Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • En mission auprès des musulmans

    IMPRIMER

    Communauté-complet-septembre-2019-article-1.jpg

    Les Missionnaires de la Miséricorde Divine fêteront en septembre prochain leurs 15 ans. Le fondateur, l’abbé Fabrice Loiseau, nous présente cette communauté qui se situe entre tradition, miséricorde et évangélisation. La question de l’islam est devenue pour eux un enjeu majeur. Lu sur le site web du « « Salon beige », un entretien réalisé par Antoine Bordier…

    Avec l’abbé Fabrice Loiseau :

    Bonjour Monsieur l’abbé, pouvez-vous nous présenter votre communauté et nous parler de votre vocation ?

    maxresdefault (1).jpg« Nous avons été fondés en 2005 dans le diocèse de Fréjus-Toulon. Nous sommes de droit diocésain. Je suis prêtre depuis 27 ans, ordonné en juin 1993 dans la Fraternité Saint-Pierre par le cardinal Decourtray, à Lyon. Né dans une famille catholique nantaise, j’ai eu la vocation vers 16 ans. Je suis rentré à la Fraternité Saint-Pie X, et, je l’ai quittée en 1988. J’étais très attaché à la forme extraordinaire et à l’unité de l’Eglise. La fidélité à Pierre est, pour moi, fondamentale. J’ai co-fondé, dans la foulée, avec quelques anciens séminaristes, la Fraternité Saint-Pierre. En 1993, après mon ordination, je suis nommé dans le diocèse de Versailles, à Notre-Dame des Armées. Je suis ensuite envoyé dans le Val-de-Marne, dans l’est parisien où l’islam est très présent. »

    Est-ce que c’est à ce moment-là que vous rencontrez Monseigneur Dominique Rey, qui va vous mettre le pied à l’étrier de votre fondation ?

    « Oui. J’ai rencontré Mgr Rey au moment où la Fraternité Saint-Pierre vivait une crise importante. Je lui ai fait part de mon intuition missionnaire et de mes difficultés avec la Fraternité. Puis, il m’a invité à Toulon, où il était jeune évêque. Il est à l’origine de la communauté. Moi-même, je ne pensais pas fonder. En réalité nos intuitions se sont retrouvées. J’avais, déjà, une petite équipe de séminaristes avec moi. Et, la décision s’est prise, le jour de la mort de Jean-Paul II, le 2 avril 2005. Quelques mois plus tard, en septembre, la communauté était lancée. Elle repose sur trois piliers : la Miséricorde Divine, avec sainte Faustine, l’Adoration Eucharistique tous les jours pendant une heure avec la Messe célébrée dans sa forme extraordinaire, et la Nouvelle Evangélisation avec l’apostolat de rue et la priorité donnée aux musulmans.

    Lire la suite

  • Le catholicisme en tête des appartenances religieuses à Londres

    IMPRIMER

    De Harriet Sherwood sur le site du Guardian :

    Londres est plus religieuse que le reste de la Grande-Bretagne, selon un rapport
    Près des deux tiers des habitants de la capitale s'identifient comme religieux, contre 53% dans le reste du Royaume-Uni, selon une nouvelle étude

    24 juin 2020

    Un Londonien sur quatre assiste à un service religieux au moins une fois par mois, contre un sur dix en dehors de la capitale. Photographie : Richard Baker/Corbis/Getty
    Londres est plus religieuse et socialement plus conservatrice que le reste de la Grande-Bretagne, confondant les perceptions de la capitale comme étant libérale et laïque, comme le montre la recherche.

    Selon l'enquête, les habitants de la capitale prient davantage et assistent à plus de services religieux que ceux du reste du pays. Elle a également révélé que les Londoniens chrétiens aident davantage leurs voisins que leurs homologues non religieux, qu'ils sont plus susceptibles de faire du bénévolat pour une initiative caritative et qu'ils sont plus enclins à faire des dons de bienfaisance.

    Cependant, une minorité significative se sent marginalisée en raison de sa foi, selon l'étude du groupe de réflexion chrétien Theos. Elle indique : "Il semble parfois qu'il y ait deux villes à Londres : l'une sacrée, l'autre laïque. Certes, il y a une divergence de valeurs considérable".

    La proportion de personnes s'identifiant comme religieuses est de 62% dans la capitale, contre 53% dans le reste de la Grande-Bretagne - un profil susceptible d'être déterminé par l'immigration et les communautés de la diaspora, selon le rapport du think tank, Religious London : Faith in a Global City.

    Un Londonien sur quatre assiste à un service religieux au moins une fois par mois, contre un sur dix en dehors de la capitale ; et 56% des chrétiens de Londres prient régulièrement, contre 32% des chrétiens du reste de la Grande-Bretagne.

    Les Londoniens sont près de deux fois plus nombreux à dire que les relations sexuelles avant le mariage sont au moins parfois mauvaises (24 % contre 13 %), et sont plus nombreux à dire la même chose à propos des relations homosexuelles (29 % contre 23 %). En ce qui concerne le suicide assisté en cas de maladie incurable, 38 % des Londoniens déclarent qu'il est au moins parfois erroné, contre 27 % en dehors de la capitale. Le sondage a été réalisé par Savanta ComRes.

    Dans l'avant-propos du rapport, Elizabeth Oldfield, directrice de Theos, écrit : "Londres est, à merveille, une ville globale, et peut à juste titre prétendre être l'une des plus diverses au monde. Nous ne devrions donc pas être surpris par les conclusions du projet "Londres religieuse" (même si je soupçonne que beaucoup le seront).

    "Nous considérons Londres non seulement comme un centre culturel, politique et économique, mais aussi comme le cœur libéral de l'Angleterre. Dans une ville aussi diversifiée, cependant, il n'y a pas une seule histoire. La vérité est que Londres est compliquée : elle est ... libérale en termes de nombreuses valeurs sociales dans l'ensemble, mais possède également des poches importantes et intenses de traditionalisme qui font que, sur de nombreuses questions dites "morales", Londres est plus conservatrice que d'autres régions du pays".

    Selon le rapport, la plus grande dénomination chrétienne à Londres est le catholicisme (35 % de la population chrétienne), suivi par l'anglicanisme (33 %). Les pentecôtistes (7 %) et les chrétiens orthodoxes (6 %) ont une présence plus importante qu'en dehors de la capitale.

    Le rapport a constaté une présence religieuse non chrétienne plus importante à Londres qu'ailleurs, un cinquième de la population londonienne s'identifiant à une religion non chrétienne, contre 7 % dans le reste de la Grande-Bretagne.

    Environ un Londonien sur dix s'identifie comme musulman, contre moins de 2 % en dehors de la capitale, et "tous les groupes religieux non chrétiens ont des concentrations de population à Londres, ce qui confirme son statut de ville-accès".

  • N'en déplaise à Madame Soupa, les femmes ne sont pas exclues de l'Eglise

    IMPRIMER

    De Sandra Bureau dans une Tribune parue sur le Figaro Vox :

    «Non, Madame Soupa, les femmes ne sont pas exclues de l’Église!»

    FIGAROVOX/TRIBUNE - La théologienne Anne Soupa avait suscité l’intérêt médiatique en se portant candidate pour devenir archevêque de Lyon - poste traditionnellement réservé aux hommes. Une autre théologienne catholique, Sandra Bureau, lui répond, estimant que la différenciation des rôles au sein de l’Église n’est pas synonyme pour autant d’une infériorisation des femmes.

    24 juin 2020

    Giovanni di Paolo - Les noces mystiques de sainte Catherine de Sienne

    Giovanni di Paolo - Les noces mystiques de sainte Catherine de Sienne Wikimedia Commons - CC

    Sandra Bureau est une vierge consacrée du Diocèse de Lyon, diplômée de l’Institut Catholique de Paris où elle a soutenu en 2011 une thèse en théologie dogmatique sur «L’inversion trinitaire chez H.U. von Balthasar». Elle enseigne actuellement au Séminaire Provincial Saint Irénée de Lyon après avoir été en charge de la formation des laïcs dans le Diocèse de Lyon. Elle est engagée dans la Communauté Aïn Karem.


    Le 25 mai dernier, Madame Anne Soupa, féministe convaincue, constatant que dans l’Église catholique aucune femme n’avait encore été placée à la tête d’un Diocèse, ni même n’avait été admise à l’ordination, a voulu dénoncer cette situation jugée profondément injuste à ses yeux. Elle a donc profité de la vacance du siège épiscopal de Lyon pour proposer, par le biais des réseaux sociaux, sa candidature comme Archevêque de Lyon. Et cela en s’appuyant sur sa notoriété d’écrivain, de bibliste, de théologienne...

    Comme catholique j’ai d’abord accueilli la publication Twitter de Madame Soupa, en tout contraire à la Tradition de l’Église, comme un de ces pamphlets qui offrent si peu de sérieux qu’à peine lus on les jette à la poubelle. Pourtant, même chiffonnée, écartée de ma vue, cette publication laissait en moi une interrogation profonde: comment une femme, partageant la même foi que moi, se disant, comme moi, théologienne, pouvait-elle dire cela? Comment pouvait-elle prétendre par-là défendre la place des femmes dans l’Église? Mystère. C’est donc en femme, et en théologienne que je voudrais réagir.

    Lire la suite

  • Vandalisation des statues : une surenchère idéologique dangereuse

    IMPRIMER

    De Gérard Leclerc sur le site de France Catholique :

    Déboulonner l’histoire ?

    24 juin 2020

    Capture d’écran d’une vidéo montrant le déboulonnage de la statue de Junipero Serra à San Francisco.
    © Twitter / @shane_bauer

    Dans la grande vague actuelle de vandalisation des statues jugées insupportables en raison de leur rapport symbolique avec les pages sombres de l’histoire de nos nations, voici que la mémoire chrétienne se trouve aussi atteinte. En Californie, plusieurs statues de saint Junipero Serra, missionnaire ayant présidé à l’évangélisation de l’Ouest américain, ont été détruites. On s’en est même pris aux tombes du cimetière où il est inhumé. Pourquoi s’en prendre à une telle figure ? Est-ce tout simplement le fait d’avoir évangélisé les Indiens ? Il est, en tout cas, difficile de prendre en faute ce religieux qui n’a cessé de démontrer sa sollicitude pour les populations locales, de les protéger de possibles agressions des militaires espagnols. Saint Junipero Serra n’est-il pas l’auteur d’une déclaration du droit des Indiens ? Ce seul exemple interroge sur la nature de la remise en question actuelle, avec sa frénésie iconoclaste et sa volonté d’ériger comme un vaste tribunal de l’Histoire.

    S’il ne s’agissait que d’inviter à un meilleur discernement afin de mieux comprendre notre passé avec ses fautes mais aussi ses grandeurs, on ne pourrait qu’acquiescer, en se munissant toutefois de toutes les garanties nécessaires dans le domaine des sciences humaines. Malheureusement, on est obligé de constater que l’offensive actuelle se réclame d’une sorte de surenchère idéologique dangereuse, qui n’est pas seulement propre à la propagande politique. Elle trouve souvent son origine dans les universités de chez nous, qui ont subi la contagion américaine. Il y a quelques mois, nous l’avons déjà signalé, des universitaires de premier plan comme Pierre-André Taguieff et Dominique Schnapper ont signé un manifeste de mise en garde contre les déviations des études dites post-coloniales. Ce qui rend plus ambiguë la problématisation des questions concernant l’esclavage sous ses multiples formes et les diverses entreprises coloniales, c’est son imbrication avec les engagements militants actuels. Imbrication qui produit d’ailleurs, a contrario, alors qu’il s’agissait de dénoncer le racisme, une racialisation généralisée des rapports sociaux et politiques. On ne peut que redouter un emballement qui ne produira que des luttes civiles d’autant plus passionnelles qu’elles sont de nature identitaire.

    Contagion à l’Église

    En ce qui concerne l’Église elle-même, il convient de se garder d’une contagion qui pourrait avoir des effets de division et de rejet, qui atteindraient l’intégrité de la Tradition qui fonde la continuité et la substance de l’Institution voulue par le Christ. N’a-t-on pas déjà réclamé la décanonisation de Jean-Paul II et ne fait-on pas le procès historique de l’anti-féminisme ecclésial ? Il y a aussi risque de contagion de la vague de vandalisation sous ses aspects les plus pernicieux, avec transposition des catégories idéologiques qui détruisent les fondements mêmes de ce que le cardinal Newman appelait le développement de la doctrine chrétienne.

  • Le gouvernement chinois confronté au vieillissement accéléré de sa population

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Crise démographique : le gouvernement chinois confronté au vieillissement accéléré de la population

    25/06/2020

    En 2016, après 36 années de politique de l’enfant unique, le gouvernement assouplissait sa politique familiale en autorisant deux enfants par famille, afin d’éviter la crise démographique. Mais selon un nouveau rapport de la Fondation chinoise pour la recherche et le développement, publié le 11 juin, cette décision n’a pas produit les effets espérés. La Fondation suggère d’assouplir les limites encore imposées aux familles, de réformer le système national de pensions et de revoir l’âge de départ à la retraite. Selon le rapport, d’ici 2035, le pays devrait compter 314 millions de personnes âgées de 65 ans et plus (contre 181,6 millions en 2020), soit 22,3 % de la population.

    Après 36 années de politique de l’enfant unique (assouplie en 2016 afin d’éviter une crise démographique), la Chine doit renoncer aux limites encore imposées aux familles, réformer son système de pensions et retarder l’âge du départ à la retraite afin de faire face au vieillissement de la population et à la baisse de la main-d’œuvre. Ce sont les conclusions de la Fondation chinoise pour la recherche et le développement, soulignées dans un nouveau rapport publié le 11 juin, qui a été présenté par l’hebdomadaire Caixin. La Fondation chinoise est affiliée au Centre pour la recherche et le développement du Conseil d’État. Son rapport indique que d’ici 2035, le pays comptera près de 314 millions de personnes âgées de 65 ans et plus (contre 181,6 millions en 2020), soit 22,3 % de la population en 2035, et 27,5 % en 2050 (contre seulement 12,6 % en 2019). Ce vieillissement rapide de la population chinoise entraînera une diminution de la main-d’œuvre disponible dans le pays, qui devrait passer de 980 millions de personnes en 2019 à 900 millions en 2035. Ainsi, en Chine en 2035, dix personnes actives devront supporter au moins trois personnes inactives ou retraitées (cette proportion était de seulement 10 pour 1,16 en 2019). Les démographes et économistes ont longtemps appelé le gouvernement chinois à renoncer à la politique de l’enfant unique. Avant sa suppression en 2016, celle-ci était en vigueur depuis les années 1980, et souvent appliquée de façon radicale et violente. En 2016, le gouvernement a assoupli la limite à deux enfants par famille.

    Mais cette décision n’a pas produit les effets espérés, alors que beaucoup de couples chinois ne veulent qu’un enfant ou aucun, au moins pour des raisons financières. Selon certains membres de l’Académie chinoise des sciences sociales, afin de faciliter de nouvelles naissances, l’État doit sensibiliser la population et soutenir les aides parentales, particulièrement dans les régions les plus vieillissantes. La Fondation chinoise pour la recherche et le développement évoque aussi l’âge du départ à la retraite, à considérer afin de mieux faire face à la crise démographique. Aujourd’hui en Chine, cet âge est fixé à 60 ans pour les hommes et 55 pour les femmes. De plus, selon la Fondation, le système de pensions de retraite doit être repensé. En effet, aucun système nationalisé n’est en place, et tous les emplois ne sont pas couverts. Par exemple, plus de 300 millions de migrants en Chine n’ont droit à aucune pension. Concernant les habitants des villes et les industries d’État, chaque province gère son propre système de pensions ainsi que les allocations de santé, de chômage et de logement. Les contributions proviennent des contribuables, des entreprises et des subventions du gouvernement. Le problème étant que toutes ces caisses de pensions sont aujourd’hui en déficit. Afin de soutenir les commerces et industries affectées par la crise sanitaire et économique, le gouvernement a dû réduire certaines de ses contributions, d’où les suggestions d’élever l’âge de départ à la retraite de 60 ans à 65 ou 66 ans.

    (Avec Asianews, Pékin)

  • "L'Ombre de Staline" : un film que l'on espère voir sur les écrans belges

    IMPRIMER

    De Céline Rouden sur le site du journal La Croix :

    « L’ombre de Staline », une vérité indésirable

    L'Ombre de Staline, le dernier film d'Agnieszka Holland ...

    Agnieszka Holland retrace l’itinéraire du journaliste qui dès 1933 a révélé au monde la famine orchestrée par Staline en Ukraine et, à l’heure des « fake news », sonne le rappel de nos aveuglements collectifs.

    21/06/2020

    L’ombre de Staline, un film d’Agnieszka HollandCONDOR FILMS

    Film britannico-polonais, 1 h 59

    Le nom de Gareth Jones n’est pas resté dans la mémoire collective. Pourtant, ce jeune journaliste gallois qui a été conseiller aux affaires étrangères du premier ministre Lloyd George est le premier à avoir dénoncé dès 1933 l’Holodomor, l’extermination par la faim de millions de personnes en Ukraine, orchestré par Staline pour financer le « miracle soviétique ». S’il est tombé dans l’oubli, c’est que sa vérité, démentie à l’époque par les correspondants en poste à Moscou, parmi lesquels le respecté Walter Duranty du New York Times, aura bien du mal à s’imposer à une opinion occidentale qui voit encore dans l’expérience socialiste l’espoir d’une société plus égalitaire.

    Son récit aurait en partie inspiré La ferme des animaux, célèbre fable anti-totalitariste de George Orwell dans laquelle le fermier est un certain Mr. Jones (titre original du film). C’est le point de vue développé par la réalisatrice qui met en parallèle, dans ce thriller historique, l’écriture du livre et l’incroyable quête de vérité du jeune homme interprété par James Norton. Venu à Moscou avec l’espoir naïf d’interviewer Staline, Gareth Jones cherche des réponses à des questions que plus personne n’ose se poser dans un pays où tout le monde est étroitement surveillé. Elles vont le conduire clandestinement jusqu’en Ukraine où il découvre, effaré, le drame en train de se nouer.

    Une page d’histoire aux résonances contemporaines

    Tout l’intérêt du film d’Agnieszka Holland est de mettre en lumière une page de l’histoire longtemps occultée. « Il y a encore beaucoup de crimes commis par le régime communiste dont on ne parle pas », défend la réalisatrice polonaise. Et elle n’hésite pas à les restituer dans le réalisme le plus cru. À l’atmosphère ouatée et étouffante qui règne à Moscou, succèdent les vastes espaces de l’Ukraine enneigée où dans des villages désertés, les cadavres côtoient des orphelins livrés à eux-mêmes et réduits au cannibalisme. Une vérité si aveuglante qu’elle ne peut être admise et que le journaliste, de retour en Angleterre, en deviendra quasiment fou.

    Le savoir-faire d’Agnieszka Holland pour raconter une histoire est indéniable, tout comme son engagement constant contre les dérives totalitaires de la Russie d’hier et d’aujourd’hui (elle avait signé en 1988, Le complot sur l’assassinat du père Popieluszko). À l’heure des fake news et de la post-vérité, l’aventure de Gareth Jones a le mérite de sonner comme le rappel de nos aveuglements collectifs. (...)

  • La réflexion approfondie de Mgr Athanasius Schneider sur le concile Vatican II et la crise actuelle de l'Eglise

    IMPRIMER

    Du blog de Jeanne Smits :

    Exclusif : une réflexion approfondie de Mgr Athanasius Schneider sur le concile Vatican II et la crise actuelle de l'Eglise

    Mgr Athanasius Schneider publie ce jour un texte intitulé « Quelques réflexions sur le concile Vatican II et la crise actuelle de l'Eglise », afin de clarifier sa position sur le Concile. Il y insiste respectueusement sur le fait qu’il n’est pas favorable au rejet radical de Vatican II, une position récemment exprimée ouvertement par certains membres du clergé. Les présentes réflexions de Mgr Schneider, tirées pour partie du chapitre correspondant de son livre d’entretiens avec Diane Montagna, Christus Vincit, Christ’s Triumph Over the Darkness of the Age, développent certains points de sa discussion à propos de Vatican II, à la lumière des débats récents.

    D’abord publié en anglais par Angelico Press en octobre 2019, Christus Vincit doit paraître cette semaine en allemand et en portugais. La version française, Christus vincit, Le triomphe du Christ sur les ténèbres de notre temps paraîtra à la rentrée et sera disponible via ce blog.


    [Pour recevoir l’annonce de la parution de ce livre qui propose une vaste réflexion sur la situation présente de l’Eglise et ses rapports avec le monde, mais aussi des propos plus personnels de Mgr Schneider sur son enfance, sa vocation, l’islam, la perte du sens du surnaturel, Fatima, les anges et bien d’autres sujets, je vous invite à m’envoyer une courriel à jeanne.smits.blog@gmail.com et je vous avertirai le moment venu.]

    Son Excellence Mgr Schneider a donné le texte officiel de ces réflexions en exclusivité à The Remnant pour l’anglais, à Corrispondenza Romana pour l’italien et l’espagnol, et au Blog de Jeanne Smits pour le français. 
    Tous droits réservés, reproduction interdite par égard pour l'éditeur français de Christus vincit, lien partageable : https://leblogdejeannesmits.blogspot.com/2020/06/exclusif-une-reflexion-approfondie-de.html. – J.S.

    A lire donc sur le blog de Jeanne Smits
  • Quand une mère qui a perdu une petite fille in utero juste avant sa naissance livre son témoignage

    IMPRIMER

    D'Odon de Cacqueray sur le site de l'Homme Nouveau :

    Ma main dans la tienne - Isabelle Verney - Babelio

    De l'insupportable souffrance à la lumière, une mère raconte l'épreuve du deuil périnatal

    Peut-on se remettre un jour de la perte d'un enfant ? Et, lorsque l'épreuve touche un proche, existe-t-il des mots justes, qui ne ravivent pas la blessure ? Et la foi, rend-elle la souffrance un peu moins intense ? Les questions sont nombreuses, les réponses délicates et souvent très personnelles. Isabelle Verney, une mère qui a perdu une petite fille in utero juste avant sa naissance, livre ici son témoignage et raconte avec simplicité comment elle a surmonté la douleur du deuil périnatal.

    Entretien avec Isabelle Verney

    Propos recueillis par Odon de Cacqueray 

    Vous avez écrit Ma main dans la tienne, un livre sur le deuil périnatal suite à la mort de votre fille peu de temps avant sa naissance. Pourquoi avoir voulu en témoigner ? 

    Au départ, cela n’était pas prévu. Après la mort de Maëlis, décédée in utero juste avant la naissance, j’étais complètement démunie. J’ai donc acheté un carnet dans lequel je notais mes pensées tous les soirs. J’étais effondrée, c’était une manière pour moi de faire face. Quelques mois plus tard, j’ai repris ces notes pour les remettre en ordre, aller de l’avant et fixer certains souvenirs qui, à l’époque, me paraissaient très importants. J’ai également pensé à mes autres enfants, assez jeunes au moment de ce deuil mais qui voudraient peut-être savoir plus tard ce qui s’était passé. Reprenant ces notes, j’ai pris conscience qu’il y avait un sens à ce que je vivais, qu’il y avait une certaine lumière à travers cette épreuve épouvantable. Une amie m’a encouragée à rédiger ce livre et à le faire publier. J’y ai beaucoup réfléchi car cela suppose de s’ouvrir à des inconnus et de se livrer, mais l’aide qui m’a été apportée quand je traversais cette épreuve m’a décidée à témoigner de ce que j’avais reçu. 

    Comment avez-vous réussi à donner un sens à votre souffrance ? 

    Au début, on ne comprend rien, l’intensité de la douleur est telle que l’on n’arrive pas à l’assumer. C’est ce qui est communément appelé l’étape du déni. Il faut beaucoup de temps avant d’arriver à assumer la douleur et les conséquences concrètes de l’absence. Mais au fur et à mesure, j’ai pris conscience que je n’avais pas été abandonnée, ni de Dieu, ni de mes amis. J’ai compris que j’allais tout de même pouvoir avoir une relation avec cet enfant que je connaissais peu, une relation dans la Foi. J’ai également découvert que tout le bonheur de ma vie n’était pas derrière moi. J’aurai toujours cette souffrance, cette cicatrice que je sens encore aujourd’hui, mais il est possible de vivre avec. Une amie m’avait dit : « le deuil c’est un tunnel, on le traverse et on s’en sort », et j’ai découvert cette traversée du tunnel. D’une certaine façon, il est apaisant de prendre conscience que si nous ne maîtrisons rien dans la vie, nous pouvons cependant traverser des situations épouvantables et y survivre. 

    Lire la suite

  • Nouvelle flambée antichrétienne dans le Nord-Est de l'Inde

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Conversions forcées en Inde: une église protestante saccagée

    De nouvelles scènes de violences ont visé les communauté chrétiennes dans une ville du Nord-Est du pays. Des violences fomentées par des responsables nationalistes hindous qui reposent sur de fausses accusations de conversion au christianisme.

    Une nouvelle flambée antichrétienne a visé ces derniers jours dans le Nord-Est de l'Inde. Plusieurs habitants de la ville de Belagadia, située dans l'état oriental du Jharkhand, ont endommagé et détruit la croix d'une église protestante, après avoir accusé les missionnaires de conversions forcées au christianisme. Un élu membre du parti Bharatiya Janata (BJP), le parti ultranationaliste au pouvoir ainsi que des dirigeants de l'organisation nationaliste Vishwa Hindu Parishad (VHP) se sont également joints aux accusations de la population locale.

    «Il y a eu des troubles entre les habitants et certains dirigeants chrétiens, mais la région est maintenant sous contrôle», a rapporté le père Augustine Topno, ancien administrateur du diocèse de Jamshedpur, à UCA News, peu après les heurts, soulignant le dispositif policier important déployé. Le père Topno a souligné aussi la fausseté des accusations visant les chrétiens, «parce que l'Eglise ne croit pas et ne pratique pas la conversion religieuse. Les revendications de l'élu nationaliste et des habitants sont sans fondement».

    Les habitants de Belagadia affirment au contraire que les conversions se poursuivent depuis longtemps et que plus de deux douzaines de familles se sont converties au christianisme. Le leader local du BJP, Indrajit Mahato, a appelé à l'action contre les proches des missionnaires chrétiens qui apportent de l'aide aux pauvres et aux nécessiteux, soulignant que la conversion est interdite dans l'Etat du Jharkhand.

    La loi anti-conversion adoptée en 2017 dans l'État du Jharkhand stipule en effet que la conversion par la force prévoit jusqu'à trois ans d'emprisonnement et une amende de 50 000 roupies (800 dollars).

  • A quel jeu joue Erdogan ?

    IMPRIMER

    D'Adelaïde Patrignani sur Vatican News :

    Les paradoxes de l'expansionisme de Recep Tayip Erdogan

    Irak, Syrie, Libye, Méditerranée: la Turquie ne cesse d’avancer ses pions au Moyen-Orient et au-delà, semblant vouloir s’imposer comme un acteur incontournable auprès de ses voisins et des pays occidentaux. Cette stratégie conquérante n’est pas nouvelle, et se fonde sur plusieurs ambiguïtés. Mais la fragilité de la situation interne n’est pas sans risque pour le président turc Erdogan. Éclairage.

    La tension est montée d’un cran ces derniers jours entre la France et la Turquie. Les relations se sont envenimées en raison de désaccords sur la Libye et d’un incident maritime impliquant les deux pays en Méditerranée, le 10 juin dernier. Mardi 23 juin, Ankara a accusé Paris de «jouer à un jeu dangereux» en Libye en appuyant les forces opposées au gouvernement de Tripoli: le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a ainsi retourné la formule utilisée la veille par le président Emmanuel Macron en parlant de la Turquie. Une escalade verbale à comprendre dans le cadre plus large de la stratégie expansionniste du président Recep Tayyip Erdogan.

    Une puissance militaire

    Celui-ci ne cesse en effet d’avancer ses pions au Moyen-Orient et au-delà. Aujourd’hui la Turquie est engagée militairement en Syrie, omniprésente auprès du Gouvernement d'union libyen (GNA), elle fait pression sur l’Europe avec des chantages liés aux flux de migrants, elle a déployé des troupes spéciales au nord de l’Irak le 17 juin dernier, avec opération baptisée “Griffes du tigre”.

    Actuellement, les soldats turcs sont présents dans 9 pays. Ce déploiement à l’étranger n’est pas nouveau – que l’on pense au cas de Chypre, où les troupes turques ont commencé à installer dans les années 1960, ou aux interventions turques dans le Kurdistan irakien, régulières depuis les années 1990 -, mais ses modalités ne sont pas les mêmes que dans le passé.

    «Aujourd’hui la Turquie bénéficie d’une puissance de frappe qui est différente», notamment grâce aux drones «qui lui donnent un avantage militaire stratégique», explique Guillaume Perrier, journaliste et grand reporter, correspondant du Monde en Turquie et au Moyen-Orient pendant 10 ans, auteur du livre «Dans la tête d'Erdogan» paru chez Actes Sud. Cet atout lui donne la capacité de «battre la rébellion kurde dans le Nord de la Syrie et le Nord de l’Irak».

    Un seul allié, le Qatar

    La Turquie semble profiter d’un recul de l’engagement américain au Moyen-Orient et en Libye, d’un affaiblissement des pays européens, et ce sont donc «Poutine et Erdogan qui tirent leur épingle du jeu», estime Guillaume Perrier.

    Le journaliste relève qu’«Ankara est déjà extrêmement isolée», son seul véritable allié stratégique étant le Qatar. Mais le président Erdogan «a bien compris quelles étaient les faiblesses de ses adversaires», notamment côté européen. Il n’hésite pas à mener un jeu ambigu, comme au Moyen-Orient où il se pose «en rempart des groupes jihadistes, tout en soutenant les groupes jihadistes».

    Ainsi, non sans ruse, «la Turquie parvient à faire avancer ses pions et à imposer sa vision de la région», souligne Guillaume Perrier.  

    La menace interne

    L’épineuse question de l’OTAN révèle un autre paradoxe. Membre historique de l’Alliance Atlantique, la Turquie se retrouve membre d’une organisation traversant actuellement «une crise d’identité». Erdogan en est conscient, tout comme il sait qu’aucun pays membre ne souhaite voir la Turquie quitter l’OTAN – au risque d’une alliance bien plus étroite d’Ankara avec Moscou. Actuellement, l’OTAN lui «sert à négocier avec les pays occidentaux», mais le président Erdogan sait aussi la brandir «comme un repoussoir et comme un moyen d’unifier sa population contre les prétendues visées occidentales sur la Turquie».

    La population turque, pâtissant de plus en plus des effets d’une longue crise économique, pourrait en effet menacer la stratégie expansionniste de son chef d’État. Guillaume Perrier l’affirme, le principal obstacle «est d’abord la situation interne». Derrière une façade de rayonnement politique, le régime présidentiel autoritaire muselle l’opposition et ne brille pas sur le plan économique. Ce «modèle aujourd’hui ne fait plus illusion». Le «discours conquérant» peine bel et bien à masquer «une réalité qui contredit la vision» idéale d’Erdogan pour son pays. Et qui pourrait transformer en chaos ses rêves de grandeur. 

    Entretien avec Guillaume Perrier
  • Où en est la cause de béatification du Père Triest, le "saint Vincent belge" ?

    IMPRIMER

    Pierre Joseph Triest

    Pierre Joseph Triest, qui était prêtre dans la période mouvementée après la Révolution française, s’est développé comme un inspirateur innovateur de l’aide aux indigents et aux malades à Gand en Belgique. Confronté à des situations de grande urgence, il a constamment cherché à apporter des réponses appropriées, en collaboration avec la Commission des Hospices Civils dont il était membre.

    Durant plus de 30 ans, Pierre Joseph Triest sera le moteur de cette commission et il ouvrira un nouveau champ de présence pour l’Église dans la société : la prise en charge des pauvres et des malades, tout à fait dans la ligne du message évangélique. Il ne l’a pas fait tout seul : il a cherché des hommes et des femmes qui voulaient partager son charisme de la charité et qui sont à l’origine des quatre congrégations qu’il a fondées : les Sœurs de la Charité de Jésus et de Marie, les Frères de la Charité, les Frères de Saint Jean de Dieu et les Sœurs de l’Enfance de Jésus.

    Aujourd’hui encore, sa spiritualité marque les nombreux endroits où ses Sœurs et ses Frères sont présents, qui continuent ce charisme de la charité avec beaucoup de collaborateurs.

    Du Frère Stockman, promoteur de la cause :

    Ce qui devrait nous mouvoir à aimer Dieu le plus, c’est qu’Il a institué pour nous la très sainte Eucharistie.”
    P. J. Triest

    NOUVELLES DE LA CAUSE

    La Pentecôte 2020 était notre objectif pour terminer la positio. Et avec le confinement dû à la pandémie de corona, nous avons déjà reçu la bonne nouvelle à Pâques que la positio était terminée et prête à être imprimée.

    Le 4 juin, notre postulateur, le Dr Waldery Hilgeman, a apporté le premier exemplaire relié, dont un autre exemplaire a été simultanément soumis à la Congrégation pour la cause des Saints. C’était difficile, avec tout le matériel qui avait été collecté (vous vous souvenez de la fermeture du processus diocésain quand pas moins de 22 000 pages de documents étaient alignées dans des boîtes dans la cathédrale Saint-Bavon) de respecter les 500 pages imposées pour la positio. Mais ça a marché.

    Que signifie cette positio ? Après une large introduction générale décrivant les grandes lignes de la vie du Père Triest et aussi la chronologie de sa vie, nous procédons immédiatement à une description de la manière extraordinaire dont il a vécues ses vertus. Depuis cette description est décrite la renommée de sainteté, à la fois pendant sa vie et après. Cette section se termine par un bref résumé des exaucements récemment enregistrés. On peut dire que c’est vraiment le cœur de la positio, car sur cette base il faudra juger si le Père Triest « mérite » effectivement d’être béatifié et canonisé.

    Lire la suite

  • L'archevêque de Ratisbonne salue en Benoît XVI "le théologien du siècle"

    IMPRIMER

    Traduit sur le site "Benoît et moi" :

    Discours de Mgr Rudolf Voderholzers, archevêque de Ratisbonne, lors du voyage du pape émérite en Bavière 

    www.bistum-regensburg.de

    22 juin 2020

    Le dernier jour de la courte visite du pape émérite Benoît XVI a commencé avec une surprise, qui, en définitive, n’en était pas une. Benoît avait décidé de passer, avant son départ en avion, encore une fois dans la Luzengasse et d’y rencontrer son frère une toute dernière fois. Ainsi, la boucle s’est bouclée. La première rencontre comme la dernière ont eu lieu au chevet de son frère, malade et affaibli par l’âge.

    A l’aéroport, nous attendaient le Ministre-Président [de Bavière] Markus Söder ainsi que le Ministre d’Etat Florian Hermann, déjà présent pour saluer Benoît à son arrivée. Beaucoup de médias étaient là également.

    Le Ministre-Président a parlé d’un grand honneur pour la Bavière et d’une grande joie.

    Benoît a très chaleureusement exprimé sa gratitude pour l’accueil qui lui fut réservé et pour la marque d’estime que constituait la présence du Ministre-Président.

    Pour terminer, je lui ai, encore une fois, souhaité la bénédiction de Dieu pour son voyage et lui ai promis que nous veillerions bien sur son frère.

    Avec cet adieu s’achevait une visite, chargée d’émotion, imprévue et organisée très vite, au pied levé, ­– un défi pour tous ceux qui y ont pris part –, mais qui s’est en fin de compte magnifiquement déroulée.

    Je peux vous dire que je suis, naturellement, bien soulagé et heureux que cette rencontre, – un souhait qui tenait au cœur des deux frères –, ait été pour tous les deux réconfortante et visiblement aussi revigorante.

    Benoît XVI, pape émérite depuis 2013, a passé cinq jours à Ratisbonne : un homme rend visite à son frère, très malade et très âgé, parce qu’il s’inquiète de ne plus le revoir sur cette terre.

    Il a visité sa patrie, la tombe de ses parents, sa maison à laquelle l’attache le désir de toute une vie et où il aurait aimé vivre ses dernières années. Il a visité aussi l’Institut « Papst Benedikt », où l’on étudie, dans toutes ses dimensions, son œuvre théologique et où se prépare l’édition de ses œuvres complètes. Nous avons prié devant le reliquaire de saint Wolfgang dans la cathédrale. Les choses se sont arrangées de telle façon que cette visite imprévue a coïncidé avec le début de la « semaine de Wolfgang », la semaine de fête diocésaine préparatoire aux ordinations.

    Il devait s’agir d’une visite purement privée, sans protocole officiel ou diplomatique. Ce qui, naturellement, est quasi impossible pour un personnage public.

    Lire la suite