Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Liège : enregistrée et diffusée depuis l’église du Saint-Sacrement en direct ce dimanche matin du 4 avril 2021 à 10h, la messe traditionnelle (missel de 1962) du saint Jour de Pâques

    IMPRIMER

    Célébrant : Abbé M.-A Dor, Recteur

    Chants grégoriens (L Schyns, G. Lahaye) : Aspersion d’eau bénite « Vidi aquam », Propre de la messe « Resurrexi »; Kyriale de la messe I (Xe s.); credo I (XIe s.), hymne « O filii et filiae » (origine XII e s.);

    Motets classiques : Micheline Viellevoye

    Orgue : Patrick Wilwerth

    Pour suivre la messe, cliquez ici : https://youtu.be/VYfd_Hux2vc

    JESUS-LIMBES-FRA-ANGELICO-054_bat01_31 (1).jpgLa grand-messe de Pâques est le point culminant de l’allégresse pascale. Tous les événements que nous avons vus se dérouler, toutes les paroles que nous avons entendues pendant le saint triduum doivent être maintenant une réalité mystérieuse et présente : Le Christ, notre Agneau pascal, est immolé. La messe présente une grande unité de pensées et le même thème revient sans cesse. Le leitmotiv est cette parole de saint Paul : Le Christ, notre Agneau pascal, est immolé (Ép., Grad., Seq., Comm.).

    L’introït est tiré du psaume 138 qui célèbre en général la science et la présence de Dieu pénétrant jusqu’au plus intime de notre être. Toutefois l’antienne a été adaptée à la solennité pascale. En effet, Jésus s’est endormi sur la croix, confiant au Père son esprit. Maintenant il se réveille entre les bras aimants de Dieu, lequel a accepté l’innocente Victime qui s’est offerte spontanément à lui. Il l’a serrée sur son cœur et l’a réchauffée de sa propre chaleur. Jésus est ressuscité. « Je me lève et me retrouve toujours avec toi ; Alléluia ; tu tiens sur moi ta main ; Alléluia ; trop élevée est devenue pour moi ta science ; Alléluia, Alléluia. » Ps. « Seigneur, tu me scrutes, tu me connais bien ; tu connais mon repos et mon lever. ».

    Lire la suite

  • Victimae Paschali Laudes

    IMPRIMER

    Victimae paschali laudes
    immolent Christiani.
    A la victime pascale, chrétiens,
    offrez le sacrifice de louange.
    Agnus redemit oves
    Christus innocens Patri
    reconciliavit peccatores
    L'agneau a racheté les brebis :
    le Christ innocent
    a réconcilié les pécheurs avec le Père.
    Mors et vita duello
    conflixere mirando;
    dux vitae mortuus
    regnat vivus.
    La mort et la vie s'affrontèrent
    en un duel prodigieux.
    Le Maître de la vie mourut :
    vivant, il règne.
    Dic nobis, Maria.
    Quid vidisti in via?
    'Dis-nous, Marie Madeleine,
    qu'as-tu vu en chemin ? '
    Sepulchrum Christi viventis
    et gloriam vidi resurgentis.
    ' J'ai vu le sépulcre du Christ vivant,
    j'ai vu la gloire du Ressuscité.
    Angelicos testes
    sudarium et vestes.
    J'ai vu les anges ses témoins,
    le suaire et les vêtements.
    Surrexit Christus spes mea;
    praecedet suos in Galilaeam.
    Le Christ, mon espérance, est ressuscité,
    il vous précédera en Galilée. '
    Scimus Christum surrexisse a mortis vere.
    Nous le savons : le Christ est vraiment ressuscité des morts.
    Tu nobis victor rex miserere.
    Roi victorieux, prends-nous tous en pitié !
  • Homélie pour le jour de Pâques : Il a remporté la victoire

    IMPRIMER

    De l'abbé Christophe Cossement, sur son blog, en le remerciant pour cette belle homélie de la fête de Pâques :

    Il a remporté la victoire

    homélie de Pâques 2021

    fronton de St-Jean de Latran

    Comment allons-nous prendre la mesure de cet événement qui est le plus déterminant de toute l’histoire humaine : le Christ est ressuscité ? Il y a eu beaucoup d’interprétation de l’événement qui, tout en essayant de le faire comprendre aux gens d’aujourd’hui, l’ont en réalité minimisé. On a pu en faire une loi de la nature, comme on remarque que tout revit en ce printemps. On a pu en faire une loi de la psychologie, selon laquelle c’est dans le cœur des disciples que Jésus serait ressuscité, lorsqu’ils auraient découvert que son souvenir et son enseignement étaient toujours bien présent en eux. Tout cela est plausible, mais fait perdre à la résurrection du Christ son caractère puissant et bouleversant qui a conduit les apôtres à tout risquer pour leur Seigneur, eux qui jusqu’alors cherchaient à faire réussir leur entreprise d’une façon humaine. Or c’est vraiment d’une façon divine que l’Église a commencé à rayonner, c’est-à-dire dans la foi qui est victorieuse des persécutions, des injures, des menaces, et ceci pendant 3 siècles — nous l’oublions trop facilement — et aujourd’hui encore c’est au milieu de mille répressions que l’Évangile progresse au Vietnam, en Chine, en Inde, au Pakistan ou ailleurs.

    Qu’est-ce que la résurrection du Christ, pour susciter une telle force dans le cœur des croyants ? Ce n’est pas la résurrection seule qui permet de marcher, mais la passion du Seigneur et sa résurrection toutes ensemble. Pour ne pas prêcher un évangile de bisounours, nous devons accueillir dans notre cœur tout le mystère pascal. C’est comme cela que nous aurons un regard qui comprend vraiment ce qui est en jeu dans l’histoire humaine. C’est comme cela que nous comprendrons ce que le Seigneur attend de nous qui avons commencé de recevoir sa lumière.

    Qu’avons-nous contemplé en ces jours ? Nous avons contemplé le combat du Christ et sa victoire. Jésus est descendu dans la misère du monde, il a lutté pour ramener les pécheurs à la vie, pour leur donner l’espérance de communier au cœur du Père. Il n’a pas lutté pour dire que le mal et le péché ce n’était finalement pas si grave. Mais il a lutté pour faire comprendre qu’on pouvait en sortir en se mettant de son côté. Et il est allé combattre le mal lui-même, et son inventeur, le satan, il est allé le combattre à mains nues, armé de l’arme la plus efficace, mais la plus coûteuse à manier : armé de son amour. Il est venu combattre le satan sur le terrain du mépris, de la haine, du rejet, sur le terrain de la douleur aussi et sur celui du sentiment d’être abandonné de tous, même de Dieu. Et aujourd’hui nous célébrons sa victoire. Tous ceux qui se mettent de son côté se revêtent de sa victoire et affrontent le combat de la vie avec sa force.

    C’est le sens de la foi, et du baptême : non pas chercher une protection qui détourne les épreuves de la vie, mais accueillir la force du Christ qui nous permet d’affronter ces épreuves et de les tourner en lumière. Celui qui croit ne dit pas seulement : j’estime qu’il y a quelque chose après la mort. Mais il se fait compagnon du Christ pour marcher avec lui, pour unir son cœur à lui, et choisir avec lui jour après jour les armes de lumière pour remporter par lui la victoire. Par la foi, nous accueillons l’œuvre de Dieu en nous et nous la laissons se déployer.

    Qui me donne la force de pardonner ? C’est le Christ ! Qui me donne la force d’espérer contre toute espérance ? C’est le Christ ! Qui me donne la force de donner ma vie pour les autres, de m’attacher à la vérité plutôt qu’à ce qui plaît ou que tout le monde dit ? C’est le Christ ! En tenant la main du Christ nous avançons vers la lumière même au milieu des pires difficultés. En tenant la main du Christ nous découvrons que nous sommes tant aimés et nous vivons de son amour pour nous. En tenant la main du Christ, nous trouvons aussi la force de changer dans notre vie ce qui nous empêche d’avancer, ce qui nous tourne vers nous-mêmes, ce qui nous fait utiliser les autres pour notre consolation. En tenant la main du Christ, nous devenons vraiment libres, y compris libres de nos pulsions, de nos vagues à l’âme, de nos découragements. Seigneur, nous célébrons ta victoire et nous l’accueillons au plus intime de nous-mêmes. Béni sois-tu d’être venu combattre et vaincre pour nous !

  • Vous qui avez jeûné et vous qui n'avez pas jeûné, réjouissez-vous aujourd'hui !

    IMPRIMER

    paques.jpg

    Homélie de saint Jean Chrysostome pour la fête de Pâques

    Que tout homme pieux et ami de Dieu
    jouisse de cette belle et lumineuse solennité !
    Que tout serviteur fidèle entre avec allégresse
    dans la joie de son Seigneur ! (Mt 25,21)

    Celui qui a porté le poids du jeûne,
    qu’il vienne maintenant toucher son denier.
    Celui qui a travaillé depuis la première heure,
    qu’il reçoive aujourd’hui le juste salaire.
    Celui qui est venu après la troisième heure,
    qu’il célèbre cette fête dans l’action de grâces.
    Celui qui est arrivé après la sixième heure,
    qu’il n’aie aucune doute, il ne sera pas lésé.
    Si quelqu’un a tardé jusqu’à la neuvième heure,
    qu’il approche sans hésiter.
    S’il en est un qui a traîné jusqu’à la onzième heure,
    qu’il n’ait pas honte de sa tiédeur,
    car le Maître est généreux,
    il reçoit le dernier comme le premier ;
    il accorde le repos à l’ouvrier de la onzième heure
    comme à celui de la première ;
    il fait miséricorde à celui-là, et comble celui-ci.
    Il donne à l’un, il fait grâce à l’autre. (Mt 20,1-16)
    Il accueille les œuvres
    et reçoit avec tendresse la bonne volonté ;
    il honore l’action et loue le bon propos.

    Lire la suite

  • L'Alleluia de la vigile pascale

    IMPRIMER

    Voici l'alléluia des alléluias ! Le retour solennel de l'alléluia dans la nuit de Pâques est certainement un des rites les plus expressifs de toute l'année liturgique. Durant la messe de la vigile, après le chant de l'épître, le célébrant entonne seul cet alléluia par trois fois, en élevant la voix d'un ton à chaque reprise, le chœur le répétant de même à chaque fois. L'émotion monte irrésistiblement dans cette grande vague de louange adressée à chacune des personnes de la Sainte Trinité. 

    Alleluia-Paques.png

    La mélodie s'appuie à quatre reprises sur le sol avant d'atteindre finalement le do lumineux et redescendre sur le sol en une formule mélodique de cadence très ferme et très joyeuse. Ce jubilus pré­lude à l'explosion enthousiaste du verset : « Rendez grâce au Seigneur car Il est bon, car sa miséricorde est éternelle ». Il inaugure aussi la longue et belle série des alléluias du temps pascal. L'alléluia est devenu le symbole privilégié de la joie triomphante de l'Église, et il va retentir sans réserve dans la liturgie, de Pâques à la Pentecôte. Saint Benoît qui consacre un chapitre de sa Règle à l'alléluia, demande qu'il soit chanté sans interruption durant la période pascale. Mais l'alléluia est le refrain joyeux de circonstance qui doit résonner dans toute notre vie. Dom Guéranger souhaitait volontiers à ses correspondants de devenir « alléluia des pieds jusqu'à la tête ». L'Église a le cœur en fête, son Sauveur est ressuscité, la vie a triomphé, alors chantons alléluia !

    Pour entendre cet Alleluia

  • Christ est ressuscité des morts !

    IMPRIMER

    res-icon[1].jpg

    Canon pascal orthodoxe de Pâques : 

    C’est le jour de la Résurrection,
    Peuples, rayonnons de joie !
    C’est la Pâque, la Pâque du Seigneur,
    De la mort à la vie,
    De la terre aux cieux,
    Christ Dieu nous a fait passer,
    Chantons l’hymne de la victoire !

    Verset : Christ est ressuscité des morts.

    Purifions nos sens,
    Nous verrons le Christ resplendissant,
    Dans l’inaccessible Lumière de la Résurrection,
    Et nous l’entendrons nous crier :
    Réjouissez-vous en chantant l’hymne de la victoire.

    Verset : Christ est ressuscité des morts.

    Que le ciel se réjouisse,
    Que la terre soit dans l’allégresse,
    Que le monde soit en fête,
    Le monde visible et invisible,
    Car le Christ est ressuscité,
    Lui l’éternelle allégresse.

    Verset : Christ est ressuscité des morts.

    C’est le jour de la Résurrection,
    Peuples, rayonnons de joie !
    C’est la Pâque, la Pâque du Seigneur,
    De la mort à la vie,
    De la terre aux cieux,
    Christ Dieu nous a fait passer,
    Chantons l’hymne de la victoire !

    Christ est ressuscité des morts,
    par la mort, il a vaincu la mort ;
    à ceux qui sont dans les tombeaux,
    il a donné la Vie.

    Et aussi, le 

    Stichère de Pâques :

    C'est le jour de la Résurrection, que la fête nous illumine, embrassons-nous les uns les autres et appelons frères, même ceux qui nous méprisent. Pardonnons tout dans la Résurrection et chantons: le Christ est ressuscité des morts, à ceux qui sont dans les tombeaux Il a donné la Vie. 

  • Hristos Voskresie

    IMPRIMER

    Le Christ est ressuscité des morts;
    par la mort, il a vaincu la mort;
    à ceux qui sont dans les tombeaux
    il a donné la vie

  • L’ « Exultet » de la Vigile de Pâques dans la Liturgie romaine

    IMPRIMER

    JPSC

  • Sur KTO (aujourd'hui à 16H13) : "Il faut que je te parle" (conte de Pâques par 'Les Grandes Heures de la Cambre' )

    IMPRIMER

    Il faut que je te parle !" - Conte de Pâques |

    Il faut que je te parle

    02/04/2021

    En l’an 33 de notre ère, à Jérusalem, un homme, Jésus, vient de mourir sur la croix. Ses disciples se terrent pour échapper aux autorités. Parmi eux, Simon de Cyrène qui a aidé le condamné à porter sa croix, s’est retranché dans une maison fermée à double tour. Mais, une femme, Marie-Madeleine frappe à sa porte. Elle vient lui annoncer une bouleversante nouvelle... Un conte de Pâques poétique accompagné d’une bande son originale qui nous plonge dans le mystère de la résurrection. 

    Présentation:

    Quand Marie Madeleine raconte à Simon de Cyrène ce qui lui est arrivé le soir du jour de Pâques ... un partage en clair obscur Marie illuminée par sa rencontre du matin et Simon de Cyrène qui encore plongé dans la souffrance de la Passion va passer de surprise en surprises : Comment Lui n'a t 'il pas été enlevé sur un char de feu comme Elie ? Comment Lui qui fut enseveli il y a 3 jours ,il est vivant ? Un récit lancé à la nuit tombée dans un Jérusalem livré au règne de la peur ... Tour à tour nous y découvrons la grandeur du Messie maitre de la vie et de la mort, y contemplons le mystère de la croix, y vivons le récit du tombeau ouvert et la rencontre du Christ ressuscité qui appelle Marie Madeleine par son prénom et l'envoie dire non pas à ses serviteurs ,non pas à ses amis mais à ses frères qu'il n'est pas encore monté vers son Père et notre Père vers son Dieu et notre Dieu...

    Production : Les Grandes Heures de la Cambre

    Réalisation : Mediel

    Captation d'images, montage, réalisation Hubert van Ruymbeke,

    Prise de son : Emmanuel Théry

    Texte : Marguerite de Werszowec Rey

    Acteurs : Agathe Perrod interprète Marie Madeleine Claude Vonin interprète Simon de Cyrène

    Eclairages: François Roland

    Conseils artistiques: Isabelle de Schoutheet

    Musique: Improvisations au violon : Claude Vonin "Deus Meus" César Franck Choeur "Pueri Teresiae " "O Virtu Sapientiae " Hildegarde von Bingen par Gaëlle Ryelandt (soprano) et Didier François (Nyckelharpa) "Alleluia " " Saint François" Hubert van Ruymbeke par Marie Béatrice Aubry et Samuel Bruyninckx et leurs amis

    http://www.lesgrandesheures.be

    http://www.vimeo.com/mediel

  • Canon orthodoxe du Samedi Saint

    IMPRIMER

    Canon Du Samedi Saint

  • O Domine Iesu Christe (Guerrero)

    IMPRIMER

    Francisco Guerrero: O Domine Iesu Christe (David Hill, The Choir of Westminster Cathedral)

    19 sept. 2020
     
    Motet for 4 voices
     
    O Domine Jesu Christe,
    adoro te in cruce vulneratum
    felle et aceto potatum:
    deprecor te ut tua vulnera
    sint remedium animae meae.
    O Seigneur Jésus-Christ,
    je vous adore blessé sur la croix
    abreuvé de fiel et de vinaigre :
    je vous prie pour que vos blessures
    soient un remède pour mon âme.

    Publisher: https://www.translateasy.com/fr/chanson/lamia-o-domine-jesu-christe-french-paroles/313589
    "The plangent O Domine Jesu Christe (1570), for Palm Sunday, is a work of simple but heartfelt sadness, anticipating all the sufferings of Christ’s Passion. The undivided four-part choir allows Guerrero full freedom to exploit his gift for expansive melody."
  • Le grand silence du Samedi Saint

    IMPRIMER

    Profanations : le Saint-Sacrement retiré des tabernacles -  Riposte-catholique

    De Vatican News :

    Samedi Saint: le mystère du silence de Dieu

    Pas de messe en ce samedi, pas d’ornements ni de fleurs sur les autels; le tabernacle, vidé de la présence réelle, est ouvert. L’Église est entrée dans le «grand silence» qui précède l’exultation de Pâques. Ce «terrible mystère» d’un Dieu qui se tait interpelle plus que jamais les croyants.

    Entretien réalisé par Manuella Affejee - Cité du Vatican

    «Un grand silence règne aujourd’hui sur la terre, un grand silence et une grande solitude; un grand silence parce que le Roi dort. La terre a tremblé puis s’est calmée parce que Dieu s’est endormi dans la chair, et il a réveillé ceux qui dormaient depuis des siècles». Cette homélie du IVe siècle attribuée à Saint Épiphane de Salamine explore admirablement le mystère du Samedi Saint, ce moment où le Christ repose sans vie dans son tombeau, où l’espérance semble avoir déserté la terre, «où la foi semble être définitivement démasquée comme une illusion» (Benoît XVI).

    Durant cette période relativement brève, ce «temps au-delà du temps», le Christ «descend aux Enfers»; c’est-à-dire qu’Il plonge dans la solitude la plus extrême et la plus absolue de l’homme, la mort, pour la partager, l’illuminer et l’en délivrer. «Voici précisément ce qui est arrivé le jour du Samedi Saint, dans le royaume de la mort, la voix de Dieu a retenti», assurait Benoît XVI dans une longue et éclairante méditation partagée lors de l’ostension solennelle du Saint-Suaire de Turin (2010). «L’humanité est devenue particulièrement sensible au mystère du Samedi Saint. Dieu caché fait partie de la spiritualité de l’homme contemporain (…) comme un vide dans le cœur qui s’élargit toujours plus», reconnaissait-il encore, dans une référence tacite au silence de Dieu ressenti avec douleur, et parfois révolte, à certains moments de l’Histoire ou de nos vies personnelles.

    L’éclairage du père Nicolas Buttet, modérateur de la Fraternité Eucharistein :

    Entretien avec le père Nicolas Buttet

    Cette descente aux enfers du Christ, (..) est quand même quelque chose d’assez bouleversant. On pourrait même dire que Jésus a choisi de naître en vue de mourir, pour  rejoindre l’humanité au tréfonds de la mort. La Croix était au bout de la souffrance possible, mais ce n’était pas encore suffisant pour la Rédemption. Il fallait aller jusque dans l’Hadès, dans les enfers pour aller chercher la mort sur son propre champ. Donc, dans la Passion du Christ, il y avait le fait de mourir, mais aussi le fait d’être mort, que le Christ a voulu vivre jusqu’au bout.

    Lire la suite