Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hostilité au christianisme et à l'Eglise - Page 4

  • Le christianisme, religion la plus persécutée du monde

    IMPRIMER

    De Laurent Ottavi sur Aleteia.org :

    Dominique Reynié : « le christianisme est la religion la plus persécutée du monde »

    7/7/21

    Dans "Le XXIe siècle du christianisme", le politologue Dominique Reynié explique pourquoi le christianisme joue une place unique dans l’équilibre du monde : en soutenant que la politique a des comptes à rendre, il demeure une force menaçante et menacée car il dérange.

    Le XXe siècle du christianisme

    Professeur des universités à Science Po, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, Dominique Reynié a dirigé l’ouvrage collectif Le XXIe siècle du christianisme paru au Cerf en mai dernier. Plusieurs auteurs, parmi lesquels le théologien Jean-François Colosimo, le juriste Thierry Rambaud ou encore le professeur de management Aurélien Acquier, y abordent un nombre impressionnant de questions sur la place et le rôle du christianisme dans le monde d’aujourd’hui.

    Pour Aleteia, Dominique Reynié explique en quoi le monothéisme chrétien est à la fois très dynamique au niveau mondial et en déclin dans une certaine partie de l’Europe ainsi qu’en Orient. Il est menacé selon lui avec la démocratie par l’islamisme, le modèle politique chinois et la numérisation du monde. 

    Aleteia : Le christianisme semble directement menacé là où il est né, en Orient, et il n’est pas des plus vaillants dans une certaine partie de l’Europe. Il est néanmoins la première religion à l’échelle du monde si l’on prend le nombre de croyants pour critère. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

    Dominique Reynié : le christianisme est en voie d’extinction là où il est né, en Orient, à cause des persécutions dont il est l’objet. Peut-être exagère-t-on, en revanche, le déclin du christianisme en Europe. La situation de la France, où il est en mauvaise posture, n’est pas celle de tout le continent. Dans l’ensemble, le christianisme conserve une vigueur importante dans les pays européens. Celle-ci peut être retrouvée là où elle a été perdue, y compris en France, à travers le protestantisme évangélique notamment. J’explique le paradoxe entre le dynamisme du christianisme à l’échelle mondiale et sa faible vitalité en Europe par le lien entre l’engagement religieux et ce que les sociologues appellent le « risque sociotropique », c’est-à-dire les dangers auxquels les individus sont exposés dans certaines société (misère, malnutrition ou faim, pandémies mortelles). Autrement dit, dans une société qui ne permet qu’une existence difficile, on observe une plus grande intensité religieuse. L’Europe est la partie du monde qui depuis maintenant soixante-dix ans a réussi à organiser des sociétés à la fois modérées, où la violence politique a largement reculé par rapport au passé récent, où la régulation des conflits est pacifique et où ont été mis en place des États-providence. Historiquement exceptionnelle, cette réussite européenne a logiquement contribué au déclin du religieux. 

    Lire la suite sur Aleteia.org
  • "Il existe une véritable entité spirituelle maléfique qui, de toutes les manières imaginables, attise le feu et s'empare de notre culture de façon magistrale"

    IMPRIMER

    De Paul Senz sur The Catholic World Report :

    Combattre Satan et échapper aux ténèbres du mal : Un entretien avec le père Robert Spitzer

    "Dieu nous a donné, dit l'auteur d'une trilogie de livres sur la réalité du mal et le défi du combat spirituel, à travers notre liberté, la capacité de participer à cette énorme lutte, où c'est le corps mystique du Christ contre le royaume de Satan, et nous sommes impliqués."

    5 juillet 2021  Livres, Dossiers, Interview 6Print

    Le père Robert Spitzer, S.J., est l'auteur de plusieurs livres, dont le plus récent est une trilogie sur le combat spirituel et la spiritualité catholique. (Images : Ignatius Press)

    Le père Robert Spitzer, SJ, président du Magis Center of Reason and Faith et du Spitzer Center, est connu pour ses livres et ses conférences sur la science et la spiritualité. Il a écrit une trilogie de livres - dont deux sont maintenant publiés par Ignatius Press - qui explorent les sujets redoutables du péché, du mal, de Satan et du combat spirituel. La lutte entre le bien et le mal, comme le souligne le père Spitzer, est une lutte à laquelle personne ne peut échapper, même si nous n'en sommes pas conscients. Le père Spitzer veut donc montrer comment l'Église nous aide à comprendre ce grand défi et nous montre comment nous battre dans cette bataille.

    La trilogie s'intitule Called Out of Darkness : Contending with Evil through the Church, Virtue, and Prayer (Appelé hors des ténèbres : Combattre le mal par l'Église, la vertu et la prière). Les deux premiers volumes, Christ Versus Satan in Our Daily Lives : The Cosmic Struggle Between Good and Evil (Christ contre Satan dans notre vie quotidienne : la lutte cosmique entre le bien et le diable) (Ignatius Press, 2020) et Escape from Evil's Darkness : The Light of Christ in the Church, Spiritual Conversion, and Moral Conversion (Échapper aux ténèbres du mal : La lumière du Christ dans l'Église, la conversion spirituelle et la conversion morale)  (Ignatius Press, 2021) sont maintenant disponibles.

    Le troisième volume de la trilogie actuelle, intitulé The Moral Wisdom of the Catholic Church : Principles of Personal and Social Ethics (La sagesse morale de l'Église catholique : Principes d'éthique personnelle et sociale), sera publié par Ignatius Press au début de l'année prochaine.

    Cette série fait suite à un quatuor populaire de livres publiés entre 2015 et 2017. Le quatuor était intitulé Happiness, Suffering, and Transcendence (Bonheur, souffrance et transcendance), et les volumes sont Finding True Happiness (Trouver le vrai bonheur) : Satisfaire nos cœurs agités (2015), The Soul's Upward Yearning : Clues to Our Transcendent Nature from Experience and Reason (Le désir d'ascension de l'âme : les indices de notre nature transcendante tirés de l'expérience et de la raison) (2015), God So Loved the World : Clues to Our Transcendent Destiny from the Revelation of Jesus (Dieu a tant aimé le monde : les clés de notre destinée transcendante à partir de la révélation de Jésus.) (2016), et The Light Shines on in the Darkness (La lumière brille dans l'obscurité;  Transformer la souffrance par la foi) (2017).

    Le père Spitzer s'est récemment entretenu avec Catholic World Report au sujet de ses derniers livres, et de la manière dont nous pouvons nous préparer à combattre dans cette lutte cosmique.

    Lire la suite

  • Témoignage : du goulag à la liberté

    IMPRIMER

    De Christophe Geffroy sur le site de La Nef :

    Du goulag à la liberté

    Vient de paraître : « Des miradors à la liberté. Un Français-Russe toujours  en résistance » de Nikita Krivochéine (Life éditions) - Orthodoxie.com

    Né à Paris en 1934 dans une famille de la noblesse ayant fui le communisme, Nikita Krivochéine, en 1948, rejoint l’URSS avec ses parents qui pensent retrouver une Russie apaisée, ce qui lui vaudra de connaître le goulag avant de pouvoir revenir en France en 1971. Il raconte cela dans un livre poignant (1).

    La Nef – Vous avez eu un parcours inimaginable, naissance en France, puis départ pour l’URSS où vous connaîtrez le goulag et retour en France : pourriez-vous nous le résumer ?

    Nikita Krivochéine – Le Ciel a été clément, généreux : j’ai pu rentrer en France, m’y bien réintégrer, y faire revenir mes parents, fonder un foyer. Parmi les jeunes émigrés emmenés en URSS après la guerre, ceux qui ont eu cette chance se comptent sur les doigts d’une main. Il m’a été donné de voir de Paris l’effondrement du régime communiste, et cela sans que le sang soit versé ! Une grande vague de règlements de comptes meurtriers était plus que probable. Nous avons survécu en URSS corporellement ainsi que dans notre foi, notre vision. Mais combien de « rapatriés » ont préféré se faire « couleur muraille », se dépersonnaliser pour survivre. Mon retour en France a été et reste un très grand bonheur !

    Pourquoi vos parents sont-ils retournés avec vous en URSS en 1948, alors que le totalitarisme du communisme soviétique était manifeste ?

    Il avait, dans l’après-guerre immédiat, cessé d’être claironné et manifeste. À partir de 1943 Staline constatant que les Russes ne sont pas très chauds pour se faire tuer par la Wehrmacht au « nom du communisme, avenir radieux de toute l’humanité », change de disque et se met à invoquer « la grande Russie », ses militaires, sa culture, rouvre les églises. Il change d’hymne national et renonce à la devise « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! », fait renaître le corps des officiers. Pour, dès 1946, revenir à la répression de l’Église. Il lance en 1949 une très importante vague d’arrestations (dont celle de mon père). Mais pendant la guerre l’illusion d’un renoncement au communisme a fonctionné.

    Lire la suite sur le site de La Nef

    (1) Nikita Krivochéine, Des miradors à la liberté. Un Français-Russe toujours en résistance, Life Éditions, 2021, 192 pages, 22 €.

  • Face à la persécution, les chrétiens indiens se serrent les coudes

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Les chrétiens indiens célèbrent une première journée nationale destinée à renforcer leur unité

    06/07/2021

    Le 3 juillet, de nombreux groupes indiens de diverses confessions chrétiennes se sont rassemblés à travers l’Inde, notamment sur les réseaux sociaux, afin de célébrer la première Journée des chrétiens indiens. Cette initiative, explique Mgr Leo Cornelio, archevêque de Bhopal dans l’État du Madhya Pradesh, a pour but de mettre de côté les différences confessionnelles pour renforcer leur unité et leur culture commune, contre les attaques de plus en plus hostiles envers les minorités dans le pays. « Les chrétiens sont indissociables de l’histoire et de cette grande nation », souligne Mgr Cornelio.

    En avril 2019, des chrétiens indiens prient devant une église de Delhi Est durant le Vendredi Saint.

    Les chrétiens indiens ont mis de côté leurs différences confessionnelles lors du lancement d’une journée nationale, destinée à renforcer leur unité et leur culture commune contre un contexte de plus en plus hostile envers les minorités religieuses dans le pays. La première Journée des chrétiens indiens a été célébrée le 3 juillet, jour de la fête de saint Thomas, un des douze apôtres du Christ et évangélisateur de l’Inde en 52 après Jésus-Christ d’après la tradition. Des groupes catholiques, protestants et orthodoxes ont marqué la journée spéciale via les réseaux sociaux, avec des temps de prières, des enseignements, des partages et des clips vidéo, afin de souligner l’unité chrétienne en Inde et l’histoire multiséculaire du christianisme dans le pays. « Cela ne doit pas être que l’affaire d’un jour, nous devons nous en préoccuper tous les jours », confie Mgr Leo Cornelio, archevêque de Bhopal dans l’État du Madhya Pradesh, où de nombreuses attaques antichrétiennes ont été rapportées.

    « Les chrétiens sont indissociables de l’histoire et de l’identité de cette grande nation, mais malheureusement, certains veulent nous présenter comme des étrangers liés à des pouvoirs coloniaux », déplore Mgr Cornelio. Pour l’archevêque de Bhopal, cette journée annuelle doit permettre de dire à ceux qui divisent les gens entre patriotes et « anti-nationaux » selon des critères religieux que « les chrétiens ont vécu ici aussi longtemps qu’ailleurs dans le monde » et que « nous sommes aussi indiens que les membres des autres religions ». Mgr Cornelio ajoute que « le christianisme a fait partie de la culture et de la civilisation indiennes bien avant l’arrivée des Portugais et des Anglais ». L’archevêque indien souligne également que cet événement a aussi pour but de rappeler que les chrétiens, même s’ils représentent une petite minorité avec 2,3 % de la population indienne, ont contribué « largement à la construction de la nation, en particulier pour l’accès des pauvres à l’éducation et à la santé ».

    « Le christianisme fait partie intégrante de l’histoire de l’Inde »

    Pour Shibu Thomas, fondateur de l’association Persecution Relief, qui enregistre les cas de persécution contre les chrétiens en Inde, cette journée nationale est une « initiative formidable » parce qu’elle « nous aide tous à renforcer notre unité ». « Cela nous aide à raviver l’héritage de saint Thomas, le disciple de Jésus. Cela nous aidera aussi à donner nos vies pour Jésus s’il le faut », ajoute-t-il. « Cette journée a permis de briser les barrières de nos différences confessionnelles, et elle nous donne l’espoir que nous soyons un, en mettant de côté toutes nos différences », poursuit-il. « Le christianisme fait partie intégrante de l’histoire de l’Inde depuis près de 2 000 ans, et il a donné naissance à de nombreuses formes indigènes de vie chrétienne. »

    Les programmes publics de cette première journée nationale ont été limités en raison de la pandémie et des restrictions en vigueur. Les responsables chrétiens expliquent qu’ils veulent sensibiliser les communautés chrétiennes sur la nécessité de mettre en avant leurs racines culturelles indiennes en tant que chrétiens, pour contrer ceux qui veulent déformer l’histoire en les présentant comme issus d’une culture étrangère. Les minorités chrétiennes indiennes subissent souvent diverses formes d’attaques et de harcèlement, en particulier dans les zones rurales, à cause de certains groupes qui les accusent de suivre une religion opposée à l’hindouisme.

    « Les missionnaires chrétiens qui sont venus de l’étranger n’ont jamais œuvré contre les intérêts de notre nation, mais ils nous ont guidés vers une vie meilleure », affirme au contraire Mgr Cornelio. « Cette journée nous aidera à nous souvenir de nos racines et à nous rassembler en nous efforçant de devenir de meilleurs chrétiens, quelles que soient nos différences. » Les groupes nationalistes hindous qui projettent de faire de l’Inde une nation exclusivement hindoue continuent de s’opposer aux chrétiens et à leur travail missionnaire. Ils estiment que leur travail est « antipatriotique » et qu’il est destiné à convertir les pauvres au christianisme. Au moins sept États ont voté des lois pénalisant les conversions religieuses, alors que la Constitution indienne garantit le droit de chaque citoyen à suivre et pratiquer la religion de son choix.

    (Avec Ucanews)

  • L'histoire de la destruction des communautés chrétiennes par le nationalisme turc au début du XXe siècle

    IMPRIMER

    De

    «Des Jeunes-Turcs à Mustafa Kemal, l'histoire de la destruction des chrétiens de l'Empire ottoman»

    FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Dans son dernier ouvrage, La Turquie aux Turcs, Yves Ternon, spécialiste du génocide arménien, retrace l'histoire de la destruction des autres communautés chrétiennes par le nationalisme turc au début du XXe siècle.

    2/07/2021

    Mustafa Kemal inspectant ses troupes lors de la guerre gréco-turque qui met fin à la présence des Grecs - une des communautés chrétiennes - dans l'Empire ottoman.
     
    Mustafa Kemal inspectant ses troupes lors de la guerre gréco-turque qui met fin à la présence des Grecs - une des communautés chrétiennes - dans l'Empire ottoman. Commons Wikimedia

    Docteur en histoire habilité à diriger des recherches, Yves Ternon étudie l'histoire des génocides du XXe siècle depuis cinquante ans. Après avoir consacré de nombreux ouvrages au génocide arménien, il publie La Turquie aux Turcs. Destruction des communautés chrétiennes de l'Empire ottoman: nestoriens, chaldéens, syriaques et grecs (1914-1924) (Cerf, 2021).


    FIGAROVOX. - Après avoir beaucoup écrit sur le génocide des Arméniens, vous consacrez un ouvrage aux persécutions des autres communautés chrétiennes de l'Empire ottoman. Avez-vous le sentiment qu'elles ont été négligées par l'historiographie jusqu'alors?

    Yves TERNON. - Oui, j'ai ce sentiment qu'elles ont été négligées par l'historiographie, et surtout par l'historiographie du génocide des Arméniens. Pendant près d'un demi-siècle, j'ai consacré mes travaux uniquement au génocide des Arméniens, et j'avais conscience que les autres communautés chrétiennes avaient été elles aussi victimes de violences qui, selon moi, ne semblaient pas être de même nature que celles qu'ont subies les Arméniens de l'Empire ottoman. Donc quand j'entendais parler du «génocide des Arméniens et des chrétiens d'Orient», ou bien du génocide des Assyriens, chaldéens, syriaques, Grecs et Arméniens, il me semblait qu'on n'était pas dans la même situation criminelle.

    Il y avait à peu près 4,5 millions de chrétiens en Anatolie et dans la Thrace orientale en 1900 ; ils ne sont plus que quelques milliers à peine en 1924. Que sont-ils devenus et dans quelles circonstances?

    Yves Ternon

    Je suis toutefois parti d'un chiffre éloquent: il y avait à peu près 4,5 millions de chrétiens en Anatolie et dans la Thrace orientale en 1900 ; ils ne sont plus que quelques milliers à peine en 1924. Que sont-ils devenus et dans quelles circonstances? C'est notamment en faisant des recherches sur la ville chrétienne de Mardin que j'ai constaté que d'autres communautés comme les syriaques orthodoxes et les syriens catholiques avaient aussi été victimes de violences.

    Contrairement à d'autres historiens comme Benny Morris, Dror Zeevi ou, en France, Joseph Jacoub, vous ne qualifiez pas les massacres perpétrés contre ces communautés chrétiennes-ci de l'Empire ottoman, parfaitement avérés, de «génocide», à la différence du génocide des arméniens. Pourquoi?

    Étant vraiment historien des génocides du XXe siècle, je suis très exigeant pour qualifier un meurtre de masse de génocide. Il est apparu que la destruction de chrétiens ne correspondait pas exactement au crime de génocide. Dans les destructions de chrétienté en Anatolie, il y avait une différence dans la nature du crime. Il fallait donc analyser groupe par groupe, moment par moment, lieu par lieu, les circonstances de ces massacres.

    Lire la suite

  • Pensionnats canadiens : un autre son de cloche

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Ce qu’on ne dit jamais : certains Autochtones ont grandement apprécié leur pensionnat

    30 juin 2021

    Élèves autochtones (Adeline Racette et Emily Bone) du pensionnat d’Assiniboia, à Winnipeg, Manitoba.

    Alors que les églises catholiques du Canada sont vandalisées ou incendiées, il est bon de se rappeler que deux éminents autochtones ont attribué à leurs pensionnats le mérite de leur réussite dans la vie. Il s’agit du dramaturge cri de renommée mondiale Tomson Highway et de la défunte chef de bande dénée d’Inuvik, Cece Hodgson-McCauley. En outre, un certain nombre de personnes ont écrit des récits à la sénatrice Lynn Beyak, aujourd’hui à la retraite, témoignant avoir eu des expériences positives ou avoir entendu des récits de première main de bonnes expériences dans les pensionnats. En 2015, Tomson Highway a déclaré au désormais défunt Huffington Post Canada qu’il avait passé neuf des « années les plus heureuses » de sa vie dans un pensionnat. L’école, appelée le pensionnat Guy Hill, était gérée par les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Né dans le nord du Manitoba, Highway a été envoyé au pensionnat à l’âge de six ans et y est resté jusqu’à l’âge de 15 ans, rentrant chez lui pour les deux mois de vacances d’été. Il a ensuite été mis en pension dans des familles d’origine européenne tout en terminant ses études secondaires à Winnipeg. « Tout ce qu’on entend, ce sont les choses négatives ; personne ne s’intéresse au positif, à la joie dans cette école », a déclaré Highway au journaliste Joshua Ostroff à propos de Guy Hill. « Neuf des années les plus heureuses de ma vie, je les ai passées… dans cette école », a-t-il poursuivi. « J’ai appris votre langue, pour l’amour de Dieu. Avez-vous appris ma langue ? Non, alors qui est le privilégié et qui est le défavorisé. »

    M. Highway a laissé entendre qu’il y avait autant d’histoires « positives » sur les pensionnats que d’histoires « négatives » entendues par l’enquête « Vérité et réconciliation du Canada » sur le système de pensionnat qui a vu des dizaines de milliers d’enfants des communautés nordiques emmenés loin de leurs familles pour leur éducation. Il a également attribué à son école sa réussite, et aux autres pensionnats la réussite d’autres anciens élèves. « Vous avez peut-être entendu des histoires négatives de la part de 7 000 témoins dans le processus », a déclaré le dramaturge primé. « Mais ce que vous n’avez pas entendu, ce sont les 7 000 rapports qui étaient des histoires positives. Il y a aujourd’hui beaucoup de gens qui ont réussi dans ces écoles, qui ont des carrières brillantes et qui sont des gens très fonctionnels, très heureux, comme moi. J’ai une carrière internationale florissante, et cela ne serait pas arrivé sans cette école ».

    Lire la suite

  • Inde : des familles chrétiennes expulsées de leurs villages par les castes hindoues en Odisha

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    En Odisha, des familles chrétiennes expulsées de leurs villages par les castes hindoues

    29/06/2021

    Plusieurs agences et sites chrétiens d’information alertent sur des tensions ciblant la minorité chrétienne dans les villages aborigènes du district de Rayagada, dans l’État d’Odisha, dans l’est de l’Inde. Forcées de fuir leurs maisons sous les menaces et les attaques des villageois hindous, treize familles chrétiennes ont trouvé refuge dans la jungle avoisinante au cours de ces dernières semaines. Les photographies prises sur les lieux par des témoins montrent un campement de fortune et des abris sommaires, à la merci des pluies de mousson.

    En août 2017, des chrétiens du nord-est de l’Inde manifestent à New Delhi contre l’interdiction de l’enterrement d’une femme catholique à Manipur.

    Dans ce district de l’Odisha, les tensions auraient débuté en novembre dernier, lorsque deux familles chrétiennes du village de Chichinga ont été ostracisées par les hindous dominants en raison de leur religion et sommées de quitter leurs maisons. Plus récemment, six familles chrétiennes d’un autre village, Sikarpai, ont également été la cible d’attaques orchestrées par les habitants issus des hautes castes hindoues. Ces derniers se sont opposés au déroulement d’un mariage chrétien, puis ont prohibé l’accès du puits commun aux femmes chrétiennes et ont interdit à la minorité de pratiquer les rites chrétiens dans le village. « Malgré les menaces, ces chrétiens restent fermes dans leur foi qu’ils exercent depuis quatorze ans », a commenté le père Purushottam Nayak, de l’archidiocèse de Cuttack-Bhubaneswar, à l’agence catholique Ucanews. Fin mai, les six maisons des chrétiens de Sikarpai ont été vandalisées et endommagées, poussant les victimes à fuir et à trouver refuge dans la jungle. D’après le site d’information Morning Star News, qui alerte sur les atteintes aux droits de l’homme visant les chrétiens, ces familles ont été rejointes par cinq autres du village avoisinant de Kotlanga, où les chrétiens ont également été victimes, le 7 juin, de menaces proférées à leur encontre.

    Lire la suite

  • RDC : une bombe explose dans une église catholique

    IMPRIMER

    De Timothée Dhellemmes sur Aleteia.org :

    RDC : deux blessés suite à l’explosion d’une bombe dans une église

    Des casques bleus de l'ONU pour la stabilisation en RDC ont été dépêchés sur place, suite à l'explosion d'une bombe artisanale dans une église de la ville de Beni (RDC).

    27/06/21

    Une bombe artisanale a explosé à six heures du matin, ce dimanche 27 juin, à l’intérieur d’une église catholique de la ville de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo. Deux personnes ont été blessées.

    Les fidèles s’apprêtaient à se réunir nombreux. Ce dimanche 27 juin, jour de la confirmation de nombreux jeunes du diocèse, une église de la ville de Béni, en République démocratique du Congo (RDC), a été visée par une bombe artisanale. Placée à l’intérieur de l’édifice, elle a explosé à six heures du matin.

    Heureusement, les fidèles n’étaient pas encore arrivés pour la messe dominicale. Seules deux personnes, qui se trouvaient à l’entrée de l’édifice, ont été blessées. C’est ce qu’a indiqué à l’AFP l’abbé Laurent Sondirya, vicaire général du diocèse de Beni. « Ils ont visé une grande foule parce que la cérémonie va réunir des enfants, leurs parents et des fidèles », a expliqué le prélat catholique. « Un engin explosif a été placé sous un pupitre », a précisé Mgr Sondirya à Vatican News, ajoutant que l’autel « n’a pas été touché ». Après l’intervention des forces de l’ordre qui ont sécurisé le périmètre et malgré quelques traces de sang et des éclats de vitres, la cérémonie a finalement bien pu se tenir.  

    Une première contre un édifice catholique

    C’est la première fois qu’un édifice appartenant à l’Église est directement pris pour cible dans le territoire de Béni, où les catholiques sont majoritaires. Les civils sont en revanche régulièrement pris pour cible par les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe de rebelles musulmans ougandais installés depuis plus de 25 ans dans cette partie de l’Est de la RDC. Face à cela, les appels à l’aide incessants de Mgr Paluku Sikuli Melchisédech, évêque du diocèse de Butembo-Beni, semblent pour l’instant rester lettres mortes.

  • La liberté de foi des chrétiens menacée par des programmes agressifs de déchristianisation dans les institutions de l'UE, dans l'administration Biden, dans les États islamistes et athées

    IMPRIMER

    Interview de Lothar C. Rilinger sur kath.net :

    Cardinal Müller : Aucun être humain ne peut "décider de la vie et de la liberté de conscience et de foi d'autrui".

    24 juin 2021

    Cardinal Müller : "Actuellement, la liberté de foi des chrétiens ... est menacée par des programmes agressifs de déchristianisation dans les institutions de l'UE, dans l'administration Biden, dans les États islamistes et athées" 

    La base d'un État de droit démocratique est l'octroi des droits fondamentaux et des droits de l'homme. L'utilisation de ces droits trouve sa limite dans les droits fondamentaux et humains des tiers. La limite est fixée par la loi ou par les décisions de la cour constitutionnelle nationale et - donc en Europe - par la Cour européenne des droits de l'homme. Tant la législation que les décisions des cours constitutionnelles sont soumises au discours social, de sorte que les frontières peuvent se déplacer. Ce qui est inhabituel, en revanche, ce sont les développements connus sous le nom de culture de l'annulation et de politiquement correct, qui cherchent à établir ces limites au-delà du processus législatif ou des décisions judiciaires. Une élite idéologique dicte ce qui doit être considéré comme bon et ce qui doit être considéré comme mauvais afin de se présenter devant le tribunal autoproclamé de l'idéologie. Nous voulons en parler avec le cardinal Gerhard Ludwig Müller, dogmaticien et historien du dogme, ancien préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

    Lothar C. Rilinger : Le droit à la liberté d'expression est considéré comme un droit de l'homme. Pouvez-vous imaginer que ce droit de l'homme constitue la base inaliénable d'un État constitutionnel démocratiquement constitué ?

    Cardinal Gerhard Ludwig Müller : Ce que l'Etat est et ce qu'il peut faire envers ses citoyens est controversé. Après les expériences négatives de l'empiètement d'un État totalitaire, la Constitution de la République fédérale d'Allemagne part de l'inviolabilité de la dignité humaine, qui est le fondement et la limite de l'exercice de tout pouvoir étatique. En raison des différences philosophiques et religieuses dans la conception de l'homme, il n'existe cependant aucune conception des droits fondamentaux qui en découlent qui soit partagée par tous. Ce que nous considérons comme non négociable dans la tradition de la loi naturelle et du christianisme est méprisé dans certains États islamiques ou dans la Chine communiste comme une importation culturelle de l'"Occident".

    Je pense cependant qu'il est impossible de contourner la vérité de la raison : L'État existe pour le peuple et non le peuple pour l'État. Le citoyen n'est pas la propriété de ceux qui sont au pouvoir, mais le peuple est le souverain devant lequel le gouvernement est responsable. Aucun homme n'a le droit de décider de la vie, de l'intégrité corporelle, de la liberté de conscience et de croyance d'un autre. Il ne faut pas non plus parler de restriction des droits fondamentaux. Puisqu'ils nous viennent par nature ou, selon nous, sont accordés par notre Dieu et Créateur, ils ne peuvent être abrogés ou restreints. Seul leur abus ou leur utilisation au détriment d'autrui peut être sanctionné. En cas de guerre, de catastrophe ou de pandémie, les mesures nécessaires doivent être prises par l'autorité légitime dans l'intérêt du bien commun. Mais la crise Corona ne doit pas être l'occasion bienvenue de saper la démocratie et la liberté de la société civile au profit du paternalisme d'une élite autoproclamée qui veut enseigner à la grande masse du peuple ce qui est bon pour elle. L'État n'est pas comme un - mauvais - professeur qui traite ou malmène ses citoyens comme des "écoliers stupides".

    Rilinger : L'Etat doit-il accorder à ses citoyens le droit humain à la liberté d'opinion non seulement pour des raisons juridiques, mais aussi pour leur permettre de développer leur personnalité ?

    Cardinal Müller : Un Etat construit selon les principes d'une démocratie parlementaire n'a pas le droit d'accorder quoi que ce soit à des personnes libres. Accorder et priver vient du dictionnaire des dictatures éducatives autocratiques. Les faiseurs d'opinion, au nom de leur raison supérieure, s'estiment en droit et même moralement obligés d'exercer un contrôle absolu sur les esprits et les consciences de leurs objets d'attention. Dans un État de droit - par opposition à un État unitaire idéologique - il incombe à ses trois pouvoirs distincts de protéger et de garantir l'exercice des droits naturels des citoyens. Nous n'avons pas non plus besoin de politiciens, de juges ou de leurs porte-parole dans les médias d'État qui, comme des enfants mineurs, nous traitent parfois durement, parfois nous laissent courir avec une longue laisse. On aimerait souhaiter à certains propagandistes de l'humanité nationale de trouver d'abord le bonheur à l'issue de leurs études ou d'une expérience professionnelle plus longue, avant de penser à de nouvelles interdictions ou à des taxes plus élevées et de donner des falsifications du langage contre-gendré comme ses "sagesses" supérieures.

    Lire la suite

  • Offensive de parlementaires européens contre des organisations chrétiennes et de défense des droits de l'homme

    IMPRIMER

    De la Catholic News Agency :

    Des parlementaires européens financés par Soros et l'IPPF (International Planned Parenthood Federation) visent à mettre sur liste noire des groupes chrétiens réputés

    22 juin 2021

    Le Forum parlementaire européen pour les droits sexuels et reproductifs (EPF), un groupe de parlementaires européens engagés à imposer la reconnaissance de l'avortement comme un "droit de l'homme" dans le monde entier, prépare un coup politique majeur visant à discréditer des organisations chrétiennes et de défense des droits de l'homme réputées que le groupe décrit comme des "extrémistes religieux" prétendument engagés "à faire reculer les droits de l'homme en matière de sexualité et de reproduction".

    La semaine dernière, l'EPF a présenté un "rapport d'enquête" intitulé "Tip of the Iceberg : Religious Extremist Funders against Human Rights for Sexuality and Reproductive Health in Europe 2009 - 2018" ("La pointe de l'iceberg : Les bailleurs de fonds extrémistes religieux contre les droits de l'homme pour la sexualité et la santé reproductive en Europe 2009 - 2018"), dans le but d'influencer un vote qui dénoncerait ouvertement les organisations pro-vie au Parlement européen. Le vote du PE doit avoir lieu à Bruxelles, au siège de l'UE, le jeudi 24 juin.

    Le document, signé par Neil Datta, secrétaire de l'EPF, prétend être un exposé sur "54 acteurs du financement de la lutte contre le sida actifs en Europe ainsi que sur les principaux canaux par lesquels les extrémistes religieux génèrent des fonds et comment ils circulent."

    Selon le rapport, "l'image qui se dessine est celle d'une communauté transnationale d'extrémistes religieux et d'acteurs d'extrême droite et d'extrême gauche partageant les mêmes idées et prenant des décisions stratégiques de financement par-delà les frontières internationales."

    Le long document énumère d'innombrables organisations et individus qu'ils accusent d'être "anti-gender" avec peu ou pas de preuves. Dans le chapitre consacré à l'Église catholique, le document critique le Vatican, certains cardinaux européens comme Christoph Schönborn, la Commission des épiscopats de l'Union européenne (COMECE) et plusieurs autres organisations et individus, sans ordre particulier.

    Selon le document, "il existe plusieurs communautés religieuses catholiques qui poursuivent des objectifs antisexistes et qui ont également un poids financier ; "Ils mentionnent ensuite le mouvement laïc italien Communion et Libération, Luca Volontè de la Fondation Novae Terrae, les Chevaliers de Colomb basés aux États-Unis, le Fonds Chiaroscuro, les Légionnaires du Christ, "la famille Slim du Mexique", l'Opus Dei, la Fondation Lejeune, la Fundación Valores y Sociedad d'Espagne, le Movimento Per la Vita d'Italie et le prêtre rédemptoriste polonais Tadeusz Rydzyk ; CitizenGO, et enfin, révélation majeure, "plusieurs fonctionnaires du Vatican" qui "jouent un rôle direct dans les initiatives anti-gender". "

    D'autres organisations pro-droits de l'homme bien établies et réputées sont également dépeintes comme des institutions d'"alt-right" qui versent des millions d'euros dans un programme pro-vie et pro-famille.

    Ironiquement, l'EPF est soutenu par les organisations les plus riches de la planète. L'EPF a une liste presque infinie d'organisations qui pèsent des milliards de dollars, comme la Fondation Bill et Melinda Gates, l'IPPF, la Commission européenne, la Fondation Open Society de George Soros, la Fondation Wallace Global, la Fondation MacArthur, la Fondation Summit et la Fondation Hewlett (l'un des propriétaires de Hewlett-Packard).

    Selon une première analyse de "Tip of the Iceberg" par le Centre européen pour le droit et la justice, "le rapport est long et très détaillé. Parmi un méli-mélo de think tanks conservateurs américains et d'oligarques russes, il cible de solides groupes pro-vie et pro-famille, des politiciens pro-vie (Gudrun Kugler et Anna Záborská), des familles catholiques européennes, des think tanks (Hudson Institute, ECLJ et Alliance Defending Freedom - ADF) et, de manière générale, l'Église catholique".

    Le Centre souligne également que "le timing de ce rapport est significatif puisqu'il a été publié en vue du prochain vote du Parlement européen consacré aux droits sexuels et reproductifs."

    L'EPF a proposé un amendement stipulant que l'UE : "...est préoccupée par l'inclusion dans le registre de transparence de l'UE d'organisations telles que Ordo Iuris, ADF International, Alliance VITA, European Dignity Watch, la Fédération des associations familiales catholiques en Europe (FAFCE), la Fédération européenne One of Us pour la vie et la dignité humaine, Profesionales por la Ética et World Youth Alliance Europe, qui sont ainsi autorisées à travailler ouvertement avec les institutions publiques pour le déclin des droits des femmes et des DSSR (Note : Santé et droits sexuels et reproductifs)".

    Si elle est adoptée, cette résolution constituerait la première liste noire massive d'organisations de défense des droits de l'homme et d'organisations chrétiennes dans l'Union européenne.

  • Deux églises catholiques incendiées au Canada

    IMPRIMER

    De Ouest-France :

    Canada. Deux églises incendiées sur des terres autochtones en Colombie-Britannique

    Deux églises ont été prises pour cibles par des incendiaires sur le site de la réserve autochtone de Penticton. Des actes qui pourraient être liés aux récentes révélations sur les violences subies par les enfants amérindiens aux XIXe et XXe siècles.

    Deux églises catholiques installées dans des territoires autochtones de Colombie-Britannique, à trois cents kilomètres à l’est de Vancouver, ont été détruites dans la nuit de dimanche à lundi lors d’incendies « suspects », a annoncé lundi la police fédérale canadienne, qui a lancé une enquête.

    Ces sinistres se sont produits alors que le pays célèbre la Journée nationale des peuples autochtones.

    Les pompiers sont intervenus pour maîtriser un premier incendie à 1 h 22 sur le site de la réserve autochtone de Penticton. Le deuxième brasier s’est déclaré peu après, vers 3 h 10, dans la municipalité d’Oliver, près de la frontière canado-américaine.

    « Les deux églises ont été détruites par le feu et la police considère ces incendies comme suspects », a déclaré la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) dans un communiqué.

    Ces deux incendies interviennent quelques semaines après la découverte des restes de 215 enfants près d’un ancien pensionnat autochtone géré par l’Église catholique à Kamloops, dans cette province de l’Ouest canadien.

    Mauvais traitements

    Cette découverte a relancé les appels au pape et à l’Église à présenter des excuses pour les abus et violences dont ont souffert les élèves de ces pensionnats, où ils étaient enrôlés de force pour être assimilés à la culture dominante.

    « Nous sommes sensibles aux événements récents mais nous ne spéculerons pas sur les motivations » derrière ces attaques, a précisé le sergent Jason Bayda, porte-parole de la GRC, cité par le communiqué.

    Le chef des pompiers volontaires d’Oliver, Bob Graham, a pour sa part estimé sur la chaîne CBC qu’un « produit accélérant a été utilisé » dans l’incendie de l’église de cette zone.

    La GRC indique ne pas avoir appréhendé de suspect mais a lancé un appel à témoins. (...)

  • Une offensive d'experts de l'ONU pour discréditer le Saint-Siège

    IMPRIMER

    D'Andrea Gagliarducci sur le site de la Catholic News Agency :

    La déclaration des "experts" de l'ONU vise à discréditer le Saint-Siège

    20 juin 2021

    Un groupe d'"experts" de l'ONU devrait publier une déclaration visant à forcer le Saint-Siège et l'Église catholique à céder à l'avortement et à l'idéologie du genre, sous couvert d'exiger que le Vatican prenne toutes les mesures nécessaires pour prévenir les abus.

    Alors que la dernière session du Conseil des droits de l'homme doit commencer le 21 juin, des experts des Nations unies, dont plusieurs rapporteurs spéciaux, s'apprêtent à publier une déclaration exhortant le Saint-Siège à prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les abus sexuels.

    Cette déclaration, qui dépasse les capacités des experts de l'ONU, présente les caractéristiques d'une tentative de saper la doctrine catholique en utilisant les scandales d'abus sexuels.

    En février 2014, un rapport du Comité de la Convention des Nations unies pour les droits de l'enfant a pataugé dans l'enseignement de l'Église sur la sexualité humaine et le droit canonique. En mai 2014, un rapport du Comité de la Convention de l'ONU contre la torture a tenté de considérer les abus sur les enfants comme de la torture pour pousser le Saint-Siège à introduire de nouvelles mesures.

    En décembre 2019, Maud de Boer-Buquicchio, alors rapporteur spécial de l'ONU sur la vente et l'exploitation sexuelle des enfants, a salué la décision du pape François selon laquelle le secret pontifical ne s'appliquerait plus dans les cas d'accusations et de procès impliquant des abus sur des mineurs ou des personnes vulnérables.

    Mais la juriste néerlandaise a également exhorté le Vatican à "faire respecter l'obligation de signalement pour tous les membres du clergé et du personnel qui ont connaissance de ces actes odieux."

    En fin de compte, la portée finale de ces déclarations est de forcer le Saint-Siège à modifier le droit canon pour l'adapter à un "protocole des droits de l'homme" qui soutient ou mentionne subtilement la "perspective de genre" et les "droits sexuels et reproductifs" (c'est-à-dire une poussée pour le "droit" à l'avortement).

    Dans la déclaration, que CNA a pu consulter avant sa publication, les experts font référence à une lettre adressée au Saint-Siège en avril 2021, dans laquelle ils exprimaient "leur plus grande préoccupation face aux nombreuses allégations, dans le monde entier, d'abus sexuels et de violences commises par des membres de l'Église catholique à l'encontre d'enfants, et face aux mesures adoptées par l'Église catholique pour protéger les abuseurs présumés, dissimuler les crimes, faire obstacle à la responsabilisation des abuseurs présumés et éluder les réparations dues aux victimes".

    Les experts se sont plaints que les concordats et les accords du Saint-Siège avec les États "limitent la capacité de l'autorité civile à interroger, à contraindre la production de documents ou à poursuivre les personnes associées à l'Église catholique."

    Ils demandent également aux autorités du Saint-Siège "de s'abstenir de toute pratique d'obstruction et de coopérer pleinement avec les autorités civiles, judiciaires et policières des pays concernés."

    La déclaration vise également deux principes catholiques. Le premier est le sceau de la confession, qui empêche les prêtres de rapporter le contenu des confessions aux autorités civiles.

    Le 1er juillet 2019, la Pénitencerie apostolique a publié une note réaffirmant que le sceau de la confession est inviolable. Cette note répondait aux attaques croissantes contre le sceau de la confession dans de nombreux pays, comme l'Australie et le Chili.

    Le deuxième principe est celui de la souveraineté du Saint-Siège. Les experts souhaitent notamment qu'il soit mis fin à la distinction entre le Saint-Siège et l'État de la Cité du Vatican, qui assure la protection de la liberté religieuse, afin que les États puissent avoir pleine juridiction sur l'Église catholique.

    La lettre fait suite à la déclaration de Maud de Boer-Buquicchio et sera signée par quatre autres rapporteurs spéciaux. Les rapporteurs spéciaux font partie du système des Nations unies. Ils travaillent sur une base volontaire et sont indépendants de tout gouvernement ou organisation.

    La lettre d'avril envoyée au Saint-Siège énumère plusieurs cas : un rapport 2018 de la conférence épiscopale allemande sur les abus ; une commission sur les abus mise en place par la conférence épiscopale française ; la question des pensionnats au Canada, que le pape a récemment abordée à la fin de son Angélus du 13 juin ; un rapport chilien sur les abus, qui fait état de 344 allégations ; 12 allégations d'abus révélées par l'archevêque de Bogotà, en Colombie, en 2019 ; le cas de l'Institut Provolo en Argentine ; et aussi des cas d'abus au sein des Légionnaires du Christ.

    La lettre fait également référence à la participation du Saint-Siège à la Convention de 1990 pour les droits de l'enfant et à la Convention contre la torture.

    La demande des experts va toutefois au-delà de leur capacité, de leurs connaissances ou de leur autorité. Les experts ne peuvent pas inciter un État à adopter des procédures ou à modifier sa législation. Ils ne peuvent pas non plus remettre en question la manière dont un État met en œuvre leurs propositions.