Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Moraliser le présent plutôt que de ressasser sans cesse les forfaits du passé

    IMPRIMER

    Du Père Charles Delhez s.J., cette chronique parue sur le site de la Libre :

    À sans cesse ressasser les forfaits du passé, nous sommes aveugles à propos de ceux du présent

    Ni idolâtrer le passé ni le charger de nous culpabiliser indéfiniment ou d’accuser aveuglément. Moralisons le présent plutôt que de jouer aux directeurs de conscience du passé.

    Dans notre monde où violence, injustice et racisme n’ont pas disparu, mais changé de visage, certains reviennent sans cesse sur le passé, jugeant hors contexte et sans avoir tous les éléments en main. Nous péchons souvent par anachronisme, utilisant pour le passé des grilles de lecture dont nos ancêtres ne disposaient pas. Nos verdicts sont prononcés du haut du tribunal du présent, comme si celui-ci était pur.

    Le véritable historien n’est pas un chercheur de crimes imprescriptibles, mais un veilleur qui tente de comprendre le passé pour que nous progressions vers un avenir meilleur pour tous. Il est stérile, pour le moins, de patauger sans cesse dans la culpabilité ou l’accusation. En rester aux pages noires du passé, c’est lui donner le droit de gangrener l’aujourd’hui.

    La Tyrannie de la pénitence, Pascal Bruckner | Livre de Poche

    Notre Vieux Continent me semble devenu masochiste, selon le mot de Pascal Bruckner (Pascal Bruckner, La Tyrannie de la pénitence. Essai sur le masochisme occidental, Grasset 2006), ou revanchard - mais contre qui ? Nous ressassons sans cesse les bavures de notre histoire et cultivons un complexe de culpabilité. Certes, nous avons colonisé le monde à notre profit, nous avons cautionné l’esclavage, poursuivi les sorcières, nous sommes partis en croisade… Il n’y a pas de quoi être fier. Il y a des faits inexcusables. Il faut pouvoir faire la vérité, ce qui suppose un long et lent travail, sans cesse à reprendre. Il faut savoir demander pardon. On ne peut ici que se réjouir des propos du roi Philippe au sujet du Congo. Il faut ensuite pouvoir oublier, abandonnant toute gloriole ou toute mémoire morbide.

    L’oubli

    "L’oubli est une puissance de recommencement pour les générations qui arrivent", estime Pascal Bruckner. Oubli n’est donc pas ici synonyme d’amnésie, mais de volonté d’aller de l’avant. Puis-je encore accuser les Romains d’aujourd’hui d’avoir vu naître un César qui a conquis les Gaules, conquête qui nous a quand même permis de sortir de notre barbarie et de profiter de la culture gréco-romaine ? Victimes comme coupables - et leurs regards ne sont pas identiques - doivent pouvoir tourner la page et entamer un nouveau chapitre. Du pire peut jaillir du meilleur.

    L’histoire nous aide à ne pas retomber dans les mêmes travers, non pas à régler nos comptes. Elle nous permet aussi de reconnaître que nous sommes des bénéficiaires, que nous n’avons pas tout inventé, qu’il nous faudra à notre tour transmettre le meilleur en nous délestant au plus vite du déplorable. Ni idolâtrer le passé ni le charger de nous culpabiliser indéfiniment ou d’accuser aveuglément. Moralisons le présent plutôt que de jouer aux directeurs de conscience du passé.

    Assumons notre histoire

    L’Église est singulièrement victime de cette mise en boucle du passé. On demande sans cesse aux chrétiens de porter le poids des siècles précédents. Or nous sommes tous les héritiers du meilleur et du pire de cette Europe qui se disait chrétienne, où Église et nations étaient intimement imbriquées. Pourquoi donc seule l’institution ecclésiale serait-elle coupable comme si elle portait seule le poids de notre passif ? Nous revenons toujours sur le pire, sans nuance ni contextualisation, condamnant sans appel.

    On associe souvent le devoir de mémoire aux moments sombres. N’y a-t-il pas aussi des épisodes glorieux ? Il n’y a pas que les Borgia, les Staline et Hitler. Il y a aussi des saints, des Léonard de Vinci, des Pic de la Mirandole et des Newton. Dans le champ de l’histoire se mêlent depuis toujours l’ivraie et le bon grain. À sans cesse ressasser les forfaits du passé, nous sommes aveugles à propos de ceux du présent et, surtout, nous négligeons les défis à relever pour inventer un avenir digne de l’homme. Or ils sont nombreux. Ne pas nier, ne pas récrire notre histoire en la falsifiant, mais l’assumer avec ses grandeurs et ses petitesses, ses héroïsmes et ses crimes, et puis oser aller de l’avant, puisant dans les ressources du passé, sans en faire l’âge d’or, ce qui peut encore nourrir le présent et l’avenir.

  • Une chapelle en vente pour 72.000 euros à Gouy-lez-Piéton

    IMPRIMER

    D'Apolline Putman sur SudInfo.be :

    Une «magnifique chapelle de 1942» à vendre à Gouy-lez-Piéton pour 72.000 euros

    La chapelle a été désacralisée.
    La chapelle a été désacralisée. - Foucart Kim

    Parmi les maisons, appartements et garages à vendre, un bien retient l’attention : une chapelle. « Magnifique ancienne chapelle de 1942. Faire offre sur base de 72.000 euros », peut-on lire sur Immoweb. La chapelle, dite Sainte Thérèse ou de la Fléchère, a une superficie d’environ 95 m² et possède un terrain de 9 ares.

    C’est un lieu chargé d’histoire.

    La première visite avait lieu ce jeudi. Pour les futurs acheteurs, les possibilités sont multiples selon l’échevin : maisons, salle polyvalente, commerce… « Mais ce qu’on ne peut pas faire, c’est la raser », précise le notaire en charge, Mr Bosmans de Chapelle.

  • La liberté s'effrite : 62% des Américains ont peur d'exprimer leur opinion politique

    IMPRIMER

    De Katharina Gabriels sur KatholiekForum.net :

    La liberté s'effrite : 62% des Américains ont peur d'exprimer leur opinion politique

    4 AOÛT 2020

    Dans le monde dit "libre", la liberté d'expression semble être un droit acquis. Pourtant, selon des recherches récentes, les seuils pour mettre ce droit en pratique sont de plus en plus élevés. Une étude menée par le Cato Institute en juillet a révélé que 62% des Américains craignent d'exprimer leurs opinions politiques en public. Les conservateurs (77%) en particulier se sentent obligés de s'engager dans l'autocensure, contre 64% des centristes et 52% des libéraux de gauche. Il est frappant de constater que les conservateurs, en particulier, se sentent menacés. La répartition ethnique est également remarquable. Les plus désireux d'exprimer leurs opinions sont les citoyens d'origine latino-américaine (65 %), suivis des Américains blancs (64 %) et des Afro-Américains (49 %). Il est remarquable que les personnes à la peau foncée se sentent toujours aussi libres dans une société qui a été décrite comme structurellement raciste par des organisations telles que Black Lives Matter. Enfin, les hommes (65%) par rapport aux femmes (59%), les plus de 65 ans (66%) par rapport aux jeunes de moins de 35 ans (55%) et les croyants (71%) par rapport aux non-croyants (56%). Cela montre une fois de plus comment certaines tendances, principalement laïques et progressistes, sont devenues dominantes dans la société américaine, au détriment des opinions religieuses-conservatrices.

    Licenciement pour "mauvaise" opinion ?

    Mais cela va encore plus loin : une grande partie des Américains pensent qu'il est normal que des personnes perdent leur emploi à cause d'une "mauvaise" opinion politique. Environ un quart des conservateurs interrogés ont trouvé acceptable de licencier un cadre d'une entreprise pour des dons de campagne au candidat démocrate à la présidence Joe Biden, tandis que 31% des partisans de gauche mettraient à la porte un admirateur du président Donald Trump. Parmi les extrémistes-progressistes, cet avis s'appliquait même à 50% des personnes interrogées. Les jeunes entre 18 et 30 ans (44 %) sont plus souvent favorables aux licenciements pour raisons politiques que les personnes de plus de 55 ans (22 %). Il est donc logique que 32 % des personnes interrogées craignent pour leur propre emploi ou leur propre promotion, si leur opinion politique venait à être connue.

    Aussi chez nous ?

    Dans notre pays aussi, la liberté d'expression est de plus en plus menacée. Le politiquement correct et la punissabilité de certaines opinions ont fait qu'un certain nombre de thèmes sont devenus tabous. Les opinions dures et non tempérées sont rejetées par une élite hautement éduquée en faveur de déclarations plus "déguisées", qui devraient donner une impression "nuancée". En outre, de nombreuses entreprises internationales considèrent qu'il leur incombe de rééduquer leurs employés ou leurs clients en organisant des formations ou des activités de marketing autour, entre autres, de la "diversité", de l'idéologie du genre ou du climat. Ils deviennent ainsi en quelque sorte les missionnaires de la nouvelle idée séculaire de l'unité. Les médias en général ont aussi souvent un ton moralisateur, pour ne pas dire propagandiste. L'accent n'est plus mis sur l'indépendance journalistique, mais sur le vote et le musellement des opinions indésirables par le biais de l'encadrement délibéré de personnalités politiquement incorrectes. Les gens décident donc pour nous comment nous devons penser et ressentir, ou qui nous devons trouver sympathique ou antipathique. Cela a abouti à l'actuelle politique Covid 19, dans laquelle les médias ne nous informent plus, mais nous font nous conformer aux opinions toujours changeantes des "experts" et craignent la communication sur la base de chiffres non fondés. Dans ce contexte, il est hallucinant de voir comment la population du monde libre a été réduite en quelques mois à un troupeau consentant qui, pour une maladie dont le taux de mortalité global est inférieur à 1%, se permet d'être amené à l'abattoir socio-économique sans aucune protestation significative. Cette dynamique est pour le moins inquiétante et montre une fois de plus à quel point nous sommes vulnérables aux manipulations de masse. Pourquoi y a-t-il si peu de protestations ? Est-ce lié à la peur de la punition sociale et de l'autocensure qui en résulte ? Il est important d'étudier et d'aborder cette question.

  • Un 15 août exceptionnel à Paris

    IMPRIMER

    Programme du passage du M de Marie à Paris du 10 au 20 août

    UN 15 AOÛT EXCEPTIONNEL À PARIS CETTE ANNÉE

    source

    Au cours de l’histoire, les Français ont toujours eu l'habitude de recourir aux processions et aux prières en situation de crise ou de pandémie comme celles que nous vivons aujourd'hui. Et chaque 15 août, jour de fête nationale autrefois, de grandes processions s'élançaient, spécialement depuis la cathédrale de Paris, en mémoire du vœu de Louis XIII qui consacra la France à Marie. 
    Cependant, depuis son incendie l’année dernière, la cathédrale Notre-Dame est toujours inaccessible ...
    N’y aura-t-il donc rien cette année ?
    Certainement pas !

    Il faut croire que ces traditions ne se sont pas perdues, car une procession d’une ampleur inédite a été lancée le 1er juin dernier, 40 ans jour pour jour après l’appel du pape Jean-Paul II à notre pays : « France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? Es-tu fidèle à l'Alliance avec la Sagesse éternelle ? ».
    Et cette étonnante initiative rencontre actuellement un grand succès populaire, qui promet de grandir encore la semaine prochaine, lors du passage d’une des calèches à Paris.

    Le grand « M » de Marie traverse l’Île de France du 10 au 20 août prochain Deux calèches, tirées par des chevaux et portant une grande statue de Notre-Dame de France, sont donc parties le 1er juin de Lourdes et de La Salette pour rejoindre Pellevoisin le 12 septembre prochain, en passant mi-août par Pontmain et Paris. Elles tracent ainsi le « M » que la Vierge Marie a imprimé sur notre pays lors de ses cinq grandes apparitions du XIXe siècle. Au total, 104 jours de pèlerinage, sur plus de 2 000 km, avec des étapes de 10 à 15 km au pas du cheval, des accueils festifs et des veillées dans les églises.

    L’Archevêché de Paris en fait l’événement d’un 15 août exceptionnel avec la consécration de la ville de Paris aux Cœurs unis de Jésus et de Marie & une grande prière pour la France au Sacré-Cœur de Montmartre.

    Ce sera le sommet d'un parcours en région parisienne qui permet un programme original et extraordinaire du 10 au 20 août :

    – Le 10 août autour de Notre-Dame des Miracles, à Saint-Maur-des-Fossés (94),
    – Le 11 août à l'église Saint-Louis de Vincennes (94),
    – Le 12 août en la Basilique Notre-Dame du Perpétuel Secours (11e), où la Vierge sera accueillie en présence des Chaldéens, des Coptes et d’autres rites orientaux,
    – Le 13 août, à la Chapelle de la Médaille Miraculeuse, 140 Rue du Bac (7e), avant une nuit de prière à la Chapelle Saint-Vincent de Paul des Lazaristes (7e).

    Les 14 et 15 août, l’Archevêque de Paris s'impliquera activement dans l'accueil de Notre-Dame de France :

    – Le 14 août, une grande procession partira avec lui de la Chapelle de la Rue du Bac à 17h, pour rejoindre le parvis de Notre-Dame de Paris où sera prié un chapelet médité. Durant toute la nuit du 14 au 15 août ensuite, une prière continue aura lieu en la Basilique Notre-Dame des Victoires : « la Nuit des 1000 Ave » durant laquelle 1000 roses seront portées au pied de Notre-Dame.
    – Le 15 août, la procession rejoindra la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, sous une haie d’honneur de 70 bannières de saints. Après la messe de 11h qui sera ouverte largement et à tous grâce à des écrans et une sonorisation couvrant la colline de Montmartre, Mgr Michel Aupetit prononcera un acte solennel de consécration de la ville de Paris aux Cœurs unis de Jésus et de Marie, accompagné d'une grande prière pour la France, avant une nouvelle procession dans les rues de la Butte Montmartre à partir de 14h et une nouvelle grande nuit de prière au Sacré-Cœur.

    Dans les jours suivants :

    – Le 16 août, la Vierge pèlerine ira à La Défense, en l'église Notre-Dame de Pentecôte,
    – Le 17 août, à Notre-Dame de Boulogne et à Sainte-Jeanne de Chantal,
    – Le 18 août, à Notre-Dame de Versailles,
    – Le 19 août, à Notre-Dame des Armées, toujours à Versailles,
    – Et le 20 août, Notre-Dame de France sera accueillie à Longpont-sur-Orge (91) en la Basilique Notre-Dame de Bonne Garde, pour clore cette grande séquence en région parisienne.

    Ce 15 août s'annonce donc vraiment exceptionnel pour Paris et pour la France : à ne manquer sous aucun prétexte !

  • Pourquoi il faut tenir tête à l'impérialisme d'Erdogan

    IMPRIMER

    De Charles De Meyer et Benjamin Blanchard sur le Figaro Vox :

    «Les pays occidentaux doivent tenir tête à l’impérialisme d’Erdogan»

    FIGAROVOX/TRIBUNE - La décision du président turc de transformer l’ancienne basilique Sainte-Sophie en mosquée confirme sa fuite en avant et son agressivité envers les pays occidentaux. Ceux-ci doivent en tirer, enfin, les conséquences et s’opposer à Erdogan sans faiblesse, argumentent Charles de Meyer et Benjamin Blanchard, dirigeants de SOS Chrétiens d’Orient.

    10 août 2020

    Charles de Meyer et Benjamin Blanchard sont respectivement président et directeur général de SOS Chrétiens d’Orient.


    La réislamisation de la basilique Sainte-Sophie, en Turquie, a une portée politique, symbolique et religieuse. Par ce geste, le président turc Recep Tayyip Erdoğan jette une nouvelle provocation à la tête de l’Europe, qu’il ne cesse d’insulter et de menacer. Il détruit un puissant symbole de la Turquie prétendument laïque et nationaliste de Mustafa Kemal dit Atatürk. Celui-ci, en 1934, avait fait de l’ancienne basilique devenue mosquée depuis la prise de Constantinople par les Ottomans en 1453, un musée ouvert à tous et illustrant un pan du patrimoine mondial de l’humanité. Atatürk était proche du mouvement Jeune Turc, qui conçut et mis en œuvre le génocide des chrétiens de Turquie en les décrivant comme des ennemis de l’intérieur à partir de 1915. Lui-même comprit toutefois que cette basilique byzantine ne pouvait pas être transformée en mosquée sans souligner une volonté d’effacement de toute présence chrétienne en Turquie.

    La Turquie reprend ses rêves millénaires en attentant régulièrement à la souveraineté des îles grecques voisines de son territoire.

    En brisant cet héritage, Erdogan entretient le mythe - très puissant, dans son pays - d’un réveil de l’Empire ottoman, étendant la religion musulmane jusque dans les moindres recoins de son territoire. À l’extérieur, il fait également le choix de se poser en adversaire de l’Europe assimilée à une chrétienté prétendument «islamophobe».

    Longtemps, l’Europe a fait les yeux doux à une Turquie vue comme un partenaire fiable, voire comme un potentiel membre de l’Union européenne, bien qu’elle occupât la moitié de Chypre, État membre des Nations Unies, de l’Union européenne et de l’OTAN. Pire, la Turquie reprend ses rêves millénaires en attentant régulièrement à la souveraineté des îles grecques voisines de son territoire.

    Durant des décennies, Bruxelles a déversé des centaines de millions d’euros pour faire passer «les bonnes pratiques démocratiques», sensibiliser Ankara à la question des droits de l’homme ou faire avancer la cause des femmes. Bruxelles se reposait également sur la Turquie pour garder les frontières de l’Europe.

    C’était l’époque où les décideurs turcs se lançaient dans «l’islam de marché». Sans rien renier, sur le fond, de leur idéologie inspirée du mouvement des Frères musulmans, ils revêtaient des atours occidentaux pour faire des affaires et de la diplomatie en Europe. C’était la charia en costume cravate, qui réjouissait des technocrates heureux d’imaginer que les fonds européens n’étaient pas dépensés en pure perte.

    Lire la suite

  • Sainte Claire d'Assise (11 août)

    IMPRIMER

    santa_chiara_largeur.jpgLors de l'audience générale du mercredi 15 septembre 2010, Benoît XVI consacrait sa catéchèse à sainte Claire :

    L’une des saintes les plus aimées est sans aucun doute sainte Claire d’Assise, qui vécut au XIIIesiècle, et qui fut contemporaine de saint François. Son témoignage nous montre combien l’Eglise tout entière possède une dette envers des femmes courageuses et riches de foi comme elle, capables d’apporter une impulsion décisive au renouveau de l’Eglise.

    Qui était donc Claire d’Assise? Pour répondre à cette question, nous possédons des sources sûres: non seulement les anciennes biographies, comme celles de Thomas de Celano, mais également lesActes du procès de canonisation promu par le Pape quelques mois seulement après la mort de Claire et qui contiennent les témoignages de ceux qui vécurent à ses côtés pendant longtemps.

    Née en 1193, Claire appartenait à une riche famille aristocratique. Elle renonça à la noblesse et à la richesse pour vivre dans l’humilité et la pauvreté, adoptant la forme de vie que François d’Assise proposait. Même si ses parents, comme cela arrivait alors, projetaient pour elle un mariage avec un personnage important, à 18 ans, Claire, à travers un geste audacieux inspiré par le profond désir de suivre le Christ et par son admiration pour François, quitta la maison paternelle et, en compagnie de son amie, Bona de Guelfuccio, rejoignit en secret les frères mineurs dans la petite église de la Portioncule. C’était le soir du dimanche des Rameaux de l’an 1211. Dans l’émotion générale, fut accompli un geste hautement symbolique: tandis que ses compagnons tenaient entre les mains des flambeaux allumés, François lui coupa les cheveux et Claire se vêtit d’un habit de pénitence en toile rêche. A partir de ce moment, elle devint l’épouse vierge du Christ, humble et pauvre, et se consacra entièrement à Lui. Comme Claire et ses compagnes, d’innombrables femmes au cours de l’histoire ont été fascinées par l’amour pour le Christ qui, dans la beauté de sa Personne divine, remplit leur cœur. Et l’Eglise tout entière, au moyen de la mystique vocation nuptiale des vierges consacrées, apparaît ce qu’elle sera pour toujours: l’Epouse belle et pure du Christ.

    Lire la suite

  • La vie de Claire (11/08) : une Eucharistie

    IMPRIMER

    Santa_Chiara.jpgLa lumineuse figure de sainte Claire d'Assise a été évoquée par le Saint-Père dans une Lettre, en date du 11 août 1993, adressée aux Clarisses à l'occasion du VIII° centenaire de la naissance de la sainte fondatrice. Voici une traduction du texte du message de Jean-Paul II (source) :

    Très chères religieuses de clôture !

    1. Il y a huit cents ans naissait Claire d'Assise du noble Favarone d'Offreduccio.

    Cette " femme nouvelle ", comme l'ont écrit d'elle dans une Lettre récente les Ministres généraux des familles franciscaines, vécut comme une " petite plante " à l'ombre de saint François qui la conduisit au sommet de la perfection chrétienne. La commémoration d'une telle créature véritablement évangélique veut surtout être une invitation à la redécouverte de la contemplation, de cet itinéraire spirituel dont seuls les mystiques ont une profonde expérience. Lire son ancienne biographie et ses écrits - la Forme de vie, le Testament et les quatre Lettres qui nous sont restées des nombreuses qu'elle a adressées à sainte Agnès de Prague - signifie s'immerger à tel point dans le mystère de Dieu Un et Trine et du Christ, Verbe incarné, que l'on en reste comme ébloui. Ses écrits sont tellement marqués par l'amour suscité en elle par le regard ardent et prolongé posé sur le Christ Seigneur, qu'il n'est pas facile de redire ce que seul un coeur de femme a pu expérimenter.

    Lire la suite

  • Dieu : la plus illustre victime du Covid ?

    IMPRIMER

    D'Antonio Socci (Libero); traduction de "Benoît et moi" :

    Le gouvernement et le monde clérical effacent Dieu (y compris dans dans les documents du Vatican, sous le prétexte du Covid

    Dieu est mort

    Il y a une victime illustre du Covid, la plus illustre, et pourtant elle est passée inaperçue : Dieu. Il n’a pas pu être « mis dehors » par le Covid, mais il a été effacé par des hommes à cause (ou sous le prétexte) du Covid. Il ne s’agit pas seulement de ce qui s’est passé pendant les mois du lockdown – une sorte de black-out de l’Église – qui a été retentissant et n’a pas de précédent dans deux mille ans d’histoire.

    L’effacement de Dieu a été encore plus radical. Ces jours-ci, on a beaucoup parlé de l' »Académie pontificale pour la vie », au sommet de laquelle le Pape Bergoglio a voulu Mgr Vincenzo Paglia, de la Communauté de Sant’Egidio.

    L’Académie vient de publier un document au titre ronflant, « L’Humana communitas à l’ère de la pandémie : réflexions inattendues sur la renaissance de la vie ». Un texte de 29 128 caractères où les mots Dieu, Jésus-Christ, foi et religion ne sont jamais (vraiment jamais) trouvés. Il y a cinq fois le mot « santé », mais il n’y a jamais le mot « salut ».

    Comme l’a souligné Stefano Fontana, « il ne dit rien de catholique, c’est-à-dire d’inspiré par la Révélation de Notre Seigneur. Tout au long du document, il n’y a jamais de référence explicite ou implicite à Dieu ».

    Dieu éliminé de cette réflexion cléricale sur le Covid, il est cependant impossible de l’éliminer de la vie des hommes, car il laisse un vide infini. Alors le risque est qu’il soit remplacé par la Nature (écrite strictement avec un N majuscule comme il convient à la divinité). C’est un peu la nouvelle religion écologique qui a Greta Thunberg comme prophétesse.

    C’est ce que suggère un récent discours de deux cardinaux très importants de ce pontificat, Walter Kasper et Francesco Coccopalmerio.

    Lire la suite

  • Prêtres catholiques persécutés : le Parti Communiste Chinois enquête sur les fuites

    IMPRIMER

    De An Xin sur Bitter Winter :

    Prêtres catholiques persécutés : le PCC enquête sur les fuites

    10/08/2020

    En vue du renouvellement de l'accord avec le Saint-Siège, le régime cherche à empêcher les fuites d'informations sur la répression des objecteurs de conscienc

    Les religieux clandestins espèrent que le pape écoutera leurs appels

    I religiosi clandestini sperano che il Papa ne ascolti le suppliche
    L'espoir religieux clandestin que le pape écoutera leurs supplications (image composite)

    Le 28 avril, Bitter Winter a rapporté que le père Huang, un prêtre du diocèse de Mindong dans la province de Fujian, a été torturé parce qu'il n'appartenait pas à l'Association catholique patriotique chinoise (APCC). Le fait que ces informations soient arrivées à l'étranger a semé la panique parmi les autorités chinoises puisque, en septembre, les conditions de renouvellement de l'accord entre le Saint-Siège et la Chine de 2018 vont expirer. L'archevêque Claudio Maria Celli est le principal négociateur et estime que l'accord devrait être renouvelé pour un ou deux ans.

    Une source bien informée dans le diocèse de Mindong a déclaré à Bitter Winter que des agents de la sécurité publique ont rendu visite au Père Huang pour découvrir comment les détails des tortures qu'il avait subies avaient été divulgués. Selon la police, la nouvelle publiée par Bitter Winter "a sapé l'unité de l'Église catholique chinoise" et est le résultat de "l'infiltration de forces étrangères".

    La nouvelle des tortures subies par le prêtre a attiré l'attention de la communauté internationale, si bien que, selon une source gouvernementale, le ministère de la sécurité publique a ordonné que l'informateur soit identifié à tout prix. La police a également ordonné à Fr Huang de signer une déclaration niant qu'il avait été soumis pendant quatre jours à la privation de sommeil, la torture dite de "l'usure d'un aigle", afin de le forcer à rejoindre l'APCC.

    Un prêtre catholique, qui a demandé à rester anonyme, a commenté : "L'accord de 2018 entre le Saint-Siège et la Chine expirera bientôt et le PCC craint que, lors des négociations pour son renouvellement, le pape ne demande des explications sur ce qui est arrivé au prêtre. C'est pourquoi Don Huang a été forcé de rédiger une déclaration dans laquelle il nie avoir été torturé. Le régime veut avoir une monnaie d'échange à utiliser pendant les négociations".

    Le prêtre a ajouté : "Nous espérons que le Pape reconsidérera le renouvellement de l'accord. L'accord provisoire a-t-il profité ou nui aux églises en Chine ? Avons-nous plus de place pour nous développer ou avons-nous perdu notre liberté ? Nous espérons que le Pape voit clairement l'essence du PCC et son attitude envers le catholicisme. Le régime tente de s'emparer de tout ce qui concerne le catholicisme en transformant les religieux clandestins et en contrôlant les églises sans interférence du Vatican, son but ultime est l'élimination du catholicisme".

    Le gouvernement continue à surveiller Don Huang de près et toute personne qui le contacte peut être considérée comme un informateur et faire l'objet d'une enquête. Pour empêcher le partage d'informations, les téléphones portables des religieux et des fidèles qui sont au courant des tortures infligées au prêtre sont également surveillés.

    Selon une source, un prêtre clandestin d'une autre province a téléphoné à une femme fidèle de Mindong pour s'informer des tortures subies par le père Huang. Cependant, le téléphone de la femme a été surveillé et les autorités l'ont avertie de ne pas révéler les détails de ce qui s'était passé.

    Malgré la surveillance, certains religieux clandestins voudraient révéler des détails sur l'intimidation des prêtres catholiques. L'un de ces prêtres a déclaré à Bitter Winter : "Les faits concernant la persécution doivent être connus à l'étranger parce qu'une plus grande supervision communautaire [internationale] est nécessaire. Depuis que la torture de Don Huang a été signalée, le régime a cessé d'utiliser cette méthode pour forcer d'autres prêtres à rejoindre l'APCC, du moins pour le moment".

    Ce qui n'empêcherait pas le Vatican d'envisager le renouvellement des accords secrets signés avec la Chine : Vatican bishop says Holy See’s secret deal with Chinese Communist Party will be renewed

  • Le procès politique que le parlement belge a choisi d’instruire contre l’œuvre coloniale de son propre pays intéresse-t-il les Congolais du Congo ?

    IMPRIMER

    colette-braeckman-journaliste-belge-specialiste-de-la_4123496.jpgLa curieuse commission créée à cette fin est mal partie, avant même d’avoir commencé ses travaux : une note publiée à ce propos par Colette Braekman, chroniqueuse au long cours de la décolonisation du Congo pour le journal « Le Soir » appelle, en quelque sorte, le lecteur à conclure :  les "belgicains" (*) d’aujourd’hui restent aussi éloignés de la psychologie bantoue qu’aux jours de la « table ronde » génératrice du pari congolais de 1960, dont les conséquences dramatiques sont, à notre avis, sans commune mesure avec les abus, largement mythiques ou indémontrables, reprochés à Léopold II…

    « Faute de temps et de moyens, les 80 millions de Congolais vivant au  Congo ne seront pas représentés au sein du groupe d’experts chargés de préparer la commission d’enquête parlementaire sur la colonisation du Congo, du Rwanda et du Burundi, qui devrait entamer ses travaux dès la rentrée d’octobre prochain.

    Les experts retenus à Bruxelles ont été choisis dans le milieu scientifique mais aussi au sein de la diaspora et l’ampleur des travaux à réaliser dans un délai très bref a provoqué plusieurs désistements. Des équilibres à trouver entre les différents partis, du Vlaams Belang et de la NVA jusqu’à Défi ont également suscité des débats très vifs, qui ont du donner la migraine aux négociateurs du groupe Ecolo Groen, qui présideront la commission aux côtés du CDNv et du PS.

    Afin de nourrir le débat avec des voix venues du terrain, nous avons interrogé quelques Congolais de différentes régions et origines afin de mesurer leurs attentes concernant les travaux de cette commission. Cette dernière est accueillie avec sympathie mais suscite aussi beaucoup d’attentes liées non pas au passé mais à un quotidien très précaire.

    QUE SIGNIFIE POUR VOUS LE PERSONNAGE DE LEOPOLD II ?

    Leopold II Ngaliema DSC09198.jpg→Myrna, Kinoise de trente ans, mariée à un Belge (depuis Kinshasa)

    Pour moi, le temps colonial, c’est loin, je n’ai pas le temps de regarder en arrière : le règne de Mobutu a fait 32 ans, celui de Kabila 18…C’est bien d’examiner le passé, mais n’oubliez pas les jeunes générations. Même mon mari belge ne connaît rien de tout cela…

    →Marcellin Cishambo, ancien conseiller diplomatique de l’ex président Kabila (depuis Kinshasa)

    Je me méfie d’un retour sur la conférence de Berlin… Il faut se rappeler que c’est en 1885 que le roi Léopold II a fait accepter les frontières de l’Etat indépendant du Congo, en obtenant le soutien du chancelier allemand Bismarck face à l’Angleterre. Je crois que certaines puissances n’ont toujours pas accepté le partage de l’Afrique à Berlin et qu’à la fin de l’ère Mobutu, dans les années 96-97 comme lors de la conférence de Sun City, au début des années 2000, après l’assassinat de Laurent désiré Kabila, il a été à nouveau question d’un démembrement du Congo. A cette époque, après que l’Erythrée se soit séparée de l’Ethiopie, on négociait l’indépendance du Sud Soudan. Croyez vous vraiment que ce danger de « balkanisation » du Congo soit définitivement écarté ? A ce même moment, en plus de l’offensive diplomatique, est paru l’ouvrage d’Adam Hochkild « les fantômes du roi Léopold ». Il rappelait les atrocités commises durant l’Etat indépendant du Congo, mais affaiblissait aussi la légitimité de ce Congo héritier de Léopold II. Est-ce un hasard si aujourd’hui, alors que toutes les frontières de l’Est du pays sont attaquées depuis les pays voisins, un autre évènement se prépare, le film à sensation de l’acteur américain Ben Affleck ?

    Lire la suite

  • Il faut que les catholiques le soient de plus en plus !

    IMPRIMER

    Des propos de Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon sur Boulevard Voltaire (extraits) :

    (...) Il faut que les catholiques le soient de plus en plus ! Au moment où il y a des ruptures anthropologiques majeures, ils doivent pouvoir trouver dans la foi, dans le mystère de l’incarnation où Dieu s’est fait homme et des ressources spirituelles profondes pour asseoir leur conviction. Il semble qu’aujourd’hui, on nous oblige, nous chrétiens, face à ces dangers et à ces périls qui menacent l’humanité tout entière, de réaffirmer ces convictions.

    Devenant un groupe minoritaire, les chrétiens doivent beaucoup mieux s’organiser pour trouver des moyens de faire entendre à la société tout entière une voix qui défende l’homme à l’égard de toutes ces dérives. Il y a là un grand défi pour nous. Il me semble qu’il faut aussi être connectés, en relation profonde et en collaboration dans d’autres pays européens.

    Dans le monde entier, des courants essaient, là où les législations deviennent de plus en plus libérales au mauvais sens du terme – puisque c’est une liberté qui offense l’homme et qui met en cause la dignité de la personne humaine depuis sa conception jusqu’à sa fin naturelle -, de développer davantage des actions réseau et de faire entendre plus fortement et clairement la voix de conscience auprès des autorités civiles.

    On voit une grande partie des élites et des décideurs qui sont à la remorque de la bien-pensance des courants qui sont portés par un certain nombre de réseaux. Je crois qu’il y a une action de manifester, auprès des autorités civiles et politique, la voix pas simplement de l’Église, mais la voix de l’humanité.

    On a l’impression que les catholiques qui veulent défendre la doctrine sociale de l’Église avec la dignité humaine subissent une sorte de mort sociale. Comment passer outre ?

    L’Histoire en témoigne depuis les origines du christianisme, le chrétien n’hésite pas à donner sa vie pour décider. Des idées méritent que l’on donne de son temps et de sa vie. Il faut avoir le courage de ses opinions. Il y a des enjeux qui sont tout à fait fondamentaux pour l’avenir de l’humanité. Je pense qu’on a besoin, aujourd’hui, d’une parole forte. Plus on est minoritaire, plus on doit s’exprimer avec détermination sans violences et sans agressions, mais d’une manière déterminée. Notre défi est la formation d’une nouvelle élite politique. Cela commence par les nouvelles générations.

    Aujourd’hui, on voit une crise du monde politique et de la pensée politique. Les grandes utopies ont fini dans la cendre et dans le sang. On est dans une politique sans vision et sans perspective. En tant que chrétien, il y a un prophétisme à développer.

  • Saint Laurent (10 août) et les trésors de l'Eglise

    IMPRIMER

    LorenzoDetail.jpg

    (Source) Saint Laurent fut l'un des plus illustres martyrs de l'Église. Ses vertus, son mérite, lui gagnèrent l'affection du Pape Sixte II, qui le choisit comme son premier diacre. L'an 258, le Pape fut arrêté et condamné à mort. Comme on le conduisait au supplice, Laurent, son diacre, le suivait en pleurant : « Où allez-vous, mon père, disait-il, sans votre fils ? Où allez-vous, saint Pontife, sans votre diacre ? Jamais vous n'offriez le sacrifice sans que je vous servisse à l'autel. En quoi ai-je eu le malheur de vous déplaire ? ». Le saint Pape, ému, lui dit : « Je ne vous abandonne point, mon fils; une épreuve plus pénible et une victoire plus glorieuse vous sont réservées; vous me suivrez dans trois jours ». Puis il lui ordonna de distribuer aux pauvres tous les trésors de l'Église, pour les soustraire aux persécuteurs : mission que Laurent accomplit avec joie.

    Le préfet de Rome, à cette nouvelle, fit venir Laurent et lui demanda où étaient tous les trésors dont il avait la garde, car l'empereur en avait besoin pour l'entretien de ses troupes : « J'avoue, lui répondit le diacre, que notre Église est riche et que l'empereur n'a point de trésors aussi précieux qu'elle; je vous en ferai voir une bonne partie, donnez-moi seulement un peu de temps pour tout disposer ». Le préfet (Dacien ou Déce) accorda trois jours de délai. Pendant ce temps, Laurent parcourut toute la ville pour chercher les pauvres nourris aux dépens de l'Église; le troisième jour, il les réunit et les montra au préfet, en lui disant : « Voilà les trésors que je vous ai promis. J'y ajoute les perles et les pierres précieuses, ces vierges et ces veuves consacrées à Dieu; l'Église n'a point d'autres richesses. – Comment oses-tu me jouer, malheureux ? dit le préfet; est-ce ainsi que tu outrages en moi le pouvoir impérial ? ». Puis il le fit déchirer à coups de fouets.

    Laurent, après ce supplice, fut conduit en prison, où il guérit un aveugle et convertit l'officier de ses gardes, nommé Hippolyte. Rappelé au tribunal, il fut étendu sur un chevalet et torturé cruellement; c'est alors qu'un soldat de la garde, nommé Romain, vit un Ange essuyer le sang et la sueur du martyr : « Vos tourments, dit Laurent au juge, sont pour moi une source de délices ». Laurent fut ensuite rôti à petit feu sur un gril de fer, et quand il eut un côté tout brûlé : « Je suis assez rôti de ce côté, dit-il au juge en souriant; faites-moi rôtir de l'autre ». Bientôt, les yeux au Ciel, il rendit l'âme.

    Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église (EAQ)

    Sermon 302, pour la fête de saint Laurent 

    « L'homme qui donne aux pauvres à pleines mains demeure juste pour toujours » (Ps 111,9)

          Saint Laurent était diacre à Rome. Les persécuteurs de l'Église lui demandaient de livrer les trésors de l'Église ; c'est pour obtenir un vrai trésor dans le ciel qu'il a souffert des tourments dont on ne peut entendre le récit sans horreur : il a été étendu sur un gril sur un feu... Cependant, il a triomphé de toutes les douleurs physiques par la force extraordinaire qu'il puisait dans sa charité et dans le secours de Celui qui le rendait inébranlable : « C'est Dieu qui nous a faits, il nous a créés en Jésus Christ, pour que nos actes soient vraiment bons, conformes à la voie que Dieu a tracée pour nous et que nous devons suivre » (Ep 2,10). 

          Voici ce qui a provoqué la colère des persécuteurs... Laurent a dit : « Faites venir avec moi des chariots sur lesquels je puisse vous apporter les trésors de l'Église. » On lui a donné des chariots ; il les a chargés de pauvres et les a fait revenir, en disant : « Voici les trésors de l'Église. » 

          Rien n'est plus vrai, mes frères ; dans les besoins des pauvres se trouvent les grandes richesses des chrétiens, si nous comprenons bien comment faire fructifier ce que nous possédons. Les pauvres sont toujours devant nous ; si nous leur confions nos trésors, nous ne les perdrons pas.

    Voir également l'homélie de frère Elie (homelies.fr) (Archive 2010)

    Lire la suite