Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 5

  • Les archanges Michel, Gabriel et Raphaël (29 septembre)

    IMPRIMER

    29 settembre: santi arcangeli Michele, Gabriele e Raffaele - Ultime notizie  dall'Italia e dal mondo

    Extraits de l'homélie de Benoît XVI, le 29 septembre 2009 :

    (...) Mais qu'est-ce qu'un Ange? L'Ecriture Sainte et la Tradition de l'Eglise nous laissent entrevoir deux aspects. D'une part, l'Ange est une créature qui se trouve devant Dieu, orientée de tout son être vers Dieu. Les trois noms des Archanges finissent par le mot"El", qui signifie Dieu. Dieu est inscrit dans leurs noms, dans leur nature. Leur véritable nature est l'existence en vue de Lui et pour Lui. C'est précisément ainsi que s'explique également le deuxième aspect qui caractérise les Anges:  ils sont les messagers de Dieu. Ils apportent Dieu aux hommes, ils ouvrent le ciel et ouvrent ainsi la terre. C'est précisément parce qu'ils sont auprès de Dieu, qu'ils peuvent être également très près de l'homme. En effet, Dieu est plus intime à chacun de nous que nous ne le sommes à nous-mêmes. Les Anges parlent à l'homme de ce qui constitue son être véritable, de ce qui dans sa vie est si souvent couvert et enseveli. Ils l'appellent à rentrer en lui-même, en le touchant de la part de Dieu. Dans ce sens également, nous qui sommes des êtres humains devrions toujours à nouveau devenir des anges les uns pour les autres - des anges qui nous détournent des voies de l'erreur et qui nous orientent toujours à nouveau vers Dieu. (...)

    Tout cela devient encore plus clair si nous regardons à présent les figures des trois Archanges dont l'Eglise célèbre la fête aujourd'hui. Il y a tout d'abord Michel. Nous le rencontrons dans l'Ecriture Sainte, en particulier dans le Livre de Daniel, dans la Lettre de l'Apôtre saint Jude Thaddée et dans l'Apocalypse. Dans ces textes, on souligne deux fonctions de cet Archange. Il défend la cause de l'unicité de Dieu contre la présomption du dragon, du "serpent antique", comme le dit Jean. C'est la tentative incessante du serpent de faire croire aux hommes que Dieu doit disparaître, afin qu'ils puissent devenir grands; que Dieu fait obstacle à notre liberté et que nous devons donc nous débarrasser de Lui. Mais le dragon n'accuse pas seulement Dieu. L'Apocalypse l'appelle également "l'accusateur de nos frères, lui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu" (12, 10). Celui qui met Dieu de côté, ne rend pas l'homme plus grand, mais lui ôte sa dignité. L'homme devient alors un produit mal réussi de l'évolution. Celui qui accuse Dieu, accuse également l'homme.  La  foi  en Dieu défend l'homme dans toutes ses faiblesses et ses manquements:  la splendeur de Dieu resplendit sur chaque individu. (...)

    Lire la suite

  • Reste un peu : le film de la conversion de Gad Elmaleh

    IMPRIMER

    Reste un peu : le film de la conversion de Gad Elmaleh (source : le Salon Beige)

    Reste un peu : le film de la conversion de Gad Elmaleh

    Le célèbre humoriste Gad Elmaleh était en pèlerinage à Lourdes, il a assisté à la canonisation de Charles de Foucauld à Rome, et il est venu cet été à une Session de la Communauté de l’Emmanuel à Paray le Monial. Plus récemment, il suit des cours de théologie aux Bernardins.

    Gad Elmaleh est juif séfarade, d’origine marocaine, mais depuis tout petit, il entretient une relation particulière avec la Vierge Marie… en cachette de ses parents. C’est sur la base de cette histoire vraie qu’il a construit son prochain film, RESTE UN PEU, dont voici les premières images. Un film de Gad Elmaleh avec Gad Elmaleh, David Elmaleh et Régine Elmaleh. Au cinéma le 16 novembre.

    Après trois années à vivre l’«American dream» Gad Elmaleh décide de rentrer en France. Sa famille et ses amis lui manquent. Du moins, c’est la réponse officielle pour justifier son retour… car Gad n’est pas (seulement) rentré pour le couscous de sa mère. Non, c’est une autre femme qu’il vient retrouver à Paris… la Vierge Marie.

  • Italie : l’insignifiance politique de l’Église et l'urgence de "repartir de Dieu"

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, traduit en français sur Diakonos.be :

    Après les élections en Italie, même l’Église doit se donner un programme : repartir de Dieu

    Dans cette Italie qui est l’arrière-cour de la maison pontificale, ce dimanche 25 septembre, on a voté lors des élections politique (sur la photo, la victorieuse, Giorgia Meloni). La hiérarchie de l’Église s’est gardée à bonne distance de ces élections et le peu qu’elle a déclaré, comme dans l’appel du 21 septembre des évêques italiens aux électeurs, a été complètement ignoré.

    L’insignifiance politique de l’Église dans l’Italie d’aujourd’hui est une réalité désormais incontestable et qui contraste nettement avec la centralité que la « question catholique » a eue par le passé dans ce pays. Certains se demandent si cette insignifiance est définitive ou bien si elle est réversible et si oui, comment. Le catholique Andrea Riccardi, fondateur de la Communauté de Sant’Egidio, et le laïc Ernesto Galli della Loggia, professeur d’histoire contemporaine, ont écrit sur le sujet des opinions contradictoires. L’éditorial du prochain numéro de la revue « Il Regno » – la voix la plus autorisée du catholicisme progressiste italien – sera rédigé par Gianfranco Brunelli, pour qui la seule véritable réponse au « changement anthropologique radical en marche » pourrait bien être de « repartir d’une première évangélisation ou alphabétisation de la foi », en d’autres termes, de « repartir de Dieu ».

    On ne s’étonnera pas qu’aucun de ces intellectuels ni de tous ceux qui se sont déjà exprimé dans ce débat, ne considère le pontificat de François comme indiquant le chemin à suivre. D’autant que l’idée de « repartir de Dieu » était plutôt la ligne directrice de son prédécesseur, Benoît XVI, tout comme, pour l’Italie, de ce « projet culturel » imaginé par le cardinal Camillo Ruini, qui a connu ses deux moments forts lors des deux grands colloques, le premier intitulé « Dio oggi. Con lui o senza di lui cambia tutto » et le second « Gesù nostro contemporaneo ».

    Dans ce « projet culturel », une personne en particulier a joué un rôle essentiel. Il s’agit de Sergio Belardinelli, professeur de sociologie des processus culturels à l’Université de Bologne, qui intervient ci-dessous dans le débat.

    Pour lui aussi, « la seule chose qui compte », pour l’Église comme pour le monde qui « en a besoin de façon urgente » en ces temps de changements majeurs de l’humain, c’est « Dieu, la croix de Jésus Christ et son Évangile de salut », et non ce « surplus » que sont les luttes contre la pauvreté ou la défense de la nature.

    À lui la parole.

    *

    Tout miser sur la seule chose qui compte

    de Sergio Belardinelli

    De temps à autre, quelqu’un ressort la soi-disant « question catholique » dans le débat public. C’est le cas d’Andrea Riccardi dans le « Corriere della Sera » du 18 août (« Questione cattolica, una centralità da ritrovare »). C’est également le cas d’Ernesto Galli della Loggia dans le même journal le 29 août (« L’eclissi cattolica in politica ») et bien d’autres encore dans d’autres publications que je n’ai pas en mémoire.

    Lire la suite

  • Une nouvelle brochure sur Netflix

    IMPRIMER

    Du site de l'OJIM (Observatoire du Journalisme) :

    2012/2022, 10 ans de l’Ojim : une nouvelle brochure sur Netflix

    28 SEPTEMBRE 2022

     
    2012/2022, 10 ans de l’Ojim : une nouvelle brochure sur Netflix

    Après Yann Barthès, après l’affaire Obono, après le néo-féminisme, après l’exécrable Dilcrah, l’Observatoire publie sa cinquième brochure sur L’Empire Netflix, l’emprise du divertissement d’Édouard Chanot. Visite guidée.

    Devinettes

    Quelle est la société qui a généré en France un revenu de 1,2 milliards d’euros en 2021 et payé 6,5 millions d’euros d’impôts ? C’est Netflix ! Qui a produit la série Sense 8, véritable Babel moderne woke qui se déroule dans 20 villes et 14 pays avec des personnages incarnant l’arc en ciel des polysexualités ? C’est toujours Netflix !

    In God we trust! Et Sense 8 annonce le nouveau monde

    In God we trust, c’est ce qui est écrit sur le laisser-passer américain, le dollar US. Entre Bible protestante et esprit conquérant du Bien : ce qui est bon pour le dollar est moral, ce qui est bon pour le dollar est bon pour le monde. Revenons à Sense 8, un scénario mondial mettant en scène 8 personnages, quatre hommes et quatre femmes, dont une américaine qui se nomme Nomi Marks, une femme transgenre, jouée par Jamie Clayton elle-même transsexuelle. Un des scénaristes de la série est Lena Wachowski, qui elle aussi est transgenre, j’espère que vous suivez ?

    He’s expecting

    Non, ce n’est pas une mauvaise blague, He’s expecting (il est « enceint »), raconte sur Netflix l’histoire de Kentarô Hiyama, un homme de 37 ans travaillant dans la publicité, qui découvre subitement qu’il est « enceinte » ou « enceint » comme on voudra, de neuf semaines. La série se joue dans un monde où les hommes peuvent avoir des enfants depuis une cinquantaine d’années. Comme il se doit, le personnage principal doit subir les brimades et la discrimination de son entourage.

    Ce ne sont que quelques exemples, l’ouvrage d’Édouard Chanot aborde bien d’autres sujets, comme le modèle économique de Netflix, ses incontestables succès, son idéologie sous-jacente, son pouvoir d’hypnose sur les européens et sa pérennité. Cette brochure est vendue sur le site de La Nouvelle Librairie ou envoyée dédicacée à nos donateurs à partir de 50 euros. Vous bénéficiez d’un reçu fiscal de 66%, la brochure rendue chez vous ne vous coûtera que 16,60 € et vous nous donnerez un coup de main. D’avance merci !

  • Journée mondiale de l'avortement

    IMPRIMER

    Aujourd’hui : Journée mondiale de l’avortement : aucun droit, aucune loi ne changera cette réalité simple : « un enfant : avant comme après la naissance, pas de différence! »

    FdqzGBTX0AAYr35.jpg

    Image

  • Selon le cardinal Arinze, les évêques flamands ont adopté une approche erronée et pastoralement défectueuse

    IMPRIMER

    De Kevin J. Jones sur le National Catholic Register :

    Le cardinal Arinze explique pourquoi les évêques belges ne peuvent pas bénir les couples de même sexe
    Le cardinal a déclaré que leur approche n'est pas pastorale et ignore l'enseignement catholique.

    27 septembre 2022

    L'introduction par les évêques belges de cérémonies de bénédiction pour les couples de même sexe s'est attirée les foudres du cardinal Francis Arinze, l'ancien chef du bureau de la liturgie du Vatican. 

    Le cardinal a déclaré que les évêques belges ont adopté une approche erronée et pastoralement défectueuse. "Les êtres humains n'ont pas le pouvoir de changer l'ordre établi par Dieu le Créateur", a déclaré le cardinal Arinze dans un message du 24 septembre inclus dans la lettre électronique du journaliste du Vatican Robert Moynihan. "Même si le but est d'aider pastoralement les couples homosexuels, c'est une erreur de la part des évêques", a déclaré le cardinal Arinze.

    Le cardinal d'origine nigériane, aujourd'hui âgé de 89 ans, a été préfet de la Congrégation pour le culte divin de 2002 à 2008. Même à la retraite, le cardinal a réagi à la défiance ouverte des évêques catholiques belges envers le Vatican et l'enseignement catholique.

    Le 20 septembre, les évêques belges ont annoncé l'introduction de cérémonies de bénédiction pour les couples de même sexe dans leurs diocèses. Les évêques de Flandre ont également publié une liturgie pour la célébration des unions homosexuelles pour les parties flamandes du pays bilingue.

    Le cardinal Arinze a critiqué la déclaration des évêques, citant son titre "Être pastoralement proche des personnes homosexuelles : pour une Église accueillante qui n'exclut personne".

    Le cardinal a déclaré que leur approche n'est pas pastorale et ignore l'enseignement catholique. "L'Écriture sainte présente les actes homosexuels comme des actes de grave dépravation", a-t-il déclaré, ajoutant que la tradition de l'Église, représentée dans le Catéchisme de l'Église catholique, "a toujours déclaré que les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés." "Si les personnes ayant des penchants homosexuels doivent être respectées et ne pas faire l'objet d'une discrimination injuste, elles sont, comme tout chrétien et même tout être humain, appelées à la chasteté", a déclaré le cardinal Arinze. Il a cité les paroles du Christ dans Matthieu 5:8 : "Vous devez donc être parfaits, comme votre Père céleste est parfait".

    Il a également cité l'enseignement du Catéchisme de l'Église catholique selon lequel les personnes homosexuelles sont "appelées à la chasteté." "Par les vertus de maîtrise de soi qui leur enseignent la liberté intérieure, parfois par le soutien d'une amitié désintéressée, par la prière et la grâce sacramentelle, ils peuvent et doivent s'approcher progressivement et résolument de la perfection chrétienne", dit le catéchisme, cité par le cardinal Arinze.

    Le cardinal a également fait référence à une récente déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), le chien de garde doctrinal de l'Église catholique, sans toutefois entrer dans les détails. La CDF a abordé la question le 15 mars 2021. Elle a déclaré que l'Église n'avait pas le pouvoir de bénir les relations entre personnes de même sexe. La déclaration du Vatican a été publiée avec l'approbation du pape François.

    Lire la suite

  • Le document des évêques flamands sape la quête spirituelle des personnes homosexuelles, avertissent les théologiens belges.

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    Le document des évêques flamands sape la quête spirituelle des personnes homosexuelles, avertissent les théologiens belges.

    ANALYSE DES NOUVELLES : Les critiques du récent texte proposant une liturgie de bénédiction des couples de même sexe notent que les évêques belges adoptent une interprétation erronée de l'exhortation apostolique 'Amoris Laetitia' du pape François.

    27 septembre 2022

    Les évêques flamands de Belgique ont annoncé le 20 septembre la création d'une liturgie spécifique pour bénir les couples homosexuels, ainsi que la mise en place d'un " point de contact " dans les paroisses pour les catholiques homosexuels.  

    Il s'agit d'un projet que certains théologiens considèrent comme profondément préjudiciable à la vie spirituelle des croyants homosexuels, en plus d'être en contradiction avec le contenu de l'exhortation apostolique Amoris Laetitia (La joie de l'amour), sur laquelle il prétend se fonder.  

    Le document de trois pages, intitulé "Être pastoralement proche des homosexuels : Pour une Église accueillante qui n'exclut personne", contredit aussi directement un avis rendu en mars 2021 par le Dicastère pour la doctrine de la foi du Vatican, selon lequel la bénédiction des unions homosexuelles "ne peut être considérée comme licite." 

    Cette initiative des évêques de Flandre, qui a cristallisé les dissensions actuelles au sein de l'Église sur les modalités d'accueil des personnes attirées par le même sexe, était en quelque sorte prévisible. En effet, le tollé que le document de la congrégation vaticane a provoqué l'an dernier auprès d'une très grande partie de l'épiscopat belge laissait penser que le débat était loin d'être clos dans ce pays. 

    "Je ressens une honte par procuration pour mon Église", a écrit Mgr Johan Bonny, évêque d'Anvers, dans un article d'opinion publié à la suite de la publication du responsum du Vatican. "Je veux m'excuser auprès de tous ceux pour qui cette réponse est douloureuse et incompréhensible. [...] Leur douleur pour l'Église est ma douleur aujourd'hui."  

    Dès 2014, lors de la préparation du synode sur la famille, Mgr Bonny - qui représentait la Belgique au synode - avait annoncé qu'il plaiderait pour la bénédiction des couples de même sexe. 

    De nombreux autres responsables catholiques belges se sont également déclarés publiquement en faveur de la bénédiction des couples de même sexe ces dernières années, à commencer par le primat de Belgique lui-même, le cardinal Jozef De Kesel. L'archevêque de Malines-Bruxelles et président de la Conférence des évêques de Belgique avait en effet déjà réfléchi, en 2018, à la possibilité de "célébrations de prière" pour sceller une union à vie de couples homosexuels.  

    Un "vent de panique

    Par ailleurs, le récent texte des évêques flamands fait en réalité écho à un projet lancé par le diocèse francophone de Liège en décembre 2021, qui proposait une prière spéciale pour les couples de même sexe devant être conduite par "un prêtre, un diacre, un religieux ou tout autre laïc mandaté à cet effet par le doyen ou le curé de l'unité pastorale." 

    Lire la suite

  • Diocèse d'Amsterdam : 60 % des églises fermeront dans les cinq ans à venir

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Diocèse d'Amsterdam : 60 % des églises doivent fermer dans les cinq ans

    Près de 100 églises sont menacées de fermeture imminente en raison de la diminution du nombre de fidèles, de bénévoles et de revenus.

    26 septembre 2022

    Un diocèse catholique des Pays-Bas a annoncé que 60 % de ses églises doivent fermer dans les cinq prochaines années en raison de la diminution des pratiquants, des bénévoles et des revenus.

    L'évêque Jan Hendricks a dévoilé les plans du diocèse de Haarlem-Amsterdam lors d'une réunion avec environ 90 administrateurs de paroisses le 10 septembre. Le diocèse, dont l'origine remonte à 1559, couvre la province de Hollande septentrionale, dans le nord-ouest des Pays-Bas, ainsi que la partie sud de la province de Flevoland. Il comprend Amsterdam, la capitale et la ville la plus peuplée du pays.

    Mgr Hendricks, qui dirige le diocèse depuis 2020, a déclaré qu'il était clair "que la pandémie de coronavirus a accéléré le processus de rétrécissement dans lequel nous étions déjà engagés : les fidèles d'un âge avancé ont encore vieilli et ont parfois cessé de fréquenter l'église ; d'autres se sont habitués à un format différent pour le dimanche matin, les bénévoles ont abandonné, les chorales ont cessé."

    Les autorités diocésaines ont déclaré que 99 des 164 églises catholiques actuelles devraient fermer dans cinq ans. Sur les 65 églises restantes, 37 pourraient continuer pendant cinq à dix ans en tant qu'"églises de soutien", ce qui ne laisserait que 28 "églises centrales" considérées comme viables à long terme.

    Le vicaire général, Mgr Bart Putter, a déclaré au Pillar le 26 septembre que le diocèse n'avait pas de liste d'églises à fermer, mais qu'il espérait que les communautés locales désignent des "églises centrales". "L'idée est de créer 28 lieux actifs d'évangélisation. Et nous espérons que les curés et les conseils paroissiaux pourront réaliser cela", a-t-il déclaré.

    Les chiffres partagés lors de la réunion du 10 septembre ont montré que les participants à la messe étaient passés de plus de 25 000 en 2013 à 12 000 en 2021. "La participation a fortement diminué depuis de nombreuses années. Ce n'est pas un développement récent", a déclaré Mgr Putter, qui a fait remarquer que dans les années 1950, environ 80% de la population catholique assistait à la messe, contre environ 3% des 425 000 catholiques baptisés dans le diocèse aujourd'hui.

    Le diocèse, qui cherche à réduire le nombre d'églises depuis 2004, est connu pour ses fortes communautés catholiques internationales dans des zones urbaines telles qu'Amsterdam et Almere. Une nouvelle église a été ouverte l'année dernière à Almere, qui est considérée comme la ville la plus récente des Pays-Bas.

    Lire la suite

  • Il n’y a pas d’être humain asexué

    IMPRIMER

    De gènéthique.org (Coin des experts) :

    Pr René Ecochard : « Il n’y a pas d’être humain asexué »

    26 septembre 2022

    Sabra Klein est microbiologiste[1]. Au cours de sa thèse, elle a étudié l’influence des hormones sexuelles sur le cerveau et le comportement. « Tout le monde sait que les hormones influencent de nombreux processus biologiques – notre métabolisme, notre cœur, notre densité osseuse ». Mais « elles doivent aussi avoir un impact sur notre système immunitaire », pense-t-elle. Pourtant, à l’issue de sa thèse en 1998, quand elle propose de mener une recherche post-doctorale sur le sujet, elle ne trouve « pas un microbiologiste ou immunologiste » pour la laisser étudier cette problématique.

    Aujourd’hui Sabra Klein a développé son propre laboratoire de recherche à l’université Bloomberg School of Public Health. Au cours des dernières années, elle et d’autres chercheurs ont pu montrer comment le système immunitaire de la femme et de l’homme répondent différemment au virus de la grippe, du VIH, et à certaines thérapies contre le cancer. Ou encore pourquoi les femmes développent une plus grande immunité après un vaccin, mais sont aussi plus susceptibles de souffrir d’asthme sévère ou de maladies auto-immunes. Des réponses biologiques différentes qui appellent une prise en charge différente, notamment pour une bonne gestion des effets secondaires.

    Décryptage du professeur René Ecochard, professeur à l’université Claude-Bernard (Lyon I) et auteur de Homme, Femme : Ce que nous disent les neurosciences paru aux Editions Artège.

    Gènéthique : Les chercheurs ont mis en évidence l’influence du sexe biologique sur le système immunitaire. Quels sont les mécanismes mis en jeu ?

    René Ecochard : L’immunité défend contre les infections et contre les cancers. Plus généralement, elle protège contre ce qui est « étranger » au corps.

    Plusieurs travaux montrent une différence entre les marqueurs de l’immunité des hommes et des femmes [2][3]. En particulier, les maladies liées à l’immunité ne sont pas aussi fréquentes chez les hommes que chez les femmes. C’est le cas de la sclérose en plaque (SEP) et du lupus érythémateux disséminé (LED), tous deux plus fréquents chez la femme que chez l’homme.

    Les résultats des travaux récents montrent aussi une variation des capacités immunitaires entre le début et la fin du cycle féminin[4]. Enfin, ils signalent une différence entre les femmes qui utilisent une contraception hormonale et celles qui n’en utilisent pas [5][6].

    Parmi les hypothèses les mieux argumentées pour expliquer l’impact des hormones sexuelles sur l’immunité, il y a la nécessité d’une immunité particulière pour rendre la femme apte à tolérer l’implantation de l’embryon dans l’utérus[7]. En effet, alors que tout organisme étranger est normalement rejeté par le corps, l’embryon, dont la moitié du capital génétique n’est pas celui de la mère mais celui du père, est accueilli dans l’utérus pour pouvoir s’y développer jusqu’à la naissance. Ceci est permis par une adaptation de l’immunité de la mère pendant la période post-ovulatoire, au moment où l’enfant conçu vient s’implanter dans l’utérus[8].

    G : Vous avez étudié l’impact du sexe biologique sur le cerveau (cf. Neurosciences : « On naît homme ou femme et on le devient »). Y a-t-il des parties du corps qui échappent à cette influence ?

    RE : Hommes et femmes ont une commune humanité, et partagent donc un grand nombre de traits corporels et psychiques. Cependant, il n’y a pas d’être humain asexué. Chacun est de sexe masculin ou féminin, homme ou femme. Ceci se traduit en effet par un grand nombre de différences.

    La bipolarité des sexes a son origine dans la complémentarité des sexes pour la transmission de la vie. La femme porte le petit et a la capacité de le nourrir. L’homme, comme plus généralement le mâle chez de nombreux autres mammifères, a la capacité de protéger l’enfant et sa mère.

    Pour réaliser ces tâches, chacun a un corps et un psychisme dotés de capacités permettant de remplir ces missions spécifiques. Au-delà des organes génitaux eux-mêmes, la charpente osseuse, la répartition des graisses et le fonctionnement endocrinologique, comme celui de l’immunité, sont adaptés pour cela.

    Lire la suite

  • Des dirigeants catholiques, des universitaires et des militants des droits de l'homme expriment publiquement leur solidarité avec le cardinal Zen

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register (Courtney Mares) :

    Le procès du cardinal Zen : Plusieurs évêques catholiques et d'autres dirigeants offrent leur soutien

    Des dirigeants catholiques, des universitaires et des militants des droits de l'homme expriment publiquement leur solidarité avec le cardinal Zen alors que son procès s'ouvre.


     (photo : Capture d'écran du livestream de la messe / Livestream)

    Courtney Mares/CNA

    27 septembre 2022

    Alors que le cardinal Joseph Zen entame son procès à Hong Kong, un certain nombre de dirigeants catholiques et de militants des droits de l'homme ont publié des déclarations de soutien à l'évêque émérite de 90 ans.

    Le cardinal Zen et cinq autres personnes sont accusés de ne pas avoir enregistré correctement un fonds qui fournissait une aide juridique aux manifestants pro-démocratie. Critique ouvert du régime communiste de Pékin, le cardinal Zen a été administrateur du "612 Humanitarian Relief Fund", qui a contribué à payer les frais juridiques et médicaux des manifestants arrêtés et blessés lors des manifestations de 2019 à Hong Kong.

    Voici les dirigeants catholiques, les universitaires et les militants des droits de l'homme qui ont publiquement exprimé leur solidarité avec le cardinal Zen alors que son procès s'ouvre :

    Le cardinal Fernando Filoni, préfet émérite de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples, a écrit en soutien au cardinal Zen dans Avvenire le 23 septembre. Le cardinal Zen est un "homme de Dieu", parfois impétueux, mais soumis à l'amour du Christ, qui a voulu qu'il soit son prêtre, profondément amoureux, comme Don Bosco, de la jeunesse", écrit le cardinal Filoni. Il a conclu sa déclaration, qu'il a qualifiée de "témoignage de la vérité", en disant : "Le cardinal Zen ne doit pas être condamné. Hong Kong, la Chine et l'Église ont en lui un fils dévoué, dont il ne faut pas avoir honte."

    L'évêque Thomas Tobin de Providence a lancé un appel à la prière sur Twitter le 19 septembre, alors que le procès du cardinal Zen devait commencer (il a été reporté car le juge a contracté le COVID-19) : "Aujourd'hui, pensez à notre frère dans la foi, le cardinal Joseph Zen, âgé de 90 ans, qui est en procès en Chine, ainsi qu'à l'Église en Chine qui est régulièrement attaquée et limitée par le gouvernement. Et priez pour les chrétiens du monde entier qui sont persécutés pour leur foi", a-t-il écrit.

    L'évêque Joseph Strickland de Tyler a écrit le 18 septembre : Priez pour le Cardinal Zen 

    Lire la suite

  • Bénir les unions homosexuelles ? Les fermes propos du cardinal Eijk

    IMPRIMER

    Du site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Eijk : bénir les couples homosexuels, il faut stopper les évêques flamands

    27-09-2022

    La déclaration des évêques belges flamands avec la liturgie jointe pour les couples homosexuels contredit l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité et les récentes directives du Vatican. Les autorités compétentes doivent donc intervenir pour faire retirer le document et les évêques belges doivent s'y conformer. Le cardinal-archevêque d'Utrecht prend la parole.

    Les évêques belges flamands ont surpris beaucoup de monde à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église avec la déclaration publiée le 20 septembre 2022 et intitulée : Être pastoralement proche des personnes homosexuelles : Pour une Église accueillante qui n'exclut personne. Pour les catholiques qui acceptent l'enseignement de l'Église, ce n'est pas du tout une bonne surprise. En effet, dans la déclaration précitée, les évêques flamands offrent la possibilité de bénir les couples de même sexe dans une relation durable et monogame.

    Dans une déclaration, ils proposent également un modèle de célébration de la Parole et de la prière dans lequel la bénédiction des couples de même sexe peut prendre forme. Son plan est le suivant :

    - Mot d'ouverture ;
    - Prière d'ouverture ;
    - Lecture des Écritures ;
    - Exprimer l'engagement des deux parties l'une envers l'autre, en manifestant devant Dieu leur lien mutuel ; cela peut se faire, par exemple, dans les termes suivants :

    Dieu d'amour et de fidélité, nous nous tenons aujourd'hui devant Toi, entourés de notre famille et de nos amis. Nous Te remercions d'avoir pu nous retrouver. Nous voulons être là les uns pour les autres dans toutes les circonstances de la vie. Nous exprimons avec confiance que nous voulons travailler pour le bonheur de chacun, jour après jour. Prions : donne-nous la force de rester fidèles les uns aux autres et d'approfondir notre engagement. Dans ta proximité nous avons confiance, par ta Parole nous voulons vivre, nous nous donnons les uns aux autres pour le bien.

    - Vient ensuite la prière communautaire dans laquelle ils demandent, disent les évêques flamands, que la grâce de Dieu agisse dans le couple ; c'est la grâce qui leur permet de prendre soin l'un de l'autre et de la communauté en général ; un exemple de cette prière est également donné :

    Dieu et Père, aujourd'hui nous entourons N. et N. de notre prière. Vous connaissez leur cœur et le chemin qu'ils vont parcourir ensemble à partir de maintenant. Faites en sorte que leur engagement l'un envers l'autre soit fort et fidèle. Que leur foyer soit rempli de compréhension, de tolérance et d'attention. Qu'il y ait de la place pour la réconciliation et la paix. Que l'amour qu'ils partagent soit pour eux une joie et un service pour notre communauté. Donne-nous la force de marcher avec eux, ensemble sur les traces de ton Fils et fortifiés par l'Esprit.

    - Intercessions ;
    - Notre Père ;
    - Prière finale ;
    - Bénédiction.

    C'est la première fois qu'une conférence épiscopale (ou une partie de celle-ci) publie une déclaration donnant l'exemple d'une célébration de la Parole et de la prière pour prononcer une bénédiction sur un couple de même sexe. Les évêques flamands ont pris la mesure remarquable d'autoriser la bénédiction des couples de même sexe sur la base de leur interprétation de certains passages d'Amoris Laetitia (AL), l'exhortation post-synodale publiée par le pape François après les deux synodes sur la famille, respectivement en 2014 et 2015. Le pape François y affirme notamment "que toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et accueillie avec respect" (AL 250).

    Lire la suite

  • 7 choses à savoir sur Giorgia Meloni, la probable nouvelle première ministre catholique d'Italie

    IMPRIMER

    D'Edie Heipel et Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    7 choses à savoir sur Giorgia Meloni, la probable nouvelle première ministre catholique d'Italie

    26 sept. 2022

    À l'issue des élections nationales italiennes du 25 septembre, Giorgia Meloni, une mère catholique, est en passe de devenir la première femme Premier ministre du pays. 

    Lors de ces élections anticipées, convoquées après l'effondrement du gouvernement d'union de l'ancien premier ministre Mario Draghi en raison de tensions économiques et militaires, le parti des Frères d'Italie de Giorgia Meloni a obtenu le plus grand nombre de voix, soit environ 26 %, contre 4 % environ il y a quatre ans. 

    Avant et pendant la victoire électorale de son parti, les opinions de Meloni ont été décrites dans les médias comme étant "d'extrême droite" et même "fascistes". Voici ce que vous devez savoir sur elle :

    Elle n'est pas encore Premier ministre

    Il convient de noter que, bien que le parti de Mme Meloni ait recueilli le plus de voix lors des récentes élections, il n'est pas encore certain qu'elle devienne Premier ministre de l'Italie. Il appartient au président italien Sergio Mattarella de nommer un membre de la coalition gagnante au poste de premier ministre, un processus qui pourrait prendre plusieurs semaines. Il est probable que la personne désignée soit Meloni, qui sera alors chargée de réunir une majorité au Parlement. Frères d'Italie était le principal parti d'une coalition de centre-droit qui doit maintenant former une alliance pour gouverner. 

    Mme Meloni est issue de la classe ouvrière romaine. Elle a occupé divers emplois, notamment en tant que serveuse et nounou, avant de devenir une femme politique à plein temps. En 2008, le Premier ministre Silvio Berlusconi l'a nommée ministre de la jeunesse du pays, la plus jeune personne à être nommée à ce poste. 

    Elle a fait de sa foi un élément majeur de sa campagne.

    Mme Meloni s'est décrite dans ses discours comme une chrétienne et a exprimé publiquement son admiration pour le pape Jean-Paul II. Elle garde une photo de Jean-Paul II et de Sainte Thérèse de Calcutta sur son bureau et a exprimé son désir de rencontrer le pape François en personne - une quasi-certitude si elle devient Premier ministre. 

    "Je suis une femme, je suis une mère, je suis italienne, je suis chrétienne, et vous ne pouvez pas m'enlever cela", a déclaré Meloni dans un discours en 2019. 

    Meloni - qui a été élevée par une mère célibataire à Rome - a maintenant une fille avec son partenaire Andrea Giambruno, bien que les deux ne se soient jamais mariés. 

    Elle soutient plusieurs politiques pro-vie et pro-famille.

    Dans un discours prononcé devant le parti Vox en Espagne au début de l'année, Mme Meloni a résumé sa plateforme pro-vie et pro-famille : "Oui aux familles naturelles, non au lobby LGBT, oui à l'identité sexuelle, non à l'idéologie du genre, oui à la culture de la vie, non à l'abîme de la mort."

    Lire la suite