Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 4

  • Qu'est-ce que l'idéologie et quel est son rapport avec le catholicisme ?

    IMPRIMER

    De David G. Bonagura, Jr. sur le Catholic World Report :

    Le catholicisme et la vérité sur l'idéologie

    Comment le terme "idéologie" peut-il être si malléable que n'importe qui peut en affubler son adversaire ? Qu'est-ce que l'idéologie et quel est son rapport avec le catholicisme ? Le catholicisme est-il lui-même une idéologie ?

    18 juin 2024

    "L'idéologie est le terme fétiche de l'argumentation intellectuelle. Les partisans des guerres culturelles et ecclésiales s'accordent sur un point : la position adverse - mais jamais la sienne - est toujours une idéologie. "Idéologie républicaine". "Idéologie démocrate". "L'idéologie du pape Benoît". "L'idéologie du pape François". La liste pourrait s'allonger à l'infini - même le kicker de la NFL Harrison Butker a été accusé de débiter de l'idéologie dans son désormais célèbre discours de rentrée du Benedictine College.

    Comment le terme "idéologie" peut-il être si malléable que n'importe qui peut en affubler son adversaire ? Qu'est-ce que l'"idéologie" et quel est son rapport avec le catholicisme ? Le catholicisme est-il lui-même une idéologie ?

    Tout d'abord, idéologie n'est pas synonyme d'"opinion", qui est une idée singulière évaluant un événement ou une personne. Elle n'est pas non plus synonyme de "vision du monde", comme je l'ai entendu dire par des jeunes ; une vision du monde est plus proche d'une disposition ou d'un point de vue, qu'il soit optimiste, conservateur ou passif, pour n'en citer que quelques-uns. Il n'est pas non plus équivalent à "principe", qui est un principe fondamental d'action dérivé de la nature ou de l'expérience. Le premier principe de la loi naturelle, par exemple, est de faire le bien et d'éviter le mal. Les synonymes de principe comprennent "précepte", "règle" et "vérité".

    La définition de l'idéologie donnée par l'Oxford English Dictionary en 1989 est tout à fait pertinente :

    Un système systématique d'idées, généralement lié à la politique ou à la société, ou à la conduite d'une classe ou d'un groupe, et considéré comme justifiant des actions, en particulier un système implicite ou adopté comme un tout et maintenu quel que soit le cours des événements.

    Alors que les principes sont dérivés du monde, une idéologie est un ensemble harmonisé d'idées, extraites de théories et rassemblées en un système, qui cherche à diriger le monde selon sa vision. Le fait que l'idéologie soit "maintenue indépendamment du cours des événements" est un point critique : elle impose au monde une manière préconçue d'être et d'agir et plie le monde pour qu'il s'y adapte. Elle inverse l'ordre de la connaissance, où la vérité suit l'être, c'est-à-dire que la vérité est la connaissance conforme à la réalité du monde.

    Le communisme offre l'exemple le plus notoire de l'idéologie en tant qu'abstraction rassemblée dans une théorie ou un système auquel le monde est forcé de se conformer. Il soutient que les êtres humains sont principalement motivés par les forces matérielles, c'est-à-dire les forces physiques. Tous les autres motifs, y compris les motifs surnaturels, ne sont pas pertinents pour construire une société. L'État exploite plus efficacement les motivations matérielles lorsque tous les biens sont détenus en commun. Pour forcer le monde à se conformer à ces idées, les travailleurs doivent se révolter contre leurs oppresseurs capitalistes afin d'inaugurer une société juste.

    Les dictatures brutales de la Chine, de l'URSS et de Cuba ont toutes détruit leurs pays respectifs en obligeant leurs peuples à vivre selon les idées communistes. La politique de l'enfant unique, l'interdiction du culte religieux et le contrôle de tous les moyens de production économique découlent de l'idéologie communiste, qui fait du matérialisme son summum bonum. Avec le temps, toutes ces pratiques ont échoué, mais, conformément à la définition de l'OED, les idéologues communistes maintiennent leurs positions malgré les preuves flagrantes du contraire. L'idéologie est donc synonyme de "dogme" et de "credo". Ces dictatures communistes ont à la fois imposé un mode de vie contre nature et écrasé la dissidence de son orthodoxie par le bannissement ou la mort.

    Lire la suite

  • En Slovaquie : communisme, consumérisme et évangélisation de ceux qui cherchent

    IMPRIMER

    D'Edgar Beltran sur The Pillar :

    En Slovaquie : communisme, consumérisme et évangélisation des "chercheurs".

    18 juin 2024

    Pour beaucoup de gens, la Slovaquie n'est pas la première nation qui leur vient à l'esprit lorsqu'ils pensent aux pays catholiques d'Europe. Ils pensent peut-être d'abord à l'Italie, où se trouve la Cité du Vatican, au Portugal, où est apparue Notre-Dame de Fatima, ou à la Pologne, où a grandi le pape saint Jean-Paul II.

    Mais la Slovaquie, petite nation d'Europe centrale, s'enorgueillit d'une profonde tradition catholique, qui s'est maintenue même pendant les décennies de communisme du XXe siècle.

    La figure catholique la plus connue en Slovaquie aujourd'hui est sans doute l'évêque Jozef Hal'Ko, 60 ans, évêque auxiliaire de Bratislava, la capitale du pays.

    La défense publique de la foi catholique et l'activité de Mgr Hal'ko sur les médias sociaux ont fait de lui une personnalité bien connue dans son pays.

    La principale activité de l'évêque sur les médias sociaux est sa série Na minútku - "Une minute" - dans laquelle l'évêque prêche brièvement sur l'Évangile de chaque dimanche.

    L'évêque Hal'Ko a parlé avec The Pillar de ses activités pastorales, de la sécularisation en Europe et de la mission d'évangélisation.

    Cet entretien a été édité pour des raisons de longueur et de clarté.

    Pour beaucoup de gens, la Slovaquie n'est pas un pays très connu. Pourriez-vous d'abord nous donner un aperçu général de l'Église catholique en Slovaquie ?

    Pendant 50 ans, l'Église catholique a vécu sous la domination du communisme en Slovaquie ; cela ne fait que 25 ans que nous nous sommes libérés de ce régime. La Slovaquie est un pays majoritairement catholique - 62 % de la population est catholique.

    Le pays compte de nombreuses écoles catholiques et une université catholique, ainsi que de nombreuses aumôneries dans des universités non catholiques. Nous essayons toujours d'atteindre ceux qui sont plus éloignés de l'Église.

    Nous avons des cours d'éducation religieuse dans les écoles afin que les enfants puissent être préparés à recevoir la première communion et la confirmation dans les écoles.

    Actuellement, la conférence épiscopale de Slovaquie compte 17 évêques et environ 2 000 prêtres officient dans le pays.

    L'Église catholique comprend également une minorité de catholiques byzantins.

    Vous êtes récemment rentré de votre visite ad limina avec le pape François, en compagnie des autres évêques slovaques. Quelle est la vision du pape pour l'Église en Slovaquie ?

    Il nous a dit, à nous évêques, une chose très fondamentale : soyez proches.

    Soyez proches de Dieu, soyez proches de vos prêtres et soyez proches les uns des autres.

    Il nous a montré l'image du bon berger. Un bon berger va devant le troupeau pour le conduire, derrière lui pour le protéger et au milieu de lui pour le comprendre. C'est l'image de base de la mission d'un évêque.

    Lire la suite

  • Le président de la Conférence épiscopale polonaise a participé à la Marche pour la vie à Gdańsk

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Le président de la Conférence épiscopale polonaise a participé à la Marche pour la vie à Gdańsk

    18 juin 2024

    Exemplaire : la Conférence épiscopale polonaise est le parrain de cette grande manifestation pro-vie, l'archevêque Woja l'accompagne personnellement et est l'un des orateurs de l'événement.

    Gdansk (kath.net/pl) Des milliers de personnes ont participé à la 12e Marche pour la vie à Gdańsk, parmi lesquelles le président de la Conférence des évêques catholiques polonais et métropolite de Gdańsk, Mgr Tadeusz Wojda. L'événement est placé sous le patronage de l'épiscopat polonais, de l'archidiocèse métropolitain de Gdańsk et de la maire de Gdańsk, Aleksandra Dulkiewicz. Des marches similaires pour le mariage et la famille ont lieu dans toute la Pologne. Cela a été rapporté par « Radio Gdańsk ». La Marche pour la vie a été suivie d'un Festival pour la vie.

    Mgr Wojda a souligné que le droit à la vie est le plus important : chacun a le droit de naître et de connaître le monde. Ceci est également important en ce qui concerne le débat social sur l’avortement et l’euthanasie.

    La Marche pour la vie est « un événement social organisé à l'initiative des fidèles de l'archidiocèse de Gdańsk et dont le but principal est de confirmer l'attachement des catholiques aux valeurs fondamentales de respect de la vie humaine depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, comme ainsi que « le caractère unique de la vocation conjugale, qui repose sur l'union d'un homme et d'une femme », a encore expliqué le président de la Conférence épiscopale polonaise.

    Depuis début avril, ces manifestations pro-vie ont déjà eu lieu dans 50 villes polonaises. Selon le portail de la Conférence des évêques catholiques "Opoka", les participants "s'expriment d'une voix forte contre les tentatives de l'opposition d'introduire une loi sur l'avortement [plus libérale], contre la démoralisation, contre la déconstruction du système éducatif, contre la déchristianisation de la Pologne et contre les atteintes à l'identité du mariage ».

    Dimanche dernier, la Conférence épiscopale polonaise a fait lire sa lettre pastorale ProLife dans toutes les églises. L’ensemble de l’épiscopat polonais s’oppose clairement à l’avortement : « Nul n’a le droit de décider de la vie d’autrui au nom de la liberté personnelle. »

    Lien vers la lettre pastorale complète :La Conférence épiscopale polonaise publie une importante lettre pastorale de ProLife

  • Le Sacré-Cœur, une dévotion qui unit l'affection et la raison

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la NBQ :

    Le Sacré-Cœur, une dévotion qui unit l'affection et la raison

    Le monde offre "une vision superficielle et illusoire de l'amour", où le sacrifice n'est pas envisagé. "Mais l'amour chrétien est plus profond et signifie imiter le Christ". Dans la spiritualité du Sacré-Cœur, l'affection, l'intelligence et la volonté travaillent ensemble. La Bussola s'entretient avec le cardinal Collins.

    19_06_2024

    Juin est le mois consacré au Sacré-Cœur de Jésus. Un culte qui a apporté de grands fruits de sainteté à l'Église et dont la diffusion est particulièrement due à sainte Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690). Benoît XVI a rappelé que "dans le cœur du Rédempteur, nous adorons l'amour de Dieu pour l'humanité, sa volonté de salut universel, son infinie miséricorde". Cette dévotion profondément eucharistique est particulièrement chère au cardinal Thomas Christopher Collins qui, lorsqu'il était archevêque de Toronto, a écrit une belle lettre pastorale sur le Sacré-Cœur de Jésus intitulée "Le cœur parle au cœur". Le cardinal canadien revient sur l'importance de ce culte, surtout aujourd'hui, dans cet entretien accordé à la Nuova Bussola Quotidiana. 

    Cardinal Collins, que peut enseigner la couronne d'épines avec laquelle est représenté le Sacré-Cœur de Jésus à une société comme celle d'aujourd'hui où la souffrance fait peur ?

    L'amour véritable implique le sacrifice, et cet amour généreux et sacrificiel implique souvent la souffrance. Nous lisons l'amour sacrificiel de Jésus dans la lettre aux Philippiens (2,6-11), où saint Paul dit que la deuxième personne de la Trinité ne s'est pas accrochée à son égalité avec Dieu, mais qu'elle s'est vidée d'elle-même et est venue dans notre monde, jusqu'à accepter la mort sur la croix. Une couronne d'épines entoure donc le Sacré-Cœur de Jésus, comme lors de sa crucifixion, car l'amour qu'il offre n'est pas autoréférentiel, mais généreusement sacrificiel, comme devrait l'être le nôtre si nous vivons à l'imitation du Christ. Nous partageons la souffrance des autres, et parce que nous vivons dans un monde qui se détourne de Dieu, aujourd'hui comme dans la vie du Christ sur Terre, ceux qui sont fidèles peuvent faire l'expérience de la souffrance. Il y a plus de martyrs aujourd'hui qu'au premier siècle. Notre monde offre souvent une vision superficielle et illusoire de l'amour qui évite la possibilité d'une couronne d'épines ; mais l'amour chrétien est plus profond et signifie imiter le Christ ; il a offert un amour généreux dans un monde de gens au cœur dur, et cela a conduit à une couronne d'épines. Nous, chrétiens, ne devons pas essayer d'éviter le risque de souffrance que courent ceux qui offrent l'amour du Christ dans ce monde parfois froid.

    Un cœur blessé pour symboliser l'amour véritable, l'amour divin. Pourquoi ne s'agit-il pas d'une contradiction ?

    La blessure dans l'image du Sacré-Cœur nous rappelle le fondement biblique de cette dévotion, qui n'est pas un simple exercice de piété, mais qui, comme la dévotion à l'Eucharistie et la dévotion à Marie, a un solide contenu doctrinal enraciné à la fois dans l'Écriture et dans la tradition. En Jean 19, 34, nous lisons qu'un soldat a transpercé le côté de Jésus avec une lance et qu'il en est sorti du sang et de l'eau. Cette blessure au cœur physique de Jésus sur la croix a été considérée à juste titre comme représentative non seulement de sa souffrance, au même titre que la couronne d'épines, mais aussi de la grâce sacramentelle qui découle de la souffrance, de la mort et de la résurrection du Christ. La grande encyclique du pape Pie XII sur le Sacré-Cœur s'intitule Haurietis aquas, d'après le verset du prophète Isaïe (12, 3) : "Vous puiserez avec joie l'eau aux sources du salut". L'amour du Christ se déverse sur nous et, surtout à travers les sacrements, en particulier le baptême et l'eucharistie, nous offre une source de salut dans notre voyage à travers le désert séculaire, dans ce territoire hostile à notre foi, dans lequel nous sommes en route vers la terre promise. L'amour chrétien s'enracine dans la réalité et non dans l'illusion, et cette réalité implique à la fois la lutte contre le mal et la réalité encore plus grande de l'expérience de la grâce de Dieu.

    Lire la suite

  • Le wokisme : idéologie ou religion ?

    IMPRIMER

    De Jean de Codt (premier président honoraire de la Cour de cassation) sur didoc.be :

    Le wokisme : idéologie ou religion ?

    16 juin 2024

    Le wokisme est un messianisme, mais un messianisme terrestre.

    Pour essayer de comprendre ce que sont le wokisme et son insupportable prétention à tout régenter, l’écrivain Natacha Polony raconte cette histoire que vous connaissez peut-être.

    Il a neigé toute la nuit. Natacha sort le matin, à 08.00 heures et décide de faire dans son jardin, devant la maison, un bonhomme de neige.

    A 08.10 heures, une féministe radicale passe dans la rue et demande à Natacha pourquoi elle n’a pas fait une bonne femme de neige.

    A 08.15 heures, Natacha fait donc également une bonne femme de neige.

    A 08.20 heures, les musulmans qui habitent en face sont fâchés parce qu’ils trouvent la bonne femme de neige provocante. Ils exigent qu’elle soit voilée.

    A 08.25 heures, les voisins, qui sont végétariens et peut-être même « vegan », rouspètent à cause de la carotte qui sert de nez au bonhomme et à la bonne femme. Les légumes sont de la nourriture et ne doivent pas servir à ça.

    A 08.26 heures, le couple d’homosexuels du quartier s’énerve : ça aurait pu être deux bonshommes de neige.

    A 08.28 heures, Natacha se fait traiter de raciste car le couple sculpté dans la neige est entièrement blanc.

    A 08.31 heures, quelqu’un appelle la police qui vient voir ce qui se passe.

    A 08.45 heures, l’équipe de télévision locale s’amène. Les journalistes demandent à Natacha si elle connaît la différence entre un bonhomme de neige et une bonne femme de neige. Elle répond oui, elle explique ce qui les distingue, et on la traite de sexiste.

    A 08.52 heures, son téléphone portable est saisi et contrôlé et elle est embarquée au commissariat.

    Cette aventure est racontée dans un livre intitulé Délivrez-nous du bien.

    Le wokisme dit de lui-même qu’il n’existe pas. C’est une manière d’empêcher le débat. La parabole de Natacha et du bonhomme de neige permet cependant de mettre le doigt sur une réalité : il existe un conglomérat de luttes tendant à la juxtaposition de radicalités antagonistes. Convenons, dès lors, d’appeler « wokisme » ce conglomérat.

    Le wokisme est un mot-valise qui désigne une réalité multiple et l’unifie en recherchant ce qui pourrait en constituer le commun dénominateur. Il s’agit d’un mouvement d’idées qui s’exprime dans la théorie du genre, la théorie critique de la race, l’antispécisme, l’intersectionnalité ou la convergence des luttes, ainsi que dans une nouvelle philosophie de la connaissance marquée notamment par la cancel culture, la culture de l’annulation.

    Lire la suite sur didoc.be

  • Un évêque colombien avertit que la détérioration de la société est enracinée dans l'affaiblissement de la famille

    IMPRIMER

    D'Eduardo Berdejo sur CNA :

    Un évêque colombien avertit que la détérioration de la société est enracinée dans l'affaiblissement de la famille

    16 juin 2024

    La détérioration de la société est due à des idéologies qui affaiblissent la famille, l'institution à laquelle Dieu a confié la protection de la vie, déclare l'évêque de Cúcuta en Colombie, José Libardo Garcés.

    Dans le dernier éditorial du journal diocésain La Verdad (La Vérité), le prélat invite les chrétiens à réfléchir sur la famille et la vie "pour prendre conscience de l'appel de Dieu à chaque foyer à défendre, protéger et sauvegarder la vie humaine comme fondement essentiel de la formation d'une personne et d'une société basée sur les vertus de l'Évangile, qui a en même temps son fondement dans le sacrement du mariage".

    "Nous constatons que la société se détériore sous de nombreux aspects, et que cette détérioration a pour origine la détérioration de la vie familiale, qui découle de différentes idéologies et façons de concevoir le mariage et la famille, qui ont tourné le dos à Dieu.

    L'évêque de Cúcuta, diocèse limitrophe du Venezuela, a souligné que l'appel constant de Dieu "est de construire la vie du foyer sur le roc solide de Jésus-Christ" et de recevoir de lui la force d'affronter les défis et les tâches de la mission reçue de Dieu de protéger la vie humaine à tous ses stades.

    Mgr Libardo a déclaré que la défense de la vie par l'Église catholique "va à l'encontre des idéologies qui présentent l'avortement, l'euthanasie et d'autres atteintes à la vie et à la dignité de la personne humaine comme la norme comportementale".

    "Face à cela, nous devons renforcer la famille qui protège la vie comme un don gratuit de Dieu.

    "La famille chrétienne devient un roc solide sur lequel la société est construite, a expliqué le prélat, parce qu'elle nous enseigne les relations saines entre le père, la mère, les époux, les enfants et les frères et sœurs, afin que nous puissions sortir dans la société pour créer des relations interpersonnelles saines, fondées sur les valeurs de l'Évangile.

    En ce qui concerne la douleur et l'angoisse qui peuvent être ressenties au sein du foyer, l'évêque a expliqué que "la croix fait partie de la vie humaine et aussi de la vie familiale". C'est pourquoi il a invité les fidèles à apprendre de la Vierge Marie à "être à côté de la croix du Seigneur, parfois dans la douleur, mais en restant là et avec l'espérance en Jésus, qui ne déçoit pas".

    L'évêque a noté que dans son exhortation apostolique Amoris Laetitia, le pape François enseigne que lorsque les familles suivent Jésus, les ruptures peuvent être évitées.

    "Progressivement, avec la grâce de l'Esprit Saint, [les époux] grandissent en sainteté à travers la vie conjugale, en partageant aussi le mystère de la croix du Christ, qui transforme les difficultés et les souffrances en une offrande d'amour", dit l'exhortation du pape.

    Libardo a déclaré que "cet enseignement du pape François est très consolant, car de nombreux mariages et familles rompent leurs relations à la première difficulté ou crise qu'ils rencontrent, oubliant qu'avec la grâce de Dieu reçue dans le sacrement du mariage et renouvelée jour après jour dans l'Eucharistie, ils peuvent persévérer dans la mission qu'ils ont reçue jusqu'à la fin."

    Le prélat a mis en exergue les couples mariés chrétiens qui ont persévéré dans leur amour fidèle, "avec la certitude que le Seigneur est toujours présent chaque jour jusqu'à la fin de leur vie".

    L'évêque a appelé les familles à "trouver quelques minutes chaque jour pour se réunir devant le Seigneur" et à placer "la vie personnelle et familiale sous la protection et l'égide de la Bienheureuse Vierge Marie et du glorieux patriarche saint Joseph, afin qu'ensemble, à la maison, ils puissent faire une profession de foi en proclamant : "Tu es le Christ"".

    Cet article a d'abord été publié par ACI Prensa, le partenaire de CNA pour les nouvelles en langue espagnole. Il a été traduit et adapté par l'AIIC.

    Eduardo Berdejo est diplômé en journalisme de l'Université nationale Mayor de San Marcos (Pérou). Il est membre de l'équipe d'ACI Prensa depuis 2001. Il a couvert les visites du pape François à Cuba, au Mexique, en Colombie et au Pérou. Il est également titulaire d'un diplôme en littérature comparée de l'université de Piura (Pérou) et a suivi le cours complet de correction stylistique de l'école d'édition de Lima (Pérou).

  • Le Centre pour les droits reproductifs, nouveau partenaire de l’OMS

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ (Louis-Marie Bonneau) :

    Le Centre pour les droits reproductifs, nouveau partenaire de l’OMS : les États divisés

    17 juin 2024

    Le Centre pour les droits reproductifs (Center for Reproductive Rights – CRR) est un lobby fondé en 1992 et dédié au contentieux juridique au sujet de l’avortement et de la contraception. Le CRR a ainsi intenté de nombreux procès dans des pays dotés de lois pro-vie. Le CRR affirme que son travail a conduit 1,7 milliard de personnes à vivre dans des pays dont les lois sont devenues plus favorables à l’avortement. Ce travail est financé par de nombreuses organisations, dont les Fondations Open SocietyFord et MacArthur. Melinda Gates a également annoncé, en mai 2024, vouloir subventionner à hauteur d’un milliard de dollars des organisations féministes, dont le CRR.

    Le CRR intervient également dans les organisations internationales ; il possède notamment le statut ECOSOC depuis 1997. Comme cela a déjà été démontré, le CRR a promu une approche radicale sur l’éducation sexuelle ou les questions de genre à l’occasion de contributions écrites adressées au Comité des droits de l’homme de l’ONU (CCPR) et au Comité des droits des femmes (CEDAW). Dans ces soumissions, le CRR ne cesse de répéter que l’avortement légal est nécessaire pour améliorer la santé maternelle. De nombreux chiffres prouvent le contraire, et même si cela était vrai, cela est au prix de la mort des enfants que ces femmes portent.

    Lire la suite sur le site de l'ECLJ

  • A quoi bon la synodalité puisque le pape fait tout lui-même ?

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (traduction Diakonos.be) :

    Soi-disant synodalité, puisque que le Pape François fait tout lui-même

    En fin de compte, le synode d’octobre qui était censé être le couronnement de l’œuvre ambitieuse du Pape François entamée en 2021 finira par discuter seulement… de synodalité. Un mois entier de discours de la méthode. Parce que c’est le Saint-Siège, pour ne pas dire le Pape, qui s’est saisi de toutes « les thématiques de grande importance » qui étaient ressorties de la précédente session. Ce dernier a, de son côté, mis sur pied une dizaine de « groupes d’étude » qui seront chargés de réexaminer par le menu les « questions doctrinales, pastorales et éthiques controversées » pour en remettre les premiers résultats en juin 2025.

    Mais ce n’est pas tout. Parce que dans les faits, le Pape François fait tout lui-même. Il suffit de prêtre attention à la coïncidence temporelle qui, le même jour, le 18 décembre dernier, a vu sortir à la fois le document qui a muselé la prochaine session synodale et la déclaration « Fiducia supplicans » qui a tranché par une décision solitaire venue d’en-haut la sempiternelle controverse pour ou contre la bénédiction des couples homosexuels, l’autorisant en dépit de l’opposition vigoureuse d’épiscopats continentaux entiers et la critique frontale de l’ensemble des Églises orthodoxes et orientales.

    Les « questions controversées » dont le Pape s’est saisi sont grosso modo les mêmes que celles sur lesquelles le « chemin synodal » de l’Église catholique d’Allemagne s’est engagé ces dernières années : prêtres mariés, nouvelle morale sexuelle, ordination sacrée des femmes. Depuis Rome, le Pape François est parvenu à grand-peine à empêcher le synode Allemand de prendre des décisions susceptibles de provoquer un schisme. Mais dans le même temps, il a laissé dans toute l’Église cohabiter des opinions opposées, des opinions qui se traduisent bien souvent en actes. Quant à lui, il se contente de descendre de temps à autre dans l’arène pour trancher l’une ou l’autre question par des gestes ou des déclarations expéditives mais jamais concluantes, qui enflamment davantage la controverse plutôt que de l’apaiser.

    Ces dernières semaines, le Pape s’est exprimé publiquement sur au moins trois questions. Sans en résoudre aucune mais, au contraire, en les compliquant davantage.

    *

    La première question est une sorte de coda à la polémique sur la bénédiction des couples homosexuels. Dans une interview à Norah O’Donnell de la chaîne américaine CBS, le Pape François a déclaré que « la bénédiction est pour tout le monde », pas des couples mais bien des personnes parce que « ce que j’ai permis ce n’était pas de bénir l’union ».

    Certains ont vu dans ces déclarations du Pape une correction restrictive de « Fiducia supplicans ». Mais d’autres n’y ont vu qu’un simple artifice rhétorique. Ce qui dans tous les cas ne change rien à la pratique actuelle où l’on bénit déjà, ensemble, deux homosexuels qui célèbrent leur union, certains qu’à Rome personne ne les rappellera à l’ordre pour leur enjoindre de les bénir séparément, l’un après l’autre.

    *

    La seconde question est celle de l’admission des homosexuels au sacerdoce.

    Sur ce point précis, le Saint-Siège avait pris position en 2005, dans une instruction de la Congrégation pour l’éducation catholique qui imposait de ne pas admettre dans les séminaires ceux qui « pratiquent l’homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent la soi-disant culture gay ».

    La seule exception autorisée concernant les « tendances homosexuelles n’étant que l’expression d’un problème transitoire » qui devaient cependant « être clairement dépassées au moins trois ans avant l’ordination ».

    Et dans les faits, au cours des années qui ont suivi, la pratique s’est répandue en de nombreux endroit d’exclure des ordres sacrés ceux qui pratiquaient l’homosexualité ou soutenaient l’idéologie « gender » et d’admettre en revanche ceux qui, bien qu’ils aient une « orientation homosexuelle » ne la mettaient pas en pratique avec des personnes de même sexe et s’engageaient à rester fidèles à la chasteté du sacerdoce, à l’instar des candidats hétérosexuels.

    Lire la suite

  • Un message eucharistique en Amérique

    IMPRIMER

    De Kai Blanc sur le Tagespost :

    Un message eucharistique à l'Amérique

    Deux mois dans la chaleur de l'été avec Jésus en valent la peine si l'on considère le sens de l'adoration eucharistique.

    17 juin 2024

    Sans aucun doute, l’une des questions les plus fréquemment posées à nous, missionnaires, lors de notre voyage eucharistique à travers les États-Unis est : « Pourquoi vous faites-vous cela ? Pourquoi - parmi toutes les autres choses que vous pourriez faire cet été - vous portez-vous volontaire pour parcourir le pays chaque jour pendant deux mois, dans la chaleur ? » La réponse est facile : parce que nous passons jusqu'à dix heures par jour avec l' Eucharistie et donc Jésus a permis de s'approcher très près. Et parce que nous avons le privilège d’inviter des centaines, voire des milliers, chaque jour à connaître Jésus d’une toute nouvelle manière.

    Au cours de la troisième semaine du pèlerinage eucharistique, nous traversons principalement des zones rurales. Nous nous sommes arrêtés à Rochester, la ville épiscopale du célèbre YouTuber Robert Barron . Il dirige le diocèse depuis 2022. Nous avons également traversé le Mississippi du Minnesota au Wisconsin. Les trois groupes de pèlerins des autres routes de pèlerinage ont déjà traversé plusieurs États, alors que nous avons passé tout notre temps au Minnesota sur la route du nord. Il était désormais temps pour nous aussi de faire quelque chose de nouveau.

    Beaucoup de gens redécouvrent leur foi

    La procession d'un État à l'autre était une fois de plus à couper le souffle : dans une zone rurale, plus de 3 000 fidèles nous ont rejoint alors que nous priions sur le pont en direction de La Crosse. Au sommet du pont, Mgr Barron a béni le Mississippi, le fleuve à la source duquel nous étions partis trois semaines plus tôt et qui s'élargit sensiblement à mesure que nous nous dirigeons vers le sud. Lorsque nous sommes arrivés du côté du Wisconsin, Mgr Barron a remis le Saint-Sacrement à l'évêque de La Crosse, qui est ensuite entré dans une arène avec des milliers de croyants et a adoré le reste de la journée.

    De telles expériences sont la véritable raison de notre pèlerinage. De nombreuses personnes redécouvrent leur foi, d’autres approfondissent leur relation avec le Christ, excités par la venue de Jésus dans leur ville natale dans le cadre de cette procession historique. Et à chaque procession, un signal clair est envoyé encore et encore : l’Église catholique est vivante ! Et pas seulement cela : il est florissant et envoie le message public à l’Amérique que Jésus nous attend tous !

    Le pèlerinage est un défi spirituel

    L'invitation de Jésus à se rapprocher de lui s'étend également à nous-mêmes, missionnaires. Et cela soulève une autre question qui nous est souvent posée : « Quel est le plus grand défi de ce pèlerinage ? On pourrait supposer que ce sont les exigences physiques, la marche elle-même ? Mais le défi spirituel est encore plus grand que toute blessure au pied ou tout épuisement physique.

    On pourrait penser de manière romantique : dix heures par jour avec le Saint-Sacrement – ​​c’est un rêve absolu, voire paradisiaque ! Mais le fait que Jésus nous invite également à une relation plus étroite avec lui signifie que nous ne sommes pas encore assez proches de lui. Il y a des chantiers, des problèmes et des blessures spirituelles en chacun de nous qui deviennent de plus en plus évidents au cours de ce pèlerinage. Non, Jésus ne veut pas seulement passer la lune de miel si parfaite avec nous. Il veut aussi nous purifier lors de ce pèlerinage. Et c'est parfois difficile.

    Lire la suite

  • La continuité contestée entre Benoît XVI et François

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    La continuité contestée entre Benoît XVI et François

    16 juin 2024

    La supposée continuité entre le pontificat de Benoît XVI et celui de François n'a jamais existé. Le thème du dualisme des deux papes au Vatican, qui s'était inévitablement ouvert avec l'élection de Bergoglio en 2013 pour se prolonger jusqu'à la mort de Ratzinger le 31 décembre 2022, reste encore au centre d'analyses érudites et d'études historiques approfondies. Jusqu'à présent, cela n'a jamais conduit à une réponse univoque. D'ailleurs, les deux pontifes qui ont cohabité pendant près de dix ans au Vatican avaient des tempéraments différents, des caractères distincts, des visions de l'Église éloignées, même si avec l'Émérite, le pape régnant avait effectivement su construire au fil des ans une bonne relation humaine. «Le grand-père sage à la maison», disait-il de lui avec affection.

    Ces dernières années, plusieurs livres, souvent très détaillés, se sont concentrés sur les dynamiques internes du pouvoir, en sondant les mécanismes décisionnels, pour comprendre à quel point le théologien Ratzinger était éloigné ou, au contraire, proche de certains tournants de François. Le dernier volume paru porte la signature autoritaire du professeur Gianmaria Vian, historien, ancien directeur de l'Osservatore Romano sous le pontificat de Benoît XVI et également durant les premières années de celui de François (L'ultimo papa, Marcianum Press). À son avis, cette linéarité que beaucoup identifient entre les deux pontifes et que l'on voudrait faire émerger avec tant de certitude non seulement ne correspond pas aux faits survenus mais est même l'objet d'opérations médiatiques peu convaincantes.

    Vian passe au crible le livre d'entretiens accordé par le pape François il y a quelques mois à l'Espagnol Javier Martinez Brocal, correspondant d'Abc mais aussi membre numéraire de l'Opus Dei. Le titre «Papa Francisco. El sucesor. Mis recuerdos de Benedicto XVI» indique avec précision son contenu, basé sur trois heures d'entretien. À travers la mémoire que Bergoglio conserve de son prédécesseur, «il veut qu'elle soit transmise avec l'intention déclarée de manière programmatique par le journaliste qui l'a écrit de montrer la continuité entre les deux papes. Mais le livre ne convainc pas» et ouvre, au contraire, de nombreuses questions. Pour Vian, cela apparaît comme une opération médiatique à considérer comme «échouée». Pour diverses raisons.

    Il ne s'agit pas, en effet, des polémiques avec les anciens collaborateurs de Ratzinger, à commencer par don Georg avec lequel François n'était pas en parfaite harmonie, ni de la reconstitution des deux derniers conclaves, ou des volontés exprimées par François pour les funérailles du théologien bavarois qui furent célébrées de manière presque expéditive, sans emphase, ni trop d'honneurs. Plutôt, Vian reprend un incident de 2018, un de ces faits qui à eux seuls sont capables d'éclairer le tout.

    Cette année-là, onze petits livres sur la théologie de Bergoglio avaient été publiés par la Librairie éditrice vaticane, et le préfet du Secrétariat pour la communication, Dario Edoardo Viganò, avait proposé à Benoît XVI d'écrire un bref texte pour les commenter. Ratzinger, dans la lettre envoyée à Viganò, évoque une «continuité intérieure entre les deux, malgré toutes les différences de style et de tempérament», mais la ligne suivante décline l'invitation en raison de «d'autres engagements». Enfin, le pape émérite mentionnait avec «surprise» la présence parmi les auteurs des «petits volumes» d'un théologien de son pays, Peter Hünermann, qui avait «dirigé des initiatives anti-papales» surtout «sur des questions de théologie morale». Mais lors de la présentation de l'initiative aux journalistes, le préfet Viganò ne montra qu'une partie de la lettre de Benoît XVI, évidemment dépourvue de cette dernière partie. Les polémiques qui s'ensuivirent le contraignirent à démissionner.

    Vian rapporte ensuite également les déclarations très différentes sur les dynamiques des deux conclaves et, face à de nombreux éléments, conclut en soulignant que «le soutien de Martínez-Brocal à la théorie de la continuité entre les papes, un thème incontournable pour les historiens - apparaît comme une opération échouée».

    Vian écrit : «les commentaires sur l'évolution du pontificat de François sont en général d'accord pour souligner le caractère très personnel (ou autocratique) des choix du pape, surtout à travers les nominations épiscopales et les créations cardinalices. De cette manière, Bergoglio mettrait en œuvre son intention d'une part de rendre irréversibles les réformes entreprises - comme l'a lui-même mentionné le pontife - et d'autre part d'influencer même d'une certaine manière sa succession».

  • Un dimanche de marches pour la vie et la famille dans 10 villes polonaises

    IMPRIMER

    De Vatican News (Karol Darmoros) :

    Pologne: un dimanche de marches pour la vie et la famille dans 10 villes

    Sous le slogan «Unis pour la vie, la famille et la patrie», des marches pour la vie et la famille ont été organisées ce dimanche 16 juin dans une dizaine de villes en Pologne. La Conférence épiscopale polonaise avait encouragé la participation des fidèles. Les organisateurs entendaient «exprimer leur opposition aux actions portant atteinte au droit à la vie, de la conception à la mort naturelle».

    En ce dimanche 16 juin, des marches sous le slogan «Unis pour la vie, la famille et la patrie» ont eu lieu dans les rues de Varsovie, Cracovie et Gdańsk, mais aussi dans des villes plus petites comme Łęczna, Gryfic ou Dzierżoniów. La marche dans la capitale a débuté à 11h30 par une messe en l'église saint-Alexandre, sur la place des Trois Croix. Les participants se sont ensuite dirigés vers le Parlement et le bureau du Premier ministre, et la marche s'est terminée devant le monument au maréchal Józef Piłsudski, au Belvédère, une impressionnante statue dédiée à l'un des plus grands leaders polonais.

    Les marches pour la vie

    «Nous nous rendons dans les bâtiments des autorités publiques pour exprimer notre inquiétude face à des activités qui portent atteinte à l'ordre social et moral», et «nous demandons aux autorités d'abandonner ce type d'action, qui porte atteinte au droit à la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, et de respecter les principes qui découlent de la foi chrétienne et de la civilisation latine», a lancé le coordinateur des Marches pour la vie et la famille, Paweł Kwaśniak, du Centre pour la vie et la famille.

    Il a ensuite précisé que l'objection ne concerne pas seulement les quatre projets en attente au Parlement qui étendent la légalité de l'avortement jusqu'à la 12e semaine de vie de l'enfant à naître. Le Centre pour la vie et la famille s'oppose également aux tentatives visant à nier le principe selon lequel les parents élèvent leurs enfants selon leur conscience. La Marche pour la vie et la famille à Varsovie est accompagnée de la cloche «La voix de l'enfant à naître», qui retentira tout au long du parcours. «Pour éveiller les consciences des députés, des sénateurs, des membres du gouvernement, du premier ministre et du président», a noté Paweł Kwaśniak.

    Des grands rassemblements de famille

    Dans l'interview accordée aux médias du Vatican, Paweł Kwaśniak attire l'attention sur le caractère national des Marches pour la vie familiale qui, dans de nombreuses villes, constituent l'événement public le plus important de l'année. En outre, les marches sont une excellente occasion d'intégrer les familles qui se réunissent lors de pique-niques multigénérationnels. «Nous donnons beaucoup de place aux familles, surtout aux familles nombreuses, pour montrer à toute la société que ces familles existent, qu'elles élèvent des enfants, que l'amour conjugal peut être beau, basé sur la responsabilité, dont le fruit est des enfants acceptés dans le monde et élevés par des conjoints aimants». Par cet exemple, a-t-il poursuivi, les familles peuvent encourager les jeunes à former leurs propres familles, en cultivant l'amour et la responsabilité.

    La voix de l'épiscopat pour la défense de la vie

    Les Marches pour la vie et la famille sont placées sous le patronage de la Conférence épiscopale polonaise. «Nous avons préparé et envoyé aux fidèles une lettre pastorale pour la défense de la vie conçue. Nous savons que l'Église défend la vie dès le début», «qu'elle est un grand don de Dieu et qu'elle est protégée par diverses institutions, mais aussi par la Constitution de la République de Pologne, la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne et la Déclaration des droits de l'homme», a expliqué Mgr Tadeusz Wojda, président de la Conférence épiscopale polonaise, qui a invité les fidèles à participer aux marches.

    Dans leur lettre, lue ce dimanche dans les églises, les évêques polonais ont souligné que la vie, «en tant que valeur suprême de chaque être humain et élément essentiel du bien commun, est un bien fondamental, supérieur à la liberté individuelle des autres». «C'est pourquoi, ont-ils conclu, personne n'a le droit, au nom de la liberté personnelle, de décider de la vie d'une autre personne».

     
  • Rumeurs croissantes d'une "solution finale" pour la Messe latine traditionnelle

    IMPRIMER

    Du blog Rorate Caeli :

    URGENT - Rumeurs croissantes d'une "solution finale" pour la Messe latine traditionnelle

    Chers lecteurs,

    Une fois de plus, comme au moins deux fois dans le passé (avant la répression contre les Franciscains de l'Immaculée, et dans les douze mois précédant Traditionis Custodes), Rorate Caeli est triste d'être le premier porteur de rumeurs graves, lourdes et persistantes venant des cercles proches du Cardinal Roche et des militants liturgiques proches de la Casa Santa Marta à Rome.

    Une tentative est faite pour mettre en œuvre, dès que possible, un document du Vatican avec une solution stricte, radicale et finale interdisant la Messe latine traditionnelle. Les mêmes idéologues qui ont imposé Traditionis Custodes et sa mise en œuvre, et qui sont toujours frustrés par ses résultats apparemment lents, en particulier aux États-Unis et en France, veulent l'interdire et la fermer partout et immédiatement. Ils veulent le faire pendant que François est encore au pouvoir. Ils veulent que ce soit le plus large, le plus définitif et le plus irréversible possible.

    Ces rumeurs proviennent des sources les plus crédibles*, dans différents continents, et nous vous demandons de les prendre le plus au sérieux possible, et de faire ce que vous pouvez à votre poste, en tant que laïcs, prêtres, évêques, cardinaux, religieux et religieuses, pour empêcher que l'interdiction ne devienne une mesure concrète.

    Pouvons-nous empêcher que cela se produise ? Oui, nous le pouvons : par la prière, le sacrifice, la pénitence - ainsi que par l'influence et la pression, de quelque nature que ce soit, que nous parvenons à exercer. L'ennemi est fort, mais Notre Seigneur et Notre Dame sont plus puissants.

    Dès que nous aurons des informations supplémentaires qui pourront être rendues publiques, nous vous en ferons part.

    ____

    *Note : Ce que nous pouvons dire, c'est que ces rumeurs proviennent des mêmes sources qui ont révélé à Rorate que le Vatican avait envoyé une enquête aux évêques sur Summorum Pontificum (en préparation de ce qui allait devenir Traditionis Custodes), et Rorate a été la première source à publier cela ; et les mêmes sources qui ont révélé pour la première fois qu'un document comme Traditionis Custodes allait voir le jour (et Rorate a également été le premier à le révéler à l'époque). Avec l'ajout d'autres sources crédibles qui ont maintenant mentionné les mêmes rumeurs actuelles et que Rorate ne connaissait pas à l'époque de Traditionis Custodes, et qui corroborent maintenant les rumeurs persistantes.