Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 3

  • "Sans nourrir les racines, toute tradition religieuse perd sa fécondité" (pape François)

    IMPRIMER

    Discours du pape à la Communauté du Collège Pontifical Roumain :

    19 mai 2022

    Chers frères et sœurs !

    Je suis heureux de vous accueillir à l'occasion du 85e anniversaire de la fondation du Collège Pio Roumain. Je vous salue tous, supérieurs de la Congrégation pour les Églises orientales, prêtres, étudiants et employés du Collège, et je remercie le recteur, le père Gabriel, pour les paroles qu'il m'a adressées en votre nom.

    Il y a deux ans, au cours de la Divine Liturgie que j'ai présidée à Blaj, dans le Champ de la Liberté, j'ai encouragé la résistance aux nouvelles idéologies qui cherchent à s'imposer et à détacher les peuples, parfois de manière insidieuse, de leurs traditions religieuses et culturelles. Au cours de cette célébration, j'ai proclamé Bienheureux sept évêques martyrs, les désignant comme des exemples pour tout le peuple roumain. Ici, à Rome, dans la ville qui conserve le témoignage de Pierre, de Paul et de nombreux autres martyrs, vous pouvez pleinement redécouvrir vos racines, par l'étude et la méditation. C'est une occasion précieuse de réfléchir à la manière dont ces racines se sont formées. Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que l'Église grecque catholique roumaine n'avait plus d'évêques actifs, car ils avaient été tués ou emprisonnés, l'évêque Ioan Ploscaru de Lugoj, qui a été emprisonné pendant quinze ans, a écrit dans son journal : "Les prêtres et les évêques de l'Église grecque catholique considéraient cette période comme la plus précieuse de leur existence. C'est une grâce de pouvoir offrir à Dieu ses souffrances et le témoignage de sa foi, même au prix de sa vie". Ceux qui donnent leur vie pour l'Évangile pensent de cette façon, ils embrassent la réponse de Dieu au mal du monde : ils se livrent, ils imitent l'amour doux et gratuit du Seigneur Jésus, qui s'offre pour ceux qui sont proches et lointains. C'est la source qui a permis aux racines de s'enfouir dans la terre, de devenir fortes et de porter du fruit. Et ce fruit, c'est vous.

    Chers amis, sans nourrir les racines, toute tradition religieuse perd sa fécondité. En effet, un processus dangereux se produit : au fil du temps, on se concentre de plus en plus sur soi-même, sur sa propre appartenance, en perdant le dynamisme des origines. Puis on se concentre sur les aspects institutionnels, externes, sur la défense de son propre groupe, de son histoire et de ses privilèges, perdant, peut-être sans s'en rendre compte, la saveur du don. Pour poursuivre la métaphore, c'est comme si l'on s'arrêtait pour regarder le tronc, les branches et les feuilles, en oubliant que tout est soutenu par les racines. Or, ce n'est que si les racines sont bien arrosées que l'arbre continue à prospérer, sinon il se replie sur lui-même et meurt. C'est ce qui arrive quand on devient complaisant et qu'on est atteint par le virus de la mondanité spirituelle, qui est le pire mal qui puisse arriver dans l'Église : la mondanité spirituelle. On s'étiole alors dans une vie médiocre, auto-référentielle, de carriérisme, d'escalade, de recherche de satisfactions personnelles et de plaisirs faciles. L'attitude consistant à essayer de grimper, d'avoir du pouvoir, de l'argent, de la célébrité, d'être à l'aise, d'aller de l'avant. C'est vouloir grandir sans racines. Il est vrai qu'il y en a d'autres qui vont vers les racines pour s'y cacher, parce qu'ils ont peur de la croissance. C'est vrai.

    Lire la suite

  • Un témoignage sur l’histoire de l’Église en Corée du Nord

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, 98 ans, livre un témoignage sur l’histoire de l’Église en Corée du Nord

    19/05/2022

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, archevêque émérite de Gwangju, âgé de 98 ans et natif d’une province aujourd’hui située en Corée du Nord, a contribué à la publication d’un nouveau livre, basé sur huit entretiens avec l’évêque. Dans son témoignage sur « L’histoire de l’Église nord-coréenne », Mgr Yoon explique qu’il ne peut rien faire d’autre pour la Corée du Nord que « prier pour la paix » et « faire confiance en la Providence ». Cependant, il pense que l’Église y grandit en secret : « Les catholiques vivent cachés quelque part au Nord. »

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, archevêque émérite de Gwangju, en Corée du Sud.

    Mgr Victorinus Yoon Kong-hi, archevêque émérite de Gwangju, l’un des évêques les plus âgés de l’Église sud-coréenne, a contribué à la publication d’un livre en coréen, intitulé L’histoire de l’Église nord-coréenne, qui propose une présentation détaillée de l’histoire du catholicisme dans la partie nord de la péninsule coréenne. Dans ce livre, publié par l’écrivain Kwon Eun-jung (qui s’est basé sur huit entretiens avec l’évêque âgé de 98 ans), Mgr Yoon estime que l’Église catholique a survécu et a grandi en Corée du Nord malgré le régime communiste de Pyongyang, et que les catholiques vivent cachés et persécutés. L’ouvrage est parrainé par l’Institut catholique pour la paix en Asie du Nord-Est, une organisation qui dépend du diocèse d’Uijeongbu, selon le portail d’information coréen Chosun.com.

    Dans le livre, l’évêque sud-coréen, qui est né dans une région aujourd’hui situé en Corée du Nord, donne des témoignages poignants sur la façon dont l’Église a prospéré dans la région avant que la péninsule coréenne ne soit divisée (en 1945) et avant la Guerre de Corée (1950-1953). L’archevêque s’est souvenu de la façon dont les prêtres, les consacrés et les laïcs ont été pris de panique quand les forces communistes ont attaqué les églises avant que la guerre éclate en 1949.

    « Nous nous retrouverons au Ciel »

    Le 9 mai 1949 à minuit, une sirène d’alarme a sonné soudainement au monastère et au séminaire bénédictin de Tokwon, près de Wonson dans la province d’Hamgyong du Sud. L’abbé d’origine allemande, Mgr Boniface Sauer, avait été emporté de force par les communistes, se souvient l’archevêque coréen, qui était alors séminariste. Ce dernier évoque les derniers mots de l’abbé avant qu’il soit emmené : « Comme le Seigneur l’a demandé, et comme il l’a fait, nous devons aller à la mort aux côtés des innombrables martyrs. Allez en paix, nous nous retrouverons au Ciel. »

    Lire la suite

  • Saint Bernardin de Sienne (20 mai)

    IMPRIMER

    D'Evangile au Quotidien :

    Bernardino Albizeschi naît le 8 septembre 1380, jour de la Nativité de Marie, à Massa Maritima, près de Sienne (en Toscane, Italie). Tout jeune, il fut privé, de ses nobles et pieux parents ; mais il trouva dans une de ses tantes une véritable mère. Voyant un jour cette femme refuser de donner à un pauvre, il lui dit : « Pour l'amour de Dieu, donnez à ce pauvre ; autrement je ne prendrai rien aujourd'hui. »

    Sa pureté était si grande, que le moindre mot inconvenant l'affligeait profondément : « Silence, disaient les étudiants quand ils le voyaient apparaître au milieu de leurs conversations trop libres, silence, voici Bernardin ! »

    À dix-sept ans, il entra dans une confrérie de garde-malades, et soigna pendant quatre ans, dans un hôpital, avec un dévouement et une douceur rares, toutes les infirmités humaines. Se traitant lui-même avec la dernière dureté, il ne songeait qu'aux besoins des autres ; il parut surtout héroïque dans une peste affreuse, où il s'imposa mille fatigues et brava mille fois la mort.

    En 1402 l'inspiration du Ciel le conduisit dans l'Ordre des Frères Mineurs où il commença très tôt sa mission de prédicateur à travers toute l’Italie ; il la poursuivra jusqu'à la fin de sa vie malgré une santé fragile. Grâce à la bonté de sa Mère céleste, sa voix, faible et presque éteinte, devint inopinément claire et sonore ; Bernardin fut un apôtre aussi brillant par son éloquence que par sa science, et opéra en Italie de merveilleux fruits de salut.

    Le principal caractère de la vie de ce grand saint, c'est son amour extraordinaire pour la très Sainte Vierge. Faisant un jour l'éloge de la Sainte Vierge, il lui appliqua cette parole de l'Apocalypse : « Un grand signe est apparu au Ciel. » Au même instant, une étoile brillante parut au-dessus de sa tête. Une autre fois, parlant en italien, il fut parfaitement compris par des auditeurs grecs qui ne connaissaient que leur langue maternelle.

    Un jour, un pauvre lépreux lui demanda l'aumône ; Bernardin, qui ne portait jamais d'argent, lui donna ses souliers ; mais à peine le malheureux les eut-il chaussés, qu'il se senti soulagé et vit disparaître toute trace de lèpre.

    Bernardin, allant prêcher, devait traverser une rivière et ne pouvait obtenir le passage de la part d'un batelier cupide auquel il n'avait rien à donner. Confiant en Dieu il étendit son manteau sur les eaux, et, montant sur ce frêle esquif, passa la rivière.

    C'est à Bernardin de Sienne que remonte la dévotion au saint Nom de Jésus : il ne pouvait prononcer ce nom sans éprouver des transports extraordinaires.

    Il invitait les édiles à inscrire le nom de Jésus sur les murs des édifices, au moins les 3 lettres « IHS » (I : esus – H : umani – S : alvator » = Jésus sauveur des hommes). Il prêchait en montrant aux foules un panneau portant le monogramme du Christ « IHS » peint en lettres (gothiques) d’or dans un soleil symbolique. En effet sa prédication était centrée sur le nom de Jésus dont il recommandait la dévotion. (source : http://ecole-franciscaine-de-paris.fr)

    Il a été aussi un des apôtres les plus zélés du culte de saint Joseph.

    II est mort à Aquila au cours d'une dernière course apostolique le 20 mai 1444. Moins d'un an après sa mort, le procès de canonisation fut ouvert et aboutit en 1450.

    Bernardino (Albizeschi) de Sienne, en effet, fut canonisé le 24 mai 1450, par le pape Nicolas V (Tomaso Parentucelli, 1447-1455), soit à peine 6 ans après sa mort.

  • La Communauté Saint-Martin sous le coup d'une mission d'inspection envoyée par le Vatican ? (mise à jour)

    IMPRIMER

    De Bernadette Sauvaget sur Libération via le blog Il Sismografo :

    Une mission d’inspection du Vatican chez les cathos identitaires de la communauté Saint-Martin

    La communauté ultraconservatrice, à l’influence croissante sur le catholicisme français qui fait face à une crise sans précédent de recrutement de prêtres, est sous le coup d’une mission d’inspection, qui va démarrer prochainement. --  La communauté Saint-Martin, ultraconservatrice, qui pèse de plus en plus sur le catholicisme français, correspond-elle aux standards de l’Eglise catholique ? Pour le vérifier, le Vatican a décidé, selon un courrier officiel daté de fin avril et consulté par Libération, d’envoyer une mission d’inspection chez les prêtres de Saint-Martin et qui devrait démarrer très prochainement et qui durera au moins six mois.

    «Il est tout à fait probable que des évêques français commencent à s’inquiéter sérieusement de la place prise par cette communauté», explique un théologien, professeur à la Catho de Paris, qui préfère rester anonyme. Cette mission d’inspection, confirmée par plusieurs sources de haut niveau, s’intéressera à la gouvernance, à la formation des nombreux séminaristes, aux finances, au patrimoine… «Dans ce genre de circonstances, tout est passé au crible et chaque membre de la communauté devrait être interrogé», explique un expert français de droit canonique. Ces dernières années, le Vatican a eu le souci d’inspecter ce qu’on appelle les communautés nouvelles, nées dans les années 70, où se sont produites de graves dérives sectaires et des violences sexuelles.

    Fondée en 1976, la communauté Saint-Martin tente de ressusciter un catholicisme suranné et très identitaire avec des prêtres en soutane, célébrant généralement la messe en latin. Avec un effectif de 168 membres et une centaine de séminaristes en formation, elle déploie son influence sur le catholicisme français qui fait face à une crise sans précédent de recrutement de prêtres. De plus en plus d’évêques français, en manque de bras, font appel aux Saint-Martin pour s’installer dans leur diocèse même en ne partageant pas leur ligne.

    Passer au peigne fin l’ensemble des dossiers

    Si les révélations sur le scandale de la pédocriminalité dans les milieux catholiques se poursuivent depuis la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise, présidée par Jean-Marc Sauvé, début octobre, la mission d’inspection du Vatican n’aurait a priori pas été déclenchée par des signalements d’affaires de violences sexuelles au sein de la communauté Saint-Martin.

    Lire la suite

  • Lyon : Pauline Jaricot sera béatifiée dimanche (22 mai 2022)

    IMPRIMER

    Du site de l'Eglise catholique à Lyon :

    Pauline Jaricot béatifiée dimanche 22 mai 2022 !

    Le Vatican a annoncé officiellement lundi 4 octobre 2021 la date de béatification de Pauline Jaricot, dimanche 22 mai 2022.

    Fondatrice de l’Oeuvre de la Propagation de la foi et du Rosaire Vivant, Pauline Jaricot sera béatifiée à Lyon – Eurexpo dimanche 22 mai 2022, à 15h, lors d’une célébration présidée par le cardinal Luis Antonio Tagle, préfet de la congrégation pour l’évangélisation des peuples.

    Qui est Pauline Jaricot ?

    Pauline Jaricot (1799-1862), adolescente se laisse séduire par les illusions du monde ; à 17 ans, elle est touchée dans son coeur et se sent appelée à se donner totalement à Dieu.

    Elle veut communiquer l’amour du Christ qui la brûle, à ceux qui ne le connaissent pas encore, autour d’elle et dans le monde, ou réveiller ceux qui vivent loin de Lui.

    Contemplative mais aussi femme d’action, elle met en place en 1819, à 20 ans, les fondements de l’oeuvre de la Propagation de la Foi pour soutenir les missions, oeuvre qui sera officialisée en 1822.

    En 1826, à 27 ans, Pauline Jaricot fonde le Rosaire Vivant, oeuvre destinée à raviver la dévotion mariale par la récitation du chapelet.

    Interpellée par les conditions misérables de travail et de vie des ouvriers en soierie, elle s’engage à leurs côtés lors des insurrections des canuts en 1831 et 1834.

    Cette prise de conscience l’amène à vouloir créer une usine modèle à Rustrel en 1845,avec le souci du respect de la dignité humaine. Ses objectifs demeurent l’évangélisation du monde ouvrier et la lutte contre les injustices sociales.

    La guérison miraculeuse d’une petite fille, reconnue en mai 2020 par le pape François, fait que Pauline sera bientôt bienheureuse.

    Découvrir Pauline Jaricot

    • La biographie sur Pauline Jaricot par Catherine Masson
     
  • L'autoritarisme du pape à la tête de l'Eglise d'Italie serait de moins en moins apprécié

    IMPRIMER

    C'est en tout cas ce que cet article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, donne à penser. (Traduction de diakonos.be.)

    François, monarque d’Italie, de plus en plus patron, de moins en moins aimé

    Lundi 23 mai, quand les évêques italiens réunis en assemblée générale à Rome rencontreront à huis clos le Pape François, ils savent déjà qu’ils recevront de lui non seulement les réprimandes habituelles mais également le « diktat » sur la nomination de leur nouveau président, pour remplacer le cardinal Gualtiero Bassetti, 80 ans, qui arrive à la fin de son quinquennat.

    Comme le prévoient les statuts, les évêques italiens proposeront une terna de candidats, dont chacun sera élu à la majorité absolue, parmi lesquels le Pape choisira et nommera le nouveau président.

    Mais en pratique, le Pape François a déjà choisi son favori et il a déjà annoncé à l’avance – non pas à la Conférence épiscopale italienne mais au « Corriere della Sera » dans son interview téméraire du 3 mai dernier, celle de « l’aboiement de l’OTAN aux portes de la Russie » – qu’il s’agira d’un cardinal, et non pas d’un simple évêque.

    Et ce n’est pas tout. Il a fait savoir par d’autres canaux que le cardinal qu’il nommera président n’aura pas plus de 75 ans quand son mandat viendra à échéance en 2027.

    Ce qui revient à dire qu’à cause de la limite d’âge, il n’y aurait plus que trois cardinaux en lice : le vicaire de Rome, Angelo De Donatis, 68 ans, l’archevêque de Bologne Matteo Maria Zuppi, 67 ans, et l’archevêque de Sienne, Augusto Paolo Lojudice, 58 ans. Trois candidats qui de fait se réduisent à deux si l’on enlève le nom de De Donatis, qui depuis quelques années n’est plus dans les bonnes grâces du Pape et qui serait en partance vers un poste de repli à la Curie romaine.

    Les paris vont déjà bon train sur les deux cardinaux restants. Dans un article précédent, Settimo Cielo a misé sur Lojudice, que le Pape rappellerait à Rome pour être son vicaire. Tandis que pour Zuppi, l’objectif dont tout le monde parle, c’est plutôt sa future élection comme Pape que la présidence de la CEI.

    *

    Les limites d’âge dont nous avons parlé ne s’appliquent pas seulement à la CEI mais aussi à toutes les conférences épiscopales du monde, où le président n’est pas nommé par le Pape mais élu.

    C’est une lettre envoyée en mars dernier à tous les évêchés, et signée par le cardinal Marc Ouellet, Préfet de la Congrégation pour les évêques, pour les pays d’Occident et d’Amérique, et par le cardinal Luis Antonio Gokim Tagle, Préfet de la Congrégation pour l’Évangélisation des peuples, pour les pays en terre de mission.

    Lire la suite

  • La mère de Jean-Paul II a choisi la vie alors que son médecin lui conseillait d'avorter

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    La mère de Jean-Paul II a choisi la vie alors que son médecin lui conseillait d'avorter

    Diocese of Krakow

    Karol Wojtyla et ses parents

    18 mai 2022

    Il y a plus de cent ans, le 18 mai, Emilia Wojtyla a donné naissance à son deuxième fils, Karol, après une grossesse difficile qui a mis sa vie en danger. L'enfant allait devenir le saint Jean-Paul II.

    Dans un nouveau livre publié en Pologne, Milena Kindziuk décrit comment on a conseillé à la mère de saint Jean-Paul II de se faire avorter.

    "Elle a dû choisir entre sa propre vie et celle du bébé qu'elle portait, mais sa foi profonde n'a pas permis à Emilia de choisir l'avortement", a déclaré Mme Kindziuk dans une interview accordée à ACI Stampa.

    "Au fond de son cœur, elle devait être prête à faire ce sacrifice pour le bébé qu'elle portait", a-t-elle ajouté.

    Dans son livre intitulé "Emilia et Karol Wojtyla. Parents de saint Jean-Paul II", Mme Kindziuk cite le témoignage d'une sage-femme, Tatarowa, et les rapports de ses deux amies, Helena Szczepańska et Maria Kaczorowa, ainsi que les souvenirs d'autres habitants de Wadowice. Elle a déclaré que ces éléments montraient qu'Emilia Wojtyla était déprimée par l'insistance de son premier médecin, le Dr Jan Moskała, pour qu'elle avorte.

    Elle a ajouté qu'Emilia et Karol Wojtyla "ont pris la décision audacieuse que, quoi qu'il arrive, le bébé qu'ils avaient conçu devait naître. Et ils ont donc commencé à chercher un autre médecin".

    Ils ont finalement choisi le Dr Samuel Taub, un médecin juif de Cracovie, qui s'était installé à Wadowice après la Première Guerre mondiale.

    "Les amis d'Emilia ont gardé des souvenirs de cette visite. Le médecin a confirmé qu'il y avait un risque de complications pendant l'accouchement, y compris la mort d'Emilia. Cependant, il n'a pas suggéré d'avortement", a déclaré Kindziuk.

    "Emilia a eu une mauvaise grossesse : elle passait la plupart du temps couchée et avait moins de force que d'habitude", a-t-elle ajouté. "Dans cette situation, le Dr Taub a recommandé à la femme de s'allonger, de se reposer souvent et de se nourrir très bien."

    Le jour de la naissance, le 18 mai 1920, "Emilia était allongée dans son appartement de la rue Kościelna, dans le salon... en présence d'une sage-femme", a expliqué Mme Kindziuk.

    Au même moment, Karol Sr et leur fils Edmund, âgé de 13 ans, étaient sortis vers 17 heures pour participer à la prière de l'office divin dans l'église paroissiale située en face, où ils chantaient les litanies de Lorette, a-t-elle ajouté.

    "Nous savons par les messages qu'Emilia a demandé à la sage-femme d'ouvrir la fenêtre : elle voulait que le premier son que son fils pourrait entendre soit un chant en l'honneur de Marie". En bref, Emilia Wojtyla a donné naissance à son fils en écoutant le chant de la Litanie de Lorette", a-t-elle ajouté.

    Saint Jean-Paul II a également dit à son secrétaire personnel Stanislaw Dziwisz qu'il était né au chant de la litanie en l'honneur de la Mère de Dieu, a-t-elle ajouté, précisant qu'il avait été élu pape à l'heure même de sa naissance.

    Les causes de sainteté des parents de saint Jean-Paul II ont été officiellement ouvertes en Pologne en mai. Karol, un lieutenant de l'armée polonaise, et Emilia, une institutrice, se sont mariés à Cracovie le 10 février 1906. Le couple catholique a donné naissance à trois enfants : Edmund en 1906, Olga, qui est décédée peu après sa naissance, et Karol en 1920.

    Avant de mourir d'une crise cardiaque et d'une insuffisance hépatique en 1929, Emilia était un élément essentiel de la foi dans le foyer. Au moment de sa mort, le jeune Karol Wojtyla était à un mois de son neuvième anniversaire.

  • Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

    IMPRIMER

    De Justin Lang  sur le National Catholic Register :

    Un jeune catholique découvre la puissance de la musique sacrée traditionnelle

    "La tradition musicale de l'Église universelle est un trésor d'une valeur inestimable, plus grande encore que celle de tout autre art." -Sacrosanctum Concilium

    19 mai 2022

    Je suis un catholique depuis le berceau. Je suis né après que la messe de saint Paul VI était déjà bien établie. J'ai grandi en connaissant des hymnes comme 'On Eagle's Wings' et 'The King of Glory', et j'ai chanté avec enthousiasme depuis mon banc avec tous les hymnes de la messe, parce que je voulais participer activement, comme on me l'avait dit.

    Les choses ont commencé à changer lorsque j'ai lu, au milieu de la vingtaine, un excellent article qui suggérait les caractéristiques des chants que nous ne devrions pas chanter à la messe (c'était il y a environ 15 ans, et, malheureusement, je n'ai pas pu retrouver l'article).  Certaines de ces caractéristiques étaient les suivantes : ne pas chanter de chants qui contiennent une hérésie ou qui parlent plus de moi que de Dieu ; éviter les chants qui semblent appartenir à un piano-bar ou à une pièce de théâtre. J'ai commencé à être un peu plus réservé quant aux chansons que je chantais à la messe. Et les gens autour de moi ont commencé à faire attention.

    J'ai appris le piano quand j'étais enfant et j'ai adoré mes cours de chorale au lycée. Ainsi, lorsque j'ai commencé à chanter avec ma femme et mes enfants à la messe, les gens m'entendaient chanter fortement, et ils aimaient ma voix. Lorsque j'ai commencé à m'abstenir de chanter certains chants, nos voisins dans les bancs autour de moi l'ont remarqué. Ils ont commencé à poser des questions, et mes réponses sur le fait de chanter des hymnes adaptés à la messe les ont intrigués. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'ils commencent à me regarder lorsqu'un hymne était annoncé. Est-ce que je prenais le recueil de cantiques ? Ils ont suivi le mouvement.

    Nous étions déjà dans une paroisse qui suivait les rubriques de la liturgie plus étroitement que n'importe quelle autre du diocèse, et j'apprenais que ce n'était pas tout ce que cela pouvait être. J'ai commencé à lire les documents de l'Église sur la musique dans la liturgie, et j'ai été choqué. L'encyclique la plus récente sur la musique sacrée, Musicae Sacrae, a été écrite en 1955 par le pape Pie XII. Elle indique certains instruments qui conviennent aux rites sacrés, déclarant que "l'orgue occupe à juste titre la position principale" et que "le violon et les autres instruments de musique qui utilisent l'archet sont remarquables."

    Lire la suite

  • L'épreuve de la foi, la bénédiction de l'attente (10ème catéchèse du pape sur la vieillesse)

    IMPRIMER

    Du PAPE FRANÇOIS lors de l'AUDIENCE GÉNÉRALE du mercredi 18 mai 2022 (source) :

    L'épreuve de la foi, la bénédiction de l'attente (10ème catéchèse sur la vieillesse)

    Chers frères et sœurs, bonjour !

    Le passage biblique que nous avons entendu conclut le Livre de Job, une sommité de la littérature universelle. Nous rencontrons Job dans notre parcours de catéchèse sur la vieillesse : nous le rencontrons comme un témoin de la foi qui n'accepte pas une "caricature" de Dieu, mais qui crie sa protestation face au mal, jusqu'à ce que Dieu réponde et révèle son visage. Et Dieu finit par répondre, comme toujours de manière surprenante : il montre à Job sa gloire mais sans l'écraser, bien au contraire, avec une tendresse souveraine, comme Dieu le fait, toujours, avec tendresse. Il faut bien lire les pages de ce livre, sans préjugés ni clichés, pour saisir la force du cri de Job. Cela nous fera du bien de nous mettre à son école, pour vaincre la tentation du moralisme face à l'exaspération et à la démoralisation devant la douleur d'avoir tout perdu.

    Dans ce dernier passage du livre - nous rappelons l'histoire, Job qui perd tout dans la vie, perd ses richesses, perd sa famille, perd son fils et perd aussi la santé, et reste là, couvert de plaies, en dialogue avec trois amis, puis un quatrième, qui viennent le saluer : c'est l'histoire - et dans ce passage aujourd'hui, le passage de conclusion du livre, quand Dieu prend enfin la parole (et ce dialogue de Job avec ses amis est comme une route vers le moment où Dieu donne sa parole) Job est loué parce qu'il a compris le mystère de la tendresse de Dieu caché derrière son silence. Dieu réprimande les amis de Job qui prétendaient tout savoir, savoir sur Dieu et sur le mal, et qui, venus pour consoler Job, avaient fini par le juger avec leurs schémas préconstitués. Que Dieu nous préserve de ce piétisme hypocrite et présomptueux ! Dieu nous préserve de cette religiosité moralisatrice et de cette religiosité des préceptes qui nous donne une certaine présomption et conduit au pharisaïsme et à l'hypocrisie.

    Voici comment le Seigneur s'exprime à leur égard. Ainsi parle le Seigneur : "Ma colère s’est enflammée contre [vous] [...] parce que vous n’avez pas parlé de moi avec justesse comme l’a fait mon serviteur Job. [...] » : c'est ce que dit le Seigneur aux amis de Job. « Job mon serviteur intercédera pour vous. Uniquement par égard pour lui, je ne vous infligerai pas l’infamie méritée pour n’avoir pas parlé de moi avec justesse, comme l’a fait mon serviteur Job." (42, 7-8). La déclaration de Dieu nous surprend, car nous avons lu les pages enflammées de la protestation de Job, qui nous ont laissé effrayés. Pourtant - dit le Seigneur - Job a bien parlé, même quand il était en colère et même en colère contre Dieu, mais il parlait bien, car il a refusé d'accepter que Dieu soit un "Persécuteur", Dieu, c'est autre chose. Et comme récompense, Dieu rend à Job le double de tous ses biens, après lui avoir demandé de prier pour ses mauvais amis.

    Lire la suite

  • La foi contre la raison ? Une réflexion de Jean-Pierre Snyers

    IMPRIMER
    LA FOI CONTRE LA RAISON ?
     
    Prouver Dieu? D'abord, une précision: si on définit le mot "preuve" comme étant une démonstration contraignante, tellement évidente que personne ne pourrait plus la nier, il est évident qu'il n'y en a aucune. Si par contre, ce terme désigne un argument solide, difficile à contrer, il n'en va bien sûr pas de même. Cela dit, à l'égard de l'existence ou de la non-existence de Dieu, il y a incontestablement un pas dans le vide au-delà du rationnnel, impossible d'échapper, en tout dernier lieu,  à un pari; à  un acte de foi qui, loin de n'être que religieux, nous concerne aussi dans nos gestes les plus quotidiens. Qui, en prenant sa voiture a la certitude absolue qu'il n'aura pas d'accident? Qui, dans un magasin, peut affirmer à 100% qu'il ne sera pas victime d'un assasinat? Certes, dans ces deux cas, les probabiltés que ce genre de drame se produise sont extrêmement faibles. Faibles, mais pas inexistantes.

    "Acte de foi", disais-je. Sur ce point et plus précisément à l'égard de Dieu, il m'arrive souvent de penser que, si je suis croyant, je le dois en partie au fait que je n'ai pas assez de foi pour être athée. Souscrire au mot d'un Bertrand Russel qui voit l'univers comme étant une "machine sans âme qui suit une trajectoire aveugle dans l'infini de l'espace et du temps", très peu pour moi! Le hasard régnant en maître absolu pour justifier l'évolution, voilà qui n'est pas prêt de me convaincre.  Entre une amibe et Einstein, quel contraste! Considérant le fait que toute existence provient d'une autre existence, ma logique m'entraine à penser qu'à la base de tout, il n'y a pas un éternel néant par lequel rien ne peut naître, ni une intemporelle réalité sans vie, sans intelligence et sans conscience d'elle-même, mais un Etre sans commencement ni fin, qui peut seul, donner de l'être, de la vie, de l'intelligence et de cette conscience d'exister qui est le propre de l'homme. "Alors même que l'univers entier m'écraserait, écrivait Pascal, je serais encore plus grand que lui car lui n'en saurait rien, tandis que moi, je le saurais" Pour prendre un exemple simple: autant je peux admettre qu'un menuisier a fabriqué un meuble, autant il m'est impossible de croire qu'un meuble a fabriqué un menuisier.  "Un mécanicien qui a pour origine un moteur", n'est-ce pas, quelque part, ce que sont amenés à admettre ceux qui partent d'un grand moins pour expliquer un grand plus; d'une chose pour expliquer un être?

    Lire la suite

  • Solesmes a un nouvel abbé qui présidera également sa congrégation bénédictine

    IMPRIMER

    Du blog "le petit Placide" :

    Geoffroy Kemlin a été élu abbé de Saint-Pierre de Solesmes (France) et donc abbé-président (supérieur général) de la Congrégation bénédictine de Solesmes. Il est né à Paris le 24 mars 1979. Il est entré dans la vie monastique à l'âge de 20 ans. Il a fait sa profession monastique le 8 septembre 2003 et a été ordonné prêtre le 16 octobre 2010. Pendant son mandat, il s'est également occupé du site web du monastère.

    « Chargé de la communication interne, je suis, en quelque sorte, l’interface entre le Père Abbé et les moines de l’abbaye. Je m’occupe, aussi, de la comptabilité. » A 43 ans, ce parisien d’origine, a, déjà, 23 ans de vie bénédictine derrière-lui. Aîné de 6 enfants, lorsqu’il a parlé à ses parents de son désir d’entrer à l’abbaye de Fontgombault (qui fait partie de la Congrégation de Solesmes), son père a fait barrage. « J’ai dû attendre un an, mais, finalement, je suis entré. Pour mes 3 sœurs, c’était un peu dur. » Aîné d’une fratrie de 6 enfants, le jeune Kemlin a embrassé une vie qui se situe entre Dieu et les hommes, entre le monde moderne marqué par les excès de l’hédonisme, du matérialisme, qu’il a rejeté, et, le monde ancien, celui du premier millénaire, qui a vu l’Europe entière se couvrir de monastères. 

    Tout comme lui, et, tout comme ces centaines de milliers de moines qui l’ont précédé (depuis les origines monastiques) Dom Geoffroy a fait le pari risqué de « donner sa vie à Dieu et aux hommes. Nous sommes des passeurs… »

  • Saint Yves (19 mai) (KTO)

    IMPRIMER

    De KTO :

    Saint Yves, patron de la Bretagne

    16/05/2022

    1347, alors que la guerre de Cent Ans éclate et qu’une autre guerre de succession menace la Bretagne, le pape Clément VI canonise Yves Hélory (1253 - 1303). Ayant fait des études de théologie à l’Université de Paris et de droit à celle d’Orléans, Yves est surtout connu pour donner ses biens, jusqu’aux habits qu’il porte sur lui, aux pauvres. Ses vertus héroïques vaudront à Yves d’être reconnu saint patron de toutes les professions de justice et de droit, notamment celle d’avocat. Il est possible que le transfert d’une partie de ses reliques dans un sépulcre que Jean V de Bretagne fit surmonter d’un monument dans la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier, corresponde à son élévation au rang de saint patron de la Bretagne. Des pardons au barreau de Saint-Brieuc, des pèlerins aux avocats et juristes, ce documentaire ira sur les traces de ce saint encore très populaire dans le pays qui l’a vu naître.

    SAINT YVES, UNE PRODUCTION CAT PRODUCTIONS 2022 - Réalisée par Armand Isnard