Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liturgie - Page 6

  • Le chef de l'Église catholique ukrainienne parle de la guerre, du pape et des bénédictions homosexuelles

    IMPRIMER

    De Peter Pinedo sur le Catholic World Report :

    Le chef de l'Église catholique ukrainienne parle de la guerre, du pape et des bénédictions homosexuelles

    16 mars 2024

    Dans une interview exclusive accordée à EWTN News, l'archevêque majeur Sviatoslav Shevchuk, chef de l'Église gréco-catholique ukrainienne, a parlé du besoin continu d'aide humanitaire dans son pays et a discuté des efforts de paix du pape François et de la récente controverse sur les bénédictions de personnes de même sexe.

    Le patriarche ukrainien était aux États-Unis pour une semaine de réunions avec des responsables publics et des dirigeants de l'Église afin d'encourager un soutien renouvelé à l'Ukraine. Il s'est entretenu avec EWTN au sanctuaire national catholique ukrainien de la Sainte Famille à Washington.

    Mgr Shevchuk a souligné sa gratitude envers le peuple américain pour son soutien, mais il s'est dit préoccupé par le fait que les États-Unis pourraient se lasser d'aider l'Ukraine. Il a lancé un appel : "S'il vous plaît, n'abandonnez pas l'Ukraine".

    La guerre en Ukraine

    Bien qu'il ait transmis un "message de gratitude" au peuple américain, Mgr Shevchuk s'est inquiété de ce que les Ukrainiens ordinaires soient oubliés alors que le débat politique prolongé sur le soutien à l'Ukraine a retardé l'action.

    Alors que la guerre entre l'Ukraine et la Russie va bientôt durer deux ans, 14,6 millions d'Ukrainiens ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence, selon Mgr Shevchuk.

    Nous ne pouvons pas dire "d'accord, je mangerai la semaine suivante", a-t-il déclaré, ajoutant que l'Église catholique ukrainienne "est l'un des principaux acteurs de cette action humanitaire d'assistance au peuple ukrainien, et je peux témoigner que l'aide ne peut pas être retardée".

    Au lieu de penser à la guerre en termes politiques, Mgr Shevchuk a exhorté le peuple américain à penser à l'Ukraine en termes de "peuple simple et souffrant".

    "Chaque jour, probablement 200 Ukrainiens sont tués et tout retard dans la capacité à recevoir l'aide nécessaire pour protéger ces personnes est payé de leur sang.

    Revenant sur son expérience personnelle de la guerre, Mgr Shevchuk a déclaré que même si "personne n'est en sécurité en Ukraine", les rapports des services de renseignement ont indiqué qu'il était l'une des dix principales cibles de la Russie à éliminer.

    "C'est donc dangereux. Mais c'est la mission de chaque évêque à cette époque de voyager avec son propre troupeau", a-t-il déclaré. "Dès le début, je me suis entièrement confié, j'ai remis ma vie entre les mains de Dieu. Seigneur, que ta volonté soit faite. Si tu me veux vivant, cela signifie que je dois servir ton peuple. Je suis encore en vie, ce qui veut dire que j'ai une mission".

    "Jésus-Christ est aujourd'hui crucifié dans le corps crucifié de l'Ukraine. Et nous le vénérons dans les blessures des gens simples", a-t-il ajouté.

    Le pape François

    Mgr Shevchuk a déclaré que le peuple ukrainien souhaitait vivement que le pape François se rende dans le pays et qu'il "priait" pour qu'il vienne bientôt.

    Malgré cela, Mgr Shevchuk a admis que la neutralité du Vatican à la suite de la guerre "n'a pas été très bien accueillie en Ukraine au début, car comment peut-on être neutre lorsqu'il y a un agresseur qui nous tue constamment chaque jour ?

    Lire la suite

  • Iudica me (Introit du dimanche de la Passion)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 42, 1-2  
    IÚDICA me, Deus, et discérne causam meam de gente non sancta: ab hómine iníquo, et dolóso éripe me: quia tu es Deus meus, et fortitúdo mea. Ps. ibid., 3 Emítte lucem tuam, et veritátem tuam: ipsa me deduxérunt, et adduxérunt in montem sanctum tuum, et in tabernácula tua. Iúdica me. Juge-moi, ô Dieu, et sépare ma cause de celle d'une nation qui n'est pas sainte; délivre-moi de l'homme méchant et trompeur. Car Tu es mon Dieu et ma force. ℣. Envoie Ta lumière et Ta vérité: elles me conduiront et m'amèneront à Ta montagne sainte et à Tes tabernacles.
  • Les retombées sans fin de Fiducia Supplicans (revue de presse)

    IMPRIMER

    Du site de la FSSSPX :

  • À Liège, Semaine sainte et pascale 2024 : à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    IMPRIMER

    À Liège, Semaine sainte et pascale 2024 :

    à l’église du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132)

    Tous renseignements: 

    sursumcorda@skynet.be  Tel. 04 344 10 89

  • Fiducia Supplicans : l'oecuménisme mis à mal

    IMPRIMER

    De Christopher R. Altieri sur le Catholic World Report :

    Fiducia supplicans, effondrement œcuménique et Église copte orthodoxe

    Le pape François considère toute cette controverse à travers le prisme de sa personne, mais il ne s'agit pas vraiment de cela.

    9 mars 2024

    On peut dire qu'il aurait dû le voir venir.

    Le "il" dans cette phrase est le pape François. La chose qui s'annonçait, eh bien, elle est arrivée vendredi : une déclaration de l'Église copte orthodoxe annonçant la suspension des relations œcuméniques avec Rome.

    La raison du retrait des coptes orthodoxes est la récente déclaration du DDF, Fiducia supplicans, sur la bénédiction des couples en "unions irrégulières", y compris les unions entre personnes de même sexe.

    L'Église copte orthodoxe a pris cette décision lors d'une réunion présidée par son chef, le pape Tawadros II, à Alexandrie.

    "Après consultation des Églises sœurs de la famille orthodoxe orientale, lit-on dans un communiqué de presse de l'Église orthodoxe copte daté du 7 mars, il a été décidé de suspendre le dialogue théologique avec l'Église catholique, de réévaluer les résultats obtenus depuis le début du dialogue, il y a vingt ans, et d'établir de nouvelles normes et de nouveaux mécanismes pour la poursuite du dialogue.

    La décision des coptes orthodoxes a donc été prise à l'issue d'une large consultation et constitue un indicateur puissant du sentiment ecclésiastique orthodoxe oriental en général.

    En fait, les coptes orthodoxes ne sont pas la première Église orthodoxe à exprimer sa consternation à l'égard de Fiducia Supplicans.

    Le métropolite Hilarion Alfeyev de Budapest, un prélat orthodoxe russe de haut rang qui a été pendant des années le principal responsable œcuménique de l'Église orthodoxe russe, a dirigé en février une réunion de la Commission synodale biblico-théologique de l'Église orthodoxe russe, au cours de laquelle les évêques russes ont décidé à l'unanimité que Fiducia supplicans était une "innovation" qui "s'écarte fortement de l'enseignement moral chrétien".

    Associée à une déclaration des évêques catholiques de Russie qui a également critiqué les suppliciés de la Fiducie, la déclaration orthodoxe russe équivaut à un rejet retentissant non seulement des développements disciplinaires autorisés par Fiducia Supplicans, mais aussi de toute sa raison d'être. Les Russes, cependant, pourraient peut-être être ignorés en toute sécurité - pour le dire avec le Pape François - en tant que "chien[s] courants de Poutine" Mais le pape François ne peut pas ignorer l'Église orthodoxe copte ni le pape Tawadros II, leur chef, qui siège au siège de Saint-Marc et qui est le seul autre chef chrétien à se présenter légitimement comme le fait François.

    L'une des raisons pour lesquelles cette évolution représente un véritable désastre est que le pape François a sans doute fait plus pour favoriser les relations avec les coptes orthodoxes que n'importe qui d'autre dans l'histoire.

    La décision du pape François de reconnaître la canonisation par l'Église copte orthodoxe de vingt-et-un martyrs coptes de Libye était réellement et véritablement historique, tout comme la Divine Liturgie que le pape Tawadros II a célébrée dans l'archibasilique de la cathédrale de Rome, Saint-Jean-de-Latran, alors que Tawadros était à Rome pour une visite qui aurait été capitale même sans ces événements.

    Il est difficile de dire à quel point ce retournement provoqué par Fiducia supplicans est grave. (...)

    Pourquoi le pape François ferait-il exploser son propre héritage ? Répondre à cette question n'est pas difficile, c'est impossible.

    Pour commencer à y répondre, il faut accepter de psychologiser. Pour le pape François, il s'agit d'une question personnelle.

    "Personne ne se scandalise si je donne une bénédiction à un entrepreneur qui exploite peut-être les gens, ce qui est un péché très grave", a déclaré le pape François à l'hebdomadaire italien Credere en février 2024, "alors qu'ils se scandalisent si je la donne à un homosexuel, c'est de l'hypocrisie ! C'est de l'hypocrisie !

    Le fait est que personne n'a été scandalisé par la notion d'un pape ou de toute autre personne donnant une bénédiction à un homosexuel. Cela arrive tout le temps. Mais Fiducia supplicans appelle à la bénédiction de personnes dans des relations homosexuelles qui apparaissent comme des couples et le fait en inventant une catégorie fantomatique de "bénédictions non-liturgiques" qui d'une certaine manière - magiquement ? - ne bénissent que les personnes qui sont dans l'union mais pas l'union elle-même.

    La raison pour laquelle les gens ont du mal à comprendre cela est que cela n'a aucun sens.

    L'interview avec Credere était la deuxième que le Pape François donnait en autant de semaines à des médias amis désireux de l'aider dans ce qui semblait être une sorte de tournée de contrôle des dégâts de Fiducia supplicans, la première ayant été accordée à La Stampa (où son chargé de communication, Andrea Tornielli, a longtemps été chez lui).

    Le pape François y a déclaré : "L'Évangile est de sanctifier tout le monde". Personne ne peut le contester. "Bien sûr", a également déclaré François, "il doit y avoir de la bonne volonté". Bien sûr.

    "Et il est nécessaire de donner des instructions précises sur la vie chrétienne", a poursuivi le pape François, ajoutant entre parenthèses que "ce n'est pas l'union qui est bénie, mais les personnes".

    "[N]ous sommes tous pécheurs", a ajouté le pape François, à juste titre encore.

    "Pourquoi, a demandé le pape François, devrions-nous faire une liste des pécheurs qui peuvent entrer dans l'Église et une liste des pécheurs qui ne peuvent pas être dans l'Église ? Nous ne devrions pas.

    Pourquoi ?

    "Ce n'est pas l'Évangile.

    Non, ce n'est pas l'Évangile.

    En d'autres termes, le pape François considère toute cette controverse à travers le prisme de sa personne. Il la considère comme une sorte de référendum sur ses inclinations pastorales personnelles, ses engagements et ses décisions.

    Le fait est qu'il ne s'agit pas vraiment de cela.

    Comme beaucoup de catholiques - y compris les évêques latins de tout un continent et toute une Église orientale autocéphale, l'Église gréco-catholique ukrainienne - l'Église copte orthodoxe a reçu Fiducia supplicans comme une rupture radicale non seulement avec la doctrine chrétienne, mais aussi avec une saine anthropologie et, franchement, avec le bon sens.

    Il ne s'agit pas d'une question personnelle.

    Le pape François a choisi un favori mal préparé et moralement compromis, le cardinal Victor Manuel Fernandez, pour diriger le Dicastère pour la doctrine de la foi. François a donné à Fernandez un large mandat essentiellement pour "mettre le bazar" théologique et autre, mais pas pour se mêler des questions de droit et de justice. Mission accomplie.

    Le pape François pourrait faire un grand pas en avant pour réparer ce gâchis particulier en déclarant que Fiducia supplicans est ce qu'elle est presque en fait : une lettre morte. Il pourrait aller encore plus loin en renvoyant Fernandez. Il est très peu probable que François fasse l'une ou l'autre de ces choses, car cela reviendrait à admettre, au moins tacitement, qu'il a commis une erreur.

    Lire également : Coptic Orthodox Church Confirms Ecumenical Dialogue Suspended Due to Rome’s ‘Change of Position’ on Homosexuality

  • Pourquoi Fiducia Supplicans doit être révoquée

    IMPRIMER

    Par Diane Montagna et Gerald E. Murray sur First Things :

    FIDUCIA SUPPLICANS DOIT ÊTRE RÉVOQUÉE

    ENTRETIEN AVEC LE FR. GERALD E. MURRAY

    7 mars 2024

    En mars 2021, la Congrégation pour la doctrine de la foi a publié, sous la direction de son ancien préfet, le cardinal Luis Ladaria Ferrer, un Responsum qui répondait par la négative à la question : "L'Église a-t-elle le pouvoir de donner la bénédiction aux unions de personnes de même sexe ?"

    Un peu moins de trois ans plus tard, sous la direction de son nouveau préfet, le cardinal Víctor Manuel Fernández, le Dicastère pour la doctrine de la foi, désormais rebaptisé, a publié Fiducia Supplicans (FS), qui affirme que les bénédictions mentionnées dans le Responsum sont des "bénédictions liturgiques" et introduit un nouveau type de bénédiction sacerdotale - une "bénédiction pastorale" - qui, selon lui, peut être donnée à des "couples de même sexe". Mais que sont les bénédictions pastorales et qu'entend la Déclaration par "couples" ? Et la réaction négative continue que la FS a reçue de la part des conférences épiscopales du monde entier peut-elle être attribuée au fait qu'elle n'a pas été lue attentivement, ou son examen minutieux ne fait-il que confirmer la décision des évêques qui ont décidé de ne pas l'appliquer dans leur diocèse ?

    Pour répondre à ces questions et à d'autres, je me suis entretenu avec le père Gerald E. Murray, prêtre new-yorkais et avocat canonique, au sujet de la déclaration.

    Père Murray, qu'est-ce qu'une bénédiction ? Quelle est la relation entre une bénédiction sacerdotale et le sacerdoce du Christ ? Et une bénédiction sacerdotale peut-elle être "extra-liturgique", c'est-à-dire n'avoir aucun rapport avec la liturgie ?

    Le Responsum de 2021, citant le Rituel romain, déclare que " les bénédictions appartiennent à la catégorie des sacramentaux, par lesquels l'Église 'nous appelle à louer Dieu, nous encourage à implorer sa protection et nous exhorte à rechercher sa miséricorde par la sainteté de notre vie' ". Le Responsum précise également que les sacramentaux font partie des actions liturgiques de l'Église. Les bénédictions sont donc des actions liturgiques par leur nature même. La catégorie des "bénédictions pastorales" est inconnue dans l'Église. Cette catégorie est décrite dans FS comme une "contribution novatrice" et un "véritable développement par rapport à ce qui a été dit sur les bénédictions dans le Magistère et les textes officiels de l'Église". FS affirme que les bénédictions pastorales entrent dans la catégorie de la "piété populaire" telle qu'elle est décrite dans le Directoire sur la piété populaire et la liturgie de 2002 de la Congrégation pour le culte divin. Il n'y a aucune preuve que l'Église ait jamais considéré les bénédictions sacerdotales comme des actes de piété populaire.

    Le Responsum cite également le Rituel romain, qui précise que les sacramentaux "ont été établis comme une sorte d'imitation des sacrements". Les bénédictions "sont avant tout des signes des effets spirituels obtenus par l'intercession de l'Église". Une bénédiction sacerdotale est un acte ministériel par lequel le représentant ordonné de Dieu demande la faveur divine sur ce qui est béni, communiquant ainsi que ce qui est béni est digne de recevoir une telle bénédiction. Toute relation à bénir doit d'abord être jugée digne aux yeux de Dieu de recevoir sa faveur. Les relations pécheresses ne sont pas dignes aux yeux de Dieu et ne peuvent être bénies. Le Responsum nous rappelle que Dieu "ne bénit pas et ne peut pas bénir le péché".

    Les personnes sont bénies, l'huile et l'eau sont bénies, les champs et les maisons sont bénis, mais les syndicats du crime, les instruments de torture et les contraceptifs ne le sont pas. Pourquoi certaines choses peuvent-elles être bénies et d'autres non ?

    Les bénédictions peuvent être conférées à des objets inanimés, à des animaux (comme la bénédiction des agneaux lors de la fête de Sainte-Agnès), à des personnes et à leurs relations. Le prêtre, en tant que ministre ordonné du Christ, demande à Dieu de regarder favorablement ce qui est béni, ce qui signifie qu'il a déterminé que ce qui est béni mérite la faveur de Dieu. Le Responsum est clair en ce qui concerne la bénédiction des relations humaines :

    Par conséquent, pour se conformer à la nature des sacramentaux, lorsqu'une bénédiction est invoquée sur des relations humaines particulières, outre l'intention droite de ceux qui y participent, il est nécessaire que ce qui est béni soit objectivement et positivement ordonné à recevoir et à exprimer la grâce, selon les desseins de Dieu inscrits dans la création, et pleinement révélés par le Christ Seigneur. . . . C'est pourquoi il n'est pas licite de bénir des relations ou des partenariats, même stables, qui impliquent une activité sexuelle en dehors du mariage, comme c'est le cas des unions entre personnes du même sexe.

    Lire la suite

  • De saint Pie X à Vatican II : Dans la ligne du mouvement liturgique initié par Dom Guéranger (liturgie 44)

    IMPRIMER

    Liturgie 44 ‒ De saint Pie X à Vatican II : Dans la ligne du mouvement liturgique initié par Dom Guéranger (32 mn)

    https://youtu.be/xgiTNL_VziQ

    Après la première partie du cours qui abordait l'histoire de la liturgie, nous abordons certains points de la théologie de la liturgie. 

    Dans le cadre du mouvement liturgique initié par Dom Guéranger, le pape saint Pie X publiait en 1903 le Motu proprio « Tra le sollecitudini » (Parmi les sollicitudes) ; En 1963, les Pères conciliaires approuvaient la Constitution « Sacrosanctum Concilium ». Ces deux documents méritent une étude comparative. Saint Pie X précise très clairement que la musique liturgique doit être sacrée, c’est-à-dire clairement soustraite des influences de la musique profane ; qu’elle doit relever d’un art véritable, c’est-à-dire qui soit détachée de tout ce qui ferait d’elle un élément fonctionnel en sorte qu’elle puisse ainsi être uniquement attachée à ce qui porte à la contemplation ; enfin, qu’elle doit être universelle, c’est-à-dire capable de parler à toutes les cultures. Et le pape saint Pie X d’ajouter que ces qualités se retrouvent réunies à un degré supérieur dans le chant grégorien.

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022-2024

    Pour accéder à la totalité de la playlist :

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI

    Institut Docteur Angélique

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch.

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin.

    Denis Crouan, denis.crouan@wanadoo.fr; 2022-2024

  • « La Civiltà Cattolica » change de cap et se tient à bonne distance des bénédictions des couples de même sexe

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    « La Civiltà Cattolica » change de cap. Et se tient à bonne distance des bénédictions des couples homos

    La “Civiltà Cattolica” change de cap. Et se tient à distance prudente des bénédictions des couples homos

    (s.m.) Je reçois et je publie. L’auteur de la lettre, Antonio Caragliu, est avocat au barreau de Trieste et membre de l’Union des Juristes Catholiques Italiens.

    *

    Cher M. Magister,

    En lisant l’article sur « Fiducia supplicans » du nouveau directeur de « La Civiltà Cattolica », le P. Nuno da Silva Gonçalves [photo – ndlr] j’ai été frappé par l’équilibre et la mesure de son exposé : deux qualités révélatrices du net changement de ligne éditoriale de la revue survenu avec la fin de la direction du P. Antonio Spadaro. Un changement appréciable notamment dans la séquence des articles : on y retrouve à présent mis en avant les analyses historiques (et non militantes) du P. Giovanni Sale.

    Je précise d’emblée que je trouve très pertinentes et incontournables les remarques critiques du cardinal Gerhard Müller récemment publiées dans « First Things », concernant la déclaration « Fiducia supplicans » et le communiqué de presse du Dicastère pour la Doctrine de la foi qui a suivi, sur la bénédiction des couples homosexuels.

    Les objections théologiques du cardinal Müller se basent, en définitive, sur des questions rationnelles très laïques. D’où naissent plusieurs interrogations :

    • L’intention exprimée dans la déclaration de préserver l’enseignement catholique sur le mariage et la sexualité n’est-elle pas inévitablement contredite par le sens objectif véhiculé par le geste de bénir un couple en situation irrégulière par rapport à la doctrine catholique ?
    • Est-il possible de bénir un couple et, dans le même temps, de ne pas bénir l’union qui le constitue ?
    • L’intention déclarée dans un document peut-elle transcender à ce point le sens objectif d’un geste ?
    • L’autorité du pape (« le magistère du pape François ») est-il susceptible de pouvoir qualifier et garantir le sens d’une conduite humaine en violation des principes herméneutiques les plus basiques ?

    Mais il faudrait encore ajouter une question qui suscite des contradictions similaires. C’est une question que le cardinal Müller, en se cantonnant dans sa propre zone de compétence spécifique, n’aborde pas, mais que les laïcs réfléchis se posent. De telles contradictions à ce point évidentes sont-elles intentionnelles ? Leurs auteurs en sont-ils conscients ?

    Lire la suite

  • Un magistère sans équivoque est nécessaire pour gérer les retombées de Fiducia Supplicans

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    "Fiducia Supplicans" : Un leadership sans équivoque est nécessaire pour gérer les retombées

    EDITORIAL : La confusion persistante autour du document du Vatican du 18 décembre est une preuve récente de ce phénomène.

    4 mars 2024

    Le 7 mars, l'Église catholique célèbre le 750e anniversaire de la mort de l'un de ses plus grands penseurs et enseignants, saint Thomas d'Aquin.

    L'un des titres de l'Aquinate est celui de "Docteur commun", ainsi choisi en raison de son don extraordinaire pour articuler et défendre les vérités communes de notre foi catholique. Cette unité de la foi est ce qui unit les catholiques du monde entier. En d'autres termes, la foi proclamée à Oulan-Bator, en Mongolie, est, ou devrait être, la même qu'aux États-Unis.

    Mais cette unité cruciale est menacée par la confusion qui règne dans de nombreux milieux depuis la publication, le 18 décembre, de Fiducia Supplicans. Cette déclaration controversée, rédigée par le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, et approuvée par le pape François, définit les paramètres des bénédictions "non liturgiques" des couples en situation "irrégulière". Il s'agit des couples de même sexe, des couples hétérosexuels divorcés civilement et remariés, et des couples non mariés qui cohabitent.

    L'accueil réservé à Fiducia Supplicans a été loin d'être uniforme. Alors que certains cardinaux et évêques occidentaux l'ont accueillie favorablement, les responsables de l'Église dans une grande partie de l'Afrique et dans d'autres parties du monde l'ont catégoriquement rejetée. Cela signifie que ces bénédictions ont lieu dans certains endroits, mais pas dans d'autres.

    Pourquoi est-ce un problème ? Parce que nous sommes une Église universelle, pour commencer. Nous vivons également à l'ère de l'internet, de sorte que si la bénédiction d'un couple homosexuel en Belgique peut ne pas troubler ou affliger de nombreux catholiques belges, elle peut scandaliser les fidèles du Ghana ou du Mexique une fois qu'ils en auront pris connaissance.

    C'est déjà le cas. La semaine dernière, nous avons vu des scandales éclater en Espagne, où deux hommes catholiques ont organisé ce qui semblait être un mariage très fréquenté dans une chapelle catholique privée, et en Uruguay, où l'évêque local et même le nonce apostolique du pays ont approuvé la bénédiction d'un couple homosexuel très médiatisé, alors que le document du Vatican précise que ces bénédictions sont censées être simples et "spontanées".

    Aujourd'hui, un éditorial du Vatican vient encore brouiller les pistes de la Fiducia.

    Rédigé par Andrea Tornielli, directeur éditorial du dicastère pour la communication, l'éditorial tente de démontrer qu'un document sur les prières pour les malades, publié en 2000 par le cardinal Joseph Ratzinger sous le pontificat de Jean-Paul II, a établi un précédent pour la distinction entre les bénédictions liturgiques et les bénédictions non liturgiques. Cette distinction est au cœur de Fiducia Supplicans.

    Cependant, il est difficile de voir comment les deux documents sont liés. L'"Instruction sur les prières de guérison" du cardinal Ratzinger fait effectivement référence à la prière "liturgique" et à la prière "non liturgique", mais elle se concentre sur la réglementation des réunions de prière destinées aux personnes en quête d'une guérison physique ou spirituelle. Elle a été élaborée en réponse à la fréquence croissante de ces réunions qui se tenaient en dehors des églises et échappaient à la surveillance des autorités ecclésiastiques. Et s'il est vrai qu'il apporte en quelque sorte un soutien à Fiducia, comme l'affirme Tornielli, pourquoi n'est-il cité nulle part dans ce document ?

    Une lecture charitable de l'éditorial du Vatican y verrait une tentative sincère de trouver un moyen d'harmoniser l'initiative du pape François dans Fiducia Supplicans avec les travaux de ses prédécesseurs, et non une tentative à peine voilée de détourner les critiques de la Fiducia en jetant Benoît XVI et Jean-Paul II sous le bus.

    Quoi qu'il en soit, l'archidiocèse de Madrid a montré une bien meilleure façon de répondre à la confusion entourant Fiducia.

    Suite à des informations sur une cérémonie de mariage impliquant deux hommes (mais apparemment pas un prêtre) dans une chapelle privée de la ville d'El Escorial, près de Madrid, l'archevêché a publié une déclaration ferme, affirmant que la chapelle familiale serait soumise à des "effets canoniques" et à une déconsécration. L'archidiocèse est d'ailleurs dirigé par le cardinal José Cobo Cano, qui a reçu son chapeau rouge du pape François en septembre dernier et qui a soutenu ouvertement la Fiducia depuis sa publication.

    Notre Église a besoin de ce type d'approche claire et sans équivoque face à la situation difficile à laquelle nous sommes confrontés. Rien de moins ne peut maintenir l'unité de la foi que saint Thomas d'Aquin a consacré sa vie et son immense intelligence à sauvegarder.

  • Oculi mei semper ad Dominum (Introit du 3e dimanche du Carême)

    IMPRIMER

    Introitus
     
    Oculi mei semper ad Dominum,
    quia ipse evellet de laqueo pedes meos :
    respice in me, et miserere mei,
    quoniam unicus et pauper sum ego.
     
    Mes yeux sont constamment tournés vers le Seigneur,
    car c’est lui qui dégagera du piège mes pieds :
    posez sur moi le regard, et ayez pitié de moi,
    car moi, je suis seul et malheureux.
     
    Ps.  1
    Ad te, Domine, levavi animam meam :
    Deus meus, in te confido,
    non erubescam.
     
    Vers vous, Seigneur, j’ai élevé mon âme :
    Mon Dieu, en vous je me confie ;
    que je n’aie pas à rougir !
  • On ne peut invoquer Benoît XVI pour justifier Fiducia Supplicans

    IMPRIMER

    De Nicola Bux sur InfoVaticana :

    Le théologien Nicola Bux démonte l'article de Tornielli : "Il est trompeur et constitue une falsification flagrante"

    1er mars 2024

    Cette semaine, Andrea Tornielli, responsable des médias officiels du Vatican, est allé jusqu'à comparer le cardinal Victor Manuel Fernandez à Ratzinger.

    Dans un article publié dans Vatican News, le directeur éditorial du Dicastère pour la communication du Vatican insiste sur le fait que Fiducia supplicans "ne change pas la doctrine traditionnelle sur le mariage qui prévoit une bénédiction nuptiale uniquement pour l'homme et la femme qui se marient".

    Or, le père Nicola Bux, ancien consulteur du Dicastère pour la doctrine de la foi et proche collaborateur de Benoît XVI, a écrit un article dans lequel il démonte ce qu'a écrit Tornielli et que nous reproduisons ci-dessous :

    Il n'y a pas de bénédictions non liturgiques

    Vatican News du 27 février 2024 a publié l'article : Fiducia supplicans, non-liturgical blessings and that Ratzinger distinction. Le titre compare la récente Déclaration avec certains passages de l'Instruction Ardens Felicitatis du 14 septembre 2000, promulguée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, préfet le Cardinal Ratzinger, dans le but de prier pour la guérison de Dieu. Ce document est né de la nécessité de mettre de l'ordre dans la confusion de ces années concernant les réunions de prière et le charisme de guérison.

    La comparaison faite dans l'article de Vatican News entre les prières mentionnées dans l'Instruction Ardens Felicitatis et les bénédictions de la Fiducia Supplicans est totalement erronée. La prière est une question insistante, comme l'indique le mot lui-même, la bénédiction est une formule d'approbation - bien dite - d'en haut, c'est-à-dire de Dieu. Le bon berger, dont il est question dans l'article, qui ne se donne pas la paix tant qu'il n'a pas retrouvé la brebis égarée, ne va pas la bénir parce qu'elle s'est égarée, mais la prendre sur ses épaules pour la ramener au bercail, non sans lui avoir fait comprendre qu'elle s'est égarée.

    Mais revenons à l'éducation. Dès le titre : Instructio de orationibus ad obtinendam a Deo sanationem (sur les prières pour obtenir de Dieu la guérison), le but est expliqué : invoquer la délivrance du mal corporel et spirituel. On ne peut pas prier Dieu pour confirmer l'état de péché dans lequel on est tombé. En effet, le désir de bonheur inhérent au cœur de l'homme se conjugue toujours avec le désir d'obtenir la délivrance des maladies et d'en comprendre le sens lorsqu'elles sont vécues.

    L'Instruction Ardens Felicitatis est également intervenue pour réglementer la nouveauté croissante des réunions de prière, qui sont combinées avec des célébrations liturgiques destinées à implorer Dieu pour la guérison. Il n'est pas rare que des guérisons soient annoncées, ce qui suscite une attente et un intérêt croissants pour ces réunions. Dans ce contexte, on fait appel à un charisme de guérison douteux. Les réunions de ce type, convoquées pour obtenir des guérisons, soulèvent des questions sur la manière dont l'autorité ecclésiastique les évalue, en particulier en ce qui concerne l'aspect liturgique, qu'elle doit surveiller et réglementer, afin qu'il soit correctement réglé. Dans ce but, l'Instruction introduit la partie doctrinale sur les grâces de guérison et les prières pour les obtenir. Tout d'abord, la signification de la maladie et de la guérison dans l'économie du salut. Dans l'Ancien Testament, le malade qui prie Dieu de le guérir reconnaît que ses péchés lui valent de justes châtiments. Mais la maladie touche aussi les justes, et l'homme en demande la raison à Dieu : le cas de Job est célèbre. Il est une figure de Jésus-Christ, dans la passion duquel, selon l'Apôtre, l'homme peut partager sa douleur et même se réjouir ( Col 1,24) : c'est dans cette mesure que le Nouveau Testament élève la souffrance.

    Lire la suite

  • Un groupe de clercs et de laïcs catholiques lance un appel filial demandant le retrait de "Fiducia Supplicans". NOUVELLE MISE À JOUR

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur son blog :

    Un groupe de clercs et de laïcs catholiques lance un appel filial demandant le retrait de "Fiducia Supplicans".

    MISE À JOUR :

    Depuis la publication de cet appel filial, un évêque, plus de 100 prêtres et des centaines d'universitaires catholiques du monde entier ont ajouté leur signature. Les organisateurs ont eu du mal à suivre les centaines de signataires qu'ils ont reçus, mais une liste complète sera bientôt publiée.

    Parmi les nouveaux signataires figurent l'évêque Joseph Strickland, le Dr Gavin Ashenden (ancien évêque anglican converti au catholicisme), le professeur Josef Seifert, le Dr Janet Smith, le Dr Timothy Flanders (rédacteur en chef de OnePeterFive.com), le Dr Taylor Marshall, le père Janvier Gbénou (connu sous son nom de plume Fr. Jesusmary), Luigi Casalini, rédacteur en chef du blog italien Messainlatino, le Dr Claude E Newbury et le Dr. Claude E Newbury et Dr. Thomas Ward, Professeur John Rao, auteur catholique Leila Miller, Père Donald Calloway, Père Lee Bennett, Père Jerry J. Pokorsky Pasteur, Père Timothy Sauppé, Père Phillip W. DeVous, Père Denis M. Donahue, Père Gerard M. Byrne (Angleterre), Père Eunan Mc Donnell PHD (Irlande), Père Jakub Ostrożański R.C.I., Père K. Krzysztofi (Pologne), Père K. K. K. (Allemagne), Père K. K. (France), Père K. K. (Italie), Père K. K. (Italie), Père K. K. (Italie), Père K. K. (France), Père K. K. (Italie), Père K. K. (Italie), Krzysztof Kukulka OFMConv. (Pologne), Jean-Paul Tidi Makambila (Congo), Gabriel Sukharsky (Ukraine), Viktor Bilous (Ukraine), Michael E. Rodríguez, Edmund A. Castronovo, Carlos Miguel Viego, Ph.D., Dwight P. Campbell, STD, JD, Andre Villeneuve et John P. Lovell.

    **
    Un groupe de 90 prêtres, universitaires et auteurs catholiques ont lancé un appel filial aux cardinaux et aux évêques, leur demandant d'interdire immédiatement l'application de Fiducia Supplicans dans leurs diocèses et de demander au pape François de "retirer d'urgence" ce document.

    Dans une déclaration (texte intégral ici) publiée en la fête de la Présentation du Seigneur, les signataires affirment que la déclaration, qui a approuvé la bénédiction, dans certaines limites, des couples de même sexe et d'autres personnes vivant des relations non conformes à l'enseignement de l'Église, est en "opposition directe" avec la doctrine traditionnelle de l'Église sur le mariage, en dépit de ses affirmations contraires.

    Soulignant les nombreuses conférences épiscopales, confréries de prêtres et autres qui se sont publiquement opposées à la déclaration du Vatican depuis sa publication le 18 décembre, les signataires affirment que "jamais dans l'histoire de l'Église catholique un document du Magistère romain n'a fait l'objet d'un rejet aussi fort".

    En revanche, ils soulignent que le document a été "très favorablement accueilli par les quelques épiscopats et prélats qui, depuis des décennies, préconisent ouvertement un changement de la doctrine sur la moralité sexuelle".

    Les signataires reprochent à la déclaration de proposer une pastorale qui "ne correspond pas à la doctrine", ce qui conduit à enseigner une "doctrine différente". La doctrine traditionnelle de l'Église, soulignent-ils, doit être considérée comme infaillible et immuable puisqu'elle est "confirmée par l'Écriture et la Tradition" et qu'elle est une "doctrine de la loi naturelle, qui ne permet aucun changement".

    Une bénédiction, poursuivent-ils, est un "signe naturel" d'"approbation de ce qui est béni", et ils rejettent les tentatives de la déclaration de différencier un "couple" d'une "union" puisqu'un "couple est un couple en raison de l'union qui lui donne existence". Ils affirment également que l'insistance de la déclaration pour que la bénédiction ne soit pas une cérémonie liturgique "ne change pas la nature de l'acte, puisque le geste central et essentiel demeure".

    De telles bénédictions, avertissent les signataires, transmettent au monde que ces relations sont désormais "acceptables pour Dieu" et que l'Église catholique "a finalement évolué et accepte désormais les unions homosexuelles et, plus généralement, les unions extraconjugales".

    Le rejet généralisé du document dans l'Église est donc justifié, affirment-ils. Ce qui n'est "absolument pas justifiable", ajoutent-ils, c'est que les cardinaux et les évêques "restent silencieux", permettant ainsi l'amplification d'un scandale qui est déjà "grave et public" et dont l'erreur vient du Saint-Siège.

    Surtout, ils avertissent que "les petits, les simples fidèles" sont scandalisés "qui n'ont aucun moyen de s'orienter et de se défendre contre cette confusion".

    C'est pourquoi ils "implorent avec ferveur" les cardinaux et les évêques d'accomplir deux tâches : "Interdire immédiatement l'application de ce document" dans leurs diocèses, et demander "directement" au Pape de "retirer d'urgence ce malheureux document" qui "produit manifestement un grave scandale".

    Le Pape, concluent-ils, a "besoin d'urgence" d'une "correction fraternelle" dans l'espoir de "sauver son pontificat et sa propre personne d'une tache qui pourrait autrement peser sur lui de manière indélébile, non seulement dans l'histoire, mais dans l'éternité".

    ***

    Des clercs et des laïcs catholiques se mobilisent pour demander le retrait de "Fiducia Supplicans"

     

    NOUVELLE MISE A JOUR avec la nouvelle liste de signataires (dont votre serviteur) :

    Additional Signatories, March 1, 2024

    Lire la suite