Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO

  • Un fragment de papyrus du Ve siècle relatif à l'enfance du Christ a été déchiffré à Hambourg

    IMPRIMER

    De Brice Louvet sur Sciencepost.fr :

    Un fragment de papyrus offre un aperçu des histoires sur l’enfance de Jésus

    Jésus de Nazareth, la figure centrale du christianisme, demeure à la fois une figure influente et mystérieuse. Bien qu’il soit probable qu’il ait existé (?!), les preuves en dehors des textes bibliques se limitent à quelques références. Les récits de sa vie, en particulier de ses premières années, restent largement inconnus. Toutefois, un fragment de papyrus découvert récemment pourrait jeter une nouvelle lumière sur ces débuts méconnus.

    Une découverte inattendue

    Avant de discuter du nouveau fragment de papyrus, il est essentiel de clarifier quelques détails sur l’histoire de la Bible. Cette anthologie religieuse, considérée comme le canon de la foi chrétienne et la parole indélébile de Dieu, a subi des changements importants au fil des siècles. Les 66 livres qui composent la Bible ont été écrits par plus de 40 auteurs différents sur une longue période. On dénombre aussi de nombreux autres récits connus sous le nom d’apocryphes, des histoires qui ne sont pas acceptées comme Écritures, bien que certaines aient pu l’être autrefois.

    L’un de ces écrits apocryphes est passé inaperçu pendant des décennies à la bibliothèque d’État et universitaire Carl von Ossietzky de Hambourg. Avec ses treize lignes grecques, il avait longtemps été ignoré, considéré comme un document quotidien. C’est en y remarquant le mot « Jésus » que les chercheurs ont commencé à reconsidérer son importance.

    En comparant ce fragment avec d’autres manuscrits numérisés, les chercheurs ont pu identifier ce fragment de papyrus inventorié sous le nom de « P.Hamb.Graec. 1011 » comme une partie de l’Évangile de l’enfance de Thomas. Il s’agit d’un texte écrit probablement au IIe siècle de notre ère décrivant les activités miraculeuses de Jésus enfant. Le fragment de papyrus découvert aurait de son côté été écrit aux alentours du IVe et le Ve siècle de notre ère, soit un peu plus tard.

    Notez que les récits apocryphes comme l’Évangile de l’enfance de Thomas n’ont jamais été acceptés dans le canon biblique, bien qu’ils aient circulé parmi les premières communautés chrétiennes. Ce texte cherchait à combler les lacunes des Évangiles canoniques en racontant des histoires miraculeuses de la jeunesse de Jésus.

    Le second miracle du Christ

    Ce fragment spécifique de onze centimètres sur cinq serait associé à une histoire connue sous le nom de « vivification des moineaux » qui raconte le deuxième miracle attribué à Jésus enfant. Dans cette histoire, il est en effet décrit en train de jouer avec de l’argile et de former des moineaux dans un fort situé près d’une rivière. Lorsque son père, Joseph, le réprimande pour avoir travaillé le jour du sabbat, Jésus frappe dans ses mains et donne miraculeusement vie aux oiseaux d’argile qui s’envolent ensuite.

    Selon les chercheurs, ce texte a probablement été créée comme un exercice d’écriture dans un monastère. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives sur la transmission des textes apocryphes et leur rôle dans l’histoire du christianisme. Elle illustre également comment des documents apparemment insignifiants peuvent révéler des trésors historiques inestimables lorsqu’ils sont correctement interprétés.

    Les détails de l’étude sont publiés dans Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik.

  • «La primauté doit être exercée de manière synodale, et la synodalité exige la primauté» (cardinal Koch)

    IMPRIMER

    De Vatican News

    Cardinal Koch: la primauté du Pape, un service exercé de manière synodale

    Le cardinal préfet du dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens explique le document œcuménique intitulé «L'évêque de Rome»: le ministère du successeur de Pierre n'est plus perçu par les autres Églises uniquement comme un problème, mais plutôt comme une opportunité pour une réflexion commune sur la nature de l'Église et sa mission dans le monde.

    Entretien réalisé par Andrea Tornielli – Cité du Vatican

    «La primauté doit être exercée de manière synodale, et la synodalité exige la primauté». C'est ainsi que le cardinal Kurt Koch, préfet du dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens, résume l'un des points clés du document œcuménique intitulé «L'évêque de Rome», publié jeudi 13 juin. Un texte qui résume l'évolution du dialogue œcuménique sur le thème de la primauté et de la synodalité.

    Éminence, pouvez-vous tout d'abord expliquer ce qu'est ce document, comment il a vu le jour et quel est son objectif?

    Ce document, intitulé «L'évêque de Rome», est un texte d'étude qui offre une synthèse des récents développements œcuméniques sur le thème de la primauté et de la synodalité. Sa genèse remonte à l'invitation adressée à tous les chrétiens par saint Jean-Paul II dans Ut unum sint à trouver, «évidemment ensemble», les formes dans lesquelles le ministère de l'évêque de Rome «peut réaliser un service d'amour reconnu par les uns et les autres». Cette invitation a été réitérée à plusieurs reprises par le Pape Benoît XVI et le Pape François. Le document résume une trentaine de réponses à cette invitation et une cinquantaine de textes de dialogues œcuméniques sur le sujet. En 2020, le dicastère pour la Promotion de l'unité des chrétiens a vu dans le 25e anniversaire de l'encyclique Ut unum sint l'occasion de faire le point sur la discussion. La convocation d'un synode sur la synodalité a confirmé la pertinence de ce projet comme contribution à la dimension œcuménique du processus synodal.

    Quelle méthodologie a été utilisée pour produire ce document?

    Ce document est le résultat d'un véritable travail œcuménique et synodal. Dans sa réalisation, il a impliqué non seulement les officiaux, mais aussi les membres et les consulteurs du dicastère qui l'ont discuté lors de deux assemblées plénières. De nombreux experts catholiques et érudits de diverses traditions chrétiennes, orientales et occidentales, ont été consultés, en collaboration avec l'Institut d'études œcuméniques de l'Angelicum. Enfin, le texte a été envoyé à divers dicastères de la Curie romaine et au Secrétariat général du Synode. Au total, plus de cinquante avis et contributions ont été pris en compte. Notre document tient également compte des dernières interventions dans le processus synodal.

    Dans l'encyclique Ut Unum sint (1995), Jean-Paul II s'est dit prêt à discuter des formes d'exercice de la primauté de l'évêque de Rome. Quel chemin a été parcouru au cours de ces trois décennies?

    La question de la primauté a fait l'objet de discussions intenses dans presque tous les contextes œcuméniques au cours des dernières décennies. Notre article fait état des progrès réalisés et souligne le fait que les dialogues théologiques et les réponses à l'encyclique témoignent d'un nouvel esprit œcuménique positif dans la discussion. Ce nouveau climat est révélateur des bonnes relations établies entre les communions chrétiennes, de cette «fraternité retrouvée» dont parle Ut unum sint. On peut dire que les dialogues œcuméniques se sont révélés être le contexte approprié pour discuter de ce sujet sensible. À une époque où les résultats de l'engagement œcuménique sont souvent considérés comme maigres ou insignifiants, les résultats des dialogues théologiques démontrent la valeur de leur méthodologie, c'est-à-dire de la réflexion menée «évidemment ensemble».

    À la lecture du document, on est tout d'abord frappé par le consensus croissant dans les différents dialogues œcuméniques sur la nécessité de la primauté. Cela signifie-t-il que, pour les autres Églises chrétiennes, le rôle de l'évêque de Rome n'est plus perçu uniquement comme un obstacle à l'unité?

    En 1967, Paul VI affirmait que «le Pape [...] constitue sans aucun doute l’obstacle le plus grave sur la route de l'œcuménisme». Cependant, cinquante ans plus tard, la lecture des documents de dialogue et des réponses à Ut unum sint atteste que la question de la primauté pour toute l'Église, et en particulier du ministère de l'évêque de Rome, n'est plus perçue seulement comme un problème, mais plutôt comme une opportunité pour une réflexion commune sur la nature de l'Église et sa mission dans le monde. En outre, dans notre monde globalisé, il y a sans aucun doute un sens croissant de la nécessité d'un ministère d'unité au niveau universel. La question qui se pose est de se mettre d'accord sur la manière d'exercer ce ministère, défini par Jean-Paul II comme un «service d'amour».

    Lire la suite

  • Du Niger au Pakistan, la dure vie des chrétiens sous l'Islam

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la NBQ :

    Du Niger au Pakistan, la dure vie des chrétiens sous l'Islam

    Aujourd'hui, Isis se targue d'avoir plusieurs "provinces" en Afrique, dont le Niger. Les djihadistes obligent les chrétiens à se convertir ou à vivre comme des dhimmis. La persécution est à l'ordre du jour. Au Pakistan, la situation n'est pas meilleure : des chrétiens sont tués et des fillettes sont enlevées, converties à l'islam et mariées de force.

    14_06_2024

    Le 29 juin 2014, Abou Bakr al-Baghdadi, chef d'Isis, l'État islamique, proclame califat les territoires conquis par ses djihadistes en Irak et en Syrie. Leur avancée dans les semaines suivantes a conduit des dizaines de milliers de chrétiens à se réfugier en fuyant. Dans la nuit du 6 au 7 août en Irak, près de 150 000 chrétiens ont quitté Mossoul, devenue la capitale du califat, et la plaine de Ninive. La quasi-totalité d'entre eux n'avaient que peu d'effets personnels sur eux et ce peu leur a été arraché par les djihadistes. S'ils étaient restés, ils auraient dû se convertir à l'islam ou vivre en dhimmi, c'est-à-dire avoir la vie sauve et être autorisés à rester chrétiens, mais en échange du paiement d'une sorte d'impôt, dans un statut d'infériorité, discriminés, soumis aux lois islamiques, constamment menacés de mort et d'esclavage s'ils transgressaient les obligations comportementales qui leur étaient imposées.

    En 2017, Isis a été vaincu au Moyen-Orient, mais entre-temps, il s'est enraciné en Afrique, disputant des territoires et s'affiliant à Al-Qaïda. Il compte désormais plusieurs "provinces" : parmi les plus établies et redoutées figurent la province d'Afrique centrale (Iscap), active principalement au Mali, au Burkina Faso et au Niger, la province d'Afrique de l'Ouest (Iswap), au Nigéria et dans la région du lac Tchad, et la province du Grand Sahara (Isgs), en Ouganda, en République démocratique du Congo et au Mozambique.

    Dans les territoires qu'elle contrôle, l'Isis africaine impose ses règles. Les autres chrétiens sont contraints d'accepter le statut de dhimmi ou de fuir. C'est le cas, par exemple, au Niger. Non loin de la capitale Niamey, dans la zone dite des "trois frontières", la région du Liptako Gourma qui relie le Mali, le Burkina Faso et le Niger, le gouvernement, même après l'arrivée au pouvoir d'une junte militaire promettant la sécurité et l'ordre, laisse les trafiquants, les bandes armées et surtout les groupes djihadistes opérer pratiquement sans entrave. Les habitants de la région sont pour la plupart des agriculteurs pauvres. Les djihadistes s'attaquent à leurs cultures et à leur bétail, et ils ont de la chance si leur vie est épargnée. Ils s'en prennent surtout à la minorité chrétienne (plus de 90 % de la population est musulmane). Lorsqu'ils arrivent dans un village, ils l'encerclent en tirant dessus et rassemblent les habitants dans une clairière. Ils identifient ensuite les chrétiens et leur proposent de choisir entre deux options : soit payer un impôt annuel de 50 000 francs Cfa (76 euros) par homme adulte, à partir de l'âge de 15 ans, soit se convertir à l'islam. Ceux qui refusent l'une ou l'autre option doivent quitter le village et tous leurs biens, maison, terre, bétail. Les djihadistes donnent généralement une semaine pour répondre. S'ils refusent de se convertir à l'islam, ils n'ont pas d'autre choix que de partir. En effet, 50 000 Cfa est une somme énorme dans un pays qui est l'un des plus pauvres du monde, où le salaire mensuel moyen se situe entre 55 000 et 75 000 Cfa. De plus, on sait que si l'on paie l'impôt exigé, il sera doublé l'année suivante.

    Au Niger, c'est l'islam du jihad, de la "guerre sainte", qui rend la vie des chrétiens dangereuse et douloureuse. Mais dans le dar al-Islam, comme les musulmans appellent les terres conquises à l'islam, des siècles de persécution, de discrimination et d'hostilité ont habitué de nombreux musulmans à considérer les chrétiens comme inférieurs, privés de leurs droits, comme des citoyens de seconde zone.

    Ces dernières semaines, deux chrétiens ont été tués au Pakistan. Shahid Masih travaillait dans une ferme à Ghang Sheikhupura, un village de la province du Pendjab. Son propriétaire était convaincu qu'il était responsable du vol de quelques chèvres. Le 8 mai, lui et certains de ses amis l'ont kidnappé, ligoté, matraqué et finalement forcé à boire de l'acide. Il est décédé des suites des blessures infligées par l'acide à ses organes internes. Le 25 mai, Nazir Masih, 72 ans, a été attaqué à Sargodha, également dans le Pendjab, par des centaines de personnes furieuses qui s'étaient précipitées sur lui après avoir appris, ce qui s'est avéré infondé, qu'il avait déchiré et jeté dans la rue quelques pages d'un exemplaire du Coran. Il est sauvagement battu et meurt le 3 juin. Effrayés et craignant de nouvelles violences, de nombreux chrétiens du quartier ont fui.

    Saad Hussain Rizvi, chef du parti islamiste Tehreek-e-Labbaik Pakistan, a commenté avec mépris, dans un discours diffusé sur les réseaux sociaux, que l'on ne devrait pas se soucier de la mort d'un "choorha", un terme offensant par lequel les chrétiens sont appelés au Pakistan. En ce qui concerne l'assassinat de Nazir Masih, Rizvi maintient que les responsables sont innocents parce qu'ils ont agi par amour de leur foi. Son parti a organisé une manifestation pour obtenir la libération des auteurs du lynchage. Ils prononcent ouvertement des discours de haine contre les minorités religieuses, incitant les gens à la violence", explique Samson Salamat, président du mouvement civil interreligieux Rwadari Tehreek, dans une interview accordée à l'agence de presse AsiaNews. Ce qui est grave, c'est que l'appareil d'État n'intervient pas, il reste silencieux.

    Il n'intervient pas non plus dans les cas fréquents de filles chrétiennes enlevées qui sont forcées de se convertir à l'islam et d'épouser leurs ravisseurs. Le dernier cas connu concerne Laiba Masih, une petite fille de Faisalabad âgée de 10 ans seulement. Elle a été enlevée en février. Selon la loi, un mineur ne peut pas se marier, ni changer de religion sans le consentement de son père. Or, dans le certificat de mariage, il était écrit qu'elle avait 17 ans. Les parents ont prouvé l'âge réel de Laiba, mais personne, ni la police ni les juges, n'a accepté de libérer la petite fille. Comme tant d'autres avant elle, elle ne rentrera probablement jamais chez elle. Qui se soucie de la vie d'une petite fille qui est, après tout, une infidèle ?

  • Le Dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens a publié un document intitulé « L’évêque de Rome. Primauté et synodalité dans les dialogues œcuméniques et réponses à l’encyclique Ut unum sint »

    IMPRIMER

    D'Anne Van Merris sur zenit.org :

    Le Vatican publie un nouveau document sur la primauté papale et la synodalité  Il est publié ce jeudi 13 juin par le Dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens 

    13 juin 2024

    Avec l’approbation du pape François, le Dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens a publié, ce jeudi 13 juin 2024, un document intitulé « L’évêque de Rome. Primauté et synodalité dans les dialogues œcuméniques et réponses à l’encyclique Ut unum sint ».

    Ce document d’étude présente pour la première fois, sous forme de synthèse, le dialogue œcuménique sur la question de la primauté papale et de la synodalité au cours des 30 dernières années. Il comprend notamment les réponses de différentes communautés chrétiennes à l’encyclique du pape Jean-Paul II de 1995 sur l’unité des chrétiens, Ut Unum Sint (« Pour qu’ils soient tous un »).

    « Parmi toutes les Églises et Communautés ecclésiales, l’Église catholique a conscience d’avoir conservé le ministère du successeur de l’Apôtre Pierre, l’Evêque de Rome, que Dieu a institué comme « le principe et le fondement permanents et visibles de l’unité » et que l’Esprit assiste, afin que tous les autres bénéficient de ce bien essentiel », écrivait le pape Jean-Paul II dans son encyclique, tout en reconnaissant que cela « représente une difficulté pour la plupart des autres chrétiens, dont la mémoire est marquée par certains souvenirs douloureux. »

    « Il est cependant significatif et encourageant que la question de la primauté de l’Évêque de Rome soit actuellement devenue un objet d’études, en cours ou en projet » ajoutait-il. Ce nouveau document se termine par une proposition du Dicastère qui identifie les suggestions les plus significatives avancées pour un exercice renouvelé du ministère d’unité de l’évêque de Rome « reconnu par tous et par chacun » (Ut unum sint, 95).

    Lire le document « Primauté et synodalité dans les dialogues œcuméniques et réponses à l’encyclique Ut unum sint »

    Le Vatican publie un nouveau document sur la primauté papale et la synodalité  | ZENIT - Français

  • "Sacrifices nécessaires" : le “calcul brutal” du leader du Hamas dans l’enclave palestinienne

    IMPRIMER

    Du site du Courrier International :

    “Sacrifices nécessaires” : le cynisme macabre du leader du Hamas à Gaza

    “The Wall Street Journal” a eu accès aux messages de Yahya Sinwar envoyés aux membres du Hamas participant aux négociations autour d’une trêve avec Israël. Abondamment repris dans la presse israélienne, ils révèlent le “froid mépris pour la vie humaine” du cerveau des massacres du 7 octobre.

    “L’effusion de sang [dans la bande de Gaza] profitera au Hamas”. C’est cela, le “calcul brutal” du leader du Hamas dans l’enclave palestinienne, Yahya Sinwar, selon des “dizaines de messages” signés de sa main, que le quotidien américain The Wall Street Journal a pu consulter.

    Des messages qui ont été envoyés à ses partenaires au sein du mouvement palestinien, dans le cadre des discussions indirectes avec Israël autour d’un accord sur la fin des combats et la libération des otages, ou encore à des médiateurs égyptiens et qataris.

    C’est sans doute ce calcul cynique et macabre qui explique que Yahya Sinwar ait jusque-là “résisté aux pressions” visant à conclure un accord ne répondant pas à ses exigences.

    En février, alors qu’Israël pressait le Hamas de conclure un cessez-le-feu avant le ramadan sous peine de lancer une offensive à Rafah, Sinwar a exhorté ses partenaires à ne pas accepter de concessions et à continuer à réclamer la fin de la guerre. “Le grand nombre de victimes imposera une pression internationale sur Israël”, leur avait-il alors écrit.

    “Victoire historique”

    Car le but du leader du Hamas à Gaza apparaît clairement dans sa correspondance, rapporte Ynetnews“L’objectif ultime de Sinwar semble être d’obtenir un cessez-le-feu permanent qui permettrait au Hamas de proclamer une victoire historique - après avoir ‘survécu’ aux efforts israéliens visant à l’éliminer – pour ensuite revendiquer le leadership de la cause nationale palestinienne”, écrit le site anglophone du quotidien israélien Yediot Aharonot.

    Dans ce contexte, reprend Ynetnews, Sinwar estime que le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, “n’a guère d’autre choix que d’occuper la bande de Gaza” et, ainsi, “s’embourber dans des mois et des années de lutte contre le Hamas”.

    Ainsi, estime Yahya Sinwar dans l’une de ces messages repris par The Jerusalem Post :

    “Nous avons les Israéliens là où nous voulions qu’ils soient.”
    “Sacrifices nécessaires”

    Mais ce que l’ensemble de la presse israélienne note, c’est, comme le qualifie The Wall Street Journal, son “froid mépris pour la vie humaine”.

    Et ce même si le leader du Hamas à Gaza semble avoir été surpris par la “brutalité” et les “atrocités civiles” des assaillants du Hamas le 7 octobre : “Les choses sont devenues hors de contrôle. […] Les gens se sont emportés, et cela n’aurait pas dû arriver”, écrit-il.

    Près de 1 200 Israéliens ont été tués ce jour-là, et 251 personnes prises en otage. Aujourd’hui, 116 sont toujours détenues à Gaza, dont 41 sont mortes, selon l’armée israélienne.

    Ainsi, Sinwar explique que les plus de 37 000 Gazaouis tués depuis le début de la guerre dans l’enclave étaient des “sacrifices nécessaires”, relaie le quotidien israélien Ha’Aretz.

    Il a même écrit, dans une lettre au leader politique du Hamas, Ismaïl Haniyeh, que la mort des habitants de Gaza, dont celle de trois de ses fils tués dans un bombardement israélien, “insuffleraient la vie dans les veines de cette nation, la poussant à s’élever vers sa gloire et son honneur”.

  • Les propos "insultants" du pape lui auraient-ils malencontreusement échappé ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    Qu'aurait dit le pape François ?

    12 juin 2024

    Le pape François fait de nouveau la une des journaux mercredi, après avoir utilisé un terme italien offensant pour désigner l'homosexualité, pour la deuxième fois au cours des dernières semaines.

    Selon plusieurs sources, le pape a utilisé le mot "frociaggine", souvent traduit par "pédé", en s'adressant à quelque 200 prêtres italiens, quelques semaines seulement après avoir utilisé ce terme lors d'une réunion à huis clos avec des évêques.

    Le pape a utilisé ce terme pour décrire un climat et une culture au sein de la curie romaine et pour réitérer la discipline de l'Église selon laquelle les hommes ayant une orientation homosexuelle profondément ancrée ne devraient pas être admis au séminaire pour la formation à la prêtrise.

    Selon les médias, François a relaté une conversation avec un monseigneur de la Curie qui lui aurait dit qu'il s'inquiétait de "la culture gay à l'intérieur [du Vatican]". François a raconté qu'il avait dit au prêtre : "Oui, il y a une atmosphère de pédophilie. C'est vrai, on la trouve au Vatican".

    C'est la deuxième fois au cours des dernières semaines que le pape utilise ce terme, qui a suscité des critiques pour ses connotations péjoratives. 

    Le souverain pontife avait déjà utilisé ce terme lors d'une réunion avec des évêques italiens, déclarant qu'il y avait trop de "pédérastie" dans les séminaires et exhortant l'épiscopat à ne pas admettre en formation des hommes ayant des tendances homosexuelles.

    Le service de presse du Vatican a présenté des excuses nuancées au nom du pape après sa première utilisation, exprimant ses excuses à tous ceux qui ont été offensés par le mot. 

    Mais la répétition de l'expression semble devoir susciter une nouvelle série de critiques.

    Beaucoup ont vu dans la vulgarité de François un signe qui va à l'encontre de sa réputation d'inclusivité, établie de longue date, et de son encouragement à une pastorale plus dévouée et plus sensible pour les catholiques homosexuels. 

    D'autres observateurs ont cherché à minimiser ou à rejeter la vulgarité du pape, arguant qu'elle était excusable chez un homme de son âge, accidentelle étant donné que l'italien n'est pas sa langue maternelle, ou même qu'elle était une preuve de sa "terreur" et de sa simplicité personnelle.

    Le choix du langage de François a également amplifié la discussion sur son point de vue plus général. 

    Certains commentateurs ont noté - de manière critique ou approbatrice - que l'objectif du pape était de renforcer la discipline codifiée en 2005 par Benoît XVI, selon laquelle les hommes ayant des tendances homosexuelles "profondément ancrées" ne devraient pas être admis à suivre une formation au séminaire. 

    D'autres ont juxtaposé cela à sa réponse très citée lors d'une conférence de presse en 2013, au cours de laquelle il a déclaré "qui suis-je pour juger" lorsqu'on lui a posé des questions sur le clergé homosexuel. 

    Mais dans ses remarques les plus récentes, le pape ne s'est pas principalement exprimé sur la formation au séminaire en tant que telle, mais sur un climat et une culture parmi certains clercs qu'il considère comme omniprésents - au moins dans certains endroits - désordonnés et nocifs. 

    Cette question a souvent été abordée publiquement par le pape, qui a noté l'existence de "lobbies homosexuels" au sein de l'Église à plusieurs reprises au cours de sa décennie de mandat. 

    En effet, la célèbre phrase de François "Si quelqu'un est gay et qu'il cherche le Seigneur et a une bonne volonté, qui suis-je pour juger ?" a été prononcée en réponse à une question spécifique sur les rapports relatifs à un prêtre du Vatican accusé par la presse italienne d'avoir eu une liaison avec un garde suisse.

    Le point de vue de François, tel qu'il a été exprimé à l'époque, n'était pas un commentaire sur la discipline interdisant aux hommes ayant des tendances homosexuelles d'entrer dans les séminaires ou sur la place des homosexuels dans l'Église, mais plutôt sur son refus de juger un prêtre qu'il considérait comme innocent d'une accusation, et dont il pensait qu'il essayait de conformer sa vie à l'Évangile et aux règles de l'état clérical.

    Dans le même temps, François a également évoqué le problème du "lobby gay" au sein de la curie, qu'il avait déjà identifié comme un problème. Après les accusations d'homophobie, François a précisé qu'il était "contre tous les lobbies, pas seulement contre les lobbies gays".

    "L'homosexualité est une tendance. Le problème, c'est le lobby", a déclaré François. "Le lobby est inacceptable, qu'il s'agisse du lobby gay, du lobby politique ou du lobby maçonnique. 

    Il a tenu à peu près le même discours lors des deux réunions récentes au cours desquelles il a utilisé le terme offensant de "frociaggine". Mais la plupart des observateurs s'accordent à dire que le choix de langage du pape était inutilement incendiaire, offensant et malavisé - et qu'il a considérablement détourné l'attention du point que nous souhaitions faire valoir. 

    Mais la différence de réaction du public à ses diverses références aux "lobbies gays" et à la "pédophilie" soulève une question intéressante et embarrassante : Existe-t-il une formulation ou une terminologie qui aurait permis à la fois de faire passer le message de François et de ne pas être perçue comme offensante ? 

    La contextualisation par François de sa préoccupation en 2013 - celle d'une sous-culture illicite de toute nature et distincte des personnes qui éprouvent une attirance pour le même sexe en soi - a conduit à ce que la question disparaisse largement du débat public, en faveur d'une large universalisation du "qui suis-je pour juger". 

    Mais lors de ses rencontres avec les évêques et les prêtres italiens ces dernières semaines, François ne soulignait pas un problème général de sous-cultures au sein de la prêtrise, mais un problème spécifique. Même si le choix d'un autre mot pour la décrire aurait atténué les critiques du public et aurait moins prêté le flanc aux accusations de sectarisme, il est peu probable que l'expression "homosexualité" aurait échappé à la critique.

    Le fait que certaines parties de l'Église, y compris le Vatican, aient - comme le pape l'a dit en discutant avec le monseigneur - une sous-culture sexuellement active problématique est dans une certaine mesure connu et prouvé comme étant potentiellement nuisible à l'Église, même s'il est difficile de le quantifier. 

    En 2021, The Pillar a rencontré pendant près de deux heures le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, pour lui présenter des rapports sur l'utilisation d'applications de prostitution géolocalisées dans des sections restreintes du Vatican.

    Plusieurs dizaines d'appareils ont été utilisés pour accéder à des applications conçues pour faciliter les rencontres sexuelles dans des zones de l'État de la ville interdites aux touristes et aux pèlerins.  

    Les sous-cultures d'ecclésiastiques sexuellement actifs posent de nombreux problèmes à l'Église, comme le pape François l'a lui-même indiqué à plusieurs reprises, que l'activité sexuelle concerne des femmes ou des hommes. 

    Au niveau individuel, ces sous-cultures peuvent fournir des communautés de comportements pécheurs qui se renforcent mutuellement, mettant en danger les efforts d'un clerc pour conformer sa vie à l'Évangile, ce qui, selon François, devrait être l'objectif de tout catholique.

    Au niveau institutionnel, elles peuvent également former des cliques pour le "lobbying" et l'avancement mutuel, et faciliter une tolérance générale des actions illicites - qu'elles soient sexuelles, financières, administratives - et des ecclésiastiques vivant ce que François a appelé des "doubles vies". 

    Et, dans des lieux comme le Saint-Siège, elles peuvent même créer des risques institutionnels, laissant les individus exposés au chantage ou à la vulnérabilité en cas de violation des données.

    C'est, comme The Pillar en a longuement discuté avec le cardinal Parolin en 2021, une question difficile et sensible à aborder, et si les risques et les problèmes sont apparents, il n'en va pas de même pour les solutions efficaces.

    Comme The Pillar l'a découvert après sa rencontre avec Parolin, au cours de laquelle le cardinal a d'abord proposé de fournir une longue déclaration écrite décrivant ses préoccupations et la réponse proposée, mais a ensuite refusé de le faire, il ne s'agit pas non plus d'une conversation que la plupart des hauts responsables de l'Église sont disposés à avoir en public.

    En ce sens, le désir apparent du pape François de mettre en lumière un problème qu'il estime évident et omniprésent pourrait être considéré comme un signe de leadership fort. À l'inverse, son choix constant d'un langage incendiaire pourrait lui rendre la tâche plus difficile.

  • Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur CNA/ACI Prensa (NCR) :

    Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires
    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre.

    11 juin 2024

    Lors d'une rencontre mardi avec quelque 160 prêtres à l'Université pontificale salésienne, le pape François a de nouveau abordé la question de l'admission des homosexuels dans les séminaires. 

    Le Bureau de presse du Vatican a rapporté qu'au cours de la réunion à huis clos, le pape est revenu sur le sujet de l'admission des hommes "ayant des tendances homosexuelles dans les séminaires, réitérant la nécessité de les accueillir et de les accompagner dans l'Église et l'indication prudentielle du Dicastère pour le clergé concernant leur entrée au séminaire."

    La déclaration ne précise pas à quelle indication du Dicastère pour le Clergé le Saint-Père faisait référence.

    Selon l'instruction publiée en 2005 par la Congrégation pour l'éducation catholique de l'époque - l'actuel Dicastère pour la culture et l'éducation - l'Église "ne peut admettre au séminaire et dans les ordres sacrés ceux qui pratiquent l'homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent ce que l'on appelle la 'culture gay'".

    Le sujet a fait surface à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. 

    Début juin, le journal italien Il Messagero a publié une lettre du Saint-Père adressée à un jeune homme exclu du séminaire en raison de son homosexualité, qu'il encourageait à "aller de l'avant" dans sa vocation.

    Le 20 mai, lors d'une autre réunion à huis clos avec les évêques italiens, le pape François aurait tenu des propos dérisoires sur la présence de l'homosexualité dans les séminaires. 

    En réponse aux articles de presse sur les propos présumés du pape, le Vatican a publié le 28 mai une déclaration indiquant que le pape François "n'a jamais eu l'intention d'offenser ou de s'exprimer en termes homophobes, et il présente ses excuses à ceux qui ont été offensés par l'utilisation d'un terme qui a été rapporté par d'autres".

    Selon le Bureau de presse du Saint-Siège, lors de la réunion du 11 juin, après les salutations de Mgr Michele di Tolve et un moment de prière, le pape François a entamé un dialogue avec les prêtres présents.

    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre. Le Pape a cité le modèle du Père Lorenzo Milani comme "un grand, une lumière pour le prêtre italien".

    Le vaste débat a également porté sur l'importance d'accompagner ceux qui souffrent, en particulier les personnes âgées.

    Parmi les autres sujets abordés, citons la situation actuelle en Europe, en Terre Sainte, en Ukraine, au Myanmar et en République démocratique du Congo, entre autres.

    Il s'agissait de la troisième rencontre du pape François avec les prêtres de Rome en moins d'un mois. Le 14 mai, il a rencontré les prêtres les plus âgés et à la fin du mois, il a rendu visite aux plus jeunes.

    Ce que l'article ci-dessus ne mentionne pas, ce sont les propos où le pape évoque à nouveau en termes considérés comme insultants la présence des homosexuels au Vatican comme on peut le constater dans l'article de Jamie Tabberer repris ci-dessous :

    Le pape François utilise pour la deuxième fois une insulte contre les homosexuels - mais que signifie "frociaggine" ?

    Le pape a utilisé l'insulte anti-gay "frociaggine" en public pour la deuxième fois en quelques semaines, selon deux importantes agences de presse italiennes.

    Le pontife aurait de nouveau utilisé le terme mardi (11 juin 2024) lors d'une réunion avec des prêtres de l'Université pontificale salésienne à Rome.

    Le chef de l'Église catholique a déjà fait les gros titres lorsqu'il a utilisé ce mot lors d'une réunion avec des évêques au Vatican le mois dernier.

    Il s'est par la suite excusé, déclarant qu'il n'avait pas réalisé qu'il s'agissait d'un mot offensant.

    La nouvelle de l'utilisation de ce terme par le pape de 87 ans cette semaine est venue de sources anonymes citées par ANSA et Adnkronos.

    Un évêque est venu me voir et m'a dit : "Il y a trop de frociaggine ici au Vatican"", a déclaré le pape François selon le journal Corriere aujourd'hui (12 juin 2024).

    Vatican News a confirmé que le pape avait parlé des homosexuels lors de la réunion, mais n'a pas abordé l'utilisation qu'il avait faite de ce terme. Le pape "a parlé du danger des idéologies dans l'Église", selon le site d'information en ligne du Saint-Siège, réitérant que bien que l'Église accueille les personnes "ayant des tendances homosexuelles", elle doit faire preuve de "prudence".

    "Frociaggine", qui se traduit approximativement par "faggotry" en anglais, est un terme italien péjoratif désignant les homosexuels. Dérivé du mot "frocio" - argot désignant les homosexuels - il combine le suffixe "-aggine", qui dénote une qualité négative.

    Le pape a utilisé ce terme pour la première fois en public le lundi 20 mai 2024, lors de l'assemblée de la Conférence épiscopale italienne.

    Matteo Bruni, directeur du Saint-Siège, l'organe directeur de l'Église catholique, a déclaré par la suite dans un communiqué : "Le pape François est au courant des articles qui ont été publiés récemment concernant une conversation qu'il a eue avec des évêques... à huis clos."

    M. Bruni poursuit : "Comme il [le pape] l'a déclaré plus d'une fois, 'Dans l'Église, il y a de la place pour tout le monde - tout le monde ! Personne n'est inutile ou superflu, il y a de la place pour tout le monde, tel que nous sommes".

    La déclaration ajoute : "Le pape n'a jamais eu l'intention d'offenser ou d'utiliser un langage homophobe, et il présente ses excuses à tous ceux qui se sont sentis offensés [ou] blessés par l'utilisation d'un mot".

  • Saint Antoine de Padoue (13 juin)

    IMPRIMER

    280px-Guercino_Antonio_Bambino.jpgLors de l'audience du 10 février 2010, le pape Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Antoine de Padoue que l'on fête aujourd'hui (représenté ci-contre par le Guerchin) :

    Chers frères et sœurs,

    Il y a deux semaines, j'ai présenté la figure de saint François d'Assise. Ce matin, je voudrais parler d'un autre saint, appartenant à la première génération des Frères mineurs: Antoine de Padoue ou, comme il est également appelé, de Lisbonne, en référence à sa ville natale. Il s'agit de l'un des saints les plus populaires de toute l'Eglise catholique, vénéré non seulement à Padoue, où s'élève une splendide basilique qui conserve sa dépouille mortelle, mais dans le monde entier. Les images et les statues qui le représentent avec le lys, symbole de sa pureté, ou avec l'Enfant Jésus dans les bras, en souvenir d'une apparition miraculeuse mentionnée par certaines sources littéraires, sont chères aux fidèles.

    Antoine a contribué de façon significative au développement de la spiritualité franciscaine, avec ses dons marqués d'intelligence, d'équilibre, de zèle apostolique et principalement de ferveur mystique.

    Lire la suite

  • Un grand saint : Antoine de Padoue

    IMPRIMER

    Sa fête au calendrier liturgique est fixée au 13 juin. Il est Docteur de l’Église depuis 1946. (http://www.ofmqc.ca/fra/franciscains/figures)

    Antoine.jpg

    La vie d’Antoine de Padoue est une histoire de vie adonnée à l’étude de l’Évangile durant plusieurs années, quelque part au Portugal ; une histoire de passage de la communauté des Augustiniens à celle des Franciscains ; une histoire d’accueil à Assise par François lui-même, qui en fit le premier professeur de théologie de l’Ordre ; une histoire de réforme de la prédication par des sermons bien ressourcés à l’Évangile; une histoire fabuleuse de miracles durant sa vie et après sa mort ; et enfin un destin exceptionnel dans l’Église catholique, qui a fait d’Antoine la personnalité la plus célèbre de l’Ordre franciscain et une sorte de figure de proue.

    Antoine entra d’abord chez les Chanoines de Saint-Augustin, à Coïmbra, au Portugal. Mais tout jeune, il avait mis en fuite le démon, d’où l’origine du Bref de saint Antoine, qui fait appel à la croix du Christ. Les futurs martyrs du Maroc, Adjut, Othon et compagnie avaient leur fraternité à Coïmbra, avant la célèbre tournée au Maroc qui leur coûta la vie.

    Antoine eut connaissance du rapatriement de leurs dépouilles à Coïmbra dans des cercueils d’argent. Il décida alors, malgré une forte opposition, de changer de communauté, à la suite d’une apparition nocturne de saint François, encore vivant en Italie. Devenu franciscain en 1220 à la fraternité de Coïmbra, il eut soif de mourir martyr et partit pour le Maroc, où il fut six mois ; une fièvre l’obligea à revenir en Italie. En 1221, il était au chapitre de la Pentecôte à Assise, en illustre inconnu. Il fut nommé à la fraternité de Forli, et c’est là qu’il se fit connaître par sa prédication, lors d’une profession des frères. Il fut ensuite nommé prédicateur et professeur de théologie de ses frères à Bologne, puis à Toulouse, Montpellier, Limoges, Milan et Padoue.

    En 1224, Antoine enseigna à l’Université de Bologne, puis se rendit à Verceil où il ressuscita le fils unique d’une pauvre veuve. Cette même année, il passa en France et fut provincial de Bourges. Vers 1226, date de la mort de saint François, il était provincial dans le nord de l’Italie, - Romagne et Venise - , participant à des controverses avec les Albigeois. On l’appelait le marteau des hérétiques. En 1228, il prêcha devant le pape Grégoire IX, puis se mit à rédiger ses 76 sermons (5 volumes de 300 pages chacun), restés inachevés. Au Chapitre de 1230, il renonça à sa charge de ministre provincial et devint conseiller du Pape Grégoire IX à Rome.

    Il se retira en ermitage chez un comte en 1231, Il mourut cette année-là, près de Padoue, le 13 juin 1231, avec ces derniers mots : Je vois mon Seigneur. Il fit alors 53 miracles éclatants et fut canonisé à la cathédrale de Spolète, moins de deux ans après sa mort. Exactement onze mois. Il devint le patron du Portugal, des prêtres et des fiancés. On donnait souvent aux enfants le nom d’Antoine : il y a, dans l’Église, cinquante saints Antoine, mais Antoine de Padoue est sans doute le plus connu. L’un des faits les plus étonnants, c’est que 32 ans après sa mort, on inhuma Antoine de Padoue et on trouva sa langue intacte, d’une belle couleur rosée. On en devine le sens : en plus de sa sainteté de vie, il avait réformé la prédication, en l’abouchant à l’Évangile, et sa compréhension de l’Évangile s’était formée à partir d’un cheminement long dans la prière.

    Antoine de Padoue a en commun, avec sainte Élisabeth de Hongrie, d’être entré dans la famille franciscaine la même année, en 1220, et de mourir aussi la même année, à cinq mois de distance, soit en 1231. Ils sont morts jeunes, l’un à 32 ans, l’autre à 24 ans. Ils projettent tous deux une image de jeunesse, de dynamisme, de courage et sainteté.

  • Philo à BXL / 17 juin : « Boèce et la recherche du bonheur... face à l'adversité » avec Stéphane Mercier

    IMPRIMER

    2024_06_12_16_18_59_Greenshot.png

    2024_06_12_16_21_41_Greenshot.png

    2024_06_12_16_22_30_Greenshot.png

  • La Cour Européenne des Droits de l'Homme valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    La CEDH valide l’interdiction des signes religieux visibles faite aux élèves belges

    11 juin 2024

    Saisie par trois jeunes Belges musulmanes qui souhaitaient conserver leur voile islamique dans leur établissement scolaire malgré l’interdiction du port de signes religieux visibles, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé le 9 avril 2024 que cette interdiction était légitime et proportionnée aux fins d’assurer la protection des droits et libertés d’autrui et de l’ordre public. Malgré les recommandations contraires des Comités onusiens, la jurisprudence de la Cour demeure constante. 

    Dans son arrêt Mikyas et autres contre la Belgique du 9 avril 2024 (n° 50681/20), la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé que l’interdiction pour les élèves de porter des signes religieux visibles, au nom de la neutralité de l’enseignement, « ne heurte pas en soi » l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme (liberté de religion), et ce même s’il peut exister d’autres conceptions de cette neutralité. L’affaire concerne trois jeunes femmes musulmanes qui indiquent porter le voile islamique en accord avec leurs convictions religieuses.  

    En 2009, le Conseil de l’enseignement officiel organisé par la Communauté flamande décida d’étendre à l’ensemble de son réseau l’interdiction du port de signes convictionnels visibles, voulant ainsi lutter contre « une ségrégation, non seulement entre les écoles, mais aussi entre les élèves du même établissement ». En effet, le Conseil déplorait des pressions sur des jeunes filles pour leur faire porter certains symboles convictionnels. Il regrettait également le fait que le choix de l’école soit exclusivement déterminé par l’autorisation ou non de symboles convictionnels. En 2017, les parents des requérantes, scolarisées dans des établissements du réseau du Conseil, demandèrent à la justice belge que cette interdiction soit déclarée illégale car ils l’estimaient contraire à la liberté de religion. 

    Accusations d’islamophobie et misogynie : la mauvaise foi des requérantes encouragée par l’ONU mais condamnée par la CEDH 

    Devant la CEDH, les requérantes contestent le but légitime d’une telle interdiction. Selon elles, la mesure vise en réalité à « dissuader les jeunes filles musulmanes de s’inscrire dans les établissements scolaires concernés ». Dans leurs observations, le Centre des droits de l’homme de l’Université de Gand et l’Equality Law Clinic de l’Université libre de Bruxelles affirment que l’interdiction litigieuse témoigne « d’une hostilité croissante à l’égard des musulmans » et « invitent la Cour à adopter, pour appréhender la question de la vulnérabilité des jeunes filles musulmanes, une approche intersectionnelle, c’est-à-dire une approche qui prenne en compte non seulement leur religion, mais aussi leur genre, leur âge et leur race ».  

    Cette « approche intersectionnelle » trouve sa justification dans les observations des différents Comités de l’ONU. En 2014, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale avertissait que l’interdiction du « port de symboles religieux dans toutes les écoles » de la communauté flamande était « susceptible d’ouvrir la voie à des actes de discrimination contre les membres de certaines minorités ethniques ». Des positions similaires furent tenues par le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, le Comité des droits de l’enfant, le Comité des droits de l’homme et le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, ce dernier évoquant même en 2020 « le risque de décrochage scolaire causé » par cette interdiction. 

    La Cour écarte en bloc les positions des Comités de l’ONU. D’une part, la question porte sur la « compatibilité de l’interdiction litigieuse avec la Convention européenne des droits de l’homme dont elle assure le respect », et non pas sur la compatibilité avec le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui appartient au système onusien. D’autre part, et bien que les articles 18 du PIDCP et 9 de la Convention soient en substance très similaires, la Cour préfère naturellement se référer à sa propre « jurisprudence déjà fournie sur la question présentement en jeu ». À cet égard, elle note qu’il « n’a pas été établi que l’interdiction litigieuse ait été inspirée par une quelconque forme d’hostilité à l’égard des personnes de confession musulmane ». En effet, « l’interdiction litigieuse ne vise pas uniquement le voile islamique, mais s’applique sans distinction à tout signe convictionnel visible ». Enfin, la Cour met en avant que les requérantes avaient librement choisi leurs établissements scolaires, sans qu'elles puissent ignorer l’impératif du respect du principe de neutralité, et avaient accepté de se conformer aux règles applicables. 

    Lire la suite

  • Plus de dix mille jeunes ont participé à la Marche de Saint-Antoine à Zagreb

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Plus de dix mille jeunes à la Marche de Saint-Antoine à Zagreb

    12 juin 2024

    De jeunes croyants de huit pays, dont l'Autriche, ont prié et célébré ce week-end dans la capitale croate

    Zagreb (kath.net/KAP) Plus de dix mille jeunes de huit pays ont participé ce week-end à la marche de la Saint-Antoine dans la capitale croate Zagreb. Samedi, sous la devise "Celui qui donne le cœur, donne tout", ils ont marché 16 kilomètres depuis le faubourg de Sesvetska sela en passant par la place centrale Jelacic jusqu'à la basilique Saint-Antoine dans le quartier du Saint-Esprit (Sveti Duh), à l'ouest. de la ville. Les jeunes ont célébré la compréhension chrétienne de l'amour par des chants, des danses et une dévotion silencieuse, comme l'a rapporté l'agence de presse catholique IKA. À l'invitation de la Province minoritaire croate, des jeunes croyants de Croatie, de Bosnie-Herzégovine, d'Allemagne, d'Autriche, de Suisse, de Slovénie, de Serbie et de Macédoine du Nord y ont participé.

    Malgré la chaleur extrême, les jeunes catholiques ont chanté et dansé pendant environ une heure et demie sur la place Jelacic, par ailleurs bordée de touristes. Ils ont brandi des drapeaux avec des messages de foi et ont prié. Cette année, la marche a eu lieu pour la sixième fois autour de la fête en l'honneur de saint Antoine de Padoue (vers 1195-1231), que l'église célèbre le 13 juin. Le saint bien connu est également très populaire en Croatie.

    "Nous avons vu que les jeunes ne sont pas affectés par le soleil, la fatigue ou quoi que ce soit d'autre. Ils rendent gloire à Dieu avec un tel cœur et une telle joie que je suis convaincu qu'il s'agit d'un grand réveil spirituel", a-t-il déclaré. Initiateur de la marche, le Père Stjepan Brcina, à la fin de l'événement de près de dix heures. Les religieux ont appelé les jeunes croyants à suivre l'exemple de saint Antoine. « Donnez entièrement votre cœur aux autres, où que vous soyez, dans votre famille, au travail, dans votre communauté, où que vous soyez », s'est-il adressé aux participants.