Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Défense de la Vie - Page 4

  • "Oui à la vie, non à la culture du déchet" : à Rome, les pro-vie descendent dans la rue contre l'avortement

    IMPRIMER

    De romatoday.it :

    "Oui à la vie, non à la culture du déchet" : les pro-vie descendent dans la rue contre l'avortement

    Le cortège est parti de la Piazza della Repubblica et a atteint la Piazza San Giovanni in Laterano.


    Photo Facebook Pro Vita & Famiglia Onlus

    Une centaine d'associations, des étudiants, des familles avec des poussettes. Les militants du mouvement "Pro-life" ont défilé dans les rues de la ville pour réaffirmer "Oui à la vie, non à la culture du déchet" et encore "Oui à la vie, non à l'avortement". Le cortège est parti samedi en début d'après-midi, à 14 heures, de la Piazza della Repubblica pour arriver sur la Piazza San Giovanni, où un écran géant a été installé pour accueillir les manifestants, montrant des témoignages et des votes appelant à " choisir la vie ".

    Parmi les militants figurait également la sénatrice Isabella Rauti, responsable nationale du département "Égalité des chances, famille et valeurs non négociables" de Fratelli d'Italia. Pour nous, la marche pour la vie est un rendez-vous fixe auquel nous avons toujours participé en adhérant, comme le voulaient les organisateurs, sans symboles de parti. Une présence pour réaffirmer nos positions et un choix fondamental, celui de "Du côté de la vie, toujours", comme le dit la bannière sous laquelle nous avons défilé. La vie est sacrée et, en tant que telle, doit être défendue et protégée, depuis le moment de la conception jusqu'à sa fin naturelle", a commenté le sénateur.

    Massimo Gandolfini (Family Day) a commenté l'événement national "Let's Choose Life" : "Il y a une Italie qui grandit dans les relations et les liens, composée de mères, de pères, de grands-parents et d'enfants qui défendent et promeuvent la vie de la conception à la mort naturelle. Voilà un pays qui répond à l'euthanasie des personnes fragiles, à l'hiver démographique et à l'avortement - qui élimine encore 100 000 enfants chaque année - par des soins, un soutien et une ouverture à la vie. Ce sont les sentiments de la majorité silencieuse des Italiens, que nous espérons voir en grand nombre défiler aux côtés des plus de 100 associations qui animeront l'événement".

    Simone Pillon, membre de la Lega, Danilo Oscar Lancini, député européen de la Lega Nord, et Paola Binetti, sénatrice de l'Udc, ont également participé à l'événement : "Notre initiative témoigne de la force de la famille et de la nécessité de mettre en œuvre des politiques concrètes. La famille est nécessaire, surtout lorsque vous avez l'impression que votre autonomie, si laborieusement recherchée, ne suffit plus. Aucun de nous n'est affectivement autosuffisant. Pourtant, nous avons trop souvent du mal à prendre position en faveur de la famille, même au niveau politique".

  • « Je veux que l’Oklahoma devienne l’Etat le plus pro-vie dans le pays » (Kevin Stitt)

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Oklahoma : le Parlement adopte une nouvelle loi interdisant l’avortement

    20 mai 2022

    Quelques semaines après avoir adopté une loi interdisant l’avortement après six semaines de grossesse, le Parlement de l’Etat d’Oklahoma a voté jeudi un nouveau texte l’interdisant « dès la fécondation ». Des exceptions sont prévues en cas d’urgence médicale, de viol ou d’inceste. La proposition de loi doit encore être signée par le gouverneur, Kevin Stitt, qui a déjà indiqué sa volonté de promulguer toute loi prévenant les avortements. « Je veux que l’Oklahoma devienne l’Etat le plus pro-vie dans le pays », avait-il déclaré début mai (cf. L’Oklahoma légifère sur l’avortement et le genre).

    Le nouveau texte, inspiré de la loi texane, permet à tout citoyen de lancer des poursuites, au nom de l’enfant à naître, à l’encontre de personnes impliquées dans un avortement[1]. Les pilules du lendemain et la contraception ne sont pas concernées.

    Au mois d’avril, l’Oklahoma avait également voté un texte pénalisant l’avortement (cf. Etats-Unis : l’Oklahoma va interdire l’avortement), qui doit entrer en vigueur au mois d’août.

    [1] Le citoyen peut se voir attribuer 10 000$ de dommages et intérêts ; la femme qui souhaite avorter reste à l’abri des poursuites.

    Sources : AFP (19/05/2022) ; Reuters, Gabriella Borter (20/05/2022) ; Aleteia, Zelda Caldwell (19/05/2022)

  • USA : le courage d'un archevêque

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur Catholic News Agency :

    L'archevêque Cordileone interdit à Nancy Pelosi de communier tant qu'elle n'aura pas cessé de soutenir l'avortement.

    20 mai 2022

    L'archevêque Salvatore Cordileone a annoncé vendredi que la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, ne devrait pas être admise à la communion dans l'archidiocèse de San Francisco, ni se présenter pour recevoir l'Eucharistie, tant qu'elle n'aura pas publiquement répudié son soutien à l'avortement.

    Le 20 mai, Mgr Cordileone a déclaré que cette mesure était "purement pastorale et non politique" et qu'elle avait été prise après que Mme Pelosi (D-Calif.), qui s'est décrite comme une "fervente catholique", ait repoussé à plusieurs reprises les efforts qu'il avait déployés pour la contacter afin de discuter de son soutien à l'avortement. 

    Mgr Cordileone a déclaré avoir envoyé la notification à Mme Pelosi, "un membre de notre archidiocèse", le 19 mai. La dirigeante démocrate n'a pas immédiatement répondu publiquement à l'annonce de Cordileone après qu'elle ait été communiquée aux médias vendredi après-midi. Dans une interview accordée en 2008 à C-SPAN, Mme Pelosi a déclaré que le fait de se voir refuser la communion serait "un coup dur", se décrivant à l'époque comme une "communiante régulière".

    Les instructions de Mgr Cordileone ne s'appliquent qu'à l'archidiocèse de San Francisco. D'autres évêques ont compétence sur ces questions lorsque Pelosi est à Washington, D.C., et dans d'autres diocèses des États-Unis et de l'étranger.

    Dans une lettre du 20 mai adressée aux laïcs catholiques, Mgr Cordileone a expliqué qu'il avait émis cette instruction conformément au canon 915 du Code de droit canonique, qui stipule que "les personnes ... persévérant obstinément dans un péché grave manifeste ne doivent pas être admises à la Sainte Communion". 

    "Après de nombreuses tentatives pour lui parler afin de l'aider à comprendre le grave mal qu'elle commet, le scandale qu'elle provoque et le danger qu'elle fait courir à sa propre âme, j'ai déterminé que le moment est venu de déclarer publiquement qu'elle ne sera pas admise à la Sainte Communion tant qu'elle n'aura pas publiquement répudié son soutien au 'droit' à l'avortement, confessé et reçu l'absolution pour sa coopération à ce mal dans le sacrement de pénitence", écrit Cordileone dans la lettre.

    Lire la suite

  • La mère de Jean-Paul II a choisi la vie alors que son médecin lui conseillait d'avorter

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    La mère de Jean-Paul II a choisi la vie alors que son médecin lui conseillait d'avorter

    Diocese of Krakow

    Karol Wojtyla et ses parents

    18 mai 2022

    Il y a plus de cent ans, le 18 mai, Emilia Wojtyla a donné naissance à son deuxième fils, Karol, après une grossesse difficile qui a mis sa vie en danger. L'enfant allait devenir le saint Jean-Paul II.

    Dans un nouveau livre publié en Pologne, Milena Kindziuk décrit comment on a conseillé à la mère de saint Jean-Paul II de se faire avorter.

    "Elle a dû choisir entre sa propre vie et celle du bébé qu'elle portait, mais sa foi profonde n'a pas permis à Emilia de choisir l'avortement", a déclaré Mme Kindziuk dans une interview accordée à ACI Stampa.

    "Au fond de son cœur, elle devait être prête à faire ce sacrifice pour le bébé qu'elle portait", a-t-elle ajouté.

    Dans son livre intitulé "Emilia et Karol Wojtyla. Parents de saint Jean-Paul II", Mme Kindziuk cite le témoignage d'une sage-femme, Tatarowa, et les rapports de ses deux amies, Helena Szczepańska et Maria Kaczorowa, ainsi que les souvenirs d'autres habitants de Wadowice. Elle a déclaré que ces éléments montraient qu'Emilia Wojtyla était déprimée par l'insistance de son premier médecin, le Dr Jan Moskała, pour qu'elle avorte.

    Elle a ajouté qu'Emilia et Karol Wojtyla "ont pris la décision audacieuse que, quoi qu'il arrive, le bébé qu'ils avaient conçu devait naître. Et ils ont donc commencé à chercher un autre médecin".

    Ils ont finalement choisi le Dr Samuel Taub, un médecin juif de Cracovie, qui s'était installé à Wadowice après la Première Guerre mondiale.

    "Les amis d'Emilia ont gardé des souvenirs de cette visite. Le médecin a confirmé qu'il y avait un risque de complications pendant l'accouchement, y compris la mort d'Emilia. Cependant, il n'a pas suggéré d'avortement", a déclaré Kindziuk.

    "Emilia a eu une mauvaise grossesse : elle passait la plupart du temps couchée et avait moins de force que d'habitude", a-t-elle ajouté. "Dans cette situation, le Dr Taub a recommandé à la femme de s'allonger, de se reposer souvent et de se nourrir très bien."

    Le jour de la naissance, le 18 mai 1920, "Emilia était allongée dans son appartement de la rue Kościelna, dans le salon... en présence d'une sage-femme", a expliqué Mme Kindziuk.

    Au même moment, Karol Sr et leur fils Edmund, âgé de 13 ans, étaient sortis vers 17 heures pour participer à la prière de l'office divin dans l'église paroissiale située en face, où ils chantaient les litanies de Lorette, a-t-elle ajouté.

    "Nous savons par les messages qu'Emilia a demandé à la sage-femme d'ouvrir la fenêtre : elle voulait que le premier son que son fils pourrait entendre soit un chant en l'honneur de Marie". En bref, Emilia Wojtyla a donné naissance à son fils en écoutant le chant de la Litanie de Lorette", a-t-elle ajouté.

    Saint Jean-Paul II a également dit à son secrétaire personnel Stanislaw Dziwisz qu'il était né au chant de la litanie en l'honneur de la Mère de Dieu, a-t-elle ajouté, précisant qu'il avait été élu pape à l'heure même de sa naissance.

    Les causes de sainteté des parents de saint Jean-Paul II ont été officiellement ouvertes en Pologne en mai. Karol, un lieutenant de l'armée polonaise, et Emilia, une institutrice, se sont mariés à Cracovie le 10 février 1906. Le couple catholique a donné naissance à trois enfants : Edmund en 1906, Olga, qui est décédée peu après sa naissance, et Karol en 1920.

    Avant de mourir d'une crise cardiaque et d'une insuffisance hépatique en 1929, Emilia était un élément essentiel de la foi dans le foyer. Au moment de sa mort, le jeune Karol Wojtyla était à un mois de son neuvième anniversaire.

  • Un jugement de la Cour européenne contribue à protéger la vie des personnes vulnérables

    IMPRIMER

    De Nicolas Bauer sur le site de l'ECLJ (European Centre for Law & Justice) :

    Pour la CEDH, il n’existe aucun droit au suicide assisté

    14 mai 2022

    Le rejet de la requête d’un empoisonneur danois, Svend Lings, a été l’occasion pour la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) de clarifier pour la première fois le fait qu’il n’existe aucun droit au suicide assisté. Cette jurisprudence était inattendue, car les décisions antérieures tendaient à la création progressive d’un tel droit. L’arrêt Svend Lings c. Danemark de la CEDH est donc une excellente nouvelle.

    Svend Lings est un ancien médecin danois reconverti dans l’aide au suicide. Fondateur de « Médecins en faveur de l’euthanasie », il a publié un guide en ligne intitulé « Les médicaments appropriés pour un suicide ». Pire encore, il a été condamné en 2019 pour deux suicides assistés et une tentative de suicide assisté, en procurant ou en recommandant des médicaments, ainsi qu’en conseillant de placer un sac plastique sur la tête, afin d’être « 100% certain » de l’effet mortel d’une surdose médicamenteuse. En avril 2022, alors qu’il a déjà plus de 80 ans, M. Lings a assumé dans la presse danoise « aider » en moyenne une personne par jour à se suicider, en lui prodiguant de tels conseils[1].

    Rien ne semble l’arrêter : ni sa radiation du tableau de l’ordre des médecins, ni sa condamnation judiciaire. Il faut dire que M. Lings n’a été condamné, en tout et pour tout, qu’à deux mois de prison avec sursis. Le 12 avril 2022, la Cour européenne a rejeté sa requête n° 15136/20 contre le Danemark. L’ancien médecin avait invoqué son droit à la liberté d’expression : pour lui, indiquer précisément à une personne le meilleur moyen de se suicider devrait être protégé par les droits de l’homme. En réaction à l’arrêt de la CEDH, il a déclaré : « Je continue mon bon travail […]. Les gens qui viennent me voir sont dans une situation désespérée […]. Je me sens moralement obligé de les aider[2] ».

    Lire la suite

  • "Peau à peau", parce que la vie n'a pas de prix

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    Peau à peau – Héloïse des Monstiers

     

    Phrases chocs, termes crus, rythme haletant, Peau à peau se lit comme un roman policier. Héloïse des Monstiers y raconte la naissance de sa petite Garance, grande prématurée, au terme de 30 semaines d’aménorrhée.

    Le récit est violent, imprégné de colère et de peur. Peur du handicap qui pourrait résulter de cette naissance survenue trop tôt, peur que la vie s’arrête.

    Mais la vie sera plus forte. « C’est toi qui m’enseignes l’amour de la vie »[1], explique Héloïse à sa fille. « J’ai réalisé à quel point la vie est fragile »[2], témoigne-t-elle. Et précieuse, voudrait-on ajouter.

    Dommage qu’en guise de post-face l’auteur semble se sentir obligée d’interroger la pertinence de sauver tous ces petits prématurés, et le coût que cela représente pour la société. Leur vie aurait-elle un prix ? « Du côté des parents, la réponse est évidente. »[3]

    Editeur : Buchet-Chastel

    Date de parution : 03/03/2022

    Nombre de pages : 240

    [1] Peau à peau, édition Buchet-Chastel, p.171

    [2] Ibid. p. 196

    [3] Ibid. p. 231

  • Participation réussie à la grande Convention européenne de "One of Us” sur l'avenir de l'Europe

    IMPRIMER

    Image

    Participation réussie à la grande Convention européenne de "One of Us” sur l'avenir de l'Europe : Des centaines de personnes se mobilisent en faveur de la vie.

    Bruxelles 9 mai 2022. - One of Us, Convention européenne sur l'avenir de l'Europe

    Ce samedi 7 mai 2022, la Convention sur l'avenir de l'Europe, organisée par la Fédération européenne One of Us, s'est tenue à Bruxelles. Une centaine d'organisations de la société civile était présente, représentées par plus de 200 personnes et 300 participants en ligne.

    Cette Convention souhaite porter sa voix auprès des institutions européennes avant les Conclusions de la Conférence sur l’avenir de l’Europe (COFUE) afin de montrer combien la société civile est mobilisée dans le domaine de la défense de la vie humaine de la conception à la mort naturelle, chaque fois que les institutions européennes ouvrent un mécanisme de participation démocratique aux citoyens européens.

    Durant cette convention, l’engagement de la Fédération One of Us en faveur de la vie humaine depuis dix ans a été confirmé. Sa force démocratique et sa légitimité sont garanties depuis 2013 par la collecte de plus de 1,7 million de signatures, devenant ainsi l'initiative citoyenne européenne la plus importante.

    On voit aujourd'hui, avec l'exemple des États-Unis, que les questions liées à l'avortement ne sont pas résolues. Or il existe un consensus scientifique sur le début de la vie humaine, puisque chaque être humain issu de la fécondation est L'UN DE NOUS.
    Jeunes engagés dans des mouvements et associations ou personnes ayant occupé des responsabilités dans les institutions européennes, nous nous mobilisons dans la construction d'une Europe respectueuse de la vie, en particulier celle des plus fragiles.

    Grâce au succès de l'initiative One of Us, nous avons décidé dès 2021 de participer à la Conférence sur l'avenir de l'Europe organisée par la Commission européenne, pour continuer à défendre la vie, convaincus que la participation démocratique des citoyens ne peut être annulée ou ignoré.

    Comment les institutions européennes peuvent-elles considérer la consultation de la COFUE comme légitime et démocratique si elles n'écoutent pas le message des citoyens qui ont mené à bien la plus grande initiative citoyenne européenne ?

    Lors de notre Convention, des Européens des 27 pays de l'UE de toutes les générations se sont exprimés pour demander que l'Union européenne les écoute et considère sérieusement leur demande d'une Europe fidèle à la dignité humaine, à ses racines et à l'héritage des pères fondateurs.

    Les différentes interventions ont centré leurs messages sur la défense de la vie humaine, en considérant toute vie digne depuis son début jusqu'à sa mort naturelle. Nous ne pouvons pas construire une société basée sur le rejet de nos enfants ou de nos aînés. Une société construite sur la culture de la mort serait vouée à l'échec et transformerait l'UE en un tombeau des droits de l'homme. Une Europe qui pourtant est née précisément comme leur berceau.

    Dans les conclusions de cette Convention, le philosophe et professeur Rémi Brague a précisé que « nous ne défendons les intérêts de personne en particulier, et encore moins les nôtres » :

    « Contrairement aux idées reçues, nous ne voyageons pas seuls. Nous cherchons plutôt à étendre la protection à ceux qui ne peuvent toujours pas, ou ne voudront jamais, ou ne peuvent plus faire valoir leurs droits pour eux-mêmes. À ceux qui s'opposent à nous, nous disons : “Nous ne vous forçons à rien. Pourquoi voulez-vous nous empêcher de faire ce que nous voulons ? Si nous avions pensé ainsi dans les années 1940, y aurait-il eu beaucoup de Justes parmi les nations ? On pourrait, à la limite, admettre une telle attitude si d'autres pouvaient se défendre. Mais est-ce le cas ? Comment les fœtus, les handicapés ou les comateux pourraient-ils faire valoir leur droit à la vie ? Quelqu'un doit parler pour eux.

    « Aujourd'hui, une nouvelle façon de mentir règne dans une grande partie de l'espace public. Il est vrai qu'elle n'est plus, ou pas encore, imposée par une police politique. Nos sociétés préfèrent l'incitatif discret que nous avons commencé à appeler par son nom anglais de nudge. Le langage du mensonge commence à s'inscrire dans les textes de lois. Refuser d'en parler conduit déjà à l'ostracisme médiatique et risque de conduire demain à l'ostracisme social.

    Rémi Brague conclut :

    « Serons-nous entendus ? Ce n'est pas notre faute si notre faible voix se heurte au concert. C'est un concert silencieux. C'est le silence assourdissant de tous ceux qui sentent vaguement qu'ils doivent parler. Mais, comme ils se croient seuls à voir ce qu'ils voient et à penser ce qu'ils pensent, ils se laissent intimider et préfèrent laisser le micro aux dormeurs et aux menteurs. Pourquoi parle-t-on ? Nous n'avons pas choisi de nous sentir responsables, aussi nombreux soient-ils, de ce qui concerne tous les hommes. Nous ne choisissons pas de nous sentir obligés de parler. Nous n'avons qu'une seule crainte, et c'est que les générations futures, s'il y en a, nous accusent de ne pas avoir aidé une civilisation en voie de disparition. Malheur à nous si nous restons silencieux ! »

    L'intervention de Rémi Brague est reproduite in extenso sur le site de gènéthique.org

  • "Droit à l'avortement " : tout comprendre au projet de jugement de la Cour suprême des Etats-Unis

    IMPRIMER

    De l'ECLJ (European Centre for Law & Justice) :

    Image SCOTUS

    Un projet de jugement de la Cour suprême des États-Unis sur l’avortement a fuité dans la presse. Certaines personnes s’inquiètent d’une remise en cause du droit à l'avortement. Grégor Puppinck, docteur en droit, directeur de l’European Center for Law and Justice (ECLJ), revient en quatre grandes questions ci-dessous sur cette polémique. L’ECLJ est intervenu en tant qu'“amicus curiae” dans l’affaire en cours auprès de la Cour suprême des États Unis.

    Nous analysons cette potentielle décision dans notre dernière émission sur RCF :
    Vignette SCOTUS RCF
     
    Est-ce que l’on peut dire que ce projet de jugement de la Cour suprême supprime le droit à l’avortement ?
     
    Non. Ce projet d’arrêt ne déclare pas l’avortement contraire à la Constitution, comme le fit par exemple la Cour constitutionnelle polonaise en 2020 à propos de l’avortement eugénique : il rend au peuple et à ses représentants le pouvoir de trancher cette question, comme c’était le cas avant l’arrêt Roe c. Wade de 1973. Avec une telle décision, les États fédérés américains n’ont plus l’obligation de légaliser l’avortement, mais ils n’ont pas davantage l’obligation de l’abroger. En pratique, d’assez nombreux États devraient soumettre l’avortement à des conditions plus strictes, notamment de délai, car l’avortement est aujourd’hui un droit jusqu’au seuil de viabilité du fœtus, c’est-à-dire environ 24 semaines. 26 des 50 États fédérés sont intervenus dans l’affaire pour demander à la Cour de renverser les anciens arrêts Roe de 1973 et Planned parenthood c. Casey de 1992, qui avaient créé un droit constitutionnel à l’avortement, et de renvoyer cette question à leur niveau de compétence.

    Lire la suite

  • Michel Schooyans R.I.P.

    IMPRIMER

    D'

    Professeur émérite de l’Université Catholique de Louvain, Michel Schooyans n’est plus

    Mgr Michel Schooyans s’est éteint mardi 3 mai à l’âge de 91 ans. Prélat d’honneur du pape, il était membre de plusieurs académies pontificales.

    Photo extraite de son site internet

    Originaire de Braine l’Alleud, il a été ordonné prêtre pour l’archidiocèse de Malines-Bruxelles en 1955. Il devient docteur en Philosophie à l’Institut supérieur de Philosophie de l’Université catholique de Louvain (1958), docteur en philosophie et Lettres de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’UCL (1960) et docteur en Théologie à la Faculté de Théologie de l’Université catholique de Lisbonne (1978).

    Il a mené une partie de sa carrière d’enseignant à l’université pontificale catholique de São Paulo (PUC-SP), au Brésil (1959 à 1969) où il exerçait également un ministère paroissial dans un quartier déshérité de la mégalopole. Dans le même temps, à partir de 1964, il était professeur à l’Université Catholique de Louvain. Il y enseigne la philosophie politique, les idéologies contemporaines, la morale sociale et les problèmes démographiques, thèmes sur lesquels il a écrit une vingtaine d’ouvrages. Souvent invité dans différentes universités d’Amérique latine et d’ailleurs, il a développé cette analyse qui se retrouvait dans ces ouvrages*.

     « Désormais, la souveraineté des nations n’est plus qu’une simple façade » osait-il répondre
    aux questions posées par l’agence Zenit en 2009.

    Rencontre entre Mgr Michel Schooyans et le pape Jean-Paul II (photo extraite de son site internet)

    Ces dernières années, Mgr Schooyans restait professeur émérite de l’Université catholique de Louvain, à qui il a donné ses archives (correspondances, etc). Il était membre de l’Académie pontificale des sciences sociales du Saint-Siège, membre de l’Académie pontificale pour la vie, ainsi que de l’Institut royal des relations internationales de Bruxelles.

    (d’après Wikipedia)

    Michel Schooyans, le goût de la vie

    *Michel Schooyans a notamment publié:

    • « La face cachée de l’ONU » (2000)
    • « Le terrorisme à visage humain » (2006)
    • « Les idoles de la modernité » (2010)
  • La grande bataille de l’avortement ne fait que commencer

    IMPRIMER

    De Michel Janva sur le site web du « Salon beige » :

    « Grégor Puppinck, docteur en droit, directeur de l’European Center for Law and Justice (ECLJ), revient sur l’affaire qui secoue les partisans de la culture de mort : le renversement attendu par la Cour Suprême des États Unis de l’arrêt Roe vs Wade. L’ECLJ est intervenu en tant qu’“amicus curiae” dans l’affaire en cours auprès de la Cour suprême.

    Est-ce que l’on peut dire que ce projet de jugement de la Cour suprême supprime le droit à l’avortement ?

    Non. Ce projet d’arrêt ne déclare pas l’avortement contraire à la Constitution, comme le fit par exemple la Cour constitutionnelle polonaise en 2020 à propos de l’avortement eugénique : il rend au peuple et à ses représentants le pouvoir de trancher cette question, comme c’était le cas avant l’arrêt Roe v. Wade de 1973. Avec une telle décision, les États fédérés américains n’ont plus l’obligation de légaliser l’avortement, mais ils n’ont pas davantage l’obligation de l’abroger. En pratique, d’assez nombreux États devraient soumettre l’avortement à des conditions plus strictes, notamment de délai, car l’avortement est aujourd’hui un droit jusqu’au seuil de viabilité du fœtus, c’est-à-dire environ 24 semaines. 26 des 50 États fédérés sont intervenus dans l’affaire pour demander à la Cour de renverser les anciens arrêts Roe de 1973 et Planned parenthood v.Casey de 1992, qui avaient créé un droit constitutionnel à l’avortement, et de renvoyer cette question à leur niveau de compétence.

    Comment les juges sont-ils arrivés à ce projet de décision ?

    Le projet d’arrêt — d’une grande rigueur intellectuelle — analyse au scalpel les anciens arrêts Roe et Casey. C’est une analyse sans concession, de 99 pages, qui expose les erreurs factuelles et juridiques de ces jugements et qui, plus encore, dénonce « l’abus de l’autorité judiciaire » par lequel les juges ont « court-circuité le processus démocratique » en imposant à tous leurs propres idées.

    Le texte rappelle que la Cour doit faire preuve de retenue judiciaire : son rôle est d’appliquer la Constitution et non de créer de nouveaux droits et obligations qu’elle ne contient pas. C’est une exigence élémentaire de la séparation des pouvoirs : le juge ne doit pas prendre la place du législateur.

    Quant aux erreurs factuelles et juridiques des précédents Roe et Casey, le projet d’arrêt en expose toute une série, mais la plus importante vise la notion de vie privée (privacy) et d’autonomie personnelle qui, selon le texte, ne peuvent pas justifier l’avortement, car cette pratique met en cause la vie d’un être humain, d’un tiers.

    Ce faisant, le projet d’arrêt porte un coup à un symbole de la révolution individualiste occidentale : l’affirmation dans l’affaire Casey selon laquelle « au cœur de la liberté se trouve le droit de définir sa propre conception de l’existence, du sens de la vie, de l’univers et du mystère de la vie humaine ». C’est cette affirmation — vague et générale — qui servit de justification pseudo-juridique à l’affirmation d’un droit à l’avortement, et d’autres « nouveaux droits ».

    À cette affirmation, le projet d’arrêt répond par un rappel lucide de la réalité : « Si les individus sont certainement libres de penser et de dire ce qu’ils veulent sur “l’existence”, “le sens”, “l’univers” et “le mystère de la vie humaine”, ils ne sont pas toujours libres d’agir en fonction de ces pensées. La permission d’agir sur la base de telles croyances peut correspondre à l’une des nombreuses acceptions de la “liberté”, mais ce n’est certainement pas une “liberté ordonnée”. » En d’autres termes : les croyances et désirs individuels ne créent pas de droits. La référence fréquente à la notion constitutionnelle de « liberté ordonnée » exprime une position philosophique fondamentale selon laquelle ce n’est pas la liberté, ou la « licence » de faire n’importe quoi qui est protégée par la Constitution, mais seulement celle qui est ordonnée au bien.

    Lire la suite

  • Etats-Unis : le parti démocrate et les lobbies de l'avortement soulèvent la rue et menacent l'indépendance des juges

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Les risques de Roe vs Wade. Et les avorteurs déchaînent l'enfer

    4-5-2022

    Sensation aux Etats-Unis : le journal en ligne Politico a obtenu et publié une ébauche de l'opinion majoritaire qui - si elle est approuvée - annulera Roe, l'arrêt de 1973 qui a imposé l'avortement dans tous les Etats-Unis. Le projet, rédigé par le juge Alito et volé illégalement, explique que Roe est dépourvu de fondement constitutionnel et doit être annulé ainsi que son arrêt "jumeau" Casey. La Cour suprême a confirmé que le projet était authentique et a chargé le FBI de trouver les coupables. Entre-temps, le parti démocrate et les lobbies de l'avortement se sont réjouis du vol du texte, soulevant la rue et menaçant l'indépendance des juges.

    La Cour suprême des États-Unis serait sur le point d'annuler l'arrêt Roe vs Wade qui a ouvert la porte à l'avortement légal dans le pays depuis 1973 et qui, depuis les années suivantes, a encouragé la légalisation de l'avortement dans le monde entier. C'est ce qui ressort du projet informel sur l'affaire Dobbs, préparé par le juge Samuel Alito, rapporteur de la Cour, et qui a été illégalement volé par un greffier et transmis aux médias : le projet de 98 pages a été publié dans le journal en ligne Politico lundi soir.

    En décembre dernier, comme nous l'avions rapporté dans la Bussola, les juges suprêmes avaient entendu les arguments des parties dans l'affaire Dobbs : à la lumière des questions posées par les avocats, il y avait un espoir fondé d'une décision qui pourrait annuler Roe vs Wade ou, au moins, avaliser la loi du Mississippi qui interdit l'avortement après 15 semaines. Le texte rédigé par le juge Alito, qui circule parmi les juges depuis le 10 février, énumère toutes les raisons constitutionnelles et motive la décision de répudier radicalement la décision de 1973 - qui identifiait une protection constitutionnelle farfelue pour l'avortement - ainsi que l'arrêt ultérieur de 1992 (Planned Parenthood vs Casey), qui confirmait le droit à l'avortement.

    Le projet d'Alito est une proposition de décision soutenue par cinq des six juges conservateurs (Thomas, Gorsuch, Kavanaugh, Barrett et, bien sûr, Alito lui-même, tandis que Roberts ne s'est pas encore exprimé, selon Politico), donc par la majorité des membres de la Cour (cinq sur neuf), même si la formulation de la décision finale et le nombre de juges qui la soutiendront pourraient changer avant la publication finale, prévue pour fin juin ou début juillet.

    La publication de la nouvelle - savamment préparée et exploitée par les sociétés d'avortement, le parti démocrate et les médias internationaux de gauche (le Guardian a mis en avant la nouvelle, la plaçant avant la guerre en Ukraine pour la première fois depuis le début du conflit) - a provoqué des manifestations dès lundi soir. Quelques heures après la publication de l'article dans Politico, des centaines de manifestants pro-avortement étaient déjà sur le point de prendre d'assaut le bâtiment du tribunal, qui a ensuite été sécurisé par la police, et des dizaines de commentaires furieux et irrespectueux à l'égard des juges suprêmes, accusés de violer les droits des femmes au détriment de la Constitution.

    Lire la suite

  • La Cour suprême des États-Unis statuera pour annuler la décision de 1973 qui a légalisé l'avortement dans tout le pays

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    La Cour suprême vote en faveur de l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade, selon la fuite d'un projet d'avis.

    Si le projet est authentique, c'est la première fois dans l'histoire moderne de la Cour qu'un projet d'avis de la Cour est divulgué alors que l'affaire est toujours en cours.

    Le 3 mai 2022

    WASHINGTON - La Cour suprême des États-Unis votera pour annuler Roe v. Wade, la décision de 1973 qui a légalisé l'avortement dans tout le pays, selon un projet d'avis cité dans un reportage publié lundi soir.

    "Nous soutenons que Roe et Casey doivent être annulés", écrit le juge Samuel Alito dans le projet de document de 98 pages obtenu par Politico et intitulé "Opinion de la Cour". "Il est temps de tenir compte de la Constitution et de renvoyer la question de l'avortement aux représentants élus du peuple".

    Le rapport de Politico décrit l'opinion comme "une répudiation totale et sans faille" de Roe v. Wade, qui a créé un droit constitutionnel à l'avortement dans tout le pays jusqu'à environ 24-28 semaines de grossesse. 

    La Cour se range du côté de l'État du Mississippi, qui avait demandé à la Cour de confirmer l'interdiction de l'avortement à 15 semaines de grossesse adoptée par les législateurs de cet État en 2018. En réponse à la fuite du projet d'avis, la procureure générale du Mississippi, Lynn Fitch, a fait la déclaration suivante : "Nous laisserons la Cour suprême parler d'elle-même et attendrons l'avis officiel de la Cour".

    "La Cour n'a aucun commentaire à faire", a déclaré Patricia McCabe, responsable de l'information publique de la Cour suprême, dans une déclaration envoyée par courriel.

    Le document, qui porte la mention "1st Draft" en haut, indique que le raisonnement de Roe v. Wade était "exceptionnellement faible", que la décision initiale a eu des "conséquences dommageables" et que la décision était "manifestement erronée".

    "L'avortement présente une profonde question morale. La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque État de réglementer ou d'interdire l'avortement. Roe et Planned Parenthood v Casey ont arrogé cette autorité. Nous annulons maintenant ces décisions et rendons cette autorité au peuple et à ses représentants élus", peut-on lire dans le projet de décision.

    La Catholic News Agency n'a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante si le projet d'avis partagé par Politico est authentique, et la décision de la cour ne sera pas définitive avant sa publication, qui devrait avoir lieu d'ici la fin du mois de juin. Si la décision est maintenue, plus d'une douzaine d'États interdiront immédiatement l'avortement.

    Le rapport de presse, tout en notant que les juges peuvent changer leur vote lorsque les projets sont révisés, a déclaré qu'il n'était pas clair si des changements avaient été apportés depuis le premier projet. Le rapport indique que quatre juges ont rejoint Alito dans l'opinion majoritaire, tandis que trois préparent des dissidences. Le président de la Cour suprême, John Roberts, n'a pas encore décidé comment il votera, selon le rapport.

    Si le projet est authentique, c'est la première fois dans l'histoire moderne de la Cour qu'un projet d'avis de la Cour est divulgué alors que l'affaire est toujours en cours, note Politico. SCOTUSblog, un site populaire qui rend compte de la Cour suprême, a tweeté que le projet est "presque certainement un projet d'avis authentique" et que sa fuite constitue un "péché impardonnable".

    "Le document divulgué à Politico est presque certainement un projet d'opinion authentique de J. Alito qui reflète ce qu'il croit qu'au moins 5 membres de la Cour ont voté en faveur de l'annulation de Roe. Mais en tant que projet d'Alito, il ne reflète pas les commentaires ou les réactions des autres juges", a tweeté SCOTUSblog.

    "Il est impossible de surestimer le séisme que cela va provoquer au sein de la Cour, en termes de destruction de la confiance entre les juges et le personnel. Cette fuite est le péché le plus grave, le plus impardonnable".

    Les leaders pro-vie ont réagi avec prudence au rapport de Politico.

    Le groupe pro-vie SBA List a déclaré qu'il "ne fera aucun commentaire jusqu'à ce qu'une décision officielle soit annoncée par la Cour".

    Sur Twitter, les journalistes ont noté que des barricades ont été érigées autour du bâtiment de la Cour suprême à Washington, D.C., immédiatement après l'annonce de la nouvelle.

    Gabe Fleisher, étudiant à Georgetown et auteur de la lettre d'information Wake Up To Politics, a tweeté : "Deux officiers de police surveillent une foule d'environ 50 personnes qui s'est rassemblée, la plupart assise tranquillement avec des bougies."

    ... mais il faut rester prudent : Pro-life leaders, hopes raised, react cautiously to leaked abortion decision draft (Les leaders pro-vie, pleins d'espoir, réagissent prudemment à la fuite du projet de décision sur l'avortement.)