Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • KTO : un film sur Saint Grégoire le Grand

    IMPRIMER

    saint grégoire.jpgGrégoire Ier, dit le Grand, est le 64e pape de l'Église catholique. Il est l'auteur d'œuvres patristiques majeures qui ont marqué et marquent toujours l'histoire de l'Église. Né vers 540, il est élu pape en 590 et décède le 12 mars 604.

    Docteur de l'Église, il est l'un des quatre Pères de l'Église d'Occident, avec saint Ambroise, saint Augustin et saint Jérôme. Son influence durant le Moyen Âge fut considérable.

    C'est en son honneur que, deux siècles après sa mort, le chant élaboré dans les abbayes du diocèse de Metz est appelé « chant grégorien » (sans que l'on sache avec certitude son rôle dans l'évolution et la diffusion du chant liturgique).

     Au risque de blesser sa très chrétienne modestie, ce film se propose de sortir de l’ombre ce noble personnage, dont quatorze siècles n’ont pas encore altéré l’oeuvre immense. SAINT GREGOIRE LE GRAND - Une coproduction KTO/CAT Productions 2020 - Réalisée par Armand Isnard :

    JPSC

  • Suisse : plus de 30.000 catholiques ont quitté l'Eglise en 2019

    IMPRIMER

    Du site suisse "La Côte" :

    Religion: le nombre de personnes qui quittent l’Eglise catholique en Suisse augmente

    19 novembre 2020

    CATHOLICISME Selon des statistiques, l’Eglise catholique a perdu plus de 30’000 de ses membres en 2019. Un record en la matière.

    Jamais autant de personnes n’ont quitté l’Eglise catholique que l’année dernière. L’institution religieuse a perdu 31’772 de ses membres, montrent les statistiques ecclésiastiques de l’Institut suisse de sociologie pastorale (SPI) de Saint-Gall.

    Le nombre de personnes qui quittent l’Eglise a augmenté d’environ un quart. En 2018, 25’366 personnes avaient déjà quitté l’Eglise, représentant une augmentation d’environ un quart, indique jeudi le SPI. L’année dernière, le taux de sortie de l’Eglise s’est élevé en moyenne à 1,1% dans toute la Suisse.

    Les différences cantonales sont frappantes. Les cantons de Genève, du Valais, de Neuchâtel et de Vaud, par exemple, n’ont pratiquement pas de retraits. Cela s’explique par les différents systèmes d’imposition des Eglises, écrit le SPI. De telle sorte que dans les cantons de Suisse romande mentionnés, le motif de quitter l’Eglise pour économiser des impôts n’est plus d’actualité.

    Si l’on exclut ces cantons des statistiques, le taux moyen de sortie de l’Eglise est de 1,4%. Ce chiffre est similaire à celui des pays voisins (Allemagne : 1,2%, Autriche : 1,3%). Dans ces pays aussi, le nombre de sorties a augmenté ces dernières années.

    En Suisse, le canton de Bâle-Ville se situe au sommet de l’échelle avec un taux de retrait de 4,9%, suivi des cantons d’Argovie (2,2%) et de Soleure (2,1%). À l’autre extrémité se trouvent les cantons d’Appenzell Rhodes-Intérieures (0,5%), du Jura (0,8%) et d’Uri (0,9 %), qui sont tous des cantons catholiques.

  • La Présentation de Marie au Temple de Jérusalem (21 novembre)

    IMPRIMER

    ar08m02.jpgLors de l'audience générale du mercredi 21 novembre 2007, le pape Benoît XVI évoquait cette fête : le baptisé est appelé à participer au plan de salut de Dieu à l’exemple de la Vierge Marie, rappelait-il aux pèlerins polonais présents en cette circonstance. (source : zenit.org)

    Le pape a évoqué le sens de la fête de la Présentation de Marie au Temple de Jérusalem, célébrée ce 21 novembre.

    « Dans la liturgie d’aujourd’hui, nous rappelons la Présentation de la bienheureuse Vierge Marie. C’est de façon accomplie qu’elle a su réaliser la volonté du Père céleste. Que Marie nous aide à insérer notre vie dans le plan divin du salut. A vous, ici présents et à ceux qui vous sont chers, une bénédiction de tout cœur ». 

    L'origine de la fête de la Présentation de la Vierge Marie au Temple serait peut-être palestinienne, précise le site missel.fr, puisque la vie de saint Jean le Silentiaire, écrite au milieu du VIe siècle par Cyrille de Scythopolis, nous apprend qu'en novembre 543, à Jérusalem, eut lieu la dédicace de la basilique Sainte-Marie-la-Neuve. En tous cas, à Constantinople, la fête de la Présentation de Marie est attestée dès le VIIIe siècle, et des homélies de saint André de Crête (mort en 740) lui sont consacrées.

    La liturgie de ce jour se réfère à des textes non canoniques : le principal de ces textes a été traduit au XVIe siècle par l'érudit français Postel qui l'a intitulé le « Protévangile de Jacques ».

    Il s'agit de la vie de Marie racontée en style merveilleux et sans souci de vraisemblance géographique. C’est sans doute le plus ancien « évangile de l'enfance », composé au milieu du IIe siècle et probablement en Egypte. Le texte nous est parvenu dans des versions en grec, syriaque, arménien, éthiopien, géorgien, vieux-slave. Il se présente comme l'œuvre de Jacques le Mineur, et il est déjà évoqué par saint Justin (mort vers 165) dans le « Dialogue avec Tryphon » et Origène s'y réfère explicitement dans le Commentaire de S. Matthieu. 

    Ce texte raconte en effet : « Les mois se succédèrent pour la petit fille. Lorsqu'elle eut deux ans, Joachim dit : Menons-la au Temple du Seigneur, afin que s'accomplisse la promesse que nous avons faite, sinon le Tout-Puissant nous avertirait et l'offrande que nous lui ferions serait rejetée. Mais Anne répondit : Attendons la troisième année pour que l'enfant soit en âge de reconnaître son père et sa mère. Et Joachim répondit : Attendons ! »

    « Lorsque la petite fille eut trois ans, continue le récit, Joachim dit : Appelez les filles d'Hébreux de race pure, et qu'elles prennent chacune un flambeau, un flambeau qui ne s'éteindra pas. L'enfant ne devra pas retourner en arrière et son cœur ne se fixera pas hors du Temple du Seigneur. Elles obéirent à cet ordre et elles montèrent ensemble au Temple du Seigneur. Et le prêtre accueillit l'enfant et la prit dans ses bras. Il la bénit, en disant : Il a glorifié ton nom, le Seigneur, dans toutes les générations. C'est en toi qu'aux derniers jours il révélera la Rédemption qu'il accorde aux fils d'Israël ! Et il fit asseoir l'enfant sur le troisième degré de l'autel. Et le Seigneur Dieu fit descendre sa grâce sur elle. Et, debout sur ses pieds, elle se mit à danser. Et elle fut chère à toute la maison d'Israël. Les parents redescendirent du Temple, et ils étaient remplis d'admiration, et ils louaient Dieu l'enfant ne s'était pas retournée en arrière. Et Marie demeurait dans le Temple du Seigneur, semblable à une colombe, et la main d'un Ange la nourrissait ».

  • Présentation de la Vierge Marie au Temple (21 novembre)

    IMPRIMER

    UCCELLO_Paolo_Marys_Presentation_In_The_Temple.jpg

    Paolo Uccello (XVe s.)

    Nous empruntons à Evangelizo.org l'explication de cette fête dont le fondement n'est pas dans les Ecritures mais attesté par la Tradition :

    Les parents qui aiment Dieu lui ont, de tout temps, consacré leurs enfants, avant et après leur naissance. Parmi les Juifs, existait de plus l'usage de consacrer quelques fois à Dieu les enfants en bas âge ; on les amenait au Temple, où avait lieu la cérémonie de la consécration, puis ils habitaient dans les dépendances du Temple et servaient les prêtres et les lévites dans leurs fonctions. Nous avons des exemples de cette consécration spéciale dans la personne de Samuel et de quelques autres saints personnages. Il y avait aussi des appartements pour les femmes dévouées au service divin.

    Lire la suite

  • Remplacer des vitraux de Notre-Dame de Paris par du contemporain ?

    IMPRIMER

    D' sur le site du Figaro Vox :

    Didier Rykner: «Remplacer les vitraux de Notre-Dame par du contemporain serait du vandalisme»

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le directeur de La Tribune de l’art s’inquiète de la tentation d’éradiquer l'héritage de Viollet-le-Duc à l’intérieur de cathédrale, visible dans le projet de l’archevéché de Paris qui envisage un mobilier contemporain.

    20 novembre 2020
    Didier Rykner est journaliste et historien de l’art français. Engagé pour la défense du patrimoine, il publie régulièrement ses enquêtes et analyses sur le site La Tribune de l’art.

    FIGAROVOX.- Selon plusieurs sources, l’archevêché de Paris réfléchit à aménager l’intérieur de la cathédrale Notre-Dame abîmé par l’incendie de façon plus moderne, en y installant notamment des vitraux contemporains. Que vous inspire cette initiative?

    Didier RYKNER.- Je suis heureux que Le Figaro ait pu se faire l’écho de cette démarche inquiétante. J’enquête moi-même depuis plusieurs semaines sur ce projet de l’archevêché. Ce qui en a filtré dans la presse et dont j’ai eu vent par plusieurs personnes auxquelles le projet a été présenté m'apparaît d’ores et déjà comme scandaleux et inacceptable. On va me répondre qu’il ne s’agit là que d’un projet et qu’on peut discuter de tout. Et bien non, car dès le départ le cahier des charges impose qu’on ne touche pas à un patrimoine protégé. Le fait de vouloir remplacer certains vitraux décoratifs du XIXème siècle par des vitraux contemporains est inenvisageable. Certains sont historiés (NDLR: décrivent une scène de l’Ancien Testament ou de l’Evangile) d’ailleurs, comme celui de l’arbre de Jessée, signé de Didron.

    Vitral de l'arbre de Jessé

    De nombreuses églises ou cathédrales possèdent des vitraux contemporains très réussis. En quoi cela poserait il problème à Notre-Dame?

    Je ne suis pas opposé en soi aux vitraux contemporains, il y a des exemples très réussis comme dans la cathédrale de Reims mais là-bas les vitraux de Chagall ont pris la suite de vitraux brisés pendant la guerre. Là il s’agirait de remplacer des vitraux existant, qui ont été miraculeusement épargnés par l’incendie. En vérité on veut se livrer par préjugé à l’éradication de l’héritage de Viollet-le Duc. La flèche a heureusement été sauvée, mais le délire postmoderne continue et s’attaque à l’intérieur.

    La flèche a heureusement été sauvée, mais le délire postmoderne continue et s’attaque à l’intérieur.

    Que vous inspire le fait que l’église elle-même cède à la tentation du contemporain? Le clergé français a-t-il un problème avec son patrimoine?

    C’est évident. Le clergé français a dans les années 1960 interprété le concile Vatican II en mettant en œuvre un vandalisme inédit depuis la révolution française au nom d’un modernisme douteux. C’est ainsi qu’il s’est débarrassé de chaires, de maitres-autels de tables de communions innombrables. C’est tout un patrimoine qui a disparu, et ça continue.

    Faut-il selon vous s’interdire toute nouveauté et reproduire exactement à l’identique? Qu’attendez-vous de l’Etat?

    On peut admettre que l’arrangement de Notre Dame avant l’incendie était un peu erratique, avec de nombreuses chapelles fermées, mal éclairées, et une circulation difficile. Que les travaux de rénovation soient l’occasion d’un nouveau départ, cela se conçoit. Mais n’oublions pas que tout ce patrimoine (mobilier, tableaux, vitraux) est protégé d’un point de vue légal. Et que la souscription levée pour les travaux l’a été fait pour la restauration, et pas pour l’innovation: elle ne saurait être utilisée pour installer du mobilier contemporain. Une cathédrale gothique est un ensemble à l’architecture spécifique, il faut faire avec l’histoire. Le ministère de la Culture peut tout à fait mettre son véto au projet de l’archevêché.

  • Un défenseur de la contraception et de la "justice reproductive" à la tribune de "l'économie de François"

    IMPRIMER

    De la Catholic News Agency (Courtney Mares) : 

    Jeffrey Sachs, conférencier sur l'économie de François, est un défenseur de la contraception et de la "justice reproductive"

    Cité du Vatican, 19 nov. 2020 / 01:50 pm MT (CNA) - Le sommet sur l'économie de François a débuté jeudi avec l'économiste Jeffrey Sachs qui servira de mentor à de jeunes "faiseurs de changement" pour créer une nouvelle économie mondiale. M. Sachs, qui a participé à de nombreux événements au Vatican ces dernières années, est un défenseur des initiatives de contrôle de la population appelant à la fourniture de moyens de contraception dans le monde en développement, et un partisan des initiatives de l'ONU qui demandent l'accès universel à l'avortement.

    "Laissez-moi vous dire que je serais ravi de travailler avec vous", a déclaré M. Sachs aux jeunes participant à son panel virtuel alors qu'ils discutaient de la manière de promouvoir le bien-être des enfants le 19 novembre.

    "Le réseau des Nations unies pour des solutions de développement durable, que je dirige ... prépare chaque année un certain nombre d'indices pour les objectifs de développement durable, pour le bonheur, en utilisant des données d'enquête. Nous avons de nombreux indices et indicateurs sur le bien-être des enfants qui peuvent être utiles ... les indicateurs nous donneront des informations réelles qui pourront être utilisées par les gouvernements et les décideurs politiques", a-t-il déclaré aux participants à la discussion en ligne intitulée "Perfectionner la joie : trois propositions pour laisser la vie s'épanouir".

    L'économie de François, parrainée par le Dicastère du Vatican pour la promotion du développement intégral, est un événement virtuel qui se déroule du 19 au 21 novembre et qui vise à former 2 000 jeunes économistes et entrepreneurs afin de "construire une économie plus juste, plus fraternelle, plus inclusive et plus durable aujourd'hui et dans le futur".

    Sachs, économiste américain, professeur de l'Ivy League et conseiller des Nations unies, a fréquemment contribué aux conférences du Vatican sur les sciences sociales ces dernières années. Il a participé à au moins six conférences du Vatican en 2019-2020, donnant des conférences sur des sujets allant de l'éducation à l'éthique.

    Il a également participé au Synode des évêques pour la région pan-amazonienne en octobre 2019, où il s'est adressé au synode "concernant le grave danger de dévastation environnementale de l'Amazonie, y compris la déforestation et les incendies de forêt massifs", a déclaré M. Sachs dans une interview accordée à l'ANC en début d'année.

    Lire la suite

  • Les fondements chrétiens de la dévotion mariale (feuillet pour le temps du confinement)

    IMPRIMER

    2020_11_21_09_38_17_Greenshot.png