Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Faut-il détruire l'Occident ?

    IMPRIMER

    De Kamel Daoud , écrivain et journaliste algérien, dans une tribune publiée sur le Monde du 23 juin (via la revue de presse de l'Homme Nouveau)

    Faut-il détruire l’Occident ? Le mettre à feu et à sang pour mieux le reconstruire ou mieux le piétiner dans ses ruines ? Cette géographie, qui participe autant de l’histoire que des imaginaires, partage les avis et divise les ardeurs des anti-tout qui y habitent. Entre ceux qui y craignent la fin du monde et ceux qui la veulent, ceux qui la fabriquent et ceux qui la redoutent. Collapsologues, écologistes messianiques, antiracistes radicaux, populistes, tiers-mondistes nostalgiques et populistes du victimaire, ardents de la « souche » et racialistes inversés : ils sont foule et la foule fait désormais effet d’armées. (…)

    L’Occident étant coupable par définition selon certains, on se retrouve non dans la revendication du changement mais, peu à peu, dans celle de la destruction, la restauration d’une barbarie de revanche. Les raisons ? Elles sont diverses. La colère longtemps tue, la culpabilité chez les élites occidentales « de souche », la fin d’un sursis obscur donné aux démocraties traditionnelles, les populismes rageurs et les réseaux sociaux. (…) De fait, il y a comme une convergence des luttes pour la meilleure fin d’un monde : victimaires, antiracistes, mais aussi masochistes intellectuels et sceptiques professionnels, suprémacistes et défaitistes esthètes.

    Le vœu de changer l’Occident se retrouve contaminé, profondément, par celui de le voir mourir dans la souffrance. Et, dans l’élan, on gomme cette conséquence suicidaire que par sa mort on se tuera soi-même, on tuera le rêve d’y vivre ou d’y aller par chaloupes ou par avions, on tue le seul espace où il est justement possible de crier sa colère. D’ailleurs, le fait même de défendre l’Occident comme espace de liberté, certes incomplète et imparfaite, est jugé blasphématoire dans cette nouvelle lutte des classes et des races. Il est interdit de dire que l’Occident est aussi le lieu vers où l’on fuit quand on veut échapper à l’injustice de son pays d’origine, à la dictature, à la guerre, à la faim, ou simplement à l’ennui. Il est de bon ton de dire que l’Occident est coupable de tout pour mieux définir sa propre innocence absolue. L’Occident sera alors crucifié pour notre salut à tous en quelque sorte, confondu, dans le même corps blanc, dans une trinité horizontale, avec les deux autres voleurs à la gauche et à la droite de ce Christ géant. Erreurs et illusions coûteuses. L’Occident est à la fois coupable et innocent. Or, tuer un coupable ne brise pas la chaîne de la douleur. Elle fait échanger les robes des victimes et des bourreaux. (…)

    Ces procès anti-Occident à la soviétique, si faciles et si confortables, à peine coûteux quand on ne vit pas dans la dictature qu’on a fuie, menés par les intellectuels du Sud en exil confortable en Occident ou par des fourvoyés locaux sont une impasse, une parade ou une lâcheté. Ils n’ont ni courage, ni sincérité, ni utilité. Il n’est même plus besoin de relire les insanités d’un journaliste qui a fui son pays du Maghreb il y a vingt ans, se contentant de dénoncer la dictature « locale » sans y mettre les pieds, tout en passant son temps à fustiger les démocraties qui l’ont accueilli. La règle de ce confort est qu’il est plus facile de déboulonner la statue d’un tyran, au Nord, sous les smartphones, que de déboulonner un vrai tyran vivant au « Sud ». Et il n’est pas même utile de répondre à ceux qui, lorsque vous tenez ces propos pourtant réalistes, vous accusent de servilité intellectuelle.

  • Les juristes catholiques portugais se mobilisent contre l’euthanasie

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Au Portugal, les juristes catholiques se mobilisent contre l’euthanasie

    Malgré la crise du coronavirus, l’agenda politique en faveur de l’euthanasie se poursuit. L’Association portugaise des juristes catholiques s’oppose à la reprise du débat parlementaire visant à légaliser cette pratique qui attente à la vie humaine.

    «Lorsque la vie d'une personne est marquée par la maladie et la souffrance, la réponse de la société et de l'État à cette personne ne peut être de confirmer son désespoir en contribuant à sa mort ; cette réponse doit être celle de celui qui, mû par un amour fraternel, ne ménage aucun effort pour éliminer ou alléger cette souffrance.» C'est ainsi que l'Association des juristes catholiques (AJC) s'est exprimée dans une note diffusée par l'agence Ecclesia, dans laquelle elle s'oppose au retour au travail parlementaire pour légaliser l'euthanasie, considérant qu'il est «déplorable» que cela se produise en pleine pandémie.

    «La légalisation de l'euthanasie, indique le communiqué, va à l'encontre de deux fondements du système juridique : celui de l'inviolabilité de la vie humaine, consacré par la Constitution, et celui pour lequel toutes les vies humaines sans exception sont dignes de protection».

    La pandémie de coronavirus a rappelé à tous la valeur de la vie

    Elle «contient une profonde contradiction» pour les juristes catholiques, et est encore plus «déplorable» face aux leçons que l'on peut tirer de la pandémie de Covid-19. L'expérience du coronavirus, en effet, «nous a rappelé précisément la valeur suprême de la vie humaine dans toutes ses phases et la mission des travailleurs de la santé». La pratique de l'euthanasie, au contraire, «fausse jusqu'au bout la tâche des professionnels de la santé», dont la mission «a toujours été, et doit continuer à être, de servir et de protéger la vie humaine».

    «La privation des libertés fondamentales, la paralysie du pays et des dommages économiques et sociaux incalculables» ont été consentis par la population portugaise, dans le cadre de la pandémie de coronavirus, «pour protéger des vies humaines». «Seul un objectif aussi important pourrait nous y conduire et lui seul donne un sens à tant de sacrifices.» Et après un tel combat, la légalisation de l'euthanasie constitue une terrible contradiction.

    L'association est donc favorable à l'organisation d'un référendum sur cette question, car elle estime que «cela correspondrait au minimum de vérité démocratique», étant donné que les grands partis n'ont pas inclus la légalisation de l'euthanasie dans leur programme électoral, et que leurs groupes parlementaires sont divisés en ce sens.

  • Chine : un trafic d'organes "halal" ?

    IMPRIMER

    CHINE : TRAFIC D'ORGANES "HALAL"

    23 juin 2020

    « Le commerce des organes des prisonniers ouïghours » enfermés dans des camps en Chine fait régulièrement l’objet d’annonces. Cette minorité ethnique, de confession musulmane, est victime de nombreuses discriminations. Les hôpitaux chinois vendraient à de riches patients du Golfe en attente de greffe, les organes prélevés de force sur ces prisonniers. Présentés comme « hallal », puisque les Ouïghours ne consomment ni porc ni alcool, ils seraient vendus à un prix pouvant monter jusqu’à un demi-million de dollars.

    Des rescapés de ces camps de détention témoignent avoir été régulièrement soumis à examens médicaux dont des prélèvements sanguins et des échographies d’organes. Selon le reporter « quelque 25 000 Ouïghours de 25 à 35 ans seraient tués chaque année pour leurs organes ». Pour éviter que les preuves de ce trafic subsistent, les autorités feraient disparaître les cadavres en les brûlant dans des crematoriums sous haute surveillance.

    Plusieurs arguments semblent accréditer ces affirmations. A commencer par les délais d’attente en Chine pour obtenir un greffe qui sont en moyenne de 12 jours, contre 3,6 ans aux États-Unis alors que « le fichier chinois des donneurs d’organes ne compte qu’environ 373 000 personnes, contre 145 millions aux États-Unis ». Par ailleurs, en Chine « certains patients greffés peuvent même connaître la date exacte de la transplantation, comme si la date de décès du donneur était connue à l’avance… »

    Pour aller plus loin :

    Sources: Vice, Justine Reix (19/06/2020) - Valeurs Actuelles (20/06/2020)
  • Un militant des Black Lives Matter appelle à la destruction des images et statues de Jésus et Marie représentés comme des "blancs"

    IMPRIMER

    De Calvin Freiburger sur LifeSiteNews :

    Un militant de Black Lives Matter appelle à la destruction des images et des statues de Jésus et Marie "blancs"

    L'activiste de Black Lives Matter a déclaré que les statues, les peintures murales et les vitraux représentant Jésus et Notre-Dame comme des "blancs" devraient être retirés car ils sont des formes de "suprématie blanche".

    23 juin 2020

    Alors que les protestations contre le prétendu "racisme systémique" continuent de se répandre aux États-Unis et se sont étendues au déboulonnage des statues de personnages historiques américains, les militants de gauche tournent maintenant leur attention vers les prétendues implications raciales de l'imagerie religieuse et appellent à la destruction des images et des statues d'un Jésus "blanc" et de Marie sa mère.

    Shaun King, une des principales voix du mouvement Black Lives Matter (BLM), plus connu pour avoir déclaré être à moitié noir bien que les deux parents sur son certificat de naissance soient inscrits comme étant blancs, a déclaré lundi que les statues, les peintures murales et les vitraux représentant Jésus comme étant blanc devraient être enlevés parce qu'ils sont "des formes de suprématie blanche", censés être des "outils d'oppression" et de "propagande raciste" : Oui, je pense que les statues de l'Européen blanc qu'ils prétendent être Jésus devraient également disparaître. Elles constituent une forme de suprématie blanche. Elles l'ont toujours été. Dans la Bible, quand la famille de Jésus voulait se cacher et se fondre dans la masse, devinez où ils sont allés ? En ÉGYPTE ! Pas au Danemark. Démolissez-les. Toutes les peintures murales et les vitraux représentant Jésus blanc, et sa mère européenne, et de leurs amis blancs devraient également disparaître. Ils sont une forme grossière de suprématie blanche. Créés comme des outils d'oppression. C'est de la propagande raciste. Ils devraient tous descendre."

    La couleur de la peau et les caractéristiques physiques exactes du Christ font l'objet - au-delà de l'hypothèse de bon sens selon laquelle elles correspondraient à la population du Moyen-Orient dans laquelle il est né - de fréquents débats entre les historiens et les biblistes, ainsi qu'avec des militants comme King qui tirent une signification raciale ou politique de la façon dont il est représenté.

    Cependant, tout au long de l'histoire, Jésus a généralement été représenté en accord avec la race majoritaire de la culture qui a produit une œuvre d'art donnée, et pas entièrement pour des raisons de préjugés culturels. Le fédéraliste Jonah Gottschalk note que "lorsque le christianisme s'est répandu en Europe, en Afrique et en Asie, les églises indépendantes ont créé des images de Jésus dont l'apparence et la tenue étaient familières aux membres de la communauté. Cela inclut 1500 ans de représentations éthiopiennes d'un Jésus noir".

    Lire la suite

  • L'hymne célèbre « Ut queant laxis » pour la fête de saint Jean Baptiste (24 juin)

    IMPRIMER

    Cette hymne célèbre a été composée par Guido d’Arezzo (entre Sienne et Florence) au XIe siècle. Remarquable pédagogue, ce moine musicien est à l'origine du système de notation musicale encore en vigueur. Ce système a révolutionné l'apprentissage de la musique car il a dispensé les artistes d'apprendre par coeur, à l'oreille, les morceaux de musique et de chant. Il a facilité la transcription des notes et leur lecture.

    Les premières notations musicales à base de portées et de notes sont apparues au VIIIe siècle à Metz et à Saint-Gall (aujourd'hui en Suisse) à l'initiative des chanoines en charge du chant liturgique (ainsi appelle-t-on le chant qui accompagne les cérémonies religieuses).

    Les musiciens ont d'abord utilisé des signes musicaux ou neumes en « campo aperto »sans ligne. Ensuite, pour aider les copistes à conserver les proportions verticales, on a introduit une, puis deux puis trois lignes.

    Une main musicale

    téléchargement (15).jpgGuido d'Arezzo a ajouté une quatrième ligne à la portée et, ce faisant, il a introduit un moyen mnémotechnique, la « main guidonienne », pour représenter les notes : dans ce système d'écriture, en effet, tous les degrés de l'échelle musicale peuvent être assimilables aux jointures et aux phalanges des cinq doigts de la main gauche ouverte.

    Guido d'Arezzo a aussi ajouté au début de chaque ligne une lettre clef qui indique la valeur d'intonation de la série considérée et qu'il a appelé gamma, d'où le nom de« gamme » aujourd'hui donné à son système de notation musicale.

    Les notes étaient auparavant désignées par les premières lettres de l'alphabet. Pour désigner les notes qui prennent place sur les quatre lignes de sa portée, Guido d'Arezzo s'est servi des premières syllabes d'une hymne à Saint-Jean-Baptiste (la dernière note, SI, est une contraction des deux initiales de Sancte Johannes) :

    « UT queant laxis / Pour que puissent
    « REsonare fibris / résonner des cordes
    « MIra gestorum / détendues de nos lèvres
    « FAmili tuorum, / les merveilles de tes actions,
    « SOLve polluti / ôte le péché,
    « LAbii reatum, / de ton impur serviteur,
    « Sancte Iohannes. / ô Saint Jean.

    Les écoliers italiens du temps de Guido connaissaient bien cette hymne, en effet, et la chantaient avec une mélodie qui montait de degré en degré. C'était pratique pour apprendre les hauteurs relatives de chaque degré de la gamme. Le si fut ajouté par Anselme de Flandres à la fin du XVIe siècle et le ut, jugé trop dur à l'oreille, transformé en do par Bononcini en 1673. Quant au mot solfège, il vient tout simplement des notes sol-fa.

    La portée de Guido, étendue à cinq lignes, s'est généralisée très vite à l'ensemble du monde musical mais, à la différence des Latins, les Anglais et les Allemands sont restés fidèles aux lettres de l'alphabet pour désigner les notes. En anglais, do ré mi fa sol la si devient : C D E F G A B.

    Ref. Guido d'Arezzo nous lègue sa notation musicale

    JPSC

  • Les avortements en raison du sexe explicitement interdits en Belgique ?

    IMPRIMER

    EN BELGIQUE, LES AVORTEMENTS EN RAISON DU SEXE EXPLICITEMENT INTERDITS ?

    22 juin 2020

    En Belgique, vendredi 19 mai, le Conseil d’Etat a remis son avis concernant les amendements déposés à une proposition de loi dépénalisant et assouplissant les conditions de l’avortement (cf. Loi IVG en Belgique : de nouveaux amendements adressés au Conseil d’Etat, le vote est repoussé ). Si la réponse reste favorable au texte dans son ensemble (cf. Belgique : le Conseil d’Etat donne son feu vert pour la dépénalisation de l’avortement ), deux points de vigilance ont été soulignés.

    Les opposants au texte ont fait valoir que l’extension du délai légal de l’avortement ouvrait la porte « à des avortements pratiqués en raison du sexe ». Sur ce point, le Conseil d’Etat a jugé « légitime et proportionnelle » la demande qui est faite de l’interdiction explicite de cette pratique. L’amendement stipulait que cette information ne devait pas être délivrée avant l’expiration du délai, à quoi le Conseil d’Etat donne un avis plus « partagé » car, « il restreint le droit à la vie privée et à l'information, et s'applique à l'ensemble des futurs parents même si rien n'indique qu'une IVG pour un tel motif soit envisagé. Le Conseil d'État relève toutefois qu'il n'y a pas d'alternatives et que le secret ne doit être tenu que quelques semaines ». Il estime in fine que « la mesure est (…) proportionnée ».

    Les tenants de la loi qui souhaitaient quant à eux, clarifier le délit d’entrave (cf. Belgique : une peine de prison pour celui qui « tente d'empêcher de quelque manière que ce soit » une IVG ?), se sont vus une nouvelle fois appelés à « préciser certains éléments ».

    Les débats pourraient reprendre en séance plénière « avant la trêve estivale ».

    Pour aller plus loin :

  • Le calvaire oublié d'une Syrie abandonnée par la communauté internationale

    IMPRIMER

    De Delphine Allaire sur Vatican News :

    En Syrie, le sentiment d’abandon éprouvé par la population

    En guerre depuis bientôt dix ans, avec un tiers de la population réfugiée, un autre tiers déplacée à l’intérieur, la Syrie encaisse un énorme de taux de paupérisation, avoisinant les 80%, une dévaluation de sa monnaie, sans compter l’embargo américain que la population subit de plein fouet. Au sortir du confinement lié à la pandémie de coronavirus, Vincent Gelot, chargé de projets pour la Syrie à l'Œuvre d'Orient, évoque «les attentes et illusions perdues» de la population.

    Le seuil de pauvreté a largement été dépassé en Syrie, une grande partie de la population est soit «réfugiée», soit «déplacée interne». Les infrastructures du secteur public sont détruites, le chômage est énorme, il y a une mobilisation générale donc très peu d’hommes dans la société civile. Par ailleurs, le pays est sous blocus et restrictions. Le Liban, par où transitaient donc les personnes et l’argent, s’est effondré économiquement, fragilisant davantage les Syriens.

    Selon Vincent Gelot, chargé de projets pour la Syrie à l’Œuvre d’Orient, le confinement a donc finalement été presque «moins difficile» que tout ce qu’il s’est passé auparavant dans le pays. Il décrypte ces réalités quotidiennes éprouvées par la population.

    Entretien avec Vincent Gelot, responsable de l'Œuvre d'Orient pour la Syrie et le Liban

    Vincent Gelot: Deux éléments fragilisent davantage la situation: bien sûr la Covid-19 et le couvre-feu qu’elle a entraîné en Syrie, et le plan César qui renforce les restrictions sur la Syrie par les États-Unis, et vient encore plus mettre à genoux la population civile, première à en souffrir. 

    Par ailleurs, la Syrie étant sous blocus et sous restrictions, le Liban représentait l’une de ses bouffées d’air. Par-là transitaient les personnes, l’économie, l’argent. Or, depuis le gel des banques libanaises en octobre dernier, ce canal a été interrompu, ce qui a énormément fragilisé les Syriens.

    Lire la suite

  • "Vatican news" réagit aux critiques de Vatican II et du pontificat actuel

    IMPRIMER

    Symptomatique, cet article publié aujourd'hui (23 juin) sur Vatican News par Sergio Centofanti :

    Le développement de la doctrine est la fidélité dans la nouveauté

    Certaines critiques de l'actuel pontificat remettent en cause le Concile Vatican II, finissant par faire oublier le Magistère de Saint Jean-Paul II et Benoît XVI

    Certaines critiques doctrinales du pontificat actuel montrent une distance progressive mais de plus en plus nette par rapport au Concile Vatican II. Non pas à partir d'une certaine interprétation de quelques textes, mais à partir des textes du Concile eux-mêmes. Certaines lectures qui insistent pour opposer le Pape François à ses prédécesseurs immédiats finissent donc même par critiquer ouvertement saint Jean-Paul II et Benoît XVI, ou en tout cas par faire taire certains aspects fondamentaux de leur ministère, qui représentent des développements évidents du dernier Concile.

    La prophétie du dialogue

    Un exemple en est le 25e anniversaire de l'encyclique "Ut Unum sint", dans laquelle saint Jean-Paul II déclare que l'engagement œcuménique et le dialogue avec les non-catholiques sont une priorité de l'Église. Cet anniversaire a été ignoré par ceux qui proposent aujourd'hui une interprétation réductrice de la Tradition, fermée à ce «dialogue d'amour», au-delà du dialogue doctrinal, promu par le Pape polonais en obéissance à l'ardent désir d'unité de notre Seigneur.

    La prophétie du pardon

    Un autre anniversaire important a également été négligé, le 12 mars dernier: la demande de pardon jubilaire fortement souhaitée par Jean-Paul II, il y a vingt ans. Le pouvoir prophétique d'un Pontife qui demande pardon pour les péchés commis par les enfants de l'Église est éclatant. Et quand on parle de «fils», les Papes sont également inclus.

    C'est connu: ceux qui demandent pardon pour les erreurs commises se mettent dans une situation risquée de révision. Karol Wojtyla a choisi prophétiquement le chemin de la vérité. L'Église ne peut et ne doit pas avoir peur de la vérité. Le cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a souligné la «nouveauté de ce geste», un «acte public de repentance de l'Église pour les péchés du passé et d'aujourd'hui»: un «mea culpa du Pape au nom de l'Église», un geste vraiment «nouveau, mais néanmoins en profonde continuité avec l'histoire de l'Église, avec sa propre conscience».

    Lire la suite

  • Litanies de la Sainte Vierge : un ajout problématique ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Le terme "migrant" introduit dans les litanies de la Vierge : un choix sémantique problématique

    Le terme ''migrant'' introduit dans les litanies <br>de la Vierge : un choix sémantique problématique

    Les litanies de Lorette, appelées aussi litanies de la Sainte Vierge, seront enrichies d'une nouvelle invocation par décision du Pape François. Les chrétiens invoquerons désormais le "réconfort des migrants". Un choix sémantique qui n'est pas anodin. 

    La Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements a communiqué cette décision du Saint-Père dans une lettre adressée aux présidents des Conférences épiscopales, le 20 juin 2020.

    Le terme « migrant » est étranger au vocabulaire de l’Eglise et donc inadéquat, car il a une connotation socio-politique, et donc idéologique bien marquée. Depuis le début des années 2000, il s’est imposé pour qualifier les personnes arrivant sur un territoire qui leur est étranger, à la place du mot immigré (et, dans le sens inverse émigré). Les « migrants » ne sont pas des « nomades », qu’on distingue des « sédentaires ». Il ne s’agit pas non plus de « réfugiés », car selon l’Agence des Nations-Unies pour les Réfugiés, un migrant part de lui-même pour chercher de meilleures conditions de vie, alors qu'un réfugié est chassé par la guerre, un conflit ou la persécution. Le mot « migrant » est générique. Voici sa définition exacte : il englobe l’ensemble des flux migratoires et l’état de mouvement temporaire ou permanent de personnes se déplaçant d’un point vers un autre du globe pour des raisons diverses dans le contexte de la mondialisation.

    Le terme adéquat que l’Eglise utilise traditionnellement est « exilé », car il a un contenu théologique très précis. Dans l’Ancien Testament, le départ d’Abraham, l’exode dans le désert et l’exil à Babylone sont des événements fondateurs de l’histoire des hommes avec Dieu. Dans le Nouveau Testament, le thème de l’exil évoque l'image même de l'Eglise, peuple en pèlerinage sur la terre, mais toujours orienté vers la Patrie céleste. Malgré les difficultés innombrables qu'il comporte, ce chemin à parcourir annonce le monde à venir, incluant la nécessité de transformer le présent en vue de la rencontre avec Dieu, but ultime de tous les hommes.

    Pour un chrétien, un exilé est quelqu'un qui est obligé de vivre ailleurs que dans sa propre patrie. Il suffit de rapprocher cette définition de celle du migrant (cf. ci-dessus) pour constater les différences importantes autant sémantique que de perspective entre ces deux termes : on note un point de vue uniquement sociologique et politique (et donc idéologique) dans le cas du migrant, distinct de la perspective théologique et sociale (au sens de la Doctrine sociale de l’Eglise) dans le cas de l’exilé.

    Il aurait été bien préférable de dire : « Solacium exulium» : « réconfort des exilés ».

    Lire aussi : la famille exilée dans le magistère du pape François

  • Retour sur le bilan du 265e serviteur du Christ, Jean-Paul II "le magnifique"

    IMPRIMER

    De Xavier Zeegers en opinion (p. 33) sur la Libre de ce 23 juin :

    Le crapaud et la colombe

    Chemin de traverse

    Que retenir du débat entre le prêtre chroniqueur Charles Delhez et son contradicteur archevêque émérite de Malines-Bruxelles Mgr Léonard ? (Cf. LLB des 22 et 27 mai). Que l’apôtre Jean avait sûrement raison de citer le mot de Jésus : “Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père.” (Chapitre 14, verset 2.) Qu’ensuite les querelles sanglantes à propos des Papes se civilisent. On ne sort plus les dagues, comme pour Benoît X en 1058, mais les plumes pour argumenter. Saluons ici cette salutaire évolution.

    Il s’agit donc du bilan du 265e serviteur du Christ, saint Jean-Paul II. On me dira : quel toupet ! Quelle est votre légitimité à évoquer ce sujet, vous l’agnostique ? Justement : j’ose car j’ai écrit en 2003, pour ses 25 ans de pontificat, une chronique intitulée : “Jean-Paul II le magnifique”. Carrément. Parce qu’alors il semblait usé, épuisé même, devenu dans l’opinion ambiante une sorte de has been lassant, agaçant même, encombrant presque : les médias faisaient déjà des paris sur sa succession comme un turfiste se languit de miser sur la prochaine course. Un climat ingrat à son endroit, et fort peu chrétien…

    Je l’ai défendu car le tenais – et le prends encore – pour un géant du XXe siècle, déjà au vu de la photo de sa rencontre à Rome avec Gorbatchev le 1er décembre 1990, dite de “la maison commune européenne” qui incarnait leur volonté de réunir enfin l’Europe de l’Ouest et de l’Est, tant il est vrai qu’on ne respire bien qu’avec ses deux poumons. Et cela en renonçant aux offenses du passé, aux conflits séculaires et sans humilier quiconque, soit l’antithèse du si calamiteux traité de Versailles de 1919.

    Aujourd’hui, j’accorde même un crédit supplémentaire à Wojtyla pour avoir eu l’intuition forte – et juste qui ne le voit ? – que la déferlante libérale et consumériste ne remplira pas le “vide” créé par la chute du communisme, en lien avec sa conviction que la seule jouissance matérielle, la cupidité et la surconsommation remplissent peut-être les ventres mais pas forcément les esprits. Qu’il n’y a pas d’idéal qui vaille sans un minimum de spiritualité. On pouvait réfuter cette posture de briseur d’ambiance, à rebours de l’euphorie d’alors, tout comme son conservatisme moral en matière de mœurs mais il n’imposa rien par la force que l’on sache, et sûrement pas avec sa garde suisse. Et l’on voit bien que même des fidèles rechignent mais c’est leur affaire : pour mon bagage éthique, je n’ai pas besoin de porteur.

    Reste que son refus de toute démagogie m’impressionna.

    À ce moment-là le chancre de la pédophilie n’était pas encore médiatisé. On ne savait rien ? Impensable : la diplomatie du Saint-Siège avec ses 13 000 paroisses et ses centaines de diocèses est le service secret le mieux renseigné au monde, et pourvu d’un puissant relais diplomatique. Le Pape aurait pu, aurait dû être alerté. Bernard Leconte, son biographe, avance cet argument : depuis la trahison de Yalta, dans une Pologne stalinienne confinée par la propagande, l’outrage le plus pervers était d’accuser les prêtres de pédophilie. Le Pape, écœuré, abhorrait ce piège pourtant devenu obsolète, ignorant un changement de paradigme dont il était pourtant le principal artisan. Reste qu’il est navrant que l’abcès n’ait pas été crevé à temps. Car les victimes, elles, savaient. Sans être entendues.

    Alors Charles Delhez a raison : il ne faut plus être tétanisé par la perfection d’un saint (de tout homme, ajouterai-je), qui a forcément sa part d’ombre. C’est Marthe Robin, la mystique inspiratrice des Foyers de Charité, qui disait : “N’ayez pas l’amour de la perfection, mais soyez parfaits dans l’amour.” Son conseiller spirituel, le père Finet, dérapa aussi, tout comme Jean Vanier. Quand une forêt prend feu, il ne faut pas en vouloir aux pompiers. Ni traiter de crapauds venimeux ceux qui sonnent le tocsin. Du reste ils n’ont pas de venin, juste de la bave et l’adage cité par Mgr Léonard ne se réfère pas aux étoiles mais à la blanche colombe. Il y a bien une ombre sur la soutane blanche d’un Pape déjà inondée de son sang versé sur elle, ne l’oublions pas non plus. Mais il n’est pas obligé qu’une grande admiration suppose une vénération effrénée. “Petits enfants, gardez-vous des idoles.” (St Jean 5.21.)

  • Peu d'ordinations en 2020

    IMPRIMER

    L'an dernier, la France totalisait 126 ordinations; il y en aura presqu'autant cette année, ce qui reste très faible.

    De "Chrétiens dans la cité" (blog de la lettre d'information de Denis Sureau) :

    125 prêtres ordonnés en 2020

    Pour l’année 2020, 99 prêtres seront ordonnés (82 diocésains et 17 issus d’une communauté non religieuse ou d’une société de vie apostolique) auxquels s’ajoutent 21 prêtres religieux ainsi que 5 prêtres célébrant selon la forme extraordinaire du rite romain. Les diocèses les mieux fournis sont ceux de Fréjus-Toulon (8), Saint-Brieuc (6), Paris, Versailles et Avignon (5). Entre autres prêtres diocésains et religieux, 11 sont issus de la Communauté Saint-Martin, 6 de la Communauté du Chemin Neuf, 5 de la Communauté de l’Emmanuel et 4 de la Communauté des Frères de Saint-Jean. Pour la forme extraordinaire du rite romain, 3 sont ordonnés pour l’Institut du Bon Pasteur et 2 pour la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre.

    Et en Belgique ? Jusqu'à présent, nous n'avons relevé que les quatre  ordinations suivantes : celles d'Alexandre Wallemacq le 30 août 2020 à 15h30 en la cathédrale de Bruxelles, de Quentin Collin le 13 septembre 2020 à 15h00 en la cathédrale de Namur, de Dave Vannieuwenhuyse qui devait avoir lieu le 28 juin à Bruges et sera sans doute reportée. Auxquelles s'ajoute l'ordination de Birger Dassonneville à Bruges en janvier dernier. Mais peut-être y en aura-t-il d'autres qui seront annoncées ?

  • Deux ans après la conclusion de l’accord avec la Chine communiste, le bilan est désastreux pour le Saint-Siège

    IMPRIMER

    De Sandro Magister (Settimo Cielo) en traduction française sur Diakonos.be :

    Ce qui a changé en deux ans parmi les évêques chinois.  L’échec de l’accord de 2018

    Le 22 septembre prochain, deux années après sa signature, l’accord secret signé en 2018 entre le Saint-Siège et la Chine sur la nomination des évêques « arrivera à échéance ».  C’est l’archevêque et diplomate Claudio Maria Celli, l’artisan de longue date des contacts entre les deux parties, qui l’a annoncé le 7 juin dernier.

    Et il a ajouté :

    « Je pense que nous devrons probablement le reconfirmer pour un ou deux ans mais le Saint-Siège n’a pas encore pris à ce sujet de décision à communiquer ensuite aux autorités chinoises ».

    Mgr Celli a reconnu que l’accord « n’est pas un chemin facile » étant donné qu’il y a des « obstacles qui demeurent » et « des situations qui nous laissent plus que dubitatifs, je dirais même inquiets ».

    En effet, pratiquement deux ans après la conclusion de l’accord, le bilan est désastreux pour le Saint-Siège.

    *

    Sans compter Hong Kong et Macao qui ont un statut à part, les diocèses et les préfectures apostoliques en Chine sont au nombre de 135.  Par elles, au moment de la signature de l’accord, seules 72 étaient dirigées par un évêque, soit un peu plus de la moitié.

    Aujourd’hui, celles qui ont un évêque à leur tête sont toujours au nombre de 72.  C’est-à-dire avec pratiquement autant de diocèses qui continuent à être vacants, malgré que l’un des objectifs du Saint-Siège avec la signature de cet accord était justement celui de combler ces vides.

    Les deux seules nouvelles ordinations épiscopales ayant eu lieu après le 28 septembre 2018 – celles d’Antoine Yao Shun, ordinaire du diocèse de Jining, et de Etienne Yu Hongwei, coadjuteur du diocèse de Hanzhong – remontent toutes deux à avril 2019 et avaient été décidées avant la signature de l’accord.

    Mais il est instructif d’analyser plus en détail les changements intervenus ces deux dernières années.

    Lire la suite