Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un monastère chrétien des VIe-VIIe siècles exhumé sur une île proche de Dubaï

    IMPRIMER

    De Simon Cherner sur le site du Figaro :

    Un monastère chrétien médiéval, chapitre perdu de l'histoire arabe, exhumé sur une île près de Dubaï

    Vue aérienne du monastère chrétien d'Al Sinniyah, découvert par une équipe internationale aux Émirats arabes unis. L'établissement aurait été actif du VIe au VIIIe siècle.
    Vue aérienne du monastère chrétien d'Al Sinniyah, découvert par une équipe internationale aux Émirats arabes unis. L'établissement aurait été actif du VIe au VIIIe siècle. Umm Al Quwain's Department of Tourism and Archaeology

    ARCHÉOLOGIE - Les vestiges d'une communauté d'ascètes, active du temps de la naissance de l'Islam, ont été mis au jour aux Émirats arabes unis. Ils témoignent d'une époque où un autre monothéisme faisait florès dans la péninsule.

     

    Al Sinniyah n'a rien des perles chargées de palaces et de gratte-ciels qui forment le chapelet luxueux des îles émiraties. L'îlot désertique ne fait pas de vagues le long de la côte méridionale du golfe Persique, au nord de Dubaï. Cette langue aride et ensablée ravit en revanche les archéologues des Émirats arabes unis. Ils y ont mis au jour, ces derniers mois, des vestiges pour le moins inattendus dans cette partie du monde : un monastère chrétien.

    Selon les premières datations réalisées sur les vestiges découverts sur place, le complexe religieux aurait été fondé entre la fin du VIe et le début du VIIe siècle. Cela en ferait un site qui précède de quelques dizaines d'années la naissance et la diffusion de l'Islam dans la péninsule arabique, voire qui en serait contemporain.

    Découvert dès 2021, le monastère d'Al Sinniyah a été minutieusement dégagé au cours de l'année écoulée. Le chantier a été confié aux archéologues de l'université des Émirats arabes unis, en collaboration avec l'université de New York et la mission archéologique italienne d'Umm Al Quwain. «C'est une découverte extrêmement rare», s'est réjoui dans le quotidien émirati The National , en novembre, l'archéologue britannique Tim Power, qui a participé à l'opération de fouille. «Le fait qu'il y ait eu une population arabe chrétienne en Arabie orientale a été un peu oublié, poursuit-il. Cette découverte est donc un rappel important d'un chapitre perdu de l'histoire arabe.»

    Contemporain de la conquête islamique

    Le site religieux était composé d'une église à nef unique, de cellules et d'un réfectoire. Une résidence privilégiée, une maison à cour, qui devait accueillir le responsable de la communauté a aussi été mise au jour. Des structures liées à la vie quotidienne - citernes, fours, espaces de stockage… - complétaient le tout. Parmi les éléments les plus remarquables, les chercheurs révèlent avoir identifié de possibles fonts baptismaux près de l'autel, ainsi que les vestiges de larges calices en verre sans doute d'anciennes coupes liturgiques, pour l'Eucharistie.

    Les vestiges les plus récents du site dateraient du milieu du VIIIe siècle, de la fin du Califat omeyyade, dont l'emprise s'étendait de la façade atlantique à la vallée de l'Indus. «La communauté n'a pas fait l'objet d'une conquête violente, mais a été lentement abandonnée», pointe néanmoins Tim Power, qui indique que les archéologues n'ont pas mis en évidence de traces de destruction violente du monastère. Le souvenir du site, comme des autres monastères, s'est dissipé au fil des siècles. «C'est tout un pan d'histoire cachée, en somme», résume encore Tim Power pour l'agence américaine Associated Press.

    Le monastère d'Al Sinniyah est le second établissement chrétien de ce genre découvert aux Émirats arabes unis depuis les années 1990, et le sixième autour du golfe Persique. À quelques centaines de mètres du monastère, les vestiges de deux villages ont également été fouillés par les chercheurs. Le premier avait été détruit par les Britanniques en 1820. Le second datait de l'époque préislamique. En visite sur place en novembre, la ministre émiratie de la Culture, Noura Al Kaabi, a assuré que ces différents sites feraient l'objet d'une protection patrimoniale. L'île d'Al Sinniyah n'était, au bout du compte, pas si vide que cela.

  • Le Vatican s'exprime sur le projet allemand de création d'un "conseil" des laïcs et des évêques pour la gouvernance de l'Église

    IMPRIMER

    De Luke Coppen et JD Flynn sur The Pillar :

    Le Vatican s'exprime sur le projet allemand de création d'un "conseil" des laïcs et des évêques pour la gouvernance de l'Église

    Le Vatican a lancé sa dernière salve dans la tension actuelle sur la gouvernance de l'Église en Allemagne.

    23 janvier 2023

    De hauts responsables du Vatican ont notifié aux évêques d'Allemagne qu'ils ne sont pas habilités à créer un organe législatif proposé, composé de clercs et de laïcs, qui agirait comme un organe directeur pour l'ensemble de l'Église dans le pays.

    "Nous souhaitons préciser que ni la voie synodale, ni aucun organe établi par elle, ni aucune conférence épiscopale n'a la compétence d'établir le "Conseil synodal" au niveau national, diocésain ou paroissial", explique une lettre envoyée le 16 janvier aux évêques allemands, que le Pillar a obtenue.

    La lettre a été signée par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, ainsi que par le cardinal Luis Ladaria Ferrer, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, et le cardinal Marc Ouellet, chef du Dicastère pour les évêques.

    L'idée de créer un organe permanent de gouvernement des évêques et des laïcs pour l'Église en Allemagne a été approuvée lors d'une réunion de la "voie synodale" en septembre dernier, au cours de laquelle les participants ont voté la création d'un "conseil synodal" permanent de gouvernement.

    Ce conseil prendrait également "des décisions fondamentales d'importance supra-diocésaine sur la planification pastorale, les perspectives d'avenir et les questions budgétaires de l'Église qui ne sont pas décidées au niveau des diocèses."

    Le Vatican s'est prononcé sur cette idée ce mois-ci, après que cinq évêques lui ont demandé s'ils étaient obligés de participer au "comité synodal" - une organisation transitoire prévue, qui serait composée de 74 membres épiscopaux et laïcs, et qui devait commencer cette année à préparer la mise en place du conseil synodal.

    La question a été soulevée dans une lettre du 21 décembre des chefs des diocèses de Cologne, Eichstätt, Augsbourg, Passau et Regensburg, suite à la visite ad limina des évêques allemands à Rome en novembre. Au cours de cette visite, les trois cardinaux qui ont signé la lettre du 16 janvier se sont adressés aux évêques allemands lors d'une rare réunion interdicastérielle au Vatican le 18 novembre.

    La lettre du 16 janvier précise que les évêques ne sont pas tenus de participer au "comité synodal". Elle explique ensuite que les évêques ne sont pas habilités à créer une assemblée synodale de direction ou de décision pour leur pays.

    La lettre cite le document Lumen gentium du Concile Vatican II, qui enseigne que l'ordination épiscopale "confère la charge d'enseigner et de gouverner" dans l'Église.

    La lettre du 16 janvier a été envoyée à Mgr Georg Bätzing, évêque du Limbourg et président de la conférence épiscopale. Il a été demandé à Mgr Bätzing de transmettre la lettre aux évêques avant le 23 janvier.

    Le texte de la lettre a été spécifiquement approuvé par le pape, qui a ordonné qu'elle soit envoyée, explique le document.

    Pour sa part, Bätzing a publié une déclaration publique le 23 janvier, suggérant que le projet de conseil synodal directeur ne visait pas à saper l'autorité des évêques.

    "Compte tenu de la synodalité, il ne s'agit pas en premier lieu de questions dogmatiques, mais de questions de culture synodale vécue dans la consultation et la prise de décision communes. Personne ne remet en cause l'autorité de l'épiscopat", a-t-il déclaré.

    L'évêque a qualifié d'"infondée" la crainte du Vatican "qu'un nouvel organe puisse se placer au-dessus de la conférence épiscopale ou saper l'autorité de chaque évêque".

    "Le conseil synodal, qui doit être préparé par le comité synodal, fonctionnera donc dans le cadre du droit canonique actuel, conformément au mandat contenu dans la résolution", a-t-il écrit.

    Mais l'évêque a également déclaré que l'intervention de Rome signifiera une remise en question de ce que le conseil synodal peut réellement faire.

    "Le document de Rome aura pour conséquence, pour nous en Allemagne, que nous réfléchirons beaucoup plus intensément aux formes et aux possibilités de consultation et de prise de décision synodales afin de développer une culture de la synodalité", a écrit l'évêque.

    Bien qu'il n'ait pas abordé les détails, Bätzing a insisté sur le fait que l'intervention n'était pas une perte pour les évêques allemands.

    "Je considère que cela est utile et faisable dans le cadre du portefeuille de tâches du comité synodal, tout en respectant les limites et les possibilités données par le droit ecclésiastique. Le comité synodal n'est pas remis en cause par la lettre romaine."

    Il a ajouté que le conseil permanent de la conférence épiscopale allemande avait discuté de la lettre du Vatican lors de sa réunion de lundi à Würzburg.

    On ne sait pas encore comment les autres évêques allemands vont réagir à la directive du Vatican. L'automne dernier, la perspective d'un "conseil synodal" a reçu le soutien d'une majorité d'évêques lors de la réunion de septembre de la voie synodale, qui s'est tenue à Francfort.

    Le 10 septembre, les délégués ont approuvé un document de deux pages intitulé "Renforcement durable de la synodalité : Un Conseil synodal pour l'Église catholique en Allemagne" en deuxième lecture. Quatre-vingt-treize pour cent des plus de 200 membres de la voie synodale présents ont approuvé le document, dont 88 % des évêques.

    Le document avait été fortement critiqué par l'éminent théologien allemand, le cardinal Walter Kasper, qui a déclaré qu'il menaçait de détruire la structure "que le Christ a voulu pour son Église."

    Les évêques ont voté pour la proposition malgré une déclaration du Vatican en juillet dernier selon laquelle la voie synodale n'a pas le pouvoir "d'obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouveaux modes de gouvernance et de nouvelles approches de la doctrine et de la morale".

    "Avant un accord convenu au niveau de l'Église universelle, il ne serait pas permis d'initier de nouvelles structures ou doctrines officielles dans les diocèses, ce qui représenterait une blessure pour la communion ecclésiale et une menace pour l'unité de l'Église", disait cette déclaration.

    L'attente que le Vatican envoie une lettre importante aux évêques allemands après leur visite ad limina a été exprimée publiquement pour la première fois par l'évêque Peter Kohlgraf de Mayence le 1er décembre. L'évêque a déclaré que la lettre devrait arriver avant la cinquième et dernière assemblée synodale, prévue du 9 au 11 mars à Francfort.

    En octobre, le Comité central des catholiques allemands a élu 27 membres pour siéger au comité synodal.

    La voie synodale est un rassemblement pluriannuel d'évêques et de laïcs pour discuter de quatre sujets principaux : le pouvoir, le sacerdoce, les femmes dans l'Église et la sexualité, dans le sillage d'une crise dévastatrice des abus et au milieu d'un exode massif des catholiques allemands.

  • Un évêque allemand controversé bientôt à la tête du Dicastère pour la Doctrine de la Foi ?

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Cet évêque allemand controversé pourrait bientôt être le chef doctrinal du Vatican

    L'évêque Heiner Wilmer, qui a soutenu avec force les propositions les plus controversées de la voie synodale allemande, serait le choix "probable" du pape François pour diriger le Dicastère pour la doctrine de la foi.

    23 janvier 2023

    Il y a quelques semaines, la nomination d'un évêque allemand controversé au rôle influent de préfet du Dicastère de la Doctrine de la Foi aurait été bloquée par des cardinaux inquiets, qui ont exhorté le pape François contre cette nomination. Aujourd'hui, l'évêque Heiner Wilmer serait à nouveau le choix du Saint-Père pour diriger le bureau de la doctrine du Vatican.

    Mgr Wilmer, qui dirige le diocèse allemand de Hildesheim et qui a déploré il y a quatre mois que le synode allemand n'ait pas approuvé un texte appelant à des changements radicaux dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité, aurait été fortement pressenti par le pape François pour succéder au cardinal Luis Ladaria en tant que préfet du Dicastère de la doctrine de la foi en décembre dernier. Mais l'intervention d'un certain nombre de prélats de haut rang, dont feu le cardinal George Pell, a mis en doute la solidité doctrinale de Mgr Wilmer et aurait dissuadé le pape d'aller de l'avant avec cette sélection, du moins temporairement.

    Aujourd'hui, selon le site Internet italien traditionaliste Messa In Latino, la candidature de l'évêque Wilmer est à nouveau fortement considérée par le Saint-Père. Dans une lettre ouverte adressée au pape François par le comité de rédaction du site, la nomination de Mgr Wilmer est qualifiée de "probable".

    L'intérêt du pape François pour l'évêque Wilmer survient au milieu de l'impasse actuelle entre le Vatican et l'épiscopat allemand au sujet du controversé Chemin synodal, un processus non contraignant au sein de l'Église catholique allemande qui cherche à apporter des changements hétérodoxes à la gouvernance ecclésiale, à l'ordination sacramentelle et à l'enseignement sur la sexualité. 

    Lors d'une réunion entre les responsables des bureaux curiaux du Vatican et les évêques allemands en novembre 2022, le cardinal Ladaria a critiqué les propositions du Chemin synodal qui "réduisent le mystère de l'Église à un simple institut de pouvoir ... qui doit être placé sous le contrôle de super-contrôleurs dès que possible". Les responsables du Vatican ont demandé un "moratoire" sur le Chemin synodal, ce que l'épiscopat allemand a rapidement rejeté.

    Selon les procès-verbaux des réunions, l'évêque Wilmer a soutenu tous les textes proposés par la Voie synodale lors de sa dernière assemblée en septembre 2022, y compris ceux demandant la création d'un Conseil synodal permanent, l'ordination des femmes et l'approbation morale des relations sexuelles entre personnes du même sexe.

    En ce qui concerne le texte appelant à des changements hétérodoxes dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité, qui, selon le cardinal Ladaria, donnait "l'impression générale" que "rien ne peut être sauvé" dans l'enseignement orthodoxe de l'Église, "que tout doit être changé", Mgr Wilmer a non seulement soutenu la mesure, mais a déploré qu'elle n'ait pas reçu un soutien suffisant de la part des évêques allemands lors de l'assemblée de septembre pour être formellement adoptée.

    Lire la suite

  • Un dominicain controversé dirigera en octobre une retraite pour les évêques au début du Synode

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur le National Catholic Register :

    Un prêtre dominicain controversé dirigera en octobre une retraite pour les évêques au début du Synode.

    Le père Radcliffe, âgé de 77 ans, a été à la tête de l'Ordre dominicain de 1992 à 2001. Ses déclarations hétérodoxes, notamment sur l'homosexualité, ont déjà suscité la controverse dans l'Église.

    23 janvier 2023

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich a annoncé lundi que la session d'octobre 2023 du Synode des évêques sur la synodalité débutera par une retraite de trois jours dirigée par un prédicateur dominicain dont les déclarations sur l'homosexualité ont déjà suscité la controverse.

    Le père dominicain Timothy Radcliffe conduira les évêques catholiques et les participants à la 16e assemblée générale ordinaire du Synode des évêques lors d'une retraite près de Rome du 1er au 3 octobre, à l'invitation du pape François, selon le cardinal. 

    Le père Radcliffe, 77 ans, a été à la tête de l'Ordre dominicain de 1992 à 2001. Ses déclarations hétérodoxes, notamment sur l'homosexualité, ont déjà suscité la controverse dans l'Église.

    Dans le rapport anglican Pilling en 2013, le père Radcliffe a écrit que lorsqu'on considère les relations homosexuelles, "nous ne pouvons pas commencer par la question de savoir si c'est permis ou interdit ! Nous devons nous demander ce qu'elle signifie et dans quelle mesure elle est eucharistique. Il est certain qu'elle peut être généreuse, vulnérable, tendre, mutuelle et non violente. Ainsi, à bien des égards, je pense qu'elle peut être l'expression du don de soi du Christ."

    Le cardinal Hollerich a annoncé la retraite synodale lors d'une conférence de presse au Vatican le 23 janvier, promouvant une veillée de prière œcuménique qui se tiendra sur la place Saint-Pierre pour confier à Dieu les travaux du synode des évêques.

    "Le synode ne concerne pas la politique de l'Église. Il s'agit d'écouter l'Esprit de Dieu, d'avancer ensemble et de prier. Il y aura donc un point différent par rapport aux autres synodes. Après la veillée de prière, les évêques et les participants au synode partiront pour une retraite de trois jours. Nous commençons donc par la prière, par l'écoute de l'Esprit", a déclaré le cardinal Hollerich.

    La retraite des évêques et la veillée de prière œcuménique auront toutes deux lieu dans les jours précédant immédiatement la 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, communément appelée synode sur la synodalité.  

    La 16e Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques se déroulera en deux sessions. La première session aura lieu du 4 au 29 octobre 2023, et la seconde en octobre 2024.

    Lors de la conférence de presse, le cardinal Hollerich a souligné qu'il n'est "pas préoccupé... qu'il y ait des opinions différentes dans l'Église catholique", mais qu'il voit "les tensions... comme quelque chose de positif" pour le synode sur la synodalité.

    "Nous n'avons pas besoin du synode dans l'Église catholique pour vivre des tensions. Il y a déjà des tensions sans le synode et ces tensions viennent du fait que chacun veut honnêtement voir ou partager comment nous pouvons suivre le Christ et annoncer le Christ dans le monde d'aujourd'hui. C'est là la source des tensions", a-t-il déclaré.

    "Maintenant, dans le document pour la phase continentale du synode, nous avons vu la tension aussi comme quelque chose de positif. Car pour avoir une tente, il faut une certaine tension. Sinon, la tente s'écroule. Et je pense que le synode, l'écoute de la Parole de Dieu, l'écoute de l'esprit, la prière ensemble, le fait d'être ensemble sur le chemin, vont apaiser les mauvaises tensions. Nous ne voulons pas que les mauvaises tensions détruisent l'Église, mais les bonnes tensions sont parfois nécessaires à l'harmonie."

    Le cardinal Hollerich, qui est le rapporteur général du processus synodal mondial de quatre ans, a déclaré dans une interview accordée à Vatican Media en octobre dernier qu'il pensait que la bénédiction par l'Église des unions homosexuelles, que le Dicastère pour la doctrine de la foi a rejetée, n'était pas une question réglée.

    Le cardinal a fait cette déclaration en réponse à une question sur la décision des évêques catholiques belges de soutenir la possibilité de bénir les unions de couples de même sexe, au mépris du Vatican.

    "Franchement, la question ne me semble pas décisive", a déclaré le cardinal Hollerich à L'Osservatore Romano dans une interview également publiée le 24 octobre 2022 par Vatican Media.

    Lors du point de presse d'aujourd'hui, le cardinal Hollerich a déclaré qu'il espérait que le synode conduirait à "un nouveau printemps de l'œcuménisme".

    La veillée de prière œcuménique, intitulée "Ensemble : Rassemblement du peuple de Dieu", sera animée par la communauté de Taizé en présence du pape le 30 septembre. 

    Les jeunes âgés de 18 à 35 ans de toutes les traditions chrétiennes sont invités à participer à ce que le Vatican a décrit dans un communiqué de presse comme "une suite aux Journées mondiales de la jeunesse" avec une louange et un culte avec la musique et la prière de Taizé.

    Selon son site web, plus de 50 groupes chrétiens représentant de nombreuses confessions se sont déjà associés au projet de veillée de prière, dont le Conseil œcuménique des Églises, la Fédération luthérienne mondiale et l'Exarchat métropolitain grec orthodoxe d'Europe.

    Le Vatican a invité des représentants œcuméniques à s'exprimer lors de la conférence de presse sur la veillée, notamment l'archevêque anglican Ian Ernest, l'archevêque de l'Église apostolique arménienne Khajag Barsamian et Frère Alois, le prieur de la communauté œcuménique de Taizé. Le pasteur Christian Krieger, président de la Fédération protestante de France, a également participé à distance.

    L'année dernière, le Vatican a publié une lettre demandant aux évêques catholiques d'inviter les dirigeants orthodoxes et protestants locaux à participer à l'étape locale du synode sur la synodalité.

    Ernest, qui est le représentant personnel de l'archevêque de Canterbury auprès du Saint-Siège et dirige le Centre anglican de Rome, a déclaré qu'il s'était "senti plus participant qu'observateur" lors de la session inaugurale du synode en octobre 2021, car sa "voix a été écoutée dans les discussions de groupe."

    "Ce processus synodal initié par le pape François donnera des ailes à notre unité œcuménique, à notre quête de travail pour marcher ensemble, et pour voir comment nous pourrions aider au mieux la souffrance de ceux qui vivent dans des situations de détresse dans ce monde brisé", a déclaré Ernest.

  • Un " schisme nauséabond" en Allemagne ? Alors que le processus synodal touche à sa fin, un groupe de laïcs met en garde contre le pire résultat possible

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Un " schisme nauséabond" en Allemagne ? Alors que le processus synodal touche à sa fin, un groupe de laïcs met en garde contre le pire résultat possible.

    Sans une intervention décisive de Rome, les catholiques fidèles d'Allemagne risquent d'être poussés dans la 'clandestinité', met en garde New Beginning

    23 janvier 2023

    Les observateurs de l'Église catholique en Allemagne ont longtemps craint que le Chemin synodal en cours dans le pays ne conduise à une scission de Rome. Et après que les évêques allemands aient refusé la demande du Vatican, en novembre, de mettre en place un "moratoire" sur le processus controversé et sa poussée pour l'ordination des femmes, la gouvernance laïque et l'approbation des relations sexuelles homosexuelles, ces craintes n'ont probablement fait que s'intensifier.

    Mais à moins d'une intervention plus décisive du Saint-Siège, une issue encore plus dommageable qu'une rupture formelle avec l'Église universelle apparaît comme la possibilité la plus probable : un "schisme nauséabond".

    "Le schisme nauséabond" décrit la situation en Allemagne si les dictats hétérodoxes de la Voie synodale deviennent la norme dans toute l'Allemagne, sans que le Vatican n'intervienne suffisamment. Dans ce contexte, des évêques hétérodoxes gouverneraient encore canoniquement la plupart des diocèses allemands, des idées qui violent la foi universelle seraient présentées comme un enseignement authentique de l'Église, et les catholiques allemands fidèles seraient confrontés à la répression.

    Les détails d'un schisme nauséabond ont été récemment esquissés par New Beginning, un mouvement laïc de catholiques allemands opposés à la trajectoire hétérodoxe de la Voie synodale. Le groupe a tenu une réunion d'information avec des journalistes catholiques américains en début de semaine, décrivant les résultats possibles du processus synodal à l'approche de son assemblée synodale finale, du 9 au 11 mars.

    New Beginning a décrit un schisme nauséabond comme "le pire résultat possible", tant pour l'Eglise particulière d'Allemagne que pour l'Eglise universelle.

    "En fait, il y aurait deux magistères : le magistère catholique romain, qui est contraint à une existence de niche en Allemagne, et le magistère 'différemment catholique' très actuel de la voie synodale, qui est poussé par les médias laïques et ecclésiastiques", a déclaré New Beginning lors du briefing, en référence à une citation de l'évêque Georg Bätzing, président de la conférence épiscopale allemande, sur les objectifs du processus synodal.

    Le groupe a ajouté qu'un schisme nauséabond créerait les conditions dans lesquelles les catholiques allemands fidèles sentiraient qu'ils doivent "quitter l'église", c'est-à-dire le corps ecclésial reconnu publiquement, "pour rester dans l'Eglise".

    Facteurs contributifs

    Même si les propositions du Chemin synodal sont techniquement non contraignantes, les membres du New Beginning s'attendent à une large "mise en œuvre de facto" de ces idées qui circulent dans la plupart des diocèses allemands.

    Certains évêques allemands, comme Mgr Bätzing, mettront en œuvre les propositions hétérodoxes de la Voie synodale dans leurs diocèses parce qu'ils croient qu'elles sont correctes. En effet, après qu'une mesure visant à promouvoir une vision hétérodoxe de la sexualité humaine n'ait pas reçu le soutien nécessaire des deux tiers de l'épiscopat allemand lors de l'assemblée de la Voie synodale de septembre 2022, Mgr Bätzing a déclaré aux médias qu'il veillerait néanmoins à ce que le texte devienne une "réalité" dans son diocèse du Limbourg. L'influent évêque a ajouté qu'il savait que plusieurs autres évêques lui emboîteraient le pas.

    Mais il est probable que la majorité des évêques allemands accepteront les propositions de la Voie synodale non pas pour des raisons idéologiques, mais parce qu'ils ne résisteront pas à une immense pression.

    Les pressions exercées sur les évêques pour qu'ils acceptent des positions hétérodoxes sur la sexualité, l'ordination et la gouvernance proviennent non seulement des médias laïques allemands, mais peut-être surtout des institutions ecclésiastiques allemandes officielles, y compris les médias catholiques et le personnel des écoles catholiques et des chancelleries diocésaines.

    Lire la suite

  • Déjà 400 000 inscriptions pour les JMJ 2023 à Lisbonne

    IMPRIMER

    De kerknet.be :

    Déjà 400 000 inscriptions pour les JMJ 2023 à Lisbonne

    23 janvier 2023

    Les organisateurs des Journées mondiales de la jeunesse, qui débuteront en août 2023 à Lisbonne, visent un demi-million de participants.

    Six mois avant le début, quelque 400 000 jeunes se sont déjà inscrits aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) catholiques de 2023, qui se tiendront dans la capitale portugaise, Lisbonne. Dans un message vidéo adressé aux groupes de jeunes qui se préparent à participer, le pape François s'est dit ravi des nombreuses inscriptions. Il appelle les jeunes à toujours regarder au loin dans leur vie et à ne pas construire de murs. Ouvrez votre cœur à d'autres cultures, à d'autres jeunes qui sont également présents à ces Journées mondiales de la jeunesse. 

    La 37e édition des JMJ aura lieu à Lisbonne du 1er au 6 août 2023. En raison de la pandémie de corona, cet événement majeur avait été reporté de 2022 à 2023. Le pape François a déjà participé à trois éditions de la JMJ : Rio de Janeiro au Brésil en 2013, Cracovie en Pologne en 2016 et Panama en 2019. 

    Lisez tout et inscrivez-vous aux JMJ Lisbonne 2023 : https://www.cathobel.be/2023/01/envie-de-partir-aux-jmj-2023-a-lisbonne-rejoignez-la-route-church4you/

    Source : kro-ncrv.nl/katholiek

  • Brève histoire du rite romain de la messe

    IMPRIMER

    Publiée par le site "Esprit de la Liturgie", la série des volets de la « Brève histoire du rite romain de la messe » du Père Uwe Michael Lang C.O. est accessible en cliquant sur les liens suivants et a été complétée d'une sixième partie :

  • "Rien par force, tout par amour" – Saint François de Sales

    IMPRIMER

    Rien par force, tout par amour – Saint François de Sales (source)

    Saint François de Sales fut évêque de Genève au temps de la Réforme protestante. Il fut proclamé “Docteur de l’Amour divin et de la douceur évangélique” en 1877. Sa devise était “rien par force, tout par amour”. Le texte ci-dessous est extrait de son livre “Introduction à la vie dévote”, écrit à l’attention de chaque baptisé : chacun peut se sanctifier en faisant joyeusement son devoir d’état.

    L’un des meilleurs usages que nous saurions faire de la douceur, c’est de nous l’appliquer à nous mêmes, ne dépitant jamais contre nous ni contre nos imperfections ; car encore que la raison veut que lorsque nous faisons des fautes nous en soyons contristés et marris, il faut néanmoins que nous empêchions d’en avoir une déplaisance aigre et chagrine, dépiteuse et colère. En quoi font une grande faute plusieurs qui, s’étant mis en colère, se courroucent de s’être courroucés, ont du dépit de s’être dépités ; car par ce moyen ils tiennent leur cœur confit et détrempé en la colère, et il semble que la seconde colère ruine la première, de sorte qu’elle sert d’ouverture et de passage pour une nouvelle colère à la première occasion qui se présentera ; outre que ces colères contre soi-même tendent à l’orgueil et n’ont origine que de l’amour propre, qui se trouble et s’inquiète de nous voir imparfaits.

    Il faut donc avoir un déplaisir de nos fautes qui soit paisible, rassis et ferme… Nous nous châtions bien mieux nous-mêmes par des repentances tranquilles et constantes que par des repentances aigres, empressées et colères, d’autant que ces repentances faites avec impétuosité ne se font pas selon la gravité de nos fautes, mais selon nos inclinations. Par exemple, celui qui affectionne la chasteté, se dépitera d’une amertume non pareille de la moindre faute qu’il commettra contre elle, et ne fera que rire d’une grosse médisance qu’il aura commise. Au contraire, celui qui hait la médisance se tourmentera d’avoir fait une légère murmuration et ne tiendra nullement compte d’une grosse faute commise contre la chasteté, et ainsi des autres fautes ; ce qui n’arrive pour autre chose, sinon qu’ils ne font pas le jugement de leur conscience par raison, mais par passion.

    Croyez-moi, comme les remontrances d’un père, faites doucement et cordialement, ont bien plus de pouvoir sur un enfant pour le corriger que les colères et courroux ; ainsi, quand notre cœur aura fait quelques fautes, si nous le reprenons avec des remontrances douces et tranquilles, ayant plus de compassion de lui que de compassion contre lui, l’encourageant à l’amendement, la repentance qu’il en concevra entrera bien plus avant, et pénétrera mieux que ne le ferait une repentance dépiteuse, irritée et tempétueuse…

    Relevez donc votre cœur quand il tombera, tout doucement, vous humiliant beaucoup devant Dieu pour la connaissance de votre misère, sans nullement vous étonner de votre chute, puisque ce n’est pas chose admirable que l’infirmité soit infirme, et la faiblesse faible, et la misère chétive. Détestez néanmoins de toutes vos forces l’offense que Dieu a reçue de vous, et avec grand courage et confiance en sa miséricorde, remettez-vous au train de la vertu que vous aviez abandonnée.

    St François de Sales (1567-1622)
    Introduction à la vie dévote, partie III, chapitre 9

  • François de Sales : à force d'aimer (une video sur KTO)

    IMPRIMER

    De KTO Télévision sur youtube :

    Pour commémorer les 400 ans de la mort de Saint François de Sales, rien de mieux que ce documentaire biographique qui revient sur la vie du saint savoyard du XVII° siècle. Loin d'être une simple évocation du passé, le film propose des repères à partir de la pensée de l'auteur de « l'Introduction à la vie dévote ». Comment François de Sales voyait et ressentait ? Quel était son parti pris ? Voilà l'enjeu du film qui vise à restituer toute l'actualité de sa spiritualité. La contemplation de la nature y tient une place centrale. Le bonheur aussi d'une vie harmonieuse qui ne s'obtient pas sans combat mais un combat patient, paisible et sans violence malgré les soubresauts de chaque instant. Ce film est une invitation donc à redécouvrir toute l'actualité de sa pensée. A passer du François de Sales historique, mort en 1622, au François de Sales maître de spiritualité pour notre temps. Une production Association de diffusion salésienne 2022 - Réalisée par Sébastien Garagnon

  • Saint François de Sales (24 janvier)

    IMPRIMER

    Saint_francois_de_sales.jpgLors de l'audience générale du mercredi 2 mars 2011, Benoît XVI évoquait la figure de François de Sales que l'on fête aujourd'hui :

    Chers frères et sœurs,

    «Dieu est le Dieu du cœur humain» (Traité de l’Amour de Dieu, I, XV): dans ces paroles apparemment simples, nous percevons l’empreinte de la spiritualité d’un grand maître, dont je voudrais vous parler aujourd’hui, saint François de Sale, évêque et docteur de l’Eglise. Né en 1567 dans une région frontalière de France, il était le fils du Seigneur de Boisy, antique et noble famille de Savoie. Ayant vécu à cheval entre deux siècles, le XVIe et le XVIIe, il rassemblait en lui le meilleur des enseignements et des conquêtes culturelles du siècle qui s’achevait, réconciliant l’héritage de l’humanisme et la tension vers l’absolu propre aux courants mystiques. Sa formation fut très complète; à Paris, il suivit ses études supérieures, se consacrant également à la théologie, et à l’Université de Padoue celles de droit, suivant le désir de son père, qu’il conclut brillamment par une maîtrise in utroque iure, droit canonique et droit civil. Dans sa jeunesse équilibrée, réfléchissant sur la pensée de saint Augustin et de saint Thomas d’Aquin, il traversa une crise profonde qui le conduisit à s’interroger sur son salut éternel et sur la prédestination de Dieu à son égard, vivant avec souffrance comme un véritable drame spirituel les questions théologiques de son époque. Il priait intensément, mais le doute le tourmenta si fort que pendant plusieurs semaines, il ne réussit presque plus à manger et à dormir. Au comble de l’épreuve, il se rendit dans l’église des dominicains à Paris, ouvrit son cœur et pria ainsi: «Quoi qu’il advienne, Seigneur, toi qui détiens tout entre tes mains, et dont les voies sont justice et vérité; quoi que tu aies établi à mon égard...; toi qui es toujours un juge équitable et un Père miséricordieux, je t’aimerai Seigneur (...) je j’aimerai ici, ô mon Dieu, et j’espérerai toujours en ta miséricorde, et je répéterai toujours tes louanges... O Seigneur Jésus, tu seras toujours mon espérance et mon salut dans la terre des vivants» (I Proc. Canon., vol. I, art. 4). François, âgé de vingt ans, trouva la paix dans la réalité radicale et libératrice de l’amour de Dieu: l’aimer sans rien attendre en retour et placer sa confiance dans l’amour divin; ne plus demander ce que Dieu fera de moi: moi je l’aime simplement, indépendamment de ce qu’il me donne ou pas. Ainsi, il trouva la paix, et la question de la prédestination — sur laquelle on débattait à cette époque — s’en trouva résolue, car il ne cherchait pas plus que ce qu’il pouvait avoir de Dieu; il l’aimait simplement, il s’abandonnait à sa bonté. Et cela sera le secret de sa vie, qui transparaîtra dans son œuvre principale: le Traité de l’amour de Dieu.

    Lire la suite