Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 4

  • "Introduction à la liturgie" : le manuel à l'usage des fidèles de Denis Crouan est disponible en ligne

    IMPRIMER
    UNE INTRODUCTION À LA LITURGIE
    MANUEL À L’USAGE DES FIDÈLES

    Par Denis Crouan, Docteur en théologie

    Cet ouvrage de 50 pages est un dictionnaire de la liturgie. Il est disponible en ligne (ici).

    Le 17 octobre 1985, s’adressant aux Membres de la Congrégation pour le Culte divin, le pape Jean-Paul II déclarait : « La liturgie ! Tout le monde en parle, écrit, ou discute à ce sujet. On la commente, on la loue, on la critique. Mais qui en connaît vraiment les principes et les normes d’application ? La Constitution Sacrosanctum Concilium désignait la liturgie comme la source et le sommet de la vie de l’Église (cf. n.10) : que fait-on pour que cette définition sublime passe dans la réalité ? » 

    Aujourd’hui, la liturgie demeure l’occasion de nombreux débats et plus de cinquante ans après Vatican II, on remarque que dans un certain nombre d’églises, « quelque chose ne va pas ». Alors que l’Église demande aux fidèles et, en premier lieu, aux prêtres, de s’en tenir exclusivement aux livres liturgiques officiels pour célébrer les Offices, on constate qu’il existe autant de façons de traiter la liturgie qu’il y a de célébrants et de groupes de fidèles. Remettre de l’ordre dans la façon de traiter le Culte divin n’est pas tâche facile : il suffit, en effet, de demander aux pratiquants ce qu’est la liturgie pour voir que les réponses sont multiples, généralement très incomplètes, souvent contradictoires. À force de méconnaître le concile Vatican II et d’en outrepasser les directives, tout le monde s’autorise aujourd’hui à parler, à revendiquer, à exprimer ses opinions... Mais combien écoutent ce que dit l’Église au sujet de « sa » liturgie ? Combien de fidèles se l’approprient ? 

    Le travail présenté ici se propose d’aider toutes les personnes qui s’intéressent à la liturgie, qu’elles soient pratiquantes ou non, catholiques on non, à retrouver les repères essentiels qui font qu’une messe est incontestablement une messe et non un Office imprégné d’un subjectivisme ou d’un sentimentalisme sans rapport avec la célébration de la foi. 

    Denis Crouan, le 28 juin 2022
  • « Tempéraments et péchés capitaux » : une conférence en replay de Stéphane Mercier offerte par 'Philo à Bruxelles'

    IMPRIMER

    Philosophie à Bruxelles à la Grand-Place

    VIVENT LES VACANCES !

    Pour les fêter dignement, ainsi que le 5ᵉ anniversaire* de Philo à Bruxelles, nous avons décidé de vous faire bénéficier gratuitement du replay  de la dernière conférence de Stéphane Mercier sur le thème

    « Tempéraments et péchés capitaux »

    Retrouvez-la dès maintenant en ligne sur la page d’accueil du site internet Philo à Bruxelles :

    ­­Regarder la conférence

    ­­« Tempéraments et péchés capitaux »­­­­­­

    Retour au désert :

    Tempéraments et péchés capitaux

    Notre « exploration » des péchés capitaux et de leur histoire commence dans le désert, là où s’est élaborée notre septénaire des vices. Nous pouvons ainsi prendre la mesure de la pertinence à la fois psychologique, philosophique et théologique de l’analyse proposée par les reclus à l’intention de ceux qui, comme nous, sont dans le monde (bien qu’essayant, autant que possible, de ne pas en être…).

    Cependant, dans le désert comme dans le monde, chaque homme jouit de ses propres ressources et souffre de ses faiblesses particulières, liées à l'essence de sa personnalité. 

    Quelques considérations sur les formes principales du tempérament humain : colérique, mélancolique, sanguin et flegmatique, nous permettront de peut-être mieux nous connaître et comprendre où faire porter nos efforts en tenant compte des dispositions propres de notre caractère.

    ­­­­­­Quand ?

    Vous pouvez écouter gratuitement cette conférence pendant toutes les vacances.

    Et même dès maintenant grâce à un simple clic !

    ­Où ?

    ­Chez vous, sur votre lieu de villégiature,   en route, derrière le volant, dans le train ou pourquoi pas sur la plage ou dans un verger…

    ­La dernière conférence n’ayant pas pu être diffusée en direct et parce que nous savons combien vous apprécierez cette conférence sur le thème « Tempéraments et péchés capitaux », nous avons décidé de vous offrir un accès à cette dernière vidéo de Stéphane Mercier, pendant toutes les vacances de cet été 2022.

    Toutes les autres vidéos – déjà plus de 40 ! – sont également accessibles sur cette page. Il vous suffit de souscrire un abonnement grâce à des tarifs à la portée de toutes les bourses.

    Toute l’équipe de Philo à Bruxelles vous dit MERCI pour votre soutien et vous souhaite une bonne écoute !

    Plus d’informations

    * 5 ans… Oui, il y a cinq ans déjà que nous nous sommes lancés dans l’aventure de Philo à Bruxelles­­Agenda - Philo à Bruxelles­­
    ­

  • 2025 : un Jubilé sous le signe de l'Espérance

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    28 juin 2022

    Le logo du Jubilé 2025

    Le logo officiel du Jubilé dévoilé

    Le Vatican a dévoilé le logo officiel de l'Année jubilaire qui se tiendra en 2025 sur le thème "Pèlerins de l'espérance" et présenté quelques initiatives et projets de l'Année sainte.

    Lors d'une conférence de presse tenue ce mardi dans la Sala Regia du palais apostolique du Vatican, le dicastère pour l'Évangélisation a présenté le logo et a fait le point sur les préparatifs du Saint-Siège pour l'Année sainte 2025, dont la devise est "Pèlerins de l'espérance". C’est le président de l'ancien conseil pontifical pour la Nouvelle évangélisation, Mgr Rino Fisichella, a dévoilé le logo et a rappelé qu'au moment où les préparatifs de l'Année sainte commencent dans l'Église, son dicastère a lancé un concours, ouvert à tous, pour la création du logo. Après avoir reçu 294 propositions, il en a présenté trois au Pape François qui a choisi le vainqueur. «Après avoir regardé les projets à plusieurs reprises et exprimé sa préférence, le projet de Giacomo Travisani a été choisi», a déclaré Mgr Fisichella.

    Le logo montre quatre figures stylisées représentant l'ensemble de l'humanité des quatre coins du monde. Ils s'étreignent les uns les autres, indiquant la solidarité et la fraternité qui doivent unir les peuples. La première figure s'accroche à la croix. Les vagues sous-jacentes sont agitées pour indiquer que le pèlerinage de la vie ne se déroule pas toujours sur des eaux calmes.

    Parce que les circonstances personnelles et les événements mondiaux appellent souvent à un plus grand sentiment d'espoir, selon une description du logo, la partie inférieure de la Croix est allongée et se transforme en une ancre, qui domine le mouvement des vagues. L'image montre comment le voyage du pèlerin n'est pas individuel, mais plutôt communautaire, avec les signes d'un dynamisme croissant qui se dirige de plus en plus vers la Croix. La devise du Jubilé 2025, Peregrinantes in Spem, est également clairement visible dans la couleur verte.

    L'urgence de vivre le Jubilé à la lumière de l'espérance

    Mgr Fisichella a réfléchi aux jubilés et à la raison pour laquelle celui à venir est significatif. «Chaque année sainte dans l'histoire de l'Église, a-t-il dit, a pris tout son sens lorsqu'elle est placée dans le contexte historique que l'humanité vit à ce moment-là et, en particulier, lorsqu'elle est capable de lire les signes d'anxiété et d'agitation combinés aux attentes perçues par les gens»«La vulnérabilité vécue ces dernières années, associée à la peur de la violence des guerres, a-t-il poursuivi, ne fait que rendre la condition humaine plus paradoxale : d'une part, sentir le pouvoir écrasant de la technologie qui détermine leurs journées ; d'autre part, se sentir incertain et confus quant à leur avenir.» «De là est née l'urgence de vivre le prochain Jubilé à la lumière de l'espérance.»

    Le thème «exprime la nécessité de donner un sens au présent afin qu'il puisse être préparatoire à un véritable élan vers l'avenir pour embrasser et répondre aux différents défis qui se présentent de temps à autre.»

    Après l'été, a noté Mgr Fisichella, le site web officiel du Jubilé et l'application associée seront disponibles. «Les deux seront des outils pour aider les pèlerins à participer pleinement aux événements proposés, facilitant l'expérience spirituelle et culturelle de la ville de Rome. En effet, en plus de l'importante Charte du pèlerin, le portail du Jubilé contiendra des nouvelles, des notes historiques, des informations pratiques, des services et des outils multimédias, en dix langues disponibles pour le pèlerin et facilement accessibles aux personnes handicapées.»

    Le dicastère envisage déjà de grands événements, et a souligné qu'une attention particulière sera accordée aux catégories suivantes : «Familles, enfants, jeunes, mouvements et associations, personnes âgées, grands-parents, handicapés, sports, malades et soins de santé, universités, monde du travail, chorales et chœurs, confréries, prêtres, personnes consacrées, catholiques orientaux, catéchistes, pauvres, prisonniers, et bien d'autres encore...». Un calendrier sera prêt d'ici la fin de l'année, afin de laisser un temps d'organisation suffisant aux pèlerins et aux organismes concernés.

  • Eric de Beukelaer au "parti pris" sur Auvio : "Je suis plutôt prolife même si je ne suis pas pour que tout soit interdit..."

    IMPRIMER
    Une émission où on se demande bien quelle est finalement la position de l'Eglise sur l'avortement et où les propos dictés par une extrême prudence sont bien éloignés du "que votre oui soit oui" (Mt 5, 37) :

    Le parti pris : sur Auvio (rtbf.be)

     

  • Solennité des saints Pierre et Paul : des hommes de miséricorde

    IMPRIMER

    paul-pierre-lippi.jpgC'est ainsi que, dans un de ses sermons, saint Bernard de Clairvaux (12e siècle) qualifie les Apôtres Pierre et Paul.

    "C'est avec raison, mes frères, que l'Église, notre mère, applique aux saints apôtres ces paroles du Sage : « Ce sont des hommes de miséricorde, dont les justices ne tombent point dans l'oubli, les biens qu'ils ont laissés à leur postérité, y subsistent toujours (Eccli. XIV, 10 et 11). » Oui, on peut bien les appeler des hommes de miséricorde, tant parce qu'ils ont obtenu miséricorde pour eux-mêmes, que parce qu'ils sont pleins de miséricorde, ou que c'est dans sa miséricorde que Dieu nous les a donnés.

    illustration : Filippino Lippi (XVe s.) : Paul rendant visite à Pierre en prison

    Lire la suite

  • Les saints apôtres Pierre et Paul (29 juin)

    IMPRIMER

    El-Greco-St.-Paul-and-St.-Peter.JPGLe mercredi 29 juin 2005, Benoît XVI a consacré sa catéchèse aux apôtres Pierre et Paul :

    Chers frères et soeurs,

    La fête des saints Apôtres Pierre et Paul est à la fois une commémoration reconnaissante des grands témoins de Jésus Christ et une confession solennelle en faveur de l'Eglise une, sainte, catholique et apostolique. C'est tout d'abord une fête de la catholicité. Le signe de la Pentecôte - la nouvelle communauté qui parle dans toutes les langues et qui unit tous les peuples en un unique peuple, en une famille de Dieu - ce signe est devenu réalité. Notre assemblée liturgique, au sein de laquelle sont réunis des Evêques provenant de toutes les parties du monde, des personnes de multiples cultures et nations, est une image de la famille de l'Eglise présente sur toute la terre. Des étrangers sont devenus des amis; au-delà de toutes les frontières, nous nous reconnaissons comme des frères. Ainsi est menée à bien la mission de saint Paul, qui savait "être un officiant du Christ Jésus auprès des païens, ministre de l'Evangile de Dieu , afin que les païens deviennent une offrande agréable, sanctifiée dans l'Esprit Saint" (Rm 15, 16). Le but de la mission est une humanité devenue elle-même une glorification vivante de Dieu, le culte véritable que Dieu attend:  tel est le sens le plus profond de la catholicité - une catholicité qui nous a déjà été donnée et vers laquelle nous devons toutefois toujours nous acheminer. La Catholicité n'exprime pas qu'une dimension horizontale, le rassemblement de nombreuses personnes dans l'unité; elle exprime également une dimension verticale:  ce n'est qu'en tournant le regard vers Dieu, seulement en s'ouvrant à Lui que nous pouvons devenir vraiment une seule chose. Comme Paul, Pierre vint lui aussi à Rome, dans la ville qui était le lieu de convergence de tous les peuples et qui, précisément pour cette raison, pouvait devenir avant toute autre l'expression de l'universalité de l'Evangile. En entreprenant le voyage de Jérusalem à Rome, il savait assurément qu'il était guidé par les voix des prophètes, par la foi et par la prière d'Israël. En effet, la mission vers le monde entier fait également partie de l'annonce de l'Ancienne Alliance:  le peuple d'Israël était destiné à être une lumière pour les nations. Le grand Psaume de la Passion, le psaume 21, dont le premier verset est:  "Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné?". Jésus a prononcé ce psaume sur la croix, il se terminait par la vision suivante:  "Tous les lointains de la terre se souviendront et reviendront vers Yahvé; toutes les familles des nations se prosterneront devant lui" (Ps 21, 28). Quand Pierre et Paul vinrent à Rome le Seigneur, qui avait commencé ce psaume sur la croix, était ressuscité; cette victoire de Dieu devait à présent être annoncée à tous les peuples, accomplissant ainsi la promesse avec laquelle le Psaume se concluait.

    Lire la suite

  • Nunc scio vere (Introït pour la fête des saints Pierre et Paul)

    IMPRIMER

    Introitus Introit
    Act. 12, 11 Act. 12,11
    NUNC scio vere, quia misit Dóminus Angelum suum: et erípuit me de manu Heródis, et de omni exspectatióne plebis Iudæórum. Ps. 138, 1-2 Dómine, probásti me, et cognovísti me: tu cognovísti sessiónem meam, et resurrectiónem meam. ℣. Glória Patri. Maintenant, je reconnais d’une manière certaine que le Seigneur a envoyé Son ange : qu’Il m’a arraché de la main d’Hérode et à toute l’attente du peuple juif. Ps. 138, 1-2. Seigneur, Tu m'as sondé, et Tu me connais : Tu sais quand je m’assieds, et quand je me lève.
  • L'hémorragie continue de l'Eglise allemande

    IMPRIMER

    De katholisch.de (portail d'information de l'Église catholique en Allemagne) :

    Les évêques annoncent un nombre record de sorties d'Eglise

    359.338 PERSONNES ONT QUITTÉ L'ÉGLISE CATHOLIQUE EN 2021

    27.06.2022

    BONN - Une fois de plus, l'Eglise catholique annonce un nouveau record de sorties d'Eglise - plus de 60% de catholiques en plus que l'année précédente ont quitté l'Eglise. L'évêque Bätzing se montre ébranlé - la voie synodale serait juste, mais n'aurait pas encore atteint les fidèles.

    Le nombre de membres de l'Église catholique a de nouveau nettement baissé. Les statistiques de l'Église pour l'année 2021, publiées lundi par la Conférence des évêques allemands (DBK), indiquent que 359.338 personnes ont quitté l'Église cette année. Avec 137.948 départs de plus que l'année précédente (221.390 en 2020), on atteint ainsi un nouveau record historique. Dans une première réaction, le président de la DBK, Mgr Georg Bätzing, s'est dit "profondément choqué". Il n'y a rien à enjoliver. Les chiffres montrent la crise profonde dans laquelle se trouve l'Eglise catholique en Allemagne. 

    "Et à ces chiffres, nous devons ajouter le fait que non seulement les personnes qui n'ont eu que peu ou pas de contact avec leur paroisse pendant une longue période la quittent, mais que de plus en plus de personnes font ce pas alors qu'elles étaient jusqu'à présent très engagées dans les paroisses", poursuit Bätzing. L'Eglise doit expliquer et réexpliquer ce qu'elle fait : "Appartenir à l'Eglise ne va pas plus de soi que d'y participer activement. Les scandales dont nous avons à nous plaindre au sein de l'Eglise et dont nous sommes nous-mêmes en grande partie responsables se reflètent dans le nombre de sorties", a souligné l'évêque de Limbourg, qui s'est montré confiant dans le fait que "la voie synodale, en tant qu'impulsion à la réforme et au renouvellement internes, permettrait de faire des pas importants dans la bonne direction".

    Les archevêchés de Cologne (40.772) et de Munich et Freising (35.323) ont enregistré le plus grand nombre de sorties d'Eglise. En 2021, l'expertise sur les abus a été publiée à Cologne, la publication de l'expertise de Munich n'a eu lieu qu'en 2022. En pourcentage, c'est à Berlin que le plus grand nombre de catholiques ont quitté l'Église (2,72 %), suivi par Hambourg (2,54 %), Munich et Freising (2,19 %) et Cologne (2,18 %). Les diocèses de Görlitz (0,85 pour cent) et de Paderborn (1,13 pour cent) ont enregistré le taux de sortie le plus faible.

    Les sacrements administrés sont inférieurs aux chiffres d'avant Corona malgré une augmentation

    En revanche, le nombre de sacrements administrés a augmenté par rapport à la première année Corona 2020. Ainsi, les mariages ont presque doublé et, avec près de 142 000 baptêmes, 37 000 personnes de plus ont été accueillies dans l'Église par le sacrement. Le nombre de premières communions (157.000, contre 140.000 l'année précédente) et de confirmations (126.000, contre 75.000 l'année précédente) ainsi que le nombre d'enterrements (240.000, contre 237.000 l'année précédente) ont également augmenté. Cependant, seules les confirmations et les enterrements dépassent les derniers chiffres pré-Corona de 2019.

    Mgr Bätzing a rendu hommage aux prestations de l'Église, notamment dans les paroisses, les associations, le domaine de la formation et la Caritas : "Sans les nombreuses offres de services religieux et de transmission de la foi, notre coexistence humaine perdrait de sa profondeur". Cependant, le renouveau issu du processus de réforme n'est "manifestement pas encore arrivé" au contact des croyants.

    Nouvelle baisse de la fréquentation des cultes

    Le nombre de personnes assistant aux services religieux a de nouveau baissé. Les dimanches de recensement, 4,3 % des catholiques ont participé à des cultes en présence en 2021, contre 5,9 % l'année précédente. En 2019, la dernière année avant la pandémie de Corona, ils étaient encore 9,1 pour cent. Les chiffres des cultes en ligne n'ont pas été relevés. Bätzing a cependant parlé d'un public de plusieurs millions de personnes atteint par les cultes en ligne et radiodiffusés. Il faut cependant se défaire de l'idée que "les églises se remplissent à nouveau ou que le nombre de fidèles augmente à nouveau", a reconnu le président de la DBK. Tant le nombre d'entrées (1 465, contre 1 578 l'année précédente) que celui des réadmissions (4 116, contre 4 358 l'année précédente) dans l'Église catholique ont légèrement diminué.

    Au total, 26,0 pour cent de la population faisait donc partie de l'Eglise catholique romaine fin 2020. Selon les statistiques de l'Église protestante d'Allemagne (EKD) publiées en mars dernier, 19,72 millions de personnes appartenaient en 2021 à l'une des 20 Églises membres de l'EKD, soit 23,7 % de la population totale. Au total, le nombre de membres des deux grandes Eglises est donc pour la première fois inférieur à la moitié de la population allemande. Selon les estimations, il faut y ajouter environ trois millions de membres des églises orthodoxes ainsi que jusqu'à 1,8 million de membres d'autres confessions chrétiennes.

    Cette année, pour la première fois, les Eglises protestantes et catholiques ne présentent pas ensemble leurs statistiques respectives sur les Eglises. En mars, l'EKD avait annoncé pour la première fois un nombre de membres inférieur à 20 millions dans le cadre de chiffres provisoires. Les tendances des statistiques protestantes étaient similaires : avec 280.000 sorties d'Eglise, un record a également été atteint, le nombre de baptêmes a nettement augmenté par rapport à l'année précédente, mais est resté inférieur au chiffre d'avant Corona. (fxn)

    Le nombre de sorties de l'Église catholique a diminué de près de 20 % en 2020 - mais il n'y a pas lieu de s'en réjouir : hormis l'année précédente, le nombre de sorties n'a jamais été aussi élevé. Les autres chiffres ne donnent pas non plus beaucoup de raisons d'espérer.

  • Pauvre Petit !

    IMPRIMER

    D'Adrien de Marneffe sur  le site de la Dernière Heure :

    Le bourgmestre MR de Wezembeek, qui s'était positionné contre "le droit à l'avortement libre", présente ses excuses: "Je me suis laissé emporter par mon vécu intime"

    Frédéric Petit, bourgmestre de Wezembeek, explique s’être “laissé emporter par (son) vécu intime”. Sa sortie a provoqué des remous au MR et dans sa commune. “Je tiens à présenter mes excuses à ceux qui se seraient sentis associés à mes propos.”

    La Cour suprême des États-Unis a révoqué vendredi le droit à l’avortement. À contre-courant de la majorité de la classe politique belge, le bourgmestre MR de Wezembeek avait expliqué à La Libre soutenir la décision de la Cour suprême américaine. “Je suis opposé à l’avortement libre, sauf pour des raisons thérapeutiques, par exemple si on sait que l’enfant n’aura qu’une espérance de vie de quelques heures. Je suis contre le droit à l’avortement libre”, avait déclaré le bourgmestre de Wezembeek-Oppem.

    Frédéric Petit a tenu à préciser sa position. “Je maintiens mon point de vue mais je dois aussi tenir compte du fait que mes propos ont mis certains de mes collègues en difficulté, eu égard à ma fonction”, nous explique-t-il.

    "Je regrette d'avoir émis cet avis personnel"

    Dans un communiqué envoyé à La Libre, il revient sur “les réserves exprimées par rapport aux conséquences du récent arrêt de la Cour Suprême des Etats-Unis”. Frédéric Petit précise que “cet avis a été donné à titre strictement personnel".

    Frédéric Petit poursuit. “Je regrette sincèrement d’avoir émis cet avis personnel en oubliant la fonction représentative que j’exerce au sein de la commune.” Il explique s’être “laissé emporter par (son) vécu intime”. “Je tiens à présenter mes excuses à ceux qui se seraient sentis associés à mes propos.” Frédéric Petit, qui nous assure ne pas avoir été contacté ni n’avoir reçu d’injonction de son président de parti, rappelle que le MR, dont il fait partie, “s’est exprimé clairement en affirmant par la voix de son président que le parti ne partageait pas son opinion et était “totalement en faveur de la liberté des femmes à disposer de leur corps et donc en faveur du droit à l’avortement”.

    Il conclut en précisant qu’il respecte “la prise de position du parti et apprécie la possibilité qu’ont les membres du MR de s’exprimer et de voter librement dans les débats éthiques comme c’est le cas pour celui de l’IVG”.

    Son point de vue personnel “n’a rien à voir avec son engagement de Bourgmestre ni avec la gestion communale”.

    Des remous au MR

    Cette tentative d’apaisement survient alors que les précédentes déclarations de Frédéric Petit ont provoqué des remous au sein du MR et ont fait bondir plusieurs libéraux, dont Denis Ducarme, Christine Defraigne et Olivier Destrebecq. 

    Le MR de Wezembeek-Oppem s’est même désolidarisé des propos de son bourgmestre. “Bien que M. Petit soit un bon gestionnaire communal, nous ne partageons pas son opinion sur la question de l’avortement. Nous l’invitons à revoir sa philosophie libérale sur ce sujet”, ont-ils déclaré dans la DH. 

    De son côté, Georges-Louis Bouchez avait précisé que le bourgmestre de Wezembeek-Oppem ne serait pas recadré. "Il n’y a pas de ligne de parti sur le sujet puisque depuis 1962, la liberté de vote est la règle sur ces questions”, avait rappelé le président du MR, ajoutant qu’il s’agissait d’une “opinion et non un délit, raisons pour lesquelles, même si ma position est totalement en faveur de la liberté des femmes à disposer de leur corps et donc en faveur du droit à l’avortement, il est libre et responsable de ses propos".

  • Madrid : plus de 100.000 personnes pour manifester contre la réforme de la loi espagnole sur l'avortement

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Madrid : Plus de 100 000 participants ! - Grande manifestation contre la réforme de la loi espagnole sur l'avortement

    28 juin 2022

    Selon Oreja, l'organisateur : la décision américaine de DA annulant Roe vs Wade est un signe "que le débat sur la culture de la vie est loin d'être terminé"

    Madrid (kath.net/KAP/red) Selon les organisateurs, plus de 100 000 personnes ont manifesté dimanche à Madrid contre la réforme de la loi destinée à libéraliser davantage le meurtre d'enfants à naître en Espagne. Plus de 200 organisations civiles - dont beaucoup du secteur religieux - avaient appelé à participer à la marche de protestation vers la Plaza de Colon dans la capitale espagnole, a rapporté dimanche le portail "ACI Prensa". Les lois récemment adoptées - y compris celles sur l'euthanasie - sont injustes et "totalitaires", selon les manifestants.

    L'annulation de la décision de la Cour suprême relative à l'avortement "Roe vs. Wade" aux États-Unis a montré "que le débat sur la culture de la vie est loin d'être terminé", a déclaré l'organisateur de la manifestation, Jaime Mayor Oreja, de la protection de la vie Club "Néo". Les manifestants n'ont pas voulu se rendre complices des lois en gardant le silence. Les fondements chrétiens de la société espagnole devront être "mobilisés et défendus" encore plus à l'avenir, car ceux qui sont au pouvoir "ne se comportent pas en dirigeants, mais en réinventeurs qui veulent dresser les Espagnols les uns contre les autres", a déclaré le maire.

    Le gouvernement espagnol veut changer la réalité "et dire que tuer est bon et miséricordieux, tandis que les soins, la prière et l'aide pour ceux qui ont besoin de soutien sont mauvais", a déclaré Carmen Fernandez de la Cigona, de l'Institut d'études familiales. La suppression du délai de réflexion obligatoire de trois jours avant un avortement devrait "dissuader de réfléchir". Nayeli Rodriguez, coordinatrice espagnole de la campagne de prière "40 jours pour la vie", a calculé que depuis la légalisation de l'avortement en Espagne en 1985, 2,5 millions d'avortements ont déjà été pratiqués.

    La réforme de la loi sur l'avortement initiée par le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez a été votée en Conseil des ministres espagnol le 17 mai. Entre autres choses, le projet de loi prévoit que les filles à partir de 16 ans peuvent se faire avorter sans le consentement parental, et les délais de réflexion précédemment prescrits ne s'appliqueront plus. Il est également stipulé que les hôpitaux publics dotés de services de gynécologie et d'obstétrique doivent disposer de spécialistes pouvant garantir la réalisation des avortements. Le projet de loi doit maintenant être débattu et voté à la Chambre des représentants avant d'être transmis au Sénat.

  • Arrêt de la Cour Suprême des Etats-Unis : la bataille ne fait que commencer

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    Avortement : la décision de la Cour suprême entre réactions et interprétations

    27 juin 2022

    Vendredi, la Cour suprême américaine a annulé l’arrêt Roe vs. Wade. Avec cet arrêt, elle met fin au « droit à l’avortement » dans le pays, rendant à nouveau chaque Etat libre de légiférer dans le sens qu’il souhaite. Comme le Mississippi qui a voté l’interdiction de l’avortement après 15 semaines de grossesse. C’est cette loi qui a été contestée devant la plus haute juridiction et conduit à renverser l’arrêt Roe vs. Wade (cf. Etats-Unis : L’avortement devant la Cour suprême).

    Parmi les nombreuses réactions qu’a suscitées la décision de la Cour, le directeur de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est dit « très déçu »[1]. De son côté, l’Académie pontificale pour la vie affirme dans un communiqué que « la protection et la défense de la vie humaine n’est pas une question qui peut rester confinée à l’exercice des droits individuels, mais au contraire une question de grande portée sociale » [2]. Et « le fait qu’un grand pays ayant une longue tradition démocratique ait changé sa position sur cette question interpelle le monde entier ».

    Une décision incomprise ?

    Pour François-Henri Briard, avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation et membre de la Société historique de la Cour suprême des États-Unis d’Amérique, cette décision dans l’affaire Dobbs est « sans nul doute possible un arrêt historique dont l’écho sera considérable ». « Mais la marée de commentaires qu’elle suscite, notamment en Europe, procède hélas souvent de l’incompréhension, du simplisme arrogant ou même d’une hostilité aveugle », dénonce-t-il[3].

    « La Cour n’a pas statué sur le statut de l’embryon, ni sur le droit à la vie, ni même sur le droit à l’avortement, pointe l’avocat. Elle n’a à vrai dire même rien jugé du tout sur le fond de cette question, dont elle a au contraire souligné la dimension essentiellement morale. » « La Cour a seulement jugé, dans une approche dite “originaliste, que la constitution de 1787 ne contient pas, ni explicitement ni implicitement, un quelconque droit à l’avortement, en ajoutant qu’il n’appartient qu’au peuple et à ses représentants de se prononcer sur cette question », analyse-t-il.

    Et cette décision est finalement similaire à la jurisprudence européenne. « De la même manière, la Cour européenne des droits de l’Homme avait jugé que la protection de la vie privée ne garantit pas un droit à l’avortement, et qu’il appartient à chaque Etat de décider librement s’il souhaite ou non légaliser cette pratique », explique Grégor Puppinck, président du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ).[4]

    La fin d’une « erreur judiciaire »

    « La construction de la décision Roe v/ Wade de 1973, qualifiée aujourd’hui d’erreur judiciaire, reposait sur des fondements juridiquement erronés (interprétation “bricolée du Quatorzième Amendement au nom de la vie privée, de l’autonomie personnelle et d’une certaine idée de la liberté humaine), affirme François-Henri Briard, et n’était, selon l’expression du juge Byron White, que la manifestation d’un activisme judiciaire brutal inspiré par des groupes de pression. »

    Le juge Antonin Scalia, l’avait déjà affirmé dans l’affaire Casey en 1972, souligne l’avocat, « seuls les citoyens doivent décider de questions aussi graves, par le vote démocratique, et non des juges non élus interprétant un texte constitutionnel selon leurs préférences morales ou philosophiques personnelles ».

    Pour François-Henri Briard, la décision de la Cour suprême « a été rendue par des membres de la cour qui ne sont ni de droite ni de gauche, ni conservateurs ou progressistes, mais des juges, intègres et indépendants, de grands professionnels du droit, qui ne sont séparés que par des questions de techniques d’interprétation de la constitution fédérale (textualistes vs constructifs) et non par des clivages politiques ».

    Des Etats commencent à interdire l’avortement

    Conséquence de l’arrêt de la Cour suprême, plusieurs Etats américains ont annoncé prendre des dispositions pour interdire les avortements. Le Missouri a été le premier, dès vendredi. Le procureur général de l’Etat, Eric Schmitt, a ratifié le texte déjà voté (cf. USA : Interdiction de l’IVG au-delà de huit semaines au Missouri).

    Sept Etats lui ont emboîté le pas, et plusieurs autres ont prévu de le faire[5]. Comme dans l’Indiana où le gouverneur, Eric Holcomb, a annoncé convoquer la législature pour y interdire les avortements. La moitié des Etats-Unis pourrait suivre cette voie.

    En réaction, le Planned Parenthood a lancé une procédure judiciaire dans l’Utah et différentes entreprises ont annoncé financer les avortements de leurs employées. Parmi elles, Airbnb, Tesla, Amazon, Starbucks, ou encore Disney (cf. Le Sénat de l’Utah vote une loi pour limiter le nombre d’IVG).

    Une bataille qui ne fait que commencer ?

    Mais la bataille pourrait ne faire que commencer. Le président des Etats-Unis, Joe Biden, a affirmé par la voix de son porte-parole qu’il continuerait à « chercher des “solutions” ». La Maison Blanche évalue d’éventuels décrets en ce sens.

    De son côté, le procureur général Merrick Garland laisse entendre qu’il est prêt à sévir contre les Etats qui bloqueraient l’accès à la pilule abortive, approuvée par la FDA[6]. « Les Etats ne peuvent pas interdire la mifépristone », affirme-t-il. Car la FDA est seule détentrice de l’autorité pour approuver les médicaments aux Etats-Unis. Autorisés jusqu’à 10 semaines de grossesse, les avortements médicamenteux représentent la moitié des IVG pratiquées dans le pays.

    Pourtant, sans l’interdire, plus de 30 Etats ont déjà adopté des restrictions, notamment en interdisant leur envoi par la poste. Un fabricant de mifepristoneGenBioPro, a déjà intenté un procès contre le Mississippi pour ses restrictions sur le produit (cf. COVID-19 : recrudescence des IVG par téléconsultation aux Etats-Unis, et des regrets).

    Et la lutte pourrait dépasser le sujet de l’avortement. « “Dans de futurs dossiers” concernant, eux aussi, le respect de la vie privée, “nous devrions revoir toutes les jurisprudences” », a écrit le juge Clarence Thomas, dans un argumentaire accompagnant la décision de la Cour suprême. Dans cette déclaration, il cite trois arrêts relatifs à la contraception ou encore au mariage entre personnes de même sexe.

    -------------------

    [1] Reuters, WHO’s Tedros disappointed by end of U.S. abortion ruling Roe v Wade (24/06/2022)

    [2] Vatican news, Avortement: l’Académie pontificale pour la Vie salue la décision américaine (25/06/2022)

    [3] Le Figaro, François-Henri Briard, Avortement : ce qu’a vraiment dit la Cour suprême des États-Unis (25/06/2022)

    [4] Famille chrétienne, Antoine Pasquier et Camille Lecuit, La Cour suprême américaine annule le droit constitutionnel à l’avortement (24/06/2022)

    [5] AFP (27/06/2022)

    [6] Stat news, Nicholas, Florko, The Biden administration wants to get tough on states’ abortion pill restrictions. It won’t be easy (24/06/2022)

  • Irénée de Lyon, défenseur de l'orthodoxie catholique (28 juin)

    IMPRIMER

    Saint Irénée de Lyon

    Le 28 mars 2007, Benoît XVI a consacré sa "catéchèse" du mercredi à ce grand témoin de la Foi (IIe siècle) que l'on fête aujourd'hui : saint Irénée de Lyon

    Chers frères et sœurs!

    Dans les catéchèses sur les grandes figures de l'Eglise des premiers siècles, nous arrivons aujourd'hui à l'éminente personnalité de saint Irénée de Lyon. Les informations biographiques à son sujet proviennent de son propre témoignage, qui nous est parvenu à travers Eusèbe, dans le livre V de l'Histoire ecclésiastique. Irénée naquit selon toute probabilité à Smyrne (aujourd'hui Izmir, en Turquie), vers 135-140, où, encore jeune, il alla à l'école de l'Evêque Polycarpe, lui-même disciple de l'Apôtre Jean. Nous ne savons pas quand il se rendit d'Asie mineure en Gaule, mais son transfert dut coïncider avec les premiers développements de la communauté chrétienne de Lyon:  c'est là que, en 177, nous trouvons Irénée au nombre du collège des prêtres. C'est précisément cette année qu'il fut envoyé à Rome, porteur d'une lettre de la communauté de Lyon au Pape Eleuthère. La mission romaine qui permit à Irénée d'échapper à la persécution de Marc-Aurèle, dans laquelle au moins 48 martyrs trouvèrent la mort, parmi lesquels l'Evêque de Lyon lui-même, Pothin, âgé de 90 ans, mort des suites de mauvais traitements en prison. Ainsi, à son retour, Irénée fut élu Evêque de la ville. Le nouveau Pasteur se consacra entièrement au ministère épiscopal, qui se conclut vers 202-203, peut-être par le martyre.

    Lire la suite