Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • RDC : corruption au sommet de l’Etat, toujours le même cirque

    IMPRIMER

    Lu sur le site web « Afrikarabia » :

    C’est une vidéo qui fait grand bruit. On y voit Vidiye Tshimanga, l’un des conseillers les plus influents de la présidence congolaise déballer le mode d’emploi du mal qui ronge depuis des décennies la République démocratique du Congo : la corruption. Par le menu, le conseiller stratégique de Félix Tshisekedi explique à de faux investisseurs comment obtenir de très juteuses licences d’exploitations minières en évitant toutes sortes de « tracasseries ». Dans la vidéo, Vidiye Tshimanga tente de convaincre ses interlocuteurs qu’il est l’homme de la situation. « Si je demande au président quelque chose, il donne. Moi, c’est le président… Le président ne fait pas d’affaires directement ». Pour montrer son influence auprès du chef de l’ Etat, le conseiller rapporte qu’il a financé la campagne électorale de Félix Tshisekedi. Des propos qui ont choqué à Kinshasa.

    Monsieur 20%

    Dans cette vidéo révélée par le journal suisse Le Temps, et un consortium de journalistes (OCCRP) spécialisé dans la lutte contre la corruption, Vidiye Tshimanga détaille le fonctionnement du système de corruption, grâce à sa société Cobamin : « Avec Ivanhoe, ils ont 80%, j’en ai 20. Mes 20% sont divisés en deux. Donc vous avez 10%, c’est Cobamin. Les autres 10%, c’est parce que dans la loi minière, vous avez l’obligation d’avoir une personne congolaise (dans la société)… Cette personne est quelqu’un que nous avons choisi ». Les deux journalistes du Temps, affirment pour l’instant, « ne pas avoir trouvé dans les registres congolais des sociétés détenues conjointement par Cobamin et Ivanhoe ou ses filiales ». Par contre, l’enquête révèle que la Cobamin a pu obtenir un permis minier à proximité de ceux d’Ivanhoe… un mois seulement après l’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi. Simple coïncidence ?

    « Un montage grossier »

    Vidiye Tshimanga détaille également le circuit qui permet le tour de passe-passe financier pour toucher ses rétrocommissions : « La société ne sera pas à mon nom, car je suis une personnalité politiquement exposée. Nous avons des trusts qui sont sur l’île Maurice, nous avons différentes façons de le faire, mais généralement, nous mettons les noms des personnes que nous contrôlons dans le pays. Mais c’est nous qui dirigeons (…) Je suis toujours derrière. » Face au scandale qui a rapidement enflammé les réseaux sociaux, Vidiye Tshimanga a décidé de démissionner ce vendredi. Dans sa lettre rendue publique, il dénonce un « grossier montage » et affirme détenir un enregistrement audio qui contredirait les propos tenus, « sortis de leur contexte ». Le conseiller assure enfin au chef de l’ Etat, qu’il n’a cessé de défendre la lutte contre la corruption « ainsi que les anti-valeurs qui ont trop longtemps gangréné notre Nation ».

    Lire la suite

  • 4.000 personnes ont marché pour la vie à Berlin

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    4.000 personnes à la Marche pour la vie à BERLIN

    Marche pour la vie 2022 : grand rassemblement et manifestation pro-vie dans le centre politique de Berlin

    "Les femmes n'ont pas besoin de la phrase : tu ne peux pas y arriver. Elles ont besoin d'être accompagnées avec délicatesse pour pouvoir développer leur grand potentiel". C'est avec ces mots que la sage-femme Sarah Göbel a donné un aperçu de la situation des femmes en conflit avec leur grossesse lors de la manifestation d'ouverture de la Marche pour la vie de cette année. La plupart des femmes aimeraient avoir leur enfant de manière autodéterminée, mais elles sont soumises à une forte pression extérieure. Même après un avortement, il faut absolument continuer à soutenir les femmes. Sylvia Pantel, directrice de la Fondation pour les valeurs familiales et ancienne députée du Bundestag, a parlé de la perspective sociopolitique de ce drame. Elle a commenté les citations précédemment enregistrées de politiciens de la coalition gouvernementale et d'une représentante des Jusos, qui veulent établir l'avortement comme un soin de santé et qui nient l'humanité de l'enfant avant sa naissance.

    Un autre thème important abordé dans une interview avec le professeur Paul Cullen, médecin, était la liberté de conscience des personnes travaillant dans le domaine médical. En Suède, les sages-femmes ne peuvent travailler que si elles pratiquent des avortements, alors qu'au Canada, pour la première fois, un tribunal a donné raison à une infirmière qui refusait de se faire vacciner pour des raisons de conscience, car de nombreux vaccins sont fabriqués avec des lignées cellulaires d'enfants avortés. Hubert Hüppe, député du Bundestag et ancien délégué du gouvernement fédéral pour les intérêts des personnes handicapées, a évoqué de nombreuses autres menaces pesant sur les personnes avant et après la naissance, notamment les formes sélectives de diagnostic prénatal et la légalisation du suicide assisté. "Le droit à la vie est le droit fondamental le plus important. Si on ne l'a pas, on n'est plus rien".

    Lire la suite

  • Les dominicains d'Avrillé proposent des tracts d'apologétique

    IMPRIMER

    Tracts d’Apologétique

    Tract n°1 – Dieu      à télécharger ici

    Tract n°2 – Jésus-Christ prophétisé    à télécharger ici

    Tract n°3 – La Résurrection    à télécharger ici

    Tract n°4 – La Charité    à télécharger ici

    Tract n°5 – Témoins de Jéhovah    à télécharger ici

    Tract n°7 – Qui ?    à télécharger ici

    Tract n°8 – Laïcité – Islam    à télécharger ici

    Tract n°9 – Martin Luther – l’anti-saint    à télécharger ici

    consultez aussi le site : Oui, la vraie religion est facile à trouver

  • Et si nous étions possédés par ce que nous possédons ? (25e dimanche du T.O.)

    IMPRIMER

    L'homélie de l'abbé Christophe Cossement (sur son blog) pour le 25ème dimanche du temps ordinaire :

    Possédés par ce que nous possédons

    Nous sommes déroutés par cette parabole et ces réflexions de Jésus sur l’argent. À première vue, nous nous étions attendus à ce que le Seigneur nous invite à être bien honnêtes, à être le plus juste possible avec l’argent. Est-ce qu’il nous aurait par exemple dit qu’aller faire le plein en France en étant subsidié par les impôts payés par les Français, en tant que Belge ce n’était pas très équitable ? Peut-être… J’y pense parce que j’ai été tenté de le faire… Mais son propos est assez décalé par rapport à la question de l’équité. Un jour il avait renvoyé bredouille un homme qui venait lui demander son aide pour un juste partage d’héritage (Lc 12,13). Aujourd’hui, l’adjectif qu’il accole au mot « argent » c’est « malhonnête », ou « injuste », ou « méchant » — adikos. Et en fait, ce qui a été traduit par « argent », Jésus l’appelle « Mamon », et cela sonne comme un nom de divinité : l’argent fonctionne dans le cœur de l’homme comme une divinité à laquelle on se confie pour son avenir et pour sa vie. Alors il est toujours malhonnête, méchant, car il prend la place de Dieu et il prend la place du frère.

    Ce que fait Jésus ici c’est remettre le frère au-dessus de l’argent. Pour ce faire, il fait comprendre que l’argent a un but : se faire des amis qui nous ouvriront le ciel, là où on n’emporte pas son argent, car on n’a jamais vu un coffre-fort accompagner un cercueil…

    Est-ce que vous vous êtes déjà fait arnaquer ? Comme prêtre, cela nous arrive assez souvent, sans doute parce que nous avons une certaine dose de naïveté par rapport aux possessions matérielles. Un jour je disais à un confrère que le Seigneur aurait bien fait de nous donner un enseignement sur ce que nous devons faire avec les gens qui viennent sonner à notre porte et nous invente des histoires à dormir debout pour obtenir notre aide. Bien sûr, il a dit « à qui te demande, donne, et à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos » (Mt 5,42), mais quand même ! Eh bien, le Seigneur a dit aussi : « Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles. » L’obstacle que notre attachement à l’argent venait mettre entre nous et le frère, voilà que le Seigneur le fait exploser d’une manière radicale. À nous de demander l’Esprit Saint pour pouvoir consentir à cela, car nous regardons souvent nos biens comme des Mamons, comme des divinités qui peuvent nous assurer le bonheur et que nous ne voulons surtout pas gaspiller.

    L’argent doit donc servir à promouvoir le frère. Il doit être utile à qui pourra le mieux le faire fructifier. Les pères de l’Église enseignaient que la propriété privée avait comme limite le besoin de notre prochain. Saint Basile de Césarée disait : « À l’affamé appartient le pain que tu gardes, à l’homme nu le manteau que tu conserves dans tes coffres, au va-nu-pieds la chaussure qui pourrit chez toi, au besogneux l’argent que tu conserves enfoui. Ainsi tu commets autant d’injustices qu’il y a de gens à qui tu pouvais donner. » (homélie VI). Et saint Jean Chrysostome que nous avons fêté mardi : « Ne dites pas : “Je dépense ce qui est à moi, je jouis de ce qui est à moi”. Non : pas de ce qui est à vous, mais de ce qui est à autrui... Ces biens ne vous appartiennent pas : ils appartiennent en commun à vous et à votre semblable, comme sont communs le ciel et la terre et tout le reste. » (Homélie X sur 1 Co, 3) L’Église n’a jamais été communiste, car elle considère que la propriété privée est le meilleur moyen de faire fructifier les dons de la Création ; mais ces fruits ne doivent jamais être retenus pour leur seul propriétaire.

    Voilà la vraie façon de regarder nos biens, afin qu’ils ne nous possèdent pas, afin qu’ils ne deviennent pas un argent malhonnête, car ce que nous avons honnêtement gagné, si nos mains se recroquevillent dessus, devient le Mamon d’injustice. Or tout cela, cela reste une petite affaire par rapport aux biens éternels. « Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? ». Oh, Seigneur, comme tu nous avertis ! Libère-nous de nos possessions, afin que nos cœurs soient joyeux même en temps de crise et que nous continuions à être généreux, préparant ainsi nos cœurs à la vie éternelle que nous ne voulons surtout pas manquer parce que nous aurions eu peur de manquer sur la Terre.

  • Un célibat sacerdotal optionnel ? L'avis du Père Delhez

    IMPRIMER

    Du journal La Croix :

    « C’est parce que je crois à la beauté du célibat qu’il doit devenir libre ! »

    Interrogé dans le documentaire d’Arte sur le célibat des prêtres, le père Charles Delhez regrette qu’il développe une thèse à sens unique, « il faut renoncer à l’obligation du célibat pour les prêtres », en omettant la proposition longuement formulée au cours de l’entretien d’un « double clergé », célibataire et marié.

    16/09/2022

    Beaucoup de personnes ont pu voir, ce mardi 13 septembre, l’émission d’Arte intitulée « Le célibat des prêtres, calvaire de l’Église catholique ». En vue de celle-ci, j’ai été longuement interviewé par les journalistes. Selon les lois du genre, quelques minutes seulement ont été reprises. L’envie me brûle de mettre un peu plus de nuances, car le contexte dans lequel j’apparais me semble quelque peu réducteur de ma pensée.

    Manifestement, en effet, cette émission développe une thèse : il faut renoncer à l’obligation du célibat pour les prêtres. Cela fait longtemps que je soutiens l’idée de retrouver, comme aux origines et dans les Églises orientales, un « double clergé », l’un marié et l’autre célibataire. Mais je soutiens tout autant la beauté du célibat, et sa convenance avec le « ministère presbytéral » – tel est le mot exact. Dans cette émission, pratiquement rien n’est dit à ce propos.

    Dossier à charge

    Un dossier à charge, donc. Et les réalisateurs n’y vont pas de main morte. La majorité des personnes interviewées mènent une double vie. Des prêtres vivent en couples, ou bien ont quitté l’état clérical tout en continuant à exercer leur ministère, ou bien encore ont des enfants, cachés ou assumés. L’Église apparaît systématiquement hypocrite… Certains choisissent une autre confession chrétienne pour pouvoir être prêtres mariés. De l’invention que tout cela ? Absolument pas. C’est une réalité, mais est-ce la seule ? N’y aurait-il donc aucun prêtre célibataire heureux, vivant son célibat dans la fidélité, ce qui ne signifie pas sans combat à mener ou sans manquements ?CHAQUE MATIN

    Toute institution avance à coups de transgressions – réfléchies ou non – qui se répètent. La question est de savoir jusqu’où on peut aller sans que cela devienne une rupture. Actuellement, les autorités ferment les yeux. N’est-il pas urgent qu’une décision soit prise au niveau institutionnel afin d’éviter un schisme ? Ne pourrait-on pas anticiper ? Il ne faudrait pas que ce soit dans l’urgence que le changement advienne.

    Célibat à option

    Depuis longtemps, je souhaite que le célibat soit à option, mais je fais un lien avec un reformatage de l’Église elle-même. Notre société a changé, l’Église est devenue minoritaire et on revient progressivement aux « maisonnées » des premiers siècles, à des communautés de plus petite taille qui, au nom du Christ et de l’Évangile, se rassemblent. Ces communautés doivent pouvoir poser ce geste essentiel pour les chrétiens : la fraction du pain en mémoire du Christ mort et ressuscité. Il faut aussi qu’elles soient « présidées » et que cette présidence soit reconnue par les autres communautés, l’évêque étant chargé de veiller à leur unité.

    Lire la suite

  • Quand le pape s'exprime à propos de la pastorale, du relativisme, de la Chine...

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    VATICAN - Pape François : face à la déchristianisation, Saint Augustin est plus utile que les plans de "modernisation"

    16 septembre 2022
     

    Vatican Media

    Rome (Service Fides) - Jésus " a fait l'Église avec des bergers, pas des dirigeants politiques ". Il a fait l'Église avec des ignorants, les douze étaient plus ignorants les uns que les autres, et l'Église a avancé". Et les bergers "doivent avancer, mais s'ils ont perdu l'odeur des brebis et que les brebis ont perdu l'odeur des bergers, on n'avance pas". C'est ce qu'a déclaré le pape François lors de son entretien avec des journalistes, jeudi 15 septembre, dans le vol de retour de Nur-Sultan à Rome, au terme de sa visite apostolique au Kazakhstan.

    Au journaliste allemand qui posait la question de savoir ce qu'il fallait faire face aux processus qui, en Allemagne et dans de nombreux pays européens, éloignent les jeunes des Eglises, l'Evêque de Rome a fait remarquer que "lorsqu'une Eglise, quelle qu'elle soit, dans un pays ou dans un secteur, pense davantage à l'argent, au développement, aux plans pastoraux et non à la pastorale, et qu'on va dans cette direction, cela n'attire pas les gens". La priorité - a fait remarquer le pape - est d'être cohérent avec sa foi et "si vous êtes un évêque ou un prêtre qui n'est pas cohérent, les jeunes ont le flair... et puis bye !". Le Souverain Pontife a indirectement répondu à toutes les théories qui pointent vers des stratégies abstraites de "modernisation" pour redonner de la fécondité au travail apostolique et endiguer les processus de sécularisation : "Parfois, a dit le Pape, on pense comment renouveler, comment rendre la pastorale plus moderne : c'est bien, mais toujours que c'est entre les mains d'un pasteur. Si la pastorale est entre les mains de "scientifiques" de la pastorale, qui opinent ici et disent ce qu'il faut faire là (...) je me demande : le pasteur est-il en contact, est-il proche du troupeau ? Ce troupeau a-t-il un berger ? Le problème est celui des bergers. Dans sa réponse, le Souverain Pontife a également suggéré "de lire le commentaire de Saint Augustin sur les bergers (Sermon 46, ed), il peut être lu en une heure mais c'est l'une des choses les plus sages qui ont été écrites pour les bergers et avec cela vous pouvez qualifier tel ou tel berger. Il ne s'agit pas de moderniser : bien sûr, il faut actualiser avec des méthodes, c'est vrai, mais si le cœur du pasteur manque, aucune pastorale ne fonctionne. Aucun.

    Au cours de son entretien avec les journalistes, le pape François a répondu indirectement à ceux qui insistent pour attribuer des valeurs relativistes et syncrétistes aux initiatives et réunions interreligieuses, telles que le 7e congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles, qui s'est tenu au Kazakhstan avec la participation du pontife lui-même. "Certaines personnes, a déclaré l'évêque de Rome, ont critiqué et m'ont dit : c'est fomenter, faire grandir le relativisme. Pas de relativisme ! Chacun a eu son mot à dire, chacun a respecté la position de l'autre, mais nous dialoguons comme des frères. Car s'il n'y a pas de dialogue, il y a soit l'ignorance, soit la guerre. Mieux vaut vivre comme des frères, nous avons une chose en commun, nous sommes tous humains. Vivons comme des humains, bien éduqués : tu penses, je pense ? Mettons-nous d'accord, parlons, apprenons à nous connaître. Ces guerres "religieuses" mal comprises sont souvent dues à un manque de connaissances. Et ce n'est pas du relativisme, je ne renonce pas à ma foi si je parle avec la foi d'un autre, au contraire. J'honore ma foi parce qu'un autre l'écoute, et j'écoute la sienne".

    Au cours de son entretien avec les journalistes, le souverain pontife a également évoqué le processus de dialogue en cours entre le Saint-Siège et la République populaire de Chine. "Il y a une commission bilatérale Vatican-Chine", a notamment déclaré le pape François, "qui va bien, lentement", aussi parce que "le rythme chinois est lent, ils ont une éternité à poursuivre : c'est un peuple d'une patience infinie." Le Pape a également fait référence aux expériences passées des "missionnaires italiens qui sont allés là-bas et ont été respectés en tant que scientifiques", mentionnant également les événements actuels de "nombreux prêtres ou croyants qui ont été appelés par l'université chinoise parce que cela donne de la valeur à la culture", réaffirmant que la commission pour le dialogue entre Pékin et le Saint-Siège "va bien, le cardinal Parolin la préside et il est en ce moment l'homme qui connaît le mieux la Chine et le dialogue chinois". (GV)

    (Agence Fides16/9/2022)

  • Salus populi ego sum (introit du 25e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps 30,7-8  
    SALUS pópuli ego sum, dicit Dóminus: de quacúmque tribulatióne clamáverint ad me, exáudiam eos: et ero illórum Dóminus in perpétuum. Ps. 77, 1 Atténdite, pópule meus, legem meam: inclináte aurem vestram in verba oris mei. V/. Glória Patri. Moi Je suis le salut du peuple, dit le Seigneur ; en quelque tribulation qu’ils crient vers Moi, Je les exaucerai, et Je serai leur Seigneur pour toujours. Ps.Mon peuple, soyez attentif à ma loi, prêtez l’oreille aux paroles de ma bouche. V/. Gloire au Père.
  • Vous ne pouvez servir à la fois Dieu et l'argent (25e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    http://missel.free.fr/Annee_C/TO/2/25_3.html

    Suite du saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ selon Saint Luc (XVI 1-13).

    Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu'il gaspillait ses biens1. Il le convoqua et lui dit : " Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras  plus  gérer  mes  affaires2. " Le  gérant  pensa3 : " Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n'ai pas la force. Mendier ? J'aurais honte. Je sais ce que je vais faire, pour qu'une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m'accueillir. "

    Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : " Combien dois-tu à mon maître ? - Cent baths4d'huile. " Le gérant lui dit : " Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante. " Puis il demanda à un autre : " Et toi, combien dois-tu ? - Cent kors5 de blé. " Le gérant lui dit : " Voici ton reçu, écris quatre-vingts. " Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge6 : effectivement, il s'était montré habile7, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.

    Eh bien ! moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec le Mammon8 d’iniquité9, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.

    Lire la suite

  • La messe : un symbole ?

    IMPRIMER

    De Riposte Catholique :

    Dans le dernier numéro du mensuel catholique Monde et vie, l’abbé de Tanoüarn livre une critique assez pertinente du texte du pape sur la liturgie, Desiderio desideravi, qui propose non plus ni moins une nouvelle définition de la messe :

    Capture-decran-2022-09-15-a-07.00.04.png

    Capture-decran-2022-09-15-a-07.00.18.png

    Capture-decran-2022-09-15-a-07.06.12.png

    Capture-decran-2022-09-15-a-07.06.37.png

  • Les entrées au séminaire en France : progression générale et importante dans les communautés traditionalistes

    IMPRIMER

    De Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique, sur le Salon Beige :

    Entrées au séminaire : progression générale et importante dans les communautés traditionalistes

    Entrées au séminaire : progression générale et importante dans les communautés traditionalistes

    Depuis une année trois documents romains ont mené des attaques, convergentes et complémentaires, contre la liberté de célébration de la messe romaine traditionnelle. Citons, le 16 juillet 2021, le motu proprio du pape François Traditionis custodes. La réponse, le 4 août, de Mgr Roche, Préfet de la congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, aux questions posées par le cardinal Nichols, archevêque de Westminster. Enfin, le 29 juin 2022, la lettre apostolique Desidero desideravi sur la formation liturgique du peuple de Dieu.

    Un monde traditionnel en développement

    En France ces documents ont eu un impact médiatique important mais une influence modeste sur le nombre de messes traditionnelles célébrées avec l’accord de l’évêque. Le site Ad majorem dei gloriam note cependant la suppression de 14 lieux de culte sur un total initial de 241, soit une diminution de 6%. Si ce chiffre n’est pas très élevé c’est la première fois que s’observe une diminution du nombre de messes traditionnelles célébrées en application de Summorum Pontificum. Qu’en est-il de l’impact de ces documents sur les entrées dans les séminaires, et donc, à terme sur l’évolution du nombre de prêtres en France et leurs pratiques liturgiques ? Notons d’abord qu’en 2022 il a été ordonné, selon le site de la Conférence des Évêques de France, 77 prêtres séculiers français, c’est-à-dire destinés à être prêtres diocésains, auxquels il faut adjoindre 12 autres Français : 3 pour l’Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre (ICRSP), 3 pour la Fraternité Saint Pierre (FSSP) et 6 pour la Fraternité Saint Pie X (FSSPX). Ces 12 prêtres français ordonnés pour la messe traditionnelle représentent ainsi 14 % du total des ordinations de prêtres séculiers français. Sans prendre en compte les 4 ordinations prévues au diocèse de Toulon et reportées sine die on notera que ces ordinations se concentrent essentiellement sur quelques diocèses et communautés : communauté Saint Martin : 14, Paris : 10, Vannes : 5, Versailles :3. Ces chiffres sont à rapprocher d’un âge médian des prêtres de 75 ans et d’un nombre de décès annuel compris entre 600 et 800.

    Lire la suite

  • L'euthanasie en Belgique : de l'”acte exceptionnel” à la “banalisation”

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Euthanasie en Belgique : de l'”acte exceptionnel” à la “banalisation”

    16 septembre 2022
     

    Alors que l’euthanasie devait être « un acte exceptionnel », le professeur Benoît Beuselinck, oncologue belge, note qu’en 2019, le nombre de cas a atteint 2700 en Belgique pour une population de 11 millions d’habitants, soit un décès sur 40. Mais en réalité tous les actes ne sont pas déclarés, affirme le médecin. Ainsi, un décès sur 25 fait suite à une euthanasie. Il ajoute que « dans 16% des cas, l’euthanasie n’est pas faite en situation terminale ».

    Un acte banalisé

    Vingt ans après la dépénalisation, l’euthanasie figure sur le dépliant sur la fin de vie donné par l’hôpital. Et aussi sur « le formulaire que vous remplissez à l’entrée dans un Ehpad, précise-t-il. C’est mis sous votre nez sans le demander ».

    Une « banalisation » de l’euthanasie qui n’est pas toujours bien vécue par les soignants, témoigne le professeur. Certains ont l’impression de faire « le travail des pompes funèbres ».

    Les soins palliatifs en péril

    Le professeur Beuselinck s’inquiète sur l’avenir des soins palliatifs. Il craint « que les unités de soins palliatifs se transforment en “maisons d’euthanasie” ».  Il constate que « certains patients redoutent les soins palliatifs par peur de l’euthanasie ». « Les gens commencent à penser qu’il faudra un jour choisir entre souffrir horriblement et demander l’euthanasie », regrette-t-il.

    « J’ai l’impression que nous remplaçons petit à petit le soin et l’accompagnement par la mort, et la solidarité par l’autonomie », déplore l’oncologue. Il invite les Français à « préserver l’authenticité des soins palliatifs ».

    Source : Le Quotidien du médecin, Charlène Catalifaud (16/09/2022)

  • Chine : quelle Eglise le parti communiste entend-t-il façonner?

    IMPRIMER

    De Jordan Pouille sur le site de l'hebdomadaire La Vie :

    Quelle Église le Parti communiste chinois entend-t-il façonner?

    Farouche opposant à l’accord entre Pékin et le Saint-Siège sur la nomination des évêques, le cardinal Joseph Zen, 90 ans, se retrouve au tribunal le 19 septembre 2022 car il avait soutenu les manifestants en faveur de la démocratie à Hongkong.

    16/09/2022

    Nous avions rencontré le cardinal Zen en septembre 2019, dans un quartier résidentiel paisible de Hongkong. Il louait la mobilisation des étudiants catholiques dans les manifestations en faveur de la démocratie qui chahutaient les avenues de ce centre financier mondial. Il se savait surveillé et n’en avait cure. Puis, dans les trois années qui ont suivi, une purge impressionnante a frappé tous les critiques hongkongais du pouvoir chinois. Et le cardinal, à 90 ans, n’y a pas échappé.

    Le 10 mai 2022 au soir, Joseph Zen et trois autres personnes ont été placés en détention par la section de la police chargée de superviser la sécurité nationale. Le cardinal est alors accusé de « collusion avec des forces étrangères » dans le cadre de son rôle présumé de coadministrateur d’un fonds de soutien humanitaire dit « 612 ». Une infraction du même ordre que la subversion, la sécession et le terrorisme, passibles de la prison à vie. Fondé en 2019 et dissout en 2021, le Fonds 612 a permis à des manifestants prodémocratie de payer leurs frais juridiques et médicaux.

    De la prison à la simple amende

    Les semaines ont passé et l’inculpation officielle retenue par le tribunal de West Kowloon, pour le procès prévu du 19 au 23 septembre 2022, est devenue plus clémente : le cardinal est accusé d’avoir participé à la création d’une caisse non déclarée. Sauf coup de théâtre, il risque une simple amende, 1 600 € tout au plus. Cependant, Pékin a déjà gagné : désormais le cardinal se tait et ne s’indigne plus. Il se contente, sur les réseaux sociaux, de demander aux fidèles de prier pour lui, pour l’Église et Hongkong. Ainsi s’éteint l’une des dernières voix de la dissidence en Chine.

    Né à Shanghai en 1932, entré chez les Salésiens à 12 ans, Joseph Zen a fui à Hongkong en 1948, juste avant l’arrivée des communistes au pouvoir. Il a ensuite poursuivi ses études de théologie à Milan. Il est en revenu prêtre, bien décidé à enseigner dans les séminaires officiels et souterrains de la Chine continentale, à raison de six mois par an. En 1997, Hongkong est rétrocédé par la Grande-Bretagne à la Chine.

    Lire la suite