Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Liège: ouverture du carême 2020 à l'église du Saint-Sacrement

    IMPRIMER

    EGLISE DU SAINT-SACREMENT

    Bd d’Avroy, 132 à Liège

    MERCREDI 26 FÉVRIER 2020 À 18 HEURES

    MESSE ET IMPOSITION DES CENDRES

    Mercredi-des-cendres.jpg

    par l’abbé Claude Germeau

    Possibilité de se confesser

    Chants grégoriens et Motets traditionnels

    à l'orgue: Sr Marie-Elie o.carm.

    Repons « Emendemus » de la procession des cendres

    Kyriale XVIII

    Propre grégorien de la messe « Misereris »

    Hymne du carême « Attende Domine »

    Voir ici : Liège: ouverture du carême 2020 à l'église du Saint-Sacrement 

    JPSC

  • L'ouverture des archives du pontificat de Pie XII

    IMPRIMER

    De sur zenit.org :

    Archives du pontificat de Pie XII : journée d’étude à l’Augustinianum

    Interview du préfet des Archives apostoliques du Vatican

    À quelques jours de l’ouverture des archives du pontificat du pape Pie XII (le 2 mars 2020), les Archives apostoliques du Vatican organisent, ce 21 février, une journée d’étude à l’Institut patristique Augustinianum.

    Dans une interview à Vatican News, Mgr Sergio Pagano, préfet des Archives, explique le but de l’événement : « servir les chercheurs en leur offrant un aperçu des nouveaux fonds et des nouvelles possibilités de recherche, des outils préparés, pour que chacun se mette en route, fasse ses recherches, tire ses conclusions, bien sûr, dans une liberté de recherche maximale. »

    Mgr Pagano explique aussi le déroulement de l’événement : « À cette occasion, les archivistes des Archives du Vatican, mais aussi les archivistes d’autres archives du Saint-Siège, présenteront leur travail de préparation de documents et la possibilité que ces documents offrent concernant de nouvelles recherches ». Plus de 200 personnes, dont les historiens et les chercheurs ainsi qu’un « grand groupe d’universitaires juifs », se sont inscrits pour cette journée.

    La décision d’ouvrir la documentation relative au pontificat de Pie XII à la consultation des chercheurs a été prise par le pape François en mars dernier. En recevant le personnel des Archives secrètes du Vatican – aujourd’hui les Archives apostoliques – le pape a expliqué qu’il avait fait ce choix avec « l’âme sereine et confiante», dans la certitude que la recherche historique pourra évaluer les « moments d’exaltation de ce pape » ainsi que des « moments de graves difficultés, de décisions tourmentées, de prudence humaine et chrétienne ».

    « La question dramatique de la Shoah »

    Nombreux sont les chercheurs qui attendent l’ouverture des archives de Pie XII: « L’attente est compréhensible, affirme Mgr Pagano, car le pontificat du pape Pacelli est très important et crucial. Il se situe à un moment de l’histoire humaine malheureusement dévasté et ensanglanté par le dernier conflit mondial, mais aussi par tout ce qui s’est passé dans ce conflit et immédiatement après sa conclusion. Évidemment, la question dramatique de la Shoah vient immédiatement à l’esprit et les Juifs attendent donc de nombreuses révélations de cette ouverture. »

    Lire la suite

  • La face cachée de Jean Vanier : des révélations attristantes

    IMPRIMER

    De Sophie Lebrun sur le site de l'hebdomadaire La Vie :

    Révélations sur la face cachée de Jean Vanier

    Lire la suite sur le site de La Vie

  • La première interview d'Asia Bibi depuis sa libération

    IMPRIMER
     

    © DR

    Asia Bibi: sa première interview depuis sa libération

    Source de l'article: http://www.evangeliques.info.

    C’est la première fois qu’Asia Bibi donne une interview depuis sa libération. Accusée de blasphème le 14 juin 2009, condamnée à mort, puis finalement acquittée le 19 janvier 2019 après 10 ans de détention, Asia Bibi vit dans un lieu gardé secret au Canada. Elle a écrit un livre «Enfin Libre» paru en début d’année, et se confie pour la première fois à La Vie dans une interview où elle revient sur sa vie et le contexte de sa condamnation.

    «J’avais une vie simple mais bien remplie. Je travaillais comme ouvrière agricole et je récoltais notamment les fruits et les légumes dans les champs alentour. Le soir, je rentrais m’occuper de ma famille. Tout n’était pas facile, mais j’étais heureuse», évoque-t-elle. Le village, majoritairement musulman, n’aime pas les chrétiens. Asia Bibi raconte les tracas quotidiens qui égrainaient son existence jusqu’au jour où, sans raison, elle est accusée de blasphème par des voisines. «Je ne sais pas exactement pourquoi cette voisine, Mafia, et sa sœur m’ont accusée de blasphème, mais ce que je sais, c’est qu’elles ne m’aimaient pas, et qu’il était facile pour elles de m’accuser parce que j’étais chrétienne. Et ensuite, personne dans le village ne m’a défendue…»

    Au moment du verdict, c’est l’incompréhension qui prédomine et un sentiment terrible d’injustice, puis dans la solitude de sa cellule, une grande tristesse et l’inquiétude pour sa famille qu’elle sait menacée.

    «Le troisième jour après ma condamnation, alors que je priais, un oiseau est venu se poser sur le rebord de la fenêtre et m’a regardée, raconte-t-elle. Je lui ai demandé : "Viens-tu de la part de Dieu ?" Et il est parti. Mais ensuite, il est revenu chaque jour pendant trois ans. J’avais l’impression qu’il me parlait. C’était pour moi le symbole de l’espoir. J’ai beaucoup prié pendant toute ma détention. Seule dans ma cellule, j’imaginais Jésus et je lui parlais. Je lui demandais de me libérer. Ce lien m’a donné de la force et de l’espérance. J’ai toujours cru que la justice allait triompher et que j’allais être libérée.»

    Une femme musulmane et une gardienne chrétienne l’aident à surmonter cette longue épreuve. Elle apprend avec un peu de retard, que des chrétiens intercèdent en sa faveur et que Benoît XVI demande sa libération. Touchée par ses marques de soutien, Asia Bibi n’en oublie pas pour autant les nombreux chrétiens condamnés pour leur foi.

    «Je suis consciente que mon histoire a fait de moi un symbole dans le monde entier. Malheureusement, il y a beaucoup d’autres personnes qui ont été accusées de blasphème et qui sont encore en prison aujourd’hui. Je veux porter leur voix et les défendre, comme d’autres m’ont défendue, afin qu’elles soient libérées. J’incite les personnes qui m’ont soutenue dans le monde entier à ne pas les abandonner.»

    A l’heure qu’il est, Asia Bibi a pardonné à ceux qui lui ont fait du mal et tente de recouvrer la santé avant d’envisager une nouvelle étape de sa vie.

    La rédaction d'Evangeliques.info/ La Vie (communiqué de presse) - 19 février 2020

  • "Querida Amazonia" suscite critiques, interrogations et commentaires (mise à jour 22/2)

    IMPRIMER

    Comme ces divers commentateurs traduits sur le site "Benoît et moi" le laissent entendre :

    Roberto de Mattei commente « à chaud » l’exhortation apostolique Querida Amazonia, à la lumière non pas de ce qu’elle contient (qui finalement n’intéresse personne et sera vite oubliée, selon moi) mais de ce qu’elle ne contient pas. Et cette absence aura sans doute des conséquences pour le Pontificat car, on le sait, un processus révolutionnaire est […]

    Reçu d’un lecteur vigilant: « Le Père Raymond J. de Souza, un prêtre canadien (*) semble avoir un œil bien perçant concernant cette nouvelle Exhortation Apostolique. Il y voit une manœuvre papale déjà utilisée avec Amoris Laetitia« , et à relier avec la Constitution Apostolique Episcopalis Communio promulguée par François le 15/9/2018 (**). Résumé. (*) Mes lecteurs […]

    Elle non plus ne pense pas que l’exhortation classe définitivement le problème du célibat sacerdotal, et elle souligne le fait, très significatif, que dès l’exorde, le Pape enjoint de lire le Document Final du Synode en entier (1), investissant ainsi ce texte confus et ennuyeux d’une autorité qui ne lui appartient pas… … Mais le […]

    Avec l’exhortation, l’élan réformateur du pontificat a été stoppé net, les progressistes ont cessé d’avoir le vent en poupe, et le Pape est plus isolé que jamais. Mais surtout, il se retrouve en contradiction flagrante avec lui-même, car c’est lui qui a voulu ce débat sur le célibat des prêtres, et qui l’a orienté dans […]

    Pour Aldo Maria Valli (qui vient de publier un livre sur le synode et que je rejoins complètement ici), les catholiques « conservateurs » n’ont pas vraiment de quoi se réjouir du contenu de Querida Amazonia. Le Pape y élève l’incertitude (sous couvert de synodalité) au rang de magistère, mettant ainsi l’Eglise en une sorte d’état de […]

    Ce serait presque drôle si ce n’était si grave. Stefano Fontana s’est « amusé » (pardon si le mot ne convient peut-être pas totalement à la matière!) à relever toutes les contradictions incluses dans la réception de l’Exhortation apostolique. Au final, on ne sait pas vraiment si le Document final « ouvrant » à l’ordination d’hommes mariés est – […]

    Voici celle (plus autorisée que d’autres!) de don Nicola Bux, cité par Marco Tosatti. Loin de mettre un point final au débat, l’Exhortation, de l’aveu même de conseillers proches de François, a entr’ouvert une porte. Un document qui aurait dû réunir le peuple de Dieu (et qui finalement aurait rempli sa mission si personne n’en […]

    La majorité des observateurs s’accordent à dire que la publication de l’Exhortation apostolique Querida Amazonía a provoqué un tremblement de terre spirituel. Dans son Exhortation apostolique, le Pape François n’a pas ouvert la porte à l’ordination des hommes mariés qualifiés de viri probati. Le pape a également rejeté la proposition d’ordonner sacramentellement les femmes au diaconat permanent...

  • Le secret pontifical existe-t-il encore ?

    IMPRIMER

    De sur Smart Reading Press :

    LE SECRET PONTIFICAL EXISTE-T-IL ENCORE ?

    Porte du secret pontifical

    La décision a été qualifiée d’«historique» par certains médias annonçant que, par le biais de deux rescrits publiés 17 décembre 2019 et s’appliquant depuis le 1er janvier 2020, le Souverain Pontife avait «aboli» le secret pontifical. À lire cette presse, le secret pontifical n’existerait plus dans aucun domaine ni pour aucune compétence de l’Église. En est-on si sûr ?

    Regardons de plus près les deux rescrits que le pape François a fait publier le 17 décembre 2019 dans le journal L’Osservatore Romano et dans le journal officiel du Saint-Siège, les Acta Apostolicæ Sedis. Ils sont d’une grande importance1 : l’un signé en date du 6 décembre 2019 sur la «confidentialité des causes» pénales canoniques, l’autre signé en date du 3 décembre de la même année sur «la détention d’images pédopornographiques2». Tous deux visent l’abolition du secret pontifical (dans certaines conditions) et s’appliquent depuis le 1er janvier 2020. Ils répondent à des inquiétudes adressées à la Curie romaine sur les problèmes dits de «pédophilie» qui font scandale dans l’Église et dans la société.

    En d’autres termes, pour les affaires d’agressions sexuelles sur des mineurs ou sur des majeurs «vulnérables» commises par un membre du clergé, tout doit semble-t-il être dévoilé, toujours selon la presse, de ce qui relève d’un procès canonique à ce sujet, avec les décisions qui peuvent en découler. C’est ainsi que l’on voudrait interpréter la pensée pontificale pour ces tristes cas, qui ne sont tout de même pas légion chez les ecclésiastiques, même si ce sont à chaque fois des actes odieux et regrettables, souvent mal gérés par les pasteurs, et qui choquent3. Actes qu’il faut, certes, corriger sans anti-juridisme, mais selon la loi canonique et dans le respect des lois civiles propres à chaque pays.

    Que faut-il en penser, et pouvons-nous suggérer quelques observations sur ce sujet hautement sensible ? Après avoir situé la portée exacte du secret pontifical, qui n’a rien d’une dissimulation dommageable en soi (I), notons les délits exclus du secret pontifical (II) et mesurons ce qui ne devrait pas être source d’iniquité en l’espèce, dans le sens où tout ne peut pas être révélé (III).

    Lire la suite sur Smart Reading Press

  • Le scoutisme : un cadeau pour le XXIe siècle

    IMPRIMER

    Lu "en contribution externe" sur le site de La Libre :

    Vivre-ensemble, respect de la nature et des autres : le scoutisme est un cadeau pour le XXIe siècle

    Une opinion de Jean-Pierre Troussart, Amaury de Viviés et Marie-Waudru Tercelin, respectivement président du conseil d'administration, commissaire national général scout et commissaire nationale générale, guide de l'association des guides et scouts d'Europe et de Belgique.

    À l'occasion du Thinking day, la fête de la fraternité scoute, revenons sur les bénéfices du scoutisme pour les défis éducationnels d’aujourd’hui. Car nous le pensons, le scoutisme est la meilleure et plus grande invention pédagogique du XXe siècle.

    C’est en mémoire de son fondateur, Lord Robert Baden-Powell ("BP" pour les intimes) que, depuis 1926, on célèbre à la date anniversaire de sa naissance, le 22 février, le "Thinking day", c’est-à-dire la fête de la grande fraternité scoute. Une fraternité qui compte ou a compté pas loin d’un milliard de membres depuis sa création !

    Pour sûr, le scoutisme mérite d’être célébré. Tout d’abord pour les milliers de jeunes qui chaque week-end enfilent leur foulard pour transmettre ce qu’ils savent à vos enfants et aux nôtres (Merci !). Également pour toutes les réponses qu’il apporte encore aujourd’hui aux défis brûlants qui émaillent l’éducation de notre siècle. En voici pour preuve quelques exemples.

    Le vivre-ensemble

    Ne nous voilons pas la face, on ne peut pas dire que notre vivre-ensemble se porte bien. Le monde associatif s’estompe progressivement, la perte de sens commun est générale et bien que notre environnement matérialiste et individualiste nous apporte un certain confort, il manque de plus en plus de tout ce qui relie les personnes les unes aux autres. Un constat que le scoutisme continue à s’efforcer de surmonter en proposant des solutions concrètes et simples : vivre en patrouille entre garçons ou filles de provenance très variée, apprendre à franchir ensemble des obstacles, à réaliser des projets, à compter sur les autres, à développer des valeurs communes, et bien sûr le ciment qui donne sa cohésion à la société : le sens du don de soi et du service.

    A ce sujet, ce qui rend le scoutisme particulièrement intéressant, c’est que tous ces efforts sont réalisés… sans bruit. "Loin des beaux discours, des grandes théories…", des centaines de nos chefs, et des milliers dans d’autres fédérations se donnent en silence chaque semaine, pour vos enfants… et les nôtres. Un joli pied de nez à tous ceux qui désespèrent de notre jeunesse.

    Lire la suite

  • Euthanasie : une offensive généralisée en Europe

    IMPRIMER

    De Pauline Quillon sur le site de Famille Chrétienne :

    Offensive du lobby pro-euthanasie en Europe

    20/02/2020

    MAGAZINE – Jusqu’à quand ? Les digues qui protègent l’interdit de tuer céderont-elles dans les pays latins où les militants pro-euthanasie insistent et réinsistent ? En Espagne, le 11 février, date de la Journée mondiale des malades, la Chambre des députés a donné son accord pour porter au calendrier législatif un projet de loi sur le droit à l’aide à mourir – euthanasie et suicide assisté. Les socialistes, porteurs du projet, avaient déjà fait deux tentatives infructueuses. Une première barrière a donc été franchie au-delà des Pyrénées. En Italie, l’idée fait aussi son macabre chemin. Le 12 février, le Conseil de l’ordre des médecins a décidé de supprimer les sanctions disciplinaires à l’encontre des médecins qui pratiquent « l’aide médicale à mourir ». Il affirme s’aligner sur le code pénal, la Cour constitutionnelle ayant posé en septembre que « le suicide assisté pouvait être licite ». 

    Au Portugal, également, un projet de loi en faveur de la dépénalisation de l’euthanasie, bloqué en 2018, revient au parlement de Lisbonne le 20 février. En France, enfin, le lobby pro-euthanasie est actif et influent. Le groupe d’étude sur la fin de vie de l’Assemblée nationale, présidé par Jean-Louis Touraine, ouvertement pro-euthanasie, a auditionné le 12 février Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité. Ce dernier a avancé lors d’une réunion publique à Périgueux que Jean-Louis Touraine déposerait une proposition en ce sens dans les prochaines semaines.

    ▶︎ À LIRE AUSSI Euthanasie : les Pays-Bas introduiront-ils la notion de « vie accomplie » ?

  • Proposition de loi sur l'avortement : focus sur le "délit d'entrave"

    IMPRIMER

    De Constance du Bus sur le Bulletin d'Information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Proposition de loi avortement : focus sur le nouveau délit d’entrave

    19/02/2020

    L'extension du “délit d'entrave à l'IVG” est un versant trop peu connu de la proposition de loi actuellement débattue au Parlement belge en matière d'avortement. La nouvelle disposition condamnerait à une peine d'emprisonnement de trois mois à un an et à une amende de cent euros à cinq cents euros ‘'celui qui tente d'empêcher, physiquement ou de quelque manière que ce soit, une femme d'accéder librement à un établissement de soins pratiquant des interruptions volontaires de grossesse''.

    Cette disposition a soulevé de vives discussions en Commission de la Justice le 20 décembre 2019. Les députés opposés à la proposition de loi ont tout d'abord pointé le flou qui caractérise les termes “de quelque manière que ce soit”. En effet, rien dans le texte ne permet de savoir de façon claire et précise ce qui constituerait une entrave à l'avortement. Les députés Dries Van Langenhove (VB) et Servais Verherstraeten (CD&V), ont soulevé que cette insécurité juridique allait à l'encontre du principe ‘'pas de crime sans loi'' pourtant essentiel en droit pénal.

    Une liste d'exemple est toutefois intégrée dans la justification de l'amendement. Citons notamment :

    la distribution, à l'entrée des centres d'avortement, de dépliants contenant des représentations exagérées, grotesques ou non conformes à la réalité en rapport avec l'avortement; la diffusion d'avis fictifs discréditant les médecins ou établissements pratiquant l'avortement; le fait de mettre une femme qui souhaite procéder à un avortement sous pression ou de la menacer; la rétention des adresses d'établissements de soins pratiquant l'avortement; ou encore pour les médecins, le refus de renvoyer la femme vers un autre médecin ou établissement.

    Il va sans dire que les exemples listés sont à nouveau peu précis et paraissent difficilement conciliables avec la liberté d'expression ou de conscience. Ainsi donc, la volonté du partenaire de garder l'enfant pourrait-elle être considérée comme une pression sur la femme enceinte, et donc une entrave punissable à l'avortement ? À nouveau, les auteurs du texte n'ont pas pu donner de réponse claire et préfèrent laisser celle-ci à l'appréciation du juge qui serait éventuellement saisi d'un tel cas.

    Le député Servais Verherstraeten (CD&V) a ensuite pointé le déséquilibre fondamental dans ce qui est attendu des médecins : d'un côté, les médecins qui refusent de pratiquer un avortement doivent, sous peine de sanctions, renvoyer la femme vers un autre médecin. De l'autre, ils ne sont plus tenus d'informer la femme de l'existence d'alternatives à l'avortement.

    Plus généralement, relevons dans cette proposition de loi le déséquilibre entre d'un côté la dépénalisation des avortements pratiqués illégalement, et de l'autre l'incrimination de ceux qui s'opposent, d'une manière ou d'une autre, à l'avortement.

    Rappelons toutefois que l'avis du Conseil d'Etat sur cette proposition de loi est attendu dans les prochains jours. Il est fort probable qu'il soulève l'insécurité juridique voire l'atteinte à la liberté d'expression dans cette disposition.

  • Les maisons de repos et hôpitaux belges seront-ils bientôt tous contraints de pratiquer l’euthanasie ?

    IMPRIMER

    De L. Vanbellingen sur le Bulletin d'Information de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Maisons de repos et hôpitaux belges bientôt tous contraints de pratiquer l’euthanasie ?

    20/02/2020

    « Aucune clause écrite ou non écrite ne peut empêcher un médecin de pratiquer une euthanasie dans les conditions légales » : par cette courte disposition, la proposition de loi actuellement en discussion au Parlement fédéral pourrait bouleverser le quotidien de nombreuses institutions de soins aux quatre coins du royaume.

    Pour rappel, la proposition de loi introduite en octobre dernier prévoit un élargissement des conditions d'accès à l'euthanasie. Y figurent notamment la durée de validité illimitée de la déclaration anticipée d'euthanasie (auparavant limitée à cinq ans) ainsi que le renforcement de l'obligation de renvoi du patient vers un autre médecin, pour le médecin qui refuserait de pratiquer une euthanasie sur base de sa liberté de conscience.

    La troisième mesure porte donc sur l'interdiction des clauses visant à exclure l'euthanasie. Un grand flou règne sur le fait de savoir quelles personnes et institutions sont visées par une telle interdiction, la proposition ne mentionnant en effet aucun acteur explicitement. A lire l'exposé des motifs de la loi, l'on comprend toutefois que la mesure vise en pratique à interdire les maisons de repos et hôpitaux « sans euthanasie ».

    Sur base de leur liberté institutionnelle, de nombreuses institutions de soins proposent en effet une prise en charge des patients qui privilégie d'autres approches que la mort par euthanasie, par exemple à travers un accompagnement continu des personnes jusqu'à leur décès, par le biais des soins palliatifs.

    Une telle mesure vise donc à contraindre les institutions à accepter la pratique de l'euthanasie en leurs murs, en se fondant sur l'autonomie du patient et sur la liberté thérapeutique du médecin. En pratique, ceci signifierait que le médecin pourrait pratiquer l'euthanasie sur un patient qui le souhaite, même si un tel geste va à l'encontre de l'approche thérapeutique privilégiée par l'institution de soins et la communauté de soignants qui la compose.

    Lire la suite

  • Roumanie: apporter son soutien à 54 séminaristes à Oradea

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse (Belgique-Luxembourg) :

    Roumanie: Soutien à 54 séminaristes à Oradea

    17/02/2020 Leuven – Le diocèse gréco-catholique d’Oradea continue d’accueillir un nombre élevé de vocations sacerdotales. Un facteur important y contribue: l’intense pastorale des familles. Les familles qui participent activement à la vie ecclésiale et vivent leur foi sont un terreau très fertile pour les vocations sacerdotales.

    En 2017, le séminaire d’Oradea célébrait son 225ème anniversaire. Pourtant, au 20ème siècle, cette histoire avait été brutalement interrompue par la persécution de l’Église par les communistes. Ce n’est qu’après le changement de régime politique que des jeunes ont pu à nouveau entrer au séminaire. Ce nouveau départ a été difficile – surtout économiquement. L’AED aide déjà le séminaire d’Oradea depuis 1993. Encore aujourd’hui, il y a un besoin urgent d’aide, car le diocèse est pauvre.

    Le père Anton Cioba, recteur du séminaire, nous écrit : « Sans l’aide de l’étranger, nous ne serions pas capables de faire notre travail. Nous continuons à compter sur votre soutien et nous vous remercions du fond du cœur pour le soutien que vous nous avez déjà accordé. C’est cela qui aide à ressentir l’universalité de l’Église catholique. Que Dieu vous bénisse, vous et tous nos bienfaiteurs ».

    Cette année encore, nous aimerions soutenir la formation des 54 séminaristes à hauteur de 32.400 euros.

    Votre don bénéficiera à ce projet ou à un projet similaire, et permettra le travail pastoral de l’Aide à l’Église en Détresse.
    Communication sur votre virement: 423-02-79 Roumanie

    Ensemble, avec vous, nous aidons ceux qui sont dans le besoin. Grâce à vous, l’Aide à l’Église en Détresse apporte un soutien aux fidèles partout où ils sont persécutés, opprimés ou en détresse, à travers des informations, des prières et des actions.

    Vous pouvez nous aider par :

    • un don pour un projet pastoral au numéro de compte d’Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. Belgique IBAN : BE25 1960 0933 4182 et BIC : CREGBEBB ou Aide à l’Église en Détresse a.s.b.l. Luxembourg IBAN: LU66 1111 0261 9404 0000 et BIC: CCPLLULL. En vertu de la loi Belge, les projets pastoraux ne sont pas admissibles à l’octroi d’une attestation fiscale.

    • un don pour un projet social de développement au numéro de compte d’Aide et Espoir a.s.b.l. avec IBAN: BE72 1960 1357 6116 et BIC: CREGBEBB. Ceux qui, au cours de l’année, ont fait un don de € 40,00 ou plus pour un projet social de développement, reçoivent automatiquement une attestation fiscale l’année qui suit.

    Merci pour votre soutien !

    FAIRE UN DON

  • En Europe, une ordination sur quatre a lieu en Pologne

    IMPRIMER

    De Philippine Kauffmann sur le site du journal La Croix :

    Un quart des nouveaux prêtres d’Europe sont polonais

    Les faits 

    Selon une étude de l’institut polonais de statistiques sur l’Église catholique, un peu plus d’un nouveau prêtre européen sur quatre est polonais. Mais en Pologne, comme dans le reste de l’Europe, le nombre de prêtres catholiques est en constante baisse depuis 2000.

    le 20/02/2020 à 15:59

    En Europe, une ordination sur quatre a lieu en Pologne. Environ 350 nouveaux prêtres diocésains sont ordonnés chaque année dans ce pays, d’après l’institut polonais de statistiques sur l’Église catholique. Ce chiffre représente 26 % du nombre d’ordinations de prêtres diocésains sur le continent, qui étaient de 1 272 - dont 79 en France - en 2017, la dernière année pour laquelle des statistiques sont disponibles.

    Il y a eu 5 800 ordinations dans le monde cette année-là. La part de Polonais a cependant subi une légère baisse : en 2013, ils représentaient 30 % des Européens ordonnés.

    Le nombre de prêtres en baisse constante en Europe

    Malgré cette forte proportion, le nombre de prêtres baisse en Pologne comme chez ses voisins européens, tandis que ceux qui quittent leur sacerdoce sont de plus en plus nombreux. Le site catholique polonais Deon.pl parle d’une « vraie crise des vocations ».

    Depuis l’an 2000, le nombre de prêtres dans le monde ne cesse d’augmenter et a atteint 281 000 en 2017. En Europe, seul continent où l’effectif est en baisse, ils étaient 141 000 en 2003, 132 000 en 2011 et plus que 125 000 en 2017. Les statistiques indiquent également une recrudescence des prêtres quittant leur ministère depuis 2009. En 2017, 739 prêtres européens ont quitté leur paroisse, dont la moitié en Pologne.

    Une Église toujours influente

    Malgré cette baisse des vocations, 90 % des Polonais se déclarent catholiques et l’Église est toujours très influente dans le pays. Cependant, d’après une étude (Pew Research) de 2018, comparés à leurs aînés, les jeunes Polonais se rendent de moins en moins à la messe. Seuls 26 % des moins de 40 ans vont à la messe tous les dimanches alors que les plus de 40 ans sont 55 % à le faire. (...)