Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "Le parfum s’est dissipé, et le vase rompu demeure..." Billet d'humeur

    IMPRIMER

    Un ami, lecteur fidèle de belgicatho, nous adresse ce :

    Billet d’humeur

    Nous le savons déjà, le grand mérite du présent pontificat sera d’avoir favorisé le débat. Les disputes aussi, à fleuret moucheté ou le sabre au bout du bras, la charité chrétienne n’apparaissant que par intermittence sur le champ de bataille, encore qu’il puisse s’agir le plus souvent de ses oripeaux.

    Mais comme depuis Bernanos « Tout est grâce », accueillons ces débats comme s’ils étaient initiés par Dieu lui-même en vue de clarifier l’horizon forcément restreint des uns et des autres. Parmi les innombrables sujets d’affrontement – il faut parfois appeler les choses par leur nom – citons au hasard le rôle éminent de la Pachamama dans l’évangélisation, la disparition voulue et donc organisée de l’ancien rite liturgique, la présence au Vatican d’hommes du monde et bien peu d’Eglise, les propos nébuleux et parfois contradictoires du successeur de Pierre quand il prend l’avion et bien d’autres choses que certains lecteurs pourront identifier à loisir.

    Tandis que nous ne manquons pas de nous anathématiser à coups d’extraits du dernier « motu proprio » en date, d’articles du code de droit canonique, de citations du Docteur Angélique et des actes de divers Conciles, l’institution ecclésiale poursuit en Europe, et aussi ailleurs, sa vertigineuse plongée dans les abysses de l’histoire, n’intéressant plus personne - dans le meilleur des cas – ou suscitant une dernière coulée de haine chez ceux qui veulent encore tirer sur l’ambulance, laquelle ne deviendra pas l’hôpital de campagne tant vanté.

    Le 28 août 1946 paraissait dans la presse un billet de François Mauriac qui contenait ce texte : « Ce parfum d’un vase brisé, dont Renan disait que nous vivons, ce parfum s’est dissipé, et le vase rompu demeure, - ce vase qui est l’Eglise et dont les débris sont les églises ». Le « Vase rompu demeure ». Prions et agissons pour qu’il en soit ainsi !

    P. L.

  • Liturgie : nouvelles attaques du Pape François contre les « rigidités » qui selon lui menacent l’Eglise

    IMPRIMER

    pape (1).jpgLe dialogue avec le pape actuel n’est pas pour demain : dans son homélie de la messe de la Parole de Dieu du 23 janvier, François a blâmé une nouvelle fois les « tentations perverses de rigidité » présentes selon lui dans l’Église. Lu sur le site web de l’hebdomadaire « Famille Chrétienne » :

    « Durant la messe, le pape François a, dans son homélie, dénoncé vigoureusement les rigidités qui menacent aujourd’hui l’Église. Mettant d’abord en garde contre la « tentation de nous enfermer dans une religiosité sacrale qui se réduit à un culte extérieur », il a insisté sur le fait que Jésus n’était pas venu « remettre une liste de normes ni présider une cérémonie religieuse ». Au contraire, il est « descendu dans les rues du monde pour rencontrer l’humanité blessée ».

    Il a alors fustigé les « tentations de rigidité », une véritable « perversion » selon lui. Puis il a considéré que les personnes pensant trouver Dieu en étant inflexibles suivaient en réalité une idole. « Et une idole, ce n’est pas Dieu », a-t-il insisté, invitant à écouter la Parole de Dieu qui « transforme ».

    En improvisant largement, il a également dénoncé une autre tentation présente dans l’Église, celle de la « spiritualité angélique », ces mouvements spirituels « gnostiques » qui proposent une « Parole de Dieu qui vous met “en orbite” et ne vous laissent pas toucher la réalité ». Or l’Évangile « nous place dans la vie, dans les situations quotidiennes, dans l’écoute des souffrances de nos frères et sœurs ». Le pape avait quelques instants auparavant déploré avec douleur le fait de voir « nos frères et sœurs mourir en mer parce qu’ils ne sont pas autorisés à débarquer ».

    En conclusion, le chef de l’Église catholique a appelé les chrétiens à remettre la Parole de Dieu « au centre » de la vie de l’Église. « Ainsi, nous serons libérés de tout pélagianisme rigide, de toute rigidité, et nous serons libérés de l’illusion des spiritualités qui vous mettent ‘en orbite’ sans se soucier de nos frères et sœurs ».

    Ref. Le pape fustige les « tentations de rigidité » qui menacent l'Église

  • Une défense du pape Benoît XVI sur les abus et l'esprit du temps

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Une défense du pape Benoît XVI sur les abus et l'esprit du temps

    26 janvier 2022

    "En tant que biologiste évolutionniste, baptisé catholique mais resté incroyant toute sa vie (il a quitté l'Église en 1982), je suis horrifié, irrité par la campagne de diffamation actuelle contre le pape émérite Benoît XVI"

    Commentaire du professeur Ulrich Kutschera

    En tant que biologiste évolutionniste baptisé et confirmé dans la foi catholique, mais resté incroyant toute ma vie (il a quitté l'Eglise en 1982), je suis horrifié et irrité par la campagne de diffamation actuelle contre le pape émérite Benoît XVI. Bien que, en tant que "darwiniste", je ne sois pas d'accord avec l'éminent catholique sur le plan de la vision du monde, je tiens à défendre ci-après en termes clairs cet homme droit, que j'apprécie en tant que philosophe de la religion et auteur de livres.

    J'ignore les présentations faites dans les médias grand public (par exemple Stern.de, 20.1.2022 : "...le pape émérite a menti... et détruit l'image de sa vie") et j'ai préféré consulter les sources originales. Celles-ci donnent une autre image.

    Des représentants du cabinet d'avocats munichois WSW ont présenté leur "expertise sur les cas d'abus dans l'archevêché de Munich et Freising" lors de l'émission "Phoenix in Ort-Live - 20.1.2022". Selon ce rapport, l'ancien pape s'est exprimé le 14 décembre 2021 sur l'accusation de dissimulation d'abus sur des enfants dont il aurait eu connaissance de la part d'ecclésiastiques ayant des dispositions à cet effet dans son domaine de responsabilité.

    Il ne se souviendrait plus d'une discussion qui aurait eu lieu il y a plus de 40 ans ( !). A l'époque, le 15 janvier 1980, il s'était occupé, entre autres, de l'affaire du professeur Hans Küng (1928-2021) ; le cas du prêtre pédocriminel X, également traité comme point de discussion, ne lui revient plus en mémoire, et une preuve contraire à cette déclaration sans équivoque du pape émérite n'a pas encore été apportée.

    Comme l'a expliqué l'avocat Dr. U. Wastl, ce prêtre agresseur X a été condamné en 1986 à une peine légère pour abus sexuels sur des garçons, le juge ayant "reconnu sa pédophilie comme un facteur de réduction de la culpabilité". Dans l'expertise sur les abus, nous lisons à la page 62 que "l'esprit du temps est au pouvoir sur les enfants", et c'est là que commence ma défense du catholique sincère Ratzinger.

    Le pape Benoît XVI a été archevêque de Munich de 1977 à 1982 en tant que cardinal Josef Ratzinger. Conformément à l'esprit de l'époque, les relations érotiques de personnes adultes, en particulier d'hommes gays avec des garçons mineurs, étaient encore largement considérées comme des "peccadilles" : c'était exactement la période où les activistes pédosexuels étaient par exemple tolérés et encouragés par les représentants des "Verts" (voir lien : "Scandale pédophile : bilan de l'horreur verte").

    D'un point de vue actuel, la minimisation de la violence sexuelle envers les enfants à l'époque est condamnée à juste titre, mais pendant les années 1970-80, d'autres "mœurs" étaient encore en vigueur. On croyait à l'existence d'une "sexualité infantile", qui pouvait alors logiquement être "satisfaite" (voir "Homosexualité : faits et mythes en conflit" et "Troisième sexe"). Le pape émérite a probablement commis une erreur à l'époque ; il aurait dû prendre au sérieux et poursuivre les quatre cas d'abus dont il avait peut-être connaissance, commis pour la plupart par des auteurs homophiles masculins ("boylover").

    De même, il aurait été de la responsabilité des décideurs politiques des autorités scolaires de dénoncer à temps les viols massifs de jeunes garçons commis par le directeur pédosexuel de l'école d'Odenwald en Hesse, Gerold Becker (1936-2010). Les méfaits homosexuels de Becker sont encore aujourd'hui minimisés par son ancien compagnon, le pédagogue réformateur Hartmut v. Hentig (né en 1925), mais dans ce cas, le tollé médiatique ne se fait pas entendre (voir "Strafsache Sexualbiologie", en ligne sur www.evolutionsbiologen.de/media/files/flyer-final.pdf).
     
    L'actuelle "affaire de l'ex-pape" concerne autre chose : conformément à l'esprit du temps actuel, des "hommes blancs" célèbres sont régulièrement humiliés par "la faction médiatico-politique du genre", avec la tentative de détruire leurs mérites durement acquis.
     
    Que le pape émérite Benoît XVI se console en apprenant que d'éminents athées, tels que les scientifiques de l'évolution Charles Darwin (1809-1882 ) ou Ernst Haeckel (1834--1919), ainsi que le fondateur de la biologie moléculaire, le prix Nobel James D. Watson (né en 1928), sont "traînés dans la boue" de la même manière par les bien-pensants modernes - dans ces cas, les trois biologistes condamnés par les médias seraient soudain des "racistes". C'est tout aussi absurde que l'affirmation selon laquelle l'"image de vie" extraordinairement positive du pape émérite aurait été détruite d'un seul coup en raison d'une faute possible, mais nullement prouvée, qui, selon l'esprit pro-pédophile de l'époque, était sans doute d'importance secondaire.

    Le professeur Ulrich Kutschera est un biologiste de l'évolution et un physiologiste de renommée internationale. Il est professeur émérite de l'Institut de biologie de l'Université de Kassel et visiting scientist à Stanford/Californie.

  • Le Dakota du Sud et le Nebraska : des Etats qui protègent la Vie

    IMPRIMER

    De Pierre Lincoln sur kath.net :

    Etats-Unis : les Etats du Dakota du Sud et du Nebraska protègent la vie

    26 janviers 2022

    La gouverneure du Dakota du Sud présente une interdiction de l'avortement en cas de battements de cœur - Le gouverneur du Nebraska instaure une journée de prière pour la fin de l'avortement

    Kristi Noem, gouverneur de l'État américain du Dakota du Sud, a annoncé une loi visant à protéger les enfants à naître. La proposition de loi qu'elle a présentée le 21 janvier vise à interdire les avortements dès que les battements du cœur de l'enfant à naître peuvent être détectés. C'est le cas environ à la sixième semaine de grossesse.

    "Chaque vie humaine est unique et belle dès le moment de sa conception. Chaque vie mérite notre protection et a le droit à la vie", a souligné Noem dans une déclaration.

    Comme au Texas, les plaintes pour violation de l'interdiction de l'avortement seront réservées aux particuliers. Les femmes qui ont recours à l'avortement sont exemptées de poursuites. Les hommes qui ont mis des femmes enceintes par viol ou inceste ne peuvent pas porter plainte.

    Une deuxième proposition de loi vise à interdire la prescription de pilules abortives par télémédecine et l'envoi de pilules abortives dans le Dakota du Sud. L'administration Biden a abrogé une disposition fédérale qui interdisait la vente et l'envoi de ces produits.

    Selon le bureau de Kristi Noem, le nombre d'avortements a chuté de 80% au cours des dix dernières années.

    Pete Ricketts, le gouverneur du Nebraska, a déclaré le 22 janvier comme journée de prière pour la fin de l'avortement. Cette date correspond à l'anniversaire de la décision "Roe v. Wade", par laquelle la Cour suprême des Etats-Unis a légalisé l'avortement dans tous les Etats américains en 1973. La loi sur l'avortement du Nebraska a également été abrogée par cette décision. "Le Nebraska est un Etat qui protège la vie", écrit Ricketts dans sa proclamation.

    Outre la prière pour la protection des enfants à naître, le gouverneur invite les habitants du Nebraska à s'engager pour les femmes enceintes et les familles qui se trouvent dans des situations de détresse.

  • "Pro liturgia" jette l'éponge

    IMPRIMER

    De Denis Crouan sur son site "Pro liturgia" (25 janvier 2022) :

    Dernier message

    Demander au clergé actuel que soit respectée la liturgie de l’Église conduit à perdre son temps : avec une obstination souvent doublée d’une profonde inculture, ceux qui occupent les places d’où ils sont censés enseigner, précéder, et conduire les fidèles – à tous les niveaux dans l’Eglise, du pape au simple curé de paroisse – semblent vouloir systématiquement saboter le culte divin d’une façon qui demeure parfaitement incompréhensible.

    Il faut se séparer de ce clergé qui depuis des années s’emploie à imaginer avec une inexplicable persévérance des célébrations liturgiques qui ne rassemblent plus que des naïfs, des « suivistes » qui placent leur besoin de convivialité et de sentimentalisme avant toute préoccupation de vérités de foi et de sens liturgique au point de les oublier, voire de les nier et d’en priver ceux qui en éprouvent le besoin.

    Il faut quitter un clergé et des pratiquants qui se trouvent confortés et rejoints dans leurs attitudes par des évêques qui s’égarent dans des lectures biaisées des textes magistériels (comme le prouvent leurs façons de lire et d’appliquer aussi bien le concile Vatican II que le Motu proprio « Traditionis custodes » du pape François).

    Que ceux qui veulent continuer à faire des scoubidous ou des coloriages et à chanter des niaiseries au cours de messes tantôt kitch tantôt fadasses le fassent en toute liberté : ils ne transmettront rien aux générations futures.

    Que ceux qui veulent s’attacher à la raideur des chasubles ou aux dentelles des aubes qui sont la marque de fabrique de célébrations faussement « traditionnelles » le fassent s’ils y trouvent leur bonheur : par les temps qui courent, chaque façon de célébrer la liturgie doit être considérée comme acceptable.

    Que nos évêques qui veulent se faire les hérauts d’une pastorale hors sol qui n’a jamais rien produit le fassent si ça leur donne le sentiment d’être à la hauteur de leur mission : les extravagances dont ils sont capables et qui n’étonnent plus ne sont pas encore épuisées.

    Que le pape Bergoglio veuille davantage s’intéresser à Luther et à Pachamama qu’à la doctrine et la morale de l’Église, c’est son choix : un choix que chacun est en droit d’estimer regrettable et plus que risqué.

    Quoi qu’il en soit, tout cela, cette façon dont se présente l’Eglise et sa liturgie n’a plus aucun intérêt pour le simple fidèle qui souhaite échapper aux trahisons d’un clergé qui se complet dans la gestion de paroisses vides et où ne vibrionnent plus que des « laïcs engagés » qui prétendent « animer » des liturgies qui sont, au mieux, des soupes tièdes qu’on avale par esprit de sacrifice, au pire des poisons pour la paix intérieure et l’équilibre psychologique.

    Certes, il reste des havres de paix que sont les monastères qui ont résisté au vent du modernisme et qui ont reçu et appliqué Vatican II avec foi et intelligence. Mais un monastère, s’il peut être un lieu occasionnel de ressourcement, n’est pas le sanctuaire paroissial qu’un fidèle laïc doit normalement fréquenter en étant assuré d’y vivre et d’y alimenter sa foi dans le silence et la contemplation.

    Pour se détacher de cette situation ecclésiale devenue délirante et toxique au point de nuire à la paix intérieure et à la foi catholique, il a été décidé de mettre un terme à l’ « aventure » de Pro Liturgia. La situation actuelle et sans avenir, entretenue par un clergé en partie erratique et des laïcs qui ont accepté d’être déboussolés au point de ne plus s’interroger sur ce qu’on leur fait faire au cours des messes, l’exige.

    messe-moisson-jpg-536015
    Le mot d’ordre de nos évêques est qu’il ne faut confier de messes
    ni aux “traditionalistes” ni aux fidèles qui respectent les décisions
    de Vatican II en matière de liturgie mais uniquement à ceux qui malmènent le culte divin.
    Par conséquent, essayer de discuter avec ces pasteurs mitrés dont la logique est impénétrable
    fait perdre du temps (et parfois même la foi).

  • Ce mercredi 26 janvier : une journée de prière pour l'Ukraine à l'invitation du pape

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Journée de prière pour l'Ukraine

    Face aux tensions actuelles, le Souverain pontife a lancé une nouvelle fois un appel «aux personnes de bonne volonté» afin de faire revenir le dialogue à l'Est de l'Europe. Une journée de prière pour la paix dans le pays a lieu ce mercredi 26 janvier.

    À l'issue de la prière de l'Angélus dominical du 23 janvier, le Pape François a de nouveau fait part de ses préoccupations devant la dégradation des conditions sécuritaires à la frontière russo-ukrainienne. «Je suis avec inquiétude la montée des tensions qui risquent de porter un nouveau coup à la paix en Ukraine et de remettre en cause la sécurité du continent européen, avec des répercussions encore plus larges» a expliqué François.

    La fraternité plutôt que les intérêts

    Le Pape a par conséquent souhaité lancer «un appel sincère à toutes les personnes de bonne volonté pour qu'elles prient le Dieu tout-puissant afin que toutes les actions et initiatives politiques servent la fraternité humaine plutôt que les intérêts partisans». «Ceux qui poursuivent leurs propres objectifs au détriment des autres méprisent leur propre vocation d'être humain, car nous avons tous été créés frères» a t-il poursuivi.

    «Pour cette raison et avec inquiétude, compte tenu des tensions actuelles, je propose que le mercredi 26 janvier prochain soit une journée de prière pour la paix» a ainsi annoncé le Pape. La situation dans l'Est de l'Ukraine est depuis plusieurs semaines l'objet d'un bras de fer entre la Russie et les pays occidentaux. Moscou a massé des troupes à la frontière avec l'Ukraine et est accusé de voulouir envahir son voisin, ce que dément catégoriquement Moscou. Les récents pourparlers diplomatiques entre les États-Unis et la Russie sur la question ukrainienne se sont tous soldés par un échec. 

  • Timothée et Tite, compagnons de saint Paul (26 janvier)

    IMPRIMER

    I santi del giorno del 26 gennaio sono San Timoteo e San Tito

    Catéchèse de Benoît XVI (13 décembre 2006) 

    Chers frères et soeurs,

    Après avoir longuement parlé du grand Apôtre Paul, nous prenons aujourd'hui en considération ses deux collaborateurs les plus proches:  Timothée et Tite. C'est à eux que sont adressées trois Lettres traditionnellement attribuées à Paul, dont deux sont destinées à Timothée et une à Tite.

    Timothée est un nom grec et signifie "qui honore Dieu". Alors que dans les Actes, Luc le mentionne six fois, dans ses Lettres, Paul fait référence à lui au moins à dix-sept reprises (on le trouve en plus une fois dans la Lettre aux Hébreux). On en déduit qu'il jouissait d'une grande considération aux yeux de Paul, même si Luc ne considère pas utile de nous raconter tout ce qui le concerne. En effet, l'Apôtre le chargea de missions importantes et vit en lui comme un alter ego, ainsi qu'il ressort du grand éloge qu'il en fait dans la Lettre aux Philippiens:  "Je n'ai en effet personne d'autre (isópsychon) qui partage véritablement avec moi le souci de ce qui vous concerne" (2, 20).

    Timothée était né à Lystres (environ 200 km au nord-ouest de Tarse) d'une mère juive et d'un père païen (cf. Ac 16, 1). Le fait que sa mère ait contracté un mariage mixte et n'ait pas fait circoncire son fils laisse penser que Timothée a grandi dans une famille qui n'était pas strictement observante, même s'il est dit qu'il connaissait l'Ecriture dès l'enfance (cf. 2 Tm 3, 15). Le nom de sa mère, Eunikè, est parvenu jusqu'à nous,  ainsi que le nom de sa grand-mère, Loïs (cf. 2 Tm 1, 5). Lorsque Paul passa par Lystres au début du deuxième voyage missionnaire,  il  choisit  Timothée comme compagnon, car "à Lystres et à Iconium, il était estimé des frères" (Ac 16, 2), mais il le fit circoncire "pour tenir compte des juifs de la région" (Ac 16, 3). Avec Paul et Silas, Timothée traverse l'Asie mineure jusqu'à Troas, d'où il passe en Macédoine. Nous sommes en outre informés qu'à Philippes, où Paul et Silas furent visés par l'accusation de troubler l'ordre public et furent emprisonnés pour s'être opposés à l'exploitation d'une jeune fille comme voyante de la part de plusieurs individus sans scrupules (cf. Ac 16, 16-40), Timothée fut épargné. Ensuite, lorsque Paul fut contraint de poursuivre jusqu'à Athènes, Timothée le rejoignit dans cette ville et, de là, il fut envoyé à la jeune Eglise de Thessalonique pour avoir de ses nouvelles et pour la confirmer dans la foi (cf. 1 Th 3, 1-2). Il retrouva ensuite l'Apôtre à Corinthe, lui apportant de bonnes nouvelles sur les Thessaloniciens et collaborant avec lui à l'évangélisation de cette ville (cf. 2 Co 1, 19).

    Nous retrouvons Timothée à Ephèse au cours du troisième voyage missionnaire de Paul. C'est probablement de là que l'Apôtre écrivit à Philémon et aux Philippiens, et dans ces deux lettres, Timothée apparaît comme le co-expéditeur (cf. Phm 1; Ph 1, 1). D'Ephèse, Paul l'envoya en Macédoine avec un certain Eraste (cf. Ac 19, 22) et, ensuite, également à Corinthe, avec la tâche d'y apporter une lettre, dans laquelle il recommandait aux Corinthiens de lui faire bon accueil (cf. 1 Co 4, 17; 16, 10-11). Nous le retrouvons encore comme co-expéditeur de la deuxième Lettre aux Corinthiens, et quand, de Corinthe, Paul écrit la Lettre aux Romains, il y unit, avec ceux des autres, les saluts de Timothée (cf. Rm 16, 21). De Corinthe, le disciple repartit pour rejoindre Troas sur la rive asiatique de la Mer Egée et y attendre l'Apôtre qui se dirigeait vers Jérusalem, en conclusion de son troisième voyage missionnaire (cf. Ac 20, 4). A partir de ce moment, les sources antiques ne nous réservent plus qu'une brève référence à la biographie de Timothée, dans la Lettre aux Hébreux où on lit:  "Sachez que notre frère Timothée est libéré. J'irai vous voir avec lui s'il vient assez vite" (13, 23). En conclusion, nous pouvons dire que la figure de Timothée est présentée comme celle d'un pasteur de grand relief. Selon l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe, écrite postérieurement, Timothée fut le premier Evêque d'Ephèse (cf. 3, 4). Plusieurs de ses reliques se trouvent depuis 1239 en Italie, dans la cathédrale de Termoli, dans le Molise, provenant de Constantinople.

    Quant à la figure de Tite, dont le nom est d'origine latine, nous savons qu'il était grec de naissance, c'est-à-dire païen (cf. Gal 2, 3). Paul le conduisit avec lui à Jérusalem pour participer au Concile apostolique, dans lequel fut solennellement acceptée la prédication de l'Evangile aux païens, sans les contraintes de la loi mosaïque. Dans la Lettre qui lui est adressée, l'Apôtre fait son éloge, le définissant comme son "véritable enfant selon la foi qui nous est commune" (Tt 1, 4). Après le départ de Timothée de Corinthe, Paul y envoya Tite avec la tâche de reconduire cette communauté indocile à l'obéissance. Tite ramena la paix entre l'Eglise de Corinthe et l'Apôtre, qui écrivit à celle-ci en ces termes:  "Pourtant, le Dieu qui réconforte les humbles nous a réconfortés par la venue de Tite, et non seulement par sa venue, mais par le réconfort qu'il avait trouvé chez vous:  il nous a fait part de votre grand désir de nous revoir, de votre désolation, de votre amour ardent pour moi... En plus de ce réconfort, nous nous sommes réjouis encore bien davantage à voir la joie de Tite:  son esprit a été pleinement tranquillisé par vous tous" (2 Co 7, 6-7.13). Tite fut ensuite envoyé encore une fois à Corinthe par Paul - qui le qualifie comme "mon compagnon et mon collaborateur" (2 Co 8, 23) - pour y organiser la conclusion des collectes en faveur des chrétiens de Jérusalem (cf. 2 Co 8, 6). Des nouvelles supplémentaires provenant des Lettres pastorales le qualifient d'Evêque de Crète (cf. Tt 1, 5), d'où sur l'invitation de Paul, il rejoint l'Apôtre à Nicopolis en Epire (cf. Tt 3, 12). Il se rendit ensuite également en Dalmatie (cf. 2 Tm 4, 10). Nous ne possédons pas d'autres informations sur les déplacements successifs de Tite et sur sa mort.

    En conclusion, si nous considérons de manière unitaire les deux figures de Timothée et de Tite, nous nous rendons compte de plusieurs données très significatives. La plus importante est que Paul s'appuya sur des collaborateurs dans l'accomplissement de ses missions. Il reste certainement l'Apôtre par antonomase, fondateur et pasteur de nombreuses Eglises. Il apparaît toutefois évident qu'il ne faisait pas tout tout  seul,  mais qu'il s'appuyait sur des personnes de confiance  qui  partageaient ses peines et ses responsabilités. Une autre observation concerne la disponibilité de ces collaborateurs. Les sources concernant Timothée et Tite mettent bien en lumière leur promptitude à assumer des charges diverses, consistant souvent à représenter Paul également en des occasions difficiles. En un mot, ils nous enseignent à servir l'Evangile avec générosité, sachant que cela comporte également un service à l'Eglise elle-même. Recueillons enfin la recommandation que l'Apôtre Paul fait à Tite, dans la lettre qui lui est adressée:  "Voilà une parole sûre, et je veux que tu t'en portes garant, afin que ceux qui ont mis leur foi en Dieu s'efforcent d'être au premier rang pour faire le bien" (Tt 3, 8). A travers notre engagement concret, nous devons et nous pouvons découvrir la vérité de ces paroles, et, précisément en ce temps de l'Avent, être nous aussi riches de bonnes oeuvres et ouvrir ainsi les portes du monde au Christ, notre Sauveur.

  • Le coming out des gays catholiques allemands : vers l'épreuve de force finale ?

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Allemagne, les gays catholiques font leur coming out; une épreuve de force

    26-01-2022

    125 prêtres et employés de l'Église catholique en Allemagne ont fait leur coming out en tant que personnes homosexuelles et ont appelé à la fin de la discrimination institutionnelle à l'encontre des personnes LGBTQ. Le documentaire diffusé sur la télévision publique présente des prêtres, un évêque et des responsables de structures ecclésiastiques telles que Caritas et la Curie. Le moment de la diffusion coïncide avec les accusations d'abus portées contre le pape Benoît XVI. Et maintenant, l'Église Lgbt veut l'épreuve de force finale. 

    Ce n'est pas par hasard, mais dans le cadre du complot qui a été déclenché contre le pape Benoît ces derniers jours, le 24 janvier, 125 prêtres et employés de l'Église catholique en Allemagne ont fait leur coming out en tant que personnes homosexuelles et ont exigé la fin de la discrimination institutionnelle à l'encontre des personnes LGBTQ et l'élimination des "déclarations obsolètes de la doctrine de l'Église" en matière de sexualité et de genre.

    Le documentaire a été diffusé sur la télévision publique allemande Ard. Les protagonistes sont des fonctionnaires de Caritas, des employés de la curie de différents diocèses, des prêtres, des moines, des religieuses, des éducateurs, des enseignants, des médecins et des infirmières de cliniques catholiques allemandes. Parmi eux figuraient le prêtre jésuite Ralf Klein, curé de paroisse en Forêt-Noire, le frère franciscain Norbert, des enseignants catholiques, deux religieuses lesbiennes qui ont quitté l'habit et l'évêque d'Aix-la-Chapelle, Helmut Dieser, qui a déclaré que la demande de modification du droit canonique pour permettre aux gays, aux lesbiennes, aux bisexuels et aux transsexuels de travailler pour l'Église était "justifiée" et a présenté ses excuses à toutes les personnes blessées et incomprises par l'Église en raison de leur orientation sexuelle.

    Dans l'autonomie accordée par la loi allemande à l'Église, il existe une clause de loyauté qui oblige les employés de l'Église catholique à vivre et à se comporter selon la doctrine catholique, les protagonistes du documentaire risquent donc d'être licenciés. Ces mêmes membres LGBTI de l'Église ont publié sept demandes sur les médias sociaux dans le cadre de l'initiative "OutInChurch".

    Les demandes vont de personnes homosexuelles exigeant l'accès à toutes sortes d'activités et de professions dans l'Église sans discrimination, à d'autres demandant à l'Église de réviser ses déclarations sur la sexualité sur la base de "découvertes théologiques et humaines-scientifiques". L'Église devrait également assumer la responsabilité de la discrimination à l'encontre des personnes LGBTI qui a eu lieu tout au long de l'histoire.  

    Le moment de la diffusion du documentaire (après cinq ans d'enquête et d'interviews) a certainement été influencé par les attaques dont le pape Benoît XVI a fait l'objet ces derniers jours et par les longs silences incompréhensibles qui accompagnent depuis plus d'un an les extravagances schismatiques de l'église allemande (au moins deux évêques allemands, dont le cardinal Reinhard Marx de Munich, se sont montrés favorables à une sorte de bénédiction "pastorale" des unions homosexuelles).

    Les accusations bestiales et les silences loquaces de ces derniers jours à l'égard du Pape Benoît XVI démontrent, comme l'affirme Stefano Fontana dans La Bussola et dans l'interview de Monseigneur Massimo Camisasca dans le Corriere della Sera du 22 janvier, non seulement l'agacement à son égard, mais aussi le désir obstiné de l'effacer au plus vite.

    La délectation avec laquelle la presse de gauche du monde entier a exhibé les excuses du pape Benoît XVI après la publication du rapport indépendant sur les abus commis dans le diocèse de Munich est emblématique de la méchanceté à l'égard de Ratzinger. "L'ex-Pape Benoît XVI était au courant des abus sexuels et n'a rien fait", tel était le titre reproduit tel quel que l'on pouvait lire le 20 janvier dans les colonnes des réseaux de médias de masse du monde entier : BBC au Canada, ABC, CNN et NYT aux États-Unis, Reuters et Associated Press, DW en Allemagne, Aljazeera au Moyen-Orient, etc.

    Lire la suite