Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Persécutions antichrétiennes - Page 4

  • Les nationalistes hindous s'en prennent aux figures iconiques du christianisme indien

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register (Anto Akkara) :

    Les nationalistes hindous tentent de diaboliser St. Devasahayam

    Dans le sillage de la canonisation de mai, les réseaux fondamentalistes poursuivent leur campagne de diffamation en ligne, comme ils l'ont fait avec d'autres chrétiens vénérés.

    15 juillet 2022

    Lorsque l'Église catholique a conféré la sainteté au martyr laïc Devasahayam, un converti hindou populaire, cela n'a pas plu aux réseaux fondamentalistes hindous qui prospèrent en diabolisant le christianisme. 

    Avec la canonisation de la mi-mai, ils étaient contrariés par le fait que St. Devasahayam - fils d'un prêtre de temple hindou et soldat de confiance d'un roi hindou - avait conduit des centaines de personnes au Christ pendant les sept années où il était chrétien et bien plus encore après son martyre en 1752.

    Alors que l'Église locale de l'État méridional du Tamil Nadu se réjouissait de cette canonisation tant attendue, des quotidiens nationaux laïques comme Indian Express ont publié des articles élogieux. 

    Mais cette avalanche de titres sur la canonisation du converti a incité un grand portail nationaliste hindou, Bharata Bharati ("Mother India"), à publier un article diffamatoire contre la canonisation du martyr laïc, qui a été secrètement abattu à l'âge de 40 ans pour avoir professé sa nouvelle foi.

    Les affirmations de l'article, qui qualifiait saint Devasahayam de "voleur et d'espion" exécuté à juste titre pour ses crimes, trouvent leur origine dans le "Manuel de Travancore" rédigé par Nagam Aiya en 1906 pour le dirigeant de l'époque du royaume hindou de Travancore, qui avait commencé avec le roi Marthanda Varma, lequel avait ordonné l'exécution de Devasahayam.

    Né en 1712, fils d'un prêtre de temple hindou, Neelakandan Pillai était un lieutenant de confiance du roi hindou lorsqu'il a embrassé la foi chrétienne en 1745 et est devenu martyr en 1752, comme l'indique le Register.   

    "Cette allégation est un mensonge sans fondement, lancé par Nagam Aiya", a déclaré au Register le 30 juin le père John Kulandai, vice-postulateur du processus de canonisation de Devasahayam et l'une des autorités les plus compétentes sur la vie du martyr laïc. 

    Nagam Aiya, chargé d'écrire l'histoire de Travancore par son roi contemporain, a déclaré que son livre avait un devoir important, "prouver la tolérance louable du gouvernement indigène depuis une époque lointaine." Citant Aiya lui-même, le père Kulandai a noté ce fait dans son dernier livre, A Saint for Our Times : Martyr St. Devasahayam - a Comprehensive Historical Research. Le livre a été publié lors de la grande célébration et de la messe d'action de grâce du 5 juin près du lieu du martyre du saint à Kattadimalai, à laquelle ont participé des centaines de milliers de personnes, dont trois douzaines d'évêques.

    "C'est dans ce contexte que nous devons comprendre ce que dit Aiya sur la [cause] de l'exécution de Devasahayam", a déclaré le père Kulandai. 

    Ce récit concocté, ajoute le prêtre, est contredit par G.T. Mackenzie, un ressortissant britannique vivant dans le royaume qui avait été chargé par Aiya lui-même d'écrire sur son histoire chrétienne.

    Dans son ouvrage Christianity in Travancore, publié en 1901, Mackenzie affirme sans équivoque que Devasahayam "a été emprisonné en raison de son changement de religion, et après trois ans d'emprisonnement, il a été fusillé en 1752 sur ordre du Raja [roi]".

    Le père Kulandai a noté en outre que "même les érudits et historiens hindous contredisent l'affirmation d'Aiya."

    Après la grande célébration de la canonisation sur le site du martyre de St. Devasahayam à Kattadimalai, qui a généré une importante couverture médiatique favorable dans l'état du Kerala, l'article du Bharata Bharati a été modifié et publié dans la langue maternelle du Kerala, le Malayalam. Le Kerala est connu pour avoir une importante minorité chrétienne. La publication de l'article a provoqué des condamnations immédiates de la part des organisations ecclésiastiques locales, y compris le Conseil des évêques catholiques du Kerala.

    Auparavant, lorsque le Vatican a annoncé la canonisation de Devasahayam en novembre dernier, un autre site web nationaliste hindou appelé "World Dialogue Center" avait appelé le Vatican à suspendre la canonisation, sur la base des mêmes revendications. Et, en 2012, un autre site nationaliste appelé "Vijayvaani" (Messager de la victoire) avait publié un article similaire, intitulé "Encashment of Virtuous Tamil Hindu Psyche : Sainté de Devasahayam Pillai". Il a été republié en 2022 par Bharata Bharati.

    Attaques contre Mère Teresa 
    Bharata Bharati avait publié un article tout aussi calomnieux, intitulé "Tainted Teresa - Hypocrisy" lors de la canonisation de Mère Teresa en 2016. 

    "Le dénigrement de la communauté chrétienne et de ses icônes a toujours fait partie de la stratégie de base des nationalistes hindous", a déclaré John Dayal, militant catholique et ancien journaliste, au Register depuis New Delhi.

    "C'était clair dans les nombreux canards qu'ils ont utilisés contre Mère Teresa. Lorsque la société indienne laïque et le monde entier l'ont saluée comme la 'sainte des caniveaux' pour avoir servi les plus pauvres et les mourants, ils ont prétendu que sa motivation était uniquement la 'conversion'", a déclaré Dayal, ancien président de la All India Catholic Union.

    Lorsque Mère Teresa s'est jointe à une manifestation de chrétiens dalits en 1995, les fondamentalistes hindous ont organisé une marche vers le lieu de l'événement avec des pancartes portant les mots "loup en habits de mouton". Et les nationalistes hindous ont protesté lorsque le gouvernement national de l'Inde a fait venir à Calcutta, pour les funérailles de Mère Teresa, le 13 septembre 1997, le carrosse utilisé en 1948 pour la procession funéraire du Mahatma Gandhi, qui est vénéré comme le "Père de la Nation" de l'Inde. Ils ont également demandé à plusieurs reprises que la plus haute distinction de la nation, la Bharat Ratna (Joyau de l'Inde), qui a été conférée à Mère Teresa en 1980 après qu'elle ait reçu le prix Nobel de la paix, soit révoquée. 

    En outre, a déclaré M. Dayal, chaque fois que la violence anti-chrétienne des nationalistes hindous éclate, comme lors de l'incendie notoire du missionnaire baptiste australien Graham Stuart Staines et de ses deux jeunes fils en 1999 et de la violence orchestrée contre les chrétiens à Kandhamal en 2008, "ils essaient de faire porter le chapeau aux chrétiens." 

    Un autre exemple s'est produit l'année dernière après la mort en détention du père Stan Swarmy, un jésuite de 84 ans, activiste social, qui avait été arrêté à la suite d'accusations de "terrorisme". À la suite des nombreuses critiques internationales, les réseaux d'étudiants nationalistes hindous ont répondu par une campagne de protestation contre les plans d'un collège catholique visant à commémorer le défunt prêtre. 

    Du côté positif, Dayal a déclaré : "Bien que les dénigrements se poursuivent sans fin, les nationalistes hindous n'en ont pas tiré grand profit, car la communauté chrétienne minoritaire n'a pas répondu par des protestations violentes à ces provocations."

    Cependant, il a averti que des efforts insuffisants pour repousser verbalement "la propagande diabolique, en raison de la timidité des dirigeants chrétiens, aboutissent à ce que des mensonges soient perpétués comme des vérités à long terme".

  • Des bienheureuses martyres exécutées au nom de la liberté et de l'égalité (16 juillet)

    IMPRIMER

    D'Evangile au Quotidien :

    BBses Marie-Rose de Gordon et 6 compagnes
    Religieuses et martyres † 16 juillet 1794

    Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

    Les religieuses s’organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l’actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d’aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d’entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

    Le 6 juillet : Sœur Marie-Rose, bénédictine de Caderousse (Suzanne Deloye, née à Sérignan en 1741) ;
    le 7 juillet : Sœur Iphigénie, sacramentine de Bollène (Suzanne de Gaillard, née à Bollène en 1761) ;
    le 9 juillet : Sœur Sainte-Mélanie, ursuline de Bollène (Madeleine de Guilhermier, née à Bollène en 1733) et Sœur Marie-des-Anges, ursuline de Bollène (Marie-Anne de Rocher, née à Bollène en 1755) ;
    le 10 juillet : Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Bollène (Gertrude d’Alauzier, née à Bollène en 1757) et Sœur Agnés, ursuline de Bollène (Sylvie de Romillon, née à Bollène en 1750) ;
    le 11 juillet : Sœur Sainte-Pélagie, sacramentine de Bollène (Rosalie Bès, née à Beaume-du-Transit en 1753), Sœur Saint Théotiste, sacramentine de Bollène (Elisabeth Pélissier, née à Bollène en 1741), Sœur Saint-Martin, sacramentine de Bollène (Claire Blanc, née à Bollène en 1742) et Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marguerite d’Albarède, née à Saint-Laurent-de-Carnols en 1740) ;
    le 12 juillet : Sœur Rose, sacramentine de Bollène (Thérèse Talieu, née à Bollène en 1746), Sœur du Bon-Ange, converse sacramentine de Bollène (Marie Cluse, née à Bouvantes en 1761), Sœur Marie de Saint-Henri, cistercienne de Sainte-Catherine d’Avignon (Marguerite de Justamond, née à Bollène en 1746) et Sœur Saint-Bernard, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Jeanne de Romillon, née à Bollène en 1753).
    le 13 juillet : Sœur Madeleine, sacramentine de Bollène (Elisabeth Verchières, née à Bollène en 1769), Sœur Marie-de-l’Annonciation, sacramentine de Bollène (Thérèse Faurie, née à Sérignan en 1770), Sœur Saint-Alexis, sacramentine de Bollène (Andrée Minutte, née à Sérignan en 1740), Sœur Saint-François, ursuline de Bollène (Marie-Anne Lambert, née à Pierrelatte en 1742) et Sœur Sainte-Françoise, converse ursuline de Carpentras (Marie-Anne Depeyre, née à Tulette en 1756), Sœur Saint-Gervais, supérieure des ursulines de Bollène (Anastasie de Roquard, née à Bollène en 1749) ;
    le 16 juilletSœur Aimée, sacramentine de Bollène (Rose de Gordon, née à Mondragon en 1733), Sœur Marie-de-Jésus, sacramentine de Bollène (Thérèse Charrensol, née à Richerenches en 1758), Sœur Saint-Joachim, converse sacramentine de Bollène (MarieAnne Béguin-Royal, née à Bouvantes en 1736), Sœur Saint-Michel, converse ursuline de Bollène (Marie-Anne Doux, née à Bollène en 1738), Sœur Saint-André, converse ursuline de Bollène (Marie-Rose Laye, née à Bollène en 1728), Sœur Madeleine, ursuline de Pernes (Dorothée de Justamond, née à Bollène en 1743) et Sœur du Coeur-de-Marie, cistercienne de Sainte-Catherine d’Avignon (Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1754) ;
    le 20 juillet : Sœur Saint-Basile, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Anne Cartier, née à Livron en 1733) ;
    le 26 juillet : Sœur Saint-Augustin, sacramentine de Bollène (Marguerite Bonnet, née à Sérignan en 1719), Sœur Catherine, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marie-Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1724), Sœur Claire, ursuline de Bollène (Claire Dubas, née à Laudun en 1727) et Sœur du Cœur-de-Jésus, supérieure des ursulines de Sisteron (Elisabeth de Consolin, née à Courthézon en 1736).

    Elles montèrent toutes joyeusement à l’échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant ». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.

    Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l’Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832.

    Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) le 10 mai 1925.

  • James Su Zhimin : le 90ème anniversaire d'un évêque catholique chinois peut-être mort

    IMPRIMER

    De Zhang Feng sur Bitter Winter :

    James Su Zhimin : Célébrer l'anniversaire d'un évêque catholique qui est peut-être mort

    12 juillet 2022

    Le populaire évêque de Baoding aurait eu 90 ans au début du mois, mais personne ne l'a vu depuis 2003.

    Le 10 juillet 2022, l'évêque catholique James Su Zhimin a eu 90 ans. Du moins, le 10 juillet est la date à laquelle son anniversaire a été le plus souvent célébré, bien que dans certains documents officiels, sa date de naissance soit indiquée comme étant le 1er juillet 1932. Les catholiques de son diocèse de Baoding, dans la province du Hebei, ont commencé à préparer les célébrations de son 90e anniversaire en 2021. Il y avait cependant un problème : ils ne savaient pas si leur évêque était vivant ou mort. Il est en prison depuis 1997 et a été vu pour la dernière fois par ses coreligionnaires en 2003.

    Très vite, cependant, un deuxième problème est apparu pour les catholiques de Baoding. Ils ont été informés par le PCC qu'il était absolument interdit de célébrer l'anniversaire de l'évêque Su. Le contexte de Baoding est particulièrement problématique pour le Parti communiste. Nonobstant l'accord Vatican-Chine de 2018, c'est l'un des centres les plus importants du pays pour les "objecteurs de conscience", c'est-à-dire les prêtres et les laïcs catholiques qui refusent la suggestion du Vatican de rejoindre l'Église catholique patriotique, et poursuivent une existence précaire en dehors des structures officielles.

    À partir de janvier 2022, également dans le but d'empêcher les célébrations de juillet, au moins dix prêtres catholiques du diocèse de Baoding qui sont des objecteurs de conscience ont été arrêtés. La surveillance s'est accrue à l'approche de juillet. Pourtant, il a été rapporté à Bitter Winter que des messes, lorsque des prêtres étaient disponibles, ou d'autres cérémonies clandestines pour honorer l'évêque James Su Zhimin le jour de son anniversaire ont été célébrées dans des maisons privées à Baoding, Ansu, et ailleurs, échappant à la surveillance de la police.

    Un objecteur de conscience laïc d'Ansu a raconté à Bitter Winter que des milliers de personnes ont prié pour l'évêque dans tout le diocèse, en petits groupes "et dans certains cas pas si petits". "Si l'évêque Su est mort, a-t-il dit, il a eu un anniversaire glorieux au Ciel".

    L'évêque James Su Zhimin est largement considéré comme un héros par les catholiques chinois. Leader catholique laïc, il a été arrêté trois fois entre 1956 et 1975. Libéré en 1979, il a étudié clandestinement pour devenir prêtre et a été ordonné en 1981 à l'âge de 49 ans. Cela lui vaut une quatrième arrestation en 1982. Libéré en 1986, il a été choisi en 1988 comme évêque auxiliaire de Baoding, et a été promptement arrêté à nouveau, pour la cinquième fois.

    Après sa libération, il est consacré évêque dans l'église clandestine en 1993, et promu par le Saint-Siège évêque de Baoding en 1995, ce qui lui vaut sa sixième arrestation. Son cas commence à être connu à l'étranger et, à la demande expresse des États-Unis, il est libéré, puis placé en résidence surveillée (ce qu'il considère comme sa septième arrestation). Comme il continue d'être populaire parmi les catholiques, il est à nouveau emprisonné en 1997.

    Cette huitième arrestation fut la dernière. Le PCC a réussi à garder secret le nom de la prison où il a été détenu. Il a été "découvert" par hasard par des proches dans un hôpital de Baoding où il avait été emmené pour des problèmes oculaires en 2003. Mais dès qu'il a été reconnu, la police l'a emmené hors de l'hôpital. C'est la dernière fois que des proches ou des amis l'ont vu, bien qu'en 2015, sa famille ait appris qu'il était vivant et qu'il serait libéré si le Vatican "améliorait" ses relations avec la Chine.

    Cela s'est produit avec l'accord Vatican-Chine de 2018, et les catholiques de Baoding s'attendaient pleinement à ce qu'avec la signature de cet accord, l'évêque Su soit libéré. Mais cela ne s'est pas produit - peut-être parce qu'il n'était plus en vie.

    "Les accords et le dialogue ne peuvent pas être basés sur des mensonges", nous a dit l'objecteur de conscience catholique d'Ansu qui s'est confié à Bitter Winter. "Si l'évêque Su est vivant, ils devraient le libérer. Après sa dernière arrestation, ils l'auraient gardé en prison pendant vingt-cinq ans. S'il est mort, ils devraient dire au Vatican et à nous ce qui lui est arrivé. Avant de signer pour le renouvellement de l'accord, le Vatican devrait demander résolument au PCC de dire la vérité sur l'évêque Su."

  • Ashfaq Masih : un autre chrétien condamné à mort pour blasphème au Pakistan

    IMPRIMER

    De Daniela Bovolenta sur Bitter Winter :

    Ashfaq Masih : Un autre chrétien condamné à mort pour blasphème au Pakistan

    11 juillet 2022

    Affirmer, lors d'un litige commercial, qu'il "ne suit que Jésus" et n'accorde pas de réductions aux membres d'ordres ascétiques soufis a suffi pour obtenir une condamnation à la peine capitale.

    Le 4 juillet 2022, un tribunal de session de Lahore, au Pakistan, a condamné à mort pour blasphème un chrétien appelé Ashfaq Masih. Cette décision fait suite à une décision similaire prise le 11 juin, lorsque la Haute Cour a confirmé la peine de mort dans une affaire concernant deux frères chrétiens, Amoon et Qaiser Ayub.

    La famille de Masih a publié une déclaration dans laquelle l'homme explique ce qui s'est passé en juin 2017, lorsqu'il a été arrêté. Il est en prison depuis lors, sauf lorsqu'en novembre 2019, il a été accompagné par la police, menotté, aux funérailles de sa mère.

    "Je suis innocent, a déclaré Masih, l'affaire contre moi est sans fondement, fausse et fantaisiste et montée contre moi juste pour détruire mon entreprise. Mon entreprise fonctionnait bien et j'étais très heureux, mais Muhammad Naveed, qui est également mécanicien de moto et avait ouvert un magasin devant moi, était jaloux parce que mon entreprise se portait bien et avait une bonne réputation dans la région. Nous nous étions déjà disputés quelques jours avant l'incident. Et il m'avait menacé de lourdes conséquences. Le jour de l'incident, je me suis disputé avec Muhammad Irfan, qui refusait de me payer après avoir fait réparer son vélo. Lorsque j'ai demandé à Irfan de payer la facture convenue, il a répondu en disant : "Je suis un disciple de Peer Fakhir (ascètes musulmans soufis) et je ne demande pas la facture". J'ai insisté pour qu'il paie mon addition et j'ai dit que je ne suivais personne d'autre que Jésus, et que le statut religieux de cet homme ne m'intéressait donc pas." 

    "Irfan est allé dans la boutique de Naveed et après quelques minutes, il est revenu et a transformé toute l'affaire en affaires religieuses et a commencé à m'accuser de commettre un blasphème. Les gens ont commencé à se rassembler autour de mon magasin, et le propriétaire [des locaux où je travaille], Muhammad Ashfaq, qui m'avait déjà demandé de quitter son magasin, est également arrivé. C'était l'occasion pour Naveed et Ashfaq de régler leurs comptes, ils se sont donc plaints à la police, qui a enregistré un premier rapport d'information (FIR) en vertu de la section 295 C de la loi sur le blasphème, qui prévoit une peine de mort obligatoire."

    La déclaration "Je ne suis que Jésus" a été interprétée comme "Je refuse de suivre le prophète Mahomet" et qualifiée de blasphème. Le tribunal a entériné aussitôt.

    La famille a également déclaré que le jugement avait été rendu très rapidement, et sans vraiment écouter la défense. C'est la règle dans les tribunaux de première instance au Pakistan, où les accusations de blasphème sont automatiquement crues. Masih place maintenant ses espoirs dans la procédure d'appel.

  • Agostino Zhao Rong et ses 119 compagnons, martyrs en Chine (9 juillet)

    IMPRIMER

    Du pape Jean-Paul II dans son homélie du 1er octobre 2000 :

    "Les préceptes du Seigneur apportent la joie" (Ps. resp.). Ces paroles du Psaume responsorial reflètent bien l'expérience d'Agostino Zhao Rong et de ses 119 compagnons, Martyrs en Chine. Les témoignages qui nous sont parvenus laissent entrevoir chez eux un état d'âme empreint d'une profonde sérénité et joie.

    L'Eglise est aujourd'hui reconnaissante au Seigneur, qui la bénit et l'inonde de lumière à travers la splendeur de la sainteté de ces fils et filles de la Chine. L'Année Sainte n'est-elle pas le moment le plus opportun pour faire resplendir leur témoignage héroïque? La jeune Anna Wang, âgée de 14 ans, résiste aux menaces du bourreau qui la somme d'apostasier, et, se préparant à être décapité, le visage lumineux, déclare:  "La porte du Ciel est ouverte à tous" et murmure trois fois de suite "Jésus". A ceux qui viennent de lui couper le bras droit et qui se préparent à l'écorcher vif, Chi Zhuzi, âgé de 18 ans, crie avec courage:  "Chaque morceau de ma chair, chaque goutte de mon sang vous répéteront que je suis chrétien".

    Les 85 autres Chinois, hommes et femmes de tout âge et de toute condition, prêtres, religieux et laïcs, ont témoigné d'une conviction et d'une joie semblables en scellant leur fidélité indéfectible au Christ et à l'Eglise à travers le don de la vie. Cela est survenu au cours de divers siècles et en des temps complexes et difficiles de l'histoire de Chine. La célébration présente n'est pas le lieu opportun pour émettre des jugements sur ces périodes de l'histoire:  on pourra et on devra le faire en une autre occasion. Aujourd'hui, à travers cette proclamation solennelle de sainteté, l'Eglise entend uniquement reconnaître que ces martyrs sont un exemple de courage et de cohérence pour nous tous et font honneur au noble peuple chinois.


    Parmi cette foule de martyrs resplendissent également 33 missionnaires, hommes et femmes, qui quittèrent leur terre et tentèrent de s'introduire dans la réalité chinoise, en assumant avec amour ses caractéristiques, désirent annoncer le Christ et servir ce peuple. Leurs tombes sont là-bas, représentant presque un signe de leur appartenance définitive à la Chine, que, même dans leurs limites humaines, ils ont sincèrement aimée, dépensant pour elle toutes leurs énergies. "Nous n'avons jamais fait de mal à personne - répond l'Evêque Francesco Fogolla au gouverneur qui s'apprête à le frapper avec son épée - au contraire, nous avons fait du bien à de nombreuses personnes".

  • Quand le Nicaragua d'Ortega expulse les Missionnaires de la Charité

    IMPRIMER

    De Walter Sanchez Silva sur Catholic News Agency :

    Les Missionnaires de la Charité expulsées du Nicaragua
     Missionaries of Charity
    Les Missionnaires de la Charité quittent le Nicaragua le 6 juillet 2022. | Crédit : P. Sunil Kumar Adugula

    7 juillet 2022

    Le gouvernement du président nicaraguayen Daniel Ortega, au pouvoir depuis 15 ans, a expulsé 18 missionnaires de la charité du pays d'Amérique centrale le 6 juillet dernier.

    Selon le journal El Confidencial, les religieuses ont été emmenées par la Direction générale des migrations et de l'immigration et la police des villes de Managua et de Granada, où elles étaient au service des pauvres, vers le pays frontalier du Costa Rica.

    Parmi les 18 sœurs, on compte sept Indiennes, deux Mexicaines, deux Philippines, deux Guatémaltèques, deux Nicaraguayennes, une Espagnole, une Équatorienne et une Vietnamienne. 

    La dissolution des Missionnaires de la Charité et de 100 autres ONG au Nicaragua a été approuvée le 29 juin par l'Assemblée nationale de manière "urgente" et sans aucun débat. L'Assemblée nationale, organe législatif du Nicaragua, est contrôlée par le Front sandiniste de libération nationale, dirigé par Ortega.

    Les sœurs ont été accueillies dans le diocèse de Tilarán-Liberia, au Costa Rica voisin, par l'évêque Manuel Eugenio Salazar Mora. "C'est un honneur pour notre diocèse de Tilarán-Liberia que la plante de vos pieds foule ces terres", a écrit le prélat à propos des sœurs sur Facebook. "Nous prions pour l'Église du Nicaragua, pour ses évêques, ses prêtres, ses religieux et religieuses. Sœurs, bienvenue sur ces terres, notre diocèse a des portes ouvertes pour vous recevoir. Merci pour votre exemple, votre dévouement et votre service aux plus pauvres des pauvres", a-t-il déclaré. "Que sainte Thérèse de Calcutta continue d'intercéder pour vos intentions. Vive le Christ Roi !" a-t-il conclu.

    L'avocate Martha Patricia Molina Montenegro, membre de l'Observatoire pro transparence et anticorruption, a déclaré à ACI Prensa, l'agence de presse sœur hispanophone de CNA, que "la dictature" d'Ortega et de son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo, "se caractérise par l'octroi de la citoyenneté à des étrangers accusés dans leur propre pays d'être des criminels et par l'expulsion de personnes honorables qui sont également des ressortissants nicaraguayens".

    L'avocat a accusé "la dictature de mener une guerre frontale contre l'Église catholique du Nicaragua et son objectif est d'éliminer complètement toutes les institutions liées à l'Église." "L'expulsion des Sœurs de la Charité est une illégalité de plus de ce régime qui est protégé par des lois qui ont été dénoncées par la société civile et les citoyens comme étant inconstitutionnelles", a-t-elle ajouté.

    Mme Molina a déclaré à ACI Prensa que les personnes âgées dont les sœurs s'occupaient "ont également été expulsées de la maison de retraite", mais que les sœurs "ont fait en sorte qu'elles restent entre de bonnes mains et non pas comme le voulait la dictature, c'est-à-dire qu'elles retournent dans la rue". "Il est possible que le bâtiment où se trouvait la maison de retraite soit confisqué par la dictature, comme cela s'est produit avec les bâtiments d'autres organisations à but non lucratif", a-t-elle ajouté.

    Molina a compilé un rapport intitulé "Nicaragua : Une Église persécutée ? " (2018-2022), qui documente 190 attaques et profanations perpétrées contre l'Église au cours des quatre dernières années. Le rapport montre que le régime d'Ortega "a initié une persécution indiscriminée contre les évêques, les prêtres, les séminaristes, les religieux, les groupes laïcs, et envers tout ce qui a une relation directe ou indirecte avec l'Église catholique." "Le langage offensif et menaçant du couple présidentiel à l'encontre de la hiérarchie catholique est devenu de plus en plus évident et fréquent ; et les actions de certaines institutions publiques contre le travail caritatif de l'Église ont augmenté", indique le rapport.

    Bien que "nous ne puissions pas affirmer que toutes les mésaventures compilées dans cette étude ont été planifiées et exécutées par les disciples d'Ortega-Murillo", dit l'enquête de Molina, "on ne peut pas non plus plaider non coupable." "La vérité est que dans les années qui ont précédé l'arrivée au pouvoir du président Ortega, ces attaques frontales contre les institutions religieuses n'ont pas eu lieu", indique le rapport.

  • Les défenseurs des droits de l'homme réagissent aux propos du pape selon lequel "l'accord entre le Vatican et la Chine avance bien"

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Les défenseurs des droits de l'homme réagissent après que le pape François a déclaré que l'accord entre le Vatican et la Chine "avance bien".

    6 juil. 2022

    Les défenseurs des droits de l'homme s'inquiètent du renforcement des restrictions imposées aux chrétiens en Chine après que le pape François a exprimé l'espoir que l'accord du Saint-Siège avec Pékin soit renouvelé à l'automne.

    Près de quatre ans après que le Saint-Siège a conclu un accord avec les autorités chinoises en septembre 2018, le pape François a déclaré à Reuters dans une interview publiée cette semaine qu'il estime que "l'accord évolue bien." 

    Les défenseurs des droits de l'homme ne sont pas d'accord.

    Nina Shea, directrice du Centre pour la liberté religieuse à l'Institut Hudson, a déclaré à CNA le 6 juillet que depuis la signature de l'accord en 2018, "le PCC a pratiquement détruit l'église catholique clandestine et a resserré la conformité avec ses enseignements sur l'église patriotique." 

    "Les six nouvelles nominations épiscopales utilisées pour justifier l'accord de Pékin sont compensées par la détention, l'arrestation ou la disparition de six évêques catholiques reconnus par le Vatican", a déclaré Shea.

    "Les enfants sont désormais interdits d'accès aux églises et d'exposition à la religion, les bibles font l'objet de restrictions strictes et sont censurées sur Internet et les églises font l'objet d'une surveillance étatique de haute technologie, les prêtres et les dirigeants chrétiens sont contraints à un endoctrinement à vie sur le christianisme selon la pensée communiste, et sont tenus de soutenir activement les pratiques, la direction et les valeurs fondamentales du PCC, même dans leurs sermons", a-t-elle ajouté.

    L'évêque Paul Lei Shiyin de Leshan, l'un des évêques chinois illégitimement ordonnés dont l'excommunication a été levée après la signature de l'accord entre le Vatican et la Chine, a récemment célébré la naissance du Parti communiste chinois dans sa cathédrale locale le 29 juin, en la solennité des Saints Pierre et Paul.

    Les catholiques qui ont assisté à la cérémonie dans la cathédrale du Sacré-Cœur de Jésus à Leshan ont été invités à "écouter la parole du Parti, à ressentir la grâce du Parti et à suivre le Parti", selon Asia News.

    "Depuis que l'accord a été conclu, les choses sont allées de mal en pis pour les catholiques en Chine", a déclaré Reggie Littlejohn à CNA. Mme Littlejohn est la présidente de Women's Rights Without Frontiers, une organisation d'aide et de défense des droits qui travaille avec les femmes sur le terrain en Chine. L'organisation a été fondée en réponse à l'avortement et à la stérilisation forcés dans le cadre de la politique de l'enfant unique en Chine. Elle a déclaré que "le secret de l'accord Chine-Vatican a été utilisé pour matraquer les catholiques chinois fidèles". Mme Littlejohn a appelé le Vatican à publier le texte de l'accord provisoire du Saint-Siège avec le gouvernement du Parti communiste chinois, qui a été tenu secret depuis la première signature de l'accord en 2018. "Les catholiques fidèles ne peuvent pas se défendre ou défendre leur Église parce qu'ils n'ont pas accès à cet accord secret", a-t-elle déclaré.

    Lire la suite

  • Le pape et la Chine : une grave erreur de perspective

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    LA NOUVELLE OSTPOLITIK
    Le pape et la Chine : une grave erreur de perspective

    07-07-2022

    Dans une interview accordée à Reuters, le pape François bénit l'accord avec la Chine pour la nomination des évêques et fait l'éloge de l'Ostpolitik du cardinal Casaroli dans les années 1960 et 1970, le prenant comme modèle. Mais cette expérience diplomatique a été un échec pour l'Église et il en va de même avec la Chine. 

    La publication "par morceaux" de l'interview que le pape François a accordée à Reuters, répondant aux questions du correspondant Philippe Pullella, se poursuit. L'"épisode" du 5 juillet concernait la Chine. François a exprimé son espoir que l'accord secret entre le Vatican et le gouvernement communiste chinois, signé en 2018 et devant expirer en octobre prochain, soit renouvelé, car jusqu'à présent, selon lui, il s'est bien déroulé (une évaluation similaire a été faite par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian).

    François s'est ensuite livré à une évaluation historique de la politique diplomatique d'ouverture à l'égard des gouvernements communistes que le Saint-Siège a menée depuis les années 1960, la fameuse Ostpolitik, en la louant et en appréciant ses résultats. Voici ses mots de satisfaction : "Beaucoup ont dit beaucoup de choses contre Jean XXIII, contre Paul VI, contre Casaroli... mais la diplomatie est ainsi faite. Face à une situation fermée, il faut chercher le possible, pas l'idéal. La diplomatie est l'art du possible et de rendre le possible réel. Le Saint-Siège a toujours eu ces grands hommes. Mais Parolin fait cela avec la "Chine".

    Lire la suite

  • Un cimetière chrétien profané en Turquie

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/TURQUIE - Un ancien cimetière chrétien profané dans la région de Tur Abdin

    5 juillet 2022  
     

    www.aina.org

    Yemişli (Agence Fides) - Des centaines de tombes profanées, avec des restes mortels et des objets funéraires dispersés dans les terres environnantes. C'est la scène que les chrétiens de Yemişli, un village de la province turque de Mardin (sud-est), ont trouvé devant eux lors de leur dernière visite au cimetière pour honorer la mémoire de leurs ancêtres. La profanation impie - rapportent des journaux turcs tels que Yeni Yaşam Gazetesi - a été découverte le mercredi 29 juin, jour où est célébrée la mémoire liturgique des saints Pierre et Paul. La chapelle du cimetière, dédiée aux deux Saints Apôtres, a été érigée en 1967, au milieu d'une zone funéraire qui comprend des tombes remontant au premier millénaire chrétien.

    Chaque année, le 29 juin, les chrétiens qui vivent encore dans la région - appartenant pour la plupart aux communautés syriaque, assyrienne et chaldéenne - se rendent au cimetière pour célébrer des liturgies dans la chapelle dédiée aux saints Pierre et Paul et accomplir des actes de dévotion devant les tombes de leurs ancêtres. Cette année, la découverte des tombes violées a provoqué la tristesse et le découragement des chrétiens de la région, qui ont reçu des témoignages de solidarité immédiate de la part des représentants de la communauté yazidie vivant encore en Turquie. La profanation de l'ancien cimetière chrétien de Yemişli a été rapidement signalée à la police locale.

    La région montagneuse de Tur Abdin, dans le sud-est de la province de Mardin, constitue une zone d'enracinement historique des communautés chrétiennes syriennes de la région. Le siège du patriarcat syrien orthodoxe d'Antioche s'était installé près de Mardin au 13e siècle, dans le monastère de Mor Hananyo, et y est resté jusqu'en 1933, avant de se déplacer en Syrie (d'abord à Homs, puis à Damas).

    Au cours des premières années du conflit syrien, la province de Mardin a vu arriver un flux important de réfugiés chrétiens qui avaient fui la Syrie. En février 2018 (voir Fides 13/2/2018), un décret-loi a ordonné la restitution intégrale aux Fondations liées à l'Église orthodoxe syrienne de dizaines de biens ecclésiastiques - églises, monastères, terrains et même cimetières anciens - dispersés dans la région de Mardin et qui avaient été placés sous le contrôle d'institutions publiques turques en 2017.

    (GV) (Agence Fides 5/7/2022)

  • Burkina Faso : plus de 30 fidèles assassinés devant leur église

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse (France) :

    Burkina Faso : Assassinés devant leur église

    05/07/2022

    L’AED dénonce une énième attaque terroriste au Burkina Faso. Dans la nuit du 3 au 4 juillet, plus de trente burkinabè ont été tués lors d’une attaque à Bourasso dans le diocèse de Nouna (Nord-Ouest).

    Réfugiés ayant fui les attaques terroristes

    « Les terroristes sont venus en motos dans le village de Bourasso le dimanche 3 juillet vers 17h, puis ils sont repartis sans rien faire….Mais ils sont revenus pendant la nuit, menaçant les villageois dans la cour devant l’église » explique l’un des survivants.  Alors que les villageois les suppliaient de les épargner, d’autres habitants sont venus se joindre à cette supplication car les terroristes étaient déjà venus plusieurs fois dans ce village et menaçaient toute la région depuis déjà deux ans. C’est alors que les hommes armés se sont mis à tirer sur la population. « Ils ont tué 14 personnes devant l’église » déplore un prêtre de la paroisse cathédrale de Nouna, située à 20 km de Bourasso. Puis ils sont rentrés plus à l’intérieur du village et en ont tué 20 autres* …Parmi eux, beaucoup de chrétiens et des personnes de la religion traditionnelle africaine. Le procédé est toujours le même, ces hommes arrivent en moto, deux par motos, ils sont encagoulés et armés. Dans la nuit, difficile de savoir combien ils sont mais sans doute quelques dizaines.

    « Ils sont venus chez moi et ont fait sortir deux membres de ma famille » témoigne un autre survivant. « Ils les ont égorgés avant de partir. La psychose était énorme. Je n’arrêtais pas de penser qu’ils allaient revenir chercher le reste de ma famille »

    « On est terrifié…continue le père.  » Toutes ces personnes victimes n’ont rien à voir avec la politique ou ces groupes terroristes, elles sont attaquées alors qu’elles n’ont rien pour se défendre. C’est vraiment le désarroi…» Lui-même avait échappé de justesse à une embuscade terroriste dans cette région le 9 mai dernier. « Je suis vraiment triste ….Je connaissais quasiment toutes les personnes. »

    Le courage de vivre

    La matin de l’attaque, le diocèse de Nouna célébrait dans la joie une messe d’action de grâce pour l’ordination de deux de ses prêtres qui avait eu lieu la veille.  Le diocèse remerciait aussi les sept années de service de son catéchiste qui habite à Bourasso. Sans savoir que la nuit même, une partie de ses paroissiens, dont les deux frères du catéchiste, allaient mourir, assassinés par des terroristes.

    « Mais malgré tout, nous gardons espoir. Nous gardons le courage de vivre les jours que Dieu nous donne. » affirme le prêtre. Et de conclure : «  Ici, quand on se lève, on sait qu’on est vivant, mas on ne sait pas si on sera encore vivant le soir. » 

    L’AED au chevet des victimes du terrorisme

    Depuis 2015, le Burkina Faso est en proie à une multiplication d’attaques terroristes que le précédent président Kaboré n’avait pas réussi à endiguer. Il s’est fait renversé par un coup d’Etat le 24 janvier dernier par le lieutenant-colonel Samdaogo Damiba, promettant une lutte acharnée contre le terrorisme. Mais force est de constater que pour l’heure, les attaques continuent de proliférer dans tout le Burkina Faso.

    L’AED apporte son soutien à l’Église catholique du Burkina Faso dans son action en faveur du « retour à la vie » de personnes victimes de la violence islamiste et de déplacés. L’AED finance en particulier des projets visant à guérir les traumatismes. Plusieurs projets de radio qui assurent la communication, l’information et la pastorale dans les zones où la majorité de la population est en fuite ont également été subventionnés. En 2021, l’AED a soutenu 75 projects au Burkina Faso.  

    *Nos interlocuteurs (qui souhaitent rester anonyme) parlent de plus de 30 morts. Le communiqué officiel du diocèse avait donné quant à lui un premier bilan provisoire de 22 morts.

  • Inde : plus de 200 cas de violence contre des chrétiens en cinq mois

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/INDE - Plus de 200 cas de violence contre des chrétiens en cinq mois

    4 juillet 2022  
     

    New Delhi (Agence Fides) - Au cours de l'année 2022, de janvier à fin mai, 207 cas de violence contre les chrétiens en Inde ont été signalés. C'est ce qu'affirme une note envoyée à l'Agence Fides par le " United Christian Forum " (UCF), un organisme œcuménique qui surveille, grâce à un numéro de téléphone spécial gratuit, les cas de violence. "Cette année, en observant les données, il y a eu plus d'un incident par jour", commente le catholique A.C. Michael, président de l'UCF, rappelant que 2021 a été décrite comme "l'année la plus violente pour les chrétiens", avec 505 incidents de violence signalés dans tout le pays.

    En 2022, l'État le plus violent à ce jour est l'Uttar Pradesh, avec 48 incidents signalés. Il est suivi par le Chhattisgarh avec 44 incidents. Les incidents incluent des violences sexuelles, des intimidations et des menaces, l'ostracisme social, le vandalisme et la profanation de lieux religieux, et la perturbation des services de prière. Dans la plupart de ces cas, aucune brutalité physique et aucune fermeture arbitraire de chapelles ou de lieux de culte n'ont été signalées.

    Parmi les cas signalés par l'UCF, deux incidents de boycott social et d'agression se sont produits début mai contre des fidèles chrétiens à Chhattisgarh, tous deux du district de Bastar. Lors du premier incident, une chrétienne de 65 ans et son fils ont été battus et menacés de boycott social par le "Panchayat" (le conseil du village) lorsqu'ils ont refusé d'abjurer leur foi. Dans l'autre cas, une famille chrétienne entière du même district a été marginalisée et empêchée d'accéder à des services tels que l'eau et l'électricité.

    Dans un autre incident, survenu le 31 mai dans le district de Jaunpur, dans l'Uttar Pradesh, un pasteur protestant célébrait une liturgie de prière lorsqu'une foule est entrée dans la chapelle, l'a traîné dehors et l'a battu, affirmant qu'il convertissait les gens par la force.

    "La ligne d'assistance de l'UCF aide les personnes ciblées en raison de leur foi, en leur fournissant des conseils juridiques et une orientation", explique Michael, ancien membre de la commission des minorités de Delhi.

    "Il est alarmant que la liberté de religion soit bafouée de manière aussi brutale par quelques extrémistes. Nous demandons instamment aux autorités de prendre cette question au sérieux. Les chrétiens indiens épris de paix respectent les libertés constitutionnelles et souhaitent simplement vivre leur foi dans la nation", conclut-il.

    Les chrétiens représentent 2,3 % des 1,3 milliard d'habitants de l'Inde, dont 80 % sont hindous.

    (SD-PA) (Agence Fides 4/7/2022)

  • Nigeria : la chasse aux prêtres bat son plein

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'agence Fides :

    AFRIQUE/NIGERIA - Deux autres prêtres catholiques enlevés

    lundi, 4 juillet 2022
     

    Abuja (Agence Fides) - Deux autres prêtres ont été enlevés au Nigeria. Il s'agit du père Peter Udo, de la paroisse de St Patrick, à Uromi, et du père Philemon Oboh, du centre de retraite de St Joseph, à Ugboha, dans la zone de gouvernement local d'Esan, dans l'État d'Edo, au sud du Nigeria. Selon la police de l'État d'Edo, les deux prêtres ont été enlevés le 2 juillet et emmenés dans un lieu inconnu par des ravisseurs qui ont bloqué leur voiture le long de l'autoroute Bénin-Auchi, entre les communautés d'Ehor et d'Iruekpen.

    Les deux prêtres revenaient de Benin City lorsque leur véhicule a été bloqué par les bandits qui auraient tiré plusieurs coups de feu en l'air pour forcer la voiture à s'arrêter.

    La police a déclaré avoir envoyé des agents dans la région "pour mener une chasse à l'homme agressive et bien coordonnée" afin de retrouver les ravisseurs et de libérer les deux prêtres.

    Il y a une semaine seulement, dans l'État d'Edo, un autre prêtre, le père Christopher Odia Ogedegbe, avait été tué lors d'une tentative d'enlèvement le dimanche 26 juin alors qu'il se rendait à la messe à Auchi (voir Fides 27/6/2022).

    Un autre prêtre catholique, le père Vitus Borogo, avait été tué le 25 juin dans sa ferme à Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria. Lors de ses funérailles, 700 prêtres ont manifesté pacifiquement pour demander une plus grande sécurité pour eux et pour tous les citoyens nigérians (voir Fides 1/7/2022).

    L'enlèvement contre rançon est aujourd'hui l'un des crimes dominants dans diverses villes nigérianes : les hommes politiques, les hommes d'affaires, les religieux et toute personne disposant d'argent, y compris les écoliers issus de familles relativement aisées, sont des cibles faciles pour les bandits.

    (L.M.) (Agence Fides 4/7/2022)