Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Défense de la Vie - Page 3

  • Le lobby international de l’avortement vient d’essuyer une défaite importante devant la Cour européenne des droits de l’homme

    IMPRIMER

    De Nicolas Bauer sur le site de l'European centre for Law & Justice :

    Titre

    Madame, Monsieur,

    Le lobby international de l’avortement vient d’essuyer une défaite importante devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans l’affaire B.B. c. Pologne. Dans cette affaire, l’ECLJ faisait face aux principaux lobbys de l’avortement : le Center for Reproductive Rights, la Federation for Woman and Family Planning et la Helsinki Foundation for Human Rights. Ce lobby s’attaquait aux restrictions à l’avortement en Pologne et au droit à l’objection de conscience, après qu’un médecin a refusé, en 2014, de pratiquer l’avortement après 24 semaines de grossesse sur un enfant à naître handicapé. Il s’agit d’un cas de «contentieux stratégique», monté de toutes pièces, instrumentalisant la souffrance d’une femme, demandant réparation pour avoir été forcée de donner naissance à un enfant handicapé.

    Malgré la puissance et les efforts de ces lobbys, c’est l’argument juridique de l’ECLJ et du gouvernement polonais, résumé au §41 de la décision de la Cour, qui a prévalu. L’ECLJ avait en effet démontré que la requérante n’avait plus la qualité de «victime» pour se plaindre auprès de la CEDH, car elle avait déjà conclu un règlement amiable avec l’hôpital en cause, et bénéficié d’une importante indemnité. En conséquence, la CEDH a déclaré la requête irrecevable à l’unanimité. Cette décision s’imposait.

    En annexe de ses observations écrites, l’ECLJ avait aussi remis à la Cour le témoignage exclusif du médecin en cause, en anglais. Humilié pendant des années, il doit aujourd’hui être heureux d’une décision juste de la CEDH.

    Le vrai visage de ce lobby, dévoilé à l’occasion de cette affaire

    Le lobby pro-avortement a une nouvelle fois dévoilé son vrai visage à l’occasion de cette affaire, en particulier son eugénisme. Le premier avocat de la requérante a dû être remplacé après qu’il eut été condamné pour crime organisé impliquant une extorsion de fonds à 248 personnes handicapées. Quant au nouvel avocat, il contesta le mémoire de l’ECLJ, nous accusant de développer des «arguments religieux extrémistes». Ce lobby a poussé la requérante à traiter son enfant de «monstre» dans les médias, et s’est acharné contre son médecin. Celui-ci a été traité publiquement par la gauche polonaise «d’incarnation de Satan», de personne «possédée», de «dégénéré» et de «personne sans conscience». Il a perdu son poste de directeur d’hôpital à cause de cette affaire.

    Finalement, en 2020, le Tribunal constitutionnel de Pologne a déclaré l’avortement eugénique contraire à la dignité humaine garantie dans la Constitution et l’a, en conséquence, interdit.

    La question de l’impartialité du Greffe de la CEDH

    Cette affaire a soulevé, incidemment, une autre question importante, relative cette-fois ci au fonctionnement interne de la Cour. En effet, plusieurs juristes polonais membres du Greffe de la CEDH – susceptibles de traiter cette affaire – ont pris publiquement position en faveur de l’avortement. C’est le cas notamment de Katarzyna Szwed, membre d’une «Brigade révolutionnaire féministe» polonaise et porte-parole de manifestations polonaises pour l’avortement. Depuis son départ de la CEDH, elle travaille pour «Abortion Without Borders». L’ECLJ a dénoncé le manque d’impartialité de ces fonctionnaires de la Cour européenne. C’est une question importante, aggravée par l’opacité du greffe de la Cour, dont la liste des membres n'est pas rendue publique, à la différence de la Cour de justice de l’Union européenne ou la Cour interaméricaine des droits de l’homme.

    Cette défaite du lobby de l’avortement est importante, mais il poursuit sa «guerre» contre la protection de la vie humaine, en particulier contre la Pologne qui fait l’objet d’un véritable acharnement à la CEDH. D’autres «batailles» et jugements sont à venir. Vous pouvez en savoir plus sur ce sujet dans notre section dédiée.

    Pour soutenir notre combat et obtenir d’autres victoires pro-vie, soutenez-nous en partageant cette pétition : 

    Pour la protection de toute vie humaine

  • Etats-Unis : l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection

    IMPRIMER

    De NewsMax (John Gizzi) :

    L'avortement n'a pas nui aux candidats républicains

    13 November 2022

    Depuis le jour de l'élection, les médias affirment que les républicains ont obtenu de mauvais résultats parce que la Cour suprême a annulé le jugement Roe v. Wade.

    Si cette affirmation est portée par les partisans du droit à l'avortement ou par ceux qui préféreraient que le parti républicain se tienne à l'écart de cette question, les données montrent que cette affirmation n'est qu'un tissu de mensonges.

    Il est vrai que les démocrates ont fait une campagne acharnée en faveur du rétablissement de Roe v. Wade tout en affirmant à tort que la Cour suprême et les républicains interdisaient l'avortement. (Ils ne le faisaient pas.)

    Pourtant, course après course, l'avortement n'a pas été le facteur décisif de l'élection.

    Prenons, par exemple, les courses à New York, un État qui s'est longtemps présenté comme l'un des plus favorables à l'avortement de l'Union.

    Le candidat républicain pro-vie au poste de gouverneur de New York, Lee Zeldin, a recueilli le plus grand nombre de voix du GOP (Parti républicain) dans cet État depuis près de cinq décennies.

    En 2020, Trump avait perdu de 23 points face à Biden dans cet État.

    Alors que la gouverneure sortante démocrate Kathy Hochul a fait de l'avortement une question clé, Zeldin a comblé l'écart avec Trump de 18 points, passant à cinq points de la victoire.

    En fait, une vague rouge a déferlé sur l'État de New York, avec 10 républicains remportant des sièges au Congrès. Neuf d'entre eux sont pro-vie.

    Le GOP a également réalisé un gain net de trois sièges à la Chambre des représentants, y compris dans deux districts de la banlieue de New York où les démocrates ont dépassé les républicains.

    Nous avons entendu dire que les femmes de la banlieue votaient toutes contre le parti républicain cette année.

    Mais Mike Lawler, député pro-vie, a battu le démocrate sortant Sean Patrick Maloney. Maloney avait fait de l'avortement un enjeu majeur.

    Dans de nombreuses courses importantes aux États-Unis, les démocrates ont utilisé la carte de l'avortement sans succès.

    Pas moins de 12 gouverneurs républicains fortement pro-vie ont été élus et pas un seul n'a été défait, à savoir Kay Ivey de l'Alabama, Ron DeSantis de Floride, Brian Kemp de Géorgie, Brad Little de l'Idaho, Kim Reynolds de l'Iowa, Mike DeWine de l'Ohio, Kevin Stitt de l'Oklahoma, Henry McMaster de Caroline du Sud, Kristi Noem du Dakota du Nord, Bill Lee du Tennessee, Greg Abbott du Texas et Mark Gordon du Wyoming.

    Il convient de noter en particulier la réélection écrasante, à 59 % contre 41 %, du gouverneur pro-vie de Floride, DeSantis.

    En avril dernier, DeSantis a signé une loi restrictive sur l'avortement, interdisant toute procédure de ce type dans l'État après 15 semaines de gestation.

    Pendant ce temps, son adversaire bien financé, Charlie Crist, a fait du soutien de DeSantis à la loi un enjeu majeur de la campagne.

    Lors des dernières élections, la Floride avait une tendance bleue (démocrate). DeSantis n'avait fait qu'une bouchée en 2018 pour remporter le poste de gouverneur.

    Cette année, DeSantis a non seulement gagné avec une marge républicaine record, mais il a même remporté les bastions démocrates que sont les comtés de Miami-Dade et de Palm Beach.

    Si l'avortement était une question si déterminante, comment cela a-t-il pu se produire ?

    Et comment l'Ohio a-t-il pu se produire cette année ?

    L'Ohio a longtemps été un État baromètre, et pourtant le gouverneur républicain DeWine a été réélu cette année avec une énorme marge de 26 points.

    En 2019, DeWine avait signé une loi sur les battements de cœur, interdisant l'avortement après le premier signe d'activité cardiaque du fœtus.

    La victoire de DeWine a été reflétée par la réélection du procureur général Dave Yost, ainsi que par des majorités pro-vie à l'Assemblée législative de l'État et trois candidats pro-vie qui ont obtenu des sièges à la Cour suprême de l'État.

    Dans l'ensemble des États-Unis, les républicains n'ont clairement pas obtenu les résultats escomptés lors des élections de mi-mandat de 2022, en raison de facteurs tels que la médiocrité des candidats, le fait que les démocrates aient dépensé plus que leur part et le fait que l'économie soit encore forte et le chômage faible.

    Mais, course après course, l'avortement n'a pas été le thème gagnant que les démocrates et les grands médias prétendent.

  • Défense de la vie : déception aux Etats-Unis

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    États-Unis : les évêques catholiques déçus par les votes sur l'avortement dans les États américains

    12 novembre 2022

    Les électeurs de plusieurs régions du pays ont voté contre les amendements à la constitution sur la protection de la vie et pour la réglementation de l'accès impuni à l'avortement

    Washington DC (kath.net/KAP/red) Lors des élections de mi-mandat, les électeurs de plusieurs États américains se sont prononcés en faveur de la protection du droit à l'avortement et ont rejeté les restrictions à l'accès impuni à l'avortement. Par exemple, les votes dans les États de gauche de la Californie, du Michigan et du Vermont mardi ont abouti à des majorités pour l'inscription d'un droit à l'avortement dans la constitution de l'État respectif. À l'inverse, dans le Kentucky et le Montana, la question était de savoir si la constitution devait protéger la vie à naître, ce que les électeurs des deux États ont rejeté de justesse.

    Les évêques catholiques locaux ont exprimé leur déception tout en réaffirmant leur engagement à poursuivre la lutte pour abolir l'avortement et soutenir les femmes et les familles dans le besoin. "L'avortement est désormais légal dans le Michigan à une échelle sans précédent, et des millions de vies sont en jeu", a écrit l'archevêque de Detroit Allen H. Vigneron dans une lettre aux catholiques de son archidiocèse, selon le Catholic News Service (CNS). Dans l'État, 55 % des électeurs ont voté pour l'accès gratuit à l'avortement. Les croyants sont "profondément attristés par cette grave atteinte à la dignité et au caractère sacré de la vie humaine innocente à naître", a déclaré Vigneron.

    L'archevêque de Detroit a appelé les catholiques à "renouveler leur engagement à accompagner les femmes et les familles dans le besoin avec une détermination plus grande que jamais". Vigneron a assuré que l'Eglise poursuivra ses efforts pour construire une "culture de la vie" "où l'avortement est impensable, toutes les familles reçoivent le soutien dont elles ont besoin et la dignité de tous les êtres humains est reconnue".

    Dans le Kentucky plus conservateur, les évêques catholiques ont été déçus par le rejet d'environ 52 % d'un projet d'amendement à la constitution pour la protection complète de la vie humaine, qui visait à garantir les restrictions existantes sur les avortements. "Cela ne signifie pas la fin du débat ni la nécessité de travailler avec diligence pour accroître le respect de la dignité de chaque vie humaine", ont-ils déclaré dans un communiqué. "Nous continuerons à travailler avec les législateurs pour adopter des lois qui protègent la vie à naître, soutiennent les femmes et les familles et respectent la vie et la dignité humaines à toutes les étapes de la vie."

    Pendant les mi-mandats, les 435 sièges de la Chambre des représentants et 34 des 100 sièges du Sénat du Congrès américain étaient à gagner, et de nombreux sièges de gouverneur étaient également à pourvoir. Sur la base des résultats et des prévisions disponibles jusqu'à présent, les républicains ont de bonnes chances de remporter la majorité à la Chambre des représentants. La majorité au Sénat, qui est actuellement à peine contrôlée par les démocrates, ne pourrait éventuellement être déterminée qu'après un second tour des élections dans l'État de Géorgie en décembre.

  • Bruxelles ("aux Minimes"), 26 novembre : Journée pour la Vie

    IMPRIMER

    La Paroisse des Saints Jean et Étienne « aux Minimes » vous invite le samedi 26 novembre à une « Journée pour la Vie » :

  • L’Association médicale mondiale reste fermement opposée à l’euthanasie et au suicide médicalement assisté

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    L’Association médicale mondiale renouvelle son refus de l’euthanasie

    8 novembre 2022

    Du 5 au 8 octobre, l’Assemblée générale de l’Association médicale mondiale (AMM) a eu lieu à Berlin. A cette occasion, elle a révisé sa déclaration sur les soins médicaux de fin de vie.

    L’AMM insiste sur le fait que « la phase de fin de vie doit être reconnue et respectée comme une partie importante de la vie de la personne ». La prise en charge doit tenir compte « des aspects physiques, psychologiques, sociaux et spirituels ou existentiels des maladies incurables et des autres affections de la fin de vie ».

    L’association rappelle également qu’elle « reste fermement opposée à l’euthanasie et au suicide médicalement assisté » (cf. Euthanasie : L’Association Médicale Mondiale résiste aux pressions des canadiens et des néerlandais ) et formule des recommandations.

    Préserver la dignité et la liberté

    La déclaration insiste sur l’importance des soins palliatifs. Ils « font partie des soins médicaux de qualité ». Leur objectif « est de préserver la dignité et la liberté du patient en dépit de symptômes éprouvants » rappelle l’AMM.

    « La formation des professionnels de santé devrait comprendre l’enseignement de soins de fin de vie ». En outre, « les gouvernements et les instituts de recherche sont encouragés à investir davantage dans l’élaboration de traitements visant à améliorer les soins de fin de vie ». L’AMM recommande aussi que les associations médicales nationales s’opposent « aux lois ou règlementations qui empêchent indûment les médecins de prodiguer des traitements intensifs et cliniquement fondés des symptômes des patients en fin de vie, conformément aux bonnes pratiques ».

    Ne pas causer intentionnellement la mort

    L’association rappelle son attention à la gestion de la douleur. Elle précise que « les médecins devraient s’assurer que le patient est convenablement traité contre la douleur et l’inconfort (..] afin de s’assurer qu’une souffrance physique ou mentale inutile n’influence pas la prise de décision ».

    Dans certains cas, et en dernier recours, l’AMM accepte qu’une sédation profonde puisse être proposée (cf. La sédation, une aide pour accompagner fin de vie ou un instrument pour y mettre un terme ?). Elle insiste toutefois sur le fait qu’elle « ne doit jamais être utilisée pour causer intentionnellement la mort du patient et doit être réservée aux patients en fin de vie ». Le médecin devra en outre « s’efforcer d’obtenir le consentement éclairé du patient ou, à défaut, de son mandataire de santé ».

    Discuter à tous moments

    L’AMM insiste en outre sur l’information du patient, comme de ses proches. « La communication entre eux et les membres de l’équipe de soins constituent l’un des piliers fondamentaux de la qualité des soins de santé en fin de vie » précise-t-elle.  Les médecins sont ainsi invités à discuter à tous moments avec leurs patients, à les informer sur l’évolution de la maladie comme sur les traitements et possibilités de les soulager. Ces discussions « doivent être renouvelées régulièrement pour tenir compte des éventuels changements de souhaits des patients ».

    Répondre aux besoins du patient

    Afin de connaitre les souhaits des patients, l’AMM les encourage à rédiger des directives anticipées écrites, ou à désigner un représentant.

    L’autonomie des patients doit être respectée. Toutefois, « si un patient fait part de son souhait de mourir ou exprime des pensées suicidaires, le médecin a le devoir d’engager avec lui une discussion ouverte et confidentielle pour comprendre les motifs et raisons de ces pensées » (cf. “La demande de mise en œuvre d’une procédure active d’euthanasie est rarissime”).

    « Des ressources psychologiques, sociales et spirituelles [doivent être] à la disposition des patients et de leurs proches pour les aider à faire face à l’anxiété, à la peur et la tristesse associées à la fin de vie» ajoute l’AMM. L’association recommande aussi qu’un accompagnement au deuil après le décès soit mis en place.

  • L'affaire Mazzucato ou quand la foi n'est plus une vertu au Vatican

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Affaire Mazzucato : la foi n'est plus une vertu au Vatican

    8-11-2022

    A son retour de Bahreïn, le pape François annonce la nomination de Mariana Mazzucato à l'Académie pontificale pour la vie. Cette nomination est paradoxale en raison des déclarations pro-avortement et de l'athéisme de l'enseignante, mais pour le pape, il s'agit d'une "bouffée d'air frais d'humanité". Pourtant, jusqu'à Benoît XVI, l'athéisme était un préjudice pour l'homme et la société.

    Les avorteurs au Vatican : la question n'est pas anodine car elle signifie qu'à l'avenir les pro-vie devront travailler de plus en plus "malgré" le Vatican. Non seulement sans son soutien, mais aussi contre ses positions. Après tout, n'est-ce pas aussi le cas pour la procréation et l'homosexualité ? La situation est objectivement époustouflante et inquiétante dans sa paradoxalité. S'il s'agit de signes des temps, il faut décider de réviser quelque peu la doctrine théologique des "signes des temps".

    Athée et avorteur à l'Académie Pontificale pour la Vie : un paradoxe voulu par le Pape pour la Professeure Mariana Mazzucato comme membre de l'Académie Pontificale pour la Vie. On lui a demandé comment cette nomination était possible, étant donné que Mazzucato est une athée avouée et qu'elle est favorable à l'avortement d'État. François a confirmé que c'est lui-même qui a décidé de cette nomination, affirmant qu'il voulait ainsi injecter un souffle d'humanité dans l'Académie ["donner un peu d'humanité" ont été ses mots]. Il est très difficile de déchiffrer cette phrase selon la logique normale.

    Si Mazzucato représente un souffle d'humanité dans l'Académie parce qu'elle est athée et pro-avortement, alors cela signifie que ne pas être athée et être contre l'avortement dénote un manque d'humanité. Ceux qui ont été membres dans le passé, et ceux qui le sont encore sans être ni athées ni pro-choix, auraient une humanité pauvre ou du moins stagnante qui aurait besoin d'air frais. Mais l'humanité seule - à supposer que cela soit possible - est-elle capable d'apporter cet air pur, sans se référer au vrai Dieu ? Benoît XVI écrit dans Caritas in veritate : "Sans Dieu, l'homme ne sait pas où aller et ne peut même pas comprendre qui il est". Dans l'Église, on a toujours pensé que c'était Jésus qui apportait un souffle de (pleine) humanité, car sans Lui l'humanité n'est même pas capable de comprendre ce qu'elle est.

    L'affaire Mazzucato n'est pas seulement l'affaire Mazzucato. Si le principe s'applique à sa nomination à l'Académie de la vie, pourquoi ne s'appliquerait-il pas partout ? Deux parents devraient être heureux que leur fille se marie avec un athée, car cela apporterait un souffle d'humanité ; ils devraient être heureux que le catéchiste de la paroisse ou l'enseignant à l'école soit athée et favorable à l'avortement, car cela apporterait un souffle d'humanité. Et pourquoi pas un athée comme président de l'Académie pontificale pour la vie ? La logique, même la plus étrange, a ses propres exigences en matière de cohérence.

    En parlant de cohérence. En 2016, François a approuvé le nouveau statut de l'Académie pontificale pour la vie. L'article 1 dit qu'elle "a pour finalité la défense et la promotion de la vie humaine", l'article 5 dit systématiquement que les membres en font partie "uniquement pour l'accomplissement de ses tâches spécifiques" [c'est-à-dire la défense et la promotion de la vie], et qu'ils sont nommés par le pape sur la base d'un "...service fidèle dans la défense et la promotion du droit à la vie de toute personne humaine". Elle stipule également que les membres "s'engagent à promouvoir et à défendre les principes relatifs à la valeur de la vie et à la dignité de la personne humaine, interprétés de manière conforme au Magistère de l'Église". Le même article stipule également que la qualité de membre peut être révoquée "en cas d'action ou de déclaration publique et délibérée manifestement contraire à ces principes". La logique et la cohérence exigeraient soit que François modifie le statut, soit qu'il retire la nomination de la professeure Mazzucato. La logique aristotélicienne, la logique naturelle de la pensée humaine, s'applique également à l'Église. La fiabilité du témoin dans toutes ses autres déclarations en dépend. Le premier principe de la logique est celui de la non-contradiction : on ne peut pas affirmer et nier la même chose en même temps et du même point de vue. Or, écrire que les membres de l'Académie doivent défendre et promouvoir la vie et nommer ensuite un membre qui, en raison de ses propres positions déclarées, n'entend ni défendre ni promouvoir la vie, est logiquement une contradiction.

    Et là s'ouvre un autre problème d'une gravité sans précédent. Jean-Paul II, dans Centesimus annus, affirme que "la négation de Dieu prive la personne de son fondement et, par conséquent, conduit à la réorganisation de l'ordre social sans tenir compte de la dignité et de la responsabilité de la personne". Tout le magistère social de l'Église jusqu'à Benoît XVI a toujours soutenu les dommages que l'athéisme cause à la société, étant donné que sans Dieu, l'homme est également perdu et qu'avec le déclin de la transcendance, l'immanence proclamée s'effondre également. L'avortement et l'athéisme sont donc étroitement liés. Ils ne le sont pas seulement dans les convictions de la professeure Mazzucato, mais ils le sont en eux-mêmes. Et maintenant, ils le sont aussi pour l'Académie créée par Jean-Paul II le 11  février 1994.

  • RDC : Avec « L’Empire du silence », deux soirées pour dénoncer l’impunité autour du martyre du peuple congolais

    IMPRIMER

    Lu dans la « Libre Afrique » :

    Empire-du-silence-foule-690x450.jpg

    « Le dernier film du cinéaste belge Thierry Michel est au cœur de deux soirées spéciales : l’une ce mercredi à 20h25 sur La Une RTBF et l’autre, le 14 novembre à Bozar (Bruxelles).

    Ni repos, ni répit. Depuis près de 25 ans, des hordes de belligérants s’abattent par vagues successives sur le territoire congolais. Dans l’Est de la RDC particulièrement, la population est soumise à une insécurité permanente. Ce martyre silencieux est au cœur du dernier film de Thierry Michel.

    En trente ans de voyage au Congo, le cinéaste a accumulé une somme de témoignages, d’images d’archives et d’analyses sur le pays-continent dont le destin fut longtemps lié à la Belgique. Dans L’Empire du silence, le réalisateur belge dénonce le chaos en cours au Congo et l’insoutenable impunité de ses auteurs. Depuis plus de vingt ans, les effets dévastateurs de la guerre s’y sont étendus sans que jamais ses instigateurs nationaux et internationaux ne soient inquiétés. C’est contre cette impunité que s’érige le film relayant notamment la voix du prix Nobel de la paix congolais, le Dr Denis Mukwege.

    Le Congo face à l’appétit du Rwanda et de l’Ouganda

    La première vertu de L’Empire du silence*** est sa formidable clarté. Même un public néophyte, qui ne connaîtrait rien des méandres de l’histoire congolaise, y retrouvera son chemin. De 1990 à nos jours, le cinéaste retrace le tragique destin d’une population soumise aux exactions sans fin des innombrables factions rebelles et troupes en présence depuis plus de vingt ans sur son territoire. Singulièrement depuis 1994 et le déclenchement du génocide des Tutsis dans le Rwanda voisin, entraînant l’exode de centaines de milliers de Hutus rwandais sur les terres congolaises.

    Le cinéaste croise les témoignages d’officiels de nationalités multiples ayant œuvré au sein des Nations Unies et du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), mais aussi de civils et témoins (journalistes et responsables de la Croix Rouge congolais) pris en étau dans les territoires de l’Est du Congo convoités pour leur incroyable richesse géologique. Il met ainsi en lumière les mécanismes prédateurs qui maintiennent la population dans la terreur et ont permis à d’anciens chefs de guerre de se frayer un chemin jusqu’aux postes les plus élevés de l’armée régulière congolaise. Car si les troupes étrangères, principalement rwandaises et ougandaises, sont responsables d’attaques, pillages et actes de barbarie par milliers sur le territoire de la RDC, les troupes gouvernementales et groupes armés congolais ont également commis d’innombrables crimes de guerre en Ituri, dans le Kivu et au Kasaï.

    Le film cite souvent le rapport Mapping, réalisé en 2010, documentant plus de 600 violations, les plus graves, des droits de l’Homme et du droit international commises en RDC entre mars 1993 et juin 2003. Un rapport qui, à ce jour, est toujours « resté enfoui dans un tiroir » de l’Onu.

    Parcours de cinéma, de Charleroi à Kinshasa

    Thierry Michel connaît bien le pays pour l’avoir arpenté en long et en large depuis Le Cycle du serpent (1992) en passant par Mobutu Roi du Zaïre (1999) jusqu’à son avant-dernier film sur le Docteur Denis Mukwege rebaptisé L’homme qui répare les femmes (2015). C’est dans le sillage du combat du célèbre médecin et prix Nobel de la paix 2018 que s’inscrit L’Empire du Silence***.

    Ce onzième film, réalisé au Congo par Thierry Michel, prend la forme d’un plaidoyer en faveur de la justice transitionnelle afin que soient jugés les responsables de crimes de guerre et reconnu le droit des victimes. Il pointe le silence international, l’inaction des autorités congolaises et la complicité de nombreuses compagnies étrangères exploitant les précieux minerais congolais. Après sa présentation dans divers festivals et au cours d’une tournée au Congo organisée fin août – début septembre à Kinshasa, Bukavu, Goma et Kisangani, le film sera visible ce mercredi à 20h25 sur La Une. Sa diffusion sera suivie d’un débat à 22h15. Dans la foulée (23h25), on pourra également revoir un autre film de Thierry Michel, Enfants du hasard, tourné dans sa région natale.

    Cette soirée préfigure la participation du cinéaste aux Grandes conférences catholiques le 14 novembre à Bozar. Soirée au cours de laquelle sera retracé son parcours, de Charleroi à Kinshasa, en passant par le Brésil et l’Iran.

    Karin Tshidimba »

    Ref. RDC : Avec « L’Empire du silence », deux soirées pour dénoncer l’impunité autour du martyre du peuple congolais

    ...Dans une éternelle série na balokuta, de poker menteurs : nationale, transfrontalière et internationale, entretenant  un imbroglio dont on n’aperçoit hélàs pas la fin (JPSC).

  • Le président Biden, l'archevêque Paglia et la mortification de l'Église

    IMPRIMER

    De George Weigel sur The Catholic World Report :

    Le président Biden, l'archevêque Paglia et la mortification de l'Église

    Allons-nous maintenant avoir des hérétiques qui nient la divinité du Christ nommés comme membres du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, au nom du "dialogue" ?

    2 novembre 2022

    Aucune personne qui a travaillé à Washington pendant plus de quatre décennies, comme moi, ne peut imaginer Joseph Robinette Biden, Jr, comme l'un des couteaux les plus tranchants du tiroir. Même avec le recul de 31 ans, sa tentative d'enseigner la théorie du droit naturel au futur juge Clarence Thomas lors des auditions de confirmation de ce dernier est toujours aussi répugnante. Il s'est autodétruit lors de plusieurs campagnes présidentielles à cause de gaffes verbales (et de plagiats). Tout récit honnête de son succès dans l'obtention de la nomination démocrate de 2020 concédera qu'il a été plus ou moins consacré par la crainte que Bernie Sanders, le socialiste du Vermont qui a passé sa lune de miel dans le Moscou de la guerre froide, ne conduise le parti au bord du précipice.

    Aujourd'hui, il est évident pour toute personne ayant la moindre connaissance de la médecine gériatrique que M. Biden est atteint de troubles cognitifs. Le fardeau de l'âge s'est donc superposé à l'incapacité intellectuelle, et l'habituelle fanfaronnade de M. Biden n'est plus qu'une mince couverture pour le dysfonctionnement, l'indiscrétion et une malpropreté après l'autre. Compte tenu de ces réalités, les éthiciens peuvent débattre du degré de culpabilité morale de M. Biden pour sa politique incessante en faveur de l'avortement, qui s'est intensifiée depuis que la Cour suprême a, à juste titre, jeté Roe v. Wade à la poubelle de l'histoire jurisprudentielle en juin dernier. Objectivement parlant, cependant, M. Biden est devenu non seulement un embarras pour l'Église, mais un contre-témoin de l'Évangile que l'Église proclame.

    Sentant, avec d'autres démocrates, que les vents politiques soufflaient dans une direction défavorable alors que les élections de mi-mandat de 2022 entraient dans la dernière ligne droite, l'homme qui claironne effrontément qu'il enfoncera son chapelet dans la gorge de quiconque mettra en doute sa bonne foi catholique a annoncé que sa première action, si les démocrates contrôlaient à la fois la Chambre et le Sénat en janvier 2023, serait de "codifier" Roe v. Wade par voie législative.

    En fait, ce que M. Biden et ses partisans proposent est l'attaque la plus draconienne que l'on puisse imaginer contre le droit à la vie : une licence d'avortement à l'échelle nationale qui, au nom de menaces non spécifiées pour la "santé" maternelle, légaliserait le démembrement d'un enfant à naître jusqu'à la naissance. Le projet de loi proposé par Biden et les démocrates laisse la définition de la "santé" si vague qu'elle autorise les avortements tardifs, en cas de problèmes de "santé mentale" qui peuvent être pratiquement tout et n'importe quoi.

    En promouvant un permis de tuer pratiquement sans restriction, M. Biden s'est déclaré en dehors de la pleine communion de l'Église. Les prêtres et autres personnes qui ont dit à cet homme superficiel et mal catéchisé que sa position sur l'avortement pouvait être conciliée avec la pleine communion avec l'Église catholique portent le plus lourd fardeau de la responsabilité morale - tout comme les évêques appelés à exercer un soin pastoral pour M. Biden. Mais il ne fait aucun doute que, objectivement, le président Biden s'est mis dans une position de communion diminuée, défectueuse, avec l'Église qu'il aime. Ce qui est dommage, c'est que ce qu'il aime, il ne le connaît pas. Et l'amour sans la connaissance est un simple sentiment.

    Il y a aussi Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie. Nous étions, j'imagine, amis autrefois. Au milieu des années 1990, nous avons travaillé avec le regretté cardinal William Keeler pour faire ériger un mémorial au cardinal James Gibbons de Baltimore dans la basilique de Santa Maria in Trastevere, dont Mgr Paglia était alors le recteur. En 1887, le cardinal Gibbons a prononcé dans cette vénérable basilique, qui venait de devenir son église romaine "titulaire", un sermon qui anticipait l'enseignement du Concile Vatican II sur l'Église et l'État. Keeler et moi avons pensé que ce moment devait être commémoré, et Paglia n'aurait pas pu être plus utile pour faire aboutir le projet, suggérant même que le mémorial Gibbons soit mis en parallèle dans le sanctuaire de la basilique avec un mémorial à un autre grand défenseur de la liberté religieuse, le cardinal polonais Stefan Wyszyński, aujourd'hui béatifié.

    Mais c'était à l'époque, et nous sommes aujourd'hui. Et l'archevêque, qui a présidé à la déconstruction de l'Académie Pontificale de la Vie telle que le Pape Saint Jean Paul II l'avait créée, n'est plus l'homme que j'ai connu il y a trois décennies. Ainsi, Mgr Paglia a récemment accepté la nomination du professeur Mariana Mazzucato, une économiste pro-avortement, comme membre de l'académie pontificale, au nom d'un "dialogue interdisciplinaire, interculturel et interreligieux fructueux."

    Il s'agit là d'une absurdité des plus superficielles, voire d'une duplicité. Devons-nous maintenant avoir des hérétiques qui nient la divinité du Christ nommés comme membres du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, au nom du "dialogue" ? Ou des antisémites appelés à des postes officiels au Vatican au nom d'un "dialogue" sur le judaïsme ?

    La mortification de l'Église se poursuit. Elle nous renforcera dans la vérité, en fin de compte. Mais c'est tout de même une mortification.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, où il est titulaire de la chaire William E. Simon en études catholiques. Il est l'auteur de plus de vingt livres, dont Witness to Hope : The Biography of Pope John Paul II (1999), The End and the Beginning : Le pape Jean-Paul II - La victoire de la liberté, les dernières années, l'héritage (2010), et L'ironie de l'histoire catholique moderne : How the Church Rediscovered Itself and Challenged the Modern World to Reform (2010). Ses livres les plus récents sont The Next Pope : The Office of Peter and a Church in Mission (2020), et Not Forgotten : Elegies for, and Reminiscences of, a Diverse Cast of Characters, Most of Them Admirable (Ignatius, 2021).

  • Euthanasie : quand le Père Abbé de Fontgombault monte au créneau

    IMPRIMER

    L'homélie du Très Révérend Père Dom Jean PATEAU, Abbé de Notre-Dame de Fontgombault, pour la Toussaint (source) :

    (Fontgombault, le 1er novembre 2022)

    Venite benedicti patris mei
    Venez les bénis de mon Père
    (Mt 25,34)

    Chers Frères et Sœurs,
    Mes très chers Fils,

    Deux foules peuplent les horizons de la liturgie de ce matin de Toussaint. L’épître nous associe à la joie du voyant de l’Apocalypse devant la cité céleste. La voix puissante d’un ange énumère le nombre des élus parmi les douze tribus d’Israël. Puis voici, une foule innombrable de toutes races, peuples, nations et langues qui se tiennent devant le trône de Dieu. L’évangile nous fait entendre une autre voix, celle du Seigneur, plus douce, qui invite ses contemporains, et qui nous invite, à la mise en œuvre des béatitudes comme la porte ouvrant vers une grande récompense dans les cieux.

    Comment ne pas rappeler cet autre enseignement du Seigneur évoquant le jugement de la fin des temps, et dont saint Matthieu s’est souvenu à la fin de son évangile :

    Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire… toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. » (25,31-34)

    Et quel sera le critère du discernement ?

    J’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! (ib. 35-36)

    La pratique des œuvres de miséricorde attire la bénédiction de Dieu : ce que vous « avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. » (v.40) Heureux donc les pauvres de cœur, les doux, les miséricordieux, les cœurs purs, les artisans de paix. Heureux ceux qui offrent à manger et à boire à l’indigent, qui accueillent l’étranger, qui soignent et visitent le malade et le prisonnier. En mettant en œuvre sans relâche, jour après jour, l’enseignement du Seigneur, ils indiquent à leurs frères le chemin qui, de la vie dans l’éphémère temps présent, conduit à la Jérusalem céleste.

    L’accompagnement du malade, l’accès aux soins palliatifs est devenu une question importante alors que de nombreux États ont autorisé ou se préparent à rendre légale l’euthanasie. Ce faisant, l’État providence, en offrant à ses citoyens une « mort heureuse », prétend se substituer à la Providence divine qui dispose toute chose, et en particulier le moment de la mort, avec justice et amour.

    Il y a un peu plus de deux ans, la Congrégation pour la doctrine de la foi a publié un document intitulé Samaritatus bonus (1) , « Le Bon Samaritain », consacré au soin des personnes en phases critiques et terminales de vie. Je vous invite vivement à le relire intégralement et à le faire connaître. Je crois de mon devoir aussi de le citer un peu longuement ce matin dans le cadre de cette homélie.

    Ce document rappelle que :

    L’Église considère... comme un enseignement définitif que l'euthanasie est un crime contre la vie humaine parce que, par un tel acte, l'homme choisit de causer directement la mort d'un autre être humain innocent. Ceux qui adoptent des lois sur l'euthanasie et le suicide assisté sont donc complices du grave péché que d'autres commettront. Ils sont également coupables de scandale car ces lois contribuent à déformer la conscience, même des fidèles. (Cf. Catéchisme de l’Église Catholique, n. 2286.) « les supplications de très grands malades demandant parfois la mort ne doivent pas être comprises comme l’expression d’une vraie volonté d’euthanasie ; elles sont en effet presque toujours des demandes angoissées d’aide et d’affection... » (Cong. pour la Doctrine de la Foi, Décl. Iura et bona (5 mai 1980))

    Les lois qui approuvent l'euthanasie « non seulement ne créent aucune obligation pour la conscience, mais elles entraînent une obligation grave et précise de s'y opposer par l'objection de conscience...“il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes” (Ac 5, 29) ». (Jean-Paul II, Evangelium vitae (25 mars 1995), n. 73)

    La Congrégation veut aussi répondre à l’objection que l’opposition à une telle loi tiendrait aux convictions religieuses de l’individu. Il n’en est rien :

    Le droit à l'objection de conscience ne doit pas nous faire oublier que les chrétiens ne rejettent pas ces lois en vertu d'une conviction religieuse privée, mais en vertu d'un droit fondamental et inviolable de chaque personne, essentiel au bien commun de toute la société. Il s'agit en effet de lois contraires au droit naturel, dans la mesure où elles sapent les fondements mêmes de la dignité humaine et d'une vie en commun fondée sur la justice.

    Enfin, le document précise que pour conférer le sacrement de réconciliation, le confesseur doit veiller à ce que le pénitent ait une contrition. Aussi, une personne inscrite auprès d'une association pour recevoir l'euthanasie ou le suicide assisté doit montrer son intention d'annuler cette inscription avant de recevoir les sacrements. Dans le cas où le patient serait inconscient, le prêtre pourrait administrer les sacrements sous condition et seulement si le repentir peut être présumé à partir d'un signe donné précédemment par la personne malade. Ceux qui assistent spirituellement les malades ne pourraient en aucun cas rester présents au moment de l’acte, ce qui ne pourrait être interprété que comme une complicité au mal.

    Alors que l’Église nous convie à méditer en ce jour sur la beauté du Corps mystique du Christ, elle nous rappelle que nous ne sommes pas seulement les profiteurs d’un admirable échange où la sainteté des uns profite aux autres. Les âmes au purgatoire, nos frères de la terre, et tout particulièrement ceux qui sont dans l’épreuve, implorent l’aumône de notre prière. Cheminant au cœur de l’Église militante, nous avons le devoir de nous entraîner les uns les autres vers la cité céleste, d’être comme un bon ange pour notre frère. Qui comprend la sainteté de la cité céleste, n’a de cesse d’y mener son prochain.

    Que Marie, Mère de Dieu, Reine des Anges et des Saints, Mère de miséricorde et Refuge des pécheurs, intercède pour nous. Amen.

    (1) https://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20200714_samaritanus-bonus_fr.html

    CDF_Samaritanus_bonus.pdf

  • Pourquoi tant de nouveaux membres de l'Académie pontificale pour la vie sont-ils en désaccord avec l'enseignement de l'Église sur la vie et la sexualité ?

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Pourquoi tant de nouveaux membres de l'Académie pontificale pour la vie sont-ils en désaccord avec l'enseignement de l'Église sur la vie et la sexualité ?

    Quatre membres récemment nommés à l'académie ont rompu avec l'Eglise sur l'immoralité de l'avortement et/ou de la contraception artificielle.

    27 octobre 2022

    Jusqu'à présent, il est apparu que deux académiciens récemment nommés membres à part entière de l'Académie pontificale pour la vie ont exprimé leur soutien public à l'avortement légalisé, un autre a préconisé l'accès universel à l'avortement et l'utilisation de la contraception artificielle chez les pauvres, et un quatrième nouveau membre, un professeur de théologie morale jésuite, a clairement indiqué qu'il soutenait la contraception artificielle dans certains cas. 

    Le pape François a également nommé au conseil d'administration de l'académie un théologien français, directeur de l'Institut théologique pontifical Jean-Paul II pour le mariage et les sciences de la famille, qui a semblé promouvoir la contraception de la même manière et a approuvé les bénédictions liturgiques pour les couples homosexuels dans certaines conditions. 

    Les nominations du pape, annoncées le 15 octobre, ont semé la consternation parmi les théologiens moralistes, les juristes et les médecins catholiques qui ont fermement réprouvé ces choix comme étant contraires à l'objectif premier de l'académie. Le pape Jean-Paul II a créé cette institution en 1994 pour "défendre et promouvoir la valeur de la vie humaine et la dignité de la personne".

    Les critiques ont également fait valoir que le choix de ces membres va à l'encontre des propres statuts de l'académie, révisés en 2016, qui exigent que chaque membre ordinaire (le plus haut rang de membre de l'académie) soit choisi pour, entre autres attributs, son "service fidèle dans la défense et la promotion du droit à la vie de toute personne humaine."

    Les nouveaux académiciens, ajoutent les statuts, doivent également "s'engager à promouvoir et à défendre les principes concernant la valeur de la vie et la dignité de la personne humaine, interprétés d'une manière conforme au magistère de l'Église". Cependant, l'obligation pour les nouveaux membres de signer une déclaration promettant de défendre la vie en conformité avec le magistère de l'Église a été supprimée en 2017. 

    Le père George Woodall, théologien moral, ancien secrétaire de coordination de l'Académie pontificale pour la vie, a déclaré au Register le 26 octobre qu'en nommant ces nouveaux membres, dont un conférencier d'une université pontificale qui semble représenter l'école proportionnaliste de théologie morale qui considère le choix entre le moindre de deux maux comme moralement acceptable, les nominations avaient "provoqué anxiété et consternation". 

    "L'immoralité intrinsèque, non pas de tout meurtre de la vie humaine, mais du meurtre délibéré et direct de la vie humaine innocente, telle qu'elle est enseignée à travers les siècles, a été exprimée avec autorité dans l'encyclique Evangelium Vitae de 1995 [du pape saint Jean-Paul II]", a déclaré le père Woodall. "Ce point de départ et de référence constant semble être en danger d'être sapé par ces nominations." 

    Lire la suite

  • Ce que j'aimerais demander à Mgr Paglia, archevêque de l'Académie pontificale pour la vie

    IMPRIMER

    De Jane Adolphe sur le National Catholic Register :

    Voici ce que j'aimerais demander à Mgr Paglia, archevêque de l'Académie pontificale pour la vie

    Le dialogue n'est-il pas censé défendre les vérités exprimées dans la loi naturelle, révélées dans l'Écriture et la Tradition et enseignées par le magistère ?

    26 octobre 2022

    L'archevêque Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, a défendu sa décision de nommer, au nom du dialogue, de nouveaux membres qui soutiennent le "choix" de tuer les enfants à naître, et a souligné que sa dernière décision a été prise en consultation avec d'autres personnes après mûre réflexion. 

    Cela soulève quelques questions : 

    Qu'est-ce que le dialogue ? Pourquoi y a-t-il un dialogue ? Quand s'engage-t-on dans le dialogue ? Pour quelles raisons le dialogue est-il justifié ? Sur quel sujet dialogue-t-on ? Comment dialogue-t-on ? Quel est le but ou la fin du dialogue ? Qui s'engage dans le dialogue ? Quels sont les thèmes possibles du dialogue ?

    Le dialogue n'est-il pas censé défendre les vérités exprimées dans la loi naturelle, révélées dans l'Écriture et la Tradition et enseignées par le magistère ? Traitons-nous l'opposition à l'avortement comme une partie insignifiante de la tradition catholique et manquons-nous d'approfondir notre compréhension de celle-ci ? Qu'est-ce qui doit être approfondi dans le meurtre des bébés ? Quelles vérités permanentes sont latentes dans ce domaine et nous ont échappé ?

    L'Académie pontificale pour la vie a montré qu'elle devenait un partenaire trop silencieux de groupes tels que le Forum économique mondial (WEF), ses partisans dans le monde des affaires et les anciens élèves de son forum Young Global Leaders. 

    La nomination de Mariana Mazzucato, qui est "étroitement liée au Forum économique mondial" et "admirée par Bill Gates", est particulièrement scandaleuse parce qu'elle implique l'Académie pontificale pour la vie, qui a été fondée en 1994 spécifiquement pour étudier, informer et former sur "les principaux problèmes de la biomédecine et du droit, relatifs à la promotion et à la défense de la vie, surtout dans la relation directe qu'ils ont avec la morale chrétienne et les directives du magistère de l'Église".

    De telles nominations pourraient-elles conforter les critiques selon lesquelles l'académie considère de tels mouvements comme un moyen pour l'Eglise de minimiser la protection des bébés pour embrasser un ensemble de questions liées à la vie, telles que la vie et le changement climatique, la vie et les nouveaux systèmes alimentaires, la vie et COVID-19, ou la vie et les affaires ? Ou s'agit-il d'un exemple du nouveau dogme de l'"inclusivité" qui pousse à accepter des modes de vie alternatifs pécheurs ?

    Ou peut-être s'agit-il simplement d'un autre exemple de promotion des objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 de l'ONU, comme la promotion des droits sexuels sous le couvert de la santé ? Le président de l'Académie pontificale pour la vie a-t-il oublié la Note du Saint-Siège en réponse à l'Agenda 2030 de l'ONU ? Cette note, adressée au secrétaire général de l'ONU, était sans ambiguïté : 

    "Le droit à la santé étant un corollaire du droit à la vie, il ne peut jamais être utilisé comme un moyen de mettre fin à la vie d'une personne, qui est telle de la conception à la mort naturelle." (21.b)

    Oui, nous devons soutenir le dialogue, mais ceux qui s'y engagent en tant que membres de l'Académie pontificale pour la vie doivent le faire selon les propres statuts de l'académie - par "un service fidèle dans la défense et la promotion du droit à la vie de toute personne humaine", un principe cohérent avec les vérités éternelles confiées à l'Église.

    Jane Adolphe, diplômée en droit civil (LLB/BCL) et en droit canonique (JCL/JCD), est professeur de droit à l'Ave Maria School of Law, à Naples, en Floride, avec une expertise en droit international des droits de l'homme. De 2003 à 2011, elle a travaillé pour la section des relations avec les États de la Secrétairerie d'État au Vatican, en tant que conseillère juridique extérieure des papes Jean-Paul II et Benoît XVI. Puis, en 2011, pendant les dernières années du pontificat du pape Benoît VI, elle a servi en tant qu'experte interne travaillant dans l'État de la Cité du Vatican, et a continué à occuper ce poste pendant le pontificat du pape François, jusqu'à sa démission en 2020.

  • Inconcevable : un autre membre de "l'Académie pontificale pour la vie" favorable à l'avortement

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Incroyable - Un autre membre de "l'Académie pontificale pour la vie" pour l'avortement

    26 octobre 2022

    Sheila Tlou, ancienne ministre de la Santé du Botswana, s'est exprimée publiquement à plusieurs reprises en faveur de l'avortement légal dans le monde entier.

    Rome (kath.net/CNS/jg)

    Parmi les personnes nommées par le pape François en octobre à l'Académie pontificale pour la vie (PAL), figure le professeur Sheila Dinotshe Tlou, ancienne ministre de la Santé du Botswana et responsable de l'Organisation mondiale de la santé.

    Tlou a publiquement préconisé l'utilisation de contraceptifs et l'avortement légal à plusieurs reprises. Le portail Catholic Arena a recueilli et publié certaines de leurs déclarations.

    "Oui, avec l'accès aux soins et aux droits en matière de santé sexuelle et reproductive pour tous, nous pouvons mettre fin aux avortements à risque qui tuent des millions de femmes chaque jour", a-t-elle écrit sur Twitter en septembre 2017. Elle a commenté un message Twitter de l'OMS qui incluait le chiffre de 25 millions "d'avortements à risque" par an dans le monde. C'est l'équivalent d'un peu plus de 68 000 "avortements à risque" par jour calendaire.

    Commentant la nouvelle de la baisse des taux d'avortement dans les pays riches, elle a également tweeté : "Et nous restons pauvres... et nos femmes continuent de mourir à cause du manque d'accès à la contraception... et des avortements illégaux".

    En novembre 2017, elle a appelé à "des soins et des droits en matière de santé sexuelle et reproductive pour tous", sinon les objectifs de développement durable de l'ONU ne pourraient pas être atteints. L'accès aux "soins de santé sexuelle et reproductive" et aux droits connexes comprend l'accès à l'avortement légal.

    Tlou a été membre du groupe de révision externe d'une ligne directrice de l'OMS sur « la santé et les droits sexuels et reproductifs » publiée en 2019. La directive exige que "l'avortement sécurisé" soit abordable et accessible à toutes les femmes.

    Le pape François a présenté sept nouveaux membres du PAL le 15 octobre. L'économiste Mariana Mazzucato , comme Sheila Tlou, est une partisane des avortements légaux.

    CONTACTEZ 

    Président Vincenzo Paglia : presidente@pav.va

    Académie Pontificale pour la Vie : pav@pav.va

    Téléphone +39 06 69895200