Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Défense de la Vie - Page 2

  • La déclaration du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France au sujet de l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution

    IMPRIMER

    Déclaration du Conseil permanent de la Conférence des évêques au sujet de l’inscription du droit à l’avortement dans la constitution

    (source)

    Déclaration CEF

    « Toute vie est un don pour ce monde », déclaration du Conseil permanent de la Conférence des évêques de France du 9 décembre 2022 au sujet de l’inscription du droit à l’avortement dans la constitution.

    Jeudi 24 novembre 2022, l’assemblée nationale a voté à une large majorité l’inscription du droit à l’avortement dans la constitution. Au nom des évêques de France, nous voulons dire notre inquiétude devant ce que signifierait cette inscription. Nous souhaitons redire ce qui nous semble au contraire fondamental : toute vie est un don pour ce monde, un don fragile et précieux, infiniment digne, à accueillir et à servir depuis son commencement jusqu’à sa fin naturelle.

    Il y a aujourd’hui près de 220.000 avortements par an en France. Chiffre record dans la Communauté européenne, chiffre qui ne diminue pas et tend même à augmenter. Comment pourrions-nous voir cette réalité dramatique comme le seul exercice d’un droit pour les femmes ou encore comme un progrès ? N’est-ce pas surtout le signe de l’échec de toute une société pour éduquer et accompagner, soutenir socialement, économiquement et humainement celles et ceux qui en ont besoin ?

    Le commandement biblique « Tu ne tueras pas » inscrit dans toutes les consciences au-delà de celles des seuls croyants confie tout être humain à la responsabilité de tous les autres. Ces enfants à naître, nous en sommes d’une certaine façon tous responsables. Ainsi, le vrai progrès ne serait-il pas que nous puissions nous mobiliser tous ensemble, croyants et non-croyants, pour que l’accueil de la vie soit davantage aidé et soutenu ? La vraie urgence ne serait-elle pas d’aider au moins les couples ou les femmes qui, aujourd’hui, n’ont pas réellement le choix et ne peuvent garder leur enfant en raison des contraintes sociales, économiques, familiales qui pèsent sur eux ou sur elles, et trop souvent sur elles seules ?

    Nous reprenons les mots du pape François qui, toujours aux côtés des plus pauvres, écrivait en 2013 dans sa première exhortation apostolique Evangelii Gaudium : « cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu’un être humain est toujours sacré (…) dans n’importe quelle situation et en toute phase de son développement. (…). Si cette conviction disparaît, il ne reste plus de fondements solides et permanents pour la défense des droits humains, qui seraient toujours sujets aux convenances contingentes des puissants du moment. » (n°213).

    Aux côtés de bien des hommes et des femmes de bonne volonté, les catholiques continueront à servir ces droits et cette dignité des plus faibles. Ils prient aussi pour les couples et les femmes confrontés à ce drame de l’avortement. Nous redisons notre reconnaissance à toutes celles et tous ceux qui se mobilisent pour aider, accompagner, écouter, soutenir, consoler sans jamais juger ainsi qu’à tous les élus qui auront le courage – par leur vote et leur engagement – de « faire avancer la culture de la vie » (pape François, audience du 5/02/2017).

    Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et Président de la CEF,
    Mgr Vincent Jordy, archevêque de Tours et vice-président de la CEF,
    Mgr Dominique Blanchet, évêque de Créteil et vice-président de la CEF,
    Card. Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille,
    Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Paris,
    Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen,
    Mgr Sylvain Bataille, évêque de Saint-Etienne,
    Mgr Pierre-Antoine Bozo, évêque de Limoges,
    Mgr Alexandre Joly, évêque de Troyes,
    Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre

  • "Vivre en réalité" : l’Université de la Vie se tiendra dans plusieurs villes belges en janvier-février prochains

    IMPRIMER

    L'UNIVERSITE DE LA VIE 2023

    se tiendra en janvier-février à plusieurs endroits en Belgique sur le thème : 

    « VIVRE EN REALITE »

    Proposées par Alliance VITA, ces 4 soirées de formation bioéthique s'adressent à l'intelligence et au coeur. 

    Découvrez les informations sur l'Université de la vie la plus proche de chez vous, et inscrivez-vous sur www.universitedelavie.fr

    Une 5e soirée commune est organisée par l'Institut Européen de Bioéthique, à Bruxelles le 13 février, pour faire le point sur l'actualité bioéthique belge.

    Le thème sera abordé avec l’approche spécifique d’Alliance VITA, nourrie de l’expérience de ses services d’écoute des personnes confrontées aux épreuves de début ou de fin de vie, et de son travail de sensibilisation du public.  

    En quatre séquences : 

    Un monde à CONSOLER 

    Une réalité à ECOUTER 

    Une société à CONSTRUIRE 

    Un futur à TISSER 

    Nous réfléchirons aux questions essentielles de la vie, le début et la fin de vie, la place du corps, du temps, du soin, du virtuel, de l’écologie intégrale et des liens humains…  

    Ces sujets importants seront abordés dans des exposés, des témoignages et des petites vidéos passionnantes.   

    Interviendront des orateurs inspirants : des permanents d’Alliance VITA comme Tugdual DERVILLE, Blanche STREB, Caroline ROUX ainsi que des personnalités et témoins comme les philosophes Bertrand Vergely et Emmanuel Leclercq, la journaliste Pauline Quillon, René Ecochard, des soignants, Christian de Cacqueray… et de nombreux invités.  

    Transmettez cette invitation largement autour de vous !

    Je m'inscris à BRUXELLES (16-23-30 janvier et 6 février) 

    Je m'inscris à LOUVAIN-LA-NEUVE (9-16-23-30 janvier)

    Je m'inscris à NAMUR ( 9-16-23-30 janvier)

    Je m'inscris à LIEGE (12-19-26 janvier et 2 février)

    Je m'inscris à HANNUT (15-22-29 janvier et 5 février)

    Je m'inscris à MONS (9-16-23-30 janvier)

    Je m'inscris à TOURNAI (9-16-23-30 janvier)

  • Réponse aux juristes favorables à l’inscription d’un “droit” à l’avortement dans notre Constitution

    IMPRIMER

    Une carte blanche de Xavier Dijon, professeur émérite de la Faculté de Droit, UNamur sur le site de La Libre :

    Le dangereux oubli de la chair

    Réponse aux juristes qui plaident en faveur de l’inscription dans notre Constitution d’un “droit” à l’avortement. Vous avez oublié la condition corporelle qui nous a faits homme et femme.

    Deux spécialistes du droit constitutionnel nous ont livré récemment (LLB du 28 novembre) un plaidoyer en faveur de l’inscription dans notre Constitution de ce qu’ils appellent le “droit” à l’avortement, afin que cet acte qui interrompt la grossesse, largement admis aujourd’hui dans l’opinion publique, ne puisse plus être trop facilement remis en question par des politiques illibérales ou par des juges liberticides. S’appuyant ainsi sur le pilier de la liberté, les deux auteurs invoquent aussi l’autre pilier de notre Constitution qu’est l’égalité. Mais une chose frappe dans l’argumentation de nos deux auteurs : tout se passe comme si cet être humain, soucieux, tant de sa liberté en lui-même que de son égalité envers tout autre humain, ne recevait aucune instruction de la part de sa propre condition corporelle.

    Dissociation entre le sujet et la chair

    Tant qu’à vouloir être libre, il faut que chacun de nous le soit aussi, dit-on, à l’égard de son propre corps. Alors que la sagesse classique nous invitait autrefois à assumer notre condition charnelle dans sa vulnérabilité, et qu’une médecine tout aussi classique œuvrait à cette réconciliation corporelle, nous voici invités à nous penser nous-mêmes comme des êtres duels : d’un côté, la pensée nourrie de toutes sortes de projets ; de l’autre, le corps rempli de diverses contraintes qui contrarient lesdits projets. Qui va gagner ? Depuis un demi-siècle, les tendances lourdes des lois appelées bioéthiques donnent la faveur à l’esprit : c’est lui qui donne sens à la chair car, par elle-même, nous dit-on encore, la chair n’a pas de sens. D’où les changements survenus dans nos législations et nos jurisprudences occidentales pour rendre les citoyens libres de leur corps : la femme enceinte peut faire prévaloir son projet d’autonomie par rapport à cette chair du fœtus qu’elle porte en elle, par rapport aussi à l’acte de chair qui l’a rendue enceinte ; à l’autre bout de la vie, la personne qui juge son corps indigne de l’image qu’elle se fait d’elle-même sera autorisée à obtenir d’un tiers qu’il l’en délivre ; au milieu de la vie, du côté de la procréation, le don de sperme, la congélation d’ovocytes, la parentalité homosexuelle ou la location d’utérus continuent la ronde de la dissociation entre le sujet et la chair en laquelle il se tient : son propre corps n’a rien à lui dire !

    Menace sur la liberté des sujets

    Mais qui ne voit que cette rupture anthropologique constitue la menace la plus intime qui soit sur la liberté des sujets ? En effet, à partir du moment où la personne ne vit plus de l’intérieur d’elle-même cette unité toute naturelle de chair et d’esprit, il faudra bien que ce pouvoir propre passe en d’autres mains : on songe au pouvoir, d’abord, des médecins autorisés à donner la mort au début ou à la fin de la vie, mais aussi du partenaire qui abandonnera la femme enceinte à son “autonomie” ; de la femme elle-même à l’égard de la personne en devenir qu’elle porte en elle ; des parents d’intention qui feront de la mère porteuse une esclave ; des scientifiques dont les intrusions feront toujours davantage du corps humain un matériau biologique ; des politiques enfin qui se prendront pour les maîtres de la vie et de la mort.

    Fi de notre architecture corporelle

    A propos de l’autre pilier constitutionnel, de l’égalité, nos deux constitutionnalistes nous en donnent une lecture passablement idéologique, au sens où la donnée charnelle, ici encore, n’a plus de sens, puisque la toute-puissante non-discrimination y fait fi de notre architecture corporelle. À leurs yeux, tout se passe comme s’il n’était pas juste que la femme porte l’enfant tandis que l’homme ne ferait que l’ensemencer. Si la différence des rôles ainsi joués dans la procréation est perçue comme une discrimination, alors l’idée que nous nous faisons de l’égalité autorise la femme à mettre fin à la vie qu’elle porte en elle afin de devenir l’égale de l’homme qui, lui, n’a rien à porter. Mais, outre le fait qu’on escamote ici la question tout aussi cruciale de l’égalité entre, d’une part, l’homme et la femme qui ont conçu un enfant, d’autre part, la dignité de cet enfant lui-même, n’avons-nous pas oublié, dans notre argumentaire, la condition corporelle qui nous a faits homme et femme ? Or, avant tous les textes constitutionnels qui énumèrent nos libertés et notre égalité, n’est-ce pas dans cette dualité sexuelle et procréative de l’être humain que se trouve notre toute première constitution ?

    (1) “Inscrivons le droit à l’avortement dans la Constitution” par Diane Roman, professeure à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne et Marc Verdussen, professeur à l’Université catholique de Louvain (UCLouvain)

  • Succès de la mobilisation pro-vie à La Valette

    IMPRIMER

    Du Times of Malta (Giulia Magri) :

    Des milliers de personnes se rassemblent à La Valette pour protester contre la réforme de la loi sur l'avortement

    Les manifestants ont défilé de Castille jusqu'au palais de justice, pour protester contre les projets du gouvernement.

    4 décembre 2022

    Des milliers de manifestants, hostiles aux amendements proposés à la loi sur l'avortement à Malte, se sont rassemblés à La Valette dimanche après-midi, répondant à l'appel des organisateurs pro-vie.

    Les militants se sont rassemblés autour d'une grande affiche d'un nouveau-né qui a été étalée dans les escaliers menant à Castille, le bureau du Premier ministre. Les manifestants ont également déployé des drapeaux maltais et des posters de nouveau-nés sur la place.

    Les officiers de police supervisant l'événement ont refusé de fournir une estimation de la taille de la foule, qui semblait se compter par milliers, remplissant la place Castille et se répandant dans les rues voisines. Les organisateurs ont déclaré qu'ils pensaient qu'environ 20 000 personnes avaient assisté à l'événement.   

    Des hommes et des femmes, jeunes et vieux, ont été vus portant des pancartes roses et blanches disant "Zomm l-abort l'barra minn Malta" (Maintenez l'avortement hors de Malte), "Ipproteġu lil uliedna" (protégez nos enfants) et "Jien m'għandix vuċi" (Je n'ai pas de voix). La foule a scandé " le għall-abort, iva għall-ħajja " (non à l'avortement, oui à la vie) en défilant de Castille à la rue de la République et vers le palais de justice. 

    La manifestation était organisée par la Life Network Foundation, en collaboration avec Doctors for Life et I See Life.  

    Participants et orateurs

    L'ancienne présidente Marie-Louise Coleiro Preca a pris la tête de la manifestation, marchant aux côtés des organisateurs derrière une bannière sur laquelle on pouvait lire "L-emenda tal-gvern iddaħħal l-abort" (L'amendement du gouvernement introduira l'avortement).

    Parmi les participants se trouvaient l'archevêque Charles Scicluna et le leader du parti nationaliste Bernard Grech, qui plus tôt dimanche a exhorté les députés travaillistes à s'élever contre les plans du gouvernement. 

    Pendant que les manifestants défilaient, des bénévoles se promenaient avec des panniers, sollicitant des dons. Un organisateur a déclaré à la foule que l'argent collecté serait utilisé pour financer leur campagne anti-avortement. 

    Diverses chansons pop ont été diffusées par un système de haut-parleurs installé pour l'événement. Parmi les morceaux choisis, on trouve " Life is Life " d'Opus et " Don't You Want Me Baby " de The Human League. 

    Les discours ont été précédés d'une minute de silence à la mémoire de Bernice Cassar, une mère de deux enfants assassinée il y a deux semaines, et de Jean-Paul Sofia, un ouvrier de 20 ans mort dans l'effondrement d'un chantier de construction samedi. 

    Coleiro Preca a déclaré à la foule qu'elle souhaitait que l'amendement proposé soit modifié pour apaiser les esprits. "Le manque de clarté de cet amendement me préoccupe, ainsi que beaucoup d'autres personnes", a-t-elle déclaré. "Il ne nous rassure pas sur le fait que l'avortement n'entrera pas dans notre pays". La question, a-t-elle dit, dépasse les clivages politiques ou religieux, et mérite une discussion sérieuse et mature. "Nous appelons le gouvernement à rencontrer des experts, des organisations civiles, à discuter avec les parties prenantes et à prendre note du document de position", a déclaré Mme Coleiro Preca, faisant référence à un document de position publié par un groupe d'universitaires et approuvé par elle-même et un ensemble d'ONG. L'ancienne présidente a également exhorté les médias à faire preuve d'"éthique" dans leurs reportages et à refléter "les droits de la mère et de l'enfant qui n'ont pas voix au chapitre".

    Dans un appel vidéo, le juge à la retraite Giovanni Bonello a déclaré que la nouvelle loi ouvrirait la porte à "l'avortement sur demande". Les femmes, les médecins et les infirmières sont déjà protégés par la loi dans sa forme actuelle, a-t-il fait valoir. "Aucune infirmière, aucun médecin, aucune femme n'a été poursuivi en justice parce que la grossesse a été interrompue pour sauvegarder la vie de la mère", a déclaré M. Bonello.

    S'exprimant au nom du groupe I See Life, Maria Formosa a déclaré qu'ils étaient là pour défendre les enfants à naître. "Avec un avortement, vous perdez toujours une vie", a-t-elle déclaré. "Nous savons qu'il y a des femmes qui souffrent de nombreux problèmes, des problèmes de santé et des problèmes sociaux, mais l'avortement n'est pas la réponse. La réponse est de fournir le bon soutien."

    Miriam Sciberras, leader de la Fondation Life Network et organisatrice de la manifestation, a conclu les discours. "A quelques jours de Noël, cet amendement a été présenté, pour tuer un bébé, sans aucune forme de discussion", a-t-elle déclaré. Les amendements présentés par le gouvernement sont remplis de mots "vagues" et "peu clairs", a-t-elle dit, et ne font aucune mention de la vie des enfants à naître. "Ce n'est pas une porte ou une fenêtre vers l'avortement, mais une route vers l'avortement", a-t-elle déclaré. "Nous sauvegardons tant de minorités, tant de lois pour protéger les animaux, l'environnement, les lois protègent les œufs de tortue- mais nous ne soutenons pas la vie dans un utérus ?". Miriam Sciberras a demandé si la loi était adoptée à la hâte par le Parlement parce qu'Andrea Prudente, une femme dont la situation difficile a incité les législateurs à rédiger les amendements, poursuit maintenant le gouvernement. 

    Elle a demandé aux députés de représenter les préoccupations de la population et a déclaré que la Fondation Life Network envisagerait d'intenter une action en justice si les amendements étaient imposés par le Parlement. Mme Sciberras a également annoncé que la Fondation organiserait une veillée le mercredi 7 décembre à 18 heures devant le Parlement. Les personnes qui y assisteront devront apporter des bougies rouges, a-t-elle précisé. 

    Pourquoi les manifestants protestent-ils ?

    Un projet de loi qui rendra l'avortement légal lorsque la vie d'une femme enceinte est en danger ou que sa santé est "gravement menacée" est actuellement en discussion au Parlement. Les amendements, annoncés pour la première fois le mois dernier, visent à libérer les médecins et les femmes enceintes de la menace de poursuites pénales en cas d'interruption de grossesse pour des raisons de santé. 

    Malte est le seul pays de l'UE à interdire totalement l'avortement et, en vertu du code pénal maltais, toute personne qui cherche à avorter ou aide à le faire est passible d'une peine de 18 mois à trois ans de prison.

    Le Premier ministre Robert Abela a déclaré qu'il reviendrait à chaque médecin de décider si la santé ou la vie d'une femme est "gravement menacée". 

    Alors que le gouvernement a fait valoir que les amendements sont destinés à protéger les médecins et les mères dans des cas extrêmes - et rares - les critiques affirment que la formulation des amendements est si vague qu'elle conduira à l'introduction de l'avortement dans la loi.  

    Ils affirment que le gouvernement se hâte d'adopter les changements juridiques sans débat public et craignent que la formulation des amendements ne permette d'obtenir un avortement pour des raisons futiles ou sur la base d'un diagnostic de santé mentale. 

    Outre le mouvement pro-vie, l'Église et l'opposition s'opposent à la réforme. 44 autres organisations, plus de 80 universitaires et 450 médecins s'opposent également aux changements juridiques proposés par le gouvernement.

  • Les groupes pro-vie et pro-famille bloqués lors d'une prochaine conférence de l'ONU ?

    IMPRIMER

    D'Austin Ruse sur le Friday Fax (C-Fam) :

    Un comité de l'ONU s'apprête à bloquer les pro-vie

    1er décembre 2022

    Le Comité des ONG de la Commission de la condition de la femme de l'ONU a publié des directives de participation qui auront pour effet de bloquer les groupes pro-vie et pro-famille lors d'une prochaine conférence de l'ONU. Les dirigeants des groupes pro-vie et pro-famille pensent que ces directives ont été créées précisément pour les empêcher de participer à la prochaine Commission sur le statut de la femme.

    Appelées "Directives et principes de sécurité virtuelle", le Comité des ONG affirme qu'elles visent à garantir que "chacun vive une expérience enrichissante lors du Forum virtuel des ONG sur la CSW". Leur objectif est de "rendre cette plateforme aussi inclusive et productive que possible..."

    Certaines directives ne prêtent pas à controverse, telles que "construire une culture d'excellence, de compassion, d'intégrité et d'honnêteté." De plus, "permettez à tout le monde de participer. Ne dominez pas la conversation et respectez les limites de temps" et "faites preuve d'empathie envers les autres participants".

    Mais il y a aussi l'obligation de reconnaître "l'existence du sexisme, du racisme, du classisme, de l'hétérosexisme, de la transphobie, de la domination globale du Nord et d'autres formes institutionnelles d'oppression." Certains de ces éléments sont en grande partie les mots et les phrases idéologiquement chargés de la gauche sexuelle.

    Les participants ne peuvent pas non plus utiliser "un langage offensant lié au genre, à l'identité et à l'expression de genre, à l'orientation sexuelle, au handicap, à la maladie mentale, à l'apparence physique, à l'affiliation politique, à l'âge, à la race, à l'origine nationale et/ou ethnique, au statut d'immigration, à la langue, à la religion ou à l'indigénéité".

    Les participants sont tenus "d'utiliser un langage accueillant et inclusif". Vraisemblablement, cela signifie utiliser les "pronoms préférés" de quelqu'un, une exigence qui contraindrait le discours et violerait donc la liberté religieuse des croyants chrétiens orthodoxes.

    Et puis il y a l'interdiction de "l'intimidation délibérée", une admonition qui semble ne fonctionner que dans un sens. L'année dernière, lors d'un événement préparatoire à la CSW parrainé par ONU Femmes, les gouvernements du Danemark et du Costa Rica et l'ONG CSW, le vice-président exécutif de C-Fam a été attaqué par un groupe mondial de défense de l'avortement. Un représentant de l'Association pour les droits de la femme dans le développement (AWID) a demandé l'expulsion de tous les "infiltrés anti-droits" des Nations unies.

    Bien que les directives semblent ne concerner qu'une plate-forme virtuelle pour la prochaine Commission de la condition de la femme, l'une des plus grandes et des plus importantes réunions de commission au siège de l'ONU, lorsque C-Fam a demandé à accueillir un événement parallèle à la prochaine conférence, ces directives étaient jointes.

    Le Comité des ONG de la CSW est une créature d'ONU Femmes, qui est une bureaucratie massive avec un conseil d'administration composé d'États membres de l'ONU. Il semble donc que les directives émanent des gouvernements. Le problème est que beaucoup, sinon la plupart, des États membres de l'ONU n'accepteraient jamais certaines de ces directives et ne seraient donc pas admis dans la partie ONG de la Commission.

    La Commission de la condition de la femme est une réunion annuelle des États membres des Nations unies qui, dans les années pré-covid, rassemblait des milliers de participants non gouvernementaux. Les 5 000 participants sont généralement issus de groupes féministes radicaux, mais des groupes pro-vie ont également participé. Outre la négociation entre les États membres, il y a des dizaines de panels produits par des groupes non gouvernementaux. Au fil des ans, les groupes pro-vie ont été autorisés à organiser des panels, mais cela est devenu de plus en plus difficile à mesure que les féministes idéologiques répriment les opinions dissidentes.

    Aujourd'hui, il semble qu'elles présentent la dissidence comme un danger pour les autres participants et qu'elles cherchent à supprimer complètement les voix pro-vie et pro-famille.

    Les ONG pro-vie et pro-famille réfléchissent à leur plan d'action, qui devrait inclure au moins une plainte formelle auprès d'ONU Femmes. Les pro-vie n'ont pas l'espoir que l'ONU Femmes s'en préoccupe. Après que Lisa Correnti de C-Fam ait été harcelée l'année dernière, ONU Femmes n'a même pas reconnu la plainte.

    Les pro-vie espèrent que les États membres de l'ONU interviendront.

  • France : un évêque dénonce l'inscription du droit de tuer un être humain dans la Constitution

    IMPRIMER

    Le droit de tuer un être humain garanti par la Constitution ?

    Communiqué de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, le 25 novembre :

    Jeudi 24 novembre, les députés ont approuvé à une écrasante majorité (337 voix pour et 32 voix contre) une proposition de loi qui prévoit d’inscrire le prétendu « droit à l’avortement » dans la Constitution française.

    Si cette proposition de loi devait à présent être votée au Sénat dans les mêmes termes qu’à l’Assemblée nationale, elle serait alors soumise à l’approbation du peuple français par la voie d’un référendum, dont l’issue ne ferait malheureusement aucun doute.

    Aussi me paraît-il utile et nécessaire de rappeler, avec force, un certain nombre de réalités et de principes qui doivent ou qui devraient inspirer la réflexion et l’action, non seulement des chrétiens, mais de l’ensemble des citoyens, y compris des élus :

    -Loin de n’être qu’un amas informe de cellules, l’embryon, puis le fœtus, est un être humain à part entière, puisque dès la conception, l’ADN et les chromosomes qui le constituent font de lui un être humain parfaitement unique et irremplaçable et objectivement distinct du corps de la femme qui le porte.

    – Qu’on le veuille ou non, l’avortement consiste à supprimer un enfant à naître. C’est pourquoi la Constitution pastorale Gaudium et Spes du Concile Vatican II qualifie l’avortement de « crime abominable », tandis que saint Jean Paul II proclame dans l’encyclique Evangelium vitae que « l’avortement direct, c’est-à-dire voulu comme fin ou comme moyen, constitue toujours un désordre moral grave, en tant que meurtre délibéré d’un être humain innocent. Cette doctrine est fondée sur la loi naturelle et sur la Parole de Dieu écrite; elle est transmise par la Tradition de l’Eglise et enseignée par le Magistère ordinaire et universel. Aucune circonstance, aucune finalité, aucune loi au monde ne pourra jamais rendre licite un acte qui est intrinsèquement illicite, parce que contraire à la Loi de Dieu, écrite dans le cœur de tout homme, discernable par la raison elle-même et proclamée par l’Eglise. » (n° 62).

    -Qu’il me soit également permis de souligner, à l’occasion de la « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes » du 25 novembre, que celles-ci sont bien souvent contraintes de recourir à l’IVG du fait des pressions qu’elles subissent de la part de leur entourage familial, professionnel ou autre, et que de nombreuses femmes ne se remettent que très difficilement des séquelles psychologiques d’un avortement.

    -Dès lors, rien ne justifie le fait d’inscrire l’avortement dans la Constitution pour en faire un droit fondamental ou absolu et quasiment sacré, si ce n’est la volonté, à peine dissimulée, d’autoriser, dès que les circonstances le permettront, l’avortement sans la moindre limitation de durée (c’est-à-dire jusqu’au terme de la grossesse…) et de supprimer la clause de conscience dont bénéficient depuis 1975 et le vote de la Loi Veil, les professions de santé (médecins et infirmières).

    -N’est-ce pas plutôt une véritable politique de prévention de l’avortement et d’accompagnement des femmes enceintes en difficulté qu’il conviendrait de considérer comme une priorité, afin de limiter, en France, le nombre dramatiquement élevé d’avortements (au moins 223.000 IVG déclarées en 2021, soit près d’un avortement pour trois naissances), pour contribuer à « mettre en œuvre une grande stratégie pour le service de la vie » (Evangelium vitae n° 95) ?…

    Il est réellement consternant de prétendre inscrire dans la Constitution, qui devrait protéger absolument le droit à la vie, le droit de tuer un être humain. Cela est d’autant plus indigne que les députés s’apprêtaient à débattre sur l’interdiction des corridas, au nom de la
    « souffrance » animale.

    C’est bien à juste titre que Benoît XVI écrivait : « Quand une société s’oriente vers le refus et la suppression de la vie, elle finit par ne plus trouver les motivations et les énergies nécessaires pour œuvrer au service du vrai bien de l’homme. Si la sensibilité personnelle et sociale à l’accueil de la vie se perd, alors d’autres formes d’accueil utiles à la vie sociale se dessèchent. L’accueil de la vie trempe les énergies morales et nous rend capables de nous aider mutuellement » (Caritas in veritate n° 28). On pourrait même avancer que la violence infligée à l’embryon humain a un lien avec les autres formes de violence qui se multiplient dans notre société.

    Alors que nous entrons dans le temps de l’Avent, j’invite par conséquent l’ensemble des fidèles à se joindre aux veillées de prière pour la Vie qui sont organisées dans notre diocèse… et à méditer ce message particulièrement édifiant d’un ancien évêque auxiliaire de New- York (Mgr Austin Vaughan) qui écrivait en 1991: « Lorsque Dieu a envoyé son Fils dans le monde, Il n’est pas apparu brusquement au sommet d’une montagne. Sa vie a débuté dans le sein de la Vierge Marie. Pendant neuf mois, le centre de l’univers entier, la personne la plus importante et le bien le plus important ont été un bébé à naître dans le sein de Marie. Dieu a fait cela pour nous enseigner le prix qu’Il attache à chaque vie humaine dès son commencement ».

  • IVG en France : La Marche pour la Vie dénonce avec force un vote qui n’a pas enregistré de réelle opposition

    IMPRIMER

    La Marche pour la Vie dénonce l’avortement sans limite (source)

    Communiqué de La Marche pour la vie :

    L’Assemblée Nationale a voté aujourd’hui une loi avec un article unique pour constitutionnaliser l’avortement, indiquant  que « La loi garantit l’effectivité et l’égalité d’accès au droit à l’interruption volontaire de grossesse », ceci dans le cadre d’un délai d’au moins 14 semaines, et sans intégrer de délai de réflexion.

    La Marche pour la Vie dénonce avec force ce vote qui n’a pas enregistré de réelle opposition. Si le Modem, Renaissance et la NUPES et les autres partis de gauche ont voté ce texte à la quasi unanimité des présents, le RN s’est distingué par son soutien (38 pour, 23 contre, 13 abstentions), et la mobilisation de LR a été très modeste (13 pour, 7 contre, 2 abstentions).

    Il est regrettable que toute critique de la loi Veil n’ait été portée par aucun des députés présents, qui ont pour les plus résistants souligné « l’équilibre de la loi Veil », alors que celle-ci ouvrait déjà la porte à toutes les dérives et transgressions, et était en elle-même foncièrement mauvaise.

    En votant en faveur de l’avortement dans la Constitution, les députés souhaitent intégrer dans nos textes fondamentaux le droit de faire mourir un membre de l’espèce humaine. Cela menacerait directement l’objection de conscience du corps médical et ouvrirait la porte à l’avortement à la demande jusqu’au terme de la grossesse, tout en ayant de terribles conséquences sur les mesures de protection de l’enfant à naître.

    Nous en appelons à la sagesse du Sénat pour rejeter ce texte, ce qui en permettrait un renvoi définitif.

    Nous demandons que la protection de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, devienne une grande cause nationale.

  • France : "Des gesticulations politiciennes occultent la réalité de ce que vivent les femmes"

    IMPRIMER

    Communiqué d’Alliance Vita :

    Constitutionnaliser le « droit à l’interruption volontaire de grossesse »

    Un faux débat

    L’Assemblée nationale examine demain la proposition de loi de LFI (La France Insoumise) prévoyant que « Nul ne peut porter atteinte au droit à l’interruption volontaire de grossesse et à la contraception. La loi garantit à toute personne qui en fait la demande l’accès libre et effectif à ces droits. » Alliance VITA dénonce un faux débat.

    Depuis le début de cette législature, l’idée s’est répandue chez certains politiques qu’il faudrait modifier la Constitution en écho à la décision de la Cour Suprême des États-Unis du 24 juin 2022.

    La situation en France est pourtant radicalement différente de celle des États-Unis. Dans ce pays il n’y a pas de loi fédérale régulant l’avortement. L’arrêt de la cour suprême renvoie désormais la législation de l’avortement aux Etats fédérés. En France comme dans de nombreux autres pays, l’avortement est encadré par des lois votées par le Parlement.

    Dans notre pays, le nombre d’IVG demeure à un niveau élevé avec 223 300 interruptions volontaires de grossesse (IVG) enregistrées en 2021 et un taux record de recours (15,5 IVG pour 1000 femmes âgées de 15 à 49 ans en 2021).

    Le faux débat autour de la constitutionnalisation occulte la réalité de l’IVG aujourd’hui. Non seulement le dernier rapport de la DREES montre que le taux global de recours à l’IVG a tendance à augmenter, mais l’organisme a également établi en 2020 que ce sont les femmes les plus pauvres qui avortent le plus souvent (rapport 2020). L’IVG s’avère ainsi un marqueur d’inégalités sociales qui devrait alerter les pouvoirs publics.

    Des études récentes montrent aussi des liens entre les violences conjugales et les interruptions volontaires de grossesse à répétition. En France, le lien entre IVG et violences demeure cependant peu exploré :  très peu de médecins posent systématiquement la question des violences aux femmes réalisant une IVG[1]. Or, on sait que pour 40 % des 201 000 femmes concernées chaque année par les violences du conjoint, celles-ci ont débuté à la première grossesse.

    Par ailleurs, inscrire un droit inconditionnel à l’avortement dans la constitution pourrait faire sauter le cadre législatif actuel et conduire à un accès illimité à l’IVG. On peut craindre qu’il devienne alors possible d’exiger une IVG jusqu’à son terme ou en raison du sexe.

    Ces gesticulations politiciennes occultent la réalité de ce que vivent les femmes : la nécessité est plus que jamais à la prévention de l’avortement et à permettre à celles qui le souhaitent de poursuivre leur grossesse.

  • Stéphane Mercier sur Vimeo

    IMPRIMER

    2022_11_21_08_40_17_Greenshot.png

  • Le lobby international de l’avortement vient d’essuyer une défaite importante devant la Cour européenne des droits de l’homme

    IMPRIMER

    De Nicolas Bauer sur le site de l'European centre for Law & Justice :

    Titre

    Madame, Monsieur,

    Le lobby international de l’avortement vient d’essuyer une défaite importante devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans l’affaire B.B. c. Pologne. Dans cette affaire, l’ECLJ faisait face aux principaux lobbys de l’avortement : le Center for Reproductive Rights, la Federation for Woman and Family Planning et la Helsinki Foundation for Human Rights. Ce lobby s’attaquait aux restrictions à l’avortement en Pologne et au droit à l’objection de conscience, après qu’un médecin a refusé, en 2014, de pratiquer l’avortement après 24 semaines de grossesse sur un enfant à naître handicapé. Il s’agit d’un cas de «contentieux stratégique», monté de toutes pièces, instrumentalisant la souffrance d’une femme, demandant réparation pour avoir été forcée de donner naissance à un enfant handicapé.

    Malgré la puissance et les efforts de ces lobbys, c’est l’argument juridique de l’ECLJ et du gouvernement polonais, résumé au §41 de la décision de la Cour, qui a prévalu. L’ECLJ avait en effet démontré que la requérante n’avait plus la qualité de «victime» pour se plaindre auprès de la CEDH, car elle avait déjà conclu un règlement amiable avec l’hôpital en cause, et bénéficié d’une importante indemnité. En conséquence, la CEDH a déclaré la requête irrecevable à l’unanimité. Cette décision s’imposait.

    En annexe de ses observations écrites, l’ECLJ avait aussi remis à la Cour le témoignage exclusif du médecin en cause, en anglais. Humilié pendant des années, il doit aujourd’hui être heureux d’une décision juste de la CEDH.

    Le vrai visage de ce lobby, dévoilé à l’occasion de cette affaire

    Le lobby pro-avortement a une nouvelle fois dévoilé son vrai visage à l’occasion de cette affaire, en particulier son eugénisme. Le premier avocat de la requérante a dû être remplacé après qu’il eut été condamné pour crime organisé impliquant une extorsion de fonds à 248 personnes handicapées. Quant au nouvel avocat, il contesta le mémoire de l’ECLJ, nous accusant de développer des «arguments religieux extrémistes». Ce lobby a poussé la requérante à traiter son enfant de «monstre» dans les médias, et s’est acharné contre son médecin. Celui-ci a été traité publiquement par la gauche polonaise «d’incarnation de Satan», de personne «possédée», de «dégénéré» et de «personne sans conscience». Il a perdu son poste de directeur d’hôpital à cause de cette affaire.

    Finalement, en 2020, le Tribunal constitutionnel de Pologne a déclaré l’avortement eugénique contraire à la dignité humaine garantie dans la Constitution et l’a, en conséquence, interdit.

    La question de l’impartialité du Greffe de la CEDH

    Cette affaire a soulevé, incidemment, une autre question importante, relative cette-fois ci au fonctionnement interne de la Cour. En effet, plusieurs juristes polonais membres du Greffe de la CEDH – susceptibles de traiter cette affaire – ont pris publiquement position en faveur de l’avortement. C’est le cas notamment de Katarzyna Szwed, membre d’une «Brigade révolutionnaire féministe» polonaise et porte-parole de manifestations polonaises pour l’avortement. Depuis son départ de la CEDH, elle travaille pour «Abortion Without Borders». L’ECLJ a dénoncé le manque d’impartialité de ces fonctionnaires de la Cour européenne. C’est une question importante, aggravée par l’opacité du greffe de la Cour, dont la liste des membres n'est pas rendue publique, à la différence de la Cour de justice de l’Union européenne ou la Cour interaméricaine des droits de l’homme.

    Cette défaite du lobby de l’avortement est importante, mais il poursuit sa «guerre» contre la protection de la vie humaine, en particulier contre la Pologne qui fait l’objet d’un véritable acharnement à la CEDH. D’autres «batailles» et jugements sont à venir. Vous pouvez en savoir plus sur ce sujet dans notre section dédiée.

    Pour soutenir notre combat et obtenir d’autres victoires pro-vie, soutenez-nous en partageant cette pétition : 

    Pour la protection de toute vie humaine

  • Etats-Unis : l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection

    IMPRIMER

    De NewsMax (John Gizzi) :

    L'avortement n'a pas nui aux candidats républicains

    13 November 2022

    Depuis le jour de l'élection, les médias affirment que les républicains ont obtenu de mauvais résultats parce que la Cour suprême a annulé le jugement Roe v. Wade.

    Si cette affirmation est portée par les partisans du droit à l'avortement ou par ceux qui préféreraient que le parti républicain se tienne à l'écart de cette question, les données montrent que cette affirmation n'est qu'un tissu de mensonges.

    Il est vrai que les démocrates ont fait une campagne acharnée en faveur du rétablissement de Roe v. Wade tout en affirmant à tort que la Cour suprême et les républicains interdisaient l'avortement. (Ils ne le faisaient pas.)

    Pourtant, course après course, l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection.

    Prenons, par exemple, les courses à New York, un État qui s'est longtemps présenté comme l'un des plus favorables à l'avortement de l'Union.

    Le candidat républicain pro-vie au poste de gouverneur de New York, Lee Zeldin, a recueilli le plus grand nombre de voix du GOP (Parti républicain) dans cet État depuis près de cinq décennies.

    En 2020, Trump avait perdu de 23 points face à Biden dans cet État.

    Alors que la gouverneure sortante démocrate Kathy Hochul a fait de l'avortement une question clé, Zeldin a comblé l'écart avec Trump de 18 points, passant à cinq points de la victoire.

    En fait, une vague rouge a déferlé sur l'État de New York, avec 10 républicains remportant des sièges au Congrès. Neuf d'entre eux sont pro-vie.

    Le GOP a également réalisé un gain net de trois sièges à la Chambre des représentants, y compris dans deux districts de la banlieue de New York où les démocrates ont dépassé les républicains.

    Nous avons entendu dire que les femmes de la banlieue votaient toutes contre le parti républicain cette année.

    Mais Mike Lawler, député pro-vie, a battu le démocrate sortant Sean Patrick Maloney. Maloney avait fait de l'avortement un enjeu majeur.

    Dans de nombreuses courses importantes aux États-Unis, les démocrates ont utilisé la carte de l'avortement sans succès.

    Pas moins de 12 gouverneurs républicains fortement pro-vie ont été élus et pas un seul n'a été défait, à savoir Kay Ivey de l'Alabama, Ron DeSantis de Floride, Brian Kemp de Géorgie, Brad Little de l'Idaho, Kim Reynolds de l'Iowa, Mike DeWine de l'Ohio, Kevin Stitt de l'Oklahoma, Henry McMaster de Caroline du Sud, Kristi Noem du Dakota du Nord, Bill Lee du Tennessee, Greg Abbott du Texas et Mark Gordon du Wyoming.

    Il convient de noter en particulier la réélection écrasante, à 59 % contre 41 %, du gouverneur pro-vie de Floride, DeSantis.

    En avril dernier, DeSantis a signé une loi restrictive sur l'avortement, interdisant toute procédure de ce type dans l'État après 15 semaines de gestation.

    Pendant ce temps, son adversaire bien financé, Charlie Crist, a fait du soutien de DeSantis à la loi un enjeu majeur de la campagne.

    Lors des dernières élections, la Floride avait une tendance bleue (démocrate). DeSantis n'avait fait qu'une bouchée en 2018 pour remporter le poste de gouverneur.

    Cette année, DeSantis a non seulement gagné avec une marge républicaine record, mais il a même remporté les bastions démocrates que sont les comtés de Miami-Dade et de Palm Beach.

    Si l'avortement était une question si déterminante, comment cela a-t-il pu se produire ?

    Et comment l'Ohio a-t-il pu se produire cette année ?

    L'Ohio a longtemps été un État baromètre, et pourtant le gouverneur républicain DeWine a été réélu cette année avec une énorme marge de 26 points.

    En 2019, DeWine avait signé une loi sur les battements de cœur, interdisant l'avortement après le premier signe d'activité cardiaque du fœtus.

    La victoire de DeWine a été reflétée par la réélection du procureur général Dave Yost, ainsi que par des majorités pro-vie à l'Assemblée législative de l'État et trois candidats pro-vie qui ont obtenu des sièges à la Cour suprême de l'État.

    Dans l'ensemble des États-Unis, les républicains n'ont clairement pas obtenu les résultats escomptés lors des élections de mi-mandat de 2022, en raison de facteurs tels que la médiocrité des candidats, le fait que les démocrates aient dépensé plus que leur part et le fait que l'économie soit encore forte et le chômage faible.

    Mais, course après course, l'avortement n'a pas été le thème gagnant que les démocrates et les grands médias prétendent.

  • Défense de la vie : déception aux Etats-Unis

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    États-Unis : les évêques catholiques déçus par les votes sur l'avortement dans les États américains

    12 novembre 2022

    Les électeurs de plusieurs régions du pays ont voté contre les amendements à la constitution sur la protection de la vie et pour la réglementation de l'accès impuni à l'avortement

    Washington DC (kath.net/KAP/red) Lors des élections de mi-mandat, les électeurs de plusieurs États américains se sont prononcés en faveur de la protection du droit à l'avortement et ont rejeté les restrictions à l'accès impuni à l'avortement. Par exemple, les votes dans les États de gauche de la Californie, du Michigan et du Vermont mardi ont abouti à des majorités pour l'inscription d'un droit à l'avortement dans la constitution de l'État respectif. À l'inverse, dans le Kentucky et le Montana, la question était de savoir si la constitution devait protéger la vie à naître, ce que les électeurs des deux États ont rejeté de justesse.

    Les évêques catholiques locaux ont exprimé leur déception tout en réaffirmant leur engagement à poursuivre la lutte pour abolir l'avortement et soutenir les femmes et les familles dans le besoin. "L'avortement est désormais légal dans le Michigan à une échelle sans précédent, et des millions de vies sont en jeu", a écrit l'archevêque de Detroit Allen H. Vigneron dans une lettre aux catholiques de son archidiocèse, selon le Catholic News Service (CNS). Dans l'État, 55 % des électeurs ont voté pour l'accès gratuit à l'avortement. Les croyants sont "profondément attristés par cette grave atteinte à la dignité et au caractère sacré de la vie humaine innocente à naître", a déclaré Vigneron.

    L'archevêque de Detroit a appelé les catholiques à "renouveler leur engagement à accompagner les femmes et les familles dans le besoin avec une détermination plus grande que jamais". Vigneron a assuré que l'Eglise poursuivra ses efforts pour construire une "culture de la vie" "où l'avortement est impensable, toutes les familles reçoivent le soutien dont elles ont besoin et la dignité de tous les êtres humains est reconnue".

    Dans le Kentucky plus conservateur, les évêques catholiques ont été déçus par le rejet d'environ 52 % d'un projet d'amendement à la constitution pour la protection complète de la vie humaine, qui visait à garantir les restrictions existantes sur les avortements. "Cela ne signifie pas la fin du débat ni la nécessité de travailler avec diligence pour accroître le respect de la dignité de chaque vie humaine", ont-ils déclaré dans un communiqué. "Nous continuerons à travailler avec les législateurs pour adopter des lois qui protègent la vie à naître, soutiennent les femmes et les familles et respectent la vie et la dignité humaines à toutes les étapes de la vie."

    Pendant les mi-mandats, les 435 sièges de la Chambre des représentants et 34 des 100 sièges du Sénat du Congrès américain étaient à gagner, et de nombreux sièges de gouverneur étaient également à pourvoir. Sur la base des résultats et des prévisions disponibles jusqu'à présent, les républicains ont de bonnes chances de remporter la majorité à la Chambre des représentants. La majorité au Sénat, qui est actuellement à peine contrôlée par les démocrates, ne pourrait éventuellement être déterminée qu'après un second tour des élections dans l'État de Géorgie en décembre.