérente.

    11avril 2024

    Le 8 avril, le Vatican et l'ancien président Donald Trump ont tous deux fait des déclarations importantes sur l'avortement et d'autres questions liées à la vie, ajoutant une dose supplémentaire de drame à la journée de l'éclipse solaire totale ici aux États-Unis.

    Il y avait beaucoup à digérer.

    La bonne nouvelle est que la déclaration du Vatican, intitulée Dignitas Infinita, réitère avec force l'enseignement constant de l'Église contre l'avortement, l'euthanasie, le suicide assisté, la maternité de substitution, la pauvreté, l'idéologie du genre et d'autres graves atteintes à la dignité humaine.

    La mauvaise nouvelle, de l'avis de nombreux membres du mouvement pro-vie, est que M. Trump a révélé qu'il n'était pas favorable à une interdiction fédérale de l'avortement, préférant que les États adoptent leurs propres lois.

    Marjorie Dannenfelser, de Susan B. Anthony Pro-Life America, et Lila Rose, de Live Action, ont fait partie des dirigeants pro-vie qui ont vivement critiqué l'ancien président, l'accusant d'avoir préféré le pragmatisme politique au leadership de principe dans la défense du droit à la vie.

    Deux jours plus tard, ils ont eu d'autres raisons d'être déçus lorsque M. Trump s'est joint aux partisans de l'avortement pour décrier une surprenante décision de justice en Arizona qui a rétabli l'interdiction quasi-totale de l'avortement dans cet État en 1864, qui était encore en vigueur en 1973, lorsque la décision historique Roe v. Wade a interdit de telles restrictions au niveau de l'État, en déclarant que la décision "allait trop loin". Il a également précisé que, s'il était élu, il ne signerait pas une loi fédérale limitant l'avortement à 15 semaines si le Congrès parvenait à l'adopter.

    La tentative de M. Trump de recentrer la politique du Parti républicain en matière d'avortement peut ou non s'avérer astucieuse sur le plan politique, puisque les sondages montrent que l'avortement est la seule question de premier plan sur laquelle il n'a pas d'avance sur le président Joe Biden dans sept États clés. Mais cela signifie que le mouvement pro-vie a perdu son porte-drapeau national (bien qu'inconstant) à l'approche des élections de novembre, qui comprendront une nouvelle série de mesures de vote sur l'avortement dans les États.

    C'est une étrange coïncidence que l'annonce de M. Trump et le document du Vatican soient tombés le même jour. Ce dernier ne contient aucune surprise majeure, mais il démontre de manière convaincante que les positions de l'Église sur une série de questions brûlantes apparemment disparates ont une racine commune : un profond respect pour la dignité inhérente, inaliénable et donnée par Dieu à l'homme.

    Mais si Dignitas est moralement cohérent, l'annonce de Trump est malheureusement tout sauf cela. À l'instar du document du Vatican, M. Trump a tenté de définir sa position à l'aide d'un thème général : la volonté du peuple.

    "Les États détermineront par le vote ou la législation, ou peut-être les deux, et ce qu'ils décideront devra être la loi du pays", a-t-il déclaré. "En fin de compte, a-t-il souligné, il s'agit de la volonté du peuple.

    Certes, M. Trump n'a pas toujours été le porte-parole le plus éloquent de la cause pro-vie. Et l'on peut se demander si une interdiction nationale de 15 semaines, qui n'empêcherait pas la plupart des avortements, est la politique la plus prudente à mettre en œuvre. Il n'en reste pas moins qu'il est affligeant d'entendre Trump parler de l'avortement comme il l'a fait.

    Et si la volonté du peuple était d'autoriser l'avortement à n'importe quel stade et pour n'importe quelle raison ? Si M. Trump estime que le droit à la vie est réellement inaliénable, comment peut-il se satisfaire que les enfants à naître soient protégés dans certains États et laissés sans défense dans d'autres ?

    Si M. Trump a encouragé les États à "faire ce qu'il faut", il n'a jamais précisé ce qu'était ce qu'il fallait faire. "Vous devez suivre votre cœur sur cette question. Mais n'oubliez pas, a-t-il souligné, que vous devez aussi gagner les élections pour restaurer notre culture et, en fait, pour sauver notre pays, qui est actuellement, et très tristement, une nation en déclin".

    Il est également affligeant de constater que M. Trump a profité de l'occasion pour exhorter les républicains à soutenir à fond la fécondation in vitro. Il semble ne pas être informé ou ne pas s'intéresser au fait que la FIV entraîne la destruction massive de vies humaines, ou que la loi de l'Alabama dont il a fait l'éloge lors de son annonce du 8 avril met les cliniques de FIV qui détruisent ou perdent la trace d'enfants embryonnaires par négligence totalement à l'abri des actions en responsabilité des parents. En quoi est-ce une position pro-famille ?

    Le mouvement pro-vie a une énorme dette de gratitude envers Trump pour avoir tenu sa promesse de renverser Roe grâce à ses trois nominations solides à la Cour suprême. Et il ne fait aucun doute que sa position recalibrée reste très éloignée de la promesse de Biden de restaurer Roe en tant que loi du pays.

    Mais cela ne signifie pas que Trump ne peut pas être critiqué lorsqu'il parle de manière aussi confuse du caractère sacré de la vie. À l'avenir, nous ne pouvons qu'espérer qu'il fera preuve de plus de clarté, de sagesse et de leadership sur cette question cruciale. Il serait utile qu'il trouve le temps de lire Dignitas Infinita.

  • La liturgie romaine; Histoire et repères pour aujourd’hui : un livre de Denis Crouan

    IMPRIMER

    La liturgie romaine

    La liturgie romaine
    Histoire et repères pour aujourd’hui
    DENIS CROUAN

    L’auteur constate un grand écart entre la liturgie telle qu’elle est prévue par l’Église et sa mise en œuvre dans les paroisses. Et pourtant l’authentique façon de célébrer l’Eucharistie fait l’unité et l’universalité de l’Église et porte des fruits de foi.

    La liturgie eucharistique, couramment appelée « messe », est un sujet que bien peu connaissent. Le présent ouvrage entend retracer la grande histoire de la liturgie et apporter quelques réponses aux questions de la pastorale contemporaine afin que puisse être engagée une « réforme de la réforme » liturgique conciliaire, autrement dit que soient « extirpés les abus » qui ont été introduits dans le culte et corrigées certaines habitudes qui privent les fidèles des fruits de l’authentique façon de célébrer l’Eucharistie.

    La liturgie que nous appelons « romaine » obéit à des normes objectives précisées dans le missel romain élaboré à partir de la Tradition authentifiée par l’Église. Aucune communauté se disant catholique ne peut fabriquer « sa » liturgie.

    L’auteur rappelle que, par ce respect humble du sacré (à travers gestes, chants, habits etc..), c’est toute la foi qui se transmet : par la liturgie, c’est toute l'Église qui prie, exprimant ainsi, son unité spirituelle et son universalité dans ce sacrement.

    Théologien, DENIS CROUAN a été professeur de Lettres et d’Histoire. Organiste, il a, entre autres, bénéficié d’une formation à la liturgie et au chant grégorien à Solesmes. Il a aussi été chargé d'entrer dans l'équipe qui s'occupe de la cause de béatification de Don Guéranger, l'Abbé de Solesmes qui a restauré la liturgie en France et en Belgique au XIX° s

    La vie de Dom Prosper Guéranger, restaurateur de la vie monastique à Solesmes (1805-1875) (52 mn) (30 janvier)

    https://youtu.be/FL2fHH0Ufqw

    Thèmes abordés : La révolution française et la destruction de l’Eglise ; La restauration de la vie monastique bénédictine par Dom Guéranger ;

    Dom Prosper Guéranger, restaurateur de la vie monastique à l’abbaye de Solesmes après la Révolution est né le 4 avril 1805. D’abord prêtre séculier, il rachète une ancienne abbaye en ruine à Sablé-sur-Sarthe et il restaure le monachisme Bénédictin. Il donne au monastère de Solesmes une solide base qui lui permettra de passer toutes les épreuves du 20e et du 21e siècle, stable dans sa fidélité à la règle de Saint-Benoît et dans son respect de la liturgie.  

  • Le pape François dénonce la façon dont "les enfants handicapés à naître sont avortés" dans la culture du jetable

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur CNA :

    Le pape François dénonce la façon dont "les enfants handicapés à naître sont avortés" dans la culture du jetable

    11 avril 2024

    Le pape François a dénoncé la façon dont "les enfants handicapés à naître sont avortés" dans un discours prononcé jeudi lors d'une conférence au Vatican sur l'inclusion des personnes handicapées.

    Le pape a mis en garde contre le fait que "la culture du jetable" se transforme en "culture de la mort" lorsque les gens "prétendent pouvoir établir, sur la base de critères utilitaires et fonctionnels, quand une vie a de la valeur et vaut la peine d'être vécue".

    Il a souligné que nous voyons cela aujourd'hui surtout aux deux extrêmes du spectre de la vie : "les enfants à naître handicapés sont avortés et les personnes âgées proches de la mort se voient administrer une "mort facile" par l'euthanasie".

    Selon l'Institut McGrath pour la vie ecclésiale de l'Université de Notre-Dame, on estime à 27 000 le nombre annuel d'avortements dus à un mauvais diagnostic prénatal aux États-Unis.

    "Chaque être humain a le droit de vivre dans la dignité et de se développer intégralement. Même s'il est improductif, s'il est né avec des limitations ou s'il en développe, cela n'enlève rien à sa grande dignité de personne humaine, une dignité fondée non pas sur les circonstances mais sur la valeur intrinsèque de son être", a déclaré le pape François dans la salle Clémentine du Palais apostolique, le 11 avril.

    Le pape a adressé ce message à l'Académie pontificale des sciences sociales, qui est composée d'universitaires et de professionnels dans les domaines du droit, des sciences politiques, de l'économie et de la sociologie.

    L'académie se réunit au Vatican cette semaine pour sa session plénière sur l'inclusion des personnes handicapées.

    "La session plénière a l'intention de relever le défi et d'apporter sa propre contribution en identifiant ce qui représente les barrières qui augmentent le handicap d'une société et empêchent les personnes handicapées de participer pleinement à la vie sociale", indique le programme de la session plénière.

    La conférence de trois jours comprend des discussions sur les droits des personnes handicapées, les politiques pour une plus grande inclusion économique et les perspectives philosophiques sur le handicap et la condition humaine.

    Dans son discours à l'académie pontificale, le pape François a souligné que "la vulnérabilité et la fragilité font partie de la condition humaine et ne sont pas l'apanage des seules personnes handicapées".

    Il a déclaré que "la lutte contre la culture du jetable exige de promouvoir la culture de l'inclusion" en "forgeant et en consolidant les liens d'appartenance au sein de la société".

    Le pape a ajouté que "les liens d'appartenance deviennent encore plus forts lorsque les personnes handicapées ne sont pas simplement des récepteurs passifs, mais prennent une part active à la vie de la société en tant qu'agents de changement".

    Selon l'Académie pontificale des sciences sociales, il n'existe pas de chiffre exact concernant le nombre de personnes handicapées dans le monde, mais les organisations internationales estiment que 16 % de la population mondiale souffre d'un handicap important.

    Le "Premier rapport mondial sur le handicap" a révélé que les personnes souffrant d'une forme quelconque de déficience physique, sensorielle ou intellectuelle subissent de multiples désavantages par rapport au reste de la population, notamment des obstacles à l'accès aux services, des niveaux d'éducation inférieurs, la pauvreté et une moindre participation à la vie politique et culturelle.

    Lire la suite