Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liturgie - Page 2

  • Hristos Voskresie

    IMPRIMER

    Le Christ est ressuscité des morts;
    par la mort, il a vaincu la mort;
    à ceux qui sont dans les tombeaux
    il a donné la vie

  • L’ « Exultet » de la Vigile de Pâques dans la Liturgie romaine

    IMPRIMER

    JPSC

  • Canon orthodoxe du Samedi Saint

    IMPRIMER

    Canon Du Samedi Saint

  • Le grand silence du Samedi Saint

    IMPRIMER

    Profanations : le Saint-Sacrement retiré des tabernacles -  Riposte-catholique

    De Vatican News :

    Samedi Saint: le mystère du silence de Dieu

    Pas de messe en ce samedi, pas d’ornements ni de fleurs sur les autels; le tabernacle, vidé de la présence réelle, est ouvert. L’Église est entrée dans le «grand silence» qui précède l’exultation de Pâques. Ce «terrible mystère» d’un Dieu qui se tait interpelle plus que jamais les croyants.

    Entretien réalisé par Manuella Affejee - Cité du Vatican

    «Un grand silence règne aujourd’hui sur la terre, un grand silence et une grande solitude; un grand silence parce que le Roi dort. La terre a tremblé puis s’est calmée parce que Dieu s’est endormi dans la chair, et il a réveillé ceux qui dormaient depuis des siècles». Cette homélie du IVe siècle attribuée à Saint Épiphane de Salamine explore admirablement le mystère du Samedi Saint, ce moment où le Christ repose sans vie dans son tombeau, où l’espérance semble avoir déserté la terre, «où la foi semble être définitivement démasquée comme une illusion» (Benoît XVI).

    Durant cette période relativement brève, ce «temps au-delà du temps», le Christ «descend aux Enfers»; c’est-à-dire qu’Il plonge dans la solitude la plus extrême et la plus absolue de l’homme, la mort, pour la partager, l’illuminer et l’en délivrer. «Voici précisément ce qui est arrivé le jour du Samedi Saint, dans le royaume de la mort, la voix de Dieu a retenti», assurait Benoît XVI dans une longue et éclairante méditation partagée lors de l’ostension solennelle du Saint-Suaire de Turin (2010). «L’humanité est devenue particulièrement sensible au mystère du Samedi Saint. Dieu caché fait partie de la spiritualité de l’homme contemporain (…) comme un vide dans le cœur qui s’élargit toujours plus», reconnaissait-il encore, dans une référence tacite au silence de Dieu ressenti avec douleur, et parfois révolte, à certains moments de l’Histoire ou de nos vies personnelles.

    L’éclairage du père Nicolas Buttet, modérateur de la Fraternité Eucharistein :

    Entretien avec le père Nicolas Buttet

    Cette descente aux enfers du Christ, (..) est quand même quelque chose d’assez bouleversant. On pourrait même dire que Jésus a choisi de naître en vue de mourir, pour  rejoindre l’humanité au tréfonds de la mort. La Croix était au bout de la souffrance possible, mais ce n’était pas encore suffisant pour la Rédemption. Il fallait aller jusque dans l’Hadès, dans les enfers pour aller chercher la mort sur son propre champ. Donc, dans la Passion du Christ, il y avait le fait de mourir, mais aussi le fait d’être mort, que le Christ a voulu vivre jusqu’au bout.

    Lire la suite

  • Vendredi Saint : les impropères

    IMPRIMER

    1 – O mon peuple que t’ai-je fait ?
    En quoi t’ai-je contristé ?
    Réponds-moi !

    2 – T’ai-je fait sortir du pays d’Egypte,
    T’ai-je fait entrer en Terre Promise,
    Pour qu’à ton Sauveur,
    Tu fasses une Croix ?

    3 – T’ai-je guidé quarante ans dans le désert
    Et nourri de la manne,
    Pour qu’à ton Sauveur,
    Tu fasses une Croix ?

    4 – Moi, je t’ai planté, ma plus belle vigne,
    Et tu n’as eu pour Moi que ton amertume
    Et du vinaigre pour ma soif !

    5 – Moi, j’ai pour toi frappé l’Egypte,
    J’ai englouti dans la mer Pharaon et son armée !
    Toi tu M’as livré aux grands-prêtres et les soldats M’ont flagellé !

    6 – J’ai ouvert devant toi les eaux de la mer ;
    Toi, de ta lance, tu M’as ouvert le cœur !
    Je t’ai arraché à l’abîme des eaux
    Et tu M’as plongé dans l’abîme de la mort !

    7 – Moi, aux eaux vives du Rocher, je t’ai fait boire le salut ;
    Toi, tu Me fis boire le fiel, et tu M’abreuvas de vinaigre!

    8 – Devant toi, j’ai fait resplendir ma Gloire,
    Dans le buisson ardent et la colonne de nuée ;
    Et tu M’as tourné en dérision et vêtu d’un manteau de pourpre !

    9 – Pour toi, j’ai frappé l’Egypte et sa puissance,
    J’ai fait de toi mon peuple, un peuple de rois ;
    Et tu M’as couronné la tête d’une couronne d’épines !

    10 – Moi, Je t’ai exalté par ma toute  puissance ;
    Toi, tu M’as pendu au gibet de la Croix !
    Je t’ai choisi parmi toutes les nations ;
    Toi, tu M’as rejeté hors des murs de Jérusalem !

  • Stabat Mater (Pergolesi)

    IMPRIMER

    Pergolesi - Stabat Mater

    Nathalie Stutzmann

    STABAT Mater dolorósa iuxta
    Crucem lacrimósa,
    Dum pendébat Fílius.
    Elle était debout, la Mère, malgré sa douleur,
    En larmes, près de la croix ,
    Où son Fils était suspendu.
    Cuius ánimam geméntem
    Contristátam et doléntem,
    Pertransívit gládius.
    Son âme gémissante,
    Contristée et dolente,
    Un glaive la transperça.
    O quam tristis et afflícta
    Fuit illa benedícta
    Mater Unigéniti !
    Qu'elle était triste, anéantie,
    La femme entre toutes bénie,
    La Mère du Fils de Dieu !
    Quae maerébat, et dolébat,
    Pia Mater, dum vidébat
    Nati poenas íncliti.
    Dans le chagrin qui la poignait,
    Cette tendre Mère pleurait
    Son Fils mourant sous ses yeux.
    Quis est homo, qui non fleret,
    Matrem Christi si vidéret
    In tanto supplício ?
    Quel homme sans verser de pleurs
    Verrait la Mère du Seigneur
    Endurer si grand supplice ?
    Quis non posset contristári,
    Christi Matrem contemplári
    Doléntem cum Fílio ?
    Qui pourrait dans l'indifférence
    Contempler en cette souffrance
    La Mère auprès de son Fils ?
    Pro peccátis suae gentis
    Vidit Iesum in torméntis,
    Et flagéllis súbditum.
    Pour toutes les fautes humaines,
    Elle vit Jésus dans la peine
    Et sous les fouets meurtri.
    Vidit suum dulcem natum
    Moriéndo desolátum,
    Dum emísit spíritum.
    Elle vit l'Enfant bien-aimé
    Mourant seul, abandonné,
    Et soudain rendre l'esprit.
    Eia Mater, fons amóris,
    Me sentíre vim dolóris
    Fac, ut tecum lúgeam.
    Ô Mère, source de tendresse,
    Faites-moi sentir grande tristesse
    Pour que je pleure avec toi.
    Fac, ut árdeat cor meum
    In amándo Christum Deum,
    Ut sibi compláceam.
    Faites que mon âme soit de feu
    Dans l'amour du Seigneur mon Dieu :
    Que je Lui plaise avec vous.
    Sancta Mater, istud agas,
    Crucifíxi fige plagas
    Cordi meo válide.
    Mère sainte, daignez imprimer
    Les plaies de Jésus crucifié
    En mon cœur très fortement.
    Tui nati vulneráti,
    Tam dignáti pro me pati,
    Poenas mecum dívide.
    Pour moi, votre Fils voulut mourir,
    Aussi donnez-moi de souffrir
    Une part de Ses tourments.
    Fac me tecum pie flere,
    Crucifíxo condolére,
    Donec ego víxero.
    Donnez-moi de pleurer en toute vérité,
    Comme vous près du Crucifié,
    Tant que je vivrai !
    Iuxta Crucem tecum stare,
    Et me tibi sociáre
    In planctu desídero.
    Je désire auprès de la croix
    Me tenir, debout avec vous,
    Dans votre plainte et votre souffrance.
    Virgo vírginum praeclára,
    Mihi iam non sis amára:
    Fac me tecum plángere.
    Vierge des vierges, toute pure,
    Ne soyez pas envers moi trop dure,
    Fais que je pleure avec vous.
    Fac, ut portem Christi mortem,
    Passiónis fac consórtem,
    Et plagas recólere.
    Du Christ faites-moi porter la mort,
    Revivre le douloureux sort
    Et les plaies, au fond de moi.
    Fac me plagis vulnerári,
    Fac me Cruce inebriári,
    Et cruóre Fílii.
    Faites que Ses propres plaies me blessent,
    Que la croix me donne l'ivresse
    Du Sang versé par votre Fils.
    Flammis ne urar succénsus,
    Per te, Virgo, sim defénsus
    In die iudícii.
    Je crains les flammes éternelles;
    Ô Vierge, assurez ma tutelle
    À l'heure de la justice.
    Christe, cum sit hinc exíre,
    Da per Matrem me veníre
    Ad palmam victóriae.
    Ô Christ, à l'heure de partir,
    Puisse Ta Mère me conduire
    À la palme des vainqueurs.
    Quando corpus moriétur,
    Fac, ut ánimae donétur
    Paradísi glória.
    À l'heure où mon corps va mourir,
    À mon âme, fais obtenir
    La gloire du paradis.
    Amen. Amen.

    Giovanni Battista Pergolesi: Stabat Mater / Nathalie Stutzmann, conductor · Philippe Jaroussky, countertenor / Emöke Barath, soprano / Orfeo 55 /

    Recorded at the Château de Fontainebleau, France, April 2014.

    Video by Ozango / ARTE France.

    Website of Nathalie Stutzmann: http://www.nathaliestutzmann.com

    Facebook page of Nathalie Stutzmann: https://www.facebook.com/Nathalie.Stu...

  • Nos autem gloriari oportet in cruce Domini nostri Jesu Christi (Palestrina)

    IMPRIMER

    Introit de la messe du soir du Jeudi Saint

    Nos autem gloriari oportet in cruce Domini nostri Jesu Christi: in quo est salus, vita et resurrectio nostra: per quem salvati et liberati sumus.

    Deus misereatur nostri, et benedicat nobis:

    illuminet vultum suum super nos, et misereatur nostri.

    Pour nous il faut nous glorifier dans la Croix de Notre Seigneur Jésus-Christ, en qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, et par qui nous avons été sauvés et délivrés.

    Que Dieu aie pitié de nous et nous bénisse:

    que rayonne son visage sur nous, et qu'Il aie pitié de nous.

  • Le triduum pascal sur KTO

    IMPRIMER

    De Jérusalem, à Rome et Turin, en passant par Notre-Dame de Paris, découvrez les horaires des offices retransmis par KTO pour vivre pleinement le mystère pascal de la mort à la Résurrection du Seigneur.

    Jeudi Saint :

    12h Méditation du Jeudi Saint en direct de la cathédrale Notre-Dame de Paris

    16h Messe de la Cène, présidée par Mgr Aupetit, archevêque de Paris

    20h Heure Sainte à Gethsémani, en direct de Jérusalem

    Vendredi Saint :

    18h Office de la Passion en la Basilique Saint-Pierre à Rome, présidé par le pape François

    21h Chemin de Croix sur la place Saint-Pierre à Rome, présidé par le pape François

    Samedi Saint :

    16h30 Ostension du Suaire, en direct de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Turin

    20h Vigile Pascale présidée par Mgr Aupetit, archevêque de Paris, en l'église Saint-Germain l'Auxerrois

    Dimanche de la Résurrection :

    10h Messe de la Résurrection présidée par le pape François en la Basilique Saint-Pierre

    12h Bénédiction Urbi et Orbi du pape François

    15h30 Chapelet à Lourdes

    18h30 Messe de la Résurrection à Saint-Germain l’Auxerrois

    https://www.ktotv.com/article/vivez-la-semaine-sainte-avec-kto

  • Messes à Saint-Pierre de Rome : le cardinal Zen prêt à manifester à genoux devant Sainte Marthe

    IMPRIMER

    De sur le Salon Beige :

    Messes privées : le cardinal Zen prêt à manifester à genoux devant Sainte Marthe

    Chère Éminence,

    La douleur et indignation ont envahi mon cœur quand j’ai appris cette nouvelle incroyable : ils ont interdit les messes privées à Saint-Pierre !

    S’il n’y avait pas les restrictions imposées par le coronavirus, j’aurais pris le premier vol pour venir à Rome et me mettre à genoux devant la porte de Sainte-Marthe jusqu’à ce que le Saint-Père fasse retirer cet édit.

    C’était la chose qui renforçait le plus ma propre foi chaque fois que je venais à Rome : à sept heures précises, on entre dans la sacristie (je rencontrais presque toujours le même saint homme, l’archevêque et ensuite cardinal Paolo Sardi), un jeune prêtre s’avance et m’aide à revêtir les ornements, puis ils me conduisent à un autel (dans la basilique ou dans les grottes, aucune différence pour moi, nous sommes dans la basilique de Saint-Pierre !). Je pense que, de toute ma vie, ce sont les messes que j’ai célébrées avec le plus de ferveur et d’émotion, parfois avec les larmes aux yeux en pensant à nos martyrs vivant en Chine (aujourd’hui abandonnés et poussés dans les griffes de l’Église schismatique du « Saint-Siège » [c’est ainsi que se présentait ce document de juin 2020 sans signature et sans la révision de la Congrégation pour la doctrine]).

    Il est temps de redimensionner les pouvoirs disproportionnés de la Secrétairerie d’État. Qu’ils retirent leurs mains sacrilèges de la maison commune de tous les fidèles du monde ! Qu’ils se contentent de jouer à la diplomatie mondaine avec le père du mensonge. Qu’ils fassent même de la Secrétairerie d’État un « repaire de brigands » s’ils le veulent, mais qu’ils laissent en paix le peuple de Dieu dévot.

    « C’était la nuit ! » (Jean 13:30)

    Votre frère Joseph Zen, SDB

    Concernant les messes privées, Benoît-et-moi rapporte une anecdote racontée par Nicolas Diat, datant de juillet 2001, alors que le cardinal Ratzinger quittait l’abbaye de Fontgombault, après y avoir donné une conférence :

    Au grand regret des moines, le haut prélat quitte Fontgombault le mardi matin vers sept heures trente. Avant son départ, dom Forgeot lui propose d’entrer dans l’abbatiale au moment si exceptionnel des messes basses. Le cardinal est saisi, presque interdit. Il reste un long moment en méditation, à genoux sur le sol, au fond de l’édifice. En sortant, sur le parvis, il dit tout bas au père abbé, qui se remémore encore l’inflexion précise de sa voix: «Ça, c’est l’Église catholique!»

  • Tous prêtres ?

    IMPRIMER

    orant.jpgChaque année, dans tous les diocèses du monde, prêtres, diacres et fidèles se réunissent pour célébrer la Messe Chrismale. Elle se célèbre normalement au matin du Jeudi Saint mais peut être anticipée. Ainsi dans de nombreux diocèses elle est célébrée le soir du Mercredi Saint  et même avant.

    La Messe Chrismale reçoit cette appellation parce que c’est au cours de cette célébration que le Saint Chrême est consacré. Cette huile servira dès les baptêmes de Pâques puis tout au long de l’année pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’ordre.

    Avec le Saint Chrême qui est l’objet d’une consécration spéciale, deux autres huiles sont bénites : l’Huile des Catéchumènes qui sert dans les célébrations préparatoires au baptême surtout pour les adultes ou les enfants déjà grands ; et l’Huile des Malades qui sert dans la célébration du Sacrement des malades .

    Prêtres, diacres et fidèles sont invités largement à cette célébration qui manifeste l’unité de toute la communauté diocésaine autour de son évêque.

    Elle nous offre un point de départ pour réfléchir  au sens du sacerdoce royal du Christ dont dérivent le sacerdoce baptismal et le sacerdoce ministériel, deux modes qu’il convient de distinguer soigneusement l’un de l’autre, comme le démontre l’abbé Bruno Jacobs dans l’article ci-dessous paru dans le magazine « Vérité et Espérance - Pâque Nouvelle » (n°82, 1er trimestre 2012)  Une réflexion d’autant plus appropriée qu’au soir même du Jeudi-Saint on célèbre aussi, à la messe commémorative de la Dernière Cène, l’institution des sacrements de l’Eucharistie et de l’ordre:

    « Pourquoi les laïcs ne peuvent-ils pas présider l’Eucharistie, alors que tous les baptisés ont part au sacerdoce du Christ ?  Pourquoi faire une distinction entre prêtres et laïcs ?  Et d’ailleurs, le Christ n’était pas prêtre…  Il arrive que des chrétiens d’aujourd’hui posent des questions ou font des remarques de ce genre, en rappelant que le Concile Vatican II a insisté sur le sacerdoce commun de tous les fidèles baptisés.  Mais que signifie cette expression ?  Récemment, je lisais dans un bulletin paroissial une réflexion semblable :  … les laïcs peuvent exercer des charges dans l’Église…  on appelle cela le sacerdoce commun des fidèles.  S’agit-il seulement d’un droit de présider des célébrations, d’aider, voire de remplacer les prêtres devenus trop rares ?  Lorsque le sens des mots n’est pas clair, le sens des textes – en l’occurrence ceux du Concile Vatican II, a peu de chances d’être compris.  Il convient donc de clarifier les choses.

    Lire la suite

  • Paris : une célébration exceptionnelle du Jeudi Saint à Notre-Dame

    IMPRIMER

    D'Agnès Pinard Legry sur Aleteia.org :

    Jeudi saint : une célébration exceptionnelle à Notre-Dame de Paris

    Timothée Dhellemmes | ALETEIA

    29/03/21

    Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris, va présider pour le Jeudi saint une méditation de Pâques à Notre-Dame de Paris au cours de laquelle il procédera au lavement des pieds. Une célébration inédite retransmise en direct à midi jeudi 1er avril sur KTO et sur CNews.

    Cette année encore Notre-Dame de Paris va être le théâtre d’un temps fort de la Semaine sainte. L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, va présider ce jeudi 1er avril à midi, pour le Jeudi saint, une méditation de Pâques au cours de laquelle il procédera au lavement des pieds des six personnes présentes. Un événement inédit qui sera retransmis en direct sur KTO mais aussi sur CNews accompagné des commentaires de Franck Ferrand, Aymeric Pourbaix et Sonia Mabrouck.

    2021_03_30_09_43_02_Greenshot.png

    Pour cette célébration l’archevêque de Paris sera accompagné de Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale. Des textes seront lus par deux lecteurs de la Comédie Française, Sylvia Bergé et Bruno Raffaelli, accompagnés par Marina Chiche, violoniste, Léa Desandre, chanteuse lyrique et Alexandre Tharaud, pianiste. La Maîtrise de Notre-Dame de Paris sera également associée, hors-les-murs, à l’événement.

    L’année dernière, alors que la France était confinée, Mgr Michel Aupetit avait envoyé un signal fort pour le Vendredi saint en présidant un temps de méditation et de prière autour de la couronne d’épines à huis clos au sein de la cathédrale.

  • Les observations du cardinal Sarah concernant les nouvelles normes pour les messes à la Basilique Saint-Pierre de Rome

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Exclusif. Le cardinal Sarah demande au pape de révoquer l’interdiction des Messes « individuelles » à Saint-Pierre

    (s.m.) Depuis une semaine, la basilique de Saint-Pierre est un désert silencieux. Elle n’est plus animée, comme chaque matin, par les nombreuses Messes célébrées sur les multiples autels. Et tout cela à cause d’une ordonnance émise le 12 mars par la première section de la Secrétairerie d‘État – qui, via son Substitut, est en lien direct avec le Pape – qui a interdit toutes les Messes « individuelles », n’autorisant que les Messes collectives, pas plus de quatre par jour et à des endroits et des horaires préétablis.

    L’ordonnance est rédigée sur papier à en-tête mais est dépourvue de toute signature et de numéro de protocole. Et elle n’est même pas adressée à celui qui devrait être son destinataire naturel, le cardinal archiprêtre de la basilique papale construite sur le lieu du martyre et du tombeau de l’apôtre Pierre. C’est un gribouillage juridique.

    Et pourtant, elle a fait son effet. Non sans susciter des protestations en haut lieu.

    Celle qui suit, confiée à Settimo Cielo pour la publication, est celle du cardinal Robert Sarah, qui était jusqu’au 20 février dernier Préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, et donc celui qui est le mieux à même de s’exprimer sur le sujet.

    Sa protestation se conclut par cet appel au Pape François :

    « Je supplie humblement le Saint-Père de décider du retrait des récentes normes décrétées par la Secrétairerie d’État, qui manquent autant de justice que d’amour, qui ne correspondent pas à la vérité ni au droit, qui ne contribuent pas à la dignité de la célébration, à la participation dévote à la Messe ni à la liberté des enfants de Dieu mais les mettent plutôt en péril. »

    Reste à voir si le Pape François répondra, et si oui, comment.

    *

    Observations concernant les nouvelles normes pour les Messes à Saint-Pierre du cardinal Robert Sarah

    Je voudrais spontanément ajouter ma voix à celle des cardinaux Raymond L. Burke, Gerhard L. Müller et Walter Brandmüller, qui ont déjà exprimé leur propre opinion concernant les dispositions prises le 12 mars dernier par le Secrétairerie d’État du Vatican, qui interdit la célébration individuelle de l’Eucharistie sur les autels latéraux de la basilique Saint-Pierre.

    Mes confrères cardinaux que je viens de citer ont déjà mis en évidence plusieurs problématiques légales concernant le texte de la Secrétairerie d’État.

    Lire la suite