Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Le Chili a rejeté un projet de Constitution anti-chrétien

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le Chili a rejeté une Constitution anti-chrétienne

    06-09-2022

    La population chilienne a rejeté à une large majorité la nouvelle Constitution proposée par le président Boric. Malgré une grande couverture médiatique et une ingérence considérable de l'étranger (notamment des Nations unies et des États-Unis), le rejet a gagné le référendum constitutionnel. Le texte de la nouvelle constitution incluait l'avortement, les droits des LGBT et l'écologisme. 

    Un résultat marquant, au mépris des sirènes libérales et gauchistes qui, du monde entier, avaient d'abord encensé le jeune militant des barricades Gabriel Boric en mars dernier porté à la présidence du Chili (dirigeant le vandalisme et les pillages dans le pays de 2019 à 2021), puis qui avaient vanté la " réforme constitutionnelle la plus progressiste " au monde (The Guardian). L'option du bon sens et la voix du peuple chrétien, contre la proposition présentée par la Convention constitutionnelle, se sont exprimées avec force dans les urnes : en faveur du texte, environ 4,8 millions de personnes (38, 14%), contre environ 7,9 millions (61,86).

    Le vote " plébiscitaire " a été clair, le texte, qui comprenait le droit à l'avortement libre et gratuit, l'enseignement dans les écoles de tous niveaux des doctrines abortives, contraceptives et LGBTI, des limites à la liberté d'enseignement, à la liberté religieuse, à la liberté de conscience et, bien sûr, aux droits parentaux, a été rejeté avec force. L'expérience qui a porté Boric au pouvoir avec une alliance d'extrême gauche a jusqu'à présent échoué, malgré les incroyables violations du respect de la libre volonté du peuple et les tentatives acharnées d'ingérence étrangère. Il suffit de mentionner comment le Haut Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, l'ancienne présidente Michelle Bachelet, a participé activement à la campagne électorale pour soutenir les valeurs du texte " révolutionnaire " et, ces derniers jours, il a même fallu enregistrer l'intervention d'un groupe de parlementaires démocrates américains qui ont demandé aux administrateurs de Fb, Twitter et Tik Tok de censurer les adversaires du texte constitutionnel.

    Le front du "refus" comprenait non seulement toutes les forces d'opposition, mais aussi une bonne partie du monde des affaires, intimidé par la dérive communiste du gouvernement, et les églises chrétiennes, principalement l'église catholique. Peu avant 21 heures dimanche soir, depuis le palais présidentiel, La Moneda, le président Boric a déclaré que "le peuple n'est pas satisfait de la constitution proposée", avec une grande humilité "et je m'engage à reformuler un processus constitutionnel plus satisfaisant". Pour faire simple, il n'a rien compris, la méthode sera changée mais je n'ai pas l'intention de changer la trajectoire vers le brillant avenir social communiste du pays. En effet, hier, M. Boric a convoqué d'urgence le gouvernement, a vu le président du Sénat et de la Chambre mais, comme le soulignent de nombreux commentateurs, un maquillage mineur est possible, pas un changement radical de direction.

    Lire la suite

  • Le dernier testament spirituel de Mère Teresa, 25 ans après

    IMPRIMER

    D'Ines Angeli Murzaku sur The Catholic World Report :

    Le dernier testament spirituel de Mère Teresa, 25 ans après

    Mère Teresa s'attendait à donner des saints joyeux à l'Église mère, car pour elle, un missionnaire de la charité doit être un missionnaire de la joie.

    5 septembre 2022

    Vingt-cinq ans après sa mort en 1997, le 5 septembre 2022, les catholiques honorent l'héritage profond et durable de sainte Mère Teresa dans l'Église catholique. La meilleure façon de respecter les leaders - dans ce cas, l'une des femmes leaders religieuses les plus célèbres du 20e siècle - est de transmettre leurs messages et leurs actions. Comme le dit le dicton, laisser un message ne prend que quelques minutes, mais l'impact est éternel. Nous ne savons pas exactement combien de temps il a fallu à Mère Teresa pour écrire sa dernière lettre aux Missionnaires de la Charité, mais l'impact sera en effet éternel. Ce qui compte, c'est que Mère l'a écrite ; c'était son dernier testament spirituel.

    Les testaments spirituels ne sont pas rares chez les chefs religieux ; saint Paul a laissé son testament dans les deux lettres/épîtres pastorales adressées à Timothée et une à Tite, donnant des instructions spécifiques aux bergers sur la manière de maintenir la foi apostolique ; saint François d'Assise a écrit Le Testament à ses frères avant sa mort en 1226, les implorant d'observer ce qu'ils avaient promis dans La Règle. Plus récemment, le pape saint Jean XXIII a rédigé son Testament spirituel et ses dernières volontés en 1954, quelques années avant sa mort (1963), et saint Jean-Paul II a rédigé son dernier testament intitulé Totus Tuus ego sum (je suis entièrement entre Tes mains), qu'il a commencé en 1979 et terminé le 17 mars 2000, cinq ans avant sa mort.

    Le cas du dernier testament spirituel de Mère Teresa est peut-être légèrement différent en termes de calendrier, mais pas en termes de contenu. Elle l'a écrit le jour de sa mort et, comme saint François d'Assise, elle a imploré ses sœurs de respecter les constitutions de la société.

    La dernière lettre générale de Mère Teresa aux Missionnaires de la Charité a été écrite il y a 25 ans, le 5 septembre 1997, exactement le jour de sa mort, depuis la Maison Mère des Missionnaires de la Charité à Kolkata. Mère avait commencé son voyage de retour, elle n'a donc pas eu le temps de signer la lettre. Sœur Nirmala Joshi, d'origine indienne, qui a été élue pour remplacer Mère Teresa comme supérieure générale en mars 1997, a complété la lettre du 5 septembre par une note manuscrite en anglais :

    Chers Sœurs, Frères, Pères, Laïcs M.C., Collaborateurs,

    Ceci est la dernière lettre de notre Mère qui était prête pour sa signature. Mais Jésus est venu enlever notre Mère bien-aimée si soudainement, qu'elle [la lettre] est restée sans signature. Je vous l'envoie avec beaucoup d'amour. C'est le dernier message de notre Mère pour nous, prenons-le dans notre cœur. Avec beaucoup d'amour et de prière, ta sœur aimante. Ma sœur. Nirmala M.C. (signé) (1)

    Lire la suite

  • Une femme enceinte atteinte d'un cancer en phase terminale survit et choisit la vie

    IMPRIMER

    De Francesca Pollio Fenton sur Catholic News Agency :

    Une femme enceinte atteinte d'un cancer en phase terminale survit et choisit la vie

    4 sept. 2022

    Jessica Hanna, mère de quatre enfants, a reçu un diagnostic de cancer du sein en phase terminale alors qu'elle était enceinte de 14 semaines. Plusieurs médecins lui ont conseillé d'avorter, mais elle a refusé, choisissant plutôt la vie. 

    Dans une interview accordée à EWTN Pro-Life Weekly le 1er septembre, elle a décrit comment cette grossesse était très différente des trois précédentes en disant : "C'était Dieu qui m'appelait à quelque chose de si grand."

    Avant de tomber enceinte, Hanna avait remarqué une bosse dans son sein. Les médecins l'ont mal diagnostiquée en disant qu'elle était bénigne. Deux semaines plus tard, elle a appris qu'elle était enceinte. Lors de son premier rendez-vous chez le gynécologue, elle a demandé aux médecins de l'examiner à nouveau. Il est alors devenu évident qu'elle avait un cancer du sein. Au départ, les médecins pensaient qu'il s'agissait d'une petite tumeur de stade 1. Mais après avoir été opérée, elle a appris que la tumeur mesurait 13 centimètres et qu'elle était au stade 4, ce qui signifie que le cancer était probablement en phase terminale.

    Passionnée par la défense de la vie et partageant ouvertement ses convictions en ligne et avec son entourage, Jessica Hanna a expliqué comment sa grossesse l'a poussée à vivre ses convictions profondes. C'était juste un voyage où l'on se disait : "Wow, maintenant tu as tenu le discours pro-vie. Maintenant, tu es devenue la femme que tout le monde utilise dans ses arguments - et si la vie de la femme est en danger ?" a-t-elle dit. "Et maintenant, il est temps pour moi de passer de la parole aux actes".

    Fervente catholique, Hanna s'est tournée vers sa foi pour l'aider à traverser les moments difficiles. Après chaque traitement de chimiothérapie, elle priait sur la tombe du bienheureux père Solanus Casey, un futur saint dont le corps est enterré à Détroit, sa ville natale. "J'ai prié sur sa tombe pour que je sois miraculeusement guérie et pour que mon fils soit beau et en bonne santé", se souvient-elle.

    Elle s'est également tournée vers sainte Gianna Beretta Molla. Cette dernière a également été atteinte d'une maladie mortelle alors qu'elle était enceinte. Hanna a expliqué que, comme Sainte Gianna, elle a choisi de suivre un traitement pendant sa grossesse qui ne mettrait pas son bébé en danger. "Beaucoup de gens ne savent pas que la chimiothérapie peut être tout à fait sûre pendant la grossesse", a expliqué Hanna. "J'ai choisi la voie médiane, c'est-à-dire de suivre une chimiothérapie avec quelques modifications, et elle a été une grande source d'inspiration pour moi."

    Après avoir été diagnostiquée, elle a senti que Dieu l'appelait à quelque chose. Incertaine de son propre avenir, elle a créé un compte sur les médias sociaux deux jours après son diagnostic pour partager son parcours avec d'autres personnes et créer une communauté de prière où elle pourrait prier avec ses adeptes et offrir sa souffrance à leurs intentions. "Je pensais qu'aucune souffrance ne devrait jamais être gaspillée", a déclaré Hanna. "Je ne sais pas où Dieu m'emmène. Va-t-il me conduire sur le chemin où je dois montrer aux gens comment mourir avec grâce, avec sa grâce et sa miséricorde ? Ou bien va-t-il faire un miracle ?" Elle poursuit : "J'ai décidé d'utiliser les médias sociaux pour dire que, peu importe ce que vous pensez qui va arriver, c'est la confiance en Dieu qui est la plus importante... Que vous allez abandonner vos propres désirs et désirs et que vous allez les laisser au pied de la Croix et le laisser s'en occuper."

    Hanna offre trois conseils aux femmes qui se trouvent dans des situations similaires. 

    Premièrement, étant pharmacienne, elle encourage les femmes à toujours demander plusieurs avis médicaux avant de prendre une décision. Elle a reçu huit à dix avis avant de poursuivre son traitement. Quelques médecins lui ont conseillé d'interrompre sa grossesse, mais elle a expliqué que "ce n'était pas du tout nécessaire. Mon pronostic n'a pas changé. Mon plan de traitement n'a pas changé - enceinte ou pas enceinte".

    Deuxièmement, allez voir la Vierge. 

    "La Sainte Vierge Marie est quelqu'un qui sait ce que c'est que d'avoir des chagrins quand il s'agit de votre enfant et la peur", a-t-elle souligné. "Ainsi, si vous allez la voir, elle prendra ces peurs, elle les apportera à son fils et elle vous suppliera afin qu'il vous délivre et qu'il apporte sa miséricorde sur vous et votre enfant."

    Enfin, unissez votre souffrance à la croix du Christ. 

    "Qu'il s'agisse d'une piqûre d'intraveineuse et que vous pensiez aux clous enfoncés dans ses mains et ses pieds, ou si vous êtes à l'agonie en attendant un scanner ou les résultats d'un test, pensez à son agonie dans le jardin", a-t-elle déclaré.

    Après l'accouchement, ses scanners étaient clairs : il n'y avait aucun signe de propagation du cancer à d'autres organes ou ganglions lymphatiques. Son diagnostic, autrefois définitif, était désormais guérissable. 

    Elle a appelé son fils Thomas Solanus. Son cas a été soumis pour la canonisation du bienheureux père Solanus Casey.

    Francesca Pollio Fenton est la responsable des médias sociaux de la Catholic News Agency. Elle a obtenu son diplôme en communication avec une spécialisation en médias numériques à l'Université du Colorado - Denver.

  • Liège, 24 septembre : "Canti e sospiri" par l'ensemble vocal Marignan

    IMPRIMER

    Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’L'ENSEMBLE VOCAL MARIGNAN sous la direction de Joël Hurard présente Canti e sospiri Motets sacrés italiens du 17e siècle Monteverdi, Gabrieli, Gesualdo, Carissimi... Samedi 24 septembre 2022 à 20h À L'église Sainte-Catherine Rue Neuvice 54, 4000 Liège S Réservations 0498 788 637 Entrée: 12 €/ étud. sans emploi: Province deuoge Avec collaboration la Province de Lièqe de enfant: gratuit Service Culture’

  • Inde : l’héritage de Mère Teresa mis à mal par le nationalisme hindou

    IMPRIMER

    Vingt-cinq ans après sa mort, la religieuse reste une figure reconnue dans son pays d’adoption, où elle a fondé les Missionnaires de la Charité pour se mettre au service des plus démunis. Si la congrégation y est toujours bien implantée, les sœurs de Mère Teresa sont régulièrement visées par des accusations du parti au pouvoir.

    Dans les rues de Calcutta, les murs des bâtiments ont été repeints en bleu et blanc il y a quelques années. Un hommage simple, aux couleurs du sari que la religieuse a revêtu dès son arrivée dans le pays. « Ici, Mère Teresa fait partie du quotidien des habitants », résume le père Laurent Bissara, prêtre des Missions étrangères de Paris (MEP) dans la capitale de l’État du Bengale, où se trouve la maison mère des Missionnaires de la Charité, la congrégation qu’elle avait fondée en 1950.

    Vingt-cinq ans après sa mort, le 5 septembre 1997, son héritage reste ancré dans la société indienne. Les foyers des sœurs comptent plus de 20 000 salariés et personnes accueillies dans le pays, dont 1 902 religieuses ayant formulé le vœu – spécifique à la congrégation – de consacrer leur vie aux pauvres. « Mère Teresa a été la première à mener une œuvre missionnaire sans aucune discrimination de religion, de caste, de couleur », rappelle le père Vincent Kundukulangara, prêtre des MEP dans le Kerala, dans le sud de l’Inde, qui témoigne de la reconnaissance de la population envers l’œuvre des sœurs.

    Contexte politique de tensions

    L’héritage spirituel de Teresa de Calcutta, canonisée en 2016, s’inscrit toutefois dans un contexte politique tendu. Depuis 2014, le BJP, parti nationaliste hindou au pouvoir, mène une politique répressive envers les minorités religieuses, dont font partie les 28 millions de chrétiens du pays (2,3 % de la population). « Pour Narendra Modi (le leader du BJP et premier ministre de l’Inde), Mère Teresa est une figure à oublier », observe le père Yann Vagneux, également prêtre des MEP, installé à Bénarès.

    Les missionnaires ont été régulièrement visées par des accusations de baptêmes forcés ces dernières années, alors que le pouvoir traque toute tentative de prosélytisme par le vote de lois anti-conversions. Une suspicion de trafic d’enfants avait en outre ébranlé la congrégation en 2018, lorsqu’un couple avait affirmé avoir payé les sœurs d’un foyer de Ranchi, dans le nord-est de l’Inde, pour adopter un enfant. Cette déclaration avait mené à l’interpellation d’une religieuse, à l’ouverture d’une enquête dans toute la congrégation pour commerce de nourrissons et à la fermeture, l’année suivante, du foyer.

    Lire la suite

  • Mère Teresa de Calcutta : Fais le quand même…

    IMPRIMER

    « Les gens sont souvent déraisonnables, illogiques et centrés sur eux-mêmes, Pardonne leur quand même...

    Si tu es gentil, les gens peuvent t'accuser d'être égoïste et d'avoir des arrières pensées,

    Sois gentil quand même...

    Si tu réussis, tu trouveras des faux amis et des vrais ennemis,

    Réussis quand même...

    Si tu es honnête et franc, il se peut que les gens abusent de toi,

    Sois honnête et franc quand même...

    Ce que tu as mis des années à construire, quelqu'un pourrait le détruire en une nuit,

    Construis quand même...

    Si tu trouves la sérénité et la joie, ils pourraient être jaloux,

    Sois heureux quand même...

    Le bien que tu fais aujourd'hui, les gens l'auront souvent oublié demain,

    Fais le bien quand même...

    Donne au monde le meilleur que tu as, et il se pourrait que cela ne soit jamais assez,

    Donne au monde le meilleur que tu as quand même...

    Tu vois, en faisant une analyse finale, c'est une histoire entre toi et Dieu, cela n'a jamais été entre eux et toi. 

    Bienheureuse Mère Teresa de Calcutta »

  • Sainte Mère Teresa de Calcutta (5 septembre)

    IMPRIMER

    Sainte Mère Teresa de Calcutta (source)

    Vie de Sainte Mère Teresa de Calcutta (1910 - 1997)

    1. Biographie de Mère Teresa - Enfance et adolescence au Kosovo

    Agnès Gonxha Bojaxhiu est née d’une famille d’origine albanaise le 26 août 1910 à Skopje, une ville située aux croisements de l’histoire des Balkans. À l’âge de douze ans, Agnès commence à ressentir l’appel de se consacrer à Dieu. La vie de Mère Teresa comporte alors deux périodes bien distinctes : sa vie dans l’institut de Sœurs de Lorette et sa vie dans l’ordre des Missionnaires de la Charité.

    2. Biographie de Mère Teresa - Religieuse à l’Institut des Sœurs de Lorette

    En 1928, à l’âge de dix-huit ans, elle entre à l’Institut des Sœurs de Lorette, en Irlande. En 1929 elle est envoyée à Calcutta. En 1931, après deux années de noviciat, elle fait sa première profession de foi et prend le nom de Teresa. Elle enseigne la géographie à l’école Sainte-Marie à Calcutta où elle est nommée directrice en 1944. Elle reçoit l’appel de consacrer sa vie aux pauvres des bidonvilles. En 1946 avec le soutien de l’archevêque de Calcutta, elle obtient du pape Pie XII la permission de quitter l’ordre des Sœurs de Lorette.

    3. Biographie de Mère Teresa - Fondation des Missionnaires de la Charité

    En 1948, la vie de Mère Teresa de Calcutta se transforme. C’est un tournant dans la biographie de Mère Teresa. Elle s’installe dans un bidonville (à Taltola) avec quelques autres religieuses qui l’ont suivie. Elle crée la fondation des Missionnaires de la charité, établie officiellement dans le diocèse de Calcutta en 1950. Les Missionnaires de la Charité sont des religieuses.

    Lire la suite

  • L'homélie du pape François pour la béatification de Jean-Paul Ier

    IMPRIMER

    SAINTE MESSE ET BÉATIFICATION DU SERVITEUR DE DIEU LE SOUVERAIN PONTIFE JEAN PAUL Ier

    HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

    Place Saint-Pierre
    XXIIIe dimanche du temps ordinaire, 4 septembre 2022

    Jésus est en chemin vers Jérusalem et l’Évangile d’aujourd’hui dit que « de grandes foules faisaient route avec lui » (Lc 14, 25). Faire route avec Lui signifie le suivre, c’est-à-dire devenir des disciples. Pourtant, le Seigneur fait à ces personnes un discours peu attrayant et très exigeant : celui qui ne l’aime pas plus que ses proches, celui qui ne porte pas sa croix, celui qui ne se détache pas des biens terrestres ne peut pas être son disciple (cf. vv. 26-27.33). Pourquoi Jésus adresse-t-il ces paroles à la foule ? Quelle est la signification de ses avertissements ? Essayons de répondre à ces questions.

    Tout d’abord, nous voyons une foule nombreuse, beaucoup de gens qui suivent Jésus. Nous pouvons imaginer que beaucoup ont été fascinés par ses paroles et émerveillés par les gestes qu’il a accomplis ; et donc, ils auront vu en Lui une espérance pour leur avenir. Qu’aurait fait tout maître de l’époque, ou – peut-on se demander – qu’aurait fait un leader rusé en voyant que ses paroles et son charisme attirent les foules et augmentent sa popularité ? Cela arrive encore aujourd’hui : en particulier dans les moments de crise, personnelle et sociale, lorsque nous sommes davantage portés à des sentiments de colère ou que nous avons peur d’une chose qui menace notre avenir, nous devenons plus vulnérables. Et alors, dans l’émotion du moment, nous faisons confiance à ceux qui savent manœuvrer avec dextérité et ruse, en profitant des peurs de la société et en nous promettant d’être notre “sauveur” qui résoudra les problèmes, alors qu’en réalité, ils veulent accroître leur popularité et leur pouvoir, leur image, leur capacité d’avoir les choses en main.

    L’Évangile nous dit que Jésus ne fait pas ainsi. Le style de Dieu est différent. Il est important de comprendre le style de Dieu, comment Dieu agit. Dieu agit avec un style et le style de Dieu est différent de celui de ces gens parce qu’Il n’instrumentalise pas nos besoins, il n’utilise jamais nos faiblesses pour grandir. Il ne veut pas nous séduire par la tromperie ni distribuer des joies à bon marché. Il n’est pas intéressé par la marée humaine. Il n’a pas le culte des chiffres, il ne cherche pas l’approbation, il n’est pas idolâtre du succès personnel. Au contraire, il semble s’inquiéter quand les gens le suivent avec euphorie et s’enthousiasment trop facilement. C’est pourquoi, au lieu de se laisser attirer par le charme de la popularité – parce que popularité séduit - , il demande à chacun de discerner avec attention les motivations pour lesquelles il le suit et les conséquences que cela comporte. En effet, beaucoup parmi cette foule suivaient peut-être Jésus parce qu’ils espéraient qu’il serait un chef qui les délivrerait des ennemis, quelqu’un qui prendrait le pouvoir et qui le partagerait avec eux ; ou bien quelqu’un qui, faisant des miracles, résoudrait les problèmes de la faim et des maladies. On peut suivre le Seigneur, en effet, pour diverses raisons et certaines, nous devons le reconnaître, sont mondaines : derrière une apparence religieuse impeccable peut se cacher la simple satisfaction de ses besoins, la recherche du prestige personnel, le désir d’avoir un rôle, de contrôler les choses, le désir de prendre la place et d’obtenir des privilèges, l’aspiration à recevoir de la reconnaissance et ainsi de suite. Cela arrive aujourd’hui entre chrétiens. Mais ce n’est pas le style de Jésus. Et cela ne peut pas être le style du disciple ni de l’Église. Si quelqu’un suit Jésus avec ses intérêts personnels, il fait fausse route.

    Lire la suite

  • Nouvelle saison de formation de "Bâtir sa maison sur le roc"

    IMPRIMER

    Bâtir sa maison sur le roc. Logo

    D'Oriane et Christophe de Hemptinne :

    Chers amis de "Bâtir sa maison sur le roc",
     
    Nous avons le plaisir de vous signaler qu'une nouvelle saison de formation à l'amour et au mariage "Bâtir sa maison sur le roc" démarrera d'ici quelques semaines.

    Comme les années précédentes, deux cycles sont prévus en français, à savoir chez Véronique et Christophe Depreter à Rixensart (première séance le samedi 5 novembre 2022) et chez nous à Bruxelles (première séance le samedi 19 novembre 2022). Un cycle "Je huis op de rots bouwen" en néerlandais, chez Geertrui et Jef Segers à Leuven (Heverlee), démarrera le samedi 22 octobre 2022.

    Nous comptons sur vous pour faire la promotion auprès de vos amis et connaissances! Tous les couples sont les bienvenus, fiancés, mariés ou réfléchissant à un engagement. Ils peuvent tous en tirer profit. Mais les inscriptions allant déjà bon train, qu’ils ne tardent pas à se manifester car le nombre de places est limité.

    Pour toutes informations, y compris les dates des séances des cycles de cette nouvelle saison, nous vous renvoyons à notre site www.batirsamaisonsurleroc.be / www.jehuisopderotsbouwen.be.

    Enfin, nous vous invitons à suivre notre page facebook, sur laquelle vous trouverez de nombreuses publications enrichissantes.

     
    Bien cordialement,
     
    Oriane et Christophe de Hemptinne
  • Le magistère comme un édredon

    IMPRIMER

    De l'abbé Claude Barthe sur Res Novae :

    Le magistère comme un édredon

     « Je suis un général qui ne combat plus et qu’on a nommé directeur d’école » (cardinal Ottaviani).
    « Auparavant le Saint-Office avait le devoir de défendre la foi, mais maintenant cela a changé » (cardinal Seper, successeur d’Ottaviani).

    On peut dire qu’une rupture de fait d’avec l’Église romaine, sa foi et sa discipline fondamentale est consommée chez un certain nombre d’évêques, de prêtres, de fidèles allemands. Bien d’autres ruptures existent d’ailleurs, mais force est de constater qu’aucune n’est déclarée : les déviants, même sur des points de morale ou de doctrine essentiels, restent paisiblement au milieu du troupeau. Si ceux qui, d’une manière ou d’une autre, remettent en cause le Concile sont facilement qualifiés de schismatiques, et parfois traités en conséquence, les hétérodoxes les plus manifestes ne sont que très rarement, et avec combien de ménagements, sommés d’opter clairement entre l’acceptation ou le refus de la foi catholique, et ne sont par conséquent, dans la seconde hypothèse, jamais retranchés officiellement du Corps, pour le plus grand dommage des membres encore sains, et même pour le leur puisqu’ils ne sont pas invités à la repentance.

    Vers un schisme allemand ? Non, vers une transaction

    Les hérésies ou mépris de la discipline de l’Église qui se sont manifestés au cours du Chemin synodal, le Synodale Weg allemand sont considérables. Le 4 février dernier, un ensemble de résolutions ont été votées à 85% ou 86 % des voix selon les cas, dont les deux tiers des évêques. Elles ne préconisaient rien moins que l’ordination sacerdotale des femmes, l’ordination d’hommes mariés, l’autorisation aux prêtres en exercice de se marier, la révision de la morale sexuelle (notamment de la doctrine de l’Église sur la contraception et l’homosexualité, avec bénédiction possible des couples homosexuels), le partage du gouvernement de l’Église avec les laïcs.

    Des voix se sont élevées, comme celle du cardinal Müller, et même du cardinal Kasper, sans parler des soixante-quatorze évêques, dont quatre cardinaux, qui ont adressé une lettre d’admonestation à leurs confrères allemands[1]. Mais aucune rétractation n’est intervenue de leur part. Qui désormais va dire à ces hommes d’Église, surtout aux pasteurs, qu’ils ont fait naufrage dans la foi ? Rome ? C’est, pour l’heure inimaginable. Les évêques allemands en désaccord avec leurs confrères ? C’est très improbable.

    En réalité, cette crise, comme bien d’autres, sera réglée sur un mode de transaction, comme le sont les conflits idéologiques dans les démocraties. La contestation de la morale ne pose pas de problème particulier à l’appareil ecclésiastique : l’adultère public ou la vie « matrimoniale » homosexuelle n’empêchant aujourd’hui personne de recevoir la communion eucharistique, le discours officiel faisant en sorte de s’ajuster à la pratique sur le mode de la miséricorde et de l’accompagnement dans la ligne d’Amoris lætitia.

    En revanche, l’ordination des femmes et des hommes mariés protestantiserait l’Église en laïcisant et donc en provoquant inévitablement un évanouissement et du pouvoir romain et des pouvoirs épiscopaux. Car l’institution ecclésiastique, qui semble n’être plus qu’un cadre administratif, très contraignant idéologiquement, est en réalité très fragile. Dans son entretien du 19 mai 2022, avec les directeurs des revues culturelles jésuites européennes, François a été très clair : « Au président de la Conférence épiscopale allemande, Mgr Bätzing, j’ai dit : “Il y a une très bonne Église évangélique en Allemagne. Nous n’avons pas besoin d’une deuxième !” »

    Lire la suite