Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bruxelles, 21 mai : "Témoigner du Christ auprès des musulmans"

    IMPRIMER

    21mai_bxl.png

  • Une fin de règne solitaire pour le pape François

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro via le blog "Il sismografo" :

    Contesté, sourd aux critiques... «Fin de règne» solitaire pour le pape François

    François écoute mais aime décider seul au risque de l'isolement. Stefano Spaziani.

    Gouverner l'Église catholique n'est pas une sinécure, mais diriger le Vatican est encore plus périlleux. Malgré ses talents de fin politique et son fort caractère, François, 85 ans, se heurte comme jamais, en cette dixième année de pontificat, à une série d'adversités. Sa santé tout d'abord, le dossier ukrainien ensuite, la réforme de l'Église enfin, marquent à la fois un apogée et une forme de déclin du pontificat.

    Jamais le pape François n'a encore affronté une telle adversité. En cette année 2022, dixième de son pontificat, tout semble se liguer contre lui. Rome, toujours prompte à brûler ce qu'elle adore, est en émoi. Certains discernent une phase de maturité du pontificat. D'autres une « fin de règne », selon une expression courante dans la Ville éternelle. Beaucoup pensent déjà à la suite. Mais François, 85 ans, très combatif, est loin d'avoir dit son dernier mot. Un grand jubilé chrétien mondial est en vue pour 2025. Surtout il prépare sa réforme capitale : celle de la « synodalité » pour 2024.

    Il espère convertir l'Église, pyramidale, centralisée et cléricalisée, en une communauté plus démocratique, décentralisée où le pouvoir sera davantage partagé avec des laïcs. Y parviendra-t-il ? Cette ambition suscite soutien et admiration chez les uns et un épais scepticisme chez ceux qui connaissent bien les arcanes d'une institution bimillénaire édifiée sur la centralisation. Ce pontificat, réformateur, flamboyant et… Clivant, connaîtrait-il son apogée ou entrerait-il en déclin ?

    Tous les pontificats connaissent cette même courbe ascendante puis descendante. Ce qui compte pour l'Église est la portée d'un pontificat. De ce point de vue, ceux de Jean-Paul II et de Benoît XVI, avec leurs qualités et leurs défauts, sont encore très vivants.

    Haute tension au Vatican

    N'ont-ils pas marqué, et pour longtemps, des générations de fidèles et de clercs ? Il en est et en sera de même pour François. Dans le milieu ecclésiastique, personne ne se risque donc à juger prématurément le cours des choses. « Les phases de crise ne sont pas forcément les pires, observe un jeune cardinal, homme de Dieu, en poste au Vatican ; elles ouvrent à des réalités de l'Église que nous ne pouvons pas voir à présent. Le Seigneur n'abandonne pas son Église. »

    L'Espérance est là, surtout chez les chrétiens, mais le mot « crise » est tout de même concédé. Elle est ouverte depuis l'élection de François pour certains. Elle est plus récente pour d'autres, y compris parmi les soutiens du pape. Tous s'accordent sur le climat de haute tension qui règne au Saint-Siège et dont l'intensité ne faiblit pas, en contraste avec l'image de bonhomie véhiculée dans le monde et qui a changé l'image de l'Église. Il y a évidemment, avec François, des antagonismes puissants, liés à sa forte personnalité réputée « clivante ». Son caractère « tranchant », son style « autoritaire » sont le lot quotidien d'un Vatican où l'on entend ces qualificatifs. Il y a aussi des « colères » papales et beaucoup se disent « terrorisés ». Il y a aussi, plus objectivement, une série de dossiers difficiles qui jettent une lumière parfois crue sur le pontificat. Un observateur italien de longue date, qui a beaucoup vu et entendu dans la cité du Vatican, les synthétise d'un mot : « confusion ». Une confusion « à la latino-américaine », précise-t-il, que des « mentalités européennes » ont de plus en plus de mal à saisir.

    Lire la suite

  • "Nous avons perdu le sens des sacrements depuis longtemps" (cardinal Sarah)

    IMPRIMER

    Des propos recueillis par Véronique Jacquier sur le site de France Catholique :

    «  Sans les sacrements nous ne pouvons pas vivre !  »

    13 mai 2022

    Pour que Dieu rayonne pleinement dans nos vies, le cardinal Robert Sarah nous emmène à la redécouverte des sept sacrements dans son dernier ouvrage, Catéchisme de la vie spirituelle (Fayard). Entretien exclusif.

    Quelle est l’ambition de ce catéchisme atypique que vous publiez ?

    Cardinal Robert Sarah : J’ai voulu aider les chrétiens à vivre la richesse des sacrements : le baptême, la confirmation, l’Eucharistie, le mariage, le sacerdoce, la pénitence, et l’onction des malades. Nous avons souvent oublié cette richesse, parce que nous ne nous donnons pas beaucoup de peine pour mieux connaître et entrer en profondeur dans le mystère des sacrements.

    J’insiste particulièrement sur le sacrement de l’Eucharistie. La messe est parfois devenue un lieu de convivialité. Elle n’est plus toujours celui d’une rencontre vitale, personnelle, d’un cœur-à-cœur avec Jésus. Au IIIe siècle, lorsque l’empereur Dioclétien avait interdit la messe, les chrétiens d’Abitène – dans l’actuelle Tunisie – ont désobéi. Interrogés pour savoir pourquoi ils ont désobéi à l’ordre impérial, ils ont répondu : «  Nous ne pouvons pas vivre sans l’Eucharistie.  » L’affirmation de cette vérité leur a valu le martyre. L’Eucharistie est un besoin primordial, une nécessité vitale.

    Mais on peut songer aussi aux sacrements du baptême ou de la confirmation, souvent réduits à des fêtes familiales, or ce sont des actes essentiels qui engagent dans la vie d’enfant de Dieu !

    Il y a urgence selon vous ?

    Nous avons, hélas ! perdu le sens des sacrements depuis longtemps. Le mariage est fragilisé par les séparations qui se systématisent ! À la messe, on voit des prêtres transformer tel canon ou telle prière comme s’ils lui appartenaient, alors qu’ils relèvent de la tradition… Il faut réapprendre à protéger notre âme, et pas seulement notre corps. Sans les sacrements, l’Église n’existe plus ! Sans eux, nous ne pouvons pas vivre ! Ils nous fortifient sur un chemin intérieur, par lequel nous devons parvenir tous ensemble à ne faire plus qu’un dans la foi et la connaissance du Fils de Dieu.

    L’image du désert est très présente dans votre propos… C’est le terreau dans lequel peut s’enraciner la présence de Dieu dans nos vies ?

    Le désert est le lieu où Dieu se révèle. Il faut qu’il y ait des déserts dans notre cœur et dans notre vie. Car nous sommes envahis par le bruit et l’activisme. Au fond de chacun, subsiste un désir plus ou moins conscient d’échapper à ce tourbillon d’apparences, à cette vacuité qui nous assaillent.

    Si nous réussissons à créer des déserts intérieurs, faits de silence et d’adoration, nous serons remplis de présence divine. C’est dans la pauvreté et le dépouillement que nous apprenons à devenir attentifs à Dieu. Le désert est plein de Dieu. Son immensité et sa simplicité le révèlent, son silence le donne. Le désert est monothéiste. Il préserve de la multiplicité des idoles. Il faut donc se taire intérieurement et laisser l’Esprit Saint nous parler. Sans cela non plus, nous ne pouvons pas vivre.

    Retrouvez l’intégralité de l’entretien dans le magazine.

  • "Il y a de moins en moins d'enfants qui naissent, et cela signifie appauvrir l'avenir de tous" (pape François)

    IMPRIMER

    Lu sur Avvenire.net :

    Taux de natalité. Le Pape : des mesures concrètes pour inverser l'hiver démographique

    12 mai 2022

    Les Etats Généraux de la natalité en cours à Rome. "De moins en moins d'enfants naissent et cela signifie un appauvrissement de l'avenir de tous : l'Italie, l'Europe et l'Occident appauvrissent leur avenir."  

    Les États généraux de la naissance, la manifestation italienne consacrée au thème de l'avenir et de la naissance organisée par la Fondazione per la natalità, présidée par Gigi De Palo, président national du Forum des associations familiales, ont débuté ce matin. Rendez-vous aujourd'hui et demain à Rome, à l'Auditorium della Conciliazione, pour examiner le défi de l'hiver démographique, promouvoir les thèmes de l'harmonisation travail-famille dans les entreprises et promouvoir un pacte pour la natalité.

    Lors de l'ouverture, le message envoyé par le Pape François a été lu.

    "Chers frères et sœurs,

    Je vous salue avec affection, désolé de ne pouvoir être parmi vous physiquement cette année. Mais je suivrai vos travaux avec attention, car la question de la natalité est une véritable urgence sociale. Il n'est pas immédiatement perceptible, comme d'autres problèmes qui occupent l'actualité, mais il est très urgent : il y a de moins en moins d'enfants qui naissent, et cela signifie appauvrir l'avenir de tous ; l'Italie, l'Europe et l'Occident appauvrissent leur avenir.

    Il existe en Occident une périphérie existentielle qui n'est pas immédiatement perceptible. C'est celle des femmes et des hommes qui ont le désir d'un enfant, mais qui ne peuvent le réaliser. De nombreux jeunes ont du mal à réaliser leur rêve familial. Ainsi, ils abaissent la barre du désir et se contentent de substituts médiocres, comme les affaires, la voiture, les voyages, la garde jalouse du temps libre... La beauté d'une famille riche en enfants risque de devenir une utopie, un rêve difficile à réaliser.

    C'est une nouvelle pauvreté qui m'effraie. C'est la pauvreté génératrice de ceux qui escamotent le désir de bonheur dans leur cœur, de ceux qui se résignent à édulcorer leurs plus grandes aspirations, de ceux qui se contentent de peu et cessent d'espérer de grandes choses. Oui, c'est une pauvreté tragique, car elle touche l'être humain dans sa plus grande richesse : mettre des vies au monde pour en prendre soin, transmettre avec amour l'existence qu'il a reçue à d'autres.

    Ne pas voir le problème de l'absence d'enfants est une attitude myope ; c'est renoncer à voir loin, à regarder devant soi. C'est se détourner, en pensant que les problèmes sont toujours trop complexes et qu'on ne peut rien faire. C'est, en un mot, l'abandon. C'est pourquoi j'aime le titre de votre événement, organisé par la Natality Foundation et promu par le Family Forum : "It can be done". C'est le titre de ceux qui ne démissionnent pas. C'est le titre de ceux qui espèrent contre toute attente, contre des chiffres qui se dégradent inexorablement d'année en année. Cela peut se faire en n'acceptant pas passivement que les choses ne peuvent pas changer.

    Chers amis, les choses peuvent changer si, sans crainte, au-delà des intérêts partisans et des barrières idéologiques, nous travaillons ensemble. C'est pourquoi je souhaite qu'à tous les niveaux - institutionnel, médiatique, culturel, économique et social - des politiques concrètes visant à relancer la natalité et la famille soient promues, améliorées et mises en œuvre. Je pense à vous et j'aime voir comment la question de la natalité est capable d'unir et non de diviser. Entreprises, banques, associations, syndicats, sportifs, acteurs, écrivains, hommes politiques, tous réunis pour réfléchir à la manière de recommencer à espérer en la vie.

    Les données, les prévisions, les chiffres sont désormais connus de tous : nous avons besoin de concret. Il est temps de donner de vraies réponses aux familles et aux jeunes : l'espoir ne peut et ne doit pas mourir d'attente. Je demande à Dieu de bénir votre engagement. Je suis près de vous et je vous encourage, pour qu'ensemble nous puissions inverser le cours de ce froid hiver démographique. Merci. C'est possible !".

  • Matthias, témoin de la résurrection

    IMPRIMER

    On fête aujourd'hui saint Matthias. Evangile au Quotidien propose, en 'Commentaire du jour', un texte de Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église

    3ème homélie sur les Actes des apôtres ; PG 60, 33 (trad. bréviaire 14/05)

    Saint Matthias, témoin de la résurrection, choisi par Dieu

          « En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des disciples et parla » (Ac 1,15s). Parce qu'il est fervent et parce qu'il est le premier du groupe, il est toujours le premier à prendre la parole : « Frères, il nous faut choisir parmi...les hommes qui nous ont accompagnés ». Remarquez comment il veut que ces nouveaux apôtres soient des témoins oculaires. Sans doute le Saint Esprit devait venir, mais Pierre attachait beaucoup d'importance à ce point. « Parmi les hommes qui nous ont accompagnés durant tout le temps où le Seigneur Jésus a vécu parmi nous. » Il leur indique qu'ils doivent avoir vécu avec lui et ne pas avoir été de simples disciples. En effet, au début, beaucoup de gens le suivaient... « Jusqu'au jour où il nous a été enlevé. Il faut donc que l'un d'entre eux devienne avec nous témoin de sa résurrection. »

          Pierre n'a pas dit : « témoin de tout le reste », mais seulement « témoin de la résurrection ». Car il serait plus digne de foi, le disciple qui pourrait dire : « Celui qui mangeait, qui buvait, qui a été crucifié, c'est celui-là qui est ressuscité ». Par conséquent, il ne fallait pas qu'il soit témoin des époques précédentes, ni des suivantes, ni des miracles. Ce qu'on exigeait, c'était qu'il soit témoin de la résurrection. Tout le reste avait été manifesté et proclamé. Tandis que la résurrection s'était accomplie dans le secret, elle n'était manifeste que pour quelques-uns. 

  • Saint Mathias, apôtre (14 mai)

    IMPRIMER

    index.jpg

    Un texte du Bienheureux John Henry Newman (Sermon « The Yoke of Christ » PPS, vol. 7, n°8) :

    « Demeurez dans mon amour..., pour que ma joie soit en vous, que vous soyez comblés de joie »

          Le Christ s'en était allé ; les apôtres possédaient, certes, en abondance la paix et la joie, plus encore que lorsque Jésus était avec eux. Mais justement ce n'était pas une joie « comme le monde la donne » (Jn 14,27). C'était sa joie à lui, née de la souffrance et de l'affliction. C'était cette joie que Matthias a reçu quand on a fait de lui un apôtre... Les autres avaient été choisis pour ainsi dire dans leur enfance : héritiers certes du Royaume, mais encore « sous des tuteurs, des intendants » (Ga 4,2). Tout apôtres qu'ils aient été, ils ne comprenaient pas encore leur vocation ; ils gardaient en eux des pensées d'ambition humaine, des désirs de richesse, et on les acceptait ainsi pour un temps... Saint Matthias est entré d'emblée dans l'héritage. Dès son élection, il a pris sur lui le pouvoir de l'apôtre et le prix à payer. Aucun rêve de réussite terrestre ne pouvait effleurer ce trône qui s'élevait sur la tombe d'un disciple passé au crible et déchu, à l'ombre même de la croix de celui qu'il avait trahi. 

    Oui, Saint Matthias peut bien nous redire aujourd'hui les paroles de notre Seigneur : «Chargez-vous de mon joug, mettez-vous à mon école » (Mt 11,29). Car ce joug, il l'a porté lui-même, d'emblée... Dès sa « jeunesse apostolique », il a porté le joug du Seigneur. Embarqué sans délai pour son grand Carême, il y a trouvé la joie... « Si quelqu'un veut venir à ma suite, qu'il se renie, qu'il prenne sa croix et qu'il me suive. » (Mt 16,24) Venir au Christ, c'est venir à sa suite ; prendre sa croix, c'est se charger de son joug ; s'il nous dit qu'il est léger, c'est qu'il est son joug à lui ; c'est lui qui le rend léger, sans en faire pourtant autre chose qu'un joug laborieux... Je ne veux pas dire, bien sûr, loin de là, que la vie à la suite du Christ manque de joie et de paix. « Mon joug est facile à porter, dit Jésus, et mon fardeau léger » (Mt 11,30). C'est la grâce qui le rend tel, car il demeure austère...: c'est une croix.

  • Nigeria : une étudiante chrétienne accusée de blasphème massacrée par la foule

    IMPRIMER

    De VoaNews.com :

    Une étudiante chrétienne nigériane accusée de blasphème massacrée par la foule

    12 mai 2022

    KANO, NIGERIA -

    Des étudiants musulmans de la ville de Sokoto, dans le nord-ouest du Nigeria, ont lapidé et brûlé le corps d'une étudiante chrétienne après l'avoir accusée de blasphème contre le prophète Mahomet, a indiqué la police.

    Des dizaines d'étudiants musulmans du Shehu Shagari College of Education se sont déchaînés après que Deborah Samuel, une autre étudiante, a fait une déclaration sur les médias sociaux qu'ils ont jugée offensante à l'égard du prophète Mahomet, a déclaré Sanusi Abubakar, un porte-parole de la police de Sokoto dans un communiqué.

    Les "étudiants ont sorti de force la victime de la salle de sécurité où elle était cachée par les autorités de l'école, l'ont tuée et ont brûlé le bâtiment", a déclaré M. Abubakar.

    Il a ajouté que les élèves ont bloqué l'autoroute devant l'école avant que les équipes de police ne les dispersent.

    Abubakar a déclaré que deux suspects avaient été arrêtés.

    Sokoto fait partie d'une douzaine d'États du nord où le système juridique islamique strict ou la charia est en vigueur.

    Le commissaire à l'information de l'État, Isah Bajini Galadanci, a confirmé dans un communiqué le "malheureux incident ... au cours duquel une étudiante du collège a perdu la vie."

    Un étudiant qui a donné son nom de Babangida, a accusé l'étudiante assassinée d'avoir posté "une remarque offensante sur un groupe Whatsapp d'étudiants que tout le monde a vu."

    "Les étudiants musulmans de l'école qui étaient furieux de son insulte se sont mobilisés et l'ont battue à mort", a-t-il déclaré.

    Son récit a été soutenu par trois autres étudiants.

    Les images du déchaînement ont été partagées sur les médias sociaux, et la police a déclaré que tous les suspects identifiés dans la vidéo seraient arrêtés.

    Le gouvernement de l'État a ordonné la fermeture immédiate de l'école en vue de déterminer "les causes lointaines et immédiates de l'incident."

    Le blasphème dans l'islam, notamment contre le prophète, est passible de la peine de mort en vertu de la charia, qui fonctionne parallèlement au droit commun dans la région.

    Deux musulmans ont été séparément condamnés à mort en 2015 et 2020 par des tribunaux de la charia pour blasphème contre le prophète.

    Mais les affaires sont toujours en appel.

    Dans de nombreux cas, les accusés sont tués par des foules sans passer par la procédure légale.

    L'année dernière, une foule dans le district de Darazo, dans l'État de Bauchi (nord-est), a brûlé à mort un homme accusé d'avoir insulté le prophète.

    En 2016, une commerçante chrétienne de 74 ans, Bridget Agbahime, a été battue à mort par une foule musulmane devant sa boutique à Kano après l'avoir accusée d'avoir insulté le prophète.