Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BELGICATHO - Page 5

  • Tolérance zéro pour l'homosexualité : le Soudan du Sud a déjà exprimé son refus au pape

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso (traduction de Diakonos.be) :

    Tolérance zéro pour l’homosexualité. Le Soudan du Sud a déjà dit son non au Pape

    L’interview qu’il a accordée le 24 janvier à Associated Press va causer bien des soucis au Pape François quand il atterrira ce 3 février à Djouba, au Soudan du Sud, la seconde étape, après le Congo, de son prochain voyage en Afrique.

    Dans cette interview, le Pape a purement et simplement déclaré que « l’homosexualité n’est pas un crime » et qu’il est donc « injuste » que « plus de 50 pays » la condamnent et la punissent, parmi lesquels « dix ou douze, plus ou moins », carrément par la peine de mort.

    Et donc, a-t-il ajouté, les évêques de ces pays doivent réagir contre ces lois et la culture qui les produit.

    Ces paroles du Pape ont fait le tour du monde et sont parvenues jusqu’au Soudan du Sud où l’homosexualité constitue un délit punissable de jusqu’à 14 ans de prison. Et vendredi 27 janvier, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion de cabinet présidée par le président Salva Kiir, le ministre de l’information Michael Makuei Lueth a déclaré : « Si lui, le Pape, vient ici nous dire que le mariage entre personnes de même sexe, l’homosexualité est légale, nous dirons non ».

    « Dieu ne s’est pas trompé », a poursuivi le ministre. « Il a créé l’homme et la femme et leur a dit de se marier l’un à l’autre et de peupler la terre. Deux partenaires du même sexe peuvent-il faire naître quoi que ce soit ? Notre constitution est très claire et dit que le mariage est pour les personnes de sexes différents et que chaque mariage homosexuel est un crime, c’est un crime constitutionnel ».

    M. Makuei a cependant ajouté que « ce n’est pas pour cela que le Pape viendra au Soudan du Sud », parce que son objectif principal est de prêcher la paix. Et il le fera avec le primat de l’Église anglicane Justin Welby et le modérateur de l’Église presbytérienne d’Écosse Iain Greeshields : « un événement historique », parce que « ces trois personnes étaient à Rome quand nos chefs s’y sont rendus et à présent ils viennent de nouveau ici ensemble, et cela signifie que c’est quelque chose de spécial pour le Soudan du Sud ».

    Il faisait ainsi référence à la visite du président Salva Kiir et du vice-président Riek Lachar au Vatican en avril 2019, pour participer à une retraite spirituelle que le Pape avait conclue en s’inclinant pour leur baiser les pieds à tous deux (voir photo).

    Ces deux représentants, appartenant à des tribus rivales, étaient en guerre et la guerre s’était poursuivi les années suivantes, faisant 400.000 morts et deux millions de déplacés.

    Mais pour en revenir à la question de l’homosexualité, il faut préciser que l’Église anglicane elle-même est fortement divisée sur la question.

    Au Royaume-Uni et en Amérique du Nord, ceux qui veulent faire tomber tous les tabous et bénir à l’église les mariages entre personnes de même sexe dominent. Cependant, en Afrique, où vivent trois quart des anglicans du monde entier, l’opposition est très forte et empêche qu’une décision partagée soit prise.

    Le 18 janvier à Londres, un compromis a été proposé : une simple prière facultative pour les unions civiles entre personnes de même sexe.
    Comme on peut le constater aisément, la division actuelle dans l’Église anglicane est très semblable à celle de l’Église catholique sur la même question. Le Dicastère pour la doctrine de la foi a interdit les bénédictions des unions homosexuelles, mais en Allemagne, en Belgique et dans d’autres pays elle est justifiée et pratiquée de la même manière, et le Pape François laisse faire, et même, quand il a rencontré les évêques Belges fin novembre, il leur a fait comprendre qu’il leur donnait son approbation.

    Le 5 février, lors de la conférence de presse prévue dans l’avion de retour à Rome, le Pape François aura à ses côtés Welby et Greenshields. Et il y a fort à parier que les questions sur l’homosexualité ne manqueront pas.

  • Les hérésies chrétiennes contenues dans le Coran

    IMPRIMER

    Une "petite feuille verte" publiée par Annie Laurent sur le site de l'association Clarifier :

    PFV n°95 : les hérésies chrétiennes dans le Coran (1/3)

    Les études savantes montrent cependant la nouveauté et l’originalité de l’islam naissant à cette époque – dit aussi « proto-islam » –, comme un des premiers mouvements millénaristes de l’Histoire. Inscrit dans le contexte biblique juif et chrétien de son époque, il y empruntait certes diverses interprétations marquées par les hérésies, notamment gnostiques, mais il s’est d’abord développé comme un mouvement apocalyptique. Le texte coranique, en particulier, en est toujours témoin.

    UNE MULTITUDE D’HÉRÉSIES GNOSTIQUES ET MESSIANISTES

     

    Dès le Ier siècle de l’histoire de l’Église, des hérésies sont apparues au sein des peuples christianisés du Levant.

    Certaines se référaient à la gnose (du grec gnosis = connaissance). Face à la nouveauté du salut personnel en Jésus-Christ (la « vie » que Jésus dit donner à ceux qui suivent sa « voie ») annoncé par l’Église, les mouvements gnostiques (gnosticisme) émergèrent en prétendant proposer une autre forme de salut personnel, sans le Christ mais par l’accession à un ensemble de connaissances, de sciences relatives aux mystères divins. Ils contestaient donc l’enseignement chrétien sur la personne de Jésus, son lien avec Dieu, sa mission salvifique et la destinée de l’homme.

    L’apôtre saint Jean y fait allusion dans sa deuxième épître : « C’est que beaucoup de séducteurs se sont répandus dans le monde, qui ne confessent pas Jésus-Christ venu dans la chair ; voilà bien le Séducteur, l’Antichrist » (2 Jn 7).

    « Pour les gnostiques, l’incarnation du Fils de Dieu était impossible étant donné que la matière est destinée à être détruite ; la chair ne peut donc pas être susceptible de salut », écrivait saint Irénée (né à Smyrne en 140, il mourut en 202 à Lyon, dont il était l’évêque), le premier à donner l’alerte dans son œuvre Adversus haereses (Contre les hérésies). Ce passage est cité dans le Dictionnaire d’histoire de l’Église, réalisé sous la direction de Mgr Bernard Ardura (Cerf, 2022, p. 439).

    Du gnosticisme ont émergé certains textes apocryphes (écrits cachés ou ésotériques) apparus dans l’Orient méditerranéen dès le second siècle du christianisme, tels ceux qui ont été retrouvés à Nag Hamadi (Égypte) : « évangile de Thomas », « évangile de la vérité » de Valentin, etc. Il s’agit d’écrits qui ne proviennent pas de la première communauté chrétienne, malgré leur crédibilité apparente ou les noms chrétiens de leurs auteurs présumés, et contre lesquels le Nouveau Testament met en garde (cf. Matthieu 7, 15 ; Actes 20, 29 ; Hébreux 13, 9 ; Galates 1, 6-8). Saint Irénée appelle aussi à la vigilance envers ces pseudos récits : « La vraie tradition a été manifestée dans le monde entier. Elle peut être connue en toute Église par tous ceux qui veulent voir la vérité » (cité par France Quéré, Évangiles apocryphes, Seuil, 1983, p. 10). Il revint cependant à saint Athanase d’Alexandrie (v. 296-373) de confirmer en 367 la liste des écrits orthodoxes (authentiques) qui constituaient le Canon définitif reconnu par l’Église.

    Or, comme le montre Rémi Gounelle, historien du christianisme antique, certains contenus de ces documents se retrouvent dans le Coran (cf. « Les écrits apocryphes chrétiens et le Coran », dans Histoire du Coran, dirigé par Mohammad Ali Amir-Moezzi et Guillaume Dye, Cerf, 2022, chap. XII).

    Le Livre sacré des musulmans s’inscrit par ailleurs, et même principalement, dans une perspective eschatologique imminente (annonce de la fin des temps), sans doute inspirée par les espérances apocalyptiques juives et chrétiennes qui foisonnaient à cette époque dans une grande partie de l’Orient (cf. David Hamidovic, « Les écrits apocryphes juifs et le Coran », Histoire du Coranop. cit., chap. XI ; Muriel Debié, « Les apocalypses syriaques », ibid., chap. XIII ; Frantz Grenet, « L’apocalypse iranienne », ibid., chap. XIV).

    Lire la suite

  • Eglise en sortie ou sortie de l'Eglise ?

    IMPRIMER

    De sur le site de la revue Catholica :

    Église en sortie, sortie de l’Église ?

    30 janvier 2023

    Dom Giulio Meiattini, osb, est moine de l’abbaye Madonna della Scala, située à Noci, près de Bari. Il est également professeur de théologie fondamentale à l’Athénée pontifical Saint-Anselme (Rome) ainsi qu’à la Faculté théologique des Pouilles (Molfetta). Il s’est notamment intéressé à l’apport spirituel d’un jésuite et prêtre-ouvrier belge néerlandophone, auquel il a consacré un petit ouvrage intitulé Evangelizzare con l’amicizia. Mistica e missione in Egied van Broeckhoven. Il était donc bien placé pour répondre aux questions que nous lui avons posées, concernant la dérive constatée toujours plus dans l’Église touchant sa mission fondamentale de faire connaître et aimer le Christ Jésus, qui tend aujourd’hui à se réduire à la recherche de « l’amitié » avec le monde hostile contemporain, en mettant sous le boisseau « l’évangélisation ».

    Catholica – Dans une étude sur la relation entre modernité et sécularisation à l’époque victorienne, un universitaire angevin, Jean-Michel Yvard, reprend la thèse de Marcel Gauchet dans Le désenchantement du monde[1], celle d’une « religion de la sortie de la religion », concrètement, d’une récupération laïque du christianisme, spécialement dans les œuvres de charité.

    Dom Giulio Meiattini – La thèse de Marcel Gauchet sur le christianisme comme « religion de la sortie de la religion » n’est pas entièrement nouvelle. Le philosophe marxiste Ernst Bloch, comme le suggère explicitement le titre d’un de ses livres – Atheismus im Christentum, 1968[2] –, avait déjà considéré la révélation biblique, et en particulier l’Incarnation, comme le début d’un mouvement visant à vider le Ciel au profit de la terre des hommes. L’identification johannique de Jésus au Père – « le Père et moi, nous sommes un » – représenterait, selon lui, un tournant dans la vision religieuse du monde : Dieu se faisant homme, l’homme devient Dieu. Ainsi, les attributs divins sont déplacés au sein de l’anthropologie, et au lieu d’une religion du Père, c’est une religion du Fils (comme Freud l’avait déjà suggéré) qui commence, centrée sur l’être humain, sur le « fils de l’homme » amené à sa plénitude. Tel serait, pour Bloch, le germe athée inhérent à la révélation chrétienne, ainsi qu’à une certaine mystique de l’essence (par exemple la mystique de Maître Eckhart) qui tend à faire coïncider le fond de l’âme avec l’essence divine, et vice versa. Il pouvait ainsi prétendre que la transformation de la théologie en anthropologie par Feuerbach n’était rien d’autre que la vérité de la religion de l’Incarnation. Le marxisme athée de Bloch se voulait ainsi, après tout, non pas comme un simple rejet de la foi chrétienne, mais comme une récupération herméneutique radicale de celle-ci afin de la dépasser de l’intérieur.

    Nous trouvons une lecture très similaire chez un autre penseur français, plus récent, Jean-Luc Nancy. Dans son ouvrage Déconstruction du christianisme (Galilée, 2005), il soutient que le monde moderne – avec ses conséquences non seulement athées, mais aussi nihilistes – n’est pas une déviation du christianisme, mais le christianisme poussé dans ses ultimes conséquences. Pour ce philosophe (décédé en 2021), le christianisme est le mouvement même de sa dissolution en tant que religion, car son principe le plus profond est précisément le geste d’une pure et simple « déclosion » en tant que telle – l’Incarnation comme extraversion de Dieu –, une ouverture indéfinie et absolue. Le rapport du christianisme à lui-même serait donc celui d’une sortie indéfinie de soi. Nancy cite explicitement Gauchet, se déclarant en plein accord avec la thèse de base du désenchantement du monde.

    Je voudrais rappeler ici une autre œuvre, cette fois d’un célèbre penseur italien. Il s’agit du livre Credere di credere (Garzanti, Milan, 1996), de Gianni Vattimo, le représentant le plus connu de la « pensée faible ».  De la même manière que les auteurs déjà mentionnés, il part de la centralité de la caritas dans l’identité chrétienne et de sa manifestation à travers l’acte kénotique du don de soi divin, l’évidement de soi de Dieu par amour. Le Deus-caritas accomplit le suprême des renoncements, le renoncement à soi au nom de soi. Ce n’est pas l’homme qui proclame et détermine la « mort de Dieu », mais c’est Dieu lui-même qui, comme amour, meurt pour transformer l’homme de serviteur en ami, en égal de lui-même. Une fois encore, nous avons une herméneutique du christianisme comme une sortie de soi. La religion de l’amour kénotique se réalise paradoxalement dans son affaiblissement maximal, jusqu’à l’extinction du renoncement à toutes les vérités et identités dogmatiques et institutionnelles propres. Le christianisme s’évapore.

    Lire la suite

  • Un dominicain a œuvré des années à contrer la doctrine dévoyée et le système d’emprise des frères Philippe

    IMPRIMER

    De Marie-Lucile Kubacki sur le site de La Vie :

    « L’autre Philippe » : comment un cardinal a tenté d’empêcher le pire face aux frères Philippe

    Des deux enquêtes qui décortiquent le rôle et l’influence de Marie-Dominique et Thomas Philippe, y compris sur Jean Vanier, émerge la figure d’un autre religieux, Paul Philippe. Ce dominicain a œuvré des années depuis Rome à contrer leur doctrine dévoyée et leur système d’emprise.

    30/01/2023

    Que ressent-on lorsque l’on découvre la face obscure d’un ami et d’un frère que l’on croit connaître et avec qui on a partagé pendant plusieurs années une intimité spirituelle, faite de prières et de convictions communes ? Que fait-on de son amitié lorsque l’on se trouve en position de devoir juger quelqu’un qui nous a un jour fasciné ?

    Ces questions, Paul Philippe, dominicain et commissaire au Saint-Office, doit les affronter en 1952, lorsqu’il se retrouve à enquêter sur Thomas Philippe, un frère dominicain, du même âge que lui (ils sont nés tous les deux en 1905), originaire du Nord comme lui, formé dans la province des Dominicains de France presque au même moment que lui, et avec qui il a vécu et enseigné quatre années à Rome, de 1936 à 1940. Un ami dont il partage le patronyme, même s’il n’existe aucun lien familial entre les deux hommes. Difficile pourtant de ne pas noter l’ironie tragique de cette homonymie, dans une affaire où les histoires de famille jouent précisément un rôle aussi névrotique.

    Le « personnage central » de l’histoire

    L’homme a quelque chose de tragique et de fascinant. Fascinant au point que la commission d’étude mandatée par l’Arche internationale pour enquêter sur les abus commis par Jean Vanier lui dédie son rapport, et que Tangi Cavalin, auteur d’une autre enquête sur la responsabilité de l’ordre dominicain (publiée le 1er février au Cerf sous le titre l’Affaire), parle de lui comme du « personnage central » de l’histoire. En effet, il est celui qui permet la condamnation des frères Thomas et Marie-Dominique Philippe en 1956 et 1957, et qui jusqu’au bout s’est battu pour empêcher la réhabilitation du premier (le deuxième l’ayant été rapidement grâce à la protection du Maître de l’Ordre), de plus en plus difficilement au fil des ans.

    Dans cette affaire cauchemardesque, il aura essayé d’éviter le pire. Une référence lumineuse, même si l’homme n’est pas dépourvu de complexité. L’historien Antoine Mourges, membre de la commission d’étude pour le rapport consacré à Thomas Philippe, Jean Vanier et l’Arche, confie ainsi à La Vie avoir ressenti une réelle affinité avec Paul Philippe, dans son cheminement intellectuel : « Ce qu’il découvre lors de son enquête, témoigne-t-il, constitue un effondrement pour lui. Quand j’ai commencé à travailler sur le sujet, je me suis senti proche de lui : je vivais ce qu’il avait vécu. Tout ce en quoi croit Paul Philippe a été dévié par quelqu’un qu’il admire. »

    Amitié et communion idéologique

    L’admiration de Paul pour Thomas remonte à loin, aux années 1930, où le second était l’enseignant du premier « avant, rapidement, de devenir un confident privilégié », écrit Tangi Cavalin. « Le P. Paul a une admiration d’enfant, un vrai culte pour son P. Thomas Ph [ilippe] et il le chante trop », écrit le théologien moraliste Michel Labourdette à la fin de l’année 1936 (lettre citée dans le livre de Tangi Cavalin). Les quatre années romaines vont achever de les rapprocher, sous le haut patronage du théologien dominicain Réginald Garrigou-Lagrange, figure maîtresse à l’Angelicum, l’université pontificale dirigée par les Dominicains.

    C’est à cette époque que Thomas Philippe aurait eu une vision et vécu une sorte de « mariage mystique » avec la Vierge, en contemplant une fresque la représentant, la Mater admirabilis, à l’église de la Trinité-des-Monts, ce qu’il décrira plus tard comme l’expérience fondatrice dans l’élaboration de sa gnose érotico-mystique. Il partage sa dévotion avec Paul Philippe, en se gardant bien d’évoquer la dimension sexuelle qu’elle implique pour lui. En 1942, Paul écrit à Cécile de Jésus Philippe, sœur de sang de Thomas et prieure d’un monastère dominicain : « Comme tout cela est impressionnant, ne trouvez-vous pas ma Mère ? On sent tellement que Mater admirabilis fait tout, absolument tout ! » (lettre citée dans le rapport).

    Lire la suite

  • Prier saint Jean Bosco

    IMPRIMER
    Sur ce blog, nous avons évoqué à plusieurs reprises la figure de Don Bosco que l'on fête aujourd'hui (ici, là ).
    Le doyenné de Ciney propose deux belles prières à saint Jean Bosco :
     
    O saint Jean Boscojean-bosco.jpg
    Père et Maître de la jeunesse,
    toi qui, docile à l’Esprit,
    as transmis à la Famille salésienne
    le trésor de la prédilection
    pour les petits et pour les pauvres,
    apprends-nous à être pour eux chaque jour
    les signes et les porteurs de l’amour de Dieu,
    et fais grandir en nos cœurs
    les mêmes sentiments du Christ Bon Pasteur.
    Demande pour tous les membres de ta Famille,
    la bonté du cœur, la ténacité au travail,
    la sagesse du discernement,
    le courage de donner un témoignage d’Église,
    la générosité missionnaire.
    Obtiens-nous la grâce de rester fidèles à l’Alliance
    que le Seigneur a scellée avec nous,
    et fais que, conduits par Marie,
    nous parcourions joyeusement,
    avec les jeunes
    la voie qui conduit à l’Amour.
    AMEN

    Ô Saint-Jean Bosco, par l’ardent amour que vous portiez à Jésus au Saint-Sacrement et par votre zèle à en propager le culte, en recommandant surtout l’assistance à la Sainte-Messe, la communion fréquente et la visite quotidienne, obtenez-nous de progresser toujours davantage dans l’amour et la pratique d’une dévotion si sainte et d’entrer dans notre éternité, fortifiés et réconfortés par la Divine Eucharistie. Amen.

  • Un songe prophétique de Don Bosco (31 janvier)

    IMPRIMER

    Aujourd'hui, on fait mémoire de Don Bosco. C'est l'occasion de se remémorer ce songe (source : forumarchedemarie):

    "Le 30 mai 1862, il raconta à sa communauté un songe en disant qu’on pouvait le considérer comme une parabole ou une comparaison :

    Imaginez, dit-il aux jeunes vous trouver avec moi sur un rocher au dessus de la mer et voir, sur la vaste étendue marine, une flotte innombrable de bateaux rangés en bataille, la proue armée d’un éperon de fer. Voyez ces navires, munis de canons, gorgés de matières incendiaires, s’avancer pour livrer bataille à un grand et majestueux vaisseau-amiral, représentant l’Eglise, pour tenter de l’éperonner, de l’incendier et de le faire couler.

    A ce majestueux navire, également bien armé, font escorte beaucoup d’autres bateaux, obéissant aux commandements du navire amiral et exécutant des manœuvres pour se préserver des manoeuvres de la flotte ennemie.

    Soudain, apparaissent deux très hautes colonnes en granit, s’élevant alors de l’immensité marine, à peu de distance, l’une de l’autre. Sur l’une domine une très belle statue de la Vierge Immaculée, un chapelet dans les mains, avec sous ses pieds, l’inscription où sont gravés les mots latins : "Auxiliatrice des Chrétiens", tandis que sur l'autre colonne, beaucoup plus haute et importante, rayonne une lumineuse et blanche Hostie sous laquelle on peut lire l’inscription : "Salut des croyants".

    Le commandant suprême qui veille sur le grand navire, est le pape. En constatant la fureur des ennemis et le péril auquel sont exposés ses fidèles, il convoque autour de lui les pilotes des bâtiments secondaires, afin de tenir conseil et de prendre une décision. Tous les pilotes montent donc sur le navire amiral pour se réunir autour du pape, mais, pendant que se tient cette assemblée, le vent devient de plus en plus furieux et la tempête rugit tellement, que les pilotes doivent retourner au plus tôt gouverner leur petit bateau.

    Lire la suite

  • Don Bosco (31 janvier), un saint qui ne connut qu'une passion: "la gloire de Dieu et le salut des âmes".

    IMPRIMER

    donboscolight.JPG(Source) Jean Bosco est né le 16 août 1815, sur la colline des Becchi, un petit hameau près de Castelnuovo d'Asti, aujourd'hui Castelnuovo Don Bosco. Issu d'une famille pauvre, orphelin à l'âge de 2 ans, il fut élevé par sa mère Marguerite, ainsi que son frère aîné Joseph et son demi frère Antoine.

    Travaillant dur et ferme, il s'est préparé à la mission qui lui avait été indiquée dans un songe, alors qu'il avait à peine 9 ans, et qu'il s'est vu confirmer par la suite à maintes reprises, de manière extraordinaire.

    Il a étudié à Chieri, tout en apprenant divers métiers. Il est ordonné prêtre à 26 ans. Arrivé à Turin, il est immédiatement frappé par le spectacle des enfants et des jeunes livrés à eux-mêmes, sans travail et sans guide. Il prend alors la décision de consacrer sa vie aux jeunes pour les sauver.

    Débuts de l'oeuvre

    Le 8 décembre 1841, dans l'église St François d'Assise, Don Bosco rencontrait un pauvre garçon, nommé Barthélemy Garelli, le premier d'une multitude de jeunes. C'est ainsi que commence l'Oratoire, itinérant au début, puis, dès Pâques 1846, définitivement installé au Valdocco, faubourg malfamé, qui deviendra la maison mère de toutes les œuvres salésiennes.

    Les garçons affluent par centaines : ils étudient et apprennent un métier dans les ateliers que Don Bosco a construit pour eux. En 1859, Don Bosco invite ses premiers collaborateurs à se joindre à lui dans la Congrégation Salésienne : ainsi, rapidement, devaient se multiplier partout des « oratoires » (centres de loisirs et de formation humaine et chrétienne pour les jeunes), des écoles professionnelles, des collèges, des centres de vocations (sacerdotales, religieuses, missionnaires), des paroisses, des centres en pays de mission... Ainsi, en 1875, son action déborde l'Italie, une première expédition missionnaire s'embarque pour l'Argentine, et les salésiens ouvrent leur première œuvre en France, à Nice .

    Les filles et les laïcs aussi

    En 1872, Don Bosco fonde l'institut des Filles de Marie Auxiliatrice (Sœurs salésiennes) qui travailleront pour les jeunes filles dans des œuvres variées, avec le même esprit et la même pédagogie. La cofondatrice et première supérieure a été Marie Dominique Mazzarello (1837-1881), canonisée par le pape Pie XII le 21 juin 1951.

    Mais Don Bosco a su s'entourer de nombreux laïcs pour partager avec les Salésiens et les Salésiennes son projet éducatif. Dès 1869, il fondait l'Association des Coopérateurs, qui font partie à part entière de la Famille Salésienne, se mettant au service de l'Eglise à la manière de Don Bosco.

    A 72 ans, épuisé par le travail, Don Bosco avait réalisé ce qu'il avait déclaré un jour : « J'ai promis à Dieu que tant qu'il me resterait un souffle de vie, ce serait pour mes chers enfant. » Il meurt à Turin, au Valdocco, à l'aube du 31 janvier 1888. 

    Béatifié le 2 juin 1929 et proclamé saint par le pape Pie XI, le dimanche de Pâques 1er avril 1934, Don Bosco est considéré, à juste titre, comme un des plus grands éducateurs.

  • RD Congo : jusqu'où va l'influence de l'Église catholique dans le jeu politique ?

    IMPRIMER

    TV5 monde Afrique :

    CENCO 2016-12-21t151737z_1649537079_rc11dc6a1000_rtrmadp_3_congo-politics_0-690x450.jpg

    « En République démocratique du Congo, l'Église catholique est un médiateur. Elle n'hésite pas à troquer ce rôle contre celui d'acteur politique voir d'"activiste", lorsque la démocratie n'est pas respectée par la classe dirigeante. Cette implication politique fait de l'épiscopat une figure puissante dans le Congo d'aujourd'hui, où vivent 45 millions de catholiques.

    Si pendant la période coloniale, l’Église catholique était un partenaire du gouvernement colonial, elle est, depuis la fin des années 1950 jusqu’à aujourd’hui, un acteur clef de la vie publique en RDC. Cet « activisme », est un fait rarement vu dans d’autres pays, explique Trésor Kibangula, analyste politique à Ebuteli, Institut de recherche congolais sur la politique, la gouvernance et la violence.

    « L’Église catholique du Congo a toujours eu un rôle un peu central dans le jeu politique en République démocratique du Congo. Cela ne date pas d’aujourd’hui, elle avait déjà joué un rôle fondamental dans le système politique du Congo, avant la colonisation. Il y a une influence toujours maintenue depuis des décennies. »

    Un acteur politique ?

    L’année 2017 illustre bien l’implication et l’influence de l’Église catholique auprès de la population congolaise. Le 31 décembre 2016, l’Église parvient à faire signer à l’opposition et au gouvernement un accord politique. Il permet à Joseph Kabila (2001-2019), président de l’époque, de rester en fonction, à condition que des élections soient organisées avant la fin de l’année 2017.

    Cet accord dit de la Saint-Sylvestre n’est pas respecté par le gouvernement. Du rôle de médiateur, l’Église devient alors acteur politique. La CENCO, la Conférence épiscopale nationale du Congo, rassemblant tous les religieux occupant une fonction dans l'Église, appelle les Congolais à la contestation en publiant un communiqué le 23 juin 2017 : « Nous vous le demandons instamment : il ne faut céder ni à la peur ni au fatalisme. Une minorité de concitoyens a décidé de prendre en otage la vie de millions de Congolais. C'est inacceptable ! Nous devons prendre en main notre destin commun », rappelle un rapport paru fin 2022 du Groupe Étude sur le Gongo (le GEC), Ebuteli, intitulé « L’Église catholique en RDC, au milieu du village ou au coeur de la contestation ? ».

    Le 31 décembre 2017 puis le 21 janvier et le 25 février 2018, à l'initiative de l'Église, trois grandes marches sont organisées pour appeler à de nouvelles élections et demander la fin du mandat de Joseph Kabila.

    « Lors de chaque manifestation, des dizaines de milliers - peut-être des centaines de milliers lors de la deuxième marche - de personnes descendent dans les rues. On peut voir des images émouvantes de prêtres pieds nus marchant devant des milliers d'hommes et de femmes en habits du dimanche », raconte le rapport.

    « Ces manifestations, ainsi que d'autres organisées par des mouvements sociaux comme LUCHA, mettent la pression sur le gouvernement et contribuent très probablement à empêcher de nouveaux retards dans la tenue des élections.»

    En décembre 2018, des élections ont finalement lieu. Leur résultat est contesté par l’Église, qui finit tout de même par reconnaître Félix Tsishekedi vainqueur…

    Jusqu'à aujourd'hui, le rayonnement de l'Église sur la classe politique et sur les Congolais reste inchangé. 

    « La population comprend les soucis de l’Église, elle est consciente que quand l’Église prend position, c’est pour son bien-être, cela justifie son influence », explique Donatien N’shole, évêque, secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

    « Le souci de l’Église est le bien-être de la population. À partir du jour où l’on aura des gouvernants qui s’occuperont bien de la population, l’Église se manifestera de moins en moins sur les questions socio-politiques », souligne-t-il.

    Récemment, le 4 décembre 2022, l’épiscopat congolais invitait les fidèles à participer à une marche pacifique pour protester contre l’insécurité à l’est du pays, avec la résurgence du M23 et contre le morcellement de la RDC. L’appel aux fidèles, intitulé « L’heure est grave. Notre pays est en danger », rassemblera aussi bien des catholiques que des croyants d’autres confessions religieuses, ainsi que des autorités politiques et administratives.

    Une puissance économique et foncière

    L’influence de l’Église catholique s’est consolidée lorsque le roi Léopold II, propriétaire du Congo lorsqu’il n’était pas indépendant, cède en 1909 le territoire au royaume de Belgique. « La Belgique a accordé beaucoup de subventions à l’Église catholique pour faire des écoles et aménager le système de santé», continue Trésor Kibangula de l'institut de recherche congolais sur la politique, la gouvernance et la violence. 

    Aujourd’hui, l’Église catholique est l’un des plus grands propriétaires fonciers du pays. À elle seule, elle dispose de 45% des établissements de santé du pays et 30% des écoles.

    « Il y a des endroits en RDC où les services de santé ne sont proposés que par l’Église, confirme Donatien N’shole. Elle est vue comme une structure sanitaire pour la population. La qualité de l’enseignement y est généralement reconnue. Tout cela justifie une certaine ascendance morale de l’Église », continue Donatien N’shole.

    L’Église bénéficie d’importantes exonérations fiscales sur ses établissements et d’autres entreprises qu’elle possède à travers le pays, selon le rapport du Groupe d'étude sur le Congo et d'Ebuteli. Selon le témoignage d’un prêtre interrogé, ces possessions foncières et ces avantages fiscaux invitent l’Église à une certaine mesure ou prudence dans ses prises de positions. « Le fait que l'Église a des choses à protéger - des terres, des écoles - signifie qu'elle a une aversion au risque ».

    Un « activisme » réservé aux droits politiques et à la démocratie ?

    Trésor Kibangula observe que l’implication et la vigilance de l’Église en RDC n’est pas la même selon les dossiers. Là où l’Église semble être un garde fou sur les questions des droits politiques et de la démocratie, il n’en serait pas de même pour les questions de droits sociaux, de l’accès à l’eau, de la bonne gouvernance et de la corruption à la tête de l’État.

    « C’est dommage, car avec l’ancrage national et l’influence politique qu’elle a aujourd’hui,  l’Église peut faire bouger les lignes et mettre une pression suffisante aux pouvoirs publics pour qu’ils modifient leur gouvernance. Bien sûr, les évêques publient des communiqués pour demander la bonne gouvernance et la fin de la guerre à l’Est. Mais les communiqués ne suffisent pas. »

    Pour Donation N’shole, la mission de l’Église n’est pas « politique ».  Il affirme en outre qu'elle s'est investie. 

    « Les évêques apprécient chaque fois la teneur de la crise. Ils ont invité les gens dans la rue par rapport à la situation de l’Est qui est dramatique. Mais il ne faudra pas que les évêques invitent à chaque fois les Congolais à manifester, sinon ils ne seront plus écoutés », explique le secrétaire général de la CENCO. Il affirme que l’Église s’est investie dans de nombreux diocèses pour amener l’eau à la population et pour « compenser le travail que l’État devrait faire ».

    « L’Église ne s’est jamais empêchée d’interpeller l’État de façon générale. Des interpellations globales impliquent tous ces sujets (accès à l’eau, à l’électricité et aux soins de santé ndlr) », conclut-il.

    Une autre critique émane du rapport du GEC et Ebuteli, notamment un manque de transparence, concernant les affaires financières de l'Église.

    « (…) Le président Tshisekedi a agi comme son prédécesseur, offrant des 4x4 à de nombreux évêques - au moins dix évêques, dont le cardinal Ambongo, ont reçu ces véhicules directement de la présidence, parfois accompagnés de cadeaux en espèces. Ce type de patronage, bien que coutumier depuis l'époque de Mobutu au moins, soulève des doutes quant à l'indépendance politique des évêques et renforce les soupçons de corruption au sein de l’Église. »

    Le pape en visite en RDC

    Le 31 janvier, le pape arrivera en RDC pour une visite qui avait été reportée une première fois pour raisons de santé. Sa prise de parole est attendue par les Congolais, dans un contexte électoral tendu et avec le conflit rongeant l’est du pays, qui souffre de la résurgence du mouvement armé des rebelles du M23.

    Le pape prendra-t-il position sur le contentieux opposant la RDC au Rwanda, alors qu’en décembre 2022, l’ONU confirmait l’implication de Kigali aux cotés du M23 ?

    « L’Église catholique en RDC a déjà dénoncé quelques fois le soutien de Kigali aux rebelles. Peut-être le pape suivra-t-il ce point de vue, ou alors il restera plus diplomatique, pour ne pas froisser les esprits à Kigali… Nous verrons », commente Trésor Kibangula. 

    « Je ne sais pas jusqu’où il va aller au sujet de ce conflit-là, mais ça ne me surprendrait pas qu’il dise un mot pour interpeller les uns et les autres », note de son côté le secrétaire général de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Donatien N’shole.

    Reste que la visite papale fait l’objet d’une instrumentalisation par la classe politique en RDC.

    « On a senti tout de suite une politisation de cette visite. Beaucoup de cadres de la majorité présidentielle de Félix Tsishekedi, notamment le vice-président de l’Assemblée nationale, se sont avancés pour dire que cette venue confirmera le soutien de tous les catholiques au président de la République qui se présente en 2023 », observe le chercheur Trésor Kibangula.

    Preuve, s'il en est, que pour la classe dirigeante congolaise d’aujourd’hui, l’Église fait toujours autorité.

    Ref. D Congo : jusqu'où va l'influence de l'Église catholique dans le jeu politique ?

  • Le dîner des cardinaux du "martyr blanc"

    IMPRIMER

    De George Weigel sur son site :

    Le dîner des cardinaux du martyr blanc*

    25 janvier 2023

    Le soir des funérailles du pape émérite Benoît XVI, le cardinal George Pell a organisé un dîner dans son appartement pour un groupe de personnes en deuil partageant les mêmes idées, et toutes les personnes présentes étaient ravies que l'héroïque cardinal Joseph Zen de Hong Kong, qui avait été autorisé à assister au requiem par la thugocratie de Hong Kong, ait accepté de se joindre à la fête. La société réunie au 1 Piazza della Città Leonina a ainsi pu s'émerveiller d'être en présence de deux "martyrs blancs"* contemporains : des hommes qui avaient beaucoup souffert pour la foi mais étaient restés intacts et pleins de la joie du Seigneur.

    La Providence a voulu que le cardinal Pell, en organisant ce dîner, "organise sa propre veillée irlandaise" (comme l'a fait remarquer l'une des personnes présentes après le décès inattendu de Pell cinq jours plus tard). C'était une description appropriée d'une soirée magique, dans laquelle l'humeur prédominante de profonde gratitude pour Benoît XVI a animé des heures de conversation robuste, pleine d'esprit et de rires. Et comme l'a fait remarquer le cardinal Pell après coup, "le cardinal Zen était vraiment la star ce soir, n'est-ce pas ?". En effet, il l'a été.

    À quatre-vingt-onze ans et souffrant de handicaps physiques accablants, le cardinal salésien né à Shanghai reste incroyablement énergique et a parlé avec enthousiasme de son travail dans la prison de Hong Kong où sont détenus le grand Jimmy Lai et d'autres prisonniers politiques. Les gardiens, semble-t-il, se comportent décemment avec Zen, lui permettent de rester aussi longtemps qu'il le souhaite et ne surveillent pas (ouvertement) ses conversations avec les prisonniers. Le cardinal a raconté avoir fait plusieurs convertis dans la prison et on lui a demandé ce qu'il utilisait comme matériel catéchétique. Les réponses ont été frappantes : la Bible et le Catéchisme de l'Église catholique, bien sûr, mais aussi Les Frères Karamazov de Dostoïevski.

    Mais le moment le plus remarquable de la soirée s'est produit lorsque, après que le cardinal Pell ait porté un toast émouvant à son frère cardinal, la conversation a porté sur les moments où le Seigneur semble être sourd aux appels de son peuple - des moments qui ne sont pas sans rappeler ce que vivent de nombreux catholiques aujourd'hui. Le cardinal Zen a rappelé au groupe les versets appropriés du psaume 44 ("Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ? / Réveille-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours !") ; il s'est souvenu que ces versets faisaient partie de l'introït du dimanche de la Sexagésime dans l'ancien calendrier liturgique romain - puis il a commencé à chanter, de mémoire et dans un latin impeccable, l'intégralité de cet introït (que l'on peut entendre ici).

    Comme on pouvait s'y attendre, la conversation a fini par porter sur la politique actuelle du Vatican à l'égard de la Chine, dont le cardinal Zen a été un critique virulent et persistant. Le problème, a insisté le prélat de Hong Kong, est le caractère du régime de Pékin, qui vit dans un univers éthique différent, qui ment dans les négociations et dont on ne peut jamais compter sur le respect des accords conclus. C'est précisément ce qui avait fait de l'Ostpolitik du Vatican en Europe centrale et orientale dans les années 1970 un fiasco : les négociateurs du Vatican refusaient de reconnaître le "facteur régime" totalitaire et négociaient donc avec les gouvernements communistes comme s'ils étaient des autoritaires ordinaires plutôt que des ennemis mortels de la religion biblique.  

    La confirmation de l'analyse du cardinal Zen sur la perfidie intrinsèque du régime communiste chinois est intervenue pratiquement au même moment que ce dîner, lorsque l'éditeur britannique Allen Lane a publié The Hong Kong Diaries of Chris Patten, que le dernier gouverneur britannique de la colonie de la Couronne avait conservé depuis son arrivée en 1992 jusqu'au retrait britannique en 1997. Le principal mandarin de la politique chinoise du Foreign and Commonwealth Office de l'époque, Sir Percy Cradock, avait déclaré à Chris Patten que, si les dirigeants chinois "étaient peut-être des dictateurs voyous", ils étaient aussi "des hommes de parole qui respecteraient leurs promesses". Ce à quoi Chris Patten, soupçonnant fortement le contraire, a répondu : "J'espère que c'est vrai."

    Cet échange vif soulève une question : Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Saint-Siège, s'inspire-t-il de feu Percy Cradock ? Si tel est le cas, le cardinal Parolin servirait mieux la cause de l'Église en Chine s'il prêtait attention à Chris Patten (lui-même catholique), beaucoup plus réaliste, qui notait dans son journal intime que "l'une des tactiques les plus surréalistes [des négociateurs chinois] consiste à refuser d'expliquer ce que signifie quelque chose à moins que nous n'offrions une concession de notre côté. En d'autres termes, l'ouverture, l'exactitude et la transparence sont elles-mêmes considérées comme des concessions chinoises."

    Cradock et d'autres diplomates britanniques de carrière partaient du principe que, comme le dit Chris Patten, "il faut aller dans le sens de Pékin plutôt que de risquer des disputes." Cette mollesse était déjà assez mauvaise pour le gouvernement de Sa Majesté au milieu des années 1990. Elle est honteuse pour le Vatican aujourd'hui. Et cela devrait soulever de sérieuses questions pour ceux qui imaginent le cardinal Parolin comme le successeur du pape François.

    * L’encyclopédie catholique définit comme « martyrs blancs » ceux qui sont maltraités dans leur vie quotidienne en raison de leur croyance dans le Christ.

  • La guerre des cardinaux

    IMPRIMER

    De Ross Douthat sur The New York Times via Il Sismografo :

    La guerre entre les cardinaux catholiques

    La mort du pape émérite, Benoît XVI, a été suivie d'une petite effusion littéraire, une ruée de publications qui ont été interprétées comme des salves dans la guerre civile de l'Église catholique. La liste comprend les mémoires d'un secrétaire de longue date de Benoît XVI, qui mentionne la déception de l'ancien pontife face à la restriction de la messe en latin par son successeur, un recueil d'essais posthume de Benoît XVI lui-même, qui est exploité pour ses citations controversées, et une interview du pape François par l'Associated Press, qui a fait la une des journaux pour son appel à la dépénalisation de l'homosexualité dans le monde.

    Au milieu de tous ces mots, deux interventions méritent une attention particulière. L'une n'est pas vraiment nouvelle, mais la révélation de son auteur lui confère une importance accrue : Il s'agit d'un mémorandum, destiné aux cardinaux qui éliront le successeur de François, qui a circulé pour la première fois en 2022 et dont le journaliste du Vatican Sandro Magister vient de révéler qu'il est l'œuvre du cardinal George Pell d'Australie, un ecclésiastique conservateur de premier plan décédé juste après Benoît XVI.

    Commençant par une déclaration sans nuance selon laquelle le pontificat de François a été une "catastrophe", le mémorandum dépeint une église tombant dans la confusion théologique, perdant du terrain face à l'évangélisme et au pentecôtisme ainsi qu'au sécularisme, et affaiblie par des pertes financières, la corruption et une gouvernance papale sans foi ni loi. (Sur le climat au sein du Vatican, Pell écrit : "Les écoutes téléphoniques sont régulièrement pratiquées. Je ne suis pas sûr de la fréquence à laquelle elle est autorisée").

    L'autre est un long essai d'un autre cardinal de Pell, Robert McElroy de San Diego, paru cette semaine dans America, le magazine jésuite. Il partage avec le mémo de Pell la prémisse que l'Eglise est confrontée à des divisions internes débilitantes, mais il soutient que la division devrait être résolue par l'achèvement de la révolution recherchée par les libéraux de l'église. En particulier, McElroy exhorte l'Église à renoncer à tout jugement significatif sur les relations sexuelles et à ouvrir la communion à "tous les baptisés", ce qui inclut vraisemblablement les protestants. Seul ce type d'inclusion radicale, suggère-t-il, a "un quelconque espoir d'attirer la prochaine génération vers la vie dans l'Eglise".

    Que les factions en conflit au sein du catholicisme aient des points de vue très différents n'est pas une révélation, mais il est tout de même frappant de les voir énoncés si franchement par des cardinaux éminents : la critique directe de Pell à l'égard de la papauté de François et la franchise de McElroy quant à ses objectifs libéraux mettent en évidence ce qui est souvent obscurci par la rhétorique.

    Ce n'est pas seulement leur substance mais aussi leur style qui est éclairant. Dans la liste laconique de Pell, on peut voir un condensé de l'alarme conservatrice sur la condition de l'Eglise. Dans les appels plus expansifs de McElroy au "dialogue" et au "discernement", on peut voir la confiance d'un catholicisme progressiste qui suppose que tout dialogue ne peut mener que dans une seule direction.

    Et dans la distance entre leurs présupposés, qui commencent par des analyses sociologiques différentes des raisons pour lesquelles l'Eglise est en difficulté et se terminent par un vaste fossé doctrinal, on peut sentir l'ombre du schisme planer sur l'Eglise du XXIe siècle. McElroy n'est pas un théologien radical ; Pell n'est pas un réactionnaire marginal. Il s'agit de figures traditionnelles qui travaillent au cœur de la hiérarchie catholique, et pourtant le fossé entre leurs visions du monde semble pouvoir les placer dans des branches entièrement différentes de la foi chrétienne.

    Malgré leur indéniable conservatisme, Benoît XVI et Jean-Paul II avaient pour objectif constant de réaliser une sorte de synthèse pour l'Église moderne, dans laquelle les changements introduits par Vatican II pourraient être intégrés aux engagements traditionnels du catholicisme. Leur ère est désormais révolue, mais si l'Église veut maintenir ses factions actuelles unies sur le long terme, une synthèse est toujours nécessaire ; la simple coexistence n'est probablement pas viable. (La tentative actuelle des prélats alignés sur François d'écraser pratiquement la messe latine montre à quel point elle cède rapidement). Une sorte de pont plus solide devrait exister entre les visions du monde de McElroy et de Pell pour que leurs successeurs puissent encore partager une Eglise en 2123.

    Est-ce imaginable ? En tant que personne qui est fondamentalement d'accord avec le diagnostic de Pell, je peux lire McElroy et trouver des points de discussion raisonnables, en particulier lorsqu'il parle du rôle des femmes catholiques dans la gouvernance de l'Eglise. En théorie, on peut imaginer un catholicisme avec plus de religieuses et de laïques dans des fonctions importantes, qui conserve ses engagements doctrinaux fondamentaux, tout comme - pour reprendre la récente interview du pape - on peut imaginer une Eglise vigoureusement opposée à la discrimination injuste ou à la violence d'État contre les homosexuels, qui reste attachée à la règle de la chasteté et à la centralité du mariage sacramentel.

    Mais les synthèses ne peuvent pas seulement être rédigées sur papier, elles doivent vivre dans le cœur des croyants. Et en ce moment, la tendance est aux différences irréconciliables, à une vision de l'avenir du catholicisme, des deux côtés de ses divisions, où l'argument actuel ne peut être résolu que par quatre mots simples : nous gagnons, ils perdent.

  • Respectons et promouvons toujours la vie ! Ne rejetons pas la vie ! (pape François)

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Le pape François dénonce une culture qui "rejette" les enfants à naître, les personnes âgées et les pauvres.

    Pope Francis greets the crowd at his Sunday Angelus address on Jan. 29, 2023.

    Le pape François salue la foule lors de son discours de l'Angélus dominical le 29 janvier 2023. | Médias du Vatican

    29 janvier 2023

    Dans son discours de l'Angélus de dimanche, le pape François a décrié une culture qui "jette" les enfants à naître, les personnes âgées et les pauvres s'ils ne sont pas utiles.

    "La culture du jetable dit : 'Je vous utilise autant que j'ai besoin de vous. Quand tu ne m'intéresses plus, ou que tu me gênes, je te jette'. Ce sont surtout les plus faibles qui sont traités de cette manière - les enfants à naître, les personnes âgées, les nécessiteux et les défavorisés", a déclaré le pape François le 29 janvier.

    "Mais les gens ne doivent jamais être jetés. Les personnes défavorisées ne peuvent pas être jetées. Chaque personne est un don sacré et unique, quel que soit son âge ou sa condition. Respectons et promouvons toujours la vie ! Ne rejetons pas la vie".

    S'exprimant depuis la fenêtre du Palais apostolique, le pape a noté que la "culture du jetable" est prédominante dans les sociétés plus riches.

    "C'est un fait qu'environ un tiers de la production alimentaire totale est gaspillée dans le monde chaque année, alors que tant de personnes meurent de faim", a-t-il déclaré.

    "Les ressources de la nature ne peuvent être utilisées de la sorte. Les biens doivent être pris en charge et partagés de manière à ce que personne ne manque du nécessaire. Plutôt que de gaspiller ce que nous avons, diffusons une écologie de la justice et de la charité, du partage."

    Le pape François a souligné que l'appel de Jésus dans les béatitudes à être "pauvre en esprit" inclut le "désir qu'aucun don ne soit gaspillé." Il a ajouté que cela inclut de ne pas gaspiller "le don que nous sommes".

    "Chacun de nous est un bien, indépendamment des dons qu'il possède. Chaque femme, chaque homme, est riche non seulement de talents mais aussi de dignité. Il ou elle est aimé(e) de Dieu, a de la valeur, est précieux(se)", a-t-il déclaré.

    "Jésus nous rappelle que nous sommes bénis non pas pour ce que nous avons, mais pour ce que nous sommes".

    Une petite scène a été installée sur la place Saint-Pierre avant le discours de l'Angélus du pape, où des jeunes se sont rassemblés avec des ballons et des bannières en chantant des hymnes dans le cadre de la "Caravane de la paix" de l'Action catholique.

    A la fin de l'Angélus, un jeune garçon et une jeune fille en sweat-shirt bleu ont rejoint le Pape François à la fenêtre du Palais Apostolique et ont lu à haute voix une lettre partageant leur engagement pour la paix.

    Le pape François a remercié l'Action catholique pour cette initiative, ajoutant qu'elle est particulièrement importante cette année avec la guerre en Ukraine.

    "En pensant à l'Ukraine tourmentée, notre engagement et notre prière pour la paix doivent être encore plus forts", a-t-il déclaré.

    Le pape a également lancé un appel à la paix en Terre Sainte, exprimant sa tristesse pour la mort de 10 Palestiniens tués en Cisjordanie lors d'un raid militaire israélien et pour une fusillade à l'extérieur d'une synagogue à Jérusalem-Est au cours de laquelle un Palestinien a tué sept Israéliens.

    "La spirale de la mort qui augmente jour après jour ne fait rien d'autre que de fermer les quelques lueurs de confiance qui existent entre les deux peuples", a déclaré le pape François.

    "Depuis le début de l'année, des dizaines de Palestiniens ont été tués dans des échanges de tirs avec l'armée israélienne. J'appelle les deux gouvernements et la communauté internationale à trouver, immédiatement et sans délai, d'autres voies, qui incluent le dialogue et la recherche sincère de la paix. Frères et sœurs, prions pour cela !"

    Notant qu'il se rendra bientôt en Afrique, le pape François a demandé aux gens de prier pour son voyage apostolique en République démocratique du Congo et au Sud-Soudan du 31 janvier au 5 février.

    "Ces terres, situées au centre du grand continent africain, ont beaucoup souffert de longs conflits. La République démocratique du Congo, surtout dans l'est du pays, souffre d'affrontements armés et d'exploitation. Le Sud-Soudan, déchiré par des années de guerre, aspire à la fin de la violence constante qui oblige de nombreuses personnes à être déplacées et à vivre dans des conditions très difficiles", a-t-il déclaré.

    "Au Sud-Soudan, j'arriverai avec l'archevêque de Canterbury et le modérateur de l'Assemblée générale de l'Église d'Écosse. Ensemble, comme des frères, nous ferons un pèlerinage œcuménique de paix, pour implorer Dieu et les hommes de mettre fin aux hostilités et pour la réconciliation. Je demande à tous, s'il vous plaît, d'accompagner ce voyage de leurs prières."

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour la Catholic News Agency. Diplômée de l'Université de Harvard, elle a effectué des reportages dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Dans quel pays la fréquentation de la messe est-elle la plus élevée ?

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Où la fréquentation des messes est-elle la plus élevée ? Un pays est le leader incontesté
     
    29 janvier 2023

    Nigeria Catholics

    Un groupe d'écolières recevant les sacrements du baptême et de la confirmation à Onitsha, Anambra, Nigeria, le 30 mai 2022. | Shutterstock

    Une compilation de nouvelles données par le Center for Applied Research in the Apostolate (CARA) de l'Université de Georgetown fait la lumière sur les pays du monde qui ont le plus grand nombre de participants à la messe. 

    Les chercheurs du CARA ont utilisé les données du World Values Survey (WVS), une importante étude internationale sur les croyances religieuses menée depuis des décennies, pour examiner 36 pays à forte population catholique. Ils ont classé ces pays en fonction du pourcentage de catholiques déclarant assister à la messe chaque semaine ou plus, à l'exclusion des mariages, des funérailles et des baptêmes. 

    Selon les données, le Nigeria et le Kenya ont la plus forte proportion de catholiques qui assistent à la messe chaque semaine ou plus, le Nigeria étant le leader incontesté. Quatre-vingt-quatorze pour cent des catholiques du Nigeria disent assister à la messe au moins une fois par semaine. Au Kenya, ce chiffre est de 73%, et au Liban, il est de 69%.

    Le niveau de fréquentation au Nigeria est particulièrement élevé compte tenu du nombre important d'attaques violentes contre les chrétiens dans le pays ces dernières années. Les incidents terroristes à l'intérieur des églises catholiques ne sont pas rares ; notamment, en juin de l'année dernière, des hommes armés soupçonnés d'être des extrémistes islamiques ont ouvert le feu sur des fidèles catholiques qui assistaient à la messe de Pentecôte à l'église catholique St. Francis Xavier dans le sud-ouest du Nigeria, tuant au moins 50 personnes. 

    2023_01_30_09_26_35_Greenshot.pngPlus de la moitié des catholiques pratiquent une messe hebdomadaire ou plus aux Philippines (56 %), en Colombie (54 %), en Pologne (52 %) et en Équateur (50 %). Mais dans 29 des 36 pays examinés, moins de la moitié des catholiques qui s'identifient comme tels assistent à la messe dominicale. Les chercheurs ont reconnu que l'utilisation de chiffres de participation à la messe déclarés par les intéressés pouvait gonfler légèrement les chiffres, ce qui signifie que les chiffres réels de participation pourraient être, en réalité, légèrement inférieurs dans tous les pays. 

    Les données de la WVS n'incluaient pas les États-Unis, mais les données de sondage de CARA indiquent que le pourcentage de catholiques aux États-Unis qui assistent à la messe chaque semaine ou plus est de 17%, même si plus des trois quarts des catholiques américains se considèrent comme une "personne religieuse".

    En continuant vers le bas, les niveaux les plus bas de participation hebdomadaire ont été observés en Lituanie (16%), en Allemagne (14%), au Canada (14%), en Lettonie (11%), en Suisse (11%), au Brésil (8%), en France (8%) et aux Pays-Bas (7%).

    "On pourrait supposer que plus les catholiques sont religieux dans un pays, plus ils sont susceptibles d'assister fréquemment à la messe", ont écrit les chercheurs de CARA. 

    "Pourtant, il n'y a pas de forte corrélation entre le nombre de personnes s'identifiant comme catholiques 'religieux' et la fréquentation fréquente de la messe."

    Les pays ayant un produit intérieur brut (PIB) par habitant plus élevé avaient des niveaux plus faibles de fréquentation de la messe et vice versa, ont-ils noté.

    "S'il semble y avoir une déconnexion entre le fait de s'identifier comme une personne religieuse et le fait d'assister à la messe chaque semaine, il existe un troisième facteur qui peut expliquer la distribution comparative de ces deux attributs. Si vous avez regardé de près les pays, vous avez peut-être remarqué un certain regroupement économique", ont écrit les chercheurs de CARA. 

    Dans ce petit échantillon de pays, nous pouvons supposer que le catholicisme est plus fort dans ce que l'on appelle souvent le monde en développement, où le PIB par habitant est plus faible, alors qu'il semble se contracter dans les pays "développés" plus riches", concluent les chercheurs. 

    "Les mécanismes précis associés au développement économique et à la richesse qui ont un impact sur la participation des catholiques à la foi et leur identification comme religieux ne sont pas clairs. Quels qu'ils soient, ils ont une importance significative."

    Jonah McKeown est rédacteur et producteur de podcasts pour la Catholic News Agency. Il est titulaire d'une maîtrise de l'école de journalisme de l'Université du Missouri et a travaillé comme écrivain, comme producteur pour la radio publique et comme vidéaste. Il est basé à St. Louis.