Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Défense de la Vie - Page 4

  • Des groupes catholiques critiquent le rapport sur l'avortement soutenu par le Parlement européen

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Des groupes catholiques critiquent le rapport sur l'avortement soutenu par le Parlement européen

    6 juillet 2021

    Une alliance internationale de groupes catholiques a critiqué un rapport adopté par le Parlement européen affirmant que l'avortement est un "droit humain".

    Dans une déclaration commune publiée avant le vote du mois dernier, 14 organisations ont déclaré qu'elles étaient unies dans la défense de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle.

    "L'avortement élimine une vie humaine innocente et a de graves conséquences physiques et psychologiques pour les femmes qui le subissent, ainsi que des conséquences néfastes pour ceux qui se le procurent", indique la déclaration du 23 juin, publiée par les participants aux groupes d'experts thématiques sur la famille, la santé et les droits de l'homme du Forum des organisations d'inspiration catholique.

    "En outre, cette proposition porterait atteinte au droit à l'objection de conscience, qui est essentiel au véritable progrès et à l'égalité dans nos sociétés."

    La déclaration a été signée par des organismes tels que la Fédération mondiale des associations médicales catholiques (FIAMC), MaterCare International (MCI), un groupe d'obstétriciens et de gynécologues catholiques dont le siège est au Canada, la Communauté du pape Jean XXIII (APG23), basée à Rimini, en Italie, et Femina Europa, une ONG fondée à Paris, en France.

    Les membres du Parlement européen, l'organe législatif de l'UE, ont voté le 24 juin par 378 voix pour et 255 contre, avec 42 abstentions, pour adopter le texte connu sous le nom de rapport Matić.

    En plus de décrire l'avortement comme un service de santé "essentiel" et de redéfinir l'objection de conscience comme un "refus de soins médicaux", le rapport déclare que les violations de "la santé et des droits sexuels et reproductifs" sont "une forme de violence contre les femmes et les filles."

    Un certain nombre d'évêques européens ont déploré le résultat du vote, notamment l'archevêque Stanisław Gądecki, président de la conférence épiscopale polonaise, l'archevêque Franz Lackner, président de la conférence épiscopale autrichienne, et l'évêque irlandais Kevin Doran.

    "Je suis profondément attristé par la résolution du Parlement européen qui appelle à la possibilité de tuer les enfants à naître", a écrit Gądecki sur son compte Twitter le 24 juin.

    "La culture de la vie envisagée par les pères fondateurs de l'UE se transforme en une culture de la mort et de l'exclusion, l'idéologie prenant le pas sur la raison."

    Le Forum des organisations d'inspiration catholique, basé à Rome, en Italie, a été formé en 2007 par environ 90 ONG d'inspiration catholique ayant un statut consultatif auprès des institutions intergouvernementales. Aujourd'hui, il rassemble plus de 120 groupes.

    Dans la déclaration commune, les 14 organisations ont déclaré : "Nous appelons à la défense du droit à la vie des plus vulnérables de nos sociétés, de la santé intégrale de nos femmes et de nos familles, et des droits de conscience des professionnels de santé."

  • Quand une vidéo encourageant les femmes à refuser l'avortement devient virale

    IMPRIMER

    De Katie Yoder sur le National Catholic Register :

    Une vidéo virale encourage les femmes à refuser l'avortement : "Vous pouvez le faire".
    Bien que la narratrice reconnaisse que ses mots peuvent sembler durs, elle affirme : "Je ne vais pas vous mentir. Pas quand la vie de votre bébé est en jeu".

    5 juillet 2021

    Une vidéo virale met en cause la société et les médias qui font pression sur les femmes pour qu'elles choisissent l'avortement. Son message est simple : Les femmes ont une capacité incroyable, digne de Wonder Woman, de choisir la vie pour leur bébé à naître - et de réussir. Elles peuvent, en d'autres termes, choisir la vie pour deux.

    Le 29 mai, le groupe pro-vie canadien Choice42 a publié sa vidéo animée encourageant les femmes enceintes à choisir la vie. Le court-métrage suit une jeune femme effrayée, aux yeux écarquillés, qui fuit les sombres monstres de la pression sociale et s'efforce de gravir une montagne. La vidéo a attiré des centaines de milliers de vues sur les médias sociaux et a connu un tel succès que, le 28 juin, le groupe a publié une version en portugais, destinée à des pays comme le Brésil. Elle donne du pouvoir aux femmes en leur disant que, oui, "vous pouvez le faire".

    EWTN Pro-Life Weekly a mis en lumière un extrait de cette vidéo de deux minutes le 26 juin. 

    "Vous êtes donc enceinte. Vous ne l'aviez pas prévu. Vous ne l'avez pas voulu. Et maintenant, vous avez un choix à faire", dit le narrateur au début de l'animation. "Respirez. Vous pouvez le faire."

    "Peu importe ce qui se passe dans votre vie, vous pouvez vous lever et affronter tout ça", ajoute-t-elle. "Vous pouvez y arriver."

    Mais, prévient la narratrice, "je vais être franche avec vous".

    "Les choix que notre société et les médias vont vous présenter ne sont pas tous égaux", dit-elle. "En ce moment même, le cœur de votre bébé bat déjà. Cela a commencé environ 21 jours après la conception. Nous parlons ici d'un autre être humain, et pas de n'importe quel être humain. Votre bébé."

    La vidéo poursuit en avertissant que "l'avortement va probablement être suggéré, voire poussé sur vous" également "par les personnes les plus proches de vous".

    Mais, insiste le narrateur, "vous êtes déjà la mère de ce bébé".

    "Cet enfant est déjà là dans le monde, il vit et grandit en vous", dit-elle. "Et ce que ces gens vous suggèrent, c'est de tuer votre propre bébé."

    Bien que la narratrice reconnaisse que ses paroles puissent sembler dures, elle ajoute : "Je ne vais pas vous mentir. Pas quand la vie de votre bébé est en jeu".

    Mais les femmes enceintes ne sont "pas seules, loin s'en faut".

    "Demandez de l'aide si vous en avez besoin", dit la narratrice. "Nous vous aiderons."

    En tant qu'organisation, Choice42 fait exactement cela : Elle existe pour exposer l'avortement pour ce qu'il est et pour donner aux femmes enceintes les moyens de choisir la vie en leur apportant un soutien émotionnel, des programmes éducatifs et une aide financière.

    La fondatrice et directrice, Laura Klassen, consacre son temps à la création de vidéos comme celle-ci et d'autres, dans lesquelles elle porte souvent sa perruque rose caractéristique. Celle-ci, dit-elle, a pris six mois à créer.

    Nous nous sommes dit : "Pourquoi ne pas en faire une vidéo", a-t-elle expliqué à EWTN Pro-Life Weekly. "Il s'agit d'une vidéo qui s'adresse principalement aux jeunes femmes et que nous diffusons afin de pouvoir transmettre notre message à un plus grand nombre de femmes, même si nous ne leur parlons pas en tête-à-tête."

  • Contre-ordre, il n’y a pas de guerre pour ou contre la communion à Biden. Ce sont les évêques qui le disent

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Contrordre, il n’y a pas de guerre pour ou contre la communion à Biden. Ce sont les évêques qui le disent

    Il aura suffi que le Pape François rencontre au Vatican le 28 juin le secrétaire d’État américain Antony J. Blinken pour raviver une fois encore – et ce ne sera pas la dernière – la virulente polémique sur le refus ou non de la communion eucharistique au président Joe Biden et à d’autres politiciens qui, comme lui, sont à la fois catholiques et « pro choice ».

    La chronologie de cette interminable polémique – qui remonte en fait à 2004 – a été résumée et détaillée sur Settimo Cielo fin mai, peu avant que l’assemblée plénière des évêques des États-Unis ne se réunisse pour délibérer afin de décider s’il fallait ou non procéder à la rédaction d’un document collectif sur le sacrement de l’Eucharistie.

    Le camp du oui en faveur de la rédaction d’un tel document a récolté 168 voix, bien plus que les 55 voix contre. Et ce vote a été compris presque universellement comme la victoire de ces évêques qui, dans le futur document, prévu pour novembre, pourraient faire éclater en forme explicite et officielle le refus de la communion à Biden et à d’autres politiciens catholiques pro-avortement.

    En réalité, ce n’est pas comme cela que les choses se présentent. Le 21 juin, une semaine avant que Blinken ne rencontre le Pape, le site officiel de la conférence des évêques catholiques des États-Unis a déclaré noir sur blanc que le futur document ne contiendra en rien cette sanction disciplinaire que tous semblent vouloir ou craindre. Mais en vain, puisque la polémique s’est poursuivie dans les médias du monde entier – sauf rares exceptions – comme si rien n’avait été éclairci.

    On trouvera ci-dessous dans son intégralité la note de la conférence épiscopale, sous forme de questions-réponses.

    Mais il est tout d’abord utile de préciser certains éléments-clés mis en lumière dans cette même note.

    Le premier, c’est que la motivation première du futur document sur l’Eucharistie n’est pas la sanction à appliquer ou pas aux politiciens tels que Biden mais bien l’exigence bien plus fondamentale de « raviver la foi eucharistique dans notre pays ».

    Ce n’est en effet un mystère pour personne que la foi dans ce sacrement, défini par Vatican II comme étant « le sommet et la source » de la vie chrétienne, est aujourd’hui en danger, et pas seulement aux États-Unis. La fréquentation des fidèles à la messe dominicale chute et la foi en la présence réelle du Christ dans le pain et le vin consacrés se fragilise.

    D’où la volonté de la conférence épiscopale de lancer un « projet de renaissance eucharistique s’étalant sur plusieurs années », dont le prochain document devrait fournir la trame.

    Deuxièmement, s’il est vrai que ce document comprendra une section sur la « responsabilité de chaque catholique » d’être cohérent « avec la vérité, la bonté et la beauté de l’Eucharistie », cette section – assure la note – ne sera pas « de nature disciplinaire » et « ni visera aucun individu ou classe de personne ».

    Troisièmement, aucune « ligne directrice commune nationale pour refuser la communion à certains politiciens » ne sera donnée, et cette option ne sera jamais mise au vote.

    Quatrièmement, en décidant de rédiger ce document sur l’Eucharistie, la conférence épiscopale américaine n’a désobéi à aucun véto du Saint-Siège.

    Il s’agit d’une allusion à la lettre que le cardinal Luis F. Ladaria, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a envoyée le 7 mai dernier au président de la Conférence épiscopale américaine José H. Gómez, l’archevêque de Los Angeles.

    Et en effet, cette lettre – reproduite intégralement sur Settimo Cielo tout comme la précédente et similaire note du cardinal Joseph Ratzinger de 2004 – mettait en garde les évêques des États-Unis contre la tentative de décider collectivement d’un éventuel refus de la communion eucharistique aux politiciens catholiques « pro choice ». Tout en n’excluant pas que chaque évêque puisse poser un « jugement prudentiel » en la matière, avec ses propres fidèles.

    Cela pourrait par exemple être le cas de l’intransigeant archevêque de San Francisco, Salvatore Cordileone, dont le diocèse abrite la présidente du Congrès Nancy Pelosi, catholique et « pro choice ».

    Mais c’est déjà comme cela que la controverse s’était conclue en 2004 : la conférence épiscopale s’était à l’époque bornée à appeler les catholiques à la cohérence entre vie et foi tout en laissant à chaque évêque la responsabilité du jugement pratique sur les personnes. Depuis Rome, Ratzinger avait totalement approuvé ce choix.

    Et aujourd’hui encore, tout laisse à penser que cette controverse s’achèvera de la même manière. Comme demandé par Rome et comme la conférence épiscopale des États-Unis l’a déjà assuré par écrit dans la note qui suit.

    Lire la suite

  • Les Européens doivent "réveiller les consciences" après le vote sur l'avortement

    IMPRIMER

    De la Catholic News Agency (Courtney Mares):

    Un cardinal du Vatican : Les Européens doivent "réveiller les consciences" après le vote sur l'avortement.
     
    30 juin 2021

    Le cardinal Leonardo Sandri* a appelé à un réveil des consciences en Europe après le vote du Parlement européen en faveur de la description de l'avortement comme "soins de santé essentiels."

    "Le seul que l'on doit servir est le Christ notre Seigneur, et aucune autre idéologie ou vision du monde, où souvent derrière une belle rhétorique, en réalité, la vision de l'homme est rétrécie et sa dignité est avilie ", a déclaré le cardinal dans une homélie le 28 juin. "Un exemple de cela est l'Europe de notre temps, qui, dans le contexte d'une crise mondiale sans précédent - avec des risques non seulement pour la santé publique, mais aussi pour le travail et la protection des groupes les plus vulnérables - trouve le temps d'approuver un rapport qui définit l'avortement comme un droit humain fondamental." Le préfet du Vatican a décrit le vote comme "une dangereuse dérive anthropologique devant laquelle nous devons réveiller nos consciences pour une alliance renouvelée au service authentique de l'humanité."

    L'organe législatif de l'UE a voté le 24 juin en faveur d'un rapport visant à redéfinir l'objection de conscience comme un "refus de soins médicaux". Le rapport déclare également que les violations de la "santé et des droits sexuels et reproductifs" sont "une forme de violence à l'égard des femmes et des filles". Les membres du Parlement européen ont adopté le rapport par 378 voix pour, 255 contre et 42 abstentions lors d'une session plénière à Bruxelles, en Belgique. Seuls deux des 27 États membres de l'UE, la Pologne et Malte, n'autorisent pas l'avortement sur demande ou pour de larges raisons sociales.

    L'archevêque Tadeusz Kondrusiewicz, président de la commission de la pastorale de la conférence des évêques catholiques du Belarus, a également réagi au vote du Parlement européen. Il a appelé les catholiques à demander l'intercession de la Vierge Marie pour mettre fin à "une culture de la mort". "Comme vous pouvez le constater, le sécularisme en Europe ne ralentit pas, mais gagne du terrain", a déclaré l'archevêque dans une déclaration publiée sur Catholic.by, le site Web de l'Église catholique en Biélorussie. "L'idéologie du relativisme moral prévaut sur les normes morales immuables et le bon sens. La culture de la vie dont rêvaient les pères fondateurs de l'Union européenne est en train de renaître sous nos yeux en une culture de la mort." L'archevêque a déclaré qu'environ 29 000 avortements ont lieu chaque année au Belarus, alors que le pays est également confronté à une "profonde crise démographique." "Par conséquent, nous ne pouvons pas permettre l'approche de l'avortement adoptée dans l'Union européenne, qui sera un génocide de notre peuple", a-t-il déclaré.

    * Le cardinal argentin Sandri, âgé de 77 ans, est préfet de la Congrégation du Vatican pour les Églises orientales depuis 2007. Il s'est exprimé au cours de la Divine Liturgie offerte dans la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs à Rome par l'archevêque Cyril Vasiľ, évêque éparchial de l'éparchie catholique slovaque de Košice.

  • «Il n'existe aucun traité international» qui prévoit un «droit humain à l'avortement»

    IMPRIMER

    De Michele Raviart sur Vatican News :

    26 juin 2021

    L'avortement en tant que droit humain, une dérive anthropologique pour la Comece

    Le Parlement européen approuve le rapport Matic sur la santé et les droits reproductifs et sexuels dans l'Union. Pour le secrétaire de la Comece, le père Barrios Prieto, il s'agit d'un vote inquiétant, et il est inacceptable que l'accès à l'avortement puisse prévaloir sur l'objection de conscience. Les enfants à naître ont le droit fondamental à la vie.

    «Comment se fait-il qu'une Europe qui a des racines chrétiennes, une Europe qui place la dignité de la personne au premier rang et dont le projet européen se caractérise précisément par la défense de la vie et de l'être humain, de l'homme et de la femme, considère l'avortement comme un droit ?» Par cette question, le père Manuel Barrios Prieto, secrétaire général de la Comece, qui réunit les évêques des pays membres de l'Union européenne, exprime sa préoccupation quant à l'approbation par le Parlement européen du «rapport Matic» -du nom de l'eurodéputé croate qui l'a proposé- sur «la santé et les droits reproductifs et sexuels dans l'Union, dans le contexte de la santé des femmes».

    Le rapport Matic

    Ce texte, non contraignant pour les États membres, assimile l'avortement à un droit fondamental et considère les lois restrictives de certains États membres dans ce domaine comme une violation des droits de l'Homme et une forme de violence de genre. La résolution, votée jeudi soir par le Parlement avec 378 voix pour, 255 contre et 42 abstentions, demande également de garantir un accès universel à un avortement sûr et légal dans tous les États membres, dans le cadre d'un effort général visant à renforcer les droits des femmes.

    «C'est une grosse erreur»

    «Nous avons essayé d'appeler les députés européens à la responsabilité sur ce vote et à comprendre l'importance de cette question», explique encore le père Barrios, «qui ne concerne pas seulement la santé sexuelle et reproductive»«Le droit à la santé, réitère-t-il, est un droit fondamental et nous voulons tous qu'il soit respecté et protégé, en particulier dans le cadre de cette pandémie, et dans le contexte de la défense de la dignité des femmes, ce droit est encore plus précieux. Il est donc évident que l'Église veut promouvoir le droit à la santé, mais le problème est d'inclure dans ce cadre également le droit à l'avortement, considéré presque dans le document comme un droit fondamental. Je pense que c'est une grosse erreur et le fait que des parlementaires aient voté en faveur de ce texte est inquiétant».

    Il n'y a pas de droit à l'avortement

    «Il n'existe aucun traité international» qui prévoit un «droit humain à l'avortement», soulignent en effet les évêques européens. Dans le texte de la résolution, père Barrios souligne «qu'il est dit que ce droit à la santé, qui inclut également le droit à l'avortement, doit être garanti, en particulier dans les régions rurales, dans les endroits où l'accès aux services médicaux n'est pas fort, même au-delà du droit à l'objection de conscience».

    La liberté de conscience doit toujours être respectée

    Dans la résolution du Parlement européen, en effet, les députés «regrettent que la pratique courante dans certains États membres permette au personnel médical et parfois à des institutions médicales entières de fournir des services de santé sur la base de la soi-disant objection de conscience», ce qui mettrait en danger «la vie et les droits des femmes.» «Ce n'est pas acceptable», souligne encore le père Barrios. «Pour nous, l'objection de conscience comprend non seulement le droit du travailleur de la santé individuel», explique-t-il, «mais aussi le droit d'une institution qui a sa propre mission, sa propre vocation et ne peut se lier à quelque chose qu'elle considère précisément comme contraire à ses principes fondamentaux. Le droit à l'objection de conscience découle précisément du droit fondamental à la liberté religieuse et à la liberté de pensée et doit toujours être respecté».

    Un changement de mentalité qui inquiète

    «Le vote sur le rapport Matic a été très contesté, la différence entre un oui et un non n'était pas si grande», poursuit le secrétaire général de la COMECE, «cependant, cette dérive est inquiétante»«Elle témoigne d'une crise anthropologique, elle remet en cause une manière de comprendre l'être humain. Ce vote du Parlement européen, même s'il s'agit d'un document non contraignant, est inquiétant, car il y a là un changement de mentalité pour voir des choses qui devraient tous nous inquiéter un peu».

    Le grand absent de cette résolution, soulignent les évêques, est l'enfant à naître, privé de son droit fondamental à vivre, comme tout être humain.

  • L'avortement n'est pas une fatalité

    IMPRIMER

    De Grégor Puppinck (initialement publié sur le site de l’ECLJ : La prévention de l’avortement : garantir le droit de ne pas avorter) sur gènéthique.org :

    La prévention de l’avortement : garantir le droit de ne pas avorter

    24 juin 2021

    Chaque année, l’avortement met un terme à un cinquième des grossesses françaises et à un tiers des grossesses européennes, avec 4,5 millions d’avortements contre 8,5 millions de naissances dans l’Europe des 47 États membres du Conseil de l’Europe.

    Au regard de l’ampleur du phénomène, de ses causes et de ses conséquences, l’avortement n’est pas plus une liberté qu’une fatalité, mais un problème social de santé publique auquel la société peut et doit répondre par une politique de prévention.

    La société peut, par le biais de politiques publiques, prévenir et réduire le recours à l’avortement. Ainsi, aux États-Unis, la baisse de 17,4 % du nombre d’avortements pratiqués entre 1990 et 1999 résulte des changements législatifs opérés dans la majorité des États[1] fédérés. En Europe, certains gouvernements sont également parvenus à réduire le taux d’avortement[2] par des modifications législatives et des campagnes de sensibilisation[3]. En Hongrie, ce taux, qui s’établissait à 19,4 ‰ en 2010, est descendu à 17,5 ‰ en 2012[4]. La Pologne fournit un exemple encore plus radical de l’effet possible de la loi : alors que plus de 100.000 avortements y étaient pratiqués chaque année dans les années 1980[5], ils sont devenus aujourd’hui rarissimes. En France, à l’inverse, la valorisation publique de l’avortement comme « droit » s’est accompagnée d’une augmentation de sa pratique. Ainsi, le nombre d’IVG en 2013 a augmenté de 4,7 % par rapport à 2012, passant de 207 000 à 217 000[6], suite à la décision du gouvernement de rembourser l’IVG à 100 %[7].

    L’avortement n’est donc pas une fatalité : la majorité des avortements a une cause de nature économique et sociale et pourrait être évitée. 75 % des femmes qui ont avorté indiquent y avoir été poussées par des contraintes sociales ou économiques[8]. Ce constat met en cause l’efficacité de la prévention de l’avortement ainsi que le respect des droits sociaux des femmes et des familles. Dans divers instruments internationaux, les États se sont pourtant engagés formellement à prévenir l’avortement.

    Comme le soulignait le Professeur Israël Nisand[9]« Tout le monde peut s’accorder sur l’idée qu’il vaut mieux prévenir les IVG chez les jeunes plutôt que d’avoir à les réaliser, que ce soit du point de vue éthique, psychologique ou économique ». Un sondage IFOP réalisé en 2010[10] est particulièrement révélateur de l’ambivalence qui entoure la perception de l’avortement. Si 85 % des personnes interrogées se disaient favorables à l’avortement, 61 % estimaient qu’il y en avait trop en France et 83 % qu’il avait des conséquences psychologiques difficiles à vivre.

    Pour prévenir l’avortement, deux moyens étaient présentés comme souverains : l’éducation sexuelle et la contraception[11]. Pourtant, alors que, quarante ans après la légalisation de l’avortement, la contraception s’est généralisée et que l’éducation sexuelle fait partie des programmes scolaires dès l’école primaire, le nombre d’avortements ne baisse pas, en particulier chez les mineures.

    Il est donc urgent de réfléchir à une véritable prévention de l’avortement, pour réduire l’avortement chez les jeunes, pour que les femmes n’y soient plus contraintes par leur situation économique ou sociale. Cette politique de prévention doit être renouvelée jusque dans ses prémisses et être élargie : comme toute véritable prévention, elle doit être fondée sur un progrès de la responsabilité personnelle.

    Une politique publique de prévention peut s’appuyer sur des principes juridiques bien établis et contribuerait à leur mise en œuvre. Sur la base de ces principes, les États ont pris l’engagement conventionnel de mener une telle politique de prévention afin de « réduire le recours à l’avortement ». Ces principes sont la protection de la famille, de la maternité, et de la vie humaine. À cette obligation pesant sur les États correspond un droit corrélatif pour toute femme de ne pas être contrainte d’avorter (I).

    Lire la suite

  • Eucharistie et avortement, le retour des principes non négociables

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Eucharistie et avortement, le retour des principes non négociables

    22-06-2021

    La décision des évêques américains sur l'admission à la Communion a également des répercussions importantes pour la Doctrine Sociale, car elle remet sur le terrain la doctrine des principes non négociables que ce pontificat avait abandonnée et niée. 

    La décision des évêques américains concernant la non-admission à la communion eucharistique des partisans publics de l'avortement (voir ici et ici) a des conséquences positives également dans le domaine de la doctrine sociale de l'Église, et pas seulement dans le domaine de la doctrine et de la vie sacramentelle. En effet, la décision prise par la majorité des évêques américains de continuer à ne pas admettre à la communion les avorteurs déclarés et d'entamer le processus de rédaction d'un document magistériel sur le sujet remet sur le terrain la doctrine des principes non négociables. Cette doctrine a été complètement abandonnée et niée au cours de ce pontificat, en contraste frappant avec le précédent. Leurs partisans espéraient qu'il serait relancé à partir des problèmes de la présence des catholiques dans la société, au lieu de quoi il est maintenant relancé de manière imprévisible à partir d'une question sacramentelle.

    Lors de la discussion précédant le vote des évêques, de nombreuses interventions avaient évoqué la politique. Antonio Spadaro, directeur de La Civiltà Cattolica et fervent partisan de l'admission du président Biden (et de ceux qui lui ressemblent) à la communion, a déclaré qu'avec l'interdiction, il y a un risque d'utiliser l'Eucharistie à des fins politiques. Il s'agit - semble-t-il - d'étiqueter l'un ou l'autre homme politique au sens catholique du terme. Lors du débat au sein de la Conférence des évêques, l'évêque de San Diego a déclaré que l'on risquait ainsi de reléguer au second plan d'autres problèmes politiques, tels que la pauvreté et l'environnement, et de faire de la question de l'avortement la seule question politique réellement digne d'intérêt. Cet argument avait également été avancé par d'autres évêques progressistes.

    De telles déclarations indiquent que la décision sur l'admission à la Sainte Communion a eu et a encore des répercussions sur le plan politique. Si la pratique de la non-admission à la communion des avorteurs avait été arrêtée, il y aurait eu une séparation entre la vie politique publique et la vie sacramentelle ; et l'Eucharistie - c'est-à-dire le cœur de la vie de l'Église - aurait été indifférente à la place des catholiques dans la société. C'était, au fond, ce que le père Spadaro voulait. Deuxièmement, le thème de la vie aurait perdu sa prééminence comme premier et fondamental des principes non négociables, et toutes les questions de l'agenda politique auraient été mises sur le même plan : la vie humaine comme la biodiversité, la famille et la procréation comme la lutte contre la pauvreté, etc. De cette façon, l'ordre entre les différentes questions sociales aurait été perdu, et elles auraient fait l'objet d'une préférence politique subjective de la part de chaque individu. Aucun principe ne pouvait plus servir de lumière aux autres.

    Les évêques américains, avec leur décision de maintenir l'interdiction et d'assurer la "cohérence eucharistique", ont eu le grand mérite - indirect, mais néanmoins méritoire - de réaffirmer qu'il existe des actes publics objectivement et gravement injustes qui ne peuvent jamais être approuvés, non seulement par l'Église, mais par quiconque. Aucun discernement de conscience n'est valable à leur égard car ces actes sont objectifs et publics, et c'est sur cette objectivité et cette publicité que s'exerce le jugement moral et religieux. Ils ont donc réaffirmé qu'il existe toujours des actes intrinsèquement mauvais (intrinsece mala) non seulement sur le plan religieux mais aussi sur le plan de la moralité naturelle. Ils ont rétabli la continuité entre le droit naturel et la logique eucharistique, de sorte que la seconde - en empêchant l'accès des avorteurs au Sacrement - confirme à nouveau, tout en l'élevant, la première.
    En réaffirmant finalement la "non-négociabilité" de l'admission à l'Eucharistie de ceux qui promeuvent l'avortement, ils ont reconfirmé le même principe - la non-négociabilité - dans le domaine de la moralité publique et du droit naturel. S'il est possible de parler de non négociabilité dans la discipline de l'accès à l'Eucharistie, et si l'accès à l'Eucharistie n'est pas déconnecté des Commandements qui régissent également la morale publique parce que la loi nouvelle n'élimine pas la loi ancienne mais la confirme et la purifie, alors il doit redevenir possible de parler de principes non négociables dans la vie publique, sociale et politique.

    Les évêques américains ont implicitement enseigné que l'on ne peut accéder à l'Eucharistie si, dans sa vie politique, on contredit la loi naturelle contenue dans le Décalogue. On ne peut pas accéder au Christ Sauveur si on nie le Christ Créateur, car on introduirait une rupture dans le Christ lui-même. Le Législateur des Commandements et le Législateur des Béatitudes est le même Dieu. Le père Cornelius Fabro a écrit : "Une religiosité sans engagement moral sérieux est une moquerie de Dieu qui a maintenant été consommée par le protestantisme." Les évêques américains ont réaffirmé l'essence du sacrement eucharistique, qui est une "nouvelle création" qui ne peut pas contredire la vérité de la création, et avec cela ils ont confirmé la continuité entre la raison et la foi, entre la morale naturelle et la morale religieuse, en évitant la fracture entre les deux dimensions d'origine protestante. Ce qui est perdu en oubliant la doctrine des principes non négociables est maintenant plus clair.

    Lire aussi : Avortement : le cardinal Bergoglio défendait aussi la “cohérence eucharistique”

  • Pourquoi il faut prendre très au sérieux le rapport du député croate Predrag MATIĆ

    IMPRIMER

    Du site de l'European Center for Law & Justice :

    Le rapport du député croate Predrag MATIĆ "sur la situation concernant la santé et les droits génésiques et sexuels dans l’Union, dans le cadre de la santé des femmes" devrait être mis aux voix le 23 juin 2021 au Parlement européen. C'est l’occasion pour Grégor Puppinck, directeur de l’ECLJ, de vous présenter le contenu et les graves enjeux de ce rapport et de la proposition de résolution qui l'accompagne.

    Voir aussi : Débat au parlement européen : « droit à l’avortement » et objection de conscience

  • URGENT Rapport Matic/Europe : la victoire n'est pas loin, aidez-nous svp !

    IMPRIMER

    De la "Manif pour Tous" :

    URGENT Rapport Matic/Europe : la victoire n'est pas loin, aidez-nous svp !

    RDV devant le Sénat le 24 juin à 19h30 !

    URGENT : RAPPORT MATIC / EUROPE

    APRÈS UNE 1ÈRE VICTOIRE, ALLONS JUSQU'À LA VICTOIRE COMPLÈTE !

    Comme vous le savez, les députés du Parlement européen débattront le 23 et voteront le 24 juin sur le Rapport Matic qui concerne les « droits sexuels et reproductifs », sans doute l'un des pires de l'histoire européenne en matière sociétale.

    Grâce à tous ceux qui ont déjà écrit, une première victoire a été obtenue auprès des députés du PPE (droite et centre) qui ont fini par déposer une résolution alternative dont le contenu est acceptable.

    Pour que le Rapport Matic échoue, il faut que cette proposition alternative soit soutenue par une majorité des députés européens.

    Or le groupe ECR (souverainiste) a déposé une autre résolution alternative. Elle est encore mieux mais, hélas, elle ne pourra pas obtenir la majorité.

    Comme les députés peuvent voter en faveur de plusieurs résolutions, nous vous appelons instamment à écrire aux députés ECR en leur demandant de soutenir AUSSI la résolution PPE. Ils n'ont pas envie de le faire et cela s'entend, mais s'ils ne le font pas, la rapport Matic sera adopté, ce qui serait pire que tout, et de loin.

    Nous vous proposons ci-dessous un message tout prêt, en anglais (seule langue qu'ils parlent tous) pour être le plus efficace possible :

    « Dear Mr. .../Mrs ...

    Honourable Member of the European Parliament,

    I write you to congratulate you about the very good AMR written by ECR group.

    Nevertheless, you know as I that the only chance to defeat the Matic report is to have a majority of MEPs voting for the EPP alternative motion resolution.

    As you may vote in favor of two AMR, I ask you to vote also for the EPP alternative motion resolution. It is certainly our only chance to defeat the Matic report. It would be a huge mistake to deny this opportunity and to let consequently the Matic report be adopted. It would be a huge mistake to refuse this chance – and to let consequently the Matic resolution be adopted - because the EPP text is not perfect enough.

    I look forward for your support in this important vote.

    I thank you in advance,

    Signature »

    Et voici les mails des députés ECR (il faut absolument mettre en « cci » si vous écrivez à plusieurs en même temps) :

  • A qui profite le refus du péché public par les évêques américains ?

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    A qui profite le refus du péché public par les évêques américains ?

    (traduction avec https://www.deepl.com/fr/translator)

    21-06-2021

    Le péché public du souverain n'est jamais une affaire " personnelle " et les pasteurs de l'Église ont le devoir de protéger le peuple des fidèles du scandale : nous ne savons pas ce que l'éventuelle position claire des évêques américains peut provoquer au niveau politique ; mais une chose est certaine : la réitération de l'enseignement de l'Église sur la nécessité de refuser l'Eucharistie " à ceux qui persistent obstinément dans un péché grave et manifeste ", provoquera une réflexion salutaire sur Qui est substantiellement présent dans ce sacrement.

    "Promouvoir l'enseignement de l'Église et protéger l'intégrité du Saint-Sacrement" ; dans ces déclarations de l'archevêque Salvatore J. Cordileone de San Francisco, qui s'exprimait jeudi dernier dans le cadre de l'émission The World Over sur EWTN, se trouve la raison profonde qui a conduit les évêques américains à demander, à une majorité écrasante (environ 75%), que le sujet de la cohérence eucharistique soit produit dans le cadre d'un document sur l'Eucharistie (voir ici). Il faudra certainement attendre le contenu réel du document annoncé, mais il est certain que le signal provenant des États-Unis est un appel fort et sain pour ces temps où l'Eucharistie est devenue un simple moyen pour des revendications de toutes sortes.

    Les 168 évêques qui ont voté pour ont intelligemment et courageusement résisté au piège tendu par les médias de vouloir utiliser la cohérence eucharistique comme une arme politique anti-Biden (voir ici) ; et ils ont bien gardé à l'esprit, comme l'a rappelé Cordileone lui-même, que se prononcer sur des problèmes moraux qui ont nécessairement aussi des implications politiques, ne signifie pas tout jeter dans la politique.

    Au cours du débat, les objections ne manquaient pas, qui étaient déjà dans l'air. L'évêque Robert McElroy de San Diego, qui a été appelé il y a seulement deux mois au Dicastère du Vatican pour la promotion du développement humain intégral, a prévenu que l'exclusion de la Communion de ceux qui soutiennent publiquement l'avortement et l'euthanasie porterait atteinte à l'intégrité de la doctrine sociale de l'Église et diminuerait l'importance d'autres questions telles que le racisme, la pauvreté ou les atteintes à l'environnement.

    D'autres intervenants ont souligné le risque de provoquer des divisions. Le cardinal Blase Cupich avait l'air d'un martien lorsqu'il a mis en avant la perplexité de nombreux prêtres "d'entendre que maintenant les évêques veulent parler de l'exclusion des personnes à un moment où le vrai défi qui se présente à eux est d'accueillir les personnes à nouveau dans la pratique régulière de la foi". Il est évident que quelques lignes de droit canonique et quelques points essentiels de la théologie sacramentelle et morale leur ont échappé.

    Lire la suite

  • Rapport Matić: La COMECE appelle les eurodéputés à prendre conscience de l’importance et de la complexité de la question et à voter avec responsabilité

    IMPRIMER

    Prise de position du secrétariat de la COMECE sur le RAPPORT SUR LA SITUATION DE LA SANTÉ ET DES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS SEXUELLE ET REPRODUCTIVE DANS L'UE, DANS LE CADRE DE L'INITIATIVE SUR LA DE LA SANTÉ DES FEMMES [2020/2215(INI)].

    Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres du Parlement européen
    Rapporteur : MPE Predrag Fred Matić

    La santé humaine est au cœur des préoccupations de l'Église catholique. Le droit à la santé est un
    droit humain fondamental et constitue une base essentielle pour une vie digne. La défense des droits de l'homme sur La défense des droits de l'homme est un élément central de la proclamation socio-éthique de l'Église. Elle considère les droits de l'homme comme la base d'une coexistence pacifique entre les peuples et est convaincuequ'ils correspondent profondément à la conception chrétienne et biblique de la dignité de l'être humain.

    Dans ce contexte, nous apprécions positivement le souci fondamental du rapport de protéger la santé et les droits des femmes. En même temps, nous sommes très préoccupés par un certain nombre de représentations et d'arguments avancés dans le projet de résolution en question.

    1. Nous constatons avec regret que le projet de résolution est caractérisé par une perspective unilatérale tout au long du texte, en particulier sur la question de la santé des femmes, qui ne tient pas pleinement compte des situations de vie des personnes concernées et des droits de l'homme correspondants. Le projet de résolution ne reflète pas la tragédie et la complexité des situations dans lesquelles se trouvent les mères qui envisagent d'avorter leurs enfants à naître. Un conflit de grossesse peut être envisagée sous l'angle d'une "relation entre trois personnes".

    Cependant, "le droit indépendant à la vie de l'enfant est trop facilement laissé de côté et l'on oublie que l'enfant à naître n'a pas le droit de vivre. On oublie aussi que l'enfant à naître n'est pas la propriété des parents, mais que, précisément,  il leur est confié en raison de son absence de défense " (1).

    Prendre soin de femmes qui sont en détresse ou en situation de conflit à cause de leur grossesse est  un élément central du ministère diaconal de l'Eglise et devrait également être un devoir de nos sociétés.

    Dans le projet de résolution, l'avortement est présenté comme un "service de santé essentiel" qui devrait être accessible à tous (2) . Selon nous, cette classification est éthiquement indéfendable. Une intervention médicale d'une telle ampleur ne peut et ne doit pas devenir une pratique normale ; sa qualification de service essentiel dégrade l'enfant à naître. En tant qu'Église, nous sommes convaincus que la vie humaine depuis le début, y compris la vie à naître, possède sa propre dignité et un droit indépendant à la protection. Dans l'optique de l'Église l'avortement n'est pas un moyen de planification familiale ou une partie des soins de santé ordinaires.

    Nous considérons l'enfant à naître comme une vie indépendante créée à l'image de Dieu et qui doit son existence à sa volonté. L'enfant à naître a un droit humain à la vie. Dans son arrêt Brüstle (3), la Cour de justice des Communautés européennes n'a pas pu exclure la possibilité que la vie humaine à naître soit dotée d'une dignité propre et a donc reconnu l'embryon comme porteur de cette dignité humaine.

    La Cour européenne des droits de l'homme a confirmé dans sa jurisprudence que c'est une obligation légitime pour les États contractants de la Convention de protéger la vie à naître (4). En invoquant cet objectif, les États peuvent restreindre les droits de la mère garantis dans la Convention, plus particulièrement le droit au respect de la vie privée en vertu de l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme, et en particulier, créer un cadre légal pour la réalisation d'avortements.

    Lire la suite

  • Parlement Européen : mobilisons-nous pour protéger la vie humaine et le droit à l’objection de conscience !

    IMPRIMER

    Urgence au Parlement européen !

    Le 23 juin le Parlement européen votera à Bruxelles une résolution « sur la situation de la santé et des droits sexuels et génésiques dans l’Union européenne »comprenant la reconnaissance d’un « droit à l’avortement » et la suppression de l’objection de conscience. 

    Mobilisons-nous pour protéger la vie humaine et le droit à l’objection de conscience !

    COMMENT ?

    En écrivant aux députés européens pour leur demander de voter contre la « résolution Matić ».

    Voici un projet de lettre pour faciliter la mobilisation (FR/EN)

    Diffusez largement cet appel avant le 23 juin !

    POURQUOI ?

    Cette résolution voudrait imposer que  « l’avortement sur demande soit légal au début de la grossesse, et en cas de besoin au-delà si la santé ou la vie de la personne enceinte est en danger » ; ce texte « rappelle qu’une interdiction totale des soins d’avortement ou qu’un refus de soins d’avortement constitue une forme de violence sexiste » [article 35] .

    Cette demande du parlement européen est d’autant plus regrettable qu’elle va à l’encontre de la demande des centaines de milliers de citoyens qui ont signé l’initiative citoyenne européenne "One of Us" dont la fondation Jérôme Lejeune est un des membres fondateurs.

    Par ailleurs, l’Union européenne n’a pas de compétences dans le domaine de l’avortement et doit se soumettre au principe de subsidiarité qui est l’un de ses principes fondateurs. La législation sur ce sujet est du seul ressort des Etats membres (Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne).

    En plus de promouvoir l’avortement, cette résolution attaque l’objection de conscience des médecins en affirmant que « la clause de conscience d’un individu ne peut interférer avec le droit d’un patient d’avoir pleinement accès » à l’avortement [article 36].

    Mobilisons-nous pour protéger la vie humaine et le droit à l’objection de conscience !